Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

3 février 2023 5 03 /02 /février /2023 20:29
APRÈS LE TRAVAIL EN COMMISSION, L'ASSEMBLÉE NATIONALE DEVRAIT OUVRIR SES DÉBATS LE LUNDI 6 FÉVRIER

APRÈS LE TRAVAIL EN COMMISSION, L'ASSEMBLÉE NATIONALE DEVRAIT OUVRIR SES DÉBATS LE LUNDI 6 FÉVRIER

 

 

 

 

LA DIVERSITÉ DES RÉGIMES, L'INJUSTICE, LES FRANÇAIS NE SERONT TOUJOURS PAS ÉGAUX DEVANT LES DROITS À LA RETRAITE

Suite de :

https://www.olonnes.com/2023/02/reforme-des-retraites-son-contenu-on-ne-vous-a-pas-tout-dit.html

Rappelons que l'avant-dernier projet de loi BUZYN date de début 2020 sous la houlette du Premier Ministre Édouard PHILIPPE  et baptisé projet de loi instituant un système universel de retraite.

Dans le projet 2023, on est très loin d'un système universel, version Emmanuel MACRON 2020 !

 

 

 

FONCTIONNAIRES ET ASSIMILÉS : PROPOSITIONS COMPLEXES VOIRE ILLISIBLES ET IRRÉALISTES INCLUSES DANS LE PROJET

 

Selon le vœu du Président MACRON, le remue-ménage provoqué par le projet de loi RÉFORME DU RÉGIME DES RETRAITES impactera de manière importante  aussi le sacro-saint et complexe statut des fonctionnaires au sens large.

À première vue,  vouloir uniformiser les régimes de retraite n'est ni chose aisée ni souhaitable peut-être, voire même être impossible !

En effet, le système de retraite pour les fonctionnaires est très favorable au salarié puisque la part des cotisations prélevées sur les salaires des actifs est plus  faible que celle des salariés du secteur privé et c'est l'État donc tout le monde qui finance le déficit.

Mais, en plus, le mode de calcul des retraites liquidées au départ du fonctionnaire en retraite est totalement différent du régime général puisque la retraite ne se calcule pas en points acquis en cours de la vie active mais en fonction des salaires  des derniers trimestres travaillés et cela, en plus, avec de très grandes disparités au sein même de la fonction publique ! Ce système ouvre de larges possibilités d'abus de hausses anormales de salaires en toute fin de carrière.

En plus, les initiateurs de ces textes proposés ont écarté de leurs propositions toute idée de "capitalisation"pour maintenir le système actuel dit par "répartition" qui date de l'après guerre : les actifs salariés et les employeurs financent par les cotisations versées les retraites et pensions des retraités.

Pourtant la PRÉFON...

À notre connaissance, la "réforme" n'aborde pas le système spécifique de la fameuse PRÉFON, caisse complémentaire des fonctionnaires qui  fonctionne avec le régime de la capitalisation et avec des avantages fiscaux non négligeables et une liquidation possible à 60 ans !!! Réserves de la PRÉFON : 17 milliards d'euros

Rappelons que PREFON RETRAITE est un régime de retraite supplémentaire à points qui permet aux fonctionnaires de se constituer une rente ou un capital liquidable à l'age de 60 ans !

Un régime "volontaire" et donc très spécial.

Le report de l'âge légal à 64 ans d'ici 2030, l'allongement de la durée de cotisations à 43 ans dès 2027, l'âge de la retraite sans décote à 67 ans concerneront donc aussi les agents publics, fonctionnaires et contractuels.

Cela fait tant de catégories différentes qu'on peut légitiment s'interroger sur la possibilité d’inclure tous les fonctionnaires et assimilés dans le dispositif égalitariste visé par le projet de loi.

Il est important de noter qu'il restera que le mode de calcul généralement avantageux des pensions des fonctionnaires demeurera inchangé (généralement calcul basé sur l'indice de traitement des six derniers mois, soit le traitement hors les primes). C'est bien l'enterrement d'un système universel de retraite tel qu'il fut vu dans les projets du règne MACRON 1.

 

PARMI LES FONCTIONNAIRES IL Y A DES LES ACTIFS ET DES SUPER ACTIFS...LE PROJET NE PARLE PAS DES "FONCTIONNAIRES NORMAUX"

Déjà, il y a un cas particulier qui doit être pris en compte et qui bénéficie de spécificités qu'on pourrait assimiler à des départs anticipés dus à la pénibilité et aux conditions particulières d'exercice des fonctions et des respondsabilités.

Pour les 20% d'agents en catégories dites "actives" et "super-actives" (infirmiers, aides-soignants, policiers, pompiers, surveillants pénitentiaires...), l'âge d'ouverture de leurs droits à retraite est reculé de 57 à 59 ans pour les catégories actives et de 52 à 54 ans pour les catégories super-actives. D'autres mesures sont prévues : portabilité des services actifs, suppression de la clause d'achèvement de la carrière en catégorie active. 

Encore une complication supplémentaire qui grignote le principe d'unification de régimes.

 

TRAVAILLER JUSQU’À 70 ANS POUR LES FONCTIONNAIRES

Dans le projet, la possibilité de travailler jusqu'à 70 ans dans la fonction publique est systématisée (recul de la limite d'âge sans condition). Aujourd'hui, seuls les agents ayant encore des enfants ou dont la carrière est incomplète peuvent demander à poursuivre leur activité jusqu'à 70 ans.

La retraite progressive est étendue aux agents publics, sur les mêmes principes que le dispositif existant pour les salariés et les indépendants. De même, les conditions de cumul emploi-retraite sont assouplies à l'identique du secteur privé.

Pour prévenir l'usure professionnelle dans les secteurs hospitalier et médico-social, un fonds de prévention est créé auprès de l'Assurance maladie. Il viendra financer des actions de sensibilisation et de prévention ainsi que des dispositifs d'aménagement de fin de carrière pour les soignants usés par leur travail.

 

Cette réforme du régime de retraite des fonctionnaires, en l'état actuel du projet, ne peut que paraitre loin d'être irréaliste et nous verrons dans une prochaine parution d'autres dispositions qui compliqueront encore non feulement  la mise en œuvre du projet de réforme et l'éloigneront de l'idée d'universalisation du système de retraite en France

Cette réforme plus est-elle chiffrée...quoi qu'il en coûte ? Un silence pudique répond à cette question pourtant de bon sens...et d'autant plus qu'elle est incluse dans un projet de loi de financement dite rectificative ( Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale n°760 pour 2023) et qu'il est question de dépenses supplémentaires pour 2023 et de projections non chiffrées pour les années suivantes.

https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/16/textes/l16b0760_projet-loi#D_TITRE_IV_21

À SUIVRE...

 

RÉGIMES SPÉCIAUX : IL Y EN A UNE QUARANTAINE MAIS LE PROJET DE LOI N’EN TRAITE QUE CINQ

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2022 4 29 /12 /décembre /2022 12:32
UNE GRÈVE OÙ IL FAIT MEILLEUR DE VIVRE QUE SUR LA PLACE DE GRÈVE DE PARIS ANCIEN PORT OÙ L'ON PENDAIT HAUT ET COURT

UNE GRÈVE OÙ IL FAIT MEILLEUR DE VIVRE QUE SUR LA PLACE DE GRÈVE DE PARIS ANCIEN PORT OÙ L'ON PENDAIT HAUT ET COURT

 

 

 

 

LE  DROIT DE GRÈVE CONTESTABLE ET INGÉRABLE

Les faits récents incitent donc à se poser la question du devenir du pseudo « droit » de grève ?

En effet, lors de la dernière grève de la SNCF lancée au moment des fêtes de Noël 2022 et après la tournure qu’a prise ce diffus conflit social au niveau d’une « entreprise nationale » il appartient aux citoyens de penser et repenser la notion de grève qui est en contradiction avec la sacrosainte notion de continuité du service public. Il faut aussi penser et repenser la notion de l’État employeur responsable d’innombrables grève préjudiciables à l'intérêt général du Pays.

Nous allons donc, chers amis lecteurs et en plus citoyens, vous entrainer une nouvelle fois dans une réflexion qui, nous l’espérons, vous aidera à fonder votre jugement en allant en delà des clichés et proclamations diverses fantaisistes répandues par les médias.

Cette réflexion que nous entreprenons ira donc bien aussi au-delà des "yakas ...son objet est infiniment plus complexe...il y a des salariés privilégiés qui peuvent faire grève souvent le vendredi ou les veilles de pont pour un Oui pour un NON  ;  il y en a qui n’ont même pas statutairement  le droit de faire grève ! Il y en a qui peuvent se permettre de faire grève tout en ayant d’une manière ou d’une autre le maintien de leur rémunération pendant leurs jours de grève donc de non-travail ! Or, le salaire est simplement la contrepartie de la fourniture de la prestation due par le salarié...il y en a qui ne font jamais grève...

Pour complexifier le problème d’un « droit » unique il n’est pas le même pour tous...il y a au moins deux catégories de bénéficiaires de ce droit : les grévistes du secteur public et ceux du secteur privé !

 

RAPPEL JURIDIQUE SIMPLIFIÉ SUR LE DROIT DE GRÈVE

Contrairement à ce qui a pu être dit et écrit ce n’est pas un droit vraiment reconnu par la Constitution.

Ce n’est pas un droit individuel fondamental. En effet,  c’est un droit individuel qui s’exerce collectivement ...magnifique définition qu’il fallait inventer !

En France, dans les textes, le droit de grève est un droit dit « à valeur constitutionnelle ». Donc de valeur contestable. Il fait partie des droits et devoirs accordés dès 1946 (alinéa 7 du préambule de la Constitution de 1946) repris par la Constitution de la Ve République mais sous cette forme :

« Le droit de grève s'exerce dans le cadre des lois qui le règlementent »...comme le droit au travail et la protection contre le chômage (Article 23 de la Déclaration des Nations Unies de 1948 )...un droit oui mais réglementé voire même interdît ou impossible pour  certaines catégories socio-professionnelles !

C’est logique, car il y a dans l’exercice du droit de grève des limites à poser pour protéger les citoyens, par exemple, des risques encourus par les malades dans les cas de coupures volontaires du courant électrique.

Grave problème : aucune loi et ni règlement ne sont venus réguler ou encadrer sérieusement l’exercice du droit de grève pour tous...d’ailleurs est-il régulable ? Quand c’est « la base » et non un ou des syndicats officiellement reconnus qui prennent l’initiative d’arrêter le travail quel sera alors le moyen pour « l’employeur » de se choisir ses interlocuteurs pour sortir de l’impasse d’un conflit social, pour sanctionner ou faire sanctionner une grève illégale ?

C’est bien la preuve que le législateur convié par la constitution à encadrer ce droit a été certainement, par réalisme et ou par calcul politique, dans l’impossibilité d’élaborer des textes reconnaissant l’exercice d’un droit mais aussi l’encadrant en précisant les modalités d’exercice de ce droit.

La grève, c’est simplement le constat d’un échec...entre l’employeur et les salariés d’une structure qui n’a pas trouvé les moyens de négocier un accord sur leur différend.

Mais ce qui est sûr c’est que, quand il y a un conflit social, il faut qu’il y ait une structure qui permette une sortie de crise satisfaisante. Mais comment, où, avec qui ?...Il y a un début de réponse que nous vous livrons ci-dessous ...

 

PUISQU’IL Y A UN DROIT...IL Y A RISQUE D’ABUS DE DROIT...DE GRÈVE

Or, l'abus de droit est le fait, pour une personne, de commettre une faute par le dépassement des limites d'exercice d'un droit qui lui est conféré, soit en le détournant de sa finalité, soit dans le but de nuire à autrui.

Maintenant les juges et les lois ont précisé et étendu sans cesse  la notion d’abus de droit ...tous les droits sont susceptibles d’abus donc peuvent donner droit à réparations voire à sanctions pénales.

Avec l’extension à l’infini des droits des individus (droit au logement, droit au chômage, droit au travail, droit de mettre fin à la vie de ses congénères, droits d’avoir des enfants...) il y a pléthore de lois, règlements et jurisprudences qui encadrent les droits ...c’est une fuite en avant ; plus il y a de droits plus il y a de règles pour limiter l’exercice des droits. C’est le progrès de notre civilisation universalisée.

D’ailleurs, pour revenir en France, les limites des droits et libertés sont ainsi définies dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 incluse dans la Constitution française  de 1958 :

Article 4

La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.

Article 5

La loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. Tout ce qui n'est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas.

Facile à écrire aujourd’hui mais difficile à mettre en application !

 

À SUIVRE

LE DROIT DE GRÈVE POURRA-T-IL SURVIVRE AUX ABUS DE SON USAGE ?...à méditer lors de l'élaboration de nos voeux et résolutions pour 2023 !

 

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2022 4 15 /12 /décembre /2022 21:43
BON À SAVOIR

BON À SAVOIR

 

 

10 MILLIONS DE PAUVRES EN FRANCE

OSONS, POUR CES FÊTES, PARLER DE  SOLIDARITÉ : LA PAUVRETÉ EN FRANCE GAGNE DU TERRAIN !

La pauvreté explose en France, même si elle est cachée, occultée, elle est bien là.

La barre des 10 millions de pauvres pourrait être atteinte cette année !

Monsieur le sénateur Pierre Charon attire l'attention de Monsieur le ministre des solidarités, de l'autonomie et des personnes handicapées sur l'explosion de la pauvreté en France (question publiée dans le JO Sénat du 07/07/2022 - page 3354)...Le rapport du Secours Catholique alerte, de son côté,  sur la dégradation du niveau de vie des plus pauvres qui s'accroît.

 

ALERTE LANCÉE PAR LE SECOURS CATHOLIQUE : 548 EUROS PAR MOIS POUR UN COUPLE !


Le Secours catholique-caritas France a publié le  jeudi 12 novembre 2022 son bilan statistique annuel sur l'état de la pauvreté en France 2020. Son rapport alerte sur la dégradation du niveau de vie des plus pauvres.

Le seuil de pauvreté en 2021 était en France de 1102 euros et les ménages accueillis par le Secours Catholique ont un niveau moyen de ressources qui est de 548 euros ! Comment peut-on "survivre" en France avec 548 euros par mois ?

Conclusion : la plupart des ménages reçus par le Secours Catholique en 2021 vivent en dessous du seuil de pauvreté et même en dessous du seuil d'extrême pauvreté.

Peut-on accepter cela en 2022 ?

En cette période des fêtes de fin d'année, pensons  et agissons en "SOLIDAIRES" ...en faisant un geste qui sera aussi un soutien pour les bénévoles du Secours Catholique et toutes autre associations caritatives qui  œuvrent pour soulager les victimes d'une pauvreté qui "explose".

Merci pour eux !

Agissons tous pour éradiquer l'extrême pauvreté : parler de solidarité c'est bien, agir c'est mieux et doit être important pour nous tous et pour eux.

 

Lien Secours Catholique :

https://www.secours-catholique.org/notre-rapport-etat-de-la-pauvrete-en-france-2022?utm_source=sfmc&utm_medium=email&utm_campaign=%5bEmail_marketing%5dRapport_Statistiques_Grandpublic_20221117&utm_content=Bouton_rapport_stat_2022&utm_id=1268586&sfmc_id=287681335&reserved_origin=W22RS#section_3

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2022 6 01 /10 /octobre /2022 14:22
PERTE D'AUTONOMIE, DÉPENDANCE LIÉE AU VIEILLISSEMENT

PERTE D'AUTONOMIE, DÉPENDANCE LIÉE AU VIEILLISSEMENT

 

 

LA HONTE DE LA FRANCE !

DEPUIS 40 ANS, ON EN PARLE, ON CONCERTE, ON COMMISSIONNE, ON DISSERTE, ON ÉCRIT DES LIVRES...MAIS CONCRÉTEMENT, RIEN NE SE PASSE

 

C'est l'abandon de nos Anciens et de leurs familles.

"Liberté, Égalité, Fraternité"...Solidarité la devise de la France...

Fraternité, solidarité : ces deux mots dont "FRATERNITÉ" inclus en en-tête dans la Constitution de la France devraient disparaître de la langue française tant sont grandes et cachées la honte et la colère des 2 millions de familles concernées par la perte d'autonomie d'un des leurs, celles des soignants, celle des aidants, celles des bénévoles...

 

UN CONSTAT TERRIFIANT ET HONTEUX

Les personnes et toutes les familles concernées sont épuisées, écœurées, désespérées des promesses non tenues et des espoirs déçus.

Il manque de places d'accueil et, aujourd'hui, on apprend que des établissements recevant des personnes âgées en perte d'autonomie envisagent de fermer face aux problèmes financiers qu'ils rencontrent, face au manque de personnel et face aux silences et promesses non tenues des dirigeants de notre pays.

La qualité d'un peuple se mesure aux égards de sa population vis-à-vis de ses Anciens. Le peuple français et ses gouvernants n'oublient-ils pas leurs anciens dans la détresse ?

La réforme des retraites, le pouvoir d'achat, le sexe des anges, l’enterrement d'une reine...il faut crier qu'on s'en fout...car on pense plus à l'abandon dans lequel la France laisse ses anciens.

Des voyages présidentiels inutiles en moins, des voitures officielles en moins, des élus en moins... et de la générosité en plus, du sens solidaire familial intergénérationnel en plus et du bénévolat en plus...voilà ce qu'il faut pour montrer que la France sait être un pays solidaire et respectueuse de ses anciens.

En 2030, il y aura 3 millions de familles concernées et des millions d'anciens qui souffriront de la solitude voire de la maltraitance.

Nous sommes tous concernés...qu'on se le dise !

EHPAD, PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D'AUTONOMIE DES LAISSÉES-POUR-COMPTE
Partager cet article
Repost0
3 septembre 2022 6 03 /09 /septembre /2022 17:20
FORUM DES ASSOCIATIONS EN FRANCE : BEL EXEMPLE AUX SABLES D'OLONNE

FORUM DES ASSOCIATIONS EN FRANCE : BEL EXEMPLE AUX SABLES D'OLONNE

 

 

 

IL FAUT BOOSTER LE BÉNÉVOLAT !

 

Dans de nombreuses communes de France ces week-ends de rentrée sont ceux des Forums des Associations et ce sont, par milliers, que parents et enfants vont faire leur marché aux activités pour la saison 2022/2023.

En réalité, c'est une énorme machine qui, sans bruit, se mobilise : élus, bénévoles, salariés d'associations, dirigeants...se rencontrent, découvrent ce qui permettra aux jeunes et aux moins jeunes d'occuper les "temps libres", en toute liberté, pour faire autre chose. 

C'est un mouvement de millions de français de tous les âges qui va se mettre ou se remettre en route pour la rentrée et ce sont aussi des millions de français qui vont s'engager pour une année à donner un peu de leur temps et de leur savoir pour encadrer et conseiller des débutants ou des praticiens qui renouvellent leurs adhésions.

 

L'IMPORTANCE ET LA FORCE COLLECTIVE ET INDIVIDUELLE DU BÉNÉVOLAT

Le monde associatif s'adapte, se diversifie. Que ce soit en sports, en culturel, en action sociale notre société a un besoin vital de bénévoles pour faire vivre et prospérer la monde associatif...

En effet, les anciens partent et ils ont grand mal pour trouver des plus jeunes pour leur succéder : l'individualisme voire l'égocentrisme fait des ravages.

La fonction sociale du bénévolat n'est plus à démontrer, les besoins sont immenses ; donner quelques heures au sein d'une structure associative peut paraitre anodin et pourtant c'est ainsi en additionnant ces dons de temps et de talents que le bénévolat est capable de soulever des montagnes.

Le bénévolat est le piler de la solidarité. Il est  un des plus puissants générateurs de lien social. 

En ces temps où la maladie la plus répandue en France est LA SOLITUDE...un français sur 8 souffre de la solitude, le bénévolat peut, par exemple, faire reculer ce fléau.

 

SERVIR ET S'ENRICHIR D'AUTRES CHOSES : CE SONT LES RECOMPENSES DONNÉES AUX BÉNÉVOLES

Aujourd'hui, le bénévolat manque de bras et de considération.

Pourtant, le bénévolat, c'est la liberté de choisir de faire un petit autre chose, de se découvrir généreux, créatif, meneur, soutien...

Il est donc victime d'une incompréhension sociétale inter-générationnelle qui tarit sournoisement la source des vocations du bénévolat qui reste discret et efficace.

Le bénévolat apporte autant à celui qui en bénéficie qu'à celui qui donne son temps pour animer, former, accompagner...

Le bénévole s'enrichit en donnant : c'est un beau challenge que tout un chacun peut relever.

 

Il appartient donc à l'État de reconnaitre plus et mieux le bénévolat et surtout aux collectivités de soutenir par tous moyens les bénévoles : pas seulement en finançant les associations mais aussi en assumant la promotion et la reconnaisance du bénévolat. Il fait booster la fonction sociale du bénévolat.

 

S'INVESTIR DANS LE BÉNÉVOLAT, c'est venir grossir les bataillons de volontaires qui attendent des renforts pour faire toujours plus et mieux et qui peuvent donner encore plus de sens au mot SOLIDARITÉ.

 

Partager cet article
Repost0
26 février 2022 6 26 /02 /février /2022 10:54

 

 

LE BRUIT DES RÉSEAUX SOCIAUX RÉSONNE  JUSQU'EN UKRAINE

 

 

 

 

SOLIDARITÉ UKRAINE
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2020 5 04 /12 /décembre /2020 19:26
PENSONS SOLIDARITÉ

PENSONS SOLIDARITÉ

 

LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ…SOLIDARITÉ !

 

Ce matin les nouvelles étaient les mêmes que celles d’hier sauf une « nouvelle locale » que vous avez peut-être lue dans Ouest France,

page :La Roche-sur-Yon.

« Notre ami est mort dans l’indifférence ».

On y apprend que Monsieur Francis RODEMBOURG a été retrouvé mort à son domicile le 19 novembre. Il avait 69 ans. Son décès remontait à une quinzaine de jours. Francis RODEMBOURG était pneumologue, maintenant à la retraite. Il avait beaucoup donné dans le bénévolat. Il fut enterré le 26 novembre dans le « carré des indigents » et s’il y eut une petite cérémonie, ce fut à l’initiative d’une voisine et d’un ami qui ont pu joindre d’autres bénévoles.

Il n’est pas admissible qu’un homme qui fut au service des autres soit ainsi victime de la solitude, fille de l’individualisme forcené qui s’est installé dans nos mœurs.

À ce drame, nous ne rajouterons rien car nous sommes tous coupables car nous devons tous savoir rester plus ouverts aux autres. Une personne isolée quelque fut sa vie ne doit pas, en 2020, finir ainsi !

Si nous prenons la peine de relayer cette information c’est pour simplement redire que la misère, la solitude sont des choses qui vivent cachées…ce n’est pas l’État protecteur anonyme qui remplacera le sourire donné et le bonjour à celui qui attend une visite, votre visite, une reconnaissance, une attention…

Voir aussi : la montée de la pauvreté

http://www.olonnes.com/2020/11/la-montee-inexorable-de-la-pauvrete-en-france-intolerable.html

En cette veille des fêtes de fin d’année des milliers de bénévoles vont donner quelques heures pour offrir un peu de joies à ceux qui en manque…toutes les associations caritatives actuellement font appel à des volontaires …REJOIGNEZ-LES !

 

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2020 2 21 /07 /juillet /2020 09:53
SOLIDARITÉ EUROPÉENNE ET LOCALE

SOLIDARITÉ : SAUVONS-NOUS LES UNS LES AUTRES !

 

"Solidarité" ce mot qui a uni et libéré le peuple polonais

 

C'est avec soulagement que nous accueillons la nouvelle d'un accord dit compromis entre les cigales et les fourmis : l'intérêt général et le réalisme l'ont emporté sur les égoïsmes.

Un échec de ces négociations eût été une page noire pour l'EUROPE et pour...un espoir pour ses 450 millions de citoyens européens des 27 pays qui la composent dans la plus grande des diversités.

 

Quelques conclusions qui sont valables pour ce dossier comme pour tant d'autres :

- un compromis vaut toujours mieux qu'une fâcherie,

- l'union de leaders qui, par nature, sont en compétition permet de dépasser les clivages et d'aboutir à une construction bénéfique pour tous,

- l'Europe n'a pas que du mauvais et doit progresser.

Rappelons-nous ce que furent l'Espagne et le Portugal et même l'Italie avant la création de l'Europe : la solidarité européenne a sorti ces trois pays de l'extrême pauvreté !

Aidons tous l'Europe à se construire en l'adoptant, en poussant à ce qu'elle s'améliore et progresse.

 

OSONS UNE COMPARAISON AVEC NOTRE PAYS DES OLONNES

Ces dernières années, dans la douleur, ont été engendrées la ville nouvelle des Sables d'Olonne (par fusion des Sables d'Olonne, Olonne sur Mer et Château d'Olonne) et l'Agglomération Les Sables d'Olonne (par fusion des Communautés de Communes des Olonnes et d'Auzance et Vertonne).

Les élus fortement poussés par la population ont su dépasser leurs divergences, leur clochers pour que l'UNION fasse la FORCE DE TOUS.

S'est ainsi instituée une solidarité des communes qui profite à tous : les petites communes périphériques bénéficient de moyens qui leur permettent de voir bénéficier des services des grandes et de finaliser leurs projets que seules elles n'auraient pas pu réaliser et les 3 "grandes" bénéficient d'un espace naturel nouveau.

C'est la SOLIDARITÉ sous forme DE COMPLÉMENTARITÉ...C'est mieux que la guerre !

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0