Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

7 novembre 2022 1 07 /11 /novembre /2022 19:25
NOUS NE POUVONS LAISSER BAILLONNER LA LIBERTÉDE D'EXPRESSION DE QUICONQUE

NOUS NE POUVONS LAISSER BAILLONNER LA LIBERTÉDE D'EXPRESSION DE QUICONQUE

 

 

UNE INTOLÉRABLE ATTEINTE À LA LIBERTÉ D’EXPRESSION

 

Pour protéger la neutralité de notre Association, nous ne faisons pas suivre de pétition.

Nous faisons donc, par la présente publication , une exception à la règle car, en l’espèce, nous avons jugé que cette condamnation qui frappe et censure un sénateur citoyen médecin est une atteinte intolérable à la liberté d’expression.

Pour lever toute ambiguïté sur notre motivation de porter à votre connaissance cette pétition nous précisons que chacun garde la liberté totale de signer ou de ne pas signer. Nous informons mais ne voulons pas influencer.

Lien avec la pétition,

sélectionner le lien ci-dessous

clic droit

et "ouvrir le lien"

https://www.mesopinions.com/petition/politique/soutenons-senateur-alain-houpert-face-suspension/191571

 

 

 

TEXTE INTÉGRAL DE LA PÉTITION

 

Auteur : Association BonSens.org

Soutenons le sénateur Alain Houpert, privé d'exercice de la médecine temporairement avec sursis en étant "Coupable de courage".  Alain Houpert aurait d'ores et déjà décidé de faire appel. 

Soutenons la parole continente et sage de cet homme courageux, qui, dans l'exercice de son mandat de Sénateur, a apporté une critique étayée de la politique sanitaire menée par le gouvernement devant les élus de la Nation. Au-delà de la lourdeur sans pareille de cette décision, c'est la voix d'un représentant de la Nation que l'on essaie de contrôler ou de faire taire. 

La situation

Suite à trois plaintes déposées contre lui pour ses critiques de la politique sanitaire du gouvernement, la CDOM (chambre disciplinaire de l'ordre des médecins) de Bourgogne-Franche-Comté a sanctionné vendredi 4 novembre Alain Houpert, sénateur de Côte-d'Or (LR) et radiologue, d’une interdiction temporaire d'exercer la médecine. 

La première plainte a été déposée par le syndicat de l’Union française pour une médecine libre (présidé par le sulfureux médecin généraliste Jérôme Marty), la seconde par le Conseil départemental de Côte-d’Or de l’Ordre des médecins et quatre médecins, la troisième par le Conseil national de l’Ordre des médecins.

Dans chaque cas, la chambre disciplinaire a donné raison aux plaignants, lors d’une audience qui s’est déroulée le 10 octobre 2022. Le jugement vient d’être rendu public.

Celle-ci a justifié sa décision en dénonçant l'"attitude quasi irresponsable" du radiologue, dont les prises de positions médiatiques n’ont pu "que rajouter à la confusion médiatique de l'époque" et "décrédibiliser fortement les actions entreprises par les autorités sanitaires dans le cadre de la lutte contre une pandémie planétaire", estime la chambre disciplinaire.

Motifs des plaintes

Alain Houpert, Sénateur, dispose donc à ce titre d'un mandat de représentation du peuple, le conseil départemental de Côte-d'Or de l'ordre des médecins et le syndicat de l'Union française pour une médecine libre (UFML) lui reprochent de "diffuser par voie de presse et par publication sur les réseaux sociaux des informations erronées et non éprouvées scientifiquement. Alors que ce dernier dispose de la spécialité de médecin radiologue, il revendique un droit à la prescription d'un protocole de traitement dit précoce pour la Covid, qui ne repose sur aucune donnée acquise de la science médicale et n'émet aucune réserve sur cette initiative prétendument non éprouvée. Le Dr Houpert se livre par ailleurs à une critique systématique des tests dits PCR (Polymerase Chain reaction) qui ne permettraient pas d'estimer effectivement le nombre de « cas positifs » et sur le résultat desquels seraient néanmoins prises des « mesures liberticides » par le gouvernement français ; - dans le même temps, le Dr Houpert mène une campagne stigmatisant l'inutilité et l'inefficacité des vaccins mis à la disposition du public, et protégeant de la propagation du Covid."

- Quant au Conseil national de l’Ordre des médecins, celui-ci attaque “l’intervention du Dr Houpert dans la vidéo intitulée Hold-up [au cours de laquelle il] remet en cause la gestion de la crise sanitaire par les pouvoirs publics et incite les professionnels de santé à ne pas suivre les recommandations relatives à la prise en charge des patients.“

 

De nombreux soutiens affluent

 

Au sein du monde politique, le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale, Olivier Marleix, a apporté sur Twitter son "soutien amical" à Alain Houpert :

https://twitter.com/oliviermarleix/status/1588838117976449024?s=20&t=HcmzXfe31WkAuyvY8r8uOw

"Où est encore la liberté de pensée dans notre pays ?", s'est indigné pour sa part Gilles Platret, vice-président des Républicains : 

De son côté, la sénatrice LR Laurence Muller-Bronn a dénoncé une "société où le doute n'est plus permis" : "Il n’est absolument plus possible d’avoir une pensée raisonnée, de poser des arguments et des contre-arguments, de les étayer, de peser sa réflexion pour en définir une intime conviction. Non, il faut forcément suivre une ligne, une doxa, un évangile politique", a-t-elle fustigé. 

Même posture pour la sénatrice LR Sylviane Noël : "Drôle de démocratie qu'est devenue la France où il n'est plus possible d'exprimer autre chose que la doxa officielle...", a-t-elle déploré. "Tous les médecins parlementaires ont exprimé leurs positions concernant le Covid et il est le seul sanctionné. Pourquoi ?", s'est interrogé la sénatrice LR Sylvie Goy-Chavent, après avoir exprimé sa "solidarité totale". "Notre collègue et ami A. Houpert est probablement coupable d’avoir raison trop tôt et d’avoir eu le courage de le dire !", lui a répondu la sénatrice LR Christine Bonfanti-Dossat.

Des marques de solidarité répercutées par Florian Philippot, président des patriotes, Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, Gilbert Collard, eurodéputé Reconquête !, anciennement membre du Rassemblement national, ou encore Stéphane Ravier, sénateur Reconquête, également ancien cadre du RN.

Nous appelons donc les Français à se mobiliser en signant cette pétition en soutien au Sénateur Houpert et nous les invitons par ailleurs à la faire circuler auprès du plus grand nombre.

 
Pétition basée sur l'article publié dans FranceSoir.fr

 

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2022 6 01 /10 /octobre /2022 14:22
PERTE D'AUTONOMIE, DÉPENDANCE LIÉE AU VIEILLISSEMENT

PERTE D'AUTONOMIE, DÉPENDANCE LIÉE AU VIEILLISSEMENT

 

 

LA HONTE DE LA FRANCE !

DEPUIS 40 ANS, ON EN PARLE, ON CONCERTE, ON COMMISSIONNE, ON DISSERTE, ON ÉCRIT DES LIVRES...MAIS CONCRÉTEMENT, RIEN NE SE PASSE

 

C'est l'abandon de nos Anciens et de leurs familles.

"Liberté, Égalité, Fraternité"...Solidarité la devise de la France...

Fraternité, solidarité : ces deux mots dont "FRATERNITÉ" inclus en en-tête dans la Constitution de la France devraient disparaître de la langue française tant sont grandes et cachées la honte et la colère des 2 millions de familles concernées par la perte d'autonomie d'un des leurs, celles des soignants, celle des aidants, celles des bénévoles...

 

UN CONSTAT TERRIFIANT ET HONTEUX

Les personnes et toutes les familles concernées sont épuisées, écœurées, désespérées des promesses non tenues et des espoirs déçus.

Il manque de places d'accueil et, aujourd'hui, on apprend que des établissements recevant des personnes âgées en perte d'autonomie envisagent de fermer face aux problèmes financiers qu'ils rencontrent, face au manque de personnel et face aux silences et promesses non tenues des dirigeants de notre pays.

La qualité d'un peuple se mesure aux égards de sa population vis-à-vis de ses Anciens. Le peuple français et ses gouvernants n'oublient-ils pas leurs anciens dans la détresse ?

La réforme des retraites, le pouvoir d'achat, le sexe des anges, l’enterrement d'une reine...il faut crier qu'on s'en fout...car on pense plus à l'abandon dans lequel la France laisse ses anciens.

Des voyages présidentiels inutiles en moins, des voitures officielles en moins, des élus en moins... et de la générosité en plus, du sens solidaire familial intergénérationnel en plus et du bénévolat en plus...voilà ce qu'il faut pour montrer que la France sait être un pays solidaire et respectueuse de ses anciens.

En 2030, il y aura 3 millions de familles concernées et des millions d'anciens qui souffriront de la solitude voire de la maltraitance.

Nous sommes tous concernés...qu'on se le dise !

EHPAD, PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D'AUTONOMIE DES LAISSÉES-POUR-COMPTE
Partager cet article
Repost0
12 septembre 2019 4 12 /09 /septembre /2019 21:25
VOUS CONNAISSEZ ?

VOUS CONNAISSEZ ?

PROTECTION DES POPULATIONS : UN PROJET ILLISIBLE DEVIENT POLÉMIQUE APRÈS DES CAFOUILLAGES DU GOUVERNEMENT ET DES RÉACTIONS CITOYENNES

 

Il y a matière à discussion sur le degré de dangerosité réelle des pesticides. Il y a un problème, un point c'est tout !

Depuis des années, les agriculteurs savent qu'ils n'ont pas le droit d'épandre des pesticides près des ruisseaux, zones humides...

Des précautions sont prises pour la vente de certains pesticides aux particuliers, jardiniers du dimanche, professionnels...

Il y a bien un problème et la communauté scientifique est mobilisée tardivement pour tenter de savoir s'il y a un lien de cause à effet entre l'exposition aux pesticides et le développement de maladies dont les cancers.

De leur côté, les lobbyistes travaillant pour le compte des fournisseurs de pesticides font le forcing avec de gros moyens pour écarter toute interdiction des pesticides au nom des dangers encourus par la population. Les pesticides seraient, disent-ils, nécessaires pour le développement d'une certaine agriculture et inoffensifs ! C'est l'innocuité des pesticides comme le glyphosate qui est mise en doute.

Le maire breton de LANGOUËT, Daniel CUEFF, a mis le feu aux poudres en prenant un arrêté interdisant l'épandage dans un zone de 150 mètres autour des habitations. Le Préfet a suspendu l'arrêté municipal ! Sa décision a été confirmée par le tribunal administratif de RENNES. 

À la demande du Préfet, le tribunal administratif de Rennes a ordonné le mardi 27 août la suspension de l'arrêté pris par Daniel CUEFF, le maire de LANGOUËT (Ille-et-Vilaine), limitant l'épandage de pesticides sur sa commune à 150 mètres des habitations.

 

Cette décision du Tribunal, lors d'une audience de référé, nous laisse perplexe.

 

Surtout, elle est fondée sur une une  motivation ultra légère sur le plan juridique. En effet, elle avance  que le maire serait incompétent pour "réglementer l'utilisation des produits phytopharmaceutiques sur le territoire de sa commune". Pour le tribunal, ceci est "propre à créer un doute sérieux quant à la légalité de l’arrêté contesté "

 

Devant juridiction de l'ordre judiciaire " Le juge tranche le litige conformément aux règles de droit qui lui sont applicables". C'est clair.

 

Devant une juridiction administrative, les règles de procédure et obligations du juge n'ont certes pas la même rigueur mais de là à dénier ce que les textes (Code Général des Collectivités Territoriales ) disent des pouvoirs du maire ! C'est moins clair.

 

Mais, nous devons bien prendre en considération que le tribunal administratif a donc rendu sa décision en la fondant sur un simple "DOUTE SÉRIEUX" qu'il ressent, ce qui n'est pas très... sérieux.

 

Rappelons que le maire est chargé, sous l'autorité du représentant de l'État dans le département : 1° de la publication et de l'exécution des lois et règlements ; 2° de l'exécution des mesures de sûreté générale...

 

"Le maire est chargé, sous le contrôle administratif du représentant de l'Etat dans le département, de l'exercice des pouvoirs de police, dans les conditions prévues aux articles L 2212-1 et suivants."

 

L'argumentation du juge dans ce dossier est donc faible par rapport aux pouvoirs que la loi a donnés aux maires.

Le maire de LANGOUËT a ainsi annoncé sa décision de faire appel mais depuis la solidarité des maires et des actions citoyennes ont changé la donne.

 

 

1 MÈTRE, 3 MÈTRES, 10 MÈTRES, 15 MÈTRES, 150 MÈTRES...

En effet, suite aux remous médiatiques, aux réactions sur les réseaux sociaux qui ont résonné jusqu'à l'Élysée nous avons appris que « Le gouvernement va soumettre à consultation lundi un projet de décret qui part des recommandations scientifiques de l’Agence nationale de sécurité sanitaire » ANSES...sur la base d'une étude vieille de 30 ans nous rapporte la presse !

L’Anses a recommandé en juin de mettre en place des distances de sécurité « au moins égales » à 3, 5 et 10 mètres entre les cultures et les bâtiments habités, selon le type de culture et le matériel utilisé pour la pulvérisation. Des distances « supérieures » devraient être respectées « par mesure de précaution, en particulier pour les produits classés cancérogènes, mutagène ou toxique pour la reproduction ».

En fin de compte, les pesticides c'est un peu comme le nuage qui est passé au-dessus de nos têtes après Tchernobyl : dans l'est de la France il n'y avait pas de danger car un nuage ne peut passer les frontières : nos voisins suisses et allemands ont pris des mesures pour interdire la commercialisation de légumes, champignons issus de sites survolés par la nuage...en France pas de mesures !...le nuage radioactif n'a certainement pas pu passer la frontière entre la France et les pays riverains .

 

UN PRODUIT EST OU N'EST PAS DANGEREUX POUR LA SANTÉ...UNE CONSULTATION PUBLIQUE EST EN COURS

On croit rêver :

ou un produit est dangereux pour la santé publique

ou il ne l'est pas ;

...épandre un produit réputé dangereux à 3 mètres d'une école, d'une maison ou habitée par une femme enceinte et ou de jeunes enfants où par une personne c'est accepter d'assumer un risque aujourd’hui potentiel et déjà "un peu" reconnu scientifiquement.

La consultation durera trois semaines. « Le gouvernement tranchera en octobre-novembre », a complété le porte-parole. « Dans la loi Egalim, il y a des dispositions spécifiques pour la protection des riverains via la mise en place de chartes concertées avec les riverains, les agriculteurs... », a rappelé de son côté Matignon.

La loi Egalim invoquée est la loi LOI n° 2018-938 du 30 octobre 2018 pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous. Ce texte est un chef d’œuvre de texte technocratique comme son intitulé le proclame et nous n'osons vous inciter à lire un texte imbuvable que nos élus du Parlement ont cependant adopté !

 

DONNEZ VOTRE AVIS AVANT LE 1er OCTOBRE

Plus de 10 000 avis ont déjà été donné..

Mais, vous êtes tous invités à donner votre avis sur le site gouvernemental qui a lancé la "Consultation publique sur un projet de décret et un projet d’arrêté relatifs aux mesures de protection des personnes lors de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques à proximité des zones d’habitation"

Du 09/09/2019 au 01/10/2019 -
 
 

A SUIVRE...DÉCRET, ARRÊTÉS l'arsenal complexe pour calmer les esprits et répondre aux désidérata des lobbyistes dont la FNSEA...nous sommes en période électorale !
 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0