Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

20 novembre 2017 1 20 /11 /novembre /2017 17:08
LES COMMUNES BUDGÉTAIREMENT NE SONT PAS À PLAINDRE

LES COMMUNES BUDGÉTAIREMENT NE SONT PAS À PLAINDRE

"LES MAIRES DOIVENT FAIRE MIEUX AVEC MOINS DE MOYENS" TITRE UN GRAND QUOTIDIEN

Le Congrès des Maires de France débute demain et le bureau des lamentations est ouvert.

Les plaintes des maires demeurent : 

nous voulons plus d'aides financières de l'État, plus de DGF (participations de l'État au fonctionnement des collectivités locales) rognée ces dernières années, nous craignons la baisse des recettes de la taxe d’habitation, nous avons des charges supplémentaires imposées par l'État...

 

La réalité est moins sombre. Les maires crient avant d'avoir mal et ne regardent pas assez sérieusement comment ils pourraient mieux gérer leur collectivités? Quel triste spectacle a-t-on vécu lors des votes des budgets...les élus votaient les recettes en augmentation et renouvelaient les dépenses en augmentation aussi !

Les temps changent et c'est tant mieu. Les élus qui n'ont pas compris cela devraient être balayés par des citoyens responsables.

 

En 2016, les dépenses des collectivités ont diminué de 1,1 % alors que leurs recettes ont progressé de 0,2 %. Pour la seconde année consécutive, elles ont dégagé une capacité de financement, qui a atteint 4,2 Milliards d'euros...donc elles ont bien su économiser pour investir. Un bon point.

 

 

RELATIVISONS CES DOLÉANCES DES MAIRES : DEPUIS DES DÉCENNIES LES RECETTES DES COMMUNES N'ONT CESSÉ DE CROÎTRE ET PARTICULIÈREMENT LES RECETTES FISCALES

Pour 2018, le projet de budget de l’État garantit déjà aux collectivités locales le maintien de leurs recettes.

 

DES RECETTES TOUJOURS EN HAUSSE

 

Pour 2018, le projet de budget de l’État garantit déjà aux collectivités locales le maintien de leurs recettes.

 

Le rapport cité ci-dessous  indique que "globalement, en 2016, le surcroît de recettes de fiscalité locale (3,6 Milliards d'euros ), directe et indirecte, a plus que compensé la baisse des transferts financiers de l’État (2,36 Milliards d'euros ) ".

 

L’année 2015 avait été marquée par la plus forte hausse du produit
des impôts locaux (+ 5 % !) depuis la mise en œuvre en 2011 de la réforme
de la fiscalité locale. En 2016, cette hausse s’est ralentie : les produits de
la fiscalité locale se sont accrus de 3,6 Milliards d'euros (+ 2,9 %) pour s’élever à
128,7 Milliards d'euros (contre 125,1 Milliards d'euros en 2015).

 

Le Rapport annuel 2016 de la Cour des Comptes sur "la situation financière et la gestion des collectivités territoriales et de leurs établissements publics" présenté en octobre 2017 est sans concession et éclaire le débat.

 

LES COMMUNES DOIVENT ÊTRE MIEUX GÉRÉES

La diminution des dotations de l'État a été révélatrice : les communes peuvent être mieux gérées...puisqu'elles ont bouclé leurs budgets ...malgré la baisse des dotations de l'État.

 

EN MATIÈRE DE FRAIS DE FONCTIONNEMENT

 

Les communes ont encore des marges de manoeuvre importantes pour faire des économies en matière de frais de fonctionnement particulièrement pour les communes de plus de 5000 habitants :

 

- sur la plus grosse charge de fonctionnement que constituent les frais de personnel. Elle représente 49 % es charges de fonctionnement. Ce poste doit faire l(objet d'une remise à plat : la gestion du temps de travail et le retour pour tous les agents à la durée légale,

- les achats à regrouper et les marchés publics dont les règles ne sont pas respectées,

- les possibilités de mutualisation de moyens ...

Nous observons lors du suivi des conseils municipaux que des collectivités (communes et intercommunalité ) sont capables de redressements spectaculaires...c'est possible ici, ce doit être possible dans la collectivité voisine avec la chasse aux gaspis.

 

EN MATIÈRE D'INVESTISSEMENT

LA COUR DES COMPTES ET LES CHAMBRES RÉGIONALES DES COMPTES RELÈVENT DES MAUVAIS CHOIX...LES CITOYENS AUSSI

L'anarchie en matière de choix des investissments est pénalisante : la multiplication et le dimensionnement des piscines, médiathèques et autres équipements sportifs et culturels ne sont pas toujours décidés à une juste et saine proportion.

Sur le territoire des Sables d'Olonne AGGLOMÉRATION on ne peut que constater que certains choix ont été pour le moins hasardeux. S'il y a eu des réussites, il y a aussi de grossières erreurs à plusieurs millions d'euros l'unité : le Village Entreprises Nautiques, le Vendéopôle, les piscines, le siège de la Communauté de Communes des Olonnes devenu celui de l'Agglomération, le Pôle Équestre Vendéen, la salle Gargamoelle, des terrains communaux revendus à vile prix, les transports publics, des études sitôt faites sitôt enfouiss dans un placard...on espère encore pouvoir éviter le gâchis du projet de la fermeture de la route littorale à Château d'Olonne.

Que ce soit en inversement ou en fonctionnement  les communes ont des mines d'économies à découvrir et à exploiter.

Demain, lors des reportages sur le 100 ième Congrès des Maires de France,  il faudra donc relativiser les doléances des Maires. Le gouvernement leur proposera enfin un pacte de bonne conduite budgétaire...un espoir d'amélioration de la gestion du Pays FRANCE...après il faudra que l'État donne l'exemple...et c'est mal parti avec le budget 2018 !

 

EXCUSES À NOS LECTEURS vers 17 heures un incident a fait mettre en ligne  un bout de brouillon du présent article. Nous espérons qu'après la lecture du texte actuel en ligne ils nous pardonneront .Merci pour leur indulgence.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2017 5 17 /11 /novembre /2017 23:06
LES BUDGETS 2018 ET LES LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES SONT EN DISCUSSION AU PARLEMENT...QU'EN EST-IL DES 26 MILLIARDS D'EUROS DANS LES COMPTES 2017 TRUQUÉS... ?

LES BUDGETS 2018 ET LES LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES SONT EN DISCUSSION AU PARLEMENT...QU'EN EST-IL DES 26 MILLIARDS D'EUROS DANS LES COMPTES 2017 TRUQUÉS... ?

UNE PÉTITION POUR QUE TOUTE LA CLARTÉ SOIT FAITE SUR LES COMPTES DE LA NATION 2017 2018 QUI ONT ÉTÉ TRUQUÉS : MONTANT, EXPLICATIONS, RESPONSABILITÉS...LES FRANÇAIS ONT LE DROIT DE SAVOIR.

 

Suite aux réactions à notre précédent article qui dénonçait le SCANDALE D'ÉTAT des comptes truqués de la Nation 2017 2018

http://www.olonnes.com/2017/11/scandle-d-etat.suite.html

nous avons décidé de proposer aux citoyens de s'exprimer pour demander aux parlementaires que la clarté soit faite sur ces COMPTES TRUQUÉS que la Cour des Comptes avait révélés dès juin 2017

 

SIGNEZ ET FAITES SIGNER

Vous avez peut-être été destinataires de ce mail

"Bonjour,

Je viens de lancer la pétition "Députés: BUDGETS DE L'ÉTAT 2017 2018 : LES FRANÇAIS VEULENT LA SINCÉRITÉ ET LA VÉRITÉ" et je voulais savoir si vous pouviez m'aider en la signant.

Mon objectif est d'atteindre 100 signatures et j'ai besoin de plus de soutien. Vous pouvez en savoir plus et signer la pétition ici :

http://chn.ge/2zLlECc   "

 

Nous vous demandons de transmettre ce lien,   de le diffuser auprés de vos amis des réseaux sociaux Facebook, twetter...et autres

Il faut que les français sachent, réagissent et que les parlementaires agissent

 

Nous vous recommandons la lecture de cet article des Echos de ce jour

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-171609-budget-2017-insincere-il-faut-sanctionner-ses-auteurs-2099430.php#BJ7iBqVsrCoHeSei.99

 

Nous comptons sur votre soutien ? et vous tiendrons au courant des suites données

MERCI  

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2017 4 16 /11 /novembre /2017 11:22

LA VÉRITE, TOUTE LA VÉRITÉ DOIT ÊTRE EXIGÉE PAR LE PEUPLE FRANÇAIS

NOS ÉLUS ONT OSÉ PAR UNE LOI A MINIMA PARLER DE MORALISATION DE LA VIE PUBLIQUE...CE SILENCE SUR CE DOSSIER ET LA TENTATIVE EN COURS D'ESCAMOTAGE DE LA VÉRITÉ  SONT-ILS DES ACTES MORAUX ?

 

Suite de

http://www.olonnes.com/2017/11/devinez-ou-se-trouvent-ou-se-cachent-dans-ces-immeubles-coupables-et-complices-conseil-des-ministres-projet-de-loi-de-finances-recti

 

Hier, nous avions publié cet article pour informer nos concitoyens et exprimer notre stupéfaction et notre indignation sur des pratiques qui ont fait que les COMPTES DE L'ÉTAT 2017 ET D'AVANT ONT ÉTÉ TRUQUÉS.

LES RESPONSABLES, les Ministres et les fonctionnaires, qui ont accepté de participer à l'établissement et à la diffusion de faux comptes doivent s'expliquer devant le peuple français et au niveau des Institutions Européennes.

Le rapport demandé à l'Inspection Générale des Finances sur cette affaire a été bouclé en 15 jours par cette institution vénérable. Il minimise responsabilité et montant. Il ne peut rester en l'état. 

 

22,6 MILLIARDS PERDUS DANS LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE

La presse d'aujourd'hui fait état non plus des quelques 13 à 15 milliards d'euros que nous avions annoncés après vérifications mais désormais il est question de 22,6 milliards d'euros soit l'équivalent de plus de 1 % du PIB.

Cette information fait suite aux recherches de la députée Christine PIRES BEAUNE.

Nous demandons à nos parlementaires de ne pas voter le budget tant que toute la lumière ne sera  pas faite sur ce dossier. Nos parlementaires ne peuvent se permettre d'accepter les yeux fermés de couvrir ce qui est un scandale dont il faudra que les contribuables payent le prix et dont la France subira la honte.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 23:21
DES LOGEMENTS SOCIAUX AU COMPTE GOUTTE

DES LOGEMENTS SOCIAUX AU COMPTE GOUTTE

PÉNURIE DE LOGEMENTS AU PAYS DES OLONNES ET PÉNURIE FORTE DE LOGEMENTS SOCIAUX

Au moment où le Chef de l’État se penche sur les problèmes sociaux parlons des LOGEMENTS SOCIAUX au Pays des Olonnes.

Au Pays des Olonnes, le constat de la pénurie de logements est endémique. Les déclarations d’intentions ne suffisent plus. Pour les logements sociaux le compteur reste bloqué à 6 % alors qu’il devrait être de 20 % voire 25 % : spéculation foncière, manque de réserves foncières, pression de la demande externe des retraités qui s’installent, bloquent la machine.

La question pour le Pays des Olonnes est posée et reposée depuis au moins deux décennies et elle fut mise sur la table à nouveau lors du dernier conseil municipal de CHÂTEAU d’OLONNE à l’initiative de Mauricette MAUREL, élue d’opposition de droite

Les classes moyennes et les moins favorisés comme les jeunes foyers débutant dans la vie active ne peuvent avoir accès au logement dans des conditions satisfaisantes. Sont-ils condamnés à s’installer dans le retro littoral ? Le cœur de l’agglomération leur est interdit-il au mépris des engagements et obligations légales ?

http://www.olonnes.com/article-logements-sociaux-a-chateau-d-olonne-en-vendee-109714048.html

 

DES ÉTUDES, DES CHIFFRES DES OBJECTIFS SONT DÉFINIS/ Ils NE PEUVENT ÊTRE  ATTEINTS

La loi SRU (loi Solidarité de  Renouvellement Urbain) a fixé le taux obligatoire de logements sociaux dans la majorité des communes  de plus de 3 500 habitants. En 2012, ce taux a été relevé de 20 % à 25 % d'ici 2025 et les pénalités pour sanctionner les trainards multipliées par 5.

En 2011, il y avait sur les 3 communes de la CCO 1200 demandes de logements HLM en instance.

Au Pays des Olonnes cela a abouti  à des déclarations d’intention qui furent successivement :

  • En 2006, au niveau de la Communauté de Communes des Olonnes CCO le projet "Olonnes 2020",
  • En 2012 2013, au niveau de la même CCO qui a élaboré le Plan Local de l’Habitat PLH 2013 2018 approuvé en mars 2013.

Les 3 communes adoptent l’objectif 20 % de logements sociaux.

En 2017, le compteur reste bloqué pour les Sables d’Olonne et Château d’Olonne en dessous de 7% de logements sociaux.

La constructions de logements et particulirement pour les logements sociaux ne se décrètent pas. Pour les élus, il faut un consensus, il faut une volonté politique, il faut une politique de réserve foncière. Il faut vouloir et organiser la mixité sociale.

Ces ingrédients ne sont pas rassemblés au Pays des Olonnes. Ainsi, les élus de Château d’Olonne laissent le champ libre aux spéculateurs et les lotissements municipaux  prévus demeurent à l'état de projets des dizaines d'années durant.

L’élue d’opposition Mauricette MAUREL a parfaitement illustré cette carence de la municipalité castelolonnaise lors du dernier Conseil Municipal. Elle a mis l’accent même sur la contradiction des élus qui acceptent un lotissement nouveau (en réalité, un projet vieux de plus de 15 ans !) qui ne respecte pas la règle des 25% de logements sociaux. Or ces mêmes élus responsables ont adopté en Communauté d’Agglomération.la règle des 25 % qu’ils bafouent dans leur commune.

Si l’on veut  donner de l’avenir au Pays des Olonnes, il faudra offrir une place aux jeunes. Il faudra de nouveaux élus volontaristes qui soient des bâtisseurs d’avenir conscients de leurs responsabilités.

.

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 22:35
BLOCUS DE PARIS : POURQUOI ? DÉFENDRE DES INTÉRÊTS ACQUIS MAIS...

LE "ROI DES FORAINS" MARCEL CAMPION RÈGNE SUR PARIS ET LA MAIRE DE PARIS, ANNE HIDALGO, EST EN FÂCHEUSE POSITION. A-T-ELLE, ELLE-MÊME ET SON PRÉDÉCESSEUR, FAVORISÉ LE ROI MARCEL CAMPION ?

LA VILLE DE PARIS EST MISE EN EXAMEN POUR DÉLIT DE FAVORITISME

Que le maire de Paris soit de gauche, du centre ou de droite, il doit passer sous les fourches caudines de Marcel CAMPION, le roi des Forains, pour l’organisation des grandes fêtes foraines. Le Roi règne aussi sur les fêtes d’autre grandes villes.

Emplacement des fêtes foraines, Marché de Noël, Attractions implantées sur des sites publics…Marcel  Campion et son équipe décident et les maires successifs suivent. Le roi sait comment tenir les maires et il les "tient'" bien.

L’organisation des fêtes foraines n’est pas une chose facile : le choix des emplacements de la fête puis la répartition des emplacements entre les forains sont des enjeux financiers énormes : une attraction du dernier cri située en dehors de l’allée centrale loin de l’entrée principale de la Fête, c’est le fiasco pour le patron forain. Il faut donc une main de fer pour faire régner la paix au sein de cette profession. Car  celui qui délivre, suivant des règles précises, les emplacements c’est en théorie la municipalité et en réalité, c’est la profession et pour les grandes fêtes c’est l’organisation du Roi Marcel CAMPION.

Donc, l’homme tient les deux bouts de la ficelle : les élus qui ont besoin de l’animation des forains et les forains qui ont besoin d’un chef qui règne sur le business et distribue les bonnes places et les mauvaises sur les sites

Mais Marcel CAMPION tient aussi les élus qui ont accepté compromis et compromissions.

LA COUR DES COMPTES SIFFLE LA FIN DE LA PARTIE ET UNE ORDONNANCE S’ATTAQUE AU FAVORITISME

Il y a des règles d’occupation du domaine public. Il y a des règles concernant les marchés publics auxquelles semblent échapper les forains qui doivent s’installer sur le domaine public : un droit, les us et coutumes, l'ancienneté…

Un flou juridique a été entretenu par les partenaires qu’étaient les forains et les élus justement sur les conditions  faites aux forains par les Mairies.

Une ordonnance d’avril 2017 a mis à mal cette pratique qui a favorisé Marcel CAMPION avec le symbole de la Grande Roue à la Concorde. Il a développé un principe : je m'installe et après on discute. Mais la "moralisation" passe par là.

Les installations de la Grande Roue à la Concorde et du marché de Noel sur les Champs Élysées se sont faites hors des règles des marchés publics. La Cour des Comptes dans son rapport provisoire relève de nombreuses autres irrégularités pour lesquelles la Ville de Paris doit donner ses réponses. Attendons...

 

LES ÉLUS TENTÉS, LES PRESTATAIRES TENTANT

Tous les maires de France et de Navarre sont tentés de succomber à la tentation de favoriser un proche et donc au risque de mise en examen pour délit de favoritisme.

La mairie de Paris ne fait pas exception. Elle a d'ailleurs déjà été condamnée. Ainsi, une enquête est en cours sur les conditions d'attribution de l'emplacement de la grande roue au "Roi des forains".

Dans ce cas, le prestataire Marcel Campion est déjà poursuivi pour recel de favoritisme et abus de biens sociaux et autres délits présumés de participation à une entente illicite, blanchiment…

La logique juridique est maintenant respectée puisque, le 10 novembre 2017, la Mairie de Paris a été mise en examen pour délit de favoritisme pour ce dossier.

Le délit de favoritisme est prévu par l’article 432-14 du Code Pénal qui réprime le fait pour un agent public d’abuser de ses fonctions pour octroyer à un tiers un avantage injustifié en violation d’une disposition législative ou réglementaire garantissant la liberté d’accès et l’égalité des candidats dans l’attribution des marchés publics et délégations de services publics.

LA MISE EN EXAMEN DES ÉLUS : LE TEST PARISIEN

Il est étonnant que dans la loi dite de moralisation de la vie publique ce volet des marchés publics ait été passé sous silence. La loi aurait pu compléter et incorporer la loi SAPIN 2 sur la transparence.

Le dispositif législatif avec son volet pénal est en place et il faudra que les citoyens soient  attentifs au travail des magistrats chargés de l’application de ces lois.

Les mauvaises habitudes prises par certains de nos élus locaux dénoncées par la Cour des Comptes doivent être éradiquées. L'économie locale et nationale et les finances publiques ont tout à y gagner.

Le test parisien, avec le couple infernal Maires de Paris Marcel CAMPION, devra faire jurisprudence.

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 18:40
AVIS DE RECHERCHE AUX SABLES D'OLONNE

AVIS DE RECHERCHE AUX SABLES D'OLONNE

MÉDECINE : AUX SABLES D’OLONNE, LA SITUATION EST QUALIFIÉE DE « DRAMATIQUE »

À l’occasion d’une délibération visant à autoriser le Maire Didier GALLOT à acquérir un bien immobilier, les élus ont eu à aborder la question de la désertification médicale.

Le Pays des Olonnes malgré son attractivité n’échappe pas à cette maladie qui atteint quasiment tout le territoire national : la pénurie de médecins. C'est une maladie incurable pour quelques années.

Les erreurs monumentales concernant la gestion de la filière de la formation médicale et le régime étatisé du statut du médecin ont abouti, surtout en matière de médecine générale, à une pénurie incroyable. Et cette situation ne pourra que durer compte tenu du fait qu’il faut, en moyenne entre 7 et 10 ans, pour former un médecin. Et ne parlons pas des spécialistes !

La venue de médecins étrangers n’est qu’un palliatif apprécié.

 

LA CHAUME, AUX SABLES D’OLONNE : DÉSERT MÉDICAL

Didier GALLOT pourra mettre à son actif la création d’une maison médicale en cours d’installation en Centre-Ville (aux SALINES). La clientèle est assurée puisque la pénurie est telle que les médecins installés ne prennent plus de nouveaux clients ! Mais cela n’est plus suffisant pour attirer les praticiens…puisque c’est une race en voie d’extinction suite aux fautes dont la responsabilité est à répartir entre certains professionnels en place dits « mandarins », l'étatisation de notre système de santé, le vieillissement de la population…

Ainsi, La Chaume quartier des Sables d'Olonne, vient de voir le départ de deux médecins. La  SCI propriétaire des locaux où ils exerçaient a donc proposé au Maire l’achat du cabinet des deux praticiens partis à la retraite sans avoir trouvé de remplaçant. Le maire a donc proposé l'achat du cabinet au Conseil Municipal.

Au moins, on a eu le plaisir d’avoir  une décision  des élus prise à l’unanimité.

Mais le problème demeure car il faudra là aussi maintenait trouver les perles rares nommés médecins qui voudront bien nous faire l’honneur de s’établir en terre sablaise.

 

DES MÉDECINS SALARIÉS ?

C’est ainsi que fut évoqué le problème d’avoir des médecins salariés. On en est là dans une agglomération qui est loin être désagréable et située à 100 kilomètres d’une Faculté de Médecine.

Brigitte TESSON, première adjointe au Maire et néanmoins médecin de son état, a satisfait la curiosité des élus en expliquant le processus qui permet d’avoir des médecins salariés. Vive la médecine libérale, dans un pays dit libéral !

Le débat n’est pas clos aux Sables d’Olonne puisque il s’acheva sur cette phrase « l’idée d’avoir des médecins salariés fait son chemin »

 Cela s’appelle gérer la pénurie organisée depuis au moins deux décennies par des responsables irresponsables et incompétents.

GOUVERNER, C’EST PRÉVOIRil faut le rappeler.

En attendant si un médecin nous lit et s'il a a envie de goûter la douceur de vie aux Sables d'Olonne pour lui et sa famille qu'il sache qu'il y des locaux disponibles, des clients, une agglomération qui bouge et bien d'autres choses...

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2017 3 08 /11 /novembre /2017 20:10
IL FAUT QUE LE PRÉSIDENT MACRON TIENNE TOUTES SES PROMESSES

IL FAUT QUE LE PRÉSIDENT MACRON TIENNE TOUTES SES PROMESSES

TAPER SUR CEUX QUI NE DESCENDRONT PAS DANS LA RUE : TROP, C'EST TROP ! C'EST UNE INJUSTICE TANT QUE L'ÉTAT ET TOUS LES CITOYENS NE CONTRIBUERONT PAS À L'EFFORT COMMUN POUR LE REDRESSEMENT DE LA FRANCE

À L'ÉTAT DE DONNER L'EXEMPLE

 

Depuis deux décennies les retraités sont la nouvelle vache à lait, ils sont  taillables et corvéables à merci.

Rappelons que le salarié devenu retraité a cotisé durant toute sa vie de travail pour avoir des droits à une retraite. Donc, son salaire brut a été diminué des prélèvements sociaux dont ceux qui ont trait au financement des retraites. Il ne touchait qu’un « salaire net ».

Il pouvait ainsi  espérer que sa retraite, sa pension ne serait pas imposée. Que NENNI ! Non seulement il sera imposé sur le revenu de ses pensions mais en plus l'État lui pique sur ce qu'il doit toucher des taxes comme la CSG, CRDS…

Les gouvernements d’une part, étant incapables de faire des économies au niveau de l’État et d’autre part, dépensant de plus en plus tapent sur les innocents qui ne peuvent descendre dans la rue : une proie facile, une vache à lait.

 

UNE ÉVOLUTION INQUIÉTANTE : LE POUVOIR D'ACHAT DES RETRAITÉS NE CESSE DE DIMINUER

Les pensions sont gelées et est instaurée la CASA (Contribution Additionnelle de Solidarité pour l’Autonomie) Donc, le retraité perd chaque année du pouvoir d’achat suite à la désindexation de sa retraite (réforme BALLADUR)

Deuxième attaque : le Gouvernement s'attaque aux pensions en supprimant la minoration d’impôts sur le revenu pour avoir élevé 3 enfants ainsi que la demie part pour les veuves

Troisième attaque : fin de la CSG à taux réduite

Quatrième  attaque :sur les taux de prise en charge en matière de santé

Cinquièmes attaques  : hausse de la CSG, la hausse des retraites prévue est différée ... et maintenant on vous annonce une baisse des pensions pour les régimes complémentaires !

 

SIGNEZ, FAITES SIGNER LES PÉTITIONS EN LIGNE

 

http://www.contribuables.org/petition/monsieur-le-president-naugmentez-pas-la-csg/?utm_source=SEM1709&camp=W1708GAG007&gclid=EAIaIQobChMIudTfv-6q1wIVGpSyCh1j-wFaEAMYASAAEgLYb_D_BwE

 

https://www.mesopinions.com/petition/politique/hausse-csg-retraites/30206

 

http://peupledefrance.com/2017/06/petition-macron-contre-hausse-csg.html

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2017 6 04 /11 /novembre /2017 15:41
BERCY MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE ET DES FINANCES QUI A SA GRANDE PART DANS LES ERREURS QUE NOUS ALLONS TOUS PAYER

BERCY MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE ET DES FINANCES QUI A SA GRANDE PART DANS LES ERREURS QUE NOUS ALLONS TOUS PAYER

"LA FRANCE EST LE SEUL PAYS DÉVELOPPÉ OÙ LES CONTRIBUABLES SONT TENUS D'INDEMNISER L'ÉTAT POUR SON INCOMPÉTENCE" Nicolas BAVEREZ

 

Budget de l'État : dépenses 425 milliards de dépenses encore en augmentation en 2018 et un nouveau déficit annoncé de 3% minimum.

 

DES ERREURS QU'IL FAUDRA PAYER

Les annonces faites par le gouvernement en fin de compte ne sont pas réconfortantes pour le gouvernement et pour le budget 2018 : baisses d'impôts et baisse des charges OUI mais les "pseudo" découvertes dans l'héritage plombent ces belles promesses.

Taxes dividendes : 10 milliards. C'est le remboursement prévu de l'erreur "surtaxe sur les dividendes" qui fait que l'État devra rembourser cette somme fabuleuse à ceux qui n'auraient pas dû la payer. Ce sera fait en faisant appel aux contribuables "on ne nous dit pas tout"

AREVA ET EDF : 5 à 7 milliards. AREVA a 10 milliards de pertes cumulées

Les VEDETTES russes...black out

La dette SNCF

DEXIA, filiale de la Caisse des Dépôts; qui a distribué principalement aux collectivités des emprunts toxiques. L'État est obligé de prendre en charge au moins partiellement les pénalités prévues aux contrats de prêt que les collectivités ont signés. De nombreux procès sont en cours et l'annulation des prêts est totalement ou partiellement  actée par les tribunaux. Il y a eu 18,7 milliards d'euros de prêt de ce type distribués surtout par DEXIA que l'État français (nous tous contribuables) et l'État belge ont du sauver du dépôt de bilan.

La dette du Pays : le déficit budgétaire ne va pas baisser donc il faudra emprunter et payer des intérêts  (heureusement que les taux sont bas !). La dette ne baissera pas en 2018 !

5 millions de dépenses non comptabilisées par le précédent régime !

L'ISF a fait mal. Elle a  entraîné le départ de gros contribuables et une perte de recettes fiscales estimée entre 12 et 15 milliards.

IL FAUT COMPENSER CES PERTES ET ERREURS

Donc au menu pour compenser nombre de choses peu agréables sont annoncées :  augmentation de la CSG pour les retraités, taxation sur l'immobilier pour remplacer l'ISF, création et augmentation des taxes  (taxes soda, augmentation des taxes sur les carburants et le tabac, taxation augmentée sur les revenus de l’épargne, taxation sur des objets dits ce luxe...) et un risque de tour de vis est annoncé  pour ce mois de novembre

Les impôts locaux vont encore augmenter. La taxe foncière a déjà augmenté de 14% en 5 ans ! et il est annoncé une hausse des bases de calcul pour la taxe d'habitation ainsi que la surtaxe sur les résidences secondaires.

Alors, ainsi, on reparle aussi d'augmenter la TVA et se créent de nouvelles taxes et les anciennes augmentent...toujours plus d'impôts, toujours plus de dépenses publiques dont une part pour payer les erreurs de l'État et des irresponsables qui continuent en toute impunité leurs méfaits et leurs erreurs.

 

Partager cet article
Repost0