Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

23 juin 2022 4 23 /06 /juin /2022 21:39
LE POURQUOI ET LE COMMENT DE CE SOIT-DISANT SURPRENANT RÉSULTAT AUX ÉLECTIONS LÉGISLATIVES DE JUIN 2022

 

 

 

LÉGISLATIVES : UN RÉSULTAT PRÉVISIBLE

Suite de

https://www.olonnes.com/2022/06/du-stade-de-france-aux-elections-legislatives-2022-on-ne-vous-dit-pas-tout.html

Nous avons attiré l’attention de vous tous sur le manque de fiabilité des informations dont les médias tentent de vous inonder.

Les français ont cru en 2017 en élisant Emmanuel MACRON, élire l’homme qui changerait le système. Aujourd’hui ils ne lui accordent plus leur confiance.

Après l’épreuve des échecs de la gestion des gilets jaunes puis celle de la pandémie Covid 19 ils ne croyaient plus au miracle. De plus, ils ont vu un Président qui prenait toutes les décisions et un gouvernement et un Parlement inexistants.

C’est ainsi qu’en 2021,  52  % DES FRANÇAIS SE DÉCLARAIENT MÉCONTENTS DU QUINQUENNAT DU PRÉSIDENT MACRON

Jupiter dominait ciel et terre sur le mont Olympe et il ne voyait plus le peuple qui s’était détourné de lui et des membres de son entourage dont certains par incompétence ou par vilénies n’étaient pas dignes de leurs fonctions.

Jupiter prenait toutes les décisions. il n’y avait donc, aux yeux de français, dans les échecs que ce soit ceux  des réformes, de la crise Covid, de l’Hôpital... qu’un seul responsable qui, en plus, ne pouvait s’appuyer sur aucune force politique, le parti En Marche n’arrivant pas à exister.

Les observateurs ont omis peut-être volontairement ou pas de nous informer de cette situation de rejet qui s’était installé dans le pays, de la montée en puissance des extrêmes, du fossé déjà profond qui devenait un abyme entre le peuple et le Président.

La victoire légitime mais non représentative d’Emmanuel MACRON à l’élection Présidentielle sans qu’il ait à faire campagne, sans qu’il ait présenté le bilan de son septennat a occulté la vérité qui pourtant était claire dés le 1er tour des élections Présidentielles.

 

Rappelons qu’il y avait 48 752 339 inscrits et qu’Emmanuel MACRON n’a obtenu que 9 783 058 voix soit 19,98 %...même pas 1 français sur 5 a voté MACRON !

 

Ce verdict populaire fut médiatiquement bien occulté par la pseudo-victoire du deuxième tour de cette présidentielle. Cette victoire fut en réalité un signe intangible, chiffres à l'appui de l’échec de la Macronie.

Désormais qu’on ne dise plus aux français qu’il y aura un MACRON 2, MACRON 1 ayant compris et avoué ses échecs ...on voit bien déjà que le mode de gouvernance irréaliste, inconstitutionnelle ne change pas sauf que Jupiter n’est plus sur l’Olympe et qu’il ne maîtrise plus la situation.

Voir la nomination tardive d’un gouvernement qui ne pouvait gouverner et qui perd des membres en chemin et la démission logique de la Première Ministre,

Voir une main tendue vers les députés mais aussi retirée dans sa brève, inopinée et inconvenante intervention d’hier soir,

 Voir la création d’un Conseil National de la Refondation...dont l’anagramme CNR est volé au Général de Gaulle qu’il aurait traité de foutaise !

Voir le refus d’admettre le résultat des législatives de dimanche ...mais sur quel fondement juridique le Président MACRON peut-il bien se baser pour exiger du peuple qu’il vote pour qu’il puisse avoir une majorité absolue à l’Assemblée Nationale. Ce n’est pas crédible, c’est même ridicule !

 

SAUVÉS PAR LA CONSTITUTION

Constatons que l’échec du quinquennat est patent et conduit non pas comme il est dit imprudemment à une crise politique. On est purement et simplement dans la logique de la constitution 1958 !

En effet, il est absolument normal que l’Assemblée Nationale soit la représentation du peuple : une droite, une gauche et un ventre mou nommé Centre souvent majoritaire.

Il y a aussi des émergences représentatives de mouvements qualifiés d’extrémistes. C’est une réponse populaire à Jupiter qui n’écoutait les interrogations du Pays. Nous reverrons cela en analysant l’abstentionnisme, gangrène de la démocratie.

Cette situation est le résultat de la tactique élaborée du Président sortant pour qu’il puisse refaire le coup du faux duel MACRON LE PEN.

Sur ce point, il a gagné : nous avons un Président légitime mais sa légitimité devient impuissance à gouverner tel qu’il l’entend, à la Jupiter et il faudra qu’il accepte le retour au régime parlementaire ! ou alors qu’il parte. Il lui reste un atout : jouer sur la peur d’une dissolution logique de l’Assemblée nouvellement élue. Mais c’est une voie étroite !

À SUIVRE: 

L’ABSTENTIONNISME PEUT MENER AU PIRE OU AU MEILLEUR

Partager cet article
Repost0
13 juin 2022 1 13 /06 /juin /2022 20:46
LÉGISLATIVES : RÉFLEXIONS CITOYENNES DÉSABUSÉES SUR CE VOTE, PREMIER TOUR DES LÉGISLATIVES 2022

 

 

DEUXIÈME TOUR : SE RESSAISIR

 

Dans de nombreux pays, des citoyens sont honorés voire adulés alors qu’ils déshonorent leur pays et méprisent leurs concitoyens. Pourquoi en serait-il autrement en France ?

Plus de 50 % d’abstention, c’est une réalité, une crise sociétale, c’est une dérive collective...comme un naufrage provoqué par l’incompétence du Commandant et de son équipage et le poids d’un passé qui est un lourd passif. Les français n'aiment plus leur histoire, leurs institutions, leur mode de vie...

Le Président de la République a le pouvoir de dissoudre l’Assemblé Nationale...en cas de crise y compris de crise dite institutionnelle comme c’est le cas quand le Président et la majorité parlementaire ne sont pas en phase. Situation nommée « cohabitation » !

Dans la phase actuelle, entre les deux tours, il n’y a pas lieu de faire de la politique fiction.

Simplement, la situation devrait inciter les 53 % d’abstentionnistes du premier tour à se souvenir qu'ils ont  un devoir à exécuter : VOTER et une image à sauvegarder, celle d’un pays où la démocratie (gouvernement du peuple par le peuple souverain et pour le peuple) est encore inscrite dans ses textes constitutionnels, dans ses mœurs citoyennes et dans sa pratique du liberté, égalité, fraternité !

 

VOTER, C’EST CONSACRER LA DÉMOCRATIE ET LA SOUVERAINETÉ POPULAIRE : VOTER, C’EST PLUS UN DEVOIR QU’UN DROIT

53 % d’abstentions dans un pays cité comme exemple pour ne pas dire modèle de démocratie, c’est un échec collectif. C’est un caprice d’enfant gâté géré par une oligarchie qui ne conduit pas le pays à la gloire mais le mène lentement et sûrement à la décadence...au déclassement !

Sur cette terre, des gens meurent pour conquérir des espacés de liberté. Plus de la moitié des citoyens français nantis, démocratiquement parlant, et écœurés par des décennies de pratiques démocratiques dévoyées, trompée, méprisée tourne le dos à leur privilège de vivre dans un pays de libertés et démocratique.

Hier, nombreuses étaient les réflexions sur le droit de vote et le vote obligatoire. Une obligation de trop : obliger le bon peuple à exercer un privilège. O liberté, que de crimes commet-on en ton nom ! Obliger le peuple français à exercer ses droits : le forcer à profiter de ses libertés !

La France est un pays détraqué par ses divisions, malade de son bien-être et qui vit sur un petit nuage en pensant qu’on peut rester éternellement sur un nuage : plus le temps passe ainsi plus dure sera la chute.

 

Le dimanche 19 juin 2022, allons en chœur voter même si, pour nombre d’entre nous, citoyens responsables,  il faudra choisir entre la peste et le choléra, entre le devoir et l’espoir ou simplement choisir d’être citoyen non pas d’un jour mais de tous les jours en "veillant" pour sauvegarder la démocratie.

Partager cet article
Repost0
10 juin 2022 5 10 /06 /juin /2022 14:41
L'ASSEMBLÉE NATIONALE : 577 DÉPUTÉS POUR FAIRE LA LOI

L'ASSEMBLÉE NATIONALE : 577 DÉPUTÉS POUR FAIRE LA LOI

 

 

 

ÉLIRE UN DÉPUTÉ, C’EST PARTICIPER AU POUVOIR

 

Dans sa chronique dans les échos notre penseur-conseilleur Jacques ATTALI qui a souvent raison ne donne pas dans la nuance « Les élections législatives n'ont donné lieu à aucun véritable débat sur les questions fondamentales qui vont orienter notre avenir. Au lieu de cela, les invectives se multiplient sur fond de programmes totalement irréalistes ».

Il pose cette grave question : « Les français savent-ils que c’est le Parlement qui décide ?».

Lors de cette campagne électorale, à la lecture des programmes nous pourrions ajouter que les candidats à la députation eux-mêmes dans leurs professons occultent leur rôle fondamental de législateur : celui qui fait ou vote la loi est celui qui gouverne. Cette ignorance peut coûter cher au Pays.

Nous avons eu dans le passé d’une part, des députés bénis oui-oui et d’autre part, des députés négligents, aux abonnés absents et parfois des députés qui cumulent les deux...alors le citoyen se demande à quoi peut bien servir donc un député ? et pire à quoi sert « mon » député ? Ceci constitue aussi la double faute...il n’y a pas de « mon député » mais un élu de toute la Nation et un député sert à faire la loi règle commune qui s’imposera à tous les citoyens.

Se poser la question, c’est malheureusement le constat du mauvais fonctionnement de nos institutions. Douter du rôle primordial des députés et donc du Parlement, c’est déjà préjuger de l'affaiblissement du  pouvoir du vote et préjuger aussi de l’inutilité de l’Institution et même du fondement institutionnel  de la démocratie.

 

DIMINUER L’IMPORTANCE DE CETTE ÉLECTION EST UN ABANDON PAR LE PEUPLE DE SON POUVOIR SOUVERAIN

À qui profite le crime ? On doit se poser la question.

Pourquoi une campagne atone ?

C’est simplement parce que cette attitude politique du mépris pour le Parlement, du mépris pour cette campagne électorale aboutira inéluctablement à renforcer le pouvoir présidentiel. C’est donc accentuer la concentration de tous les pouvoirs dans les mains d’une seule personne.

Critiquer ou ignorer la fonction même du Parlement, c’est s’autocritiquer. En effet, le peuple a les élus qu’il s’est donné par son vote. Si après une campagne atone, la France se donne une Assemblée Nationale faite de députés irresponsables voire inexistants qui ne représente pas le peuple français, ce sera le reflet d’une France prête à accepter l’aventure.

Ce sera ainsi créer une situation favorable aux  risques de graves atteintes aux valeurs fondamentales si chèrement acquises.

 

RÉFLÉCHISSONS ET DIMANCHE, VOTONS !

Partager cet article
Repost0
5 juin 2022 7 05 /06 /juin /2022 21:41
VOTEZ POUR ÉVITER QUE DANS CE CHÂTEAU NOMMÉ L'ÉLYSÉE SE CONCENTRENT TOUS LES POUVOIRS ET LES RISQUES CERTAINS D'ABUS DE POUVOIRS

VOTEZ POUR ÉVITER QUE DANS CE CHÂTEAU NOMMÉ L'ÉLYSÉE SE CONCENTRENT TOUS LES POUVOIRS ET LES RISQUES CERTAINS D'ABUS DE POUVOIRS

 

 

LES LÉGISLATIVES DANS 7 JOURS : DES ENJEUX SOCIÉTAUX PLUS IMPORTANTS QU'IL N'Y PARAIT

On ne vous dit pas tout !

Nous serons donc tous appelés dimanche prochain à voter pour l’élection de nos 577 députés qui auront l’honneur d’avoir la compétence de faire et défaire la loi au nom de tous les français. Ils ont deux missions essentielles faire les lois et assumer la charge de contrôler l’action du Gouvernement qui doit faire exécuter les lois.

 

LE DIMANCHE 12 JUIN VOTEZ POUR ÉLIRE LE DÉPUTÉ DE VOTRE CIRCONSCRIPTION

VOTER ? OUI, EN AYANT BIEN CONSCIENCE QUE L’ABSTENTIONNISME NUIRA PLUS QUE JAMAIS AU PAYS

En France, le vote est une obligation seulement morale, individuelle ? Nous n’en sommes pas encore au vote obligatoire.

6 300 candidats vont donc se présenter à la députation pour occuper les 577 sièges de la Chambre des députés. Même s’il y a des candidats « soutenus » par la majorité présidentielle, il reste donc quand même, démocratiquement, à l’électeur le choix de son candidat, et ainsi celui d’exprimer ses tendances et espérances.

Ainsi, donc aller voter aura un sens ...sauf si l’abstention est trop importante.

En effet, un taux anormalement élevé d’abstention fera d’une part, des 577 députés des mal élus et d’autre part, ce qui est pire, ce sera la poursuite de l’affaiblissement du Parlement. Tout le pouvoir sera alors confisqué par le Chef de l’État et comme il est indiqué ci-dessus : il y a danger pour les citoyens, les libertés et la démocratie.

 

LE PRÉSIDENT MACRON ANNONCE LA COULEUR : IL VEUT AFFAIBLIR LE POUVOIR DES DÉPUTÉS

L’analyse de cette situation se lit d’ailleurs bien dans le souhait Présidentiel de créer des institutions comme il vient juste de l’annoncer pour le CONSEIL NATIONAL de la REFONDATION qui ne peut qu’affaiblir le Parlement et dévoyer la Constitution. On a vu ce que cela donnait avec le Grand débat, avec le Convention Citoyenne pour le Climat, les États généraux sur la Santé, sur la Justice, sur la Bioéthique ...c’est un dévoiement d’une pseudo démocratie directe et un affaiblissement du pouvoir législatif.

 

VOTER, C’EST POUVOIR EXPRIMER LE SOUHAIT DE SAUVER L’ÉQUILIBRE NÉCESSAIRE ENTRE LES POUVOIRS LÉGISLATIF ET EXÉCUTIF

S’ABSTENIR C’EST ACCEPTER UNE CONCENTRATION ABUSIVE DES POUVOIRS DANS LES MAINS DU SEUL PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

 

PS : Suite à un problème technique pour la Vendée 3ième circonscription (Les Sables d’Olonne, Saint Gilles....)  la profession de foi du candidat NUPES n’est pas jointe à l’envoi des candidats mais il y a bien un candidat ! Aurélien MAUGER

 

 

RAPPEL

POUR LA DÉFENSE D'UNE SOCIÉTÉ STRUCTURÉE, JUSTE ET SOLIDAIRE

Association citoyenne, notre objectif tel qu’il est défini dans les statuts de notre association CACO est d’informer nos concitoyens pour défendre une démocratie apaisée, solidaire et légaliste.

L’idée fondatrice de notre association est qu’une société, pour le bien de ses membres, ceux-ci doivent admettre une règle de base : la liberté de chacun est le bien collectif le plus précieux mais que cette liberté a une limite : « La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres ».

En découle ce deuxième constat : la vie en société n’est possible que s’il y a des règles admises à ne pas enfreindre.

Donc, il faut que des membres de cette société reconnus veillent au bon fonctionnement des institutions que la société se donne. Ces membres sont dotés de pouvoirs. Or, que ce soit dans le monde humain ou dans le monde animal celui qui a du pouvoir a une tendance naturelle à abuser de ce pouvoir.

Notre objet est donc basiquement d’agir sans relâche pour que les hommes de pouvoirs n’abusent pas du pouvoir dont ils sont investis : les élus, les juges, les policiers, les chefs d’entreprises...tous ont un pouvoir dont ils doivent USER MAIS PAS ABUSER.

Cette nouvelle élection du dimanche 12 juin a pour but de choisir ceux qui vont pendant 5 ans avoir la dure fonction de « faire la loi ». Les lois doivent être comprises et admises par tous. Ce sont les députés qui font les lois au nom du peuple souverain ...le Gouvernement et le Président de la République ont pour mission de veiller à la bonne exécution des lois et non de faire les lois contrairement à une tendance fâcheuse et inconstitutionnelle sous cette cinquième République.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mai 2022 5 20 /05 /mai /2022 11:48
UN EXÉCUTIF DIRIGÉ PAR DEUX GRANDS ET PURS TECHNOCRATESUN EXÉCUTIF DIRIGÉ PAR DEUX GRANDS ET PURS TECHNOCRATES

UN EXÉCUTIF DIRIGÉ PAR DEUX GRANDS ET PURS TECHNOCRATES

 

 

POURQUOI FAUT-IL ÉVITER UN POUVOIR TROP TECHNOCRATIQUE ET DONC PEU DÉMOCRATIQUE ?

 

suite de :

https://www.olonnes.com/2022/05/le-president-de-la-republique-et-son-premier-ministre.html

Les décisions que les gouvernants sont conduits à prendre doivent avoir un objectif commun : servir l’intérêt général pour coller au mieux aux souhaits des citoyens.

Gouverner, c’est donc prendre de décisions qui doivent avoir l’agrément du peuple souverain qui doit ainsi adhérer aux décisions, les faire siennes même si elles lui sont difficiles à subir.

Emmanuel MACRON a constaté son échec sur la réforme des retraites et la révolte des « gilets jaunes ».

Il avoue lui-même publiquement son erreur de gouvernance dans sa confession publique promettant de gouverner "d'une manière différente" à l'avenir.

« Décider peut-être d'une manière différente. Pas tout à Paris. En demandant à nos directions d'administrations centrales, aux ministres, à ceux qui les conseillent, d'aller se confronter au terrain beaucoup plus". 

"Considérer c'est entendre quand les gens se plaignent, pour les amener dans cette transformation. Mais les respecter."

 

L’HOMME POLITIQUE HUMAIN NE PEUT ÊTRE UN TECHNOCRATE

Écouter, respecter, douter ...c’est justement ce que le technocrate n’aime pas et ne sait pas faire naturellement. Si le citoyen a une appréhension face à la technocratie c’est que le technocrate a servi de figure-repoussoir pour faire valoir son contraire « l’homme politique humain et proche des gens. »

La technocratie fait valoir la légitimité de l’expert, de l’homme compétent contre la légitimité de la souveraineté populaire telle qu’elle s’incarne de manière exemplaire dans le droit de vote. La technocratie est ainsi l'antithèse de la technocratie pure et dure. On peut être un bon technicien sans devenir un technocrate.

Nous avons tous trop souffert de ces experts qui nous ont accablés de leur pseudo savoir et aussi de leurs carences pendant la crise sanitaire. Ils ont approfondi notre tendance à la perte de confiance dans celui qui dit qu'il sait !

Avec cette nouvelle mandature, avec un nouveau MACRON 2 qui a promis de gouverner d’une manière différente c’est de « l’homme politique humain et proche des gens » que le peuple a besoin pour pouvoir rétablir entre les citoyens et les gouvernants les nécessaires relations de confiance.

Le choix d’un Premier Ministre (nom masculin dans la Constitution) qui est un pur produit de la technocratie n’est pas de bon augure pour éventuellement contrebalancer un Président peu enclin à l’écoute, au dialogue...à libérer son humanisme.

 

Rappelons que « l’humanisme moderne désigne tout mouvement de pensée idéaliste et optimiste qui place l'homme au-dessus de tout, qui a pour objectif son épanouissement et qui a confiance dans sa capacité à évoluer de manière positive. »

Citoyens, nous devons donc veiller à ce que le nouvel attelage Président de la République-Premier Ministre ne nous conduise pas dans les ornières d'un pouvoir technocratique présidentiel, éloigné des contingences que vit au quotidien le peuple français, diviseur du peuple pour mieux régner.

En allant voter pour ces législatives, réfléchissons bien au fait qu'un pouvoir ne vit que s'il sait écouter les contre-pouvoirs institutionnels comme le Parlement et particulièrement les élus de l'Assemblée Nationale. 

 

Partager cet article
Repost0
19 mai 2022 4 19 /05 /mai /2022 21:18
L'ÉLYSÉE ET MATIGNON : DEUX STRUCTURES POUR UN SEUL POUVOIR
L'ÉLYSÉE ET MATIGNON : DEUX STRUCTURES POUR UN SEUL POUVOIR

L'ÉLYSÉE ET MATIGNON : DEUX STRUCTURES POUR UN SEUL POUVOIR

 

 

 

TECHNOCRATIE ET L'EXERCICE DU POUVOIR PAR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ET « SON » PREMIER MINISTRE : DEUX TECHNOCRATES POUR EXERCER LE POUVOIR EXÉCUTIF

Suite de

https://www.olonnes.com/2022/05/debut-de-mandature-madame-elisabeth-borne-premier-ministre.html

Nous avons évoqué dans notre précédent article la difficile communication entre le Président de la République et les citoyens.

Le mépris et la condescendance l’ont trop souvent parfois emporté sur l’écoute. Nous avons rappelé que le pouvoir appartient au peuple souverain comme l’exprime la Constitution de 1958 dans son article 3 qui délègue temporairement à ses représentants l’exercice du pouvoir.

« La souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum. »

L’attitude méprisante voire offensante présidentielle peut s’expliquer et non s’excuser même si le Président MACRON a confessé publiquement ses manquements et annoncé un changement de comportement pas réellement apparent à ce jour.

 

LE POUVOIR PRÉSIDENTIEL ÉLARGI : UN DUO BANCAL DE L’EXÉCUTIF PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ET PREMIER MINISTRE

C’est un duo avec comme trop souvent en l'espèce un dominant et un dominé, un maître et son serviteur ...ce n’est pas le partage des responsabilités, c’est la marche forcée vers un dangereux régime présidentiel.

La Constitution de 1958 afin d’établir un équilibre des pouvoirs et la nécessité de « gouverner » a renforcé les pouvoirs du Président de la République, chef de l’État...

L’article 5 de la Constitution consacre son pouvoir :

« Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'État. Il est le garant de l'indépendance nationale, de l'intégrité du territoire et du respect des traités. »

L’article 8 de la Constitution lui donne le pouvoir de nommer le Premier Ministre.

« Le Président de la République nomme le Premier ministre. Il met fin à ses fonctions sur la présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement. »

En réalité, le Premier Ministre est la charnière indispensable entre le Président et le Parlement mais il y a, en réalité, prédominance du Président qui « nomme » SON Premier Ministre.

 

NOMINATION D’ÉLISABETH BORNE PREMIER MINISTRE : LE POUVOIR EXÉCUTIF TECHNOCRATIQUE  

Le Président de la République souverainement a choisi et nommé Élisabeth BORNE, Premier Ministre le 16 mai 2022.

Madame Élisabeth BORNE a le mérite d’une réussite professionnelle incontestée. C’est une femme de gauche et se revendiquant comme telle :

 "Je suis une femme de gauche. La justice sociale et l'égalité des chances sont les combats de ma vie ».

Ingénieur à la Sonacotra (Caisse des Dépts), au Ministère des Transports, Responsable de la stratégie à la SNCF, directrice de l’entreprise nationale RATP, Préfet, conseillère dans divers cabinets (Ségolène ROYAL, Lionel JOSPIN, Jack LANG), préfet, directrice du service Urbanisme à la Ville de Paris, 3 fois ministre en 4 ans (Transports, Écologie, Travail) ...Elle n’a fait qu’un très bref passage dans le secteur privé chez le géant du BTP Eiffage.

Cela fait beaucoup de postes pour une carrière de fonctionnaire, un vagabondage promotionnel dans l’espace public. Dans un Curriculum Vitae ce n’est pas toujours apprécié par les recruteurs qui aiment une certaine stabilité. Celui qui sait tout faire, c'est celui qui ne maîtrise rien. Danger!

Élisabeth BORNE n’a jamais été élue. C’est une haute fonctionnaire ce qu’on nomme un Grand Commis de l’État choisie, cooptée par un autre Grand Commis de l’État Emmanuel MACRON.

La France a donc à sa tête un couple Président / Premier Ministre issu de la technocratie parisienne qui constitue une oligarchie qui truste les hautes fonctions parisiennes de l’État tentaculaire et souvent déshumanisée...

C’est justement ce qu’a condamné expressément Emmanuel MACRON dans son discours de 2018. Il a en partie réalisé son plan avec la « disparition » de l’ENA et des grands Corps de l’État.

Alors pourquoi choisir un Premier Ministre dans une sphère que le Président MACRON dénonce comme défaillante ?

 

À SUIVRE...

POURQUOI IL FAUT ÉVITER UN POUVOIR TROP TECHNOCRATIQUE ET DONC PEU DÉMOCRATIQUE

 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2022 3 18 /05 /mai /2022 17:10
LE DUO DE L'ÉXÉCUTIF:  À GAUCHE, LE PRÉSIDENT MACRON, À DROITE LE PREMIER MINISTRE ÉLISABETH BORNE LE DUO DE L'ÉXÉCUTIF:  À GAUCHE, LE PRÉSIDENT MACRON, À DROITE LE PREMIER MINISTRE ÉLISABETH BORNE

LE DUO DE L'ÉXÉCUTIF: À GAUCHE, LE PRÉSIDENT MACRON, À DROITE LE PREMIER MINISTRE ÉLISABETH BORNE

 

 

 

LE CHANGEMENT DANS LA CONTINUITÉ ? LE DANGER : LA TECHNOCRATIE DOMINANTE  ET MÉPRISANTE

Nous avions eu un Premier Ministre Jean CASTEX qui avait l’avantage d’avoir un peu connu le terrain comme maire de la ville de PRADES puis conseiller régional...nous avons maintenant pour diriger l’exécutif désormais un attelage composé d’un Président de la République qui n’a jamais été un élu local propulsé par la volonté du peuple français directement Président de la République et un chef de Gouvernement diplômée qui n’a jamais été une élue !

Nos craintes à l’aurore de ce nouveau quinquennat sont fondées sur l’expérience du premier quinquennat où le Président s’est retrouvé seul avec les pleins pouvoirs, des crises et un Parlement aphone à l’exception du Sénat bien impuissant.

 

POUR LA DÉMOCRATIE, LES DANGERS SONT LA TECHNOCRATIE, L’AUTOCRATIE ET  LE MÉPRIS DE L’HUMANISME

Dans un premier temps, nous allons nous attacher à la redécouverte du Président Emmanuel MACRON après son premier quinquennat et son mode de gouvernance. Nous partons de propos que le Président MACRON a lui-même émis et dont il s’est, en partie accusé, mais pas vraiment excusé dans sa confession auto-critique du 14 novembre 2018.

Citons.

Il reconnait ne pas avoir « réussi à réconcilier le peuple français avec ses dirigeants" et a promis de gouverner « d'une manière différente à l'avenir »...dont acte, mais la réalité ?

« Nos concitoyens aujourd'hui veulent trois choses : qu'on les considère, qu'on les protège, qu'on leur apporte des solutions. Pas des déclarations. Des solutions. La considération, on ne l'a sans doute pas assez apportée" ...

« Entendre les Français, aller au plus près du terrain, peut-être décider d'une manière différente. Pas tout à Paris. En s'exposant d'avantage. En demandant à nos directions d'administrations centrales, aux ministres, à ceux qui les conseillent, d'aller se confronter au terrain beaucoup plus ».

 "Considérer c'est entendre quand les gens se plaignent, pour les amener dans cette transformation. Mais les respecter", a ajouté le Président.

Mais, un Président doit être un humaniste et savoir écouter et il ne peut publiquement répondre à une citoyenne retraitée à la peine :

« Vous pouvez parler très librement, la seule chose qu'on n'a pas le droit de faire, c'est de se plaindre ».

Il ne doit pas non plus répondre à JONATHAN, jeune horticulteur en recherche d’emploi  "Je traverse la rue et je vous en trouve" du travail .

Malheureusement, nous n’avons pas ressenti de changement dans le comportement et le mode de gouvernance du Président MACRON lors de la seconde partie de son quinquennat..

 

LA FIN NE JUSTIFIE NI LES MOYENS NI LE MÉPRIS

Le Président MACRON veut, quoiqu’il en coûte, transformer la France et pour cela il s’arroge le droit de bousculer les français quitte à afficher son mépris à son bon peuple.

N’arrivant pas à faire passer ses réformes pour faire changer les choses, atteindre des objectifs impossibles à tenir et tenter de tenir des promesses qu’il avait faites et qu’il savait intenables il retombe dans son travers du mépris des autres, ses concitoyens qui, cependant, l'ont réélu.

La fin ne justifie pas toujours les moyens.

Jusqu’à preuve du contraire le pouvoir en France appartient encore au peuple qui demande à ceux à qui il a fait l’honneur de leur confier provisoirement l’exercice du pouvoir de le faire en son nom. Le peuple a donc le droit et le devoir  d’interroger ses gouvernants. Le Président a le devoir de les entendre...c'est lui-même qui l'a dit !

 

 

À SUIVRE ...MAIS OÙ SERA DONC AU COURS DE CE NOUVEAU QUINQUENNAT L’HUMANISME DANS L’EXERCICE DU POUVOIR DE NOS GOUVERNANTS ?  ...ÉLISABETH BORNE, PREMIER MINISTRE

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2021 5 07 /05 /mai /2021 17:33
NON AU PROJET DE RÉFORME DE LA CONSTITUTION ET AU RÉFÉRENDUM
LE PRÉSIDENT MACRON, L'ASSEMBLÉE NATIONALE, LE SÉNAT ET LE GOUVERNEMENT : LES   ACTEURS D'UNE TRISTE PIÈCE ILLISIBLE LE PRÉSIDENT MACRON, L'ASSEMBLÉE NATIONALE, LE SÉNAT ET LE GOUVERNEMENT : LES   ACTEURS D'UNE TRISTE PIÈCE ILLISIBLE

LE PRÉSIDENT MACRON, L'ASSEMBLÉE NATIONALE, LE SÉNAT ET LE GOUVERNEMENT : LES ACTEURS D'UNE TRISTE PIÈCE ILLISIBLE

IL EST INTERDIT À CEUX À QUI LES FRANÇAIS ONT DONNÉ POUVOIR DE GOUVERNER LE PAYS DE JOUER AVEC LEUR CONSTITUTION

 

Nous avons clairement expliqué pourquoi ce projet de référendum est inutile.

https://www.olonnes.com/2020/12/projet-de-referendum-demagogie-et-realisme.html

L'objet du référendum est simplement d'ajouter cette phrase à l'article 1 de "notre" Constitution de 1958 :

« La France garantit la préservation de l’environnement et de la diversité biologique et lutte contre le dérèglement climatique ».

Or,  ceci existe déjà dans cette même constitution qui inclut dans sa rédaction la "charte de l'environnement".

De plus, ce référendum devrait avoir lieu en pleine période préélectorale (fin 2001) certainement pour faire passer son auteur, le Président de la République, pour un sauveur de la planète.

La ficelle politicienne est trop grosse !

 

UN PROJET INUTILE, COÛTEUX, INCOMPRÉHENSIBLE...

Ce projet adopté par l'Assemblée Nationale le 16 mars 2021 avance en catimini. Il n'intéresse quasiment personne.

Par contre, il  tombe dans une période où les "responsables" que sont le Président de la République, le Gouvernement, les députés et les sénateurs ont indubitablement d'autres décisions plus importantes à prendre : crise sanitaire, économie, réforme de la Justice, sécurité (terrorisme, banlieues?...), relance, chômage, retraites, dépendance, extrême pauvreté...

 

UNE MANŒUVRE D'ÉVITEMENT DU SÉNAT

Le Sénat a donc dû manœuvrer pour éviter l'affrontement et aussi éviter aux sénateurs de se faire traiter d'affreux anti "écologistes irresponsables de base ."

Il vient donc de voter un texte différent de celui qui a été adopté par l'Assemblée Nationale...donc juridiquement...le référendum ne peut avoir lieu. 

En effet, il faut que le texte soumis au référendum soit adopté par l’Assemblée Nationale et le Sénat dans les mêmes termes.

Ce qui à ce jour n'est donc plus le cas suite au vote par les sénateurs du texte suivant :

La France préserve l’environnement ainsi que la diversité biologique et agit contre le dérèglement climatique, dans les conditions prévues par la Charte de l’environnement de 2004. (en bleu, les différences entre les deux textes).

La procédure se poursuit donc et le Président de la République doit négocier avec le Sénat...puis avec les députés pour trouver un texte très hypothètique de compromis.

Répétons-le : un référendum est inutile ! La Constitution, texte de fondement de nos institutions, ne doit pas servir à des fins de basse politique politicienne. Ce n'est pas un hasard si le Conseil d'État, dans son avis obligatoire, a proposé une modification du texte et a attiré poliment l'attention du gouvernement sur les dangers graves de ce projet de référendum.

https://www.conseil-etat.fr/ressources/avis-aux-pouvoirs-publics/derniers-avis-publies/avis-sur-un-projet-de-loi-constitutionnelle-completant-l-article-1er-de-la-constitution-et-relatif-a-la-preservation-de-l-environnement

 

Partager cet article
Repost0