Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

8 juin 2022 3 08 /06 /juin /2022 21:30
LÉGISLATIVES 2022 : ÉLIRE LES DÉPUTÉS PROCHES DE VOS ESPOIRS QUI ÉTUDIERONT SÉRIEUSEMENT LES PROJETS ET PROPOSITIONS DE LOIS

 

ALLONS VOTER QUAND MÊME !

 

Les électeurs ont reçu leurs rituelles enveloppes contenant les professions de foi et les bulletins de vote.

Dimanche prochain, nous souhaitons qu’ils aillent en foule voter pour élire le député de leur circonscription.

 

LES PROFESSIONS DE FOI

Rappelons encore une fois que le député est un élu national.

 La profession de foi est un document de « présentation » du ou de la candidate et de son ou sa suppléante. Pour faire son meilleur choix l’électeur consciencieux doit d’abord s’informer sur la vie publique puis lire, comparer les documents reçus : comment conçoit-il d’exercer sa fonction de député et est-il conscient du rôle essentiel du Parlement pour le bon fonctionnement des institutions de la France ?

Le ou la candidate est parfois souvent soutenu(e)) par un parti... mais les partis sont désormais tellement dévalorisés...que les candidats n’osent souvent même plus afficher leur affiliation ni les noms de leurs soutiens.

 

UN PEUPLE SOUS ANESTHÉSIE

Nous vivons une nouvelle campagne électorale où rien ne se passe, sans débat...les français sont anesthésiés...après 5 ans du règne d’Emmanuel MACRON le paysage politique de la France ressemble à un champ de ruines...Le PS et les Républicains sont en voie de disparition. Même les extrémistes sont aux abonnés absents sauf ...Jean-Luc MÉLENCHON, Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale NUPES, liste « L’Avenir en commun ».

https://melenchon2022.fr/programme/version-courte pour ceux qui veulent s’informer.

Face au vide, Il reste donc, en effet, ainsi un grand Boulevard offert à l'insoumis Jean-Luc Mélenchon, le rassembleur de factions idéologiquement peu compatibles entre elles avec des programmes surréalistes dont les divergences au sein de cette Union sont telles que leur leader ne peut aborder aucun thème sérieux de campagne de peur de voir s’éloigner un de ces « unis » de façade.

Cette nouvelle élection est donc un simulacre puisqu’il n’y a pas de débat. La France passe à côté de la conception démocratique d’une élection des députés représentation de l’expression de la souveraineté populaire qui détient le pouvoir de faire et voter la loi.

 Face à cette situation les citoyens se réfugient dans une grève civique. Malgré nos appels au vote, tout indique qu’ils n’iront pas voter en foule.

Ils ne croient plus à rien dans une société où ils ne se sentent pas bien. Ils se croyaient protégés par un État tentaculaire dont ils attendaient naïvement tout alors qu’ils ne voient rien venir sauf des promesses non tenues et des services publics en déliquescence : Santé, Éducation, Sécurité, Justice...

Le Président Emmanuel MACRON et son staff d’ex énarques technocrates peuvent dormir tranquilles le patient France anesthésié est aux Urgences d’un hôpital qui, elles-mêmes, sont épuisées voire fermées...Le réveil du malade ne pourra se faire que dans la douleur sauf s’il trouve son sauveur.

 

VOTEZ : Le devoir de voter est un droit qui s'use si l'on ne s'en sert plus.

 

Même dans le désarroi du citoyen trompé, abusé, déçu, VOTEZ car, il y a au moins un candidat dont la profession de foi et le profil n’est pas trop éloignée de vos espoirs.   

 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2022 3 18 /05 /mai /2022 17:10
LE DUO DE L'ÉXÉCUTIF:  À GAUCHE, LE PRÉSIDENT MACRON, À DROITE LE PREMIER MINISTRE ÉLISABETH BORNE LE DUO DE L'ÉXÉCUTIF:  À GAUCHE, LE PRÉSIDENT MACRON, À DROITE LE PREMIER MINISTRE ÉLISABETH BORNE

LE DUO DE L'ÉXÉCUTIF: À GAUCHE, LE PRÉSIDENT MACRON, À DROITE LE PREMIER MINISTRE ÉLISABETH BORNE

 

 

 

LE CHANGEMENT DANS LA CONTINUITÉ ? LE DANGER : LA TECHNOCRATIE DOMINANTE  ET MÉPRISANTE

Nous avions eu un Premier Ministre Jean CASTEX qui avait l’avantage d’avoir un peu connu le terrain comme maire de la ville de PRADES puis conseiller régional...nous avons maintenant pour diriger l’exécutif désormais un attelage composé d’un Président de la République qui n’a jamais été un élu local propulsé par la volonté du peuple français directement Président de la République et un chef de Gouvernement diplômée qui n’a jamais été une élue !

Nos craintes à l’aurore de ce nouveau quinquennat sont fondées sur l’expérience du premier quinquennat où le Président s’est retrouvé seul avec les pleins pouvoirs, des crises et un Parlement aphone à l’exception du Sénat bien impuissant.

 

POUR LA DÉMOCRATIE, LES DANGERS SONT LA TECHNOCRATIE, L’AUTOCRATIE ET  LE MÉPRIS DE L’HUMANISME

Dans un premier temps, nous allons nous attacher à la redécouverte du Président Emmanuel MACRON après son premier quinquennat et son mode de gouvernance. Nous partons de propos que le Président MACRON a lui-même émis et dont il s’est, en partie accusé, mais pas vraiment excusé dans sa confession auto-critique du 14 novembre 2018.

Citons.

Il reconnait ne pas avoir « réussi à réconcilier le peuple français avec ses dirigeants" et a promis de gouverner « d'une manière différente à l'avenir »...dont acte, mais la réalité ?

« Nos concitoyens aujourd'hui veulent trois choses : qu'on les considère, qu'on les protège, qu'on leur apporte des solutions. Pas des déclarations. Des solutions. La considération, on ne l'a sans doute pas assez apportée" ...

« Entendre les Français, aller au plus près du terrain, peut-être décider d'une manière différente. Pas tout à Paris. En s'exposant d'avantage. En demandant à nos directions d'administrations centrales, aux ministres, à ceux qui les conseillent, d'aller se confronter au terrain beaucoup plus ».

 "Considérer c'est entendre quand les gens se plaignent, pour les amener dans cette transformation. Mais les respecter", a ajouté le Président.

Mais, un Président doit être un humaniste et savoir écouter et il ne peut publiquement répondre à une citoyenne retraitée à la peine :

« Vous pouvez parler très librement, la seule chose qu'on n'a pas le droit de faire, c'est de se plaindre ».

Il ne doit pas non plus répondre à JONATHAN, jeune horticulteur en recherche d’emploi  "Je traverse la rue et je vous en trouve" du travail .

Malheureusement, nous n’avons pas ressenti de changement dans le comportement et le mode de gouvernance du Président MACRON lors de la seconde partie de son quinquennat..

 

LA FIN NE JUSTIFIE NI LES MOYENS NI LE MÉPRIS

Le Président MACRON veut, quoiqu’il en coûte, transformer la France et pour cela il s’arroge le droit de bousculer les français quitte à afficher son mépris à son bon peuple.

N’arrivant pas à faire passer ses réformes pour faire changer les choses, atteindre des objectifs impossibles à tenir et tenter de tenir des promesses qu’il avait faites et qu’il savait intenables il retombe dans son travers du mépris des autres, ses concitoyens qui, cependant, l'ont réélu.

La fin ne justifie pas toujours les moyens.

Jusqu’à preuve du contraire le pouvoir en France appartient encore au peuple qui demande à ceux à qui il a fait l’honneur de leur confier provisoirement l’exercice du pouvoir de le faire en son nom. Le peuple a donc le droit et le devoir  d’interroger ses gouvernants. Le Président a le devoir de les entendre...c'est lui-même qui l'a dit !

 

 

À SUIVRE ...MAIS OÙ SERA DONC AU COURS DE CE NOUVEAU QUINQUENNAT L’HUMANISME DANS L’EXERCICE DU POUVOIR DE NOS GOUVERNANTS ?  ...ÉLISABETH BORNE, PREMIER MINISTRE

 

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 20:40
MACRON : SA LOI RÉFORME LA PROCÉDURE DEVANT LES PRUD'HOMMES

RÉFORME DES PRUD'HOMMES : une bonne réforme ou une réforme inutile?

La loi MACRON fourre-tout de 308 articles pour "la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques " nous le rappelons ne comporte pas que du mauvais.

Au prétexte de la lenteur de certains Conseils de Prud'hommes (ceux de certaines grandes métropoles) cette loi tente, dans son article 258, d'instituer des procédures accélérées devant les conseils de prud'hommes.

voir entre autres:

http://www.olonnes.com/2015/08/loi-macron-la-reforme-des-prud-hommes-sanctionnee-par-le-conseil-constitutionnel.html

 

SCHÉMA DE PROCÉDURE ANCIEN

Le demandeur saisit le conseil de prud'hommes.

Dans le mois qui suit le demandeur et le défendeur sont convoqués au Conseil de Prud'hommes pour une tentative de conciliation qui se déroule en présence d'un conseiller employeur et d'un conseiller salarié.

Si la conciliation ne peut être obtenue sur le champ les parties sont convoquées devant un bureau de jugement composé de deux conseillers employeurs et deux conseillers salariés. Le demandeur a, en général, deux mois pour formuler ses requêtes qu'il doit transmettre au défendeur qui lui aussi aura deux mois pour répondre.

Donc environ 4 mois après la tentative de conciliation le dossier doit être prêt à être présenté au Bureau de jugement qui rendra après délibéré sa décision dans les deux mois.

Durée théorique de la procédure avant la loi MACRON : 7 mois...en réalité 10 mois avec les congés, incidents de procédures...c'est le cas des Conseils de Prud'hommes de taille moyenne.

 

Surtout ne pas oublier que si les procédures sont lourdes parfois donc longues cela découle de la complexité et multiplicité des textes du code du travail français donc du législateur et non des procédures et des conseillers prud'homaux !

 

SCHÉMA DE LA NOUVELLE PROCÉDURE : LA LOI MACRON COMPLIQUE LES CHOSES

Après la saisine du Conseil de Prud'hommes il y aura encore convocation des parties devant un Bureau de Conciliation.

Mais sous certains conditions ce bureau de conciliation peut être transformé en bureau de jugement restreint.

S'il y a non conciliation il y a 3 types de procédure au choix:

- bureau de jugement restreint qui doit statuer dans les 3 mois

- bureau de jugement classique (formule ancienne)

- renvoi devant un bureau de jugement présidé par un magistrat professionnel

Puis le bureau de jugement délibère.

 

La nouvelle procédure durera donc au minimum et exceptionnellement 4 mois...et au maximum ????

L'article 258 de la loi MACRON dessine donc une modification profonde des procédures.

 

ACCÉLÉRER LES PROCÉDURES

Oui comme on le voit ci-dessus dans un cas les parties pourront effectivement accélérer les procédures (c'est de la théorie !)

 

LES REPROCHES FAITS AU LÉGISLATEUR

 

LE PLUS GRAVE : les dirigeants politiques parlent sans cesse de refondre le code du travail (voir Manuel VALLS à la ROCHELLE dimanche dernier, proposition des "républicains"...)

La logique eût voulu que d'abord cette réforme du code du travail soit faite puis celle-ci achevée les procédures nouvelles adaptées auraient été les bienvenues. Le législateur a mis encore une fois la charrue avant les bœufs...à moins que ne soit cachée au citoyen l'incapacité du législateur d'adapter le code du travail aux exigences nouvelles de l'économie.

 

METTRE CETTE RÉFORME DES PROCÉDURES DANS UNE LOI FOURRE TOUT est une aberration. Les élus n'ont pu examiner sérieusement ces quelques malheureux articles qui concernent les prud'hommes perdus dans les 308 textes qui parlent taxi, ouverture du dimanche, notaire, autocar...ils ne disent pas où ils trouveront les nouveaux magistrats, il y a eu un manque de concertation. Résultat : le conseil constitutionnel a invalidé une partie du texte.

 

AMÉLIORER LES PROCÉDURES DANS LES CONSEILS DE PRUD'HOMMES SURCHARGÉS AURAIT SUFFI EN ATTENDANT UNE GRANDE RÉFORME DU CODE DU TRAVAIL AVEC SES NOUVELLES PROCÉDURES ADAPTÉES Á CE NOUVEAU CODE.

 

DU POSITIF DANS LA LOI

Une meilleure formation des conseillers prud'homaux...mais qui va payer ?

Une possibilité d'accélérer les procédures : mais qui va l'utiliser face à la multiplicité des procédures prévues par cette loi : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

 

LE LÉGISLATEUR AURAIT PU S'ÉVITER CES ARTICLES DE LOI ET S'ATTAQUER Á LA RÉFORME DU CODE DU TRAVAIL.

Partager cet article
Repost0