Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

14 août 2018 2 14 /08 /août /2018 16:55
4 AOÛT 1789 ...2017, ANNIVERSAIRE DE L'ABOLITION DES PRIVILÈGES...PRESQUE UNE VRAIE RÉFORME

4 AOÛT 1789 ...2017, ANNIVERSAIRE DE L'ABOLITION DES PRIVILÈGES...PRESQUE UNE VRAIE RÉFORME

NON, TOUT NE VA PAS TRÈS BIEN...QUAND LES FRANÇAIS SE RÉVEILLERONT...

 

Suite de

http://www.olonnes.com/2018/08/un-travail-parlementaire-qui-ne-peut-qu-etre-bacle-derive-grave-de-la-democratie.html

 

La situation que nous avons décrite a pour cause et pour conséquence la personnalisation du pouvoir comme une forme de dictature moderne !

 

CET ÉTÉ LES ÉLUS ET L'OPINION PASSENT À CÔTÉ DE L'ESSENTIEL AVEC LA COMPLICITÉ DES MEDIA

Nous allons donc tenter une petite incursion non dans le monde de la politique mais dans celui de l'économie après ce détour sur nos institutions malmenées : mais dans quel régime vit-on : régime parlementaire comme le veut la constitution ou régime présidentiel ? avec un Président qui a tout pouvoir mais n'est pas responsable...une forme moderne polie de la dictature en tenue camouflée mais bien réelle.

Association citoyenne, nous nous devons d'analyser à partir de données officielles une situation qui inquiète nombre de français attentif à la chose publique (res publica) .

Les média ont pris le parti, quasiment dans leur intégralité, de nous bassiner avec le dossier Benalla, Bregançon, les vacances présidentielles, le football, la canicule...pour nous cacher la triste réalité dont le citoyen devra prendre connaissance et l'affronter  avec la fin de la pause estivale. Citons-en des zones de malaise grave du pays avec quelques exemples éléments chiffrés officiels : 

 

- la sécurité, le malaise profond des forces de sécurité...le 1er mai s'est-il bien passé ? et le 14 juillet ?

- l'éducation : pas d'améliorations en vue,

- la justice en panne comme ses prisons, le manque de magistrats...

- le logement : les mesures prises et celles qui sont envisagées plombent le secteur qui avait repris des couleurs,

- les taxes qui continuent à augmenter et il en est annoncé de nouvelles : l'État français, "nous", est ruiné et surendetté. Il taxe, retaxe et surtaxe. Il n'est pas de semaine sans annonce de projet de nouvelles taxes ou d'une augmentation de celles qui exitent. Pour la première fois d'après les derniers décomptes du nombre de taxe, le chiffre de 1 000 taxes est annoncé !

- les classes actives moyennes actives ou retraitées sont tondues,

- la nouvelle flambée des prix : gaz, électricité, timbres, carburants, autoroute, amendes, assurances...

- le déséquilibre du commerce extérieur : 33 milliards d'euros depuis le 1er janvier 2018 (6 mois) et 6 milliards rien que pour le mois de juin,

- le chômage qui stagne à 9%,

- l'inflation qui est remonté à un niveau record : 2,1% d'inflation (la prévision était de 1,2 %pour l'année !)

- l'endettement de la France encore en croissance 2 300 MILLIARDS D'EUROS soit 98 % DU PRODUIT INTÉRIEUR BRUT, PIB

- croissance 2,3 % du PIB en 2017 tombe à 1,7 % en prévision pour 2018,

- l'investissement des entreprises décroit,

- la pauvreté gagne du terrain,

- santé : le problème des maisons de retraite et EHPAD, celui des urgences restent entiers voire aggravés, (où sont passées les belles promesses de la page 23 du programme du candidat MACRON : "Plus pour nos ainés ...Plus pour la santé ...et les handicapés"

Conclusions :

Pouvoir d'achat en berne : les prix augmentent plus fortement que les salaires,

Économie Nationale en berne, 

Réduction des inégalités et ascenseur social en pannes,

Déficit budgétaire maintenu et report des réformes d'économies de l'ÉTAT (dépenses publiques)...

Après ce constat difficilement contestable qui pourra dire que tout va bien, madame la marquise ? Peut-être le Président qui ne se rend pas compte que les dépenses somptuaires et parfois ridiculement critiquées qu'il fait sont de moins en moins bien supportées. L'exemplarité de ces dépenses se retournera non contre son auteur mais aussi contre les citoyens français trompés.

 

LA RÉALITÉ L'EMPORTERA SUR LE MIRAGE : AU LIEU DE SE RELEVER LA FRANCE S'ENFONCE DONC

Malgré des conditions mondiales particulièrement favorables (croissance mondiale encore forte, taux d'intérêts très bas...), la France s'enfonce.

Au lieu d'un redressement espéré avec l'élection d'Emmanuel MACRON, on passe de l'illusion à la désillusion.

La coupe du monde de football sera vite oubliée. Les media ont cependant bien tout fait pour que le peuple français oublie la dure réalité :

  "Donne du vin et des jeux au peuple et tu pourras en faire des agneaux" aurait dit César (pas Jupiter ni Mars) est la formule adaptée à la situation mais ne le sera pas à la rentrée,

Même si le Président de la République et son gouvernement et les média à leur botte vont encore tenter d'étouffer la vérité.

Le programme MACRON de réformes est à l'exemple de la SANTÉ, LA JUSTICE...malade ! et victime de reports 2020, 2024...reports qui pourraient devenir des enterrements. "demain on rase gratis".

 

Alors, après cette réflexion estivale et triste, vous pouvez imaginer que, pour l'affaire BENALLA, nous avons surtout cherché à savoir ce que le Président et son gouvernement veulent cacher aux français.

 

Non, tout ne va pas très bien madame la marquise !

 

À SUIVRE : LA DÉRIVE PRÉSIDENTIELLE

 

Partager cet article
Repost0
13 août 2018 1 13 /08 /août /2018 16:32
L'ASSEMBLÉE NATIONALE, SIÈGE DU "LÉGISLATIF" PARTAGÉ AVEC LE SÉNAT, NE PEUT PLUS JOUER SON RÔLE

L'ASSEMBLÉE NATIONALE, SIÈGE DU "LÉGISLATIF" PARTAGÉ AVEC LE SÉNAT, NE PEUT PLUS JOUER SON RÔLE

LA DÉMOCRATIE PARLEMENTAIRE EST EN PÉRIL

 

PARLEMENTAIRES : COMMENT PEUVENT-ILS LÉGIFÉRER SUR TANT DE TEXTES EN TOUTES CONNAISSANCES DE CAUSE ?

Le Gouvernement, le Chef de l'État, le Parlement... sont en vacances...les citoyens français enfumés par les affaires pensent à autre chose, fuyant la réalité de l'état de leur pays...nous faisons donc nos devoirs de vacances citoyens pour préparer nos concitoyens aux mauvaises surprises de la rentrée...on ne leur a pas tout dit

 

Lisez bien la liste des projets et propositions de lois ci-dessous. Elle n'est pas exhaustive car il faut y ajouter les débats des séances des questions au Gouvernement, les commissions...

Beaucoup de textes sont très importants, parfois d'autres plus insignifiants et inutiles. Des textes touchent les libertés, l'économie, la gestion publique, les questions sociales...le quotidien du français va être bousculé par ces textes. Le sait-il ? Les tentacules du tout État, toujours plus d'État croissent.

Le parlementaire qui vote ces lois est-il omniscient ? Est-il disponible pour assumer le travail de législateur que le gouvernement lui impose ? Est-il capable et a-t-il les moyens de légiférer ? Le calendrier est insoutenable surtout avec des élus qui doivent consacrer un temps important à leur circonscription, aux commissions, missions...à leurs familles et aux vacances.

 

RAPPEL DU " TRAVAIL" PARLEMENTAIRE DURANT CETTE SESSION EXTRAORDINAIRE DU PARLEMENT DE JUILLET- DÉBUT AOÛT

 

Les principaux textes à l’ordre du jour de cette session extraordinaire sont les suivants :

 

extrait de "Vie Publique", site du gouvernement.

 

 

DU TRAVAIL FORCÉMENT BÂCLÉ, PIRE LE SYSTÈME DU RÉGIME DE LA DÉMOCRATIE PARLEMENTAIRE S'EFFONDRE

Soit les députés et sénateurs font leur travail avec conscience "au nom et pour la nation" soit ils en sont "empêchés" et délèguent à la techno-structure parisienne, à l'énarchie, le pouvoir de légiférer et quand on voit que dans cette techno-structure énarchique et parmi les autres proches du Président peut figurer un BENALLA...le citoyen peut craindre le pire !

Maintenant, on vit une période où les députés et les sénateurs "sont empêchés" et abandonnent leur pouvoir législatifs...une révolution silencieuse bien camouflée.

Interrogez vos parlementaires, ils vous diront tous qu'ils ne peuvent tout voir. Le Président MACRON n'a jamais exercé la fonction d'élu...avant d'accéder la Présidence de la République... Il traite les parlementaires et autres élus avec condescendance voire mépris. Il veut d'ailleurs en diminuer le nombre...puisqu'ils ne servent presque plus à rien ! Ils sont accusés par l'exécutif (le gouvernement et le Président MACRON) de faire de l'obstruction aux textes réformateurs quand ils veulent et osent proposer des amendements aux textes proposés par le Gouvernement ! Celui-ci finit par craindre que les parlementaires fassent leur devoir. Pour déconsidérer l'Assemblée Nationale éclate comme par hasard le scandale des salaires et minéralisations annexes du personnel de la dite Assemblée.

Autre grave danger : un boulevard est offert aux lobbys par leurs complices que sont certains élus et fonctionnaires qu'ils savent acheter. Les lobbys ainsi parviennent sans peine à faire introduire dans des textes de loi, parfois véritables fourre-tout proposés au parlement, leurs sauces polluantes.

C'est l'aboutissement de la dérive constitutionnelle de la Cinquième République qu'avait initiée le général de Gaulle lui-même : le pouvoir du Président sans contre-pouvoir. Michel DEBRÉ, père de notre constitution, avait eu beaucoup de mal à imposer la création du Conseil Constitutionnel, gardien des libertés et de la constitution, qu'il imaginait, à juste titre, pouvoir être un début de contre-pouvoir au Président. Aujourd'hui même le Conseil Constitutionnel est affaibli.

 

À SUIVRE " Tout va très bien, madame la marquise !"

 

Partager cet article
Repost0
2 août 2018 4 02 /08 /août /2018 17:36
CE 32 PAGES DU PROGRAMME MACRON EST UNE RÉFÉRENCE POUR SAVOIR SI L'ÉLECTEUR A ÉTÉ TROMPÉ

CE 32 PAGES DU PROGRAMME MACRON EST UNE RÉFÉRENCE POUR SAVOIR SI L'ÉLECTEUR A ÉTÉ TROMPÉ

LA TAXE D'HABITATION : UN ENGAGEMENT DU PRÉSIDENT À PASSER AUX OUBLIETTES CAR IRRÉALISTE ?

 

Suite de:

http://www.olonnes.com/2018/06/des-reformes.oui-mais.html

 

"LES PROMESSES N'ENGAGENT QUE CEUX QUI LES REÇOIVENT"

Programme du candidat MACRON page 29

"Nous exonérerons de la taxe d’habitation tous les français des classes moyennes et populaires (soit 80 % des ménages)

C'est un impôt injuste : on paye beaucoup plus quand on vit dans une commune populaire que dans une commune riche. Dès 2020, 4 Français sur 5 ne paieront plus la taxe d'habitation, et l'État remboursera entièrement auprès des communes leur manque à gagner, à l'euro près, en préservant leur autonomie fiscale."

Puis la pratique et la constitution ont conduit le gouvernement à l'annonce de la suppression de cette taxe impôt.

Dans le flot pagailleux des réformes présentées bonnes, moins bonnes ou catastrophiques, en cours, reportées à 2020 et après, abandonnées...il y a donc cette fumeuse histoire de taxe d'habitation qui part du constat d'un" impôt injuste".

Rappelons que la taxe foncière et la taxe d'habitation sont des "impôts locaux" principales recettes des communes, intercommunalités, départements. Des moyens qui leur vaut une certaine indépendance.

La taxe d'habitation se calcule sur la base de la "valeur locative" estimée du logement que multiplie un % voté chaque année par les élus des conseils municipaux, départementaux ....

Cette "valeur locative" est désuète dans son mode de calcul et dans ses mises à jour. Mais son injustice incriminée est très relative.

Ce n'est pas parce que l’Administration n'a pas su mettre à jour les bases de calcul qu'il faut jeter le bébé avec l'eau du bain car nombre d'injustices" sont corrigées par des abattements et que cette "taxe impôt" est acceptée et fonctionne bien.

 

SUPPRESSION DE LA TAXE D'HABITATION : UNE ERREUR GRAVE DE GESTION ET DE POLITIQUE

Les élus locaux votent le montant des taxes qu'ils vont être prélevés auprès de leurs électeurs...remplacer cette taxe par une dotation nouvelle de l’État, c'est DÉRESPONSABILISER GRAVEMENT LES ÉLUS.

Les élus locaux vont perdre une nouvelle part de leur indépendance...pour boucler leur budget ils attendront la manne de l'ÉTAT !..imaginons la queue de des élus auprès du Cabinet du Ministre du Budget, Finances et Économie...

La mécanique de la technocratie de l'énarquo-aristo-ploutocratie parisienne de BERCY a trouvé avec cette suppression de la Taxe d'Habitation un moyen génial de compenser une autre injustice bien réelle l'augmentation de 25% de la CSG pour les retraités plumés comme des oiseaux sans défense.

L'erreur de gestion : l’État devra trouver 26 milliards d'euros pour compenser cette suppression de la Taxe d’Habitation. Dans la situation actuelle de la dette, du budget à équilibrer, des dépenses supplémentaires, des économies à réaliser...c'est mission impossible.

 

LA RECHERCHE DE RECETTES POUR COMPENSER DANS LE BUDGET DE L'ÉTAT LA TAXE D'HABITATION

Les têtes pensantes de BERCY ébauchent des solutions

- il y a eu les droits de mutation à augmenter...mais quel impact sur les transactions ? et  sur le marché immobilier ? d'où marche arrière du gouvernement

- il y a l'étalement sur 3 ans des abattements qui fera encore une fois que les français ne sont plus égaux devant l'impôt,

- il y a eu le jeu des chaises musicales avec la taxe foncière qu'on prend aux départements et intercommunalités pour donner aux communes et l'État donnerait de la compensation en TVA...mais cela ne donne pas de recettes fiscales supplémentaires et va créer une usine à gaz nouvelle !

- il y a la réalité chiffrée : quoiqu'il fasse le gouvernement dans 3 ans devra sortir encore 10 milliards d'euros pour la suppression totale de la Taxe d'Habitation et comme il a déjà reporter des charges nouvelles à 2019 et 2020...va-t-on encore user du déficit budgétaire ???

Mais là aussi la France exemplaire présentée par le Président MACRON ne sera plus exemplaire...et s'il cède la place de quelle succession empoisonnée "bénéficiera" celui qui aura le vrai courage de se faire élire pour vraiment redresser la FRANCE mal partie en 2018 !

- d'où l'idée d'impôts sur les résidences secondaires et les locaux vacants : Tiens, donc, il avait dit, le candidat Président MACRON pas d'impôts nouveaux !

 

LA DÉMAGOGIE CONCERNANT LA SUPPRESSION DE LA TAXE D'HABITATION SE HEURTE DONC AUX DURES RÉALITÉS DE L'ÉCONOMIE...ET AUX PROMESSES CONTRADICTOIRES DU PROGRAMME MACRON :

PLUS DE DÉPENSES PUBLIQUES, MOINS DE RECETTES, DES ÉCONOMIES DE FONCTIONNEMENT...EN 2020, PLUS D'ÉTAT, AMÉLIORATION DES SERVICES PUBLIQUES...TOUT CELA EST CONTRADICTOIRE DONC IMPOSSIBLE

Ainsi le Conseil des Ministres consacré à ce sujet de la taxe d'habitation a conclu qu'il n'a pas de solution et pourtant...

Maintenant, nous sommes à quelques semaines de l'élaboration des budgets (état et collectivités) et toujours pas de solution.

 

LA SOLUTION : RANGER LE DOSSIER AU FOND D'UNE ARMOIRE DANS L'IMMEUBLE DE BERCY ET TOILETTER LA TAXE D'HABITATION POUR 2019 !

...comme pour le PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE POUR L'IMPÔT SUR LE REVENU

Voir le rapport de la Cour des Comptes de mai 2018 pour plus de précisions :

"MISSION « FINANCES LOCALES »
Rapport sur la refonte de la fiscalité locale"

BERCY : LE SIÈGE DES TECHNOCRATES QUI VONT CRÉER UNE NOUVELLE USINE À GAZ

BERCY : LE SIÈGE DES TECHNOCRATES QUI VONT CRÉER UNE NOUVELLE USINE À GAZ

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2018 2 24 /07 /juillet /2018 18:23
QUI SE CACHE ? UN ÉLU ? POURQUOI ?

QUI SE CACHE ? UN ÉLU ? POURQUOI ?

UN INCIDENT "BÉNIN"AU CONSEIL MUNICIPAL D'OLONNE SUR MER : DROIT À L'IMAGE, PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE

Lors du dernier conseil municipal, un élu d'opposition après avoir demandé à un membre de la rédaction de votre blog "Olonnes.com" présent dans le public s'il était journaliste, lui a enjoint de cesser de le prendre en photos.

L'explication qu'il a donnée à l'issue du conseil municipal avec l'intéressé, nous laisse pantois.

Déjà, un élu qui, dans l'exercice de sa fonction, refuse de se laisser photographier : c'est un événement !

Regardons le comportement des élus du monde entier qui se bousculent pour apparaître sur les photos. Il est même des ministres, hommes et femmes qui bousculent leurs collègues pour être sûrs d'être sur les photos et d'être bien placés.

Donc, l’explication donnée par l'élu pour justifier son comportement est très intéressante. En effet,  c'est parce que nous osons relater sur ce blog des choses qui ne sont pas toujours  à l'avantage de l'intéressé qu'il a interpellé véhémentement notre rédacteur. Pire : il l'a "accusé" de manger dans l'assiette du maire d'Olonne sur Mer.

C'est méchant et faux : notre indépendance n'a pas de prix et depuis 10 ans nous l'avons prouvé et nos lecteurs le savent aussi.

MISE AU POINT

Primo : si nous avions mis en ligne sur ce blog des propos erronés ou diffamatoires, il eût suffi à cet élu et à ses collègues d'utiliser leur droit de réponse. Chose qui ne fut jamais faite et que, d'ailleurs, nous regrettons. Le dialogue est meilleur et plus productif que l'invective.

Secundo, l'élu a invoqué son "droit à l'image".

Rappelons le droit : Chaque individu a un droit exclusif sur son image et l'utilisation qui en est faite. Le citoyen peut s'opposer à sa fixation, conservation ou à sa diffusion publique sans son autorisation  sauf cas particuliers comme celui de la prise et diffusion de photo dans un lieu public ...comme un conseil municipal !

Enfin, aucun élu ne peut se prévaloir de son droit à l'image lorsqu'il agit dans le cadre de ses fonctions publiques, qu'il s'agisse d'une séance de conseil municipal, d'une allocution événementielle ou d'une cérémonie commémorative.

Une occasion de rappeler que le juge administratif a déjà estimé que « à défaut de texte de nature législative ou règlementaire, le règlement intérieur d’un conseil municipal ne peut soumettre à une autorisation préalable l’utilisation par ses membres, d’appareils d’enregistrement audiovisuel durant les séances publiques du conseil ». (CAA Bordeaux, 3 mai 2011, Commune d’Espalion, n° 10BX02707). Mais cette liberté de photographier un élu dans l'exercice de ses fonctions est étendue au public, à tout photographe...

 Comme le dit la Cour de Cassation, en conformité avec le droit européen, :

"Si chacun dispose d’un droit exclusif sur son image qui lui permet de s’opposer à la publication de celle-ci sauf nécessité tirée du droit à la légitime information du public, ce droit peut céder devant la liberté d’expression de l’artiste photographe lorsque ne sont en cause ni le respect de la dignité humaine ni l’atteinte à la vie privée de la personne représentée."

Donc, non seulement l'élu n'avait aucun droit d'adresser une injonction directement à une personne privée installée dans la salle du conseil municipal qui est un lieu public, mais en plus vouloir empêcher un citoyen de faire le nécessaire pour informer ses concitoyens est une atteinte grave aux libertés d'information et d'expression.

L'explication fournie par l'élue constitue donc, en plus, une atteinte à la liberté d'expression puisque l'élu estime avoir agi ainsi à l'égard du rédacteur photographe pour sanctionner des propos parus dans le blog de celui-ci.

Ainsi, sur le plan citoyen et politique le comportement de l'élu de gauche est particulièrement choquant. La gauche serait-elle devenue contre les libertés d'information et d'expression ? Ce n'est pas la gauche que nous connaissions à la pointe de la défense des libertés fondamentales.

 

Mettons cela sous le coup d'un débat un peu chaud et oublions l'incident.

A bon entendeur, salut à cet élu et au respect que nous devons à sa fonction et donc au droit de le photographier dont nous n'abuserons pas.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2018 6 14 /07 /juillet /2018 15:29
BÂILLONNÉS : ON RISQUE DE L'ÊTRE

BÂILLONNÉS : ON RISQUE DE L'ÊTRE

NOUS NE DONNONS PAS LES TEXTE CI-DESSOUS POUR INCITER À "PÉTITIONNER"  MAIS SIMPLEMENT PARCE QUE CES APPELS CLAIRS EXPRIMENT LA GRANDE CRAINTE FONDÉE DE VOIR NOS ESPACES DE LIBERTÉ SE RÉDUIRE DE MANIÈRE DRASTIQUE

Ce n'est pas le hasard si nous choisissons un 14 juillet pour publier ces appels (d'origine très différentes) : 14 juillet fête des libertés et des droits de l'homme.

Au sujet des deux projets de lois sur les fraudes et les fausses informations :

"Il faut de toute urgence empêcher ce désastre pour la liberté d'opinion et pour la démocratie dans notre pays."

 

Nous ne donnons pas ces textes pour proposer une pétition mais pour illustrer parfaitement le risque que nous courons tous par un pouvoir qui, sans dire le mot, dans un fourmillement de réformes pas toujours maîtrisé, devient de plus en plus autocratique et liberticide.

 

Excellent article du Point du 12 juillet 2018 écrit par un avocat Renaud LE GUNEHEC  qui sur cette loi dite anti "fake news" "dénonce un texte dangereux, un recul de notre droit à la liberté d'expression". L'article se conclut ainsi "Protéger notre démocratie est vital mais le faire en restreignant la liberté d'expression est mortel".

Chère amie, cher ami,

Avec l’aide des autorités politiques, les lobbys sont à deux doigts de réussir leur coup : obtenir par la loi la sanction systématique de toute personne (scientifique, journaliste, ONG ou simple citoyen) qui tenterait de révéler des pratiques moralement indéfendables des multinationales agrochimiques, des banques d’affaires, ou des grandes entreprises.

Malgré les mises en garde de la Commission Consultative des Droits de l’Homme, malgré les alertes lancées par les journalistes, les syndicats, les ONG… Malgré l’opposition massive des 570 000 citoyens signataires de la pétition : la loi sur le secret des affaires a été adoptée au Sénat ce jeudi 21 juin 2018.

Mais nous ne déposerons pas les armes pour autant.

Il reste un ultime recours en France pour faire invalider cette loi. Puis c'est à Bruxelles que nous devrons continuer le combat.

Grâce à vous et à la mobilisation massive de centaines de milliers de citoyens, nous avons réussi à obtenir la saisine du Conseil constitutionnel contre la loi Secret d'affaires qui vient d'être votée en France.

Pourtant, nos droits fondamentaux à l'information sur la santé, l'alimentation et l'environnement sont plus que jamais menacés : aidez-nous à intensifier d'urgence nos actions au niveau européen, pour opposer à l’industrie un contre-pouvoir citoyen, organisé et efficace, capable de faire vraiment barrage à leur mainmise insupportable sur les lois et les autorités censées nous protéger.

Grâce à l'engagement sans faille et à la générosité des donateurs de l'association... grâce aux centaines de milliers de citoyens mobilisés à nos côtés... grâce à la mobilisation d’une cinquantaine d'ONG, représentants de la société civile et Sociétés de journalistes... grâce à l'intervention, enfin, de 140 parlementaires courageux qui ont refusé de plier sous la pression des lobbys…

...nous avons réussi le tour de force de faire saisir par deux fois le Conseil constitutionnel pour contester l’adoption définitive de la loi sur le secret des affaires !

C'est l'offensive de la dernière chance pour faire barrage à cette loi qui va risquer de bâillonner toutes celles et ceux qui oseront encore se dresser contre l'industrie.

Et nous n'allons pas rester les bras croisés en attendant la sentence !

C'est désormais à Bruxelles, au cœur des institutions européennes, que nous devons porter nos coups si nous voulons que le droit des citoyens à défendre leur santé, leur alimentation et leur environnement, prime sur les profits de l'industrie.

Nous n'avons pas le choix :

Il a déjà fallu plus d’un an de bras de fer entre Monsanto et les parlementaires européens pour avoir accès aux études justifiant la réautorisation du glyphosate en Europe - les agrochimistes invoquant le “secret des affaires” alors que le glyphosate en question était soupçonné par l’OMS d’être un produit cancérogène pour l’homme !

Imaginez ce que ça risque d’être en Europe avec des lois comme celles que le Sénat vient d’adopter :

Les colosses de l'agrochimie auront désormais un cadre juridique solide pour ne plus fournir les données sur lesquelles se fondent l’autorité sanitaire européenne et les pouvoirs publics pour autoriser la mise sur le marché de pesticides potentiellement catastrophiques pour les abeilles, la santé ou l'environnement.

Impossible pour les ONG comme la nôtre ou les scientifiques indépendants avec lesquels nous travaillons, d’évaluer les données fournies par les multinationales agrochimiques pour déterminer de façon impartiale si leurs produits ne présentent pas de risques majeurs pour l’homme et la nature par exemple.

Il faudra les croire sur parole, elles qui encaissent des milliards chaque année sur la vente de ces produits – c'est insensé !

Aidez-nous s’il vous plaît :

Continuons ensemble l'offensive à Bruxelles - exigeons la transparence sur les études qui concernent l'environnement, la santé et l'alimentation de tous les citoyens !

Votre mobilisation et votre soutien financier permettront à POLLINIS de s’opposer aux manœuvres des lobbys, de révéler les failles scientifiques et juridiques du système d’évaluation des pesticides, de financer les études des scientifiques indépendants pour contrebalancer celles de l'agrochimie, de défendre enfin nos libertés et nos droits fondamentaux bafoués par ceux qui sont censés les défendre.

Cet énorme travail de contre-lobbying citoyen repose uniquement sur la générosité et l'engagement de citoyens comme vous.

POLLINIS est une ONG indépendante de toute organisation ou parti politique : notre association ne défend que l'intérêt des citoyens. Elle n'est donc financée QUE par les citoyens.

Sans le soutien sans faille de nos donateurs, nous n'aurions pas pu rassembler plus d'un million de personnes en Europe pour faire interdire les pesticides néonicotinoïdes tueurs d'abeilles, nous n'aurions pas été en mesure de déjouer les manœuvres des lobbies qui imposent subrepticement de nouveaux tueurs d'abeilles avec la complicité des autorités censées les contrôler…

...Nous n'aurions jamais réussi à mobiliser des dizaines d'ONG, des journalistes de renom, des avocats, des lanceurs d'alerte et des scientifiques, derrière une pétition commune contre la loi secret des affaires en France, et à faire travailler des juristes spécialisés pour préparer la saisine du Conseil constitutionnel.

Pour continuer le combat à Bruxelles, nous avons besoin de la participation, même symbolique, de chaque personne qui a à cœur de défendre notre droit à l’information sur les pesticides et l'alimentation ; qui refuse que sa famille, ses proches, ses enfants, deviennent les cobayes de l'agrochimie sans que personne n'y puisse redire sans encourir de procès.

C'est pour cela que je fais appel à vous : pour vous demander si possible, d'aider POLLINIS à intensifier le travail indispensable qu’elle mène à Bruxelles et en France pour obtenir la transparence sur les études qui concernent l'environnement, la santé et l'alimentation des citoyens.

Donnez ce que vous pouvez s’il vous plaît : 15 euros, 30 euros, 50 euros, même 100 ou 200 euros si vous le pouvez. En général, la plupart des donateurs de POLLINIS participent autour de 30 euros.

Quel que soit le montant que vous déciderez de consacrer au financement des actions de POLLINIS, sachez qu'il sera une aide précieuse pour nous permettre de continuer à dresser face aux lobbies de l’agrochimie un contre-pouvoir citoyen, organisé et efficace, capable de faire vraiment barrage à leur mainmise insupportable sur les lois et les autorités européennes.

Pour faire un don à POLLINIS, merci de cliquer ici.

Je vous remercie par avance pour l'aide que vous pourrez apporter à notre combat pour défendre votre droit à l'information sur les pesticides, l'alimentation et la santé, et empêcher à l'avenir, malgré la loi sur le secret des affaires, que l'agrochimie fasse seule la loi en Europe.

Bien cordialement,

Nicolas Laarman

Délégué général

POLLINIS Association Loi 1901
10, rue Saint Marc 75002 Paris www.pollinis.org

boulevard Voltaire

www.bvoltaire.fr/

 

Chère Madame, Cher Monsieur,

Dans la nuit du 3 juillet, à l’Assemblée nationale, les députés LREM ont réussi à faire passer, en catimini, deux textes sur “la manipulation de l’information”.

Il s’agit en fait, de la très controversée proposition de loi contre les "Fake news" qui, sous couvert d’empêcher la diffusion de fausses infos, vise à museler les médias libres et indépendants, tels que Boulevard Voltaire.

Mais rien n’est joué ! Le texte doit encore être soumis au vote du Sénat, fin juillet.

Si tous les citoyens conscients de l'importance vitale d'une information libre pour le bon fonctionnement démocratique se mobilisent, nous pouvons faire barrage à ce projet de censure institutionnalisée.

C’est pourquoi nous vous demandons de signer, de toute urgence, la « lettre ouverte aux sénateurs ». Faites la également signer à tous vos amis en leur transférant ce message.

C’est très important !

Je signe la lettre ouverte aux sénateurs

Car ce projet de loi contient des dispositions extrêmement dangereuses pour le débat démocratique, pour la liberté de la presse et pour…  votre site d'information Boulevard Voltaire.

Voici ce qu'il prévoit :
Trois mois avant des élections, "lorsque des fausses informations de nature à altérer la sincérité du scrutin" sont diffusées de manière délibérée, de manière artificielle ou automatisée et massive "par le biais d’un service de communication au public en ligne", le juge des référés pourra faire cesser cette diffusion.

Oui, oui, vous avez bien lu ! Il s'agit spécifiquement de la diffusion sur internet et via les réseaux sociaux. Autrement dit, ce sont bien les sites d'information alternative comme Boulevard Voltaire qui sont dans le collimateur.

Mais c'est quoi "une fausse information de nature à altérer la sincérité du scrutin" ? Eh bien le juge des référés n’aura que 48 heures pour se prononcer… Totalement irréaliste !

Pour rappel, dans l'affaire Théo, avec allégation de viol d'un jeune de banlieue par des policiers, affaire qui si elle éclatait à quelques semaines d'une élection pourrait typiquement peser sur le scrutin, il a fallu des mois avant de retrouver une vidéo disculpant les policiers !

Mais il y a plus grave encore que cette possibilité de censure par le juge des référés.

C'est la censure par les réseaux sociaux.

Car c'est précisément ce que cible la loi : le texte "vise simplement à responsabiliser les plates-formes sur la diffusion", explique Fabienne Colboc, porte-parole LREM sur ce projet de loi.

Responsabiliser les plates-formes… Une fois traduit de la novlangue au français, cela signifie tout simplement inciter, voire obliger,  les Google, Twitter et autre Facebook à censurer les informations qu'elles-mêmes jugent "de nature à altérer la sincérité du scrutin"…

… Déjà, aujourd'hui, un de nos confrères a été censuré et interdit de diffusion sur "You Tube".…

… Alors là, avec cette loi les incitant à le faire, vous imaginez le résultat ?!

Ce sera la fin de l'information libre, le paradis de la pensée unique et du politiquement correct !

Il faut de toute urgence empêcher ce désastre pour la liberté d'opinion et pour la démocratie dans notre pays.

Alors s'il vous plaît, signez la Lettre ouverte aux sénateurs pour leur demander de rejeter ce projet de loi.

Et après avoir signé, transférez cet email à tous vos amis pour leur demander de faire barrage à ce projet de censure institutionnalisée.

D'avance merci pour votre engagement au service de la liberté d'information et d'opinion dans notre pays !

L'équipe de Boulevard Voltaire

 

Partager cet article
Repost0
14 juin 2018 4 14 /06 /juin /2018 21:49
 LE PROJET D'AMÉNAGEMENT COMMENTÉ

LE PROJET D'AMÉNAGEMENT COMMENTÉ

PROJET DU MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE : EN BLANC, LA NOUVELLE ROUTE À CRÉER

PROJET DU MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE : EN BLANC, LA NOUVELLE ROUTE À CRÉER

VOTRE ASSOCIATION CITOYENNE, CACO, VA À LA RENCONTRE DES CITOYENS À L'OCCASION DE LA SIGNATURE D'UNE PÉTITION QUI PORTE SUR LE PROJET DU MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE (VENDÉE) DE FERMER LA "ROUTE LITTORALE" DU PUITS D'ENFER À SAINT JEAN D'ORBESTIER

 

Cela se nomme le "dévoiement" d'une route qui sera reportée vers le rétro-littoral (voir photo ci-dessus), coupera la zone boisée pour arriver au pied de l'Abbaye romane de Saint Jean d'Orbestier dans la zone de "protection" de ce monument historique classé à l'inventaire.

 

RAPPEL DES STATUTS DE CACO : L'OBJET SOCIAL

La participation de l'Association CACO à cette opération cadre parfaitement avec ses statuts.

ART. 2 - des statuts

L'Association a pour buts :

- de participer à la mise en valeur et à la sauvegarde du patrimoine du Pays des Olonnes non seulement sur le plan architectural et culturel mais aussi sur le plan environnemental naturel par la maîtrise de l’urbanisation, la prévention des risques, la défense des richesses locales naturelles,

- de former et informer par tous moyens légaux les citoyens sans distinction sur l’exercice de leurs droits et de leurs devoirs sur tout ce qui a trait à la vie citoyenne,

- de participer au développement d’une politique locale culturelle par la promotion d’opérations  pérennes en partenariat avec les pouvoirs publics et les associations culturelles,

- d’inciter, par tous moyens légaux, les citoyens à participer à la vie de la Cité, de les assister dans leurs démarches et de défendre leurs intérêts dans le cadre de la mission citoyenne de CACO,

- de constituer un relais entre les citoyens et les décideurs (élus, administrations…)

- de faire connaître à l'ensemble de la population ses actions, ses réflexions, prises de position et points de vue par tous moyens de communication à sa disposition.

 

À L'OCCASION DE CETTE PÉTITION : DES SIGNATURES MAIS AUSSI UN DIALOGUE TRÈS ENRICHISSANT

Faire signer une pétition, c'est mettre en œuvre la pratique de l'expression de la démocratie directe.

Ce mercredi après-midi 13 juin 2018, des membres de l’Association CACO ( Citoyens pour un Avenir Commun  au pays des Olonnes)  qui s'exprime régulièrement à travers ce blog, son blog, étaient sur le remblai des SABLES D'OLONNE  pour présenter le projet du maire de CHÂTEAU D'OLONNE et la pétition "CONTRE" et des propositions alternatives.

Bilan de cet après-midi magnifiquement ensoleillé : 300 signatures recueillies mais beaucoup plus : des échanges sur l'évolution de la cité, sur l'utilisation des fonds publics, le défaut de communication des élus, la fusion des communes ...

Extraordinaire : voir s'arrêter des centaines de personnes au vu d'affichettes sur ce projet qui les interrogent. Ces citoyens en oublient le but de leur promenade sur le remblai de la baie des Sables d'Olonne pour discuter non seulement avec les membres de notre Association, mais aussi entre elles, calmement, implacablement parfois.

Beaucoup de sujets sont abordés. L'expression calme, froide, tranquille, désabusée de citoyens qui, très souvent "n'y croient plus" et apprécient notre action.

 

A SUIVRE : UN BILAN TRÈS INSTRUCTIF

 

Pour tout renseignement : Collectif SOS ROUTE LITTORALE

sos.route.littorale@gmail.com

2, impasse Frédéric Mistral

85180 CHÂTEAU D'OLONNE

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2018 4 31 /05 /mai /2018 21:21
SPECTACLE OFFERT À L'ENTRÉE D'AGGLOMÉRATION LE MERCREDI 30 MAI 2018

SPECTACLE OFFERT À L'ENTRÉE D'AGGLOMÉRATION LE MERCREDI 30 MAI 2018

CE SPECTACLE À L'OUVERTURE DE LA SAISON TOURISTIQUE EST AFFLIGEANT, DÉSHONORANT POUR UNE COMMUNE TOURISTIQUE, STATION BALNÉAIRE

 

Sur fond de friche de l'ancienne clinique sur la commune de Château d'Olonne ...les restes d'une soirée ajoutent une note pour alerter la municipalité.

À l'incapacité de la municipalité actuelle à régler le problème de l'ancienne clinique dirigée par l'ancien maire Jean-Yves BURNAUD s'ajoute le retour des problèmes d'incivisme et de sécurité.

En effet, on a aussi noté sur ce secteur du Pas du Bois un petit candélabre et un panneau de signalisation couchés, une poubelle renversée...

Certes, tout n'est pas de la faute à la municipalité mais...

celle-ci est depuis des années avisée qu'il faut savoir privilégier les vraies priorités, s'occuper des choses sérieuses et s'il y a, à Château d'Olonne,  depuis des années des investissements à privilégier depuis longtemps : ce sont la sécurité des citoyens, l'urbanisme (logement), la voirie...

Partager cet article
Repost0
25 mai 2018 5 25 /05 /mai /2018 21:07
UN SYMBOLE

UN SYMBOLE

VOTRE BLOG, COMME TANT D'AUTRES, N'AURAIENT PU SURVIVRE ET CONTINUER À POUVOIR S'EXPRIMER LIBREMENT AVEC LA LOI QUE LES DÉPUTÉS VIENNENT DE VOTER

 

VOUS AIMEZ LA LIBERTÉ ALORS SIGNEZ SVP LA PÉTITION EN LIGNE

http://www.pollinis.org/fr/stopsecretsdaffaires-recours-conseil-constitutionnel/?utm_source=newsletter_761&utm_medium=email&utm_campaign=18mte-cliqsa

 

 

URGENT ! il faut 60 signatures de députés ou 60 millions de citoyens seront bâillonnés

 

Hier, une poignée de députés et de sénateurs français ont adopté définitivement la loi des lobbies pour réduire au silence toute personne qui s’apprêterait à révéler un scandale compromettant sur leurs activités.

Grâce à cette loi obtenue après des années de lobbying feutré auprès des institutions européennes, les grandes multinationales et banques d’affaires pourront traîner en justice – avec de lourdes sanctions financières à la clef :

-  les journalistes d’investigation pour les empêcher d’enquêter sur leurs affaires, même les plus douteuses ;

- les scientifiques qui analysent les effets désastreux des produits de l’agrochimie ou de médicaments des grands laboratoires pharmaceutiques, pour bannir toute autre étude scientifique que celles qu’ils financent eux-mêmes ;

- les ONG comme POLLINIS qui dénoncent auprès du grand public les effets désastreux de leurs produits sur les abeilles et l’environnement ;

18MTE Visuel
Cartouche

Nous avons quelques jours à peine pour faire invalider la loi Secrets d'affaires imposée par les lobbies des multinationales pour nous réduire au silence :

D'ici lundi, nous devons mobiliser 60 députés pour qu'ils saisissent le Conseil constitutionnel : aidez-nous à exercer une pression historique de leurs électeurs, pour les obliger à agir !

Votre participation est primordiale : SVP, faites pression sur le député de votre circonscription pour qu’il défende votre droit fondamental à l’information !

18MTE Bouton Cartouche 18MTE Bouton Cartouche

- et même les simples citoyens qui sont confrontés, dans leur vie personnelle ou professionnelle, à des pratiques moralement indéfendables de ces entreprises, et qui décident de tirer la sonnette d’alarme.

Il n’y a désormais plus aucun recours sur le plan politique pour faire barrage à cette victoire écœurante des lobbies sur la liberté et le droit fondamental des citoyens d'être informés.

Mais il reste une lueur d’espoir :

Grâce aux dons des membres de POLLINIS, et de toutes les personnes qui ont répondu « présent » à notre appel, nous avons fait travailler dans l'urgence un cabinet d’avocats spécialisé dans le droit constitutionnel...

... pour préparer un recours devant le Conseil constitutionnel, garant des droits et libertés fondamentaux protégés par la Constitution - notamment la liberté d’expression et la liberté de la presse, qui sont de toute évidence bafouées par la nouvelle loi des lobbies !

Le dossier est prêt. Il est tout à fait possible qu’il réussisse à convaincre les sages de se prononcer contre l’application telle quelle de cette loi en France.

Mais pour saisir le Conseil, la demande des citoyens ou des ONG, ne suffit pas. Seuls les parlementaires ont ce pouvoir.

Partager cet article
Repost0