Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

12 février 2024 1 12 /02 /février /2024 19:49
LA PLUVIOMÉTRIE DE FIN 2023 ET DÉBUT 2024 REMPLIT LES BARRAGES VENDÉENS POUR LA PRODUCTION D'EAU POTABLE

LA PLUVIOMÉTRIE DE FIN 2023 ET DÉBUT 2024 REMPLIT LES BARRAGES VENDÉENS POUR LA PRODUCTION D'EAU POTABLE

 

 

"SCIENCE SANS CONSCIENCE N'EST QUE RUINE DE L'ÂME"

 

L'EXEMPLE DE LA MÉTÉOROLOGIE

Ce conseil de Rabelais (1483/1553) est d'une extrême actualité même si le sens de la phrase a aujourd'hui pris une résonance, une ampleur, une dimension tout autre que celle que l'écrivain lui avait attribuées, il y a 500 ans .

La météorologie est en 2024 considérée comme une science qui a pour objet l'étude des phénomènes atmosphériques tels que les nuages, les précipitations ou les vents dans le but de comprendre comment ils se forment et évoluent en fonction des paramètres mesurés comme la pression atmosphérique, la température, le degré d'humidité...Avec les progrès de l'intelligence artificielle et ceux découlant des possibilités offertes par l'observation par satellite cette science progressera.

En effet, si la météorologie est une "science" elle n'est encore loin d'être une science exacte malgré de sérieux progrès pour ce qui concerne les prévisions à court et surtout à moyen et long terme une science exacte malgré.

Il faut donc que les médias respectent la prudence de rigueur dans leurs annonces concernant la "météo" et les "éventuelles" conséquences de phénomènes constatés.

 

LES MÉDIAS DIFFUSEURS IMPRUDENTS OU MALVEILLANTS DE FAUSSES NOUVELLES

Les médias ne sont pas des spécialistes de la météorologie surtout dans le domaine de la prévision.

Les grands communicants déontologiquement ont un devoir d'objectivité. Malheureusement, ils confondent vitesse et précipitation dans leurs propos et écrits et leurs informations diffusées deviennent souvent des fausses et mauvaises nouvelles.

Les vecteurs d'information que sont les journalistes sont pourtant "encadrés"par une  Charte d’éthique professionnelles. Tout journaliste digne de ce nom est tenu, en principe, de respecter la Charte qu'il doit signer ou celle de son employeur qui doit faire référence à cette Charte. 

Dans nos parutions sur la liberté d'information nous avons décortiquer cet aspect essentiel en 2024 pour sauver la liberté d’expression et les médias victimes d'un certain laxisme.

https://www.olonnes.com/2023/10/journaliste-et-liberte-d-expression.htmla culture

Le discours du 30 mars 2023 du Président MACRON présentant dans le Midi son "plan eau" est l'exemple dans sa partie d'information fausse nouvelle. Il nous dit :  "avec ce changement climatique... nos nappes mettront plus longtemps à se remplir et se remplirons moins... cette sécheresse exceptionnelle (2022) ...mais elle ne sera pas exceptionnelle par rapport à ce qu'on va connaitre...les changements sont bien là !" 2024 apporte un déùenti à cette prévision hasardeuse

Par arrêté préfectoral du 28 juin 2023, le préfet de la Vendée a décidé de placer l’ensemble du département de la Vendée en alerte eau potable avec des restrictions. Là encore, une décision grave fut prise et les faits ont démenti la prévision.est-il ajouté. Digital New Deal offrira alors la possibilité aux réseaux de retirer l’information de leurs plateformes et de permettre si besoin un recours juridique aux victimes.

Une association "Stop aux infox"  pour lutter contre les fausses nouvelles concernant le réchauffement climatique

https://www.environnement-magazine.fr/politiques/article/2019/07/18/125383/stop-aux-infox-lutter-contre-les-fausses-informations-sur-rechauffement-climatique

 

LA CULTURE DU CATASTROPHISME EST INSUPPORTABLE

En vertu du principe maintenant bien établi que les bonnes nouvelles n'intéressent personne et que les mauvaises nouvelles font vendre du papier et monter l'audimat, nous devons conclure que le bon sens populaire et l'éducation surtout celle des jeunes enfants doivent s'imposer pour créer un réflexe de discernement et de rejet des fausses nouvelles.

Il faut s'élever contre ce principe que ce qui est dit et écrit est pure vérité. Cette crédulité face au flux incontrôlé d'information parsemé de fausses nouvelles fonde un pessimisme entretenu de manière insidieuse et fortement nuisible à la cohésion sociale et au bien-être de notre collectivité.

Les semeurs de fausses nouvelles doivent être sanctionnés non par une loi qui serait inutile mais par l'habitude et à prendre de rejeter les auteurs de fausses nouvelles, les supprimer des listes de nos réseaux...

Il faut diffuser la culture du discernement. Ne pas manquer les occasions de rappeler que "nul n'est prophète en son pays" et que des conclusions hâtives tirées de faits présumés et incertains ainsi que des projections hasardeuses doivent être mises en doute voir rejetées presque a priori.

Ce n'est pas parce que "GOUVERNER, C'EST PRÉVOIR " est une sage conseil  qu'il faut admettre toutes les conclusions hâtives de faits douteux comme l'ont fait les dictateurs écologistes par exemple pour les centrales hydrauliques.

Ainsi, la VENDÉE avec la création de son interconnexion des réseaux d'eau potable a prévenu le risque de pénurie d'eau potable et de coupures d'eau en 2022 et 2023.

Mais il faut continuer à créer des réserves par exemple dans les carrières d'eau abandonnées et même prévoir des réserves nouvelles comme celle qui aurait dû voir le jour avec le barrage sur l'AUZANCE que les mêmes écologistes alarmistes par vocation ont tué. Comme ils ont aussi au niveau national tué la filière française nucléaire qui aujourd'hui nous aurait donné une véritable autonomie en matière d'énergie propre et sécurisée... Qui, à part les salariés EDF, aurait osé défendre la Centrale de FESSENHEIM dont nos amis allemands demandaient depuis longtemps la fermeture?

 

Réfléchissons à qui profite ces crimes ? Opposons à la culture malsaine du catastrophisme celle d'un certain scepticisme et même l'esprit de critique. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2023 5 22 /12 /décembre /2023 21:38
LE TERRITOIRE DE L'AGGLOMÉRATION

LE TERRITOIRE DE L'AGGLOMÉRATION

 

 

 

 

 

 

 

 

UN CONSEIL COMMUNAUTAIRE À OUBLIER ?

 

 

DÉMISSION ET REMPLACEMENT D'ALAIN BLANCHARD

Le Conseil Communautaire débutait par une "formalité" qui n'en fut pas tout à fait une : une élection et des désignations pour pourvoir au remplacement d'Alain BLANCHARD qui occupait le poste de  2ème vice-président de l'Agglomération. Il était aussi  le représentant de l'Agglomération dans divers sociétés SEM et SPL, et organismes.

C'est Alexandre MÉZIÈRE qui est élu (vote aussi à bulletin secret) avec 24 voix sur 40 votants comme vice- président de l'Agglomération.

Pour le poste de Conseiller Communautaire délégué, Didier JÉGU est élu avec 23 voix.

 Jean-Pierre CHAPALAIN est élu représentant à la SPL Destination Les SABLES  d'OLONNE .

Les quatre autres postes sont attribués par vote à main levée à l'unanimité à Alexandre MÉZIÈRE le nouvel élu à la vice-présidence de la Communauté d'Agglomération.

Ces résultats d'un vote à bulletin secret nous étonnent car ils ne sont pas très "communautaires". Il faut bien savoir que dans l'Agglomération, sur 40 élus qui composent statutairement le Conseil Communautaire,  20 le sont au titre de la Ville nouvelle des Sables d'Olonne dont le maire est Yannick MOREAU Président de l'Agglomération et les 20 autres postes sont attribués aux 4 autres communes.

 

D'AUTRES PLUS ÂPRES INTERVENTIONS MAIS PARFOIS HORS SUJET

- LE NAUTISME

Le tourisme est l'activité principale au niveau de l'Agglomération et au sein de cette activité le nautisme...tient une place encore prépondérante et historique.

Développer le nautisme demeure un objectif pour l'économie locale d'où le projet "Port Olona 2040 "qui prévoit la relocalisation des entreprises de Port Olona 2 (Robin Marine, Sailing Atlantic Services, Gwen Marine et la Voilerie Tarot) sur des terrains dont elles pourront être propriétaires et leur offrant des opportunités de développement.

Or, la Voilerie Tarot a justement un projet de développement. Elle occupe un emplacement Quai Amiral de la Gravière, aux Sables d'Olonne, au titre d’une Autorisation d’Occupation Temporaire AOT démarrée au 1er juillet 1990 et qui prendra fin le 31 décembre 2029.

Elle a émis le souhait de s’implanter sur le Village d’Entreprises Nautiques et plus spécifiquement dans
le hall d’expo du village nautique et elle sollicite sur ce projet l'accompagnement de la Communauté d'Agglomération.

Mais ce projet n'est pas du goût de l'opposition de gauche qui, par la voix de Caroline POTTIER, prêche pour une conception du nautisme plus populaire, un nautisme de proximité. Pour l'élue, déplacer la Voilerie Tarot est un contre sens. Construire des bâtiments dans une zone inondable c’est faire prendre un risque aux entreprises...Déplacer les chais des marins à la Cabaude est contraire au souhait de certains marins…Elle pose aussi le problème du devenir du nautisme.

Cette intervention entraîne une réaction, presque une mise au point du Président Yannick MOREAU. D'abord en rappelant à l'élue les décisions antérieures qu'elle aurait votées puis en précisant que l’entreprise VOILERIE TAROT est  à l'étroit, elle a un projet de développement donc la Communauté d'Agglomération n'a qu'à se féliciter de cette situation.

La délibération est adoptée mais le Président qui n'a pas convaincu Caroline POTTIER qui vote contre.

- L'EAU POTABLE

Il y a eu une autre délibération "pour avis" à donner au Syndicat Départemental VENDÉE EAU sur le rapport 2022 sur le prix et la qualité du service public de l'eau potable.

Rappelons que depuis le 1er janvier 2021, Vendée Eau exerce la compétence production et distribution de l’eau potable pour le compte des communautés de communes et d’agglomération qui ont pris la
compétence eau potable. le Syndicat Départemental regroupe 256 des 258 communes de Vendée.

L'élu qui a en charge le dossier, Albert  BOUARD, présenta les différents caractéristiques du rapport, essayant de devancer les questions de l’opposition. Il souligne la qualité de l’eau et le faible taux de déperdition.

Encore, l'opposante Caroline POTTIER a redit sa différence et sa préférence pour une autre gestion. C'est une prise de position non de gestionnaire mais politique y compris avec la suggestion de la gratuité de l'eau potable, bien commun de toute la population...mais cela est un autre débat qui, certes, mériterait d'avoir lieu au moment justement où les citoyens reçoivent leurs factures. Ils sont attentifs à un coût qui est certes bloqué entre 2021 et 2022 mais qui est déjà  impacté en 2023 par les problèmes du poids dans la "facturation eau" de la partie assainissement...et en plus il y a  des taxes ! Et à cela il faut ajouter la spécificité de la Vendée qui tire son eau potable à 90 % de ses retenues ou barrages et maintenant de ses carrières et bientôt (???) des eaux usées recyclées (projet JOURDAIN) . Il y aura beaucoup à dire et à proposer encore sur ce domaine mais cela ne peut et ne doit se faire lors de la délibération concernant le rapport annuel "présenté" aux élus !

- LA BATAILLE CONTRE LES DÉSERTS MÉDICAUX ET UNE MODIFICATION AU PLU

Les « déserts médicaux » et les difficultés d’accès aux soins sont des sujets au cœur des
préoccupations de tous.

Ces dernières années Les SABLES D'OLONNE ont obtenu des succès avec les maisons médicales et autres formules qui ont rendu la ville plus attractive pour les personnels soignants.

Aujourd’hui, la Ville dispose d’un foncier dans le secteur de la Chaume qui pourrait accueillir
de nouvelles activités médicales et paramédicales. Ce secteur est inscrit en zone UTd au Plan
Local d’Urbanisme du secteur des Sables d’Olonne.

Pour cela, il convient donc de modifier le zonage actuel du PLU afin de permettre l’installation des
activités médicales et paramédicales.

Cette délibération n'aurait pas posé problème si Madame Caroline POTTIER n'était intervenue sur le sujet de la santé.  3 médecins libéraux ont quitté la Mothe-Achard pour s'installer la Chaume ! Une occasion pour l'élue de développer sa position sur la médecine gratuite pour tous, la venue de médecins salariés... Le Président Yannick MOREAU  en réponse se félicite non de cette opération mais du fait que la politique développée ces dernières années a permis, par exemple, de faire venir 15 nouveaux médecins.

Sur cette délibération,  encore le Président Yannick MOREAU n'a pas convaincu l'élue d'opposition qui votera contre la délibération...qui avait trait au PLU et non sur la médecine aux Sables d'Olonne !

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2023 2 28 /11 /novembre /2023 20:35
SÉCHERESSE ?

SÉCHERESSE ?

 

 

 

 

REPARLONS DE LA SÉCHERESSE CATASTROPHIQUE 2023 DONT ON NOUS A " BASSINÉ"

 

Dans le cadre de ce que nous dénonçons sur la qualité de l’information il nous parait nécessaire de reparler "SÉCHERESSE"EN FRANCE

EN FRANCE, le stock d'eau souterraine est estimé à environ 2 000 milliards de mètres cubes et celui des eaux dites de surface stagnantes à environ à seulement 108 milliards de mètres cubes (lacs naturels, grands barrages, étangs.

 

 

RAPPEL : PRÉCAUTIONS PRÉFECTORALES POUR UN ÉTÉ « Sécheresse »

Avant de parler VENDÉE, parlons France, écologie et écologistes : une honte qui pèse sur les décisions de nos dirigeants.

En France métropolitaine, le stock des eaux souterraines est estimé à environ 2000 milliards de mètres cubes et celui des eaux de surface stagnantes (lacs naturels, grands barrages et étangs) à environ 108 milliards de mètres cubes. (sources CNRS)...2 000 d’un côté 108 de l’autre : il y a problème !

Pourquoi la France n’a-telle plus de plan eau, plan barrages hydroélectriques alors qu’elle dispose d’une ressource énorme ? On nous « bassines » d’images d’inondations, de pluies torrentielles dites d’épisodes cévenols...et il n’y a pas de moyens mis en place pour réguler des flots qui repartiront à la mer et qui ne vont pas remplir les retenues  dont les départements méridionaux ont tant besoin.

Le problème qui n’est que potentiel c’est que la France, pour l’eau, comme pour les énergies est victime de la politique écologiste et de règlements européens désuets et inadaptés  : les écologistes et leurs alliés électoraux ont tué les plans d’aménagements de la Compagnie Nationale du Rhône ( CNR), le Grand Canal... comme à notre petite échelle vendéenne ils ont condamné le projet de barrage AUZANCE : une décision irresponsable du Préfet Jean-Jacques BROT  qui n’a pas fait mieux en Région Parisienne !

D’abord disons que l’eau est un bien précieux donc qu’il ne faut pas la gaspiller !

Rappelons aussi que c’est la course aux « bassines » et autres prélèvements illégaux y compris une agriculture irraisonnée qui privilégie l’irrigation qui sont deux causes qui aggravent le risque potentiel de pénurie d’eau potable.

L’eau étant un bien commun il n’y a aucune raison que certains se l’approprient...il faut que ce soit clairement dit y compris aux écologistes et au « syndicat » lobby agricole FNSEA .

 

PRÉCAUTION ET FAUSSE NOUVELLE : ALERTE EAU POTABLE

Le 22 juin 2023, en Préfecture, Gérard Gavory, préfet de la Vendée, a réuni le comité de gestion de la ressource en eau, instance de concertation avec l’ensemble des représentants des usagers.

Il a fait le bilan de la situation eau en Vendée avant l’été alors que les prophètes de mauvaises augures ne parlaient que de sécheresse.

Or, la pluviométrie de l'hiver 2022-2023 a été contrastée et globalement déficitaire en moyenne en Vendée. Mais un mois de mars pluvieux a permis de conforter la recharge hivernale, les mois d'avril et mai ont été déficitaires. Avec les orages, le mois de juin a été dans la moyenne pluviométrique. Cependant, par arrêté préfectoral du 28 juin 2023, le préfet de la Vendée a décidé de placer l’ensemble du département de la Vendée en alerte eau potable.

Les principales mesures de restriction à respecter sont donc été pour les particuliers :

  • interdiction d’arroser les massifs fleuris de 8h à 20h ;
  • interdiction d’arroser les espaces verts et les pelouses ;
  • auto-limitation des prélèvements pour l’arrosage des jardins potagers ;
  • interdiction de remplir les piscines privées (sauf remise à niveau) ;
  • interdiction de laver les toitures, les façades et les trottoirs, de laver les véhicules à domicile.

 

RENVERSEMENT DE SITUATION EN AUTOMNE 2023 : QUI OSERA ENCORE PARLER DE SÉCHERESSE ?

Le renversement de situation est clair et incontestable en cet automne non seulement la pluviométrie généreuse a  comblé un supposé déficit passé mais les nappes phréatiques dont il était dit qu’il faudrait des années pour les remplir à bon niveau absorbent cette pluie qui n’a rien d’exceptionnel !

L'année hydrologique (depuis le 1er septembre 2023) , le cumul de pluviométrie est remonté au-dessus de la moyenne grâce aux pluies récentes importantes.

Au 21 novembre 2023, les nappes du dogger et lias sont avec le retour de pluies importantes en nette hausse, proches des records historiques disent les spécialistes.

Sur ce site http://sudvendeclimat.e-monsite.com/pages/pluviometrie/niveaux-des-eaux-en-sud-vendee.html on peut même voir que dans le Sud Vendée (au sens large) qui est réputé « sec »...on parle donc de records absolues après les pluies abondantes de ces derniers mois.

ALORS SÉCHERESSE ?

SOYONS PLUS CIRCONSPECTS ET CRITIQUES FACE AUX INFORMATIONS QUE LES MÉDIAS VEULENT NOUS FAIRE INGÉRER TROP SOUVENT, SANS MÉNAGEMENT NI VÉRIFICATIONS SUFFISANTES.

LUI, NE VOUS TROMPE PAS !

LUI, NE VOUS TROMPE PAS !

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2023 5 22 /09 /septembre /2023 18:43
PAUSE DE BÉNÉVOLES QUI VONT NETTOYER UNE PLAGE...SI ON EN PARLAIT  ?

PAUSE DE BÉNÉVOLES QUI VONT NETTOYER UNE PLAGE...SI ON EN PARLAIT ?

 

 

 

 

 

Dans ce mot de mauvaise humeur nous espérons nous joindre à tous ceux qui espèrent encore  en un avenir meilleur en faisant comprendre aux médias et à nos dirigeants que les français en ont assez.

 MARRE DES FAUSSES NOUVELLES,

 MARRE D’UN GAUCHISME INSTALLÉ DANS PRESQUE TOUS LES MÉDIAS QUI NE SAVENT QUE DÉTRUIRE NOTRE CIVILISATION,

 MARRE DES PROMESSES NON TENUES,

 MARRE D’UN ÉCOLOGISME SECTAIRE DONT L’IDÉOLOGIE VEUT NOUS FAIRE REVENIR À L’ÂGE DE LA PIERRE,

MARRE D’UN PESSIMISME DÉCONSTRUCTEUR ...

 

EXEMPLE DE FAUSSE NOUVELLE : LA SÉCHERESSES EN VENDÉE EN 2023

LA SÉCHERESSE ? 32 mm d’eau sur les Sables d’Olonne la nuit d’avant-hier !...et 10 de plus hier !

Reprenons la presse en juin 2023 : «la sécheresse en Vendée : il est interdit... »  a écrit le Préfet  : Que savait donc ce haut fonctionnaire de ce que serait l’été 2023 ? et pourtant la presse a glosé là-dessus...d’une mesure préventive, de précaution, de rappel au bon sens il a été fait une prédiction de catastrophe ! qui s’avère fausse !

Hier, dernier jour de l’été, les retenues d’eau en Vendée ont un niveau de remplissage des retenues, au 17 septembre, qui se maintient à 50,3% .

Depuis, il est donc tombé aux Sables d’Olonne depuis avant-hier 42 millimètres d’eau...et il faut savoir qu’une pluie de 5 millimètres correspond à un bon arrosage !

Non, messieurs les prévisionnistes et vous les médias imprudents, 2023 ne sera pas l’année de sécheresse que les catastrophistes professionnels nous avaient annoncée...ne nous inquiétons pas ces mêmes prévisionnistes à 4 sous n’iront se répandre pour s’excuser d’avoir propagé de fausses nouvelles ! qui ont fait du mal à l’économie locale, au moral du citoyen...

 

GASPILLER NON !

Dans ce propos, nous ne voulons pas inciter au gaspillage : au contraire, il faut que tous, nous apprenions à économiser nos richesses et à mieux les gérer. C’est tout !

Mais il ne faut pas qu’on se moque du citoyen : GASPILLER, c’est, par exemple, créer des « bassines » de plusieurs hectares avec 60 centimètres d’eau éventuellement prélevée dans les nappes phréatiques...on ne fait pas mieux pour que cette eau puisse s’évaporer avant et pendant l'été. De plus, ces bassines pour favoriser une irrigation irraisonnée sont financées avec l’argent public prélevé sur notre facture d’eau et sur nos impôts pour favoriser quelques agriculteurs adhérents de la FNSEA ! qui s'approprient ainsi un bien commun nommé EAU !

 

ÉDUQUER : OUI !

Nous voudrions dénoncer avec force, même si nos moyens sont limités, que, comme la majorité de français silencieux, nous en avons marre...

 DES ALARMISTES PROFESSIONNELS, DES AYATOLLAHS DE LA CLIMATOLOGIE, DES AUTORITARISMES DES ÉCOLOS À LA PETITE SEMAINE, DES PRÉVISIONNISTES DE PACOTILLE, DES PSEUDO SPÉCIALISTES...

Il faut savoir garder raison :

OUI, À UNE LUTTE COMMUNE, CONSENTIE, MESURÉE CONTRE LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE,

OUI, À L’ÉDUCATION AUX BONS GESTES QUOTIDIENS COMME LE TRI DES DÉCHETS,

OUI, AUX ÉCONOMIES QUOTIDIENNES D’ÉNERGIES DE CHAQUE CITOYEN,

OUI..À DES EFFORTS COLLECTIFS....

 

IL Y A BIEN D’AUTRES INFORMATIONS QUI MÉRITERAIENT D’ATTIRER L’ATTENTION DU LECTEUR, DU SPECTATEUR...ET DE TOUS LES PUBLICS QUI S’EN SONT DÉTOURNÉS PAR DÉPIT PRÉFÉRANT L’IGNORANCE À LA TROMPERIE

Ainsi,

Parlons plutôt des 9 millions de personnes vivant en France en dessous du seuil de pauvreté, des moyens à mobiliser pour leur venir en aide et des actions des milliers de bénévoles,

Parlons plutôt des guerres et pas seulement de celle d’UKRAINE avec son lot quotidien de morts et de blessés mais de toutes celles qui se déroulent en Afrique, en Amérique Centrale et du Sud, en Arménie...avec leurs lots de misères, de désespoirs,

Parlons plutôt du sort à réserver aux 70 000 condamnés dans nos prisons et des moyens que nous devons tous mettre en œuvre pour les aider à vivre humainement et si possible à se réinsérer,

Parlons plutôt de l’effort collectif que nous devons faire pour les 11 % des personnes de plus de 15 ans se trouvent en situation d’isolement relationnel et particulièrement nos « anciens » trop souvent abandonnés par les leurs,

Parlons plutôt des serviteurs de l’État et des collectivités : policiers, éducateurs, personnels soignants, militaires français perdus au Niger oubliés (?)...qui attendent non pas des critiques mais de simples gestes de reconnaissance.

...Cette parution prépare ainsi celle que nous devons faire pour tenter d’expliquer pourquoi les français ne croient plus les informations diffusées par leurs médias que pourtant, sans le savoir, ils financent...le métier de journaliste et sa déontologie ne sont plus ce qu’ils furent ...mais ce n’est pas une raison pour « balancer » des informations incontrôlées, pessimistes, ...du n’importe quoi !

Partager cet article
Repost0
18 août 2023 5 18 /08 /août /2023 18:29

 

 

 

SÉCHERESSE EXCEPTIONNELLE, CHALEURS JAMAIS VUES....SACHONS RAISON GARDER ,

 

NE PAS CONDAMNER  LES CLIMATOSCEPTIQUES QUI SONT VICTIMES DES MÉDIAS QUI EUX DÉBORDENT... DE FAUSSES NOUVELLES

 

À quoi et à qui peuvent profiter ces approximations qui deviennent des mensonges et plus c'est gros, plus on en parle...nous ne résistons pas à vous donner la "dernière de Sandrine ROUSSEAU"

voir son CV incroyable !¨https://fr.wikipedia.org/wiki/Sandrine_Rousseau"

Elle ose annoncer et confirmer ! "60 degrés en Espagne !!! "

On savait que les espagnols ont le sang chaud mais de là à supporter 60 degrés !

Oser dire et confirmer, pour une Universitaire chercheuse,  cette énormité pour qu'on parle d'elle c'est le summum de l'indécence et de la décadence de l'écologie "quoiqu'il en coûte" et des diplômes universitaires  et aussi hélas de la fonction de députée.

https://www.dailymotion.com/video/x8mkmcd

 

LA SAGESSE VENDÉENNE : INVESTIR ET MUTUALISER LA RÉSERVE D'EAU

La saison 2023 s'achève et l'on pourra bientôt écrire que la prudence dans la gestion de l'eau en VENDÉE a payé...mais, là aussi, il faudra continuer à investir et à ne pas faire n'importe quoi en matière d'agriculture ...la grande consommatrice d'eau potable avec ses mauvaises et nouvelles habitudes déraisonnables qui sont celles de l'agriculture chimique qui pollue les eaux et l'irrigation inutile.

Redonnons le pouvoir à l'agriculture "naturelle" et de qualité que les français consommateurs savent apprécier et qu'il faut sans cesse promouvoir.

La France n'a pas besoin de "bassines géantes" comme celles qui font tant parler d'elles en Deux-Sèvres et Sud VENDÉE qui sont la négation d'une saine gestion de l'eau : assécher les nappes phréatiques pour une agriculture irraisonnée et pire ...faire payer ces folies par les particuliers consommateurs d'eau. C'est cela la contre-écologie.

Les Vendéens privés de réserves d'eau souterraines ont bâti au fil des ans un réseau de "réserves" interconnectées. Ils peuvent mieux faire et faire plus...surtout si les nuisibles écologistes ne rééditent leur opération anti barrage AUZANCE avec la complicité d'un Préfet sur le départ Jean-Jacques BROT dont nous  ne pourrons pas dire que du bien!

https://www.dailymotion.com/video/xji4qo

La Vendée n'a pas besoin du fameux Plan EAU sorti comme par enchantement par le Président MACRON le 31 mars 2023 et dont on ne verra pas la moindre réalisation. Elle a besoin de poursuivre localement ses investissements pour préparer demain. VENDÉE : Aide-toi et le ciel vendéen t'aidra !

 

 

2023 ATTENDONS LES PLUIES ANNONCÉES AVANT DE DIRE OUF !

2023 ATTENDONS LES PLUIES ANNONCÉES AVANT DE DIRE OUF !

LE MELLEUR TAUX DE REMPLISSAGE DE CES DERNIÈRES ANNÉES

LE MELLEUR TAUX DE REMPLISSAGE DE CES DERNIÈRES ANNÉES

Partager cet article
Repost0
18 juin 2023 7 18 /06 /juin /2023 18:04
LES SABLES D'OLONNE : 18 millimètres d'eau ce dimanche matin 18 juin 2023...c'est bon pour le moral !

LES SABLES D'OLONNE : 18 millimètres d'eau ce dimanche matin 18 juin 2023...c'est bon pour le moral !

 

 

 

EAU, SÉCHERESSE SITUATION CONTRADICTOIRES EN VENDÉE ET EN FRANCE

 

EN VENDÉE, TAUX DE REMPLISSAGE DES BARRAGES  DÉBUT JUIN 2023 : 92%  SATISFAISANT

Deux remarques :

- Cela pourrait être 100% si le barrage d'APREMONT n'était pas en travaux

- La provenance de l'eau potable en Vendée est de 90 % issue des barrages retenues contrairement au reste de la France où ce chiffre est de l'ordre de 30% . Raison : la Vendée a bien fait d'investir pour créer ces barrages car les forages sont quasiment impossibles à réaliser à cause de la géologie très particulière du sous-sol. Cet investissement en barrages-retenue en VENDÉE est complété par l’important réseau d'interconnexions qui permet une péréquation entre les zones souffrant de sécheresse passagère et les autres plus arrosées.

Donc, en Vendée, en 2023, le catastrophisme qui annonce une sécheresse du siècle n'est plus de mise sauf pour les diffuseurs de fausses nouvelles de tous bords que déversent à tout-va les médias imprudents voire mal intentionnés.

 

L'ANNÉE 2023 EN FRANCE ET EN VENDÉE : LES CONSÉQUENCES DU RÉCHAUFFEMENT  CLIMATIQUE COMME LA SÉCHERESSE

 

L'AGRICULTURE CHIMIQUE EST MISE EN CAUSE

Le gros consommateur d'eau et la bienveillance de l'État français et les pressions de la FNSEA sont responsables de la situation actuelle et des conséquences du risque de sécheresse. Les production agricioles ne poussent et prospères pas à coup de subventions. L'eau que nous voyons l'été envoyée en l'air à n’importe quelle heure est du gaspillage d'une ressource vitale.

Revenons à une production raisonnée plus proche de la nature.

Expliquons aux consommateurs français que les produits sains issus d'une agriculture raisonnée coûtent un peu plus cher à la production ...mais leur coûteront moins chère...s'il n'y avait plus de subventions inutiles versées aux producteurs intensifs

Pour l'instant le consommateur paye aussi des impôts qui seront plus élevés pour financer les subventions donnés à certains agriculteurs...le chien qui se mord la queue mais qui ne sait pas que c'est sa queue.

La place de plus en plus importante de l'irrigation est une hérésie. Les Bassines sont des "bassins d'évaporation" dont l'eau est prélevée dans les nappes phréatiques et dans les cours d'eau. Pomper pour envoyer  l'eau en l'air en pleine canicule, c'est simplement du gaspillage d'une ressource vitale.

La situation en France est comme d'habitude contrastée. Des départements malgré les pluies récentes sont ou seront certainement encore  déficit mais d'autres copieusement arrosées seront excédentaires  d'une eau qui ira dans la mer ou dans les nuages.

Il en faut surtaout pas oublier que la pluviométrie en France  couvre trais largement tous les besoins en eau du Pays et que les écologistes de tous bords ont bloqué la création de réserves comme aux Sables d'Olonne!

 

LA CANAL DU MIDI ET LE LAXISME DU SUD DE LA FRANCE

L'ingénieur RIQUET (1609-1680) quand il a conçu le canal du Midi a pensé aux retenues d'eau pour fournir 365 jours par an de l'eau pour la circulation des marchandises et maintenant des touristes sur le canal.

Il a conçu comme cela se fit plus tard en Vendée des réserves sur des sites de la Montagne Noire et des platanes centenaires anti évaporation ! sur les rives !

Alors que les régions qui ont vécu sur des acquis, n'ont pas aménagé cours d'eau et n'ont pas investi dans des réserves réserves sont des cigales qui iront glaner des subventions auprès des fourmis.  Ces régions et départements en risque de sécheresse grave ont des dirigeants qui ont oublié" que GOUVERNER, C'EST PRÉVOIR !

 

Le département de la Vendée a monté un système qui le met à l'abri des grandes sécheresse si ses habitants  restent "sages" comme consommateurs et comme producteurs agricoles  raisonnés (STOP À L'IRRIGATION FORCENÉE !) .

LA VENDÉE TAUX DE REMPLISSAGE DES BARRAGES : 92%

LA VENDÉE TAUX DE REMPLISSAGE DES BARRAGES : 92%

Partager cet article
Repost0
13 avril 2023 4 13 /04 /avril /2023 13:09
LE BARRAGE SAINT FERRÉOL QUI ALIMENTE TOUJOURS LE CANAL DU MIDI DEPUIS LE 17 ième SIÈCLE

LE BARRAGE SAINT FERRÉOL QUI ALIMENTE TOUJOURS LE CANAL DU MIDI DEPUIS LE 17 ième SIÈCLE

 

 

L’EAU, LA COUR DES COMPTES ET LE PRÉSIDENT MACRON

Suite de:

https://www.olonnes.com/2023/04/en-france-l-eau-ne-coule-plus-de-source.suite-1.html

NE NOUS BASSINEZ PLUS AVEC LA SÉCHERESSE !

La météorologie n'est pas encore une science exacte...messiers les faiseurs de fausses nouvelles abstenez-vous dans le doute.

En Vendée, les retenues d'eau (barrages qui fournissent 90% de l'eau potable aux 680 000 habitants et les 26 millions de visiteurs par an) sont pleines à 92.8%)... ces deniers jours, il est tombé 15 millimètres d'eau et demain il va encore pleuvoir !

LA VENDÉE CE N'EST PAS LA FRANCE COMME PARIS N'EST PAS LA FRANCE mais quand même ! L'eau ce bien commun vital, cela se gère.

 

LA COUR DES COMPTES FAIT UN CONSTAT TERRIBLE SUR LA GESTION DE L’EAU ET LE PRÉSIDENT MACRON SORT SON LE « PLAN EAU » DU 30 MARS 2023

La Cour des Comptes a sorti avec son rapport annuel de mars 2023 un rapport sur la gestion de l’eau vue du côté État. Un travail remarquable avec des exemples frappants de dérapage de l’appareil d’État.

https://www.ccomptes.fr/fr/publications/le-rapport-public-annuel-2023

Ce bilan présenté par la Cour des Comptes est proprement cauchemardesque

Nous empruntons à son auteur la Cour des Comptes ce constat :

« L’État éprouve des difficultés réelles à faire respecter les règles jeu qu’il détermine.

Il doit concilier une logique administrative (régions, départements) et une logique hydrographique (sous-bassins versants).

 Les moyens dont il dispose pour assurer ses missions de police et de contrôle sont insuffisants. Présent partout, l’État est souvent trop faible pour assumer les responsabilités auxquelles il prétend.

 L’intrication entre ses responsabilités et celles des collectivités locales rend leur répartition incompréhensible et contribue à la dilution des responsabilités de chacun. »

"intrication" : État de choses étroitement emmêlées

Quel double constat d’échec !

  • Échec des structures mises en place par l’État que nous avons pu constater en participant aux « grands messes » sur l’eau.
  • Échec local : toutes les structures locales et il y a le trop-plein travaillent dans le vide : police de l’eau, Sage, Sdage, comité de bassins, syndicats...réunions, purement formelles, tribunes où les potentats des lobbys locaux et nationaux s'expriment...
La Gazette des Communes titrait, lors de la sortie du Rapport de la C3our des Comptes de mars 2023, :  "Politique de l’eau : l’organisation de l’État et des collectivités est à revoir"

Le problème et sa solution sont pourtant simples ; l’eau est un phénomène qui ne peut se gérer que sur place...L’État centralisateur doit reconnaître ce fait. Il n’est pas là pour gérer ce qui peut et doit l’être de manière décentralisée.

Par contre, il peut être l’arbitre et fixer les grandes orientations, promouvoir ou accompagner les expérimentations et la recherche.

C’est aux élus locaux qu’il appartient de gérer au quotidien la problématique de l’eau de leur secteur... et d’effectuer les investissements locaux nécessaires.

Paris, n’est pas la Provence ni le Nord, ni la Bretagne...

Le danger, dans ce domaine comme hélas dans bien d’autres, c’est que les élus locaux sont prisonniers des petits potentats locaux et de structures comme les FDESA...l’intérêt général parfois ne compte plus face ces structures locales et aux petits intérêts locaux qui n’en n’ont rien à faire de l’intérêt général.

En réalité, donc l’eau douce en France est un vrai panier de crabes et si on voulait en rajouter une couche il faudrait relever une lacune de taille : le rapport de la Cour des Comptes ne se penche pas sur le rôle néfaste des lobbys dans la gestion de l’eau : les dangereux pollueurs de l’agro-chimie industrielle, les tricheurs, les délégataires du Service Public de l’eau...mais ce n’est pas le rôle de la Cour des Comptes.

 

LE PLAN MACRON 2023

Qu’allait donc faire le Président de la République ? Annoncer un Plan EAU...un plan de plus. Nous avons lu et relu ses 10 pages de discours qui n’apportent rien si ce n’est quelques distributions de centaines de millions d’euros du contribuable. C’est un texte affligeant.

En plus, en réalité bassement politique et communication présidentielle quand ainsi le Président parle climat et eau il n’a plus à parler de l’impossible « réforme des retraites ».

L’eau serait ainsi un beau moyen d’éteindre l’incendie « retraites ! »

Seulement retraites et eau ont au moins un point commun...les mesures nécessaires et à envisager sur le champ ne peuvent produire des effets que plusieurs années après que les décisions aient été prises.

Le Président a présenté ce jeudi 30 mars 2023 son « plan eau », qui comporte 53 mesures. Les principales dispositions du discours Présidentiel incluent un plan de sobriété et  la volonté de plus souvent réutiliser les eaux usées...Ce n’est pas une révolution !

Ce discours de 10 pages est fondé sur deux axes : 

  • à court terme : préparer l'été prochain et éviter au maximum les coupures d'eau potable ;
  • d'ici 2030 : faire 10 % d'économie d'eau dans tous les secteurs.

Dans les 53 mesures prônées et éparpillées dans le discours par le Président MACRON il y a de nombreux constats déjà faits depuis des décennies.

Il y a même des propositions contradictoires : Les Agences de l’Eau sont à la peine, voire inutiles et ce ne sont pas les promesses présidentielles de rallonges budgétaires qui vont l’inciter à se réformer...et cela, la Cour des Comptes le répète depuis 2010 !

Ce n’est pas non plus en changeant le mode de facturation de l’eau déjà complexe que le Président résorbera les déficits locaux d’eau liés au climat et à l’imprévision des élus locaux qui n’ont pas assez investi dans les retenues et la lutte contre les pollueurs parfois sous la pression des écologistes locaux.

Les pollutions des sols ou des nappes phréatiques  d’origine agricole souvent et industrielle parfois sont les ennemis de la production d’eau potable. Elle surenchérit la production d’eau potable par la multiplication des traitements et en raréfie la source. Les allusions présidentielles aux méga-bassines, au retour à de plus saines pratiques en matière agricole ...des vœux qui seront vite tombés dans les nimbes de l'oubli.

 

Rappelons que la France ne manque pas d’eau ? Donc, ce n’est pas d’un Plan EAU dont la France a besoin mais simplement d’un plan de lutte contre les pollutions et d’investir dans des réserves locales gérées localement.

 

EN FRANCE, L’EAU NE COULE PLUS DE SOURCE...suite
EN FRANCE, L’EAU NE COULE PLUS DE SOURCE...suite
Partager cet article
Repost0
9 avril 2023 7 09 /04 /avril /2023 10:44
LA FACTURE D'EAU COMPLEXE ET ELLE NE VA NI ÊTRE SIMPLIFIÉE NI ÊTRE ALLÉGÉE

LA FACTURE D'EAU COMPLEXE ET ELLE NE VA NI ÊTRE SIMPLIFIÉE NI ÊTRE ALLÉGÉE

 

 

L’EAU, LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET LA SOUS-TRAITANCE

 

DAVID CONTRE GOLIATH

Le maire a une obligation de résultats : il doit, quoiqu’il arrive, fournir ses concitoyens en eau potable. Beaucoup de communes n’ont pas les moyens de répondre à cette exigence et doivent soit avoir recours à des sociétés privées pour ne pas faillir à leurs obligations soit créer un service spécialisé si la ressource locale le permet soit s’associer à d’autres collectivités...

 

UN EXEMPLE DAVID, L’ÉLU CONTRE GOLIATH, LE GÉANT DE L’EAU

Les Collectivités Locales donc souvent doivent déléguer leurs pouvoirs de gérer l’eau à plus forts qu’elles.

De plus, les collectivités ont du prendre en charge toute la chaîne "eau": recherche, extraction, stockage de l’eau, contrôles sanitaires, son transport donc les réseaux puis toute la chaîne de l’assainissement des eaux usées.

Cette délégation de la collectivité à une société privée se fait par la voie de la passation de marchés publics : l’élu est celui qui dicte sa loi, formule sa demande mais il n’est pas toujours en état d’imposer ses souhaits à son partenaire d’occasion et surtout d'assumer ses devoirs de donneur d'ordres en contrôlant la bonne exécution du contrat par son partenaire. 

 

VEOLIA : UN GÉANT

Examinons ensemble les résultats globaux de VEOLIA au 31 décembre 2022

  • Le chiffre d’affaires réalisé au cours de l’exercice 2022 s’établit à 43 milliards d’euros en croissance de 49,4 % à change constant par rapport au chiffre d'affaires de 2021 publié.
  • Cette très forte croissance résulte de l’acquisition de Suez, dont la contribution au chiffre d’affaires cumulé ressort à 9 722 M€ et d’une croissance organique de 4,6 milliards d’euros (+16%)
  • Sur la base du chiffre d’affaires combiné de Veolia et des actifs de Suez, la croissance s’est établie à +14,1%, à périmètre et change constants.
  • Résultat net : le bénéfice net atteint 1,162 milliard d'euros !

Que peut faire l’élu de base face à un tel partenaire avec lequel il se lie pour des années?

 

LES ÉLUS : DES DAVID PLEINS DE BONNE VOLONTÉ MAIS SANS FRONDE

Ainsi, par exemple, face à ce géant VEOLIA ou SAUR ou...il y a des élus locaux dont la compétence n’est pas nécessairement celle de savoir gérer ; ce sont des Hommes et Femmes de bonne volonté.

D’un côté, des personnes représentant VEOLIA expérimentés, formés à qui on demande de « rapporter toujours plus » et de l’autre les élus, des hommes et femmes inexpérimentés, de passage, intérimaires qui n’ont aucune formation de management de la situation de partenaires d’un géant.

On sait d’avance qui sera le gagnant en cas de conflit...ce ne sera pas DAVID car dans ces histoires d’eau il n’a pas de fronde comme en avait le petit DAVID de la bible et en plus, dans cette histoire aussi il y en a un qui finit souvent par être oublié...le consommateur d’eau, cochon de payant ! qui aurait le droit de se rebeller si sa facture est insupportable ou si les prestations ne sont pas à la hauteur des espérances et justes exigences du consommateur. Mais aussi, le consommateur français "isolé" n'a que des droits très limités qu'il n'utilise quasiment jamais.

Il y a donc dans ce rapport entre le géant et le nain une anomalie institutionnelle dont va souffrir celui qui n’est pas physiquement présent mais qui est la principale victime du système :  le citoyen consommateur.

C’est dans ce climat que le Président de la République et la Cour des Comptes interviennent en 2023. Un dossier complexe et maltraité.

 

À SUIVRE...

LE « PLAN EAU » D’EMMANUEL MACRON ET LE CONSTAT CAUCHEMARDESQUE D'UN SERVICE PUBLIC QUI PREND L'EAU DE TOUTES PARTS DE LA COUR DES COMPTES

 

 

Partager cet article
Repost0