Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 23:27

 

 

DSC07135 présidentielles 2012

Dicton de circonstance...mais le droit de vote est l'expression de la citoyennetéet de la liberté...donc allez voter !

 

 

"L'adulte ne croit pas au père Noêl. Il vote"

 

de Pierre Desproges

 

Le droit de vote est aussi un devoir car il  s'use si l'on ne s'en sert pas.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 08:53

 

Et pourtant les candidatures spontanées sont nombreuses ...

elysee

 

 

« Président de la République : la place est bonne, malheureusement il n'y a pas d'avancement . »

 

de Armand Fallières     Président trés populaire de la 3ème république...son mandat s'achevant en 1913, il décida de ne pas se représenter pour un second mandat en lançant cette boutade !

cité par Evene

Partager cet article
Repost0
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 09:24

 

    Présidentielles 2012 DSC07134

  voir  ELUS et COMPETENTS suite

VOTER : un droit fondamental réclamé par tous les peuples privés de liberté ; voter dans un système pluraliste c'est donner un mandat à un homme ou une femme en qui on croit ; s'abtenir par négligence, par écoeurement, c'est laisser aux autres le droit de s'exprimer à sa place et perdre le droit de critiquer les élus.

 

La France a la chance de vivre en démocratie : un espace de liberté où chacun peut s'exprimer, en principe, et par son bulletin de vote a le droit et même le devoir de manifester ses choix .

 

Ces présidentielles puis les législatives qui vont suivre sont une occasion de rappeler que ceux qui ont l'honneur de briguer vos suffrages ont au moins plus de devoirs que de droits. Certes, les électeurs ne peuvent leur demander d'être des saints faisant des miracles tous les jours. Mais les élus se doivent d'être exemplaires.

 

L'essentiel des devoirs des élus découle en effet de l'exemplarité et du fait qu'ils sont le symbole de la démocratie : l'élu qui désohonore sa fonction  porte la lourde responsabilité de la décridibilisation de la démocratie et donc de la liberté.

Quelles qualités demande-t-on à un élu qu'il soit local ou national ?

     Toutes ou presque !

 - le dévouement à sa nation : le citoyen candidat est élu pour remplir un mandat que le peuple des citoyens lui a donné ; il doit comme tout un chacun qui est dépositaire d'un pouvoir assumer l'engagement qu'il a pris quand il briguait le mandat électif, (ne pas oublier que l'élu au Parlement est élu de la Nation et non élu de sa circonscription : l'intérêt général national passe avant l'intérêt local),

- l'élu doit assumer en connaissance de cause toutes les responsabilités que les électeurs lui ont confiées par mandat. C'est pour cela que nous sommes contre le cumul abusif des mandats : un citoyen n'est pas élu pour être réélu moultes fois mais élu pour servir et accomplir ce pour quoi il a été choisi par ses concitoyens et pouvoir concentrer son énergie à son mandat et non à une pluralité de mandats où il disperse ses capacités et ne peut que traiter superficiellement parfois des dossiers importants,

- l'élu est désintéressé : il prend cette responsabilité d'élu pour accomplir une mission et non pour s'enrichir patrimonialement. Combien d'élus vivent leur mandat avec un désintéressement admirable...certes les tentations et sollicitations de toutes sortes existent ; elles sont naturelles mais peu, trés peu d'élus  succombent. C'est cette grande, trés grande majorité d'élus honnêtes qu'il faut défendre en demandant à la tutelle de l'Etat, parfois aux juges d'être sans pitié pour l'élu qui succombe,

- l'élu est modeste pour rester à l'écoute de tous ses concitoyens, pour prendre des décisions qui  engagent parfois lourdement les finances publiques  ; dans ses choix trés techniques, trés complexes, il doit avoir la modestie de se faire conseiller,

- l'élu a le droit de se tromper mais pas le droit de tromper. Les promesses faites par des candidats qui savent que "les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent" tuent la crédibilité de la fonction d'élu et font mal à la démocratie.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 15:15

 

Journée de recueillement

La folie humaine a frappé une nouvelle fois et ce ne sera malheureusement pas la dernière.

Encore des victimes, des morts inutiles. Face à telle situation, réagissons simplement, faisons en sorte que l’HOMME dans ce memnt de recueillement murisse sa réflexion au cours d’une pause qu’un de nos congénères déséquilibré nous impose.

Que chacun repense sa responsabilité et ses responsabilités où le hasard de la vie l’a implanté.

N’y a-t-il pas des mains tendues que nous n’avons pas serrées?

N’y a-t-il pas des moments où notre main n’a pas été au-devant de celle qui espérait ?

N'y a-t-il pas eu la parole malheureuse prononcée ?

Les innocents qui ont été frappés méritent que, pendant quelques minutes, chacun se pose au fond de son être des questions, de vraies questions sur son rôle social.

 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 21:49
   Avec le printemps les panneaux électoraux  fleurissent .
En cas d'empêchement de vous rendre dans votre bureau de vote pensez au vote par procuration : procédure largement ouverte et simplifiée
  
LA PROCURATION : mode d'emploi
 
Choix du mandataire

La personne qui donne procuration (le mandant) désigne librement la personne qui votera à sa place (le mandataire).

Le mandataire doit toutefois répondre à 2 conditions : être inscrit dans la même commune que son mandant et ne pas avoir reçu d'autre procuration en France.

Inscription dans la même commune

Le mandataire doit être inscrit sur les listes électorales de la même commune que le mandant, mais pas forcément être électeur du même bureau de vote, ni du même arrondissement.

Nombre limité de procuration

Le mandataire qui vote en France peut détenir une seule procuration établie en France.

Il peut recevoir 2 procurations maximum si au moins l'une de ces procurations a été établie à l'étranger.

Il peut recevoir 3 procurations s'il participe au scrutin dans un centre de vote ouvert à l'étranger.

    Motif de l'absence

Le mandant indique les raisons de son absence par une simple déclaration sur l'honneur prévue sur le formulaire.

Il n'a pas à apporter de justificatif supplémentaire. Il peut s'agir de l'un des motifs suivants :

  • vacances,

  • obligations professionnelles ou formation l'empêchant de se rendre dans son bureau de vote le jour du scrutin,

  • état de santé, handicap, ou assistance à une personne malade ou infirme,

  • inscription sur les listes électorales d'une autre commune que celle de la résidence.

     
Établissement de la procuration

Où faire la démarche ?

  • En France, le mandant peut se présenter au commissariat de police, à la brigade de gendarmerie ou au tribunal d'instance de son domicile ou de son lieu de travail.

  • À l'étranger, il doit se présenter au consulat ou à l'ambassade.

Démarche personnelle

Le mandant doit se présenter en personne auprès des autorités compétentes.

Si son état de santé ou une infirmité sérieuse empêche le déplacement, il peut demander qu'un personnel de police se déplace à domicile pour établir la procuration. La demande de déplacement doit être faite par écrit et accompagnée du certificat médical ou du justificatif de l'infirmité.

Coût

Gratuit

Pièces à fournir

Le mandant doit fournir un justificatif d'identité admis pour pouvoir voter (carte nationale d'identité, passeport ou permis de conduire par exemple).

Lors de l'établissement de la procuration, le mandant remplit un formulaire sur place où sont précisées plusieurs informations sur le mandataire (nom de famille, nom d'usage, prénom(s), adresse et date de naissance). Ce formulaire inclut une attestation sur l'honneur mentionnant le motif de l'empêchement.

Délais

Les démarches doivent être effectuées le plus tôt possible pour tenir compte des délais d'acheminement et de traitement de la procuration en mairie. En principe, une procuration peut être établie jusqu'à la veille du scrutin, mais le mandataire risque alors de ne pas pouvoir voter si la commune ne l'a pas reçue à temps.

     
  
Durée de validité

En principe, la procuration est établie pour une seule élection, mais le mandant peut aussi l'établir pour une durée limitée.

Pour un scrutin

Le mandant indique la date du scrutin et précise si la procuration concerne, le 1er tour, le second tour ou les 2 tours.

Pour une durée

La procuration peut aussi être établie pour une durée déterminée. Le mandant doit attester sur l'honneur qu'il est de façon durable dans l'impossibilité de se rendre à son bureau de vote. La durée maximum dépend du lieu de résidence du mandant.

Lieu de résidence

Durée maximum de la procuration

Si le mandant réside en France

1 an

Si le mandant réside à l'étranger

3 ans


Rien n'interdit au mandant de faire établir sa procuration pour une durée plus courte (3 mois ou 6 mois par exemple)

Résiliation

Une procuration peut être résiliée à tout moment :

  • soit pour changer de mandataire,

  • soit pour voter directement (à condition que le mandataire ne se soit pas déjà présenté).

      Déroulement du vote

Le mandataire ne reçoit aucun document.

C'est le mandant qui doit l'avertir de la procuration qu'il lui a donnée et du bureau de vote dans lequel il devra voter à sa place.

Le jour du scrutin, le mandataire se présente muni de sa propre pièce d'identité, au bureau de vote du mandant, et vote au nom de ce dernier dans les mêmes conditions que les autres électeurs.

     

  

      
Où s'adresser ?
  • Commissariat de policePour faire établir la procuration en France

  • Brigade de gendarmeriePour faire établir la procuration en France

 
Partager cet article
Repost0
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 19:42

 

dépendance photo0001

 

  voir :

DEPENDANCE des personnes âgées : un trés grave et trés sérieux problème de société à résoudre solidairement

 

DEPENDANCES des personnes âgées (suite)

DES SITUATIONS DRAMATIQUES

Au niveau familial : la charge psychologique et financière est parfois insoutenable bien sûr pour celui ou celle qui en est victime mais aussi pour l’entourage de la personne dépendante.

Que dire des ménages qui, au moment de leur départ à la retraite, se trouvent confrontés au problème de la dépendance d’un père ou d’une mère et parfois confrontés aux problèmes de deux parents dépendants avec des pensions de retraite qui ne leur permettent même pas d’assumer leur « devoir alimentaire » ?

Il y a aussi des personnes dépendantes âgées qui se retrouvent seules et vivent dans des conditions indignes. Avec la croissance des familles monoparentales et ‘(allongement de la durée de vie cette solitude des personnes âgées touchera de plus en plus de dépendants. L’accueil se fait certes dans des établissements d’une part, dont le nombre de places ne correspond plus aux nécessités ; d’autre part, l’initiative privée occupe le terrain mais les coûts de journée dans ces établissements est prohibitif (3.000 € et plus par mois) Ces établissements sont donc réservés  aux personnes à revenus élevés.

Il y a aussi le manque de places dans les établissements « publics » spécialisées médicalisés ou pas. Que faire si un parent après un séjour dans une maison de soins ne peut réintégrer son domicile et si dans son environnement il n’y a aucun centre d’accueil ? En principe, les services sociaux, avant la sortie de l’hospitalisation, tentent de trouver des solutions mais ne réussissent pas toujours et des personnes dépendantes rentrent à leur domicile sans l’accompagnement nécessaire. Ce sont parfois des amis, des voisins qui prennent le relai mais c’est une situation provisoire qui ne sécurise pas la personne dépendante.

Il ne faut surtout pas oublier que si aujourd’hui la vie à domicile reste majoritaire chez les personnes âgées même dépendantes et si l’aide apportée par les proches est essentielle, à l’horizon 2015, le nombre de personnes âgées dépendantes pourrait augmenter davantage que celui des aidants potentiels non professionnels.

Accidents Vasculaires Cérébraux, chutes entraînant une dépendance définitive…rendent brutalement une personne valide totalement ou partiellement dépendante. La solidarité doit être organisée.

EBAUCHES DE SOLUTIONS ...propositions...à suivre

    

 

Partager cet article
Repost0
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 17:56

 

Dans une époque où les pouvoirs peuvent s'exerce parfois et certainement trop souvent hélas ! sans contre pouvoir, le citoyen désarmé, voire écrasé face à ceux qui détiennent du pouvoir doit rappeler qu'il ne pourra admettre ce qui est positif s'il n'a pas les moyens de critiquer, de proposer et d'être entendu.

A défaut, il se referme sur lui-même, ne croît plus en la liberté que protège la démocratie. Il sombre dans le pessimisme, l'individualisme forcené et peut se réfugier dans le faux espoir qui nourrit les fanatismes et leurs bandes.

 

RAPPELONS DONC CETTE CITATION DE BEAUMARCHAIS

    "Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur"

 

Marianne bâillonnée ou Marianne sérieuse, réfléchie...tournée vers l'avenir sans bâillon : laquelle préférez-vous ?

Méfions-nous : la vraie liberté de la presse, son pluralisme disparaît, les autres média de masse sont trop souvent plus manipulateurs qu'objectifs...il faut être attentifs à cette évolution.

Certains essaient d'encadrer INTERNET, parfois condamnable par ses excès, mais espace de liberté quand même. Voyez comme certains peuples ont appris à espérer grâce à INTERNET.

Ne laissons pas notre liberté d'expression se faire baillonner.

 

marianne baillonnée-copie-1marianne0002

Partager cet article
Repost0
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 12:04

 

 

marianne baillonnée-copie-103437.jpg

 

L'OPPOSITION MUNICIPALE PEUT-ELLE JOUER SON ROLE SI LE MAIRE  CREE DES OBSTACLES POUR BLOQUER L’ACCES A L’INFORMATION DANS DES DELAIS RAISONNABLES ?

Nous vous l’avions écrit l’ordre du jour du conseil municipal du mardi 28 février 2012( voir  CONSEIL MUNICIPAL Château d'Olonne : 28 FEVRIER 2012 ) était du genre creux. D’ailleurs, nous notons que la presse présente n’a donné aucun compte rendu de ce Conseil Municipal. C’est peu pour une ville de 14.000 habitants !

Il fut cependant « animé » en son début par le Maire, hors débat et hors ordre du jour.

L’intervention du Maire avait pour but d’apporter des « précisions » au compte rendu du précédent Conseil  de janvier particulièrement sur le Débat d’Orientation Budgétaire (voir lien DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE A LA COMMUNAUTE DE COMMUNES  

Ainsi, le Maire a pu expliquer que l’origine de la faiblesse des subventions reçues ou à recevoir résulte de deux faits : souci de ne pas faire apparaître une subvention hypothétique, et résultante du fait que les subventions perçues passent souvent pour des opérations liées au CTU (voir         CONTRAT TERRITORIAL UNIQUE : QU'EST-CE ? suite . ) et il faut que l’opération soit castelolonnaise comme la construction de la salle de Sports ou la salle gargamoelle.

Ce fut en fait une occasion supplémentaire d’attaquer l’opposition avec des propos d’une véhémence certaine.

L’opposition en conclut encore une fois :

-          Qu’elle n’a pas le droit de poser des questions,

-          Qu’elle n’a pas le droit de relever des incohérences entre les chiffres présentés par le maire et les chiffres officiels du Ministère des Finances.

Poser une question, émettre des doutes sur un projet, pour le Maire, c’est mettre en cause le travail des services de la commune voire de l’État.

Cette parade un peu trop utilisée n’émeut plus l’opposition qui fait remarquer :

           - Que le responsable dossiers est le Maire et non le personnel municipal,

      - Que les conditions de travail des dossiers par l’opposition ne lui permettent pas matériellement d’interroger les services : le dossier du conseil Municipal parvient aux élus le mercredi soir pour un Conseil qui a lieu le mardi suivant,

       - Que si l’opposition demande communication de documents : ceux-ci  lui sont remis sur demande express et la réponse du maire pour la communication de document parvient à l’opposition plusieurs jours après la demande voire plusieurs semaines.

 

« La consultation des dossiers, projets de contrats ou de marchés sera possible sur demande écrite adressée au maire 48 heures avant la date de consultation souhaitée. »

Cette disposition nouvelle du règlement intérieur, ajoutée en début de mandat, rend donc impossible l’étude de dossier présentés en Conseil Municiâl dans les délais cités ci-dessus : entre la réception du dossier le mercredi soir et le conseil municipal le mardi suivant.

   C’est une disposition contraire à l’esprit de la loi du 17 juillet 1978 qui concerne la liberté d’accès aux documents administratifs.

Le maire a cependant tenu à préciser que les demandes éventuelles futures faites par les élus seraient satisfaites dans des délais brefs…notons cette « ouverture ».

Si au moins cela devenait une réalité l’opposition pourrait travailler plus sereinement et moins poser de questions lors des Conseils Municipaux.

 En effet, les questions que peuvent et doivent poser lesélus naissent souvent de leur manque d’information et aussi de leurs difficultés à accéder à l’information. Les élus ont demandé en vain au Maire une information préalable sur les dossiers particulièrement pour la préparation de ceux qui sont examinés en commission

Partager cet article
Repost0