Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

28 janvier 2022 5 28 /01 /janvier /2022 19:09
LA DÉPENDANCE LIÉE AU VIEILLISSEMENT UN MAL QUI GAGNE DU TERRAIN

LA DÉPENDANCE LIÉE AU VIEILLISSEMENT UN MAL QUI GAGNE DU TERRAIN

 

EHPAD : AU SECOURS ! DE QUI SE MOQUE-T-ON ?

D’abord avant de juger, de condamner et de crier au scandale, il faut féliciter tout le personnel et les bénévoles qui accompagnent des personnes âgées encore valides ou en perte d’autonomie. Leur dévouement est sans bornes et nous leur devons une reconnaissance sans bornes. Militons d’abord pour améliorer les conditions de travail, la formation de tout le personnel y compris des aidants bénévoles accompagnant les 1 500 000 victimes de la dépendance et leurs familles.

Aussi, dans ce contexte, nous devons exprimer froidement notre colère sur la médiatisation actuelle du grave problème humain et social dont les données sont aussi connues et anciennes que prévisibles.

 

LA FAMILLE DÉCONSTRUITE PAR DÉMAGOGIE ET ÉGOÏSME ABANDONNE SES ANCIENS

Les conditions de vie et l’acharnement mis pour détruire la notion de famille aboutissent à ce que les anciens se trouvent ainsi trop souvent exclus et condamnés à l’isolement. Beau résultat de décisions démagogiques et irresponsables : l’État, ce monstre froid  impersonnel, ne remplacera jamais la famille, cellule de base de toute société.

Rappelons que la famille est un espace où l'enfant construit son bonheur présent et futur. Elle a pour rôle de donner une éducation. La communication, la confiance, la compréhension et l'amour sont les garants de ce rôle.

 

EHPAD ET DÉPENDANCE DES PROMESSES JAMAIS TENUES DEPUIS DES DÉCENNIES

Le débordement médiatique que nous vivons avec le dossier EHPAD est une honte comme la maltraitance qui découle d'une situation dont on ne nomme pas les vrais responsables.

Veut-on occulter les promesses et l’inaction du Président MACRON (voire son mépris pour les personnes âgées et leurs familles touchées par ce drame). Le Président avait fait en 2017 sur ce thème de belles promesses qui comme l’essentiel de ses promesses sont passées aux oubliettes

https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/dependance

C’est le Président SARKOZY qui, le premier, avait dans ses promesses de campagne, en 2007, vraiment ouvert ce chantier dont la réalisation fut sans cesse reportée jusqu’en début 2012 où il fut enterré.

Même comédie tragique avec François Hollande puis encore même comédie tragique avec Emmanuel MACRON.

Nous comprenons bien ainsi le dégoût des citoyens français trompés, là comme ailleurs.

Vous pouvez suivre sur ce blog les péripéties des promesses faites durant ces deux dernières décennies en cliquant sur « dépendance » sur le moteur de recherches.

 

À SUIVRE...

LE DRAME DES EHPAD : LES PROFITEURS DE LA DÉTRESSE DES FAMILLES

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2022 3 05 /01 /janvier /2022 23:08
LE PRÉSIDENT MACRON : LE MÉPRIS

LE PRÉSIDENT MACRON : LE MÉPRIS

 

 

17 MILLIONS DE MALTRAITÉS QUI SONT, SELON L’EXPRESSION DU PRÉSIDENT MACRON, « CEUX QUI NE SONT RIEN !»

 

Nous avions commencé notre propos avant que notre Président MACRON ne lâche sa phrase insupportable sur les non vaccinés.

Nous voulons rappeler à tous nos concitoyens qu’il existe une catégorie de citoyens maltraités par le Chef de l’État : 17 millions de retraités « ceux qui ne sont rien » comme l’a dit le Chef de l’État, ces 17 millions de silencieux, besogneux, généreux dont le rôle social n’est pas pris en considération et et qui savent maintenant qu'ils sont méprisés.

 

DES REGRETS PRÉSIDENTIELS TARDIFS MAIS PAS UN GESTE JUSTICE N’A PAS ÉTÉ FAIT...MÊME PAS DE PROMESSES

 

Certes, le 17 décembre 2021, le Président Macron a publiquement regretté l’arrogance de ses propos mais il n’a pas annoncé le moindre geste concret qui aurait attesté sa bonne foi et sa compréhension de l’injustice qui pèse sur les retraités :

 

  • Le mépris terrible affiché à leur égard,
  • Leur rôle social, leur dévouement sans bornes non reconnus,
  • L’abandon des projets concernant le risque dépendance,
  • Le matraquage sur leur niveau de vie avec, en 2018, une hausse de la CSG , le blocage puis la sous-revalorisation de leurs pensions par rapport à la hausse du coût de la vie en 2021 +3.4%

 

Pourtant, ces retraités ils ont beaucoup travaillé...très souvent plus de 40 heures par semaine. ! Ils ont cotisé pour financer leurs caisses de retraite. Ils payent leurs impôts, assument les coups durs que subissent trop souvent leurs enfants et petits-enfants...

 

Le mépris présidentiel vient de se tourner avec violence contre les non vaccinés. Il a tué ainsi l’espérance des français d’avoir un Président repenti publiquement dans sa confession du 17 décembre 2021, d’avoir un Président de tous les français, qui sait écouter.

 

Pour les retraités forts de leur expérience de ce quinquennat il n’y a vraiment rien à espérer d’un Président qui les méprise.

 

 

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2021 4 16 /12 /décembre /2021 18:31
LE MAIRE YANNICK MOREAU PRÉSENTE "SON"BUDGET 2022 AVEC UNE CERTAINE SÉRÉNITÉ

LE MAIRE YANNICK MOREAU PRÉSENTE "SON"BUDGET 2022 AVEC UNE CERTAINE SÉRÉNITÉ

 

 

LE BUDGET 2022 ADOPTÉ PAR LE CONSEIL MUNICIPAL

 

UN CONTEXTE NOUVEAU POUR CE BUDGET 2022

 

 

Les comparaisons avec les exercices passés sont globalement impossibles suite à 3 événements importants :

  • La création en septembre 2021 du service technique commun entre la ville et l’agglomération, opération dite de mutualisation des moyens,
  • La création d’un budget annexe nouveau pour l’Institut Sports Océan ISO,
  • Les répercussions de la pandémie COVID.

 

QUELQUES LIGNES DIRECTRICES

FONCTIONNEMENT

Les recettes de fonctionnement sont en légère baisse pour 2022 : les recettes de fonctionnement attendues avoisineront 61 300 000 €, en baisse de 2,35 % par rapport au budget primitif de 2021.

Les taux des impôts fonciers, après la hausse de 2021, font une pause. Les taux 2022 seront les mêmes que ceux de 2021.

Les dépenses de fonctionnement sont contenues ; le maire donnera d’ailleurs en fin de débat des exemples concrets d’économies de fonctionnement réalisées.

 

INVESTISSEMENT : TRADUCTION DE L'AMBITION D'UNE VILLE MOYENNE QUI BOUGE

Des investissements : un plan d’investissement ambitieux d’un montant jamais égalé de 35,9 millions d’euros (+ 40% par rapport à 2021).

Citons les principaux investissements : les réserves foncières, les restaurations du Musée Sainte-Croix et Notre Dame de Bon Port, la Villa Charlotte, le cœur de Ville d’Olonne, les maisons médicales, les locaux de la police, le Pôle social, le plan vélo, les parcs de la Marion et des Nouettes...

Ces investissements seront financés par l’auto-financement (résultat de la soustraction recettes de fonctionnement moins les charges de fonctionnement) et par l’emprunt :il est prévu un emprunt d’équilibre de 23,6 millions d’euros.

 

LA DETTE : LA SAGESSE 

La dette reste dans les normes ; 48 millions d’euros. Ceci représente un endettement de 780 euros par tête d’habitant soit 9% de moins qu’en 2021 et il est prévu un remboursement de la dette de près de 6 millions d’euros.

Les tarifs des prestations de la commune ne seront pas augmentés malgré l’impact non négligeable des hausses annoncées (carburants, électricité, charges salariales ...)   ...une concession de la majorité à la demande des oppositions lors du précédent conseil municipal.

 

Donc une situation financière de la commune que tous les élus jugent sincère, prudente et globalement satisfaisante.

 

À SUIVRE : BUDGET DE LA VILLE DES SABLES D’OLONNE : LE DÉBAT

 

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2021 2 14 /12 /décembre /2021 22:11
LE MAIRE YANNICK MOREAU

LE MAIRE YANNICK MOREAU

 

Nous aurons beaucoup de choses à dire sur cet important conseil municipal qui entérine la mise en œuvre concrète par la majorité municipale de son programme. Commençons par l'introduction surprise de ce Conseil Municipal.

 

DE 7 PLU À UN SEUL PLU, le PLU i, « i » COMME INTERCOMMUNAL : UNE LONGUE MARCHE SABLAISE

 

Le Maire Yannick MOREAU nous a réservé pour ce Conseil Municipal du lundi 13 décembre 2021 une introduction surprise : une information sur la démarche concernant les PLU au niveau de l’Agglomération.

Jusqu’à aujourd’hui, les PLU qui régissent l’urbanisme sont ceux qui furent élaborés par les communes qui constituent maintenant l’Agglomération LES SABLES D'OLONNE. Ceci inclut bien sûr la Commune unique des Sables d’Olonne qui regroupe maintenant Les Sables d’Olonne, Olonne-sur-Mer et Château d’Olonne

Rappelons que les PLU et les PLUi déterminent les conditions d’aménagement des sols.

 

2025 : LES PLANS LOCAUX D’URBANISME PLU DES COLLECTIVITÉS CONSTITUANT L’AGGLOMÉRATION DES SABLES D’OLONNE SERONT FONDUS DANS UN MOULE UNIQUE

 

UN DOCUMENT UNIQUE POUR UN PROJET COMMUN

Le plan local d’urbanisme PLU est un document d’urbanisme communal ou intercommunal (PLUi) qui détermine les conditions d’aménagement et d’utilisation des sols de la collectivité concernée. Le droit des sols est souvent nommé « droit du permis de construire ». C'est dire son importance !

À travers cette information, apparaissent le désir et le souhait du Maire, Président de l’Agglomération, de familiariser la population de ce territoire et ses élus à l’idée d’une longue et périlleuse marche qui va mener à l’unification des procédures en matière d'urbanisme et va bine au-delà.

Il s’agit, dans cette phase initial d'un diagnostic, de faire un état des lieux en prenant en considération toutes les spécificités par ville, par quartiers, par ilots.

Il s’agit aussi de prendre en considération les projections, d’anticiper en matière de démographie (vieillissement de la population, par exemple), économique, environnementale.

Il s’agit aussi de prendre en considération les réflexions et décisions en cours concernant le rééquilibrage en matière de logements, d’hébergement touristique, de la protection de la vitalité des centres villes et de la politique des déplacements...

À la complexité de la tâche à accomplir, il faut adjoindre les contraintes qui découlent et découleront des prescriptions environnementales nouvelles par exemple, au niveau local, la gestion du trait de côte et donc la défense du littoral contre les risques de submersion et d’érosion.

Ainsi, le Maire des Sables d’Olonne a fait dresser par l’intervenante un tableau de ce qui devra être « UN DOCUMENT UNIQUE POUR UN PROJET COMMUN » qui fixera en 2024  des règles qui prendront en compte dans leur unicité toute la diversité actuelle.

Ces règles devront s’imposer à la nouvelle collectivité pour au moins une décennie.

Cette longue marche sablaise a débuté en 2020 au niveau des premières réflexions et a effectivement débuté en 2021 afin d’atteindre la ligne d’arrivée en fin 2024. Il y aura des étapes importantes avec des consultations de la population et des décisions que les élus devront prendre.

Il était bon que ce cheminement qui générera une évolution, et même un remodelage de l’urbanisme de tout le territoire et ira bien au-delà d’une simple démarche administrative mérite un temps d'information aux élus et donc à la population. Il impactera tous les aspects de la vie courante des habitants.

Dans une période où la mobilisation citoyenne, la participation de la population ne sont pas trop de mise, le rappel du Maire sur la démarche PLUi s’imposait.donc.

 

À SUIVRE : LE BUGET 2022 DE LA VILLE DES SABLES D’OLONNE

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2021 1 06 /12 /décembre /2021 22:53
L'ENTRÉE DE LA FACULTÉ DE LETTRES ...LES ÉTUDIANTS CMI AURONT UNE PLACE...DANS LA RUE ?

L'ENTRÉE DE LA FACULTÉ DE LETTRES ...LES ÉTUDIANTS CMI AURONT UNE PLACE...DANS LA RUE ?

LE DÉSHONNEUR D'UNE UNIVERSITÉ

https://chng.it/vztrdD9HmZ

SITUATION AU 6 DÉCEMBRE 2021

 

DES ÉTUDIANTS ABANDONNÉS PAR L’UNIVERSITÉ DE BESANÇON AU BORD DE LA ROUTE

 

Le Pays manque cruellement d’informaticiens qualifiés. L’Université Bourgogne Franche Comté sur le site de BESANÇON a continué à proposer via « PARCOURSUP » des cursus de formation tel que le Master en Ingénierie Information-Communication (CMI).

La rentrée des étudiants qui suivent cette formation fut faite le 11 septembre 2021 avec des jeunes venus de toute la France.

En ce début d’année universitaire 2021/2022, il fut annoncé d’emblée à ces étudiants que la formation serait supprimée. Quelques informations partielles et douteuses furent données courant novembre confirmant que ce cursus serait arrêté à la fin de l’année universitaire. Quand un étudiant commence un cursus de 2 à 5 ans c’est pour aller jusqu’au bout : les mener au diplôme visé est l’engagement pris par l’Université qui gère les formations.

Rapidement des professeurs commençaient à déserter leurs postes, d’autres n’ont même pas commencé l’année. Aujourd’hui, c’est la débandade ! Les plannings des cours se vident ! Où sont passés les enseignants ?

 

ON FERME POUR CAUSE DE HARCÈLEMENT ENTRE ENSEIGNANTS ?

C’est le motif pour le moins scabreux et totalement incroyable invoqué par l’Université pour arrêter cette formation qui correspond à des besoins réels ...tous les étudiants ont un emploi en fin du cursus choisi, ils trouvent sans difficultés des entreprises et autres employeurs pour les accueillir en stages : que demander de plus ? Le harcèlement est-il vraiment le fondement de la décision ? Quand on voit les errements déjà lors de l’année passée 2020/2021 on peut douter.

Ce qui se passe au cours de cette année 2021/2022 avec la débâcle des enseignants  est alarmant : : cours déprogrammés, matières sans enseignants sont des signes inquiétants d’une volonté de pourrissement indigne de la situation au sein de cette Université.

 

ON FERME ! MAIS QUEL DEVENIR POUR CES ÉTUDIANTS QUI VIENNENT D’ENTRER DANS LE CYCLE ?

L’Université ne peut ou ne veut pas répondre. Elle a le devoir de communiquer clairement avec les enseignants et les étudiants qu’elle a engagés dans ces formations.

Une situation intolérable perdure : des enseignements programmés n’ont pas lieu, donc le programme de première année ne sera pas totalement réalisé. Pire l’indispensable « projet intégration », faute aujourd’hui d’encadrement, peut devenir impossible à réaliser. Comment l’Université pourra-t-elle alors valider cette année d’étude massacrée ?

Les étudiants se sont installés à Besançon et nombre d’entre eux ont dû emprunter pour suivre cette formation à Besançon.

S’il y a un malaise entre les enseignants ce n’est pas aux jeunes étudiants de faire les frais d’une gestion incompréhensible de l’Université et de subir les conséquences des enseignants et de l’Université de Besançon responsables de ce gâchis ?

Il faut absolument obtenir l’engagement de l’Université que tous les étudiants puissent achever dans la sérénité le cursus commencé et pour lequel l’Université s’est engagée.

Le devoir de l’étudiant est celui de suivre la formation pour laquelle il s’est engagé, le devoir de l’Université est celui de former des jeunes et de tenir ses promesses.

 

Aujourd’hui l’Université BOURGOGNE FRANCHE COMTÉ campe sur sa position : on ferme, aucun dialogue sérieux avec les étudiants, aucune proposition pour leur avenir.

 

 

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2021 6 04 /12 /décembre /2021 22:45
LE FAMEUX COMPTEUR IMPOSÉ QUI VA NOUS COÛTER SI CHER

LE FAMEUX COMPTEUR IMPOSÉ QUI VA NOUS COÛTER SI CHER

 

 

GOUVERNEMENT ET EDF (ENGIE ET AUTRES) VOUS ONT MENTI DEUX FOIS

 

Sur notre blog www.olonnes.com, vous pourrez retrouver toutes nos informations sur l’escroquerie nommée « compteur Linky » que l'État impose à chaque foyer français

https://www.olonnes.com/2021/07/le-compteur-nomme-linky-d-edf-enedis-sera-t-il-une-des-plus-belles-escroqueries-du-siecle-5-8-milliards-d-euros.html

 

Mensonges :

  • sur l’obligation d’accepter ce compteur : le fondement était soi-disant une directive européenne...sauf que les autorités européennes ont démenti (lettre de la Commission Européenne du 11 août 2017),
  •  
  • sur la gratuité...les consommateurs d’électricité que, nous tous sommes, sont condamnés à payer Linky...et au prix fort : le payer plus cher qu’il n’aura couté à EDF et à ses filiales...alors qu’il n’y avait aucune urgence à changer 35 millions de compteurs qui étaient en parfait état de fonctionnement : un gâchis tous azimuts.

 

ET MAINTENANT EN PLUS DE L’OBLIGATION : DES SANCTIONS CONTRE LES RÉCALCITRANTS

En effet, nous apprenons par la Revue Le PARTICULIER ceci : « la Commission de régulation de l'énergie préconise de facturer le coût des relevés de la consommation d'électricité à ceux qui ont refusé le compteur communiquant Linky. La note s'établirait à 50 € pour passer à 64€ par an dès 2025, en plus de la facture habituelle. »

Les français sont des victimes de l’escroquerie du Service Public de l’électricité dont l’État est le gestionnaire.

Les comptes de l’EDF et de ses filiales sont catastrophiques comme son incommensurable dette que l’État essaie de cacher en refilant ces dettes à des filiales ! Camouflage de bas étage dont le Président en exercice a bien du mal à se dépêtrer face aux autorités européennes.

Et en plus de tromper le client consommateur forcé...des sanctions qui constituent une nouvelle atteinte aux libertés fondamentales garanties aux citoyens qui n'a qu'un droit plier et payer. L'État patron en quête d'argent est vraiment détestable dans ce dossier symbolique qui touche cependant  tous les foyers.

 

 

L’EDF, UNE GESTION CATASTROPHIQUE, LA FAUTE À QUI ?

D’abord à l’État actionnaire et à la lâcheté des dirigeants nommés par cet actionnaire qui ont acheté au prix fort la paix sociale et qui, aux ordres, ont démontré leur incompétence et leurs appétits démesurées salariales. Pourquoi se gêner ce sera le consommateur qui payera !

Puis, la faute  à ces incapables nommés qui, en plus, ont quand même pillé l’entreprise. Ces incapables comme la fameuse Anne LAUVERGEON et son mari dont on attend depuis des années les procés au moins pour la prise illégale d’intérêts, délits d’initiés et autres. Leur récente condamnation pour fraude fiscale vient de tomber !...la presse oublie d'en parler.

La Justice en France va plus vite quand il s’agit d’hommes publics qui auraient pu gêner certains prétendants à la couronne !

 

Pauvre France, pauvre Justice, pauvres consommateurs français d'électricité taillables et corvéables à merci !

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2021 6 20 /11 /novembre /2021 21:21
LE DÉBAT D’ORIENTATION BUDGÉTAIRE "DOB" DANS UNE AGGLOMÉRATION

 

 

BUDGET DES COLLECTIVITÉS LOCALES :  POUR UN VRAI DÉBAT DÉMOCRATIQUE ACCESSIBLE À TOUS LES ÉLUS ET À TOUS LES CITOYENS

 

Le DOB c'est le premier étage de la fusée BUDGET d'une collectivité, c'est le point de passage obligé pour les élus avant de se pencher sur le budget.

Il s’agit bien du "dob" et non de la daube qu’on sert dans certaines gargotes qualifiables d’infâmes.

Le DOB présenté aux conseillers municipaux et communautaires pour les collectivités de plus de 3 500 habitants devrait ouvrir un vrai débat serein puisque ce n'est qu'un débat public sans vote. C'est le fil rouge, le fil conducteur d’une collectivité publique concernée. C’est la présentation du « d’où l’on vient ;où l’on va et à quel prix ?». Le législateur en instituant le DOB a fait œuvre pédagogique. Il espérait convaincre élus et citoyens de participer par une présentation attractive des chiffres favoriser le débat. Les bonnes intentions parfois ne sont pas payantes.

D'abord ce sigle DOB est mal venu car il est confondu phonétiquement avec la daube met qui est parfois servi par des élus improvisés présentateurs financiers s’adressant à leurs concitoyens démotivés qui n’ont ni la passion des chiffres, ni celle plus large de la chose publique (en latin res publica !)

 

LE DOB DES SABLES D’OLONNE AGGLOMÉRATION CE N'EST POURTANT PAS DE LA DAUBE !

« C’est de la daube !» : l’expression « galvaude » un met qui peut être succulent mais qui aussi peut être pourri et ragoutant.

C’est comme le budget d’une collectivité parfois pourri et ragoutant mais parfois aussi succulent !

Ce que vient de présenter l’Agglomération LES SABLES D’OLONNE aux élus et donc à tous les citoyens qui devraient se sentir concernés mérite mieux et surtout mérite une large participation avec critiques, approbations, propositions...en un mot un vrai DÉBAT !

La réalité est beaucoup plus  triste...il n’y a pas eu de débat au conseil communautaire.

À quand de vrais élus capables et investis dans leurs fonctions et vraiment responsables ?  À quand des documents publics transparents et des débats sur les chiffres, les projets, les réalisations et les échecs ?

 

 

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2021 5 19 /11 /novembre /2021 21:37
IMPÔTS LOCAUX, LES SABLES D'OLONNE COMME LES AUTRES COLLECTIVITÉS SE POSENT LA QUESTION : TROP D'IMPÔTS ?

 

BUDGETS, SOYONS TOUS RAISONNABLES !

 

LES ÉLUS DES COLLECTIVITÉS LOCALES VOTENT LES IMPÔTS LOCAUX QUI FINANCERONT LE FONCTIONNEMENT DES SERVICES PUBLICS LOCAUX ET LES INVESTISSEMENTS DÉCIDÉS

 

Quand, sur la Grande Plage, on admire les vagues s'étalant au soleil d'automne langoureusement  on ne peut s'imaginer les colères ravageuses dont l'Océan est capable.

Quand on subit l'apathie des élus de tous bords et celle des citoyens face aux impôts locaux on ne peut s'imaginer ni leurs incohérences ni  leurs violences verbales quand ils doivent voter et subir le poids des impôts qu'ils ont la chance de payer !

Aux Sables d'Olonne, nous venons de passer une semaine où furent  présentés une photo de la santé financière de ces collectivités et leurs projets lors des débats d'orientations budgétaires. Furent ainsi passés en revue en conseils communautaire et municipal  ce que seront demain la ville et de l'Agglomération : les projets, leur financement, les impôts locaux, l'évolution de la dette et celle des frais de fonctionnement...

 

QUAND ON PARLE IMPÔTS LOCAUX, MALGRÉ L'ENCADREMENT JURIDIQUE DES FINANCES LOCALES, LE DÉBAT, S'IL A LIEU, PART DANS TOUS LES SENS ET POURTANT LE BUDGET DES COLLECTIVITÉS LOCALES EST TRÈS ENCADRÉ

L'argent nécessaire pour financer les dépenses d’investissement et de fonctionnement d'une collectivité ce n'est pas comme l'argent que dépense l'État. Ce ne peut être du "quoi qu'il en coûte".

Les collectivités locales n'ont pas le droit de créer du déficit à tout va comme notre "cher" État, le recours à l'emprunt donc à la dette est encadré, pesé, jugé, ciblé...

En effet, les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique, d'un ensemble de travaux relatifs à cet équipement ou encore d'acquisitions de biens durables considérés comme des immobilisations.

Le contrôle des emprunts des collectivités locales s’exerce à travers le principe d’équilibre budgétaire prévu à l’article L.1612-4 du Code Général des Collectivités territoriales. En aucun cas l'emprunt ne doit combler un déficit de la section de fonctionnement ou une insuffisance des ressources propres pour assurer l'amortissement de la dette ! L'État impose aux collectivités ce qu'il est incapable de faire depuis plus d 30 ans.

Si la collectivité laisse filer ses dépenses de fonctionnement surtout avec la part importante de frais de personnel non maîtrisés...il ne restera plus rien dans la caisse pour financer l'essentiel pour l'avenir : les investissements.

 

QUE DEMANDE LE PEUPLE ? TOUJOURS PLUS ? MAIS À QUEL PRIX, CE PLUS ?

Le citoyen demande à son maire des équipements municipaux corrects ; voirie, équipements socio-culturels collectifs adaptés et des services publics qui fonctionnent bien.

Aujourd'hui, aux Sables d'Olonne comme ailleurs, il y a  des besoins urgents en matière de sécurité, de santé, de logement, de transports et il y a aussi besoin de préparer l'avenir car gouverner c'est prévoir : l'évolution du tourisme, les risques de submersion, un système de santé décent, un parc de logement suffisant...

Tout cela a un coût global que finance en priorité l'impôt.

Pour répondre à ces besoins indiscutables et financer les priorités annoncées  il y a  une enveloppe définie dans les budgets avec une ligne rouge à ne pas franchir : pas de dépassements, pas de déficit dans les budgets.

Quand l'État impose de nouvelles compétences aux collectivités sans leur donner les moyens comme il est entrain de le faire régulièrement il détruit ou au mieux retarde un projet local même essentiel car il ne pourra plus être financé !

Quand un élu local qu'il soit de la majorité ou de l'opposition fait une proposition qui va déséquilibrer le fragile équilibre  entre les  dépenses et les recettes recettes du budget, il trompe son monde sachant pertinemment qu'il ne pourra être donné une suite favorable à sa demande qu'au prix de l'abandon d'un autre projet ou pire que sa demande devra être financée par une augmentation impossible des impôts.

 

LE SUMMUM DE LA CONTRADICTION CITOYENNE : TOUJOURS PLUS DE SERVICES ET TOUJOURS TROP D'IMPÔTS

C'est le refrain de la critique systématique dite de comptoir, celle des irresponsables : prôner  une augmentation des prestations publiques, sociales en quantité et en qualité et hurler aux loups quand les impôts locaux augmentent !

Nous allons avoir à affronter l'inflation avec, en primes, particulièrement des hausses fortes de charges : (carburants et autres énergies, matières premières...). Les collectivités devraient pouvoir ou devoir  répercuter ces suppléments de charges sur les tarifs de leurs services : est-ce anormal  ? Pour certains, c'est injuste..alors, les élus devront-ils sacrifier un bout de leurs programmes, découvrir sous la table une cagnotte ou alors décider un petit coup d'impôts supplémentaires ?

 

Il faudrait qu'avant de répandre des jugements hâtifs du genre "trop d'impôts !", "pas assez de services et autres ! " et si  la raison l'emportait...il faudrait :

- que les citoyens soient bien informés et acceptent de s'informer sur la vie de leur collectivité,

- que tous les élus fassent œuvre de pédagogie et d'une honnête  retenue dans leurs propositions et critiques.

Ne devrait-on pas décider d'être tous raisonnables ?

 

 

LES IMPÔTS LOCAUX, AUX SABLES D'OLONNE VILLE ET AGGLOMÉRATION

 

Vous avez ci-dessous un tableau présenté aux élus lors des derniers Conseils...pour montrer la sagesse d'une gestion qui met le frein sur les hausses d'impôts (taux bloqués)

 

Certes comme cela fut dit et répété :  comparaison n'est pas raison ! mais quand même les contribuables des Sables d'Olonne sont dans une honorable moyenne;

 

MÉDITATIONS DES ÉLUS SABLAIS SUR LES IMPÔTS LOCAUX ET DES COMPARAISONS QUI NE VALENT PAS RAISON !

MÉDITATIONS DES ÉLUS SABLAIS SUR LES IMPÔTS LOCAUX ET DES COMPARAISONS QUI NE VALENT PAS RAISON !

Partager cet article
Repost0