Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 09:11

 

  DSC08979.jpg

 

 

VOTRE BLOG

 

À DIFFUSER SANS MODERATION : merci

À nos lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à nous suivre. C’est réconfortant et votre fidélité  nous aide à continuer notre labeur en toute indépendance.

Nous tâchons de coller à l’actualité au maximum avec nos seuls petits moyens et vous devez imaginer que ce n’est pas facile tous les jours de choisir les thèmes importants et de donner notre éclairage sur l’actualité avec l’impartialité et l’objectivité que doit garder une association citoyenne.

Le fragile édifice tient donc à cet équilibre : votre fidélité et nos moyens

Des satisfactions ; c’est avant tout l’évolution positive des personnes qui consultent le blog (voir ci-dessous) et le fait que notre objectivité et le fondement de nos informations ne sont quasiment jamais mis en cause : s'ils les sont nous publions le droit de réponse (2 fois en presque 8 ans et 1600 articles mis en ligne !). Les tentatives d’intimidation pour nous faire taire ont échoué.

 Quelques chiffres

Nombre d’articles sont référencés sur les moteurs de recherches comme GOOGLE

Ainsi nos lecteurs ne sont « que » : 33 % des « abonnés »

Provenances externes : 52% ce sont les sympathisants qui nous suivent

Moteurs de recherche : 14% proviennent donc de »l’extérieur »

 

Bilan de Septembre 2013 

Lecteurs uniques (Nombre de personnes différentes ayant visité votre blog durant une journée) : 3.660

Pages lues (une page correspond à 7 articles) : 6.651 soit l’équivalent de 40.000 articles lus.

Banque de données de 1.600 articles en ligne

Ces résultats ne nous permettent pas de nous endormir au bord du chemin puisque, lors de nos moments de lassitude, il en est parmi vous qui nous rappellent aimablement  le devoir de continuer.

Au Pays des Olonnes : nous apportons une information originale et poussons à la réflexion sur le devenir du Pays et sur le rôle des élus. 

Sur les grands thèmes nationaux que nous abordons ; eau, environnement, justice, économie…on doit continuer à s’améliorer dans nos analyses et nous n’arrivons toujours pas à susciter les réactions de nos lecteurs pour plus d’échanges.

Avec cette rentrée nous allons faire notre autocritique, nous étoffer pour mieux vous informer.

Nous aurons fort à faire avec la campagne des municipales où, association citoyenne, nous devrons veiller à l’objectivité des débats, à parler programmes plus qu’hommes…sans laugue de bois.

Nous comptons sur votre fidélité, sur vos réactions et surtout espérons ne pas vous décevoir pour que vous continuiez à nous suivre et à parler de nous autour de vous.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 17:06

 

DSC02539 panneaux électoraux

 

MUNICIPALES, EUROPEENNES...en 2014

 

Ainsi en a décidé le Conseil des Ministres de ce mercredi 25 septembre 2013

 

Renouvellement des conseils municipaux et communautaires et convocation des électeurs

 

Le ministre de l’intérieur a présenté un décret fixant la date du renouvellement des conseils municipaux et communautaires et portant convocation des électeurs. Il a en outre annoncé les dates des élections européennes de 2014.

 

1.- Elections municipales.

Le dernier renouvellement des conseils municipaux ayant eu lieu les dimanches 9 et 16 mars 2008, l’élection des conseillers municipaux et des conseillers communautaires aura lieu les dimanches 23 et 30 mars 2014.

Afin de faciliter la participation des électeurs, le Gouvernement a retenu le couple de dates permettant qu’aucune zone ne se trouve en période de congés scolaires.

Par ailleurs, pour la première fois en 2014, les électeurs des communes de 1 000 habitants et plus éliront, en même temps que les conseillers municipaux, et par le même bulletin de vote, le ou les conseillers communautaires représentant leur commune au sein des organes délibérants des établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre (communautés de communes, communautés d’agglomération, communautés urbaines et métropoles). Les électeurs de telles communes sont donc également convoqués pour procéder aussi à l’élection de leurs conseillers communautaires.

Le scrutin sera ouvert à 8 heures et clos à 18 heures. Pour faciliter l'exercice du droit de vote par les électeurs, les préfets et hauts-commissaires pourront avancer l'heure d'ouverture ou retarder l'heure de fermeture du scrutin dans certaines communes.

2.- Elections au Parlement européen.

Par une décision du 14 juin 2013, le Conseil de l'Union européenne a avancé la période pendant laquelle doivent se dérouler les élections dans l’ensemble des Etats membres de l’Union européenne, afin de favoriser la participation des électeurs.

Les élections des représentants au Parlement européen auront donc lieu entre les 22 et 25 mai 2014, au lieu de la période du 7 au 10 juin initialement prévue.

En France, à l’exception de certains départements et collectivités d’outre-mer, le scrutin aura lieu le dimanche 25 mai 2014.

 

 

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 20:47
LEBRANCHU
Marylise LEBRANCHU
 
 
« La confiance est un sentiment de fiabilité que l'on ressent ou place envers quelqu'un sans pour autant connaître les raisons qui nous poussent à le faire. »
Que ce soit au niveau du gouvernement, à celui des relations professionnelles, des relations intergénérationnelles…partout où il n’y  plus de climat de confiance les plus belles initiatives sont vouées à l’échec.
Nous avons relevé cet aveu de Madame LEBRANCHU, ministre de la Réforme de l'État, de la Décentralisation et de la Fonction publique :
« Ceux qui me disent " le CICE (crédit d'impôt pour la compétitivité et l’emploi) c'est trop compliqué ", ils n'ont pas fait la démarche.... Le formulaire est très simple, mais les entrepreneurs n'ont pas confiance en l'État et c'est tout le problème : ils estiment que ce sera forcément compliqué et qu'ils auront un contrôle derrière! »
Toute la complexité nait de la défiance qui s'est peu à peu installée entre l'administration et les usagers, particuliers ou entreprises. L'administration a tellement craint et anticipé les fraudes qu'elle demande une masse de documents justificatifs. Or, ce système ne peut pas fonctionner efficacement car nous n'avons pas les moyens humains de faire suffisamment de contrôles. »
Or, les Français n’ont plus confiance : plus confiance dans leurs élus, plus confiance en leur banque, plus confiance en leur justice…les français sont sceptiques, le peuple le plus pessimiste.
Alors, tout ce qui est annoncé est rejeté par principe. Il faut que ceux qui ont la charge ou la prétention de nous « diriger » s’arrêtent de proposer des potions magiques qui tuent, promettre tout un jour et renier leurs engagements le lendemain, mentir… mais ils doivent se poser la simple question « que puis-je faire pour regagner la confiance de mes concitoyens ? ». Il leur faut reprendre le chemin du parler vrai, du pragmatisme,
Stop à ces élus qui se réveillent chaque matin en pensant que vais-je annoncer pour qu’on parle de moi ? Quitte à se faire taper sur les doigts par leur « chef ». Les mêmes, le lendemain, se réveillent en disant comment vais-je démentir ce que j’ai dit hier sans sombrer dans le ridicule ?...le ridicule et le mensonge ne tuent plus sinon combien d’élus quitteraient la scène avant l’âge de la fin de leur mandat.
Rappelons-nous ce grand oublié de l’histoire de la République l’humble Antoine PINAY qui a su réconcilier les français et l’économie et les français entre eux à des moments chaotiques…quand l’État était ruiné, la caisse vide. Il n’a pas pris des mesures contre la fuite des capitaux, contre ceci et cela, il n’a pas taxé et surtaxé mais il a choisi :  « Entre la fiscalité et la confiance, j'ai choisi la confiance dans l'épargne française » et il a fait appel aux français …et les français ont suivi : il a gagné la bataille contre l’inflation galopante et celle du sauvetage du franc : une prouesse à l’époque.
Il a dit aussi : « Le libéralisme est le régime qui implique le plus de rigueur volontaire et de sens de l'intérêt collectif. Il ne s'accommode ni de la fraude en matière fiscale, ni de la rouerie en matière commerciale».
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 15:33

 

chambre des députés

 

 

"Si vous m'accordez votre confiance, je n'accepterai jamais que des dissensions internes puissent venir compromettre l'efficacité du gouvernement"

 

Cette sentence fut prononcée en janvier 1947 par Vincent AURIOL, Président de la République, dans sa déclaration d'investiture devant les députés.

On était en pleine crise financière, économique et politique. On était sous le  régime d'Assemblées de la IV  ième République. Les pouvoirs du Président de la République étaient restreints (inaugurer les chrysanthèmes) et pourtant,  en cette occasion et dans d'autres, Vincent AURIOL  sut s'imposer.

 

Les institutions, les constitutions sont une chose, les hommes qui les servent s'adaptent si nécessaire et font parler les textes pour le bien de la Nation en prenant leurs responsabilités et sans excés de pouvoirs : une belle leçon d'histoire...même si elle fut éphémère

 

 

Vincent_Auriol.jpg

Partager cet article
Repost0
4 août 2013 7 04 /08 /août /2013 21:17

 

 

 

sénat phase nord chambre-des-deputes.jpg

 

D’habitude les mauvaises nouvelles tombent durant le mois d’août…en 2013, les pouvoirs publics n’ont pas voulu ou pu attendre la chaleur de ce début d’été …à moins que les préparations des budgets nécessitent d’être un peu plus transparents. Juillet a été dur dur ! 

Il y avait un premier train de hausses dont la TVA à 20%, la TVA sur les services à domicile…

-          Hausse de tarif EDF +5% pour aller à +15%,

-          Augmentation des charges salariales ; retraites régime général et complémentaires,

-          Augmentation des impôts sur le revenu pour les familles (1.5 million de foyers touchés),

-          Augmentation du timbre postal,

-          Augmentation de certains budgets de l’État,

-          Augmentation des taxes sur le gasoil.

 

Autres mauvaises nouvelles annoncées ou en discussion : le deuxième train :

-          abandon de grands projets dont certainement pour la VENDEE celui de l’autoroute A 831, Fontenay le Comte/Rochefort,

-          augmentation des impôts si la conjoncture est mauvaise…au lieu de poser le problème comment relancer l’économie et de mettre en face les solutions,

-          augmentation de la CSG et ou des cotisations retraites,

-          la baisse du taux du livret A auquel  le gouvernement s’était engagé à ne pas toucher

impôt sur le revenu : barème inchangé qui ne tiendra pas compte de l’inflation.

 

  Pendant ce temps l’État  ne s’attaque pas aux vrais problèmes :

D'abord un symbole : abolir les privilèges exorbitants et choquants des élus parlementaires. Les français les découvrent tous les jours et ce n’est pas bon pour la démocratie ! Ce n’est pas une mesure qui rapportera beaucoup mais un symbole important : montrer que les élus participent à l’effort collectif et donnent l’exemple. Pour l’IRFM (indemnité représentative de frais de mandat 5148.77 € pour un député, 5388.72 € pour un sénateur) complément de revenu pas soumis à l’impôt et protégé par l’article 81 du code général des impôts « aucune vérification n’est possible de la part de l’administration »…trop de privilèges pour une seule mesure !

- Autre symbole : réduire le nombre de ministres et leur train de vie.

Il ne s'agit pas de mesures démagogiques mais de mesures de justice...tous les français doivent se serrer la ceinture même les grands élus...des maires et des adjoints ont accepté une réduction de leurs indemnités...à l'inverse à Château d'Olonne, ils ont augmenté leurs charges sur le poste retraites (+ 20.000 €).  

     Faudrait-il refaire la nuit du 4 août pour abolir certains privilèges des parlementaires : le 4 août 1789 ce fut la nuit de l’abolition des privilèges ! Dans la nuit du 4 août 1789, les députés de l'Assemblée nationale constituante, dans un bel élan d'unanimité, proclament l'abolition des droits féodaux et de divers privilèges. Ce moment de grande ferveur nationale s'inscrit parmi les grands événements mythiques de la Révolution française. Nos parlementaires ne sont pas prêts d’aller vers cette unanimité : voir lce qui est indiqué ci-dessus et les derniers débats sur les prises illégales d’intérêts, la transparence, le non cumul des mandats…!

-          120.000 enseignants dans des affectations qui les éloignent  des élèves,

-          Les dépenses publiques qui croissent avec les déficits qui en découlent,

-          Les régimes spéciaux de retraite,

-      Réduire le coût du travail 

-          La réforme territoriale…il y a 20 milliards € d’économie par an à la clef ! (rapport de la cour des comptes et du député socialiste René  DOSIERE).        

Ce n’est pas parce que des mesures sont impopulaires qu’elles doivent être abandonnées. Si la situation exige qu’elles soient prises il faut que les gouvernants les prennent. A défaut le Pays n’est pas gouverné et la crise, le chômage, la dette…s’accroitront.  

 

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 08:33

matignon4

 

Nous jugerons sur pièces mais chat échaudé...craint les effets d'annonces...dans le passé, les mesures de simplification ont souvent en partie échouées ou pire se sont terminées en complications. L'inertie au changement de l'administration française est redoutable par contre sa capacité avec l'appui des parlementaires, des énarques et des gouvernements successifs  à créer de l'ingérable est plus que redoutable !  voir CSG, normes, code du travail...

 

CHOC DE SIMPLIFICATION

Afin de mettre en œuvre "le choc de simplification" demandé par le Président de la République, le comité interministériel pour la modernisation de l’administration publique (Cimap) du 17 juillet 2013 a annoncé 200 mesures de simplification, dont 142 mesures nouvelles et de 59 chantiers en cours. Ces mesures doivent être mises en œuvre sur la période 2014-2016. Sont notamment prévus :

l’allongement de la durée de validité de la carte d’identité (de 10 à 15 ans),

la possibilité de régler en ligne le montant de la carte grise,

la création d’un dossier unique au plan national pour les demandes de logements sociaux,

la dématérialisation des tickets-restaurants,

une baisse de 50% des frais d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés,

l’application du principe selon lequel l’absence de réponse de l’administration à une demande vaut accord, (voir  DES SIMPLIFICATIONS ADMINISTRATIVES ESPEREES    )

la création, début 2014, d’un commissariat général à l’égalité des territoires (CGET)

la suppression de 68 commissions consultatives (soit 25% du nombre total existant en 2012).

Outre ces 200 mesures de simplification, le Cimap a présenté les premières décisions issues des évaluations des politiques publiques. Sur les 49 évaluations lancées, 12 sont à ce jour achevées. Trois milliards d’euros d’économies doivent être réalisés d’ici 2014. La moitié doit être obtenue par la révision des aides aux entreprises (réduction des ressources allouées aux organismes consulaires, baisse des soutiens au prix du gazole non routier, etc.).

Les citoyens attendent pour juger : espoir ou simple effet d'annonce ?

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 22:12

  matignon4 Matignon

 

 

 QUI NE DIT MOT CONSENT : une projet de réforme passé inaperçu qui pourrait améliorer les relations entre les citoyens et  leurs administrations...

« Le silence de l’administration vaut accord »

 

Le Premier ministre a présenté une communication sur « le silence de l’administration vaut accord ».

Il s’agit de mettre en œuvre la décision du Président de la République selon laquelle, dans de nombreux domaines, le silence gardé par l’administration sur une demande vaudra désormais autorisation, et non plus rejet.

Le Gouvernement a engagé la définition d’un ambitieux programme de simplification des normes et des démarches administratives pour faciliter la vie des citoyens et des entreprises, ainsi que le travail des collectivités territoriales et des administrations. Il sera présenté au Comité interministériel pour la modernisation de l’action publique du 17 juillet prochain.

Afin de mieux accompagner les projets de développement publics ou privés, l’un des enjeux essentiels de cette action de modernisation consiste pour les administrations à donner une meilleure visibilité dans la conduite des procédures et à accélérer leurs délais de réponse.

Le principe est aujourd’hui qu’en l’absence de réponse de l’administration dans un délai de deux mois, son silence vaut rejet de la demande.

Il existe certes plusieurs procédures dérogatoires soumises à un régime d’approbation tacite, comme le permet l’article 22 de la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations. C’est le cas notamment, dans le domaine de l’urbanisme. Ces procédures demeurent néanmoins largement minoritaires.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 22:04

 

DSC09717

 

 DSC09719

 

 Super bien située Rue de Tanchet aux Sables d'Olonne la colonie de vacances du département du LOIRET

 

DEFENDONS LA COLONIE DE VACANCES

 

C'est une institution qui nous tient à coeur : elle nous a beaucoup donné, nous lui avons beaucoup donné comme des centaines de milliers de français...nous ne voyons pas pourquoi elle doit être condamnée...améliorable elle l'est comme toute institution plus que centenaire  mais nous ne voyons pas pourquoi nos dirigeants acceptent qu'elle soit asphyxiée. Son rôle social demeure et est plus nécessaire que jamais dans un Pays où l'on répète sans cesse que les jeunes manquent de repères...veut-on qu'ils en manquent encore plus ?...Ce mois de colonie de vacances  apporte tant de bonheur, de richesses aux  jeunes colons à  leurs encadrants.

 

Luttons contre la disparition des colonies de vacances.

 

 

Comme nous l’indiquions cette honorable institution est poussée par la technocratie vers sa disparition.

LES JOYEUSES COLONIES DE VACANCES vont-elles disparaitre ?

Alors une commission parlementaire a œuvré et son rapport vient d’être présenté :

- solution miracle : la refonte du statut des moniteurs... encore une!

et pour financer l’institution et les séjours des jeunes l’instauration d’une taxe supplémentaire sur l’hôtellerie !

BILAN : un bel exemple de dégâts sociaux

L’État et l’Europe cassent une institution sociale qui a fait ses preuves : la colonie de vacances

L’État qui n’a plus un sous en poche frappe l’hôtellerie donc le tourisme. Répercutant cette taxe sur le touriste les professionels du tourisme  seront pénalisés et encore une fois l’État incite les touristes à aller là où les séjours sont moins chers…à l’étranger.

Il existe déjà un fond d’aide aux vacances VACAF (dépendant des Caisses d’Allocations Familiales).

Reprenons nos propositions : abonder ce fonds, offrir des moyens supplémentaires pour la mise aux normes de ces bâtiments et faire en sorte que ceux-ci soient rentabilisés, polyvalents et donc ouverts en dehors des périodes de vacances scolaires.

Nous avons déjà au Pays des Olonnes cette polyvalence avec le Lycée TABARLY qui « prête » ses locaux aux saisonniers pour l’hébergement.

 

LA LIGUE POUR LA DISPARITION DES COLONIES DE VACANCES comprend donc :

- l'EUROPE, l'ETAT français qui ont accepté un statut des moniteurs ingérable,

- des parents qui exigent de plus en plus d'activités coûteuses,

- la presse qui a insisté sur des incidents graves, des faits divers regrettables qui se sont déroulés dans des colonies de vacances (mais souvent dans des structures qui n'étaient pas des colonies de vacances) et omis de parler des milliers de séjours sans incidents,

- L'Etat qui a  imposé des normes nouvelles de sécurité voire disproportionnées sans compensation financière,

- la crise économique qui contraint les financeurs comme les Caisses d'Allocations faliliales à revoir leurs aides aux séjours à la baisse.

 

Nous condamnons une politique d'abandon de l'institution qui conduit à laisser des enfants en vacances livrés à eux-mêmes.

 

Qui va payer la casse sociale de cette négligence, de cet abandon  dont, bien sûr, on ne parlera pas ? 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0