Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

27 août 2020 4 27 /08 /août /2020 20:27
VIVRE AVEC LE VIRUS ET AVEC UN COMPORTEMENT CITOYEN RESPONSABLE

 

CONTRE LA PANDÉMIE : PAS DE REMÈDE MIRACLE MAIS PLUS DE CIVISME EST NÉCESSAIRE POUR ÉVITER LE PIRE QUI EST TOUJOURS POSSIBLE

 

Notre étonnement va croissant tous les jours face à l'incivisme :

- en ville, sur les sites délimités où le port du masque est obligatoire nous croisons trop de citoyens sans masques,

- sur la route, le respect des limitations de vitesse passe de plus en plus aux oubliettes,

- des masques sont "oubliés" sur nos trottoirs,

- des cyclistes en nombre et en famille parfois empruntent les voies qui leur sont réservées...

 

mais, il y a partout du positif, beaucoup de positif, de l'espoir, ainsi :

- dans les grandes surfaces, des clients masqués s’effacent pour respecter la distanciation quand ils croisent d'autres clients, l'occasion de dire merci et d'esquisser un bonjour avec le sourire masqué,

- à l'entrée de la boulangerie, on fait la queue en respectant la distanciation,

- des familles entières masquées, jeunes enfants compris, sur le bord de mer,

- des voitures s'arrêtent pour laisser passer des piétons prêts à s'engager sur un passage protégé...

alors...

Franchement, quel intérêt de ne pas respecter les gestes barrières, de ne pas respecter le code de la route...

Pourquoi risquer le pire ?

Pourquoi accepter de se faire vecteur et complice du virus ?

Pourquoi risquer sa vie et celles des autres innocents en ne respectant pas le code de la route ?

Le masque et les petits gestes qui l'accompagnent sont une petite gêne mais un vrai moyen de freiner la pandémie...à défaut de vaccin ou de remèdes miracle.

Pourquoi se priver de mettre son masque alors qu'en le mettant on met à l'abri de la propagation du virus soi-même, les siens et tous les gens que l'on croise ?

METTRE UN MASQUE, C'EST UN GESTE DE SOLIDARITÉ : C'EST PRENDRE SA PART À LA LUTTE CONTRE LA PANDÉMIE.

 

Partager cet article
Repost0
25 août 2020 2 25 /08 /août /2020 20:08

 

 

JOUONS LA SOLIDARITÉ ET LA PRÉCAUTION : N'OUBLIONS PAS LE PORT DU MASQUE

LE CENTRE DE VILLE DES SABLES D'OLONNE, C'EST AGRÉABLE. MAIS N'OUBLIEZ PAS QUE L'EFFORT CITOYEN ET LA SOLIDARITÉ VOUS IMPOSENT LE PORT DU MASQUE.

LE CENTRE DE VILLE DES SABLES D'OLONNE, C'EST AGRÉABLE. MAIS N'OUBLIEZ PAS QUE L'EFFORT CITOYEN ET LA SOLIDARITÉ VOUS IMPOSENT LE PORT DU MASQUE.

Partager cet article
Repost0
24 août 2020 1 24 /08 /août /2020 21:42
LE MASQUE, SYMBOLE DE L'ÉCHEC D'UN POUVOIR TROP CENTRALISÉ

LE MASQUE, SYMBOLE DE L'ÉCHEC D'UN POUVOIR TROP CENTRALISÉ

 

LA FRANCE INGOUVERNABLE

 

LA RÉALITÉ C’EST QUE LA FRANCE EST EMPÊTRÉE CAR ELLE N’A PAS CHOISI ENTRE CENTRALISATION ET DÉCENTRALISATION

 

 

Poursuivons notre réflexion saga de l'été sur la centralisation du pouvoir

 

suite de

http://www.olonnes.com/2020/08/la-france-ingouvernable-la-centralisation-en-partie-responsable.html

 

Nous donnons la deuxième illustration symbolique de ce mal français qu'est l'extrême centralisation. Après l’impossible entente entre le pouvoir central et les collectivités locales et principalement avec les maires, revoyons un autre exemple plus récent la relation impossible pouvoir central avec les collectivités lors de cette crise sanitaire.

 

LA CRISE SANITAIRE : LA DÉCENTRALISATION MARQUE DES POINTS

 

AU DÉBUT DE LA CRISE, LES MAIRES SONT IGNORÉS PAR LE POUVOIR CENTRAL MAIS ILS DEVIENNENT AU FIL DES SEMAINES DES MAIRES DÉCIDEURS QUI COMBLENT LES DÉFAILLANCES DU POUVOIR CENTRAL

 

La population désorientée, mal informée, terrorisée par la « guerre » contre le virus annoncée par le Président de la République puis le confinement se tourne naturellement vers l’élu local proche de ses concitoyens qu'est leur maire et ce d’autant plus qu’on est en période électorale des « municipales ».

 

Les maires sont juridiquement et incontestablement responsables de la santé publique dans leur circonscription comme ils sont responsables de l’approvisionnement en eau potable de leurs concitoyens.

 

« L'article L.2212-2 du Code Général des Collectivités Territoriales prévoit ainsi que la police municipale a pour objet d'assurer la salubrité publique, et l'article L.1311-2 du Code de la santé publique indique …que les décrets peuvent être complétés par des arrêtés du maire ayant pour objet d'édicter des dispositions particulières en vue d'assurer la protection de la santé publique dans le département ou la commune. 
L'action du maire s'inscrit également dans l'actualité de la notion de santé publique »

 

Si les maires n’agissent pas face à une situation qui met en péril la santé publique, ils sont condamnables pénalement. Ainsi, le maire de la Faute sur Mer, en Vendée, (procès XYNTHIA), dont l’inaction et les fautes ont mis en danger la vie de leurs concitoyens a été condamné…et pas le Préfet, d’ailleurs !

 

Mais s’ils agissent pour protéger leurs concitoyens, les maires entrent parfois en conflit avec le représentant local du Pouvoir : le Préfet, représentant de l’État.

 

C’est ce qui s’est passé pour les mesures concernant l’épandage de produits dits pesticides réputés toxiques voire cancérigènes. Les maires soucieux de la santé de leurs concitoyens ont pris des mesures qui fixent les limites de l’épandage près des lieux d’habitation et autres lieux fréquentés par le public. Ils sont entrés en conflit avec le Préfet et les tribunaux saisis leur ont donné tort.

 

Ce fut encore plus grave encore pour COVID-19 et l’établissement de règles par les maires que les préfets ont d’abord rejeté en annulant encore les décisions des maires (port du masque, interdiction de réunions…).

 

Cette guéguerre de pouvoirs, de compétences était vraiment mal venue au moment où la population attendait l'union des forces du pays pour combattre le virus.

 

À l’inverse, plus positivement, les maires ont trouvé le moyen de se fournir en masques alors que l’État était à la peine pour en fournir aux demandes prioritaires des hôpitaux, EHPAD, personnels soignants…

 

Les maires, conseillers départementaux et régionaux ont monté des dispositifs divers en faveur de l’économie.

 

Les Préfets ont fait de la résistance jusqu’à ce qu’une ordonnance d’avril 2020 autorise l’exercice de cette compétence aux collectivités territoriales. C’est une mesure exceptionnelle et ce caractère exprime bien la réticence du pouvoir central à accepter ces mesures qualifiées de dérogatoires et limitées dans le temps !

 

Nous aurons à juger de l’efficacité de ces mesures et de l’exercice de cette compétence nouvelle encore « encadrée » par le pouvoir central.

 

Mais face à COVID-19 nécessité fait loi !

 

IL FAUT DONC CONSTATER LE RÔLE PRIMORDIAL DES ÉLUS LOCAUX PENDANT CETTE CRISE SANITAIRE

 

La crise sanitaire a eu au moins le mérite de mettre en valeur les capacités et initiatives des maires et conseillers départementaux et régionaux souvent unis : fournitures de masques, aides aux entreprises, travailleurs indépendants…adaptation des règles appropriées pour la fréquentation de sites comme les « plages urbaines »…

 

 

APRÈS CETTE DOULOUREUSE EXPÉRIENCE DE LA CRISE SANITAIRE 2020 IL APPARTIENT AU GOUVERNEMENT ET AU LÉGISLATEUR DE DÉVELOPPER LES MOYENS DE LIBÉRER LES INITIATIVES LOCALES COMME TOUTES AUTRES MESURES DE DÉCENTRALISATION EN RESPONSABILISANT LES ÉLUS LOCAUX ET PARTICULIÈREMENT LES MAIRES.

 

CE SERA VRAIMENT DE LA DÉCENTRALISATION !

 

 

Partager cet article
Repost0
23 août 2020 7 23 /08 /août /2020 22:50
LE CONGRÈS DES MAIRES DE FRANCE UNE MANIFESTATION QUI ATTESTE DE LA FORCE DU POUVOIR CENTRAL ET DE LA FAIBLESSE DES COMMUNES

LE CONGRÈS DES MAIRES DE FRANCE UNE MANIFESTATION QUI ATTESTE DE LA FORCE DU POUVOIR CENTRAL ET DE LA FAIBLESSE DES COMMUNES

LA FRANCE INGOUVERNABLE : LA CENTRALISATION EN PARTIE RESPONSABLE

 

Suite de :

http://www.olonnes.com/2020/08/la-france-ingerable-la-centralisation-tue-l-initiative-et-le-besoin-de-reformes-profondes.html

 

Rappelons que la Révolution a fini par consacrer la centralisation comme mode de gouvernance et a envoyé les girondins plus décentralisateurs à la guillotine.

 

 

LES GIRONDINS

Ils étaient favorables au pouvoir donné aux départements et aux communes

 

LES JACOBINS

 

Ils étaient pour un pouvoir fort et centralisé.

 

 

LA FRANCE RESTE JACOBINE MAIS NE SUPPORTE PLUS LE POUVOIR CENTRALISÉ PARISIEN

 

D’où l’expression « PARIS n’est pas la France » devenu un livre best-seller d’un écrivain devenu un sage Bernard LECOMTE. Le sous-titre de son livre est significatif : « La Province se rebiffe »

 

 

UN SYMBOLE : LE CONGRÈS DES MAIRES DE FRANCE,

LES MAIRES ONT UN POUVOIR DÉCENTRALISÉ RECONNU PAR LA LOI MAIS FICTIF FACE À LA CENTRALISATION ACTUELLE

 

Le Congrès des Maires de France est un test rituel de fin d’année.

 

Le maire, c’est l’incarnation de la décentralisation. Il règne sur sa commune : pouvoir de police, responsable de l’exécutif, représentant de l’État…

 

Le Congrès des Maires est une occasion pour le Président de la République et quelques ministres de faire le point sur leurs projets et leurs promesses avec ces grands élus que sont les maires et d'apaiser les courroux des élus locaux.

 

Ces congrès sont, en général, un cafouillage incroyable : des Présidents de la République qui y assistent, les mêmes qui peuvent bouder le Congrès puis assistent au Congrès suivant et sont applaudis ou sont chahutés. Du théâtre et dans les couloirs des échanges intéressants. Entre le pouvoir central et les maires, c’est rarement l’entente cordiale.

 

Leurs rôles sont pourtant complémentaires et ils se retrouvent souvent en conflit.

 

Le maire vit la politique (locale) en concret…l’État lui coupe ses finances ou menace et c’est la guerre. L’autonomie financière de la commune est toujours en sursis.

 

Comme les impôts locaux sont l’essentiel des ressources de la commune et comme c’est le gouvernement qui autorise, modifie comme il le veut (après accord du Parlement) les impôts locaux l’autonomie financière des communes est un leurre.

 

On le vit avec la fameuse suppression de la taxe d’habitation qui est en sursis. Sursis insupportable pour les maires et leurs projets.

 

Voilà bien un exemple d’une décentralisation qui n’en n’est pas une.

C’est l’image d’une France qui se cherche et ne se trouve pas et qui patauge

  • - face à ses 35 000 communes et donc 35 000 maires parfois aussi délégués à l’intercommunalité et autres fonctions territoriales découlant de leurs fonctions de maire. La France, c’est 550.000 élus !

 

  • - il y a un État tout puissant qui veut et peut, avec plus ou moins de succès, tout régenter.

 

Il y a donc incompatibilité entre les pouvoirs conférés par la Constitution, et par les lois aux communes et aux maires :

 

« Les collectivités territoriales de la République sont les communes, les départements, les régions…

Dans les conditions prévues par la loi, ces collectivités s'administrent librement par des conseils élus et disposent d'un pouvoir réglementaire pour l'exercice de leurs compétences.

 

Et les pouvoirs de l’État qui peuvent bloquer toutes initiatives locales ne serait-ce qu’en les privant des moyens financiers nécessaires à leurs projets.

 

À SUIVRE : LA FRANCE INGÉRABLE, LA "CRISE SANITAIRE" AUTRE EXEMPLE DE L’ÉCHEC DU POUVOIR CENTRALISÉ

 

 

Partager cet article
Repost0
22 août 2020 6 22 /08 /août /2020 22:10
AVOIR OU PRENDRE UN PEU DE TEMPS POUR LA RÉFLEXION :  LA DÉCENTRALISATION NÉCESSAIRE

AVOIR OU PRENDRE UN PEU DE TEMPS POUR LA RÉFLEXION : LA DÉCENTRALISATION NÉCESSAIRE

 

SUITE DE NOS RÉFLEXIONS ESTIVALES

LA FRANCE INGÉRABLE : CENTRALISATION OU DÉCENTRALISATION

 

Désolé, mais cette période estivale doit un peu, beaucoup, être le temps de la Réflexion à laquelle nous vous convions si vous voulez bien la partager avec nous.

 

Ainsi, nous, Association Citoyenne, allons abuser de votre disponibilité et avec votre consentement vous obliger à vous pencher sur le fonctionnement du pouvoir dans notre Pays. La crise sanitaire a révélé encore une fois une des causes de son déclin : l’extrême centralisation du pouvoir qui devient impuissant mais avec des structures de Pays décentralisé : belle contradiction !

 

 Ces structures constituent le « millefeuille » : État, régions, départements, communes avec ses sous-couches de millefeuille que sont les territoires, les intercommunalités, les cantons, les métropoles…

 

 

LA PESANTE ET IMPUISSANTE MACHINE ÉTAT FRANÇAIS DANSE UNE VALSE-HÉSITATION ENTRE BEAUCOUP DE CENTRALISATION ET DES MIETTES DE DÉCENTRALISATION

 

 

PETIT RAPPEL NÉCESSAIRE SUR LES FORMES DE POUVOIR EN MATIÈRE DE GESTION DE L’ÉTAT, DES TERRITOIRES ET DES CELLULES DE BASE DITES COMMUNES

 

LA ROYAUTÉ À LA FRANÇAISE PUIS LA RÉPUBLIQUE EN PASSANT PAR L’EMPIRE DE NAPOLÉON PREMIER

 

La France fut construite par la royauté : un homme représente le pouvoir et tout pouvoir s’exerce en son nom.

 

C’est une forme extrême de centralisation du pouvoir : LOUIS XIV en a été le modèle.

 

Puis, sous le régime républicain, c’est, en théorie, le peuple qui détient le pouvoir. Mais le peuple c’est tout le monde donc personne ! c’est souvent l’anarchie.

 

APRÈS LA « TERREUR », L’EMPIRE DE NAPOLÉON RECONSTRUIT UNE FRANCE PLUTÔT CENTRALISÉE

 

 

CENTRALISATION ET DÉCENTRALISATION…C'EST L’ÉCHELON DE DÉCISION SUPÉRIEUR DU POUVOIR

 

LA CENTRALISATION DU POUVOIR

 

La centralisation politique est un mode d'organisation de l'État dans lequel une autorité centrale détient l'ensemble des pouvoirs de décision (politique, administratif, financier) et des attributions de la puissance publique. Le niveau local est totalement dépendant du niveau central.

 

 

DÉCENTRALISATION DU POUVOIR

 

La décentralisation politique vise à conférer aux citoyens ou à leurs élus plus de pouvoirs de décision. Mais cet objectif se heurte en France à la résistance farouche des centralisateurs comme le furent les jacobins qui envoyèrent les girondins à l’échafaud.

 

Sous la cinquième République, les tentatives des derniers septennats et quinquennats illustrent bien la difficulté à sortir d’une FRANCE au pouvoir étatique ultra centralisé pour un faire un Pays au pouvoir décentralisé comme les états fédérés avec leurs provinces ou états fédérés.

                                                                                                                                 

 

CENTRALISATION ET DÉCENTRALISATION : À NE PAS CONFONDRE AVEC CONCENTRATION ET DÉCONCENTRATION...QUI CONCERNE L’ÉCHELON INFÉRIEUR DANS LA HIÉRARCHIE DES POUVOIRS : L’ÉCHELON DE L’EXÉCUTION

 

Alors que la centralisation et la décentralisation concernent les rapports entre les organes centraux et les organes locaux, la concentration et la déconcentration des pouvoirs ne visent que les rapports entre les divers échelons des organes centraux : elles ne sont que des modalités de la centralisation.

 

CONCENTRATION

 

Dans un système administratif concentré seul l'organe situé au sommet de la hiérarchie, essentiellement le chef de l'exécutif et les ministres, dispose du pouvoir de décision

 

DÉCONCENTRATION

 

La déconcentration est un processus d’aménagement de l’État unitaire qui consiste à implanter dans des circonscriptions locales administratives des autorités administratives représentant l’État. Ces autorités sont dépourvues de toute autonomie et de la personnalité morale.

 

Donc, le danger perpétuel, en France, c'est que le pouvoir central tout puissant propose des mesures qu'il baptise mesures de décentralisation nécessaire...qui, dans les faits, seront de simples mesures déconcentrées, des parcelles de compétences administratives ! Les maires ne sont pas dupes de cette ruse du pouvoir central à qui ils ne font plus confiance.

 

 

 

 

À SUIVRE...LA FRANCE INGOUVERNABLE : LA CENTRALISATION EN PARTIE RESPONSABLE

 

LA FRANCE INGÉRABLE : LA CENTRALISATION TUE L'INITIATIVE ET LE BESOIN DE RÉFORMES PROFONDES
Partager cet article
Repost0
18 août 2020 2 18 /08 /août /2020 08:54
RÉFLEXIONS ESTIVALES

RÉFLEXIONS ESTIVALES

 

 

LA FRANCE VA PAYER TRÈS CHER LE LAXISME DE CES DERNIÈRES DÉCENNIES IMPOSÉ PAR LES GOUVERNEMENTS SUCCESSIFS ET ACCOMPAGNÉ PAR LES MÉDIAS

 

 

UNE FRANCE APPAUVRIE ET UNE GOUVERNANCE À LA DÉRIVE

 

 

LA CENSURE S’EXERCE MOINS OU PLUS DIFFICILEMENT, CERTAINEMENT GRÂCE AUX RÉSEAUX SOCIAUX. L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT DÉJÀ AFFAIBLIE EST SANS CESSE BAFOUÉE ET SON ACTION OUVERTEMENT CRITIQUÉE.

 

Cela se sait et c’est ancré dans les consciences des citoyens. Ils ne croient plus en leurs dirigeants, en leur justice, en leur police, en leur système de santé, en leur système éducatif…

 

Chose étrange et triste constat, il existe désormais des sites internet spécialisés ou généralistes qui font systématiquement part de faits qui révèlent l’impuissance des gouvernements successifs.

 

Ces  derniers n'assument plus du tout leurs missions de garant de la sécurité des citoyens et plus globalement l'exercice des fonctions régaliennes qu'ils se sont engagés à assumer.

 

Ainsi :

 

Les attentats terroristes sont perpétrés par des malades mentaux !

 

Les incivilités dans les lieux publics sont le fait de pauvres immigrés en détresse ou de jeunes au chômage !

 

Plus de places dans les prisons !

 

Pas assez de juges, de plus, certains juges contaminés par l’ambiance actuelle sont démobilisés et lassés par des Ministres laxistes, démagogues qui ouvrent les portes des prisons sans discernement comme a pu le faire Nicole BELLOUBET. Cette ex Ministre est une juriste qui a perdu son droit et ses dossiers en chemin et a tenté de réformer  à tout va et n’importe comment la JUSTICE,  notre Justice !

 

Une ministre, encore, Nicole BELLOUBET ...encore !,  qui défend une loi liberticide comme la loi AVIA, loi déclarée « inutile et inapplicable ! » (formule trouvée dans les Débats à l’Assemblée Nationale…donc avant la décision du Conseil Constitutionnel annulant l'essentiel de cette loi).

 

Une police cassée par les procès qui lui sont faits et aussi dont l'ex Ministre Christophe CASTANER laissera des traces déshonorantes de l'expression du laxisme et qui, malgré son incompétence reconnue, fut maintenu artificiellement à son poste.

 

Un Parlement croupion qui vote des lois démolies par le Conseil Constitutionnel, un Président de la République qui avance pour mieux reculer et fait l’inverse de ce qu’il a promis, un ex Gouvernement PHILIPPE sans cohésion qui part dans tous les sens et qui bat le record du nombre de démissions de ses membres !

 

 

LES INDICATEURS SONT AU ROUGE POUR LA FRANCE, PAYS EN DÉCLIN

 

Abstentions record aux dernières municipales

 

Chômage

 

Déficits budgétaires records et donc dette publique qui va aussi battre des records

 

Dégringolade de la France au niveau européen et OCDE pour le système de santé, pour la Justice, pour l’éducation, pour la sécurité…

 

Économie : recul de la position de la France au niveau mondial au 6ièmeou 7ième rang

 

Crise au niveau de la recherche

 

Championne des prélèvements sociaux et fiscaux d’où paralysie de l’embauche face aux coûts salariaux de production des pays concurrents

 

…cet inventaire est celui d’un pays qui est sur le déclin. Et cela, nombre de français en sont conscients et le moral des citoyens est au plus bas...la crise de la gestion de Covid-19 ne fait qu'accentuer la crise morale traversée par les citoyens.

 

 

À QUAND UN VRAI GOUVERNEMENT DE SALUT PUBLIC ?

 

Les français savent rebondir : l'après-guerre, 1958...mais il leur faut une gouvernance en laquelle ils croient.

 

On pourrait poursuivre cette macabre description ainsi résumée des désordres actuels qui sévissent en FRANCE. Sa conséquence : LE LAXISME GÉNÉRAL QUI CONDUIT LE PAYS À SA PERTE…réitérons notre souhait pressant d’un gouvernement apolitique de salut public avec un Premier Ministre réel chef de l’exécutif reconnu et avec un Président de la République qui se cantonne à son rôle constitutionnel de Chef de l’État.

 

Faudra-t-il que les français se réveillent calmement et résolument car, traités de "veaux" par le Général de Gaulle, ils peuvent devenir sous le règne d'Emmanuel MACRON des chiens enragés qui chasseront violemment la caste dirigeante actuelle qui s’est accaparée le pouvoir et ses ors ?

Pour éviter le désordre et ses violences dévastatrices il existe donc bien une solution reconnue, légaliste et pacifique. Pourquoi nos gouvernants actuels ne l'utilisent-ils pas ? Ils y perdraient certes quelques privilèges, ils y gagneraient la reconnaissance de la Nation.

Partager cet article
Repost0
16 août 2020 7 16 /08 /août /2020 17:04
2010

2010

2020

2020

 

EST-CE LA FIN DE LA SCABREUSE ET SCANDALEUSE HISTOIRE DE L'EX CLINIQUE DE CHÂTEAU D’OLONNE ?

 

Rappelons que la Clinique du Val d’Olonne a été créée en 1984 après l’abandon du site de la Clinique Notre Dame qui était implantée au Centre-Ville des Sables d’Olonne.

 

Pour ce transfert, notre attention avait été attirée sur le fait que la nouvelle clinique était dirigée par le Maire d’alors de Château d’Olonne qui a même été Président de la SCI du TANCHET, propriétaire du terrain sur lequel la Clinique dite du Val d’Olonne a été construite. Une confusion et collusion qui sentaient fort la prise illégale d’intérêts d’autant plus que les emprunts faits par la société 3H propriétaire de la Clinique étaient cautionnés…par la Mairie !

 

Le maire de Château d’Olonne a même été plus loin puisqu’il a replongé dans le mélange des genres lors de l’agrandissement de ladite clinique et lors du dernier transfert de la clinique sur le site de la Vannerie devenu « Pôle Santé ». Il a d’ailleurs été rappelé à l’ordre par le Procureur de la République sous forme d’un « rappel à la loi » en date du 3 décembre 2008 pour des faits avérés constituant un délit de favoritisme et une prise illégale d’intérêts.

 

L’histoire malsaine se poursuit malheureusement au niveau de l’ensemble « Pôle de Santé » des Olonnes (La Vannerie) qui réunit donc sur le même site de la Vannerie le Centre Hospitalier "Côte de Lumière" et la Clinique "Porte Océane" qui s’y est implantée en 2010.

 

Mais la répartition des secteurs d'activités  entre les deux entités publique et privée s’est faite au détriment de l’Hôpital englué dans des problèmes financiers qui sont encore aujourd’hui parfois fort nuisibles à la qualité des soins et parfois à la confiance accordée à l’institution.

 

De plus, comme chacun a pu le constater, la « fermeture de la Clinique du Val d’Olonne » a généré une friche squattée, taguée, incendiée…L’ancien maire ex directeur de la Clinique a ainsi fait un beau cadeau empoisonné aux habitants. Depuis 2010, le site abandonné défigure l’entrée de ville : une honte qui a duré 10 ans !

 

 

 

2020 UN PROJET SUR LE TERRAIN DE 2,3 HECTARES SOUMIS À ENQUÊTE PUBLIQUE

 

Le nouveau maire des Sables d’Olonne Yannick MOREAU, ville fusionnée en 2019, a réussi en quelques mois à débloquer le dossier et à trouver un accord avec le propriétaire du terrain, qui rappelons-le, n’est autre que Monsieur Alain FOLTZER de l’ex groupe 3H gestionnaire de cliniques devenu gérant de la SCI du TANCHET reprenant, en 2010, la gérance que détenait Jean-Yves BURNAUD, ex-maire de Château d’Olonne parti à la retraite.

 

Nous espérons savoir un jour pourquoi pendant 10 ans ce site aussi bien placé a-t-il été ainsi abandonné : spéculation foncière ? Règlement de comptes ? Peur que la vente de ce terrain ne dévoile des choses pas claires ?

 

Mais, tournons vite cette page noire et regardons devant nous.

 

C’est ce qui se passe avec le projet de modification du PLU pour préparer les projets pour lesquels la population est donc consultée pour la première fois.

 

C’est avec un certain plaisir et soulagement que la population sablaise peut voir autour du site des pancartes qui l’appellent à consulter le dossier à donner leur avis.

 

 

UNE ENQUÊTE PUBLIQUE ? MOBILISONS-NOUS, CETTE FOIS !

 

Nos chers lecteurs savent tout le mal que nous pensons de cette procédure de consultation administrative qui finit le plus souvent à n’intéresser plus personne. Lors d’enquêtes publiques des milliers de personnes sont concernées et il n’y a parfois que quelques « observations » que le commissaire-enquêteur se charge vite de balayer pour que le conseil municipal ratifie la décision !

 

Ceci est un comble puisque justement l’enquête publique a pour but de révéler au public un projet d’intérêt général ! donc censés concernés tous les citoyens !

 

Cette fois, faisons amende honorable comme cela vient de se faire pour le projet de la villa CHAILLEY et l’aménagement du site de l’ancienne sous-préfecture à LA CHAUME; il faudra agir pour que la population se manifeste.

 

Pour l’instant, cette première phase est celle de la mise en forme administrative du dossier : il s’agit de faire sauter le verrou de la classification (zonage) de ce terrain pour l’adapter au futur projet d’aménagement d’un ensemble qui devrait comprendre principalement une résidence intergénérationnelle. Quant à la commune et l’agglomération, elles rachèteraient une portion de terrain pour y implanter des projets d’intérêt général...mais cela sera examiné ultérieurement.

 

Un dossier dont on reparlera et à laquelle il faut espérer qu’une large consultation permettra à la population une réelle participation  à son élaboration.

 

Enquête publique : du 26 août au 25 septembre 2020

 

AVIS D'ENQUÊTE PUBLIQUE

AVIS D'ENQUÊTE PUBLIQUE

Partager cet article
Repost0
14 août 2020 5 14 /08 /août /2020 17:22
COVID-19 RESTONS VIGILANTS ...DÉPISTAGE Suite
COVID-19 RESTONS VIGILANTS ...DÉPISTAGE Suite

 

 

 

 

AUX SABLES D’OLONNE, LA CAMPAGNE DE D֤ÉPISTAGE EST PROROGÉE D’UNE JOURNÉE LE 15 AOÛT

 

Facebook de Yannick MOREAU, Maire des Sables d’Olonne

 

« Campagne de dépistage #COVID prolongée d’une journée demain samedi 15 août de 10H à 16H place du tribunal.

 

Résultat partiel des 3 premières journées : 10 cas positifs sur 2.450 personnes testées.

100% des cas positifs sont des personnes jeunes, entre 16 et 40 ans.

 

 

C’est un bon résultat qui doit nous conduire à une plus grande vigilance et à nous protéger les uns les autres. »

Partager cet article
Repost0