Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 12:25
Drapeau en berne, symbole de la France frappée par l'horreur

Drapeau en berne, symbole de la France frappée par l'horreur

RECUEILLEMENT ET MESSAGE DE SOUTIEN AUX FAMILLES ET PROCHES DES VICTIMES DE CETTE HORREUR VÉCUE LA NUIT PASSÉE

 

Après ce massacre programmé, cette horreur il ne nous reste que le droit au recueillement pour les victimes qu'il ne faudra jamais oublier.

Les terroristes ont frappé les innocents : la main aveugle de ceux qui les ont "armés" est celle de l'obscurantisme, de la haine. C'est la même que celle qui sévit dans tant de pays et qui génère d'autres drames, d'autres haines.

 

Il y aura, en France, un "après 13 novembre 2015" qui sera celui de la réflexion sans complaisance et sans haine sur ce drame, ses causes et ses conséquences.

 

Aujourd'hui, il ne peut y avoir qu'un seul mot d'ordre : l'union avec les familles des victimes pour leur manifester le soutien de tout le Pays et le souhait de prompt rétablissement aux nombreux blessés.

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 23:30

"Honneur à nos grands morts.

Grâce à eux, la France, hier soldat de Dieu, aujourd'hui soldat de l'humanité, sera toujours soldat de l'idéal.”

de Georges Clemenceau (Extrait de Discours écrit et parlé, 11 novembre 1918 ) (tiré d'EVENE)

 

1914 1918 PLUS JAMAIS ÇÀ, nunca mas ! , LA DER DES DERS

 

Si ce jour du 11 novembre est déclaré férié cela ne peut signifier " jour où l'on ne fait rien".

C'est un jour par définition dédié certes au souvenir mais cela va beaucoup plus loin. Il s'agit d'un jour pour effectivement se souvenir de tous les hommes, femmes et enfants qui ont péri suite à la folie des hommes.

Mais, en commémorant le 11 novembre 1918, on ne fête que la fin "juridique" des combats. Les historiens disent maintenant qu'aucun pays n'a gagné cette guerre mais que tous les pays ont perdu la paix puisque "la der des ders" (en souvenir du ou des derniers poilus morts au front) fut suivie en 1939 1945 par la seconde guerre mondiale toute aussi dévastatrice.

Le "plus jamais ça" est un hommage aux poilus de cette Première Guerre mondiale...l'expression fut reprise dans d'autres circonstances aussi dramatiques.

 

11 novembre, journée du souvenir, mais surtout journée de réflexion sur cette même folie des hommes encore en 2015.

La guerre sur cette terre se répand sur tous les continents, larvée parfois, violente d'autres fois, contenue un peu par une gouvernance mondiale sous l'égide de l'ONU mais la guerre est là partout, aveugle, incapable de reconnaître l'innocent mais frappant la veuve, l'orphelin, le vieillard, le riche, l'indigent....

C'est un appel à la cohésion sociale à la tolérance qui n'est ni lâcheté ni abandon, ni lâcheté.

C'est peut-être aussi un rappel à la triste réalité "si tu veux la paix, prépare la guerre" (adage romain).

C'est aussi un rappel à la mobilisation des hommes pour justement une réflexion forte pour toujours être mobilisés, pour former, informer, combattre avec les armes du pacifiste et du juste.

Le prêtre qui officiait pour le messe du souvenir à Château d'Olonne a cité  le symbole du soldat MARTIN, légionnaire romain faisant partie des troupes d'occupation romaine en Gaule au 4ième siècle. Il est devenu Saint MARTIN, fêté justement le 11 novembre. Il est surtout célèbre pour avoir utilisé son arme, son épée, pour tailler en deux son manteau et en offrir la moitié à un pauvre hère gaulois transis de froid au bord de la route.

Recueillement à Château d'Olonne
Recueillement à Château d'Olonne

Recueillement à Château d'Olonne

Les Sables d'Olonne : une assitance importante

Les Sables d'Olonne : une assitance importante

L'envol des colombes de la paix

L'envol des colombes de la paix

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 20:20
Yannick MOREAU

Yannick MOREAU

"LE DRAME SYRIEN ET LE MASSACRE DES CHRÉTIENS D'ORIENT NOUS CONCERNENT TOUTES ET TOUS.

11/11/2015"

Pour ce 11 novembre, notre réflexion sur ce que fut cette première guerre mondiale et les enseignements à tirer pour les transmettre aux jeunes générations était donc tournée vers l'impossible paix dans le monde...

et puis il y a eu ce communiqué de presse repris dans les journaux numériques nationaux et qui ne peut nous laisser indifférent.

 

Communiqué de Presse du député de VENDÉE LITTORALE Yannick MOREAU

 

 

"Avec des millions de réfugiés au Moyen-Orient et des centaines de milliers de morts civils et militaires, le drame syrien et le massacre des Chrétiens d'Orient nous concernent toutes et tous.

Cette tragédie, aux portes de l'Europe et aux sources de notre civilisation, nous commande d'agir pour que le peuple syrien retrouve le chemin de la paix.

Ce chemin est étroit et nécessite l'engagement de chacun.

Pour ma part, humble député à l'Assemblée nationale et membre actif du groupe parlementaire sur les Chrétiens d'Orient, j'ai décidé de me rendre en Syrie cette semaine avec des collègues députés et un responsable de l'association "SOS Chrétiens d'Orient".

Le but de ce déplacement est de m'informer, rencontrer et échanger pour aiguillonner à mon retour l'opinion publique et la politique extérieure de la France.

La toute première urgence est militaire.

C'est le combat international uni et massif contre les barbares islamistes de Daech.

La deuxième urgence est diplomatique et humanitaire.

Il s'agit de dialoguer avec toutes les parties en présence pour organiser une transition civile, démocratique, pragmatique en Syrie; et de venir en aide aux millions de Syriens en grande détresse.

Ces deux urgences sont le double sens de mon déplacement en Syrie cette semaine."

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 22:55
11 novembre souvenir à Château d'Olonne
11 novembre souvenir à Château d'Olonne

11 novembre souvenir à Château d'Olonne

COMMÉMORATION DU 11 NOVEMBRE, 97 ième anniversaire de l'armistice

 

 

LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE : UNE GUERRE DONT AUCUN PAYS NE VOULAIT VRAIMENT ET QUE LE MANQUE DE GOUVERNANCE MONDIALE A CONTRIBUÉ À LAISSER SE DÉVELOPPER TRAGIQUEMENT

SE SOUVENIR

 

Rituellement pour les grands rendez-vous commémoratifs nationaux nous rappelons ce qui doit unir les français : le passé ce qui a fondé notre nation, développer l'unité et tout ce qui peut en découler.

Nous ne voulons pas évoquer pour cette commération seulement les victimes de cette première guerre mondiale, la souffrance du peuple français, son courage qui sont inscrits sur tous les monuments aux morts de nos villes et villages.

L'an dernier a été célébré le centième anniversaire de la déclaration de cette guerre qui n'aurait jamais dû avoir lieu, dont les mobiles ont échappé aux hommes politiques pris dans une fuite en avant que rien n'a pu arrêter. Une guerre dont aucun pays ne voulait vraiment.

Pour ceux qui voudraient en savoir plus sur cette erreur de gouvernance qui a conduit au désastre humain...et qui n'a pas empêché la seconde guerre mondiale ! Pour ceux qui veulent en savoir plus, comprendre, nous recommandons LA GRANDE ILLUSION de l'Historien GEORGES-HENRI SOUTOU (Èdition TALLANDIER).

 

DEVOIR DE MÉMOIRE : CE N'EST JAMAIS GAGNE !

Participer à cette célébration du 11 novembre est une occasion exceptionnelle pour les parents et grands-parents d'expliquer aux plus jeunes : le "plus jamais cela" et aussi de rappeler ce que chaque français doit à ceux qui ont fait la FRANCE, à ceux qui sont partis "la fleur au fusil" pour la défendre...parce que c'était la patrie, leur patrie en danger.

Il faut rappeler aux jeunes que la FRANCE, cela se mérite, u'il ne faut pas qu'elle perde son âme et que ce n'est jamais gagné, l'équilibre entre les nations est une chose fragile. Si la France a une armée, ce n'est pas pour conquérir le monde mais défendre une terre et un idéal bâti sur une longue histoire.

Une présence citoyenne nombreuse ne peut qu'être un plus pour tous.

 

CÉLÉBRATION DU 11 NOVEMBRE À CHÂTEAU D'OLONNE

 

9h30 : Messe à la Mémoire des morts

10h15 : Rassemblement Place de l'Hôtel de Ville,

10h30 : Défilé avec la participation de l'Orchestre d'Harmonie des Sables d'Olonne,

10h45  : Place du Cimetière : envoi des couleurs, dépôt de gerbes, minute de silence et lâcher de pigeons,

11h : Vin d'honneur salle Calixte-Aimé Plissonneau.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 21:58
Elle a écrit "démocratie en péril"Elle a écrit "démocratie en péril"

Elle a écrit "démocratie en péril"

EST-CE LA FIN DES PARTIS SOUS LEUR FORME ACTUELLE ?

 

Nous avons eu l'occasion de parler de cette élue bretonne de droite Ghislaine BOURLAND qui a découvert la politique locale, est tombée dedans et s'est noyée.

L'épilogue de son expérience n'en n'est que plus décevant.

L'ancienne élue rend son tablier.

C'est grave. Mais ce qui est plus grave c'est que cette histoire est l'illustration des prédictions des chroniqueurs (ATTALI par exemple), moralistes, chercheurs et journalistes sur le devenir des "corps intermédiaires" dont les principaux sont   :

- les partis politiques forme particulière de corps intermédiaire qui sont décrédibilisés,

- les syndicats de salariés et d'employeurs qui ne représentent à peine quelques pourcentages de ceux qu'ils sont censés représenter et voient sans cesse leurs effectifs fondre leur faisant perdre leur représentativité et leurs pouvoirs de médiation et de modérateur.

Les points communs de ces deux corps intermédiaires ce sont d'une part, leur décadence et d'autre part, leur nécessaire existence : la démocratie ne peut s'en passer.

Leur disparition livrerait l'individu à l'arbitraire, à la révolte, à la violence.

 

RUPTURE ENTRE LA BASE ET LES DIRIGEANTS GRANDS ÉLUS SOUVENT

Analysons, pour les partis, l'exemple de cette militante déçue. Elle est de droite, elle aurait pu être de gauche...c'est le fonctionnement des partis qui est en cause. On pourrait aussi parler du ou des partis écologistes, du parti communiste, du parti socialiste...

Cette militante s'exprime ainsi sur son blog :

 

"J'ai quitté le parti Les Républicains par lettre motivée à l'attention de Monsieur le Président Nicolas Sarkozy, 238 rue Vaugirard, Paris, en date du mardi 12 octobre 2015."

Elle évoque dans cette lettre de démission ses griefs que nous résumons :

"1) Alors que beaucoup de cadres de proximité, dont des députés que vous avez fait élire en juin 2007 mettaient un mouchoir sur notre logo, j’arpentais le terrain et « mouillais la chemise » pour la poursuite de votre action au sommet de l’Etat.

Aujourd’hui, les gens qui se sont servis sans trop donner restent, moi je m’en vais...

2) ...plus que jamais, l’intérêt particulier domine les décisions et nuit à toute tentative de stratégie d’ensemble.

...Ici, ceux qui se targuent d’être des figures Républicaines ne font pas vibrer l’électorat au-delà de leur pré-carré, ni reçoivent l’adhésion de la base militante.

3) de plus, les alliances négociées au fil des circonstances sont périlleuses, pour ne pas dire nocives...

4) Un profond mépris du militantisme en provenance de ceux qui entendent représenter "Les Républicains" tant au niveau local que national se ressent au-delà de nos rangs. "

C'est la rupture entre la base militante, besogneuse, au contact de la population et les dirigeants d'un parti.

Á ces causes de rupture il faut ajouter un management étonnant des partis : on voit les cadres et militants de base écartés et les seconds couteaux (formule optimiste)  portés aux nues et occuper le devant de la scène pour mieux exposer leur médiocrité et déconsidérer le monde des politiques, celui des élus aux yeux des citoyens que cela dégoutte.

Une situation dangereuse pour l'avenir de la démocratie.

Robert HUE, l'ancien leader communiste, n'a-til pas écrit : "Les partis politiques vont mourir... et ils ne le savent pas"

 

 

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 16:37
L'ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS : une grosse administration de la santé avec 92 000 salariés

L'ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS : une grosse administration de la santé avec 92 000 salariés

PRIVILÈGES  : LA FIN DES LOGEMENTS DE COMPLAISANCE ? Appliquer la règle de 1792

 

Martin HIRSCH qui préside aux destinées de l'ASSISTANCE PUBLIQUE HÔPITAUX DE PARIS APHP (92 000  salariés), bien éduqué par son père, grand serviteur de l'État, a découvert ce privilège et ose le dénoncer. Il a fait introduire un amendement dans la loi Touraine qui permet de récupérer les logements du parc privé de l'APHP attribués à des personnalités qui n'ont plus aucun lien avec l'ASSISTANCE PUBLIQUE voire des retraités ou leur descendance. .

 

Nous avons eu "le privilège" de découvrir professionnellement ...il y a plus de 30 ans qu'il existait au sein d'Administrations comme l'ASSISTANCE PUBLIQUE et LA VILLE DE PARIS des privilèges exorbitants comme l'attribution à des fonctionnaires de logements parfois luxueux et particulièrement bien situés à loyers attractifs...on a le privilège aujourd'hui de voir qu'en 2015 les privilèges dénoncés demeurent ! Certains "privilèges" pouvaient et peuvent s'expliquer pour des raisons de sécurité, de fonction mais ils sont trés peu nombreux.

.

 L'APHP est propriétaire d'environ 10 000 logements, dont environ un quart est occupé par des personnes qui n'y travaillent pas ou n'y travaillent plus depuis fort longtemps. Les appartements sont loués à des prix très attrayants : des loyers divisés par quatre par rapport au prix du marché pour des produits souvent situés au coeur de la capitale.

Ainsi, un ancien haut cadre de la Ville de Paris, qui a officié un temps à l'APHP, a conservé l'usage d'un neuf-pièces situé dans le 5e arrondissement pour à peine plus de 2 000 euros par mois.

 

ABOLITION DES PRIVILÈGES...

 Martin HIRSCH souhaite récupérer ces logements pour les mettre à la disposition de membres du personnel soignant dont les rémunérations ne leur permettent pas toujours, et de loin, d'habiter près de leur lieu de travail.

Problème : les locataires qui les occupent sans raison valable sont protégés, comme tous les autres, par des lois très protectrices, dont la fameuse loi Alur.

Impossible, donc, de les déloger. Il semble qu'une parade ait été trouvée afin de mettre fin à ces privilèges indus : un amendement gouvernemental inspiré par Martin HIRSCH et qui sera déposé dans la loi santé, actuellement en discussion au Sénat, devrait y pourvoir, en s'appuyant sur le service public rendu par les infirmières auxquelles ces logements sont destinés.

S'il est adopté, ce qui semble plus que probable, les occupants illégitimes auront six mois pour vider les lieux.

Cette disposition devrait faire boule de neige à deux titres.

D'une part, les autres grands hôpitaux qui détiennent aussi un parc locatif privé pourront s'en inspirer.

D'autre part, d'autres institutions, telle la Mairie de Paris, seront en mesure de faire de même en précisant la catégorie de personnel qui doit en priorité occuper ces logements si convoités pour leur rapport qualité-prix.

Plus qu'un symbole, une mesure d'équité à l'heure où les privilèges ne sont plus de mise.

Bien sûr, il y a d'autres privilèges comme l'attribution de voiture, chauffeur, cuisinier, gratuité de l'électricité...

 

UNE SUGGESTION : POURQUOI PAS UNE OPÉRATION VÉRITÉ ET UN GRAND NETTOYAGE QUI LÉVERAIT TOUTE AMBIGUÏTÉ

Soyons clairs, il faut faire comme dans les pays nordiques.

Pour tous nos élus et membres du gouvernement, rémunération de base honnête incluant les frais de représentation, non cumul des indemnités de mandats, pas de logement ni de voiture de fonction...

Vous verrez qu'à ce régime là, ils seront bien moins nombreux à vouloir se "dévouer" au service des autres longtemps voire trop longtemps..

En France, se cultive le risque qui est que les citoyens pensent que faire de la politique c'est d'abord et avant tout se servir et non pas servir les autres.

Cette restriction en matière de privilège devrait concerner tous les organismes publics ou semi-publics

De plus,  les Hôpitaux, les établissements publics, les communes...ne sont pas des agences immobilières. ils doivent se séparer des logements qu'ils possèdent...

 

 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 10:59
FONCTIONNAIRES : la cacophonie au gouvernement sur fond d'une réalité qu'il faut voir en face

REGULIÈREMENT LA FONCTION PUBLIQUE ET SES SERVITEURS LES FONCTIONNAIRES FONT L'OBJET DE CRITIQUES A CAUSE DE LEUR STATUT

 

MONSIEUR MACRON, LUI-MÊME FONCTIONNAIRE, A-T-IL EU TORT DE REMETTRE LE SUJET SUR LA TABLE ?

OUI, parce qu'il n'apporte aucune solution au problème et attise des dissensions ,

NON, car il faudra bien un jour revoir cette notion de gestion des fonctionnaires et de leur statut.

 

Au XIX ième siècle déjà l'écrivain COURTELINE, lui-même aussi  fonctionnaire, par ses satyres sur les "ronds de cuir"...dénonçait une situation de fait qui y prêtait le flanc.

 

LES FONCTIONNAIRES AU XXI ième SIÈCLE : LE SUJET RESTE D'ACTUALITÉ ET LE CONSTAT EST RUDE ENTRAÎNANT ANATHÈME ET POLÉMIQUE INJUSTIFIÉS...mais pas de solutions

20 sept 2015 : Le Premier Ministre a déclaré son "attachement au statut des fonctionnaires" remis en cause par Emmanuel Macron. Pour autant, il déclare soutenir "jusqu'au bout" son ministre de l'Économie !

Le nombre de fonctionnaires de l'ensemble : État, hôpitaux et collectivités représente 5.5 millions de salariés.

Dans un sondage à la question "Pensez-vous comme Emmanuel Macron que le statut des fonctionnaires n'est plus «adéquat» ?"

86,32 % des réponses sont pour le OUI et seulement 13,68 % sont pour le NON.

"Les agents du secteur public travailleraient en moyenne une centaine d'heures de moins par an que ceux du secteur privé", expose Didier Migaud, premier Président de la Cour des comptes et ancien député socialiste.

Et rien ne bouge jusqu'à la prochaine publication de la Cour des comptes. Cette remarque n'est pas isolée, puisque l'OCDE observe que « la durée moyenne du travail dans la fonction publique (place) la France parmi les pays dont la moyenne d'heures travaillées dans le secteur public est la plus faible ». Ces constats datent de 2011...

 

QUE FONT DONC L'ÉTAT ET LES RESPONSABLES DES COLLECTIVITÉS LOCALES, EMPLOYEURS DES FONCTIONNAIRES POUR REMÉDIER À UNE SITUATION DOUBLEMENT CRITIQUABLE ?

1) En prêtant le flanc à la critique des fonctionnaires État, Maires et autres responsables des exécutifs des collectivités locales divisent le monde du travail en deux : la France du secteur public et celle du secteur privé,

2) En ne réformant pas cette situation les mêmes employeurs "publics" divisent aussi le monde des travailleurs du secteur public. Il y a la règle des 80/20. Si effectivement 80 % et plus des fonctionnaires servent l'Etat et la Nation avec exemplarité les autres qui sont montrés du doigt pourissent la réputataion des fonctionnaires, les déshonorent et finissent par démobiliser parfois les meilleurs.

Ce n'est pas de la faute des fonctionnaires eux-mêmes si l'âge de départ à la retraite dans la fonction publique est inférieur à celui du privé et si le mode de calcul des retraites de la fonction publique calculée "largement" sur les derniètres années d'activité est plus favorable aux salariés du secteur public qu'à celui des saariés du secteur privé.

Quand la Ministre Madame LEBRANCHU a supprimé la journée de carence des fonctionnaires pour les arrêts maladie...elle a fait plus de mal que de bien aux fonctionnaires.

 

Devant ce constat, nous le répétons, l'État, les Maires  et autres responsables de la gestion des fonctionnairres dont les rémunérations pèsent 13 % de la richesse nationale portent une lourde responsabilité.

Quand un maire accepte que le taux d'absentéisme de son personnel, employés municipaux, soit de 13 % il décrédibise la fonction publique territoriale.

 

CE QU'IL FAUT RÉFORMER EN PREMIER,  C'EST LE MODE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DE L'ÉTAT ET DES COLLECTITÉS LOCALES, SA PROFESSIONALISATION

Cela passera par une décentralisation et une "désuniformatisation " du statut  (voire plutôt des statuts) de la fonction publique.

Nous l'avons déjà démontré le plus mauvais employeur c'est bien l'État et ses démembrements (collectivités locales, hôpitaux...).

Est-ce tolérable longtemps encore ?

Rendons aux bons et loyaux serviteurs fidèles de l'État le rang et l'honneur qui leur sont dûs en demandant au Parlement et aux syndicats de revisiter leur satut. Ce sera mieux que de petites phrases assassines qui n'apportent rien de positif, aucune solution à un vrai problème.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 20:42
Une jolie illustration du droit du travail ! merci à "http://le-travail.over-blog.com/article-droits-au-travail-110918639.html"

Une jolie illustration du droit du travail ! merci à "http://le-travail.over-blog.com/article-droits-au-travail-110918639.html"

UNE RÉFORME POUR SIMPLIFIER LE DROIT DU TRAVAIL QUI RISQUE DE NE RIEN SIMPLIFIER ET DE NE RIEN RÉFORMER.

 

La déclaration du Premier Ministre est un constat sévère dont les conclusions ne seront pas malheureusement tirées:

"C’est un fait : notre code du travail est devenu un ensemble trop complexe, parfois même illisible, avec des dispositions qui se sont accumulées au fil des années.

Conséquences : les salariés ignorent leurs droits ; les petites entreprises, celles qui n’ont pas de moyens juridiques, rencontrent les plus grandes peines à maîtriser les règles ", a rappelé ce mercredi 9 septembre le Premier ministre en recevant le rapport de Monsieur COMBREXELLE.

"Les règles qui régissent la vie des salariés et des entreprises doivent être définies au plus près des besoins", a–t-il ajouté. et de conclure par cette belle phrase

"Notre principe, c'est plus de souplesse mais pas moins de protection"...

ce n'est pas l'annonce d'une refonte du Code du Travail ! c'est une belle phrase énigmatique par rapport à un projet de réforme du droit et du code du travail .

 

La REFORME sera sûrement encore une réformette compliquée et le Premier Ministre d'ajouter : "Le rapport COMBREXELLE propose de changer de logique en faisant davantage confiance à la négociation au sein des branches et au sein des entreprises et en élargissant leur place dans notre droit du travail.

Le Gouvernement partage cette orientation.

Mais la loi doit bien évidemment continuer à garantir les principes et les droits fondamentaux qui s’appliquent à tous les salariés : durée légale du travail, CDI, SMIC. On pourrait en citer d’autres : le principe de non-discrimination ou le repos hebdomadaire.

Ce sont des protections que la loi garantit à tous."

Le Premier Ministre a aussi indiqué qu’il ne saurait être question pour le Gouvernement "de modifier par accord le seuil de déclanchement des heures supplémentaires."

Après une phase de concertation avec les partenaires sociaux sur les suites à donner à ce rapport, un projet de loi sera soumis au Parlement début 2016"...

 

IL FAUDRA QUE NOS GOUVERNANTS ET NOS PARLEMENTAIRES SE RAPPELLENT QUE LE DIALOGUE SOCIAL NE SE DÉCRÈTE PAS, IL SE VIT CHAQUE JOUR DANS L'ENTREPRISE mais qu'aussi il faudra bien un jour vraiment réformer le Code du Travail.

Á QUAND LE STAGE OBLIGATOIRE DES ÉLUS DANS UNE PME ?

Partager cet article
Repost0