Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

29 février 2024 4 29 /02 /février /2024 22:59
À QUAND LA RÉFORME DE LA FONCTION PUBLIQUE ? ET CELLE DE L'ÉTAT ?

À QUAND LA RÉFORME DE LA FONCTION PUBLIQUE ? ET CELLE DE L'ÉTAT ?

 

 

 

L'ÉTAT EST TELLEMENT APPAUVRI QU'IL A UNE DETTE RECORD !

 

Au moins les quinquennats d'Emmanuel MACRON auront pu nous apprendre une chose : un pays très riche comme la France peut être ruiné financièrement, politiquement, et moralement par le pouvoir de ses dirigeants que le bon peuple s'est donné et redonné. Des "quoi qu'il en coûte" tuent l'État que les citoyens ne respectent plus car il a perdu la respectabilité qu'on lui doit.

La sur-administration dont s'est dotée la France ce sont des milliards d'euros de frais de fonctionnement sans cesse plus élevés prélevés pour un État toujours plus dépensier. Ainsi, la dette sociale vient même d'être déclarée ingérable.

Cet argent dévoré par l'État est de l'argent qui est prélevé sur les "productifs"et donc sur la capacité d'investissement de la France.

Si les fonctions dites régaliennes sont par définition de la compétence de l'État (Sécurité intérieure et extérieure, Justice, Éducation...) elles devraient être des modèles de gestion....ce qui aux yeux de nous tous n'est plus tout le cas si l'on en croit les rapports annuels de la  Cour des Comptes et les affres de son Ministre des Finances qui cherche 10 milliards d'économies sous la menace à peine voilée des institutions internationales. Le budget 2024 a été voté (vive le 49 3 !) mais il est jugé insincère et est déjà d'ailleurs  en cours de modifications.

 

 

NOTRE ADMINISTRATION S'EST SCLÉROSÉE ET CORPORATISÉE : IL Y A DES ÉTATS DANS L'ÉTAT : MERCI À L'EX ÉNA !

 

Au lieu de tirer la leçon de sa mauvaise gestion et de viser la limitation de son champ de compétences pour bien faire ce qu'il sait faire, l'État gère ses fonctions régaliennes mais en plus il les développe démesurément.

Au nom de l'État Providence tout devient étatisé ou étatisable et donc mal géré. C'est la soviétisation dans l'Administration. Les français ne sont plus dupes...ils ne croient plus en la capacité des fonctionnaires à les servir plus et mieux. Par contre, ils sont toujours plus ponctionnés.

De plus, tout finit par se savoir : l'information circule plus et elle met à mal la gestion de l'État français par exemple en se fondant sur les comparatifs au niveau mondial et européen. Nous l'avons vu récemment avec les classements de l'Éducation (Classement PISA 2023) de la Justice... et les publications de l'OCDE.

C'est une conclusion qu'il est malséant de faire mais qu'il faut faire. L'État français est très mal géré.

Regardons le Mammouth Éducation, le grand malade nommé hôpital, les transports publics cumulards de déficits ...ce sont des Services Publics gouffres financiers et tous en décadence.

Ils sont en plus généralement  irréformables tant le corporatisme y est puissant face au politique...qui n'a pas d'autorité, pas de politique réformatrice et volontaire.

Ainsi l'État a réussi l'exploit d'avoir d'excellents enseignants à tous les niveaux et un Service Public Éducation complétement dégradé. Avec d'excellents voire les meilleurs enseignants, la France réussit à avoir un système éducatif qui ne cesse de se dégrader. Idem pour la Santé, pour la Justice...

Ainsi, l'État français avec les meilleurs serviteurs réussit à être l'entreprise la plus mal gérée de France. C'est le système qui est en cause : centralisé, conservateur, pléthorique et boulimique, budgétivore, irresponsable...vous en avez le parfait exemple avec la gestion de la crise sanitaire...quelle leçons, quelles décisions et réformes depuis 3 ans ont réellement transformé pour l'améliorer notre système Santé ?

Trop d'État ont tué l'État et le Sauveur n'est pas encore trouvé!...Mais l'État c'est nous, ne l'oublions pas !

Partager cet article
Repost0
4 février 2024 7 04 /02 /février /2024 18:46
SAISIR,  C'EST BIEN MAIS FAIRE RESPECTER SON INTERDICTION SERAIT MIEUX...2024 ANNÉE DELA LUTTE CONTRE LA DROGUE ?

SAISIR, C'EST BIEN MAIS FAIRE RESPECTER SON INTERDICTION SERAIT MIEUX...2024 ANNÉE DELA LUTTE CONTRE LA DROGUE ?

 

 

LE CANNABIS EST DANGEREUX MÊME POUR UNE CONSOMMATION OCCASIONNELLE

 

Si la tragédie engendrée par Pierre PALMADE pouvait servir de leçons aux consommateurs de drogues et à ceux qui sont tentés par « une première fois »... ! combien de drames seraient évités.

En complément aux parutions que nous avons mises en ligne récemment,

https://www.olonnes.com/2024/02/la-drogue-en-france-un-combat-qu-il-faut-et-qu-on-doit-gagner-4.html

nous vous donnons ci-après  les informations sur une synthèse réalisée par l’IREF( Institut de Recherches Économiques et Fiscales) concernant la consommation et les méfaits de la consommation du cannabis  sous le titre « Le cannabis est beaucoup plus dangereux pour la santé qu’on ne le dit » :

https://fr.irefeurope.org/publications/les-pendules-a-lheure/article/le-cannabis-est-beaucoup-plus-dangereux-pour-la-sante-quon-ne-le-dit/?utm_source=IREF&utm_campaign=39c21eff8d-EMAIL_CAMPAIGN_2024_02_02_09_05&utm_medium=email&utm_term=0_-39c21eff8d-%5BLIST_EMAIL_ID%5D

Ce document fait référence à une étude scientifique (accessible en français)

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6861931/

 

COMPLICE DE CRIMES ET DÉLITS

Nous le répétons : la consommation de cannabis même occasionnelle est dangereuse non seulement pour celui qui consomme mais aussi pour son entourage.

La consommation du cannabis a des effets catastrophiques et irrémédiables sur la santé mentale : incontestable et malheureusement prouvé. Accepter qu’un proche consomme occasionnellement ou régulièrement du cannabis c’est devenir complice des délits et crimes que va commettre le consommateur. Même l'addiction se soigne.

L’élément actif du cannabis le THC (tétrahydrocannabinol) est un euphorisant qui « attaque les récepteurs du cerveau, du cœur, des poumons et du système immunitaire. Ces récepteurs sont situés dans des régions neuronales impliquées dans la mémoire, la coordination motrice, la prise de décision et la maîtrise de soi.

Ainsi, la drogue altère temporairement le jugement et la mémoire même chez les consommateurs occasionnels et sa consommation régulière est associée à des problèmes cognitifs à long terme ainsi qu’à la dépression, à l’anxiété et à la psychose. Plus grave encore est que le cannabis qui circule en 2024 quasi librement contient aujourd’hui quatre fois plus de THC que dans les années 1990, et certains produits sont désormais plus de 20 fois plus puissants. »

Ainsi cet euphorisant pour les consommateurs occulte les dangers lorsqu’il prend le volant...il devient un conducteur à risques transformant son véhicule en engin mortifère.

 

L'INTERDICTION, LA PROHIBITION

On peut ainsi justifier et comprendre les dépistages systématiques opérés par les forces de l’ordre et les sanctions graves encourues par un conducteur qui est sous emprise d’un stupéfiant comme le cannabis. De même, nous devons prendre en considération que la consommation de drogue doit être sanctionnée même pour des primo délinquants.

Il faudra qu’un jour, magistrats, éducateurs, parents réalisent que la drogue nommée cannabis tue, comme toutes les drogues.

Les informations recueillies auprès de personnes qui professionnellement luttent conte les addictions peuvent attester et doivent témoigner des ravages faits par la consommation de cannabis transformant l’individu consommateur en malade chronique dangereux.

 

PEINES ENCOURUES PAR UN CONSOMMATEUR DE CANNABIS...ou autres drogues

  • jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 4 500 euros d’amende
  • jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 9 000 euros d’amende si le conducteur a également consommé de l’alcool
  • jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende en cas d'accident corporel
  • jusqu'à 7 ans d'emprisonnement et 100 000 euros d'amende en cas de deuxième circonstance aggravante (stupéfiant et alcool ou délit de fuite par exemple)
  • jusqu’à 7 ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende en cas d’accident mortel
  • jusqu’à 10 ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende en cas d’accident mortel quand le conducteur commet une circonstance aggravante supplémentaire (stupéfiants et alcool ou conduite sans permis par exemple)

Des peines complémentaires peuvent être prononcées.

 

Le classement d’une drogue comme stupéfiant signifie qu’on ne peut pas en faire usage librement. Il est également interdit de la produire ou de la fabriquer, de l’importer ou de l’exporter, de la transporter, de la posséder, de la proposer ou de la vendre librement. Toutes ces actions sont lourdement sanctionnées par la loi.

 

Partager cet article
Repost0
2 février 2024 5 02 /02 /février /2024 22:01
LA DROGUE EN FRANCE : UN COMBAT QU'IL FAUT ET QU'ON DOIT GAGNER

 

 

LA DROGUE : STOP À UN TRAFIC QUI TUE

 

Suite de ;

https://www.olonnes.com/2024/01/la-drogue-prospere-en-france.suite.html

La France s'appauvrit et pourtant ce commerce létal prospère et la France est même sacrée championne de consommation de cannabis.

Nous rappelons qu'il n'y a pas de drogue douce, dure qui soit sans danger pour la santé du consommateur et génératrice de désordre et d'insécurité.

Nous l'avons décrit comme un fléau national qui ne connait que la croissance. Elle ne cesse de gagner du terrain et de ronger notre société alors qu'il existe des remèdes.

Nous avons des données sur le nombre de consommateurs, le nombre de procédures judiciaires mais pas d'informations précises sur son coût social : l'addiction pèse très lourd sur la santé des français, sur les familles, sur la sécurité, sur le logement...

Étrangement, il nous manque un état des lieux sincère, crédible pour mesurer les dégâts et adopter une politique d'éradication de la drogue en France.

 

CETTE SITUATION A INTERPELLÉ FRANÇOIS REBSAMEN, ANCIEN MINISTRE, MAIRE DE DIJON : L'ANNÉE 2024 SERA-T-ELLE L'ANNÉE ESPÉRÉE DE L'ÉLABORATION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA LUTTE CONTRE LA DROGUE ?

DIJON, capitale de la riche Bourgogne, vivait au calme. Petit à petit les faits divers révélaient des zones de non-droit, des zones de trafic, l'insécurité s'installait inéluctablement au sein de l'opulente capitale régionale au passé si riche et si rayonnant.

Ces dernières années l'agglomération croissait, se modernisait mais la Ville accueillait insidieusement l'insécurité liée à la drogue, ses règlements de compte, ses incivilités...

Le maire de DIJON dresse un tableau noir de cette invasion, de cette gangrène et constate qu'il n'y a pas de  volonté politique d'éradication de ce mal : l'impuissance de l'État est encore une fois constatée même par un élu local, grand serviteur de l'État reconnu. Sa déclaration étonne par son réalisme :

"Ce fléau est de plus en plus difficile à combattre.

La solution est de casser ces bandes. Il faudrait des condamnations à la hauteur.

Le maire propose des solutions simples, osées même : vraiment sanctionner les délinquants, revoir l'encadrement et l'accompagnement des jeunes, repenser la ville...

Il faudrait aussi éloigner les jeunes délinquants de leurs quartiers, les rééduquer, les former, les préparer au retour à une vie normale en les mettant dans des centres de rééducation renforcée.

Mais il faut des gardiens d'immeubles, des éducateurs et des animateurs.

Le coût social de la drogue est tellement élevé désormais que l'effort financier pour résoudre ce problème serait totalement justifié.

Je souhaite d'ailleurs que l'on décrète l'année 2024 année de lutte contre la drogue.

Il faudrait donc d'urgence accorder le droit pénal à la situation, il faudra des juges qui appliquent sans état d’âme le droit et ne cèdent pas à un laxisme qui est en partie responsable de la situation actuelle.

Constatons l’échec du Président MACRON à Marseille mais espérons, sans trop d'illusions, que les paroles du maire de Dijon se transforment en actes, qu'il réussisse à assainir sa ville et son agglomération et que ses propositions soient reprises pour une vraie politique d'éradication de la drogue dans sa belle ville !

C'est plus important que nombre d'initiatives stériles comme l'inclusion de l'IVG dans la Constitution, les incantations présidentielles sur des projets qui ne verront jamais le jour.

La lutte contre la drogue, c'est du concret. Restaurer le vivre ensemble, le respect de l'autre, de l'autorité passe dans la pratique sur le terrain par un effort collectif de l'appareil étatique pour s'attaquer à la drogue. Cette lutte a été évoquée par le Premier Ministre. Souhaitons l'union sacrée sur un projet national anti-drogue.

 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2024 3 24 /01 /janvier /2024 21:13
BELLES FEUILLES MAIS...

BELLES FEUILLES MAIS...

 

 

 

 

 

 

LA DROGUE FAIT MAL À NOUS TOUS

Suite de

https://www.olonnes.com/2024/01/la-drogue-prospere-en-france.html

 

 

Avant de traiter les conséquences des méfaits liés aux drogues en France, rappelons les chiffres qui illustrent ce fléau social et économique

 

DES CHIFFRES QUI PARLENT ET QUI TUENT

La France est troisième au classement des consommateurs de drogues.

3 milliards d’euros : chiffre d’affaires généré par les trafics de drogue

5 millions de consommateurs habituels de cannabis et 1 million pour d’autres drogues.

150 tonnes dont 130 pour le cannabis : saisie annuelle par les douanes et les forces de l’ordre

36 400 : nombre d’affaires traitées sur le plan pénal : liées au trafic de drogues.

4 000 : Lieux de deal 

 

Ainsi débute la présentation d'un rapport de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONU) :

« Quelque 200 millions de personnes, soit 5% de la population mondiale âgée de 15 à 64 ans ont consommé de la drogue au moins une fois au cours des 12 derniers mois. C'est 15 millions de plus que l'année précédente, mais encore bien moins que le nombre de personnes consommant des substances psychoactives licites (30%, environ, de la population adulte consomme du tabac et 50% de l'alcool). Le nombre d'usagers du cannabis est désormais proche de 160 millions, soit 4% de la population mondiale âgée de 15 à 64 ans...

Le marché de détail de la drogue dans le monde est estimé à quelque 320 milliards de dollars...

C'est dire que l'ennemi que nous combattons n'est pas simplement redoutable, c'est un monstre

 

LA DROGUE PERTURBATRICE DU CERVEAU : SÉCURITÉ, SANTÉ PUBLIQUE...

Ces dernières décennies nous avons été bassinés avec des fausses nouvelles sur les risques volontairement minimisés qu’encourent les consommateurs de drogue et qu’ils font, d’une manière générale, encourir à la société.

On ne sait quels peuvent être les objectifs poursuivis par des intellos irresponsables, artistes... qui deviennent des propagandistes.de la consommation de produits interdits :

  • Bobos, généralement parisiens, pour faire parler d’eux et en mal de reconnaissance y compris par des personnalités ministres et anciens ministres,
  • autres bobos irresponsables qui agissent au nom des libertés.

Pourtant, l’expérience dans divers pays montre que, si la libéralisation et la dépénalisation de la consommation des drogues conduit à quelques avancées en matière de santé publique (morts par overdoses, hygiène...), ces pratiques ne bloquent pas leur diffusion et surtout l’augmentation de la consommation de drogues.

Pire, celle-ci devient encore plus dangereuse car le fait d’occulter les risques, de les minimiser impacte les jeunes y compris pré-adolescents qui sont tentés, démarchés...pour tomber dans le piège de l’addiction.

N’oublions pas que les drogues aggravent les conséquences accidentogènes particulièrement en matière de sécurité routière.

Disons simplement et incontestablement que le fonctionnement du système nerveux est perturbé par la consommation de certaines substances telles qu’alcool, drogue et certains médicaments et que ces substances provoquent une perturbation de la perception de l'environnement et de la commande du mouvement car elles modifient la transmission des messages nerveux. Nous comprenons ainsi le législateur qui a limité le droit de conduite un véhicule sous l’emprise de la drogue.

Voir :

https://www.drogues.gouv.fr/que-nous-dit-la-science-des-addictions

Rappelons que l’addiction ou dépendance s’exprime par le fait que l’absence de substance ou de stimulation crée une sensation forte de manque et un besoin de consommer et ce, à n’importe quel prix : l’addiction mène parfois au crime !

C’est le mécanisme inéluctable de la consommation de stupéfiants et autres substances qui poussent l’individu à devenir esclave de ce qui, au départ, fut un plaisir et qui devient très vite un asservissement...voir le dossier de la déchéance de Pierre PALMADE qui doit nous faire réfléchir et agir.

 

LA DROGUE DANS TOUTES SES CONSÉQUENCES QU’IL NOUS FAUT ÉVOQUER

En fin 202,3 et certainement en lien avec les émeutes de juin 2023, les médias sont revenus sur ce thème du fléau que représente la consommation de drogues..

L'application de la loi, la lutte contre les trafics, la prise en charge sanitaire, la promotion de la recherche, les  plans de lutte contre les drogues, les centres de soins et d'accompagnement : tous ces investissements aggravent la facture qui se fait de plus en plus importante pour l'État et l'Assurance maladie au fil des ans.

Selon l’Observatoire français des drogues : 1,5 milliard d'euros ont été dépensés en 2010 par les deux institutions réunies, contre 1,47 milliard d'euros en 2009. Des sommes qui ne ne comprennent pas les coûts des traitements des maladies liées à la consommation de drogues !

À cela, il faut ajouter les impacts économiques très négatifs des 4000 points de deal en France :

  • les coûts sociaux comme ceux que la Ville de Paris et celle de Marseille,par exemple, doivent subir pour la gestion de zones de non droits où la vie des citoyens est totalement perturbée,
  • les dégradations qui en découlent,
  • les pertes subies par les citoyens sur leurs biens dévalués...

Les services psychiatriques des établissements de soins en France sont particulièrement affectés par l’invasion des drogués et le personnel déstabilisé par les conséquences des malades d’addictions. Ils viennent en surnombre grossir le nombre de malades mentaux déjà suivis non sans mal par un personnel admirable mais déjà insuffisant.

Autre impact non évalué mais très grave et très important : les violences conjugales et intra-familiales liées aux addictions qui sont sources d’éclatement des familles, d’abandons, de traumatismes graves de jeunes enfants...

C’est donc toute une chaine de méfaits et de malheurs qui découlent de la consommation de la drogue que nous devons tous endiguer, soigner et éradiquer.

 

À SUIVRE...

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2024 2 23 /01 /janvier /2024 18:16
DES MOYENS DE LUTTE MAIS SANS OBLIGATION DE RÉSULTATS

DES MOYENS DE LUTTE MAIS SANS OBLIGATION DE RÉSULTATS

 

LA FRANCE, TERRE D'ASILE DE NARCO-TRAFIQUANTS

 

PAS DE RÉELLE VOLONTÉ POLITIQUE EXPRIMÉE D’ÉRADIQUER LE MAL

Les médias passent, volontairement (?), trop sous silence, ce phénomène destructeur de notre société.

La drogue est devenue le « poison » le plus répandu en France. Sa consommation ne cesse de croître et de pourrir toute une population condamnée à « vivre avec », faute de moyens vraiment efficaces et surtout faute de volonté politique affirmée de vouloir arrêter cette déferlante du malheur. La drogue circule même dans les prisons !...comme dans les pays de narco-trafiquants.

Au nom des devoirs régaliens de l'État de protéger les citoyens, nous allons faire un constat accablant de l'impuissance de notre appareil étatique d'enrayer la propagation de ce fléau malgré les énormes moyens mis en œuvre !

Nous allons tenter à travers ce dossier d’expliciter les méfaits et conséquences de la consommation de drogues et produits assimilés et de donner les pistes de remèdes à cette gangrène.

D’abord, contrairement à ce qui peut se dire ou s’écrire il n’y a pas de tabous à dire qu’il n’y a pas de drogues et autres produits addictifs qui ne soient nocifs même consommés à faibles doses. Toutes les drogues tuent.

Ajoutons que les trafics et autres délits et crimes qui sont liés aux drogues sont une cause de l’affaiblissement et du déclassement de notre pays et cela arrange tous les autres pays qui voient d’un bon œil l’Occident et ses démocraties démolies. Ces pays qu’ils soient producteurs ou trafiquants de drogues ont tout intérêt à développer ce commerce et à en faciliter les trafics.

Il eût été fort intéressant que le Président MACRON, dans sa dernière conférence de presse du 16 janvier 2024 qui tendait à  faire "un état de la France" et proposait ses diagnostics et objectifs, y compris sur l'éducation et la sécurité, insistât  sur les maux que font courir au pays les produits tels que les "drogues" qui génèrent des addictions mortifères et proposât des solutions qui ne soient pas que verbales et accessoirement pénales.

 

DES CHIFFRES QUI PARLENT ET QUI TUENT

 

La France est troisième au classement des consommateurs de drogues.

 

Chiffre d’affaires généré par les trafics de drogue : 3 milliards d’euros.

 

5 millions de consommateurs habituels de cannabis et 1 million pour d’autres drogues.

 

Saisie annuelle par les douanes et forces de l’ordre :  150 tonnes dont 130 pour le cannabis.

 

Affaires traitées sur le plan pénal : 36 400 personnes liées au trafic de drogues.

 

Lieux de deal : 4 000

 

À SUIVRE...

 

 

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2024 5 19 /01 /janvier /2024 18:50
UN HÔPITAL SANS SERVICE URGENCES "PERMANENTS" AUX SABLES D'OLONNE

 

 

 

 

SCANDALE AUX SABLES D'OLONNE : LE SERVICE DES  URGENCES À ÉCLIPSES DE L'HÔPITAL

 

Le "pôle santé" des Sables d'Olonne  implanté en 2011 en entrée de ville  fonctionne  avec un mode de partenariat entre la clinique privée et l'hôpital situé en entrée de ville.

C'est l'hôpital qui assume la charge du Service des Urgences.

Régulièrement, depuis des mois, la population apprend que le Service Urgences de l'Hôpital sera fermé tel jour, tel week-end !

Aussi incroyable que ce soit nous devons constater que le Maire, Président de la Communauté d'Agglomération Les Sables d'Olonne,Yannick MOREAU a déjà saisi sans aucun succès apparent les précédents Ministres de la Santé.

Comme vous pouvez le voir dans le courrier du Maire  responsable de la santé de ses concitoyens, reproduit ci-dessous et lors de nos précédentes parutions :

https://www.olonnes.com/2023/10/que-faudra-t-il-donc-pour-faire-bouger-l-etat-qui-a-abandonne-l-essentiel-de-ses-fonctions-regaliennes.html

cette situation d'un hôpital qui ne peut assumer ses fonctions essentielles est sur le plan des principes intolérable et pire cela impacte gravement tout le fonctionnement de cette structure PÔLE DE SANTÉ.

Nous espérons que, suite au courrier du Maire, la nouvelle Ministre prendra "en urgence" les dispositions pour que cesse immédiatement ce que nous devons nommer un scandale.

La notion fondamentale de continuité du Service Public est vraiment mise à mal.

 

UN HÔPITAL SANS SERVICE URGENCES "PERMANENTS" AUX SABLES D'OLONNE
UN HÔPITAL SANS SERVICE URGENCES "PERMANENTS" AUX SABLES D'OLONNE
Partager cet article
Repost0
7 octobre 2023 6 07 /10 /octobre /2023 11:42
L'HÔPITAL DES SABLES D'OLONNE COMME TANT D'AUTRES SOUFFRE.

L'HÔPITAL DES SABLES D'OLONNE COMME TANT D'AUTRES SOUFFRE.

 

 

 

EN MATIÈRE DE SANTÉ, EN FRANCE, IL N'Y A PAS QUE LES PATIENTS QUI SOUFFRENT 

 

Mais la différence entre l'hôpital et les patients c'est que les patients qui souffrent sont encore soignés et que l'hôpital lui est abandonné par son maître...rappelons fermement à l'État la notion fondamentale du droit français de la continuité du Service Public qui n'est pas respecté : des maternités fermées, des urgences fermées comme aux Sables d'Olonne, des lits fermés...!

 

Répétons-le aussi avec quelle diligence,  quel professionnalisme, quels sourires nous, patients, sommes traités tandis que l'hôpital souffre en silence. Il n'a le  droit que de recevoir les injonctions que nous qualifierons de mal venues pour ne pas écrire comme nous l'avons vécu aussi maladroites que malveillantes des Agences Régionales de la Santé ARS qui font très mal à tout le personnel soignant français. Encore merci à tout le personnel de santé et surtout nous leur demandons de continuer avec courage et professionnalisme.

 

Quant à la lettre du Maire des Sables d'Olonne ci-dessous, au nom de la communauté des malades que nous sommes, nous nous permettons de lui adresser nos remerciements avec l'espoir que le Ministre prenne en considération la requête initiale et qu'elle soit prise en compte mais surtout que le plan Hôpital soit rapidement réalisé et soit aussi à hauteur des enjeux afin que le personnel ressente ainsi la reconnaissance que nous lui  devons tous et qu'il tienne le coup !

 

 

LETTRE OUVERTE DU MAIRE DES SABLES D'OLONNE AU MINISTRE DE LA SANTÉ

LETTRE OUVERTE DU MAIRE DES SABLES D'OLONNE AU MINISTRE DE LA SANTÉ

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2023 4 21 /09 /septembre /2023 21:43

COMMUNIQUÉ DES SABLES D'OLONNE

 

 

CAMPAGNE D'INITIATION AU SAUVETAGE CARDIAQUE DE LA POPULATION

 

 

 

 

SAUVETAGE CARDIAQUE AUX SABLES D'OLONNE
SAUVETAGE CARDIAQUE AUX SABLES D'OLONNE
SAUVETAGE CARDIAQUE AUX SABLES D'OLONNE
SAUVETAGE CARDIAQUE AUX SABLES D'OLONNE
SAUVETAGE CARDIAQUE AUX SABLES D'OLONNE
Partager cet article
Repost0