Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

11 juillet 2024 4 11 /07 /juillet /2024 21:09
ARIANE 6 LANCEMENT RÉUSSI

ARIANE 6 LANCEMENT RÉUSSI

 

 

 

POURQUOI EN PARLE-T-ON  SI PEU ?

 

UN CLIMAT DÉTESTABLE À OCCULTER

Ne nous laissons pas envahir par la « bordélisation ambiante » que le Président MACRON laisse aux politiciens de tous bords depuis le 9 juin 2024 où il nous annonçait brutalement la dissolution de l’Assemblée Nationale qui, il est vrai, était oubliée, écrasée par le pouvoir envahissant du Président.

Ce pouvoir exceptionnel que la Constitution confère au Président de la République ouvre une aventure peu compatible avec le bon fonctionnement des institutions.

Comme cette situation n’était pas suffisamment complexe s’y rajoutent les conséquences des résultats des élections du 30 juin et du 7 juillet qui laissent un gout amer à des millions d’électeurs et un boulevard pour les tripatouillages dont les professionnels de la politique peuvent se gaver sans qu’ils ne voient le mépris populaire pour ceux qui ainsi vont à la soupe.

Les places doivent être bonnes, ironisent-ils !

 

DEUX BONNES NOUVELLES POUR LA FRANCE ET L’EUROPE

LE SUCCÈS DU LANCEMENT D’ARIANE 6

C’est le retour de l’Europe dans l’espace ! tout un symbole !

Au Centre Spatial Guyannais. à Kourou, l’espoir renait après 3 années de disette et la commercialisation d’Ariane 6 peut commencer. 6 lanceurs seront produits en 2025.

Les européens vont pouvoir se passer des Soyouz russes et retrouver leur indépendance qui en ces temps n'a pas de prix.

C’est une énorme machine qui va pouvoir se relancer avec les collaborations des secteurs privés et publics, et celles de divers pays au sein de l’Union Européenne.

« Notre » Thomas PESQUET exultait « C'est une fierté française et européenne » et le Président MACRON écrivait « C'est une fierté française et européenne » !

Nous voudrions saluer ce pas en avant où la France joue le pilote et sera, nous l’espérons, maintenir la pression pour un grand projet européen.

 

FLAMANVILLE L’EPR 1 DÉMARRE !

C’était un projet diabolisé, maudit et l’influence néfaste des politiques aurait pu le tuer.

Comment des politiques peuvent-ils ainsi errer. Les viles et irréfléchis intérêts électoraux l’emportent sur l’intérêt général !

En 1981, le candidat socialiste François MITTERRAND pour ses besoins personnels électoraux a dit «"J'entends terminer les centrales en construction et je n'entends pas mettre en œuvre celles qui ne le sont pas ». Heureusement au pouvoir il a fait marche arrière.

Mais plus tard, son successeur, François HOLLANDE récidive en 2012 et remporte l’élection, avec cette promesse de campagne :

« Réduire la part du nucléaire est une nécessité. Je propose qu'à l'horizon 2025 nous ayons diminué de 75% à un peu plus de 50% la part du nucléaire. »

Une fois à l’Élysée, il annonce la fermeture de Fessenheim ! qui sera retardée de 4 ans ...

Comment peut-on admettre que notre entreprise nationale EDF puisse avoir été comme un jouet confié à des enfants capricieux et irresponsables ? Ont-ils oublié que gouverner c’est prévoir et qu’on ne joue pas avec l’indépendance énergétique d’un pays.

L’histoire de la filière nucléaire française a connu toutes les vicissitudes et scandales que les politiciens (et particulièrement les ayatollahs écologistes manipulés et manipulateurs) lui ont infligées.

La loi du 22 juin 2023 a rouvert le chantier nucléaire français ...mais que d’argent et de temps perdus

Le démarrage de l’EPR1 de Flamanville aurait dû être inauguré en grande pompe...la période politique (encore elle !) a fait que l’inauguration s’est faite en catimini.

Cela n’empêchera pas que l’ouverture du chantier EPR 2 soit effective !

Réjouissons-nous de ces informations de la réhabilitations de la filière nucléaire française, de la marche vers l’indépendance énergétique de la France et des énormes progrès de la recherche en matière de sécurité et d’exploitation du nucléaire...mais le temps perdu ne se rattrape jamais !

 

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2024 3 10 /07 /juillet /2024 17:04
DES ÉLECTIONS ILLISIBLES...INUTILES ? DANGEREUSES ?

DES ÉLECTIONS ILLISIBLES...INUTILES ? DANGEREUSES ?

 

 

 

Suite de

ÉLECTIONS : BILAN CATASTROPHIQUE

https://www.olonnes.com/2024/07/reflexions-citoyennes-post-electorales-un-bilan-catastrophique-en-2024.html

En juin 2024, la France est au bord de la crise institutionnelle : un pouvoir exécutif constitutionnellement bicéphale avec un Président élu omniprésent et rejeté par une majorité de citoyens et un Gouvernement inexistant face à un pouvoir législatif, le Parlement, dépossédé de ses prérogatives qui, en plus,  s’exprime de manière inaudible.

Le troisième pouvoir : le pouvoir judiciaire est lui aussi décrédibilisé.

Faute de temps entre le 9 juin et le 23 juin 2024 pour réaliser une réelle campagne électorale, les citoyens pour fonder leur vote ne pouvaient compter sur les débats qui furent effectivement escamotés durant cette hyper courte période pré-électorale.

En France, il n’y a pourtant pas que l’immigration, la sécurité et les retraites qui soucient les citoyens français, il y a aussi bien d’autres très graves problèmes qui activent le malaise du peuple français dans toues ses composantes comme :

  • d’abord celui du malaise général français : pourquoi ce malaise profond et incontestable qui a généré l'épisode parfois violent des gilets jaunes, des émeutes, les manifestions monstres contre la "réforme" des retraites...
  • la guerre en Ukraine à juste 1000 kilomètres des frontières de la France et donc celui des moyens jugés insuffisants de la défense du Pays au sein de l’Europe,
  •  la dette publique et des déficits budgétaires d’une France appauvrie,
  • la pauvreté qui gagne du terrain tous les ans,
  • le financement des retraites et de l’ensemble de la protection sociale à la française menacée,
  • la défense des services publics en grande souffrance, à la dérive,
  • l'exercice de la liberté et des  droits d’expression des citoyens,
  • le réchauffement climatique de l’écologie et l’écologisme irrationnel avec ses ayatollahs,
  • la décentralisation,
  • le devenir de l'agriculture et du monde agricole,
  • le rôle de l’État en matière économique, sans politique énergétique...,
  • la réforme de l’État...

L’élection des députés qui vont composer l'Assemblée nationale entraine, toujours, en principe, un débat sur tous les sujets qui concernent la vie citoyenne...mais pris de court les partis, institution intermédiaire nécessaire au bon fonctionnement de la démocratie,  se sont enfermés dans des querelles de personnes et de clans dont les français ne veulent plus.

Donc, les électeurs en masse ont d’abord conforté leurs votes aux Européennes anti Macron et puis ont exprimé leur peur de l’extrême droite bien entretenue par une propagande à sens unique oubliant l’autre peur des autres extrémistes de gauche dont on ne mesure pas encore la violence contenue par exemple par l’antisémitisme et autres dérives.

 

UN BILAN CATASTROPHIQUE : tous perdants sauf Vladimir POUTINE !

Le résultat de la manœuvre présidentielle d’une élection avancée s’avère nul et pire très dangereux pour l’avenir du pays :

  • un Président affaibli, désavoué et isolé,
  • une Assemblée Nationale ingérable et qui n’est pas même pas représentative du peuple français avec entre autres anomalie des minorités extrémistes surreprésentées ; c’est une bombe à retardement. Une assemblée plus éclatée...c'est bien un échec de plus du plan MACRON qui visait pourtant une « clarification »,
  • une situation de crise institutionnelle potentielle mais bien latente qui ne peut qu’augmenter le malaise français, les institutions étant justement faites pour protéger le citoyen de l’arbitraire et de l'inconnu,
  • le droit de vote massacré et des millions de français qui estiment que cette élection leur a été volée,
  • aucun programme de redressement de la France en vue ...et aucun homme ou groupe pour le mener éventuellement et aucunes mesures pour apaiser le réel malaise français...aucun espoir de redressement !

Mais alors quel intérêt le Président avait-il à lancer cette opération suicidaire ? Il pouvait très bien poursuivre son quinquennat en acceptant les modalités de la cohabitation, d’autres présidents l’ont fait !

Lui qui a dit qu’il aimait la France a fait un pari irréaliste, brutal aux conséquences imprévisibles qui seront nuisibles au Pays. Serait-ce pour tenter de sauver son pouvoir et sa crédibilité ? Si oui, c’est indigne d’un Président de la République puisqu'il y avait d'autres voies constitutionnelles pour désamorcer une crise.

Ainsi nous ne voyons donc clairement dans cette manœuvre seulement qu’une opération personnelle et brutale et illisible...pour rester au pouvoir au mépris de la France et des expressions majoritaires des français qui ont rejeté la gestion macronienne ?

La démocratie qui a permis cette manipulation diabolique en sort desservie et, en fin de compte, le grand bénéficiaire de cette manœuvre est Vladimir POUTINE, l’ennemi de la démocratie : les difficultés qu’affronte la gestion du pays et que va encore affronter la France ne peuvent que le réjouir comme tout ce qui affaiblit l'Europe.

Emmanuel MACRON n’aime pas vraiment la France qu’il affaiblit avec un pari qui conduit à encore plus d’instabilité dans le fonctionnement institutionnel. Nous sommes bien loin du pari stupide de la « clarification » ! Quelle clarification ?

À un peuple qui doute, un Président de tous les français n'avait pas le droit d'ajouter une mesure qui va augmenter la peur des incertitudes du lendemain.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2024 5 05 /07 /juillet /2024 18:42
ÉLECTIONS 2024 1er TOUR

ÉLECTIONS 2024 1er TOUR

 

 

 

LE PRÉSIDENT MACRON NE RESPECTE MÊME PLUS  LE DROIT DE VOTE ET SON DEVOIR D'ARBITRE SUPRÊME

 

Suite de :

https://www.olonnes.com/2024/07/des-elections-improvisees-contestables-et-peu-democratiques.html

 

La Constitution donne ce pouvoir exceptionnel au Président de la République qui « peut, après consultation du Premier ministre et des présidents des assemblées, prononcer la dissolution de l'Assemblée nationale ».

Mais, depuis juin 2022, le Président MACRON était face à une Assemblée Nationale avec laquelle il a dû pratiquer la « cohabitation » et faire passer les budgets de la France à coups de 49/3.

Deux ans ont ainsi passé et il n’y avait donc pas péril en la demeure pour une dissolution qui aurait pu se faire effectivement depuis deux ans à l’initiative du Président et qui aurait dû pouvoir se faire dans la sérénité à la rentrée en septembre prochain.

Celui-ci a donc choisi, le soir des résultats des Européennes, le 9 juin dernier, de décider brutalement cette dissolution sachant que l’article 12 de la Constitution stipule que « Les élections générales ont lieu vingt jours au moins et quarante jours au plus après la dissolution »

 

PAS DE RÉELLE CAMPAGNE ÉLECTORALE : DES CANDIDATURES ET DES PROGRAMMES IMPROVISÉES : LE DROIT DE VOTE, DROIT FONDAMENTAL, EST DÉVOYÉ PAR LES PROCÉDURES BRUTALES DU PRÉSIDENT MACRON

Rappelons que le droit de vote est le droit reconnu aux citoyens d’exprimer leur volonté à l’occasion de scrutins. Les citoyens élisent ainsi leurs représentants.

Les citoyens ont le droit d'exprimer leur volonté à l’occasion de scrutins : c’est le droit de vote.

Les citoyens ainsi exercent leur droit constitutionnel de participation aux affaires de la Nation. Ainsi, ils sont associés aux mesures qui les concernent. Le droit de vote est un droit fondamental.

En France, il est établi dès la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 incorporée dans la Constitution de 1958 et liée à la notion de Nation et de peuple souverains.

Pour ce vote : les français ne peuvent donc pas exercer, en toute connaissance, leur droit de vote.

 

 

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE INTERVIENT LOURDEMENT DANS LA CAMPAGNE

Le Président MACRON sort de son devoir de réserve que lui confère la Constitution (article 5) : « Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'État ».

L’arbitre MACRON est descendu de son siège au-dessus de la mêlée pour intervenir sur le terrain marécageux des magouilles de bas étage que justement les français condamnent et exècrent.

Si ceux-ci, le 7 juillet, ne donnent pas une majorité de gouvernement quelle qu’elle soit, ce vote sera inutile !

  • Avec une chambre ingouvernable, donc une France ingouvernable
  • Avec un Président décrédibilisé et compromis qui a perdu toute autorité suite à cette déclaration mal venue : « Se désister aujourd'hui pour des élus de gauche face au Rassemblement national ne signifie pas gouverner demain avec LFI ». De quel droit, sur quel fondement juridique écarte-t-il du pouvoir des candidats potentiels élus du peuple ?
  • Avec un Président qui, par ses abus de pouvoirs, montre clairement au peuple qui va voter qu’il ne tiendra pas compte du résultat de son vote et donc de la volonté du peuple et conduit ainsi celui-ci irrémédiablement à une crise institutionnelle ...ce qui est un comble pour celui qui est le garant du respect de la Constitution et du bon fonctionnement de l’État.!

 

 

DIMANCHE 7 JUILLET 2024 :  MALGRÉ TOUT, VOTEZ POUR TENTER DE DONNER AU PAYS UNE MAJORITÉ AVEC DES ÉLUS REPRÉSENTATIFS DE LA NATION

Partager cet article
Repost0
24 juin 2024 1 24 /06 /juin /2024 18:41
ÉLECTIONS DES DÉPUTÉS 2022...IL FAUT ESPÉRER UNE VRAIE MOBILISATION CITOYENNE LE 30 JUIN2024

ÉLECTIONS DES DÉPUTÉS 2022...IL FAUT ESPÉRER UNE VRAIE MOBILISATION CITOYENNE LE 30 JUIN2024

 

 

 

LE 30 JUIN 2024, VOTONS !

EN EUROPE, UNE FORME DE DÉMOCRATIE USÉE PAR DES POUVOIRS QUI NE SONT SOUVENT PLUS CRÉDIBLE,  DOIT CÉDER SA PLACE

 

Depuis des décennies, les gouvernants et les postulants et autres candidats aux bons postes :

  •  soit ne proposent rien sauf de combattre l’extrême droite accusée de tous les maux (fascisme, nationalisme, libéralisme, négationnismes, droitisme, frexit, populisme, extrémiste de droite ...)
  • soit font des propositions miracles irréalisables ( des milliards de dépenses publiques supplémentaires...sans les recettes correspondantes, la dénucléarisation de l’Énergie sans les moyens nouveaux, la gratuité des services publics, l’annulation de la dette publique, la baisse de la TVA sans substitut de recettes ou avec le faire payer les « riches »...)

Et pire, plus les pouvoirs en place veulent faire peur, plus les extrêmes voient leurs rangs grossir et particulièrement la droite française.

En effet, le bon peuple n’a plus peur du Grand Méchant Loup dont Mère Grand avait dû parler au Chaperon Rouge.

On sait que le Grand Méchant Loup est même rentré dans la maison de Mère Grand en Europe. Il n’a cependant dévoré personne. Rappelons-nous ce qu’ont pu écrire et dire les médias et autres politiques de mauvaises augures quand Grand Méchant Loup est entré démocratiquement dans la maison « Italie ».

Mais l’histoire est cruelle. Le bon peuple italien non seulement n’a plus peur de celui qu’on lui a présenté depuis des décennies comme un méchant dévoreur d’enfants que ce soit en Italie, comme il en en de même pour la Hongrie...mais encore la liste des pays qui ne croient plus au Grand Méchant Loup s’allonge.

Voilà la petite liste des pays européens où les élections ont vu monter de manière parfois très significative la droite nationale et éventuellement "populiste" (terme qui n’a d’ailleurs aucune signification péjorative puisque son objectif est de vouloir simplement être et se dire représentatif du peuple !...est-ce un péché mortel ?) :

 Autriche, Suède, Pays-Bas, Italie, Hongrie, Slovaquie, Finlande, Suède, Pays Bas, Portugal ...bienvenue aux suivants ...France ?

 

L'UNION EUROPÉENNE PROTECTRICE DES DÉMOCRATIES...CE QU'ON NE VOUS DIT PAS !

Cette migration vers la droite a-t-elle été négative pour ces pays comme les médias ne cessaient de le répéter ? 10 pays où la transition « alternance » avec prise de pouvoir par la droite nationale et ses alliés parfois n’a été ni un drame, ni une révolution...

Bien encadrés par la "législation " de l'Union Européenne, les États membres et les prétendants à le devenir mesurent bien, avec les exemples hongrois, polonais... l'exigence de l'Institution Union Européenne qui garantit ses États Membres contre les tentatives d'éventuelles de déviations de ces pays membres qui violeraient leurs engagements d'être et demeurer des pays démocrates.

L'Union Européenne aurait-elle ainsi du bon ?

Concrètement ces pays cités ci-dessus sont-ils plus ingouvernables depuis leur alternance?...NON... Cette alternance est au contraire un signe du bon fonctionnement de la démocratie.

Ces pays sont-ils en crise institutionnelle, sociale ?...NON

Alors, nous comprenons ainsi que le bon peuple français lassé par une gestion macronienne de la France incompréhensible soit tenté par un vrai changement au plus haut niveau de l’État...

N’oublions pas qu’en 2022, Emmanuel MACRON n’a ni fait le bilan de son premier quinquennat passé, ni élaboré un programme pour son nouveau quinquennat, ni fait une campagne électorale sérieuse et que de 2022 à aujourd’hui la France vit dans une situation d’appauvrissement et de crise financière et sociale latente. A-t-il encore le droit de jouer avec le pouvoir...lui, qui a tant déçu !

Par sa politique personnelle, le Président MACRON a préparé depuis 2017 l'arrivée au pouvoir en France de la droite nationaliste. Pourquoi aujourdhui tenterait-il de s'opposer à ce qu'il a initié ? Pourquoi veut-il écarter une cohabitation si le peuple souverain la demande ?

Le vote du 30 Juin doit ratifier le premier choix du peuple français du 9 Juin 2024 lors de ces "européennes": un réel changement mûrement réfléchi pour la France quoi qu'en dise le Président MACRON qui assure maintenant qu'il assumera sa fonction jusqu'à son terme de 2027...contre la volonté du peuple ?   .

Nous ne vivons donc pas une aventure mais une suite logique d'un mouvement qui gagne toute l'Europe démocrate et devrait aussi impacter positivement le bon fonctionnement de l'Union Européenne et donc de la France. 

 

Partager cet article
Repost0
22 juin 2024 6 22 /06 /juin /2024 17:30
OÙ PASSE L’ARGENT DU CONTRIBUABLE : À FAIRE DES RAPPORTS ? UN BEL EXEMPLE

 

 

 

UN RAPPORT DE PLUS ! ENCORE SUR LA DÉCENTRALISATION...AUTREMENT NOMMÉE RÉFORME TERRITORIALE TANT DE FOIS PROMISE ET TANT DE FOIS REPORTÉE

 

Voilà un bel exemple qui devrait aider nos concitoyens dans leur choix avant d’aller voter ou d’aller s’abstenir...même si nous n’admettons pas cette posture qui est un mode d’abandon de ses droits de citoyens si chèrement acquis et défendus.

C'est peut-être juger la mandature MACRON en la regardant par le petit bout de la lorgnette...mais cela nous parait une illustration atroce d'une gestion de la France en dérive !

 

 

LE MILLEFEUILLE EN CAUSE QUI RÉGIT DÉJÀ DANS LES FAITS L’ORGANISATION TERRITORIALE DE LA France

 

La Constitution de 1958 est claire. Dans son article 1 elle stipule :

« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée. »

Donc, la « décentralisation » existe déjà puisque son existence même est déjà inscrite dans la constitution de 1958...pourquoi un rapport ce plus ?

Dans son programme de 2017 (page 29), le Président MACRON avait déjà pris l’engagement suivant :

« Nous réduirons le millefeuille administratif

Nous supprimerons au moins un quart des départements, là où ils peuvent être rapprochés de l’une de nos grandes métropoles. »

Il y a dans cette promesse du candidat MACRON déjà des incongruités puisque la Constitution de 1958 affirme donc que la France a « une organisation décentralisée » et que d’autre part, l’article 72 de cette Constitution précise bien quelles sont en France les collectivités territoriales :

« Les collectivités territoriales de la République sont les communes, les départements, les régions, les collectivités à statut particulier et les collectivités d'outre-mer régies par l'article 74. Toute autre collectivité territoriale est créée par la loi, le cas échéant en lieu et place d'une ou de plusieurs collectivités mentionnées au présent alinéa.»

 

Alors pourquoi donc faut-il créer une commission ad hoc et mobiliser de hauts fonctionnaires et juristes (voir la liste en annexe) pour créer ce qui existe déjà et même le reprendre devant le sénat en commission sous forme de bilan de la mission d’Éric WOERTH ?

De plus, le 7 juin 2024, est publié le Rapport RAVIGNON (maire de Charleville-Mézières et Président d'Ardenne Métropole) « Coûts des normes et de l’enchevêtrement des compétences entre les collectivités locales ».

L’officiel « Vie publique » qui annonce cette parution précise bien que « 7,5 milliards d'euros chaque année, soit 0,3% du PIB, c'est le coût de l'enchevêtrement des compétences entre collectivités territoriales selon le rapport de Boris RAVIGNON. Pour le réduire, le rapport propose de clarifier les répartitions de compétences et les relations entre l'État et les collectivités. »

 

 

LA MISSION CONFIÉE PAR LE PRÉSIDENT MACRON À ÉRIC WOERTH : ENCORE UN RAPPORT AUSSI NUTILE QUE COÛTEUX

 

Voir le Rapport :

https://www.banquedesterritoires.fr/sites/default/files/2024-05/woerth.pdf

 

C’est un souhait présidentiel...d’autres écriront que c’est la préparation par le Président MACRON d’un effet d’annonce d’une réforme nécessaire que nous attendrons ( voir ci-dessous la copie de la lettre de mission du Président MACRON) et qui ne viendra ( jamais?).

L'auteur du Rapport Éric WOERTH a été Ministre du Budget et du Travail, cadre dans une importante société de Conseil chargé d’affaires auprès des collectivités locales. Il est âgé de 68 ans, diplômé de la grande École HEC, il a été élu local, maire de Chantilly, et Président d’une « Agence » nommée ADO Agence de Développement de l’Oise dont la gestion est particulièrement mise en cause par la Chambre Régionale des Comptes. Il est (était) encore député de l’Oise (jusqu’à sa dissolution) et questeur de l’Assemblée Nationale. Il a rejoint la majorité présidentielle en 2022 !

Il a été impliqué puis blanchi dans l’affaire BETTENCOURT (2010/2015) et dans les dossiers TAPIE et celle de la vente d’une forêt domaniale de 51 hectares à la Société des courses de Compiègne : affaires pour lesquelles il bénéficiera de non-lieux. Il est aussi toujours impliqué dans le dossier SARKOZY pour complicité de financement illégal de campagne électorale.

Donc, quand le Président MACRON signe sa lettre de mission, en novembre 2023, les conditions d’une réforme territoriale qui mérite ce nom ne sont pas remplies.

Ce Rapport de 160 pages (annexes comprises) avançant 51 propositions ne servira à rien. Une réforme territoriale en France est impérative mais toute réforme territoriale passe par des procédures très périlleuses politiquement et ne peut aboutir que dans la mesure où elle obtiendra au départ une large adhésion des élus eux-mêmes, de leurs associations...

Son titre n’est plus à l’ordre du jour : "DÉCENTRALISATION : le temps de la confiance" alors qu’on est dans le temps de la défiance.

Son auteur, appartenant à la majorité du Président, dans un temps où les Sociétés de Conseil ne sont plus en odeur de sainteté et de transparence,  était-il vraiment l'homme consensuel chargé d'un tel rapport.

N'y avait-il pas quand il la reçu sa "mission"concernant ce Rapport d'autres priorités budgétaires ?

Saura-t-on un jour le coût d'un tel chef d’œuvre qui ira vite aux archives ?

Il a mobilisé du beau monde (voir la liste ci-dessous des "rapporteurs ") qui avait, nous l'espérons, autre chose à faire que de participer à l’élaboration de ce chef d’œuvre de la technocratie remis au Président de la République le 30 mai 2024 et qui ne servira à rien !

Le document comporte in fine la longue liste des personalités que les rapporteurs ont rencontrées (page 131) et qui ont perdu aussi leur temps !

Vraiment : quel gâchis...

Voilà un bel exemple d’Étude nommée RAPPORT avec un titre qui nous ferait mourir de rire si ce n’est que c’est trop triste « le temps de la confiance »! alors que la France tombait déjà dans la défiance.

 

OÙ PASSE L’ARGENT DU CONTRIBUABLE : À FAIRE DES RAPPORTS ? UN BEL EXEMPLE
OÙ PASSE L’ARGENT DU CONTRIBUABLE : À FAIRE DES RAPPORTS ? UN BEL EXEMPLE
OÙ PASSE L’ARGENT DU CONTRIBUABLE : À FAIRE DES RAPPORTS ? UN BEL EXEMPLE
Partager cet article
Repost0
18 juin 2024 2 18 /06 /juin /2024 08:45
IL NOUS FAUDRA UN PARLEMENT ET UN PRÉSIDENT NOUVEAU AUSSI RESPONSABLES

IL NOUS FAUDRA UN PARLEMENT ET UN PRÉSIDENT NOUVEAU AUSSI RESPONSABLES

 

 

 

MAIS QUI PAYERA LES ADDITIONS DE PROMESSES D’IRRESPONSABLES ? LA DETTE ABYSSALE VA PESER LOURD ET DICTERA SA LOI

Redresser la France : il faudra des députés capables de prendre les bonnes décisions que les candidats d’aujourd’hui englués dans la politicaillerie 2024 et leur réélection cachent ou font semblant d'ignorer la dure réalité, une honte !

En matière économique comme et en matière sociale, la confiance entre les partenaires est un fondement essentiel de réussite.

Et la confiance a un ennemi qui est la peur que celle-ci soit fondée ou irrationnelle.

L’énorme dette de 3200 milliards d’euros que le Président MACRON assume, quoiqu’il en coûte, est possédée pour plus de 50 % par les investisseurs étrangers.

Or, ceux-ci n’ont plus confiance en la France et en l’Europe surtout après le chaos organisé par le Chef de l’État avec sa décision tardive mais brutale de dissoudre l’Assemblée donc d’ouvrir la porte du pouvoir et les réactions eurosceptiques de certains pays génère la peur d’un changement hasardeux. Le Président MACRON a organisé le chaos et il ose dire qu'il aime la France !

L’indice CAC 40 de la Bourse de Paris toujours frileuse qui attend toujours le pire et le meilleur est passée de 8259 points à 7511 points ce jour !

Mais on sait bien que, comme l’a dit le Général de Gaulle en 1966 « La politique de la France ne se fait pas à la corbeille » mais quand la Bourse de Paris, tousse,  la France est malade. La bourse demeure le thermomètre, la France et de l’Europe nous indiquent bien que la France traverse une zone de fortes turbulences.

 

AU DANGER MACRON, IRRESPONSABLE,  S’AJOUTENT DÉSORMAIS LE DÉFICIT CROISSANT DES FINANCES PUBLIQUES ET LE NOUVEAU DANGER DES PROMESSES INTENABLES DES CANDIDATS AUX ÉLECTIONS

L’attitude navrante et irresponsable, la semaine dernière, des politiciens français ne peut qu’engendrer une peur plus grande de lendemains qui déchanteront.

Emmanuel MACRON a exercé le pouvoir 7 années durant et a creusé deux précipices : celui de la dette publique et des déficits budgétaires non maîtrisés et celui qui sépare le peuple de ses gouvernants décrédibilisés tant auprès des français qu’auprès de nos partenaires européens et autres.

Il a cependant trois excuses à cette conduite « irresponsable » : 

  • La crise sanitaire qu’il a subie et mal gérée,
  • Un héritage de ses prédécesseurs laxistes et ou incompétents,
  • Un peuple français amorphe qui n’exerçait plus son pouvoir de « souveraineté ».

 

Les candidats à une éventuelle succession tels que ceux des 3 partis leaders des 3 listes de candidats à la députation n’ont pas ces « excuses » : ils savent maintenant par l’expérience malheureuse du règne MACRON que la culture du déficit budgétaire conduit à l’appauvrissement du Pays, que l’argent facile décrédibilise le Pays trop endetté et constitue une menace permanente de crise financière qui devient vite crise sociale et que la baisse de la productivité creuse le déficit commercial dans un monde où la guerre économique est sans merci et engendre le chômage.

Ces candidats démagogues osent claironner des promesses intenables qui ne feront qu’accélérer la dégringolade de la France. Ils veulent sciemment tromper le peuple....pour se faire élire ou réélire.

En effet, dans les brouillons de programmes des 3 leaders politiques que sont le Rassemblement National, le Nouveau Front Populaire et ce qui reste de la Macronie « Ensemble pour la République » n’apparaissent que des projets de dépenses supplémentaires et pas de projets d’efforts collectifs pour redresser la France. Ils ne proposent que des banalités de comptoir de bistrots !

Si l'électeur a un doute sur la situation des finances publiques qu'il lise le rapport tout frais sur la dégradation des finances publiques depuis 2023 qui vient d'être publié par le Sénat, malgré la suspension depuis lundi passé de ses travaux en séance publique à cause de la dissolution de l’Assemblée nationale.

Il est particulièrement clair et alarmiste...et décrit combien la gestion de la France et surtout de ses finances publiques dérape dangereusement !...encore le mot « DANGER » !

https://www.senat.fr/notice-rapport/2023/r23-685-notice.html

Le rapport des dépenses publiques au Produit intérieur Brut PIB est passé de 55,3% en 2019 à 57 % en 2023...soit plus de la moitié du produit généré en un an par les français est consommée par l'État !

 

IL FAUDRA DES CITOYENS ÉLECTEURS ATTENTIFS AUX PROMESSES IRRÉALISTES ET DEMEURANT MOBILISÉS

 

On peut mentir au bon peuple mais les chiffres parlent et sanctionnent les imprudents menteurs !

Il ne faut pas attendre le jour maudit où l’État français ne pourra plus payer ses fonctionnaires et sera mis sous tutelle de ses créanciers : La France humiliée. Le modèle social français sera alors effectivement bien menacé par la politique de ceux qui sont censés le défendre.

Quels que soient les résultats des élections à l’Assemblée Nationale il faudra que le futur gouvernement prenne de graves décisions et engagements qu’on appelle cela austérité ou plan de redressement...il faudra y passer et vite ! C'est de cela dont il faut parler et stopper les promesses intenables attrapes-gogos pratiqués  par de politiciens de bas étage dont le seul objectif est de ses faire réélire.

Il faut que le citoyen électeur soit le 30 juin passe au-dessus des promesses fantoches vendues par des candidats inconscients de la dure réalité ...

 IL FAUDRA QUE LE PEUPLE FASSE  COMPRENDRE AUX NOUVEAUX ÉLUS LE DANGER QUI GUETTE LA France : LA FAILLITE ! dont ils seront jugés responsables s'ils ne prennent pas les bonnes décisions dès le début de la nouvelle mandature.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2024 3 12 /06 /juin /2024 21:05
SI L'ON EN JUGE PAR LES PANNEAUX ÉLECTORAUX VIDES...LES ÉLECTIONS EUROPÉENNES 2024 DEVAIENT ÉTRE UN NON ÉVÉNEMANT

SI L'ON EN JUGE PAR LES PANNEAUX ÉLECTORAUX VIDES...LES ÉLECTIONS EUROPÉENNES 2024 DEVAIENT ÉTRE UN NON ÉVÉNEMANT

 

 

 

 

FINI LE TEMPS DU PEUPLE RÉSIGNÉ ?

 

Ce 9 juin 2024, quel vote, surprise réelle ou feinte pour certains. On annonçait un petit coup de vent frais et pourri et ce fut une tornade que les prévisionnistes n’avaient ni imaginée ni même, bien sûr, annoncée.

Début juin, donc il y a peu...ce vote du 9 juin était une formalité inconnue, camouflée, réservée à ceux qui ont le droit ou la forte envie de savoir...c’est dire qu cette formalité ne passionnait pas.

Les débats télévisés de la campagne électorale des Européennes sur les chaines du réseau public, étaient aussi rares que nuls et sans intérêt.

Un ordre occulte du silence devait-il avoir été donné ? Certains au pouvoir avaient-ils intérêt à ce que le vainqueur soit le camp du parti des abstentionnistes ?

On ne vous disait pas tout ! Depuis des années, la crédibilité des médias s’estompait et ce qui était dit n’était désormais pour nombre de citoyens ni cru ni crédible.

Depuis l’arrivée du sauveur espéré Emmanuel MACRON en 2017 celui-ci a déçu.

Durant son règne, la confiance entre le pouvoir et les citoyens n’a jamais été rétablie depuis la grande duperie macronienne des Gilets Jaunes et du « Grand Débat ». La mauvaise gestion politique de la réforme des retraites a accentué le fossé entre le peuple et ses dirigeants incarnés par Emmanuel MACRON avec de plus une instabilité des institution et particulièrement des gouvernements, des ministres qui n’étaient que des valets interchangeables au gré du vent macronien ...

La macronie trustait le pouvoir dans une indifférence résignée et profonde.

 

LE 9 JUIN 2024, À 21 HEURES...DANS LA PETITE LUCARNE, LE PRÉSIDENT PARLE !

Alors dans ce monde des citoyens français assoupis, écœurés, tout allait-il brutalement changer...en France, le Président MACRON qui avait dû enregistrer son message de défaite prévisible et cuisante annonçait d’une manière scabreuse la dissolution de l’Assemblée Nationale.

Pour vous, nous avons vu et revu le message du Président qui fonde sa décision "sur la montée des nationalistes qui est un danger pour notre nation" ..."j'ai entendu votre message". Pour notre part,  nous avons du mal à croire qu'après 7 ans de règne le Président n'assume aucune responsabilité dans la situation que la France affronte après ce vote !

En Europe, en Allemagne, en Suède, à Bruxelles, en Ukraine, en Italie, en Hongrie, en Autriche, aux Pays Bas ...les choses bougeaient. On en oubliait l’anniversaire du débarquement, BIDEN en France, ...

Les médias et la conscience journalistique ont ainsi prouvé une nouvelle fois leur fragilité, leur asservissement et donc leur manque d’indépendance. ...on ne nous disait pas tout et le profond malaise citoyen ressenti devenait sournoisement insupportable. Mais le peuple était nourri, gavé de pain et de jeux olympiques...ce vote du 9 juin devait passer comme inaperçu, comme une banalité ...mais que non !

Le citoyen ne se révoltait plus...il avait tout encaissé...cependant l’indifférence, la soumission, la rancune s’accumulaient.

Quant au Président MACRON il continuait à plastronner comme s’estimant indestructible comme le rempart qu’il pensait bien à tort être contre la grande peur entretenue nommée le « Rassemblement National ». Le Président saisissait toutes occasions pour casser le refuge du peuple mécontent que représentait le fameux Rassemblement National diabolisé mais cependant bizarrement sans cesse en croissance.

Casser du RN était jusqu’à ce 9 juin 2024 la règle certes peu démocratique quand le diabolisé parti catalogué d’extrême droite devenait en septembre 2023 la formation politique qui récolte le plus de confiance de la part de l'opinion publique française ! Comment se fait-il que cette information soit passée aux oubliettes ?

Mais cette technique du matraquage de la diabolisation du RN par le Président MACRON pour cacher ses propres faiblesses a des limites.

Un jour, la vérité finit par éclater. Le 9 juin 2024 le peuple français tournait le dos à son Président et lui signifiait leur souhait de changement "quoi qu(il en coûte".

 

Ainsi, ce qu’il y a d’extraordinaire dans la diffusion de l’information sélective subie c’est que, par exemple, dans le panorama des partis politiques il n’y a qu’un bout...qu’une seule extrémité qui est l’extrême droite...l’autre bout, l’extrême gauche ne peut être honnie ; elle est même parfois bénie et préservée, choyée, courtisée et elle a tous les droits : casser, piller, mentir, cracher sur le drapeau français, faire l’éloge de l’antisémitisme et du terrorisme...

Pour nous, « citoyens normaux », il y a bien deux extrémismes contre les quels depuis des années nous nous battons en criant danger...

Car il y a une certitude c’est que la France se gouverne au centre...

Aussi, nous répétons depuis des années inlassablement à l’adresse des pouvoirs de droite comme de gauche qui se sont succédé : « vous faites le jeu des extrémistes !». Nous visions souvent surtout la gauche bobo illusionniste type mitterrandienne plus subtile et démago dite gauche molle aux promesses alléchantes et irréalistes telles que « travailler moins et gagner plus  »...quant à l’extrême droite, elle est restée depuis des décennies marginale sauf dans les discours de politiciens professionnels

 

À SUIVRE...

 

LE RÉSULTAT DU COUP D’ÉTAT ET D’ÉCLAT DU PEUPLE SOUVERAIN LE 9 JUIN 2024

 

Partager cet article
Repost0
5 juin 2024 3 05 /06 /juin /2024 17:58
9 JUIN 2024 :  LA FIN D'UN RÈGNE DÉCEVANT

9 JUIN 2024 : LA FIN D'UN RÈGNE DÉCEVANT

 

 

 

BILAN DE 7 ANNÉES DE RÈGNE D’EMMANUEL MACRON FAIT PAR LE PREMIER MINISTRE GABRIEL ATTAL DANS SON DISCOURS DE VIRY-CHATILLON (18 AVRIL 2024)

 

Pourquoi transformer ce vote aux "Européennes" en vote national, vote sanction du bilan de 7 ans de règne stérile, émaillé de crises d’Emmanuel MACRON ?

Il faut cette fois que se fasse entendre et comprendre la vox populi qui crie 7 ans cela suffit ! Nous n’en pouvons plus : pouvoir d’achat en berne, dette au sommet, services publics dégradés, pauvreté aggravée...Le Président MACRON et ses équipes sont déconsidérés. Le lien de confiance entre un Président omnipotent et son peuple n’existe plus : le Président n'écoute pas et donc n’entend plus les français. Il ne sait pas où il mène la France qui n’a plus de guide ...la preuve formelle à nos dires en est encore donnée par l’actuel Premier Ministre  Gabriel ATTAL, fossoyeur du règne d’Emmanuel MACRON.

« Agir, c’est notre devoir »...c’est donc l’objet du discours de Gabriel ATTAL...quel aveu ! 7 ans de paroles, paroles...mais pas d’actes forts pour redresser la France qui vit en mode de dégradation de plus en plus accélérée.

« La République contre-attaque...»...mais qu’a fait pendant 7 ans  le Président MACRON face à l’affaissement de l’Autorité, de la France... ?

« Il faut entendre les français »...mais le vote implacable du deuxième tour aux dernières élections de l’Assemblée Nationale en juin  2022 a été un vote de défiance, un vote sanction...qui n’a rien changé !

 

9 JUIN 2024 : LE PEUPLE DOIT SE FAIRE ENTENDRE ET LE PRÉSIDENT TIRER LES CONCLUSIONS DU VOTE

Ainsi, après 7 ans au pouvoir, la MACRONIE par la voix de son actuel Premier Ministre Gabriel ATTAL avoue enfin l’impuissance, l’incapacité du Président MACRON à gérer la France : c’est un aveu terrible fait sans ambiguïté par Gabriel ATTAL : le Président MACRON, s’il a entendu son peuple et si les sondages sont confirmés, devra donc le 10 juin tirer la conclusion du vote des français ...comme le fit, en son temps, le Général de Gaulle...partir avec dignité et assumer la transition dans l’ordre constitutionnel et républicain en redonnant la parole au peuple souverain.

Partager cet article
Repost0