Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 07:31
L'EAU  : un bien rare et cher

L'EAU c'est cher...et il faut la protéger et il faut savoir pourquoi l'eau est si chère, de plus en plus chère souvent.

 

Vouz avez la bonne habitude de payer votre facture d'eau et de constater que ce "produit" qui ne coûtait rien dans le passé était un don de la nature et maintenant il pèse lourd dans les budgets familiaux (en moyenne 400 euros par an et par foyer)

Un peu de curiosité sur les décomptes de ces factures montrerait au consommateur que sur cette facture  (en général au verso), non seulement l'abonné au service d'eau paye sa consommation d'eau  mais qu'il paye aussi l'assainissement  avec une multiplicité de destinataires des fonds "prélevés" d'office sur la facture d'eau : la société qui "exploite", la ville ou la communauté de communes qui gère l'assainissement des eaux usées et une taxe versée aux Agences de l'Eau...

 

LES AGENCES DE L'EAU : comme l'eau les consommateurs voudraient que ces agences jouent la TRANSPARENCE !

Reprenons ci-dessous le communiqué de l'association de consommateurs CLCV association nationale "Consommation Logement Cadre de vie  "

 

" À l’occasion de l’examen du projet de loi relatif à la biodiversité, plusieurs amendements ont été adoptés en vue d’améliorer la gouvernance des agences de l’eau et la représentativité des usagers domestiques.

Ces amendements correspondent aux demandes de la CLCV. Elle appelle les sénateurs à soutenir cette velléité réformatrice des agences qui mènent une politique de redevance au détriment des usagers domestiques et dont les aides sont trop peu orientées vers la politique préventive.

Les usagers domestiques, qui contribuent pour plus de 80 % au budget, ne représentent aujourd’hui en effet que 5 % de ce comité et environ 10 % des conseils d’administration (CA) des agences.

Sans modifier l’équilibre général entre la représentation des collectivités, de l’Etat et des usagers, le nouveau texte impose une égale représentation des usagers non-économiques et des usagers économiques (industriels et agriculteurs) avec 20 % de sièges chacun.

Les amendements adoptés visent aussi à améliorer la transparence des aides financières qui représentent plus de 2 milliards d’euros par an et proviennent pour l’essentiel d’un prélèvement sur les factures d’eau.

Le conseil d’administration d’agence devra créer une commission des aides dont les délibérations et décisions seront ensuite rendues publiques.

Le fait d’être membre du CA d’une agence de l’eau sera désormais incompatible avec d’autres fonctions et un membre du CA directement intéressé par une délibération en tant que représentant d’une entreprise, d’une collectivité ou d’une association concernée par la subvention en jeu, devra se mettre en retrait des débats.

Ces mesures sont les bienvenues dans un contexte où la Cour des comptes vient, une nouvelle fois, de dénoncer le fonctionnement des agences de l’eau : « la transparence insuffisante » dans l’attribution des aides, des contrôles trop rare, des prêts accordés aux pollueurs, des soutiens financiers à des actions « qui n’ont qu’un lien assez éloigné avec les priorités de la politique de l’eau » et « des aides aux industries parfois attribuées sans garantie suffisante ».

Notre association se félicite de ces amendements et appelle les sénateurs à les confirmer lors du prochain examen de la loi sur la biodiversité.

La CLCV plaide plus généralement pour une pleine application du principe pollueur payeur.

Les ménages étant surtaxés, nos représentants au sein de ces agences sont engagés pour refuser toute hausse pour les ménages et plaident pour une répartition plus équitable des redevances.

Il faut aussi que les budgets des agences soient moins utilisés pour des mesures curatives afin de servir plus à la prévention de la pollution et la maîtrise des consommations (remplacement des équipements vétustes, changement des pratiques agricoles, par exemple). "

 

Il serait important que les institutionnels comme l'AGENCE DE L'EAU et  comme VENDEE EAU, syndicat départemental  de la distribution de l'eau potable en Vendée se préoccupent aussi de l'essentiel à savoir la préservation de l'eau. Il faudraient qu'ils étudient puis prennent position par exemple sur l'installation d'une porcherie sur 7 sources qui alimentent les cours d'eau du littoral vendéen.

Partager cet article
Repost0
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 17:29
QUALITE DE L'EAU  : aux citoyens du bassin LOIRE BRETAGNE vous êtes consultés

 

SALUONS UNE INITIATIVE CITOYENNE

 

Chaque  foyer du secteur géographique affecté à l'Agence  de l'EAU LOIRE BRETAGNE  (depuis les sources de la Loire jusqu'à son embouchure et  de la CHARENTE MARITIME  jusqu'à la BRETAGNE ) est appelé à participer financièrement par un prélévement sur sa facture d'eau au fonctionnement de l'Agence de l'EAU.

 

Pour l'élaboration son 10 ième  programme d'actions, cette Agence sollicite l'avis des citoyens sur un bien qui nous est cher (très cher) l'EAU 

Un des objectifs du nouveau programme est 61 % des eaux en "bon état" en 2021.

Chacun peut intervenir et on compte sur la population au moment où une priorité affichée par L'Agence est de préserver les zones humides de têtes de bassin, de restaurer la qualité des milieux : comment un Préfet peut-il accepter la création d'une porcherie industrielle sur un site comportant 7 sources qui alimentent  les cours d'eau côtiers de la VENDEE  ?

 

Toute personne attentive à la qualité de vie donc à la qualité de l'eau peut et doit se manifester sur toute type d'amélioration à apporter pour protéger notre eau y compris l'eau du bord de mer :

- déversement intempestifs de déchets et eaux usées dans les rivières, dans les fossés,

- épandage de produits tels que pesticides, lisier près des rivières...

- lits de rivières, cours d'eau non entretenus,

- utilisation de produits rejetés dans l'eau contenant des phospahtes, nitrates, métaux lourds...

- installations sur les rivières d'installations nuisibles

- pollutions attaquant les nappes phréatiques...

 

L'EAU C'EST L'AFFAIRE DE NOUS TOUS, n'hésitez pas, consultez, déposez vos remarques, soyez citoyens responsables, cliquez sur : 

 

www.prenons-soin-de-leau.fr

 

AU NIVEAU DU DEPARTEMENT DE LA VENDEE LA DEMARCHE SUIT MAIS...le PREFET continue à laisser polluer

 

voir :

http://vendee.fr/Territoire-et-environnement/Environnement/26013-L-Observatoire-Departemental-de-l-Eau-en-Vendee/Presentation-de-l-Observatoire-Departemental-de-l-Eau

 

La préservation de la ressource en eau est une préoccupation majeure en Vendée.

D’importantes politiques publiques visant à sa restauration sont développées par l’État et le Département, en partenariat avec l’Agence de l’Eau Loire - Bretagne.

L’appréciation de l’évolution quantitative et qualitative de l’eau au regard des efforts entrepris et des moyens déployés est indispensable.

Ainsi, l’observatoire de l’eau a pour missions de :

•fédérer, coordonner et harmoniser l’accès aux données produites par les gestionnaires des réseaux de mesures, pour mieux les valoriser, sous forme d’indicateurs,

•élaborer des produits d’intérêt commun, notamment un tableau de bord départemental pour la gestion de l’eau,

•développer les modalités de valorisation, d’actualisation et de communication de ces informations vers les techniciens, les élus et le grand public.

 

Notons donc qu'au niveau de la préservation de la ressource il est bien question de sa "restauration"

Ceci signifie :

1)que la VENDEE comme nombre de départements a laissé longtemps et dangereusement à l'abandon cette ressource vitale qu'est l'eau,

2) que tout doit être mis en oeuvre pour restaurer cette ressource

 

Question au Préfet de la VENDEE : POURQUOI LAISSER S'INSTALLER UNE PORCHERIE INDUSTRIELLE AU POIROUX SUR 7 SOURCES QUI ALIMENENT FLEUVES CÔTIERS, MARAIS, ZONES OSTREICOLES... et en plus au risque de pollution des eaux de mer et des plages?

 

 

Partager cet article
Repost0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 15:07
Invitation à la mobilisation : Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux

Invitation à la mobilisation : Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux

VOUS AVEZ LA PAROLE : participez à l'élaboration du plan de sauvegarde de l'eau, ce n'est pas qu'une affaire d'élus, de spécialistes, d'écologistes... : le citoyen a la parole et il doit en profiter. Participer c'est mieux que de se plaindre.

L'équilibre écologique est facile à détruire, difficile à rebâtir car il faut de la volonté : nous vous incitons à voir cette vidéo : 

"Pour ceux qui se demandent à quoi servent les loups : réponse en cliquant sur le lien :

 http://www.youtube.com/embed/rWOb8qKGbOU

 

L’Europe, la France se sont saisies du problème de la préservation et de l’alimentation en eau potable des populations.

L'Europe a établi des directives de plus en plus sévères voire contraignantes.

Dès 1990, la France a été couverte par des SDAGE (schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux.)

A ses débuts, le SDAGE a d'abord désigné le document de planification ayant pour objet de mettre en œuvre les grands principes de la loi sur l'eau du 3 janvier 1992. Puis ce texte qui s'impose aux collectivités a élargi son assise et des instrulents de mesure sont désormais en place pour vérifier l'efficacité des dispositions prises.

 

En 2015, s’achève l’élaboration des nouveaux SDAGE 2016/2021.

Leurs objets sont désormais plus larges : il s’accompagne d’un plan de gestion des risques d’inondation et nécessitent une vaste consultation. Il englobe maintenant la problématique du littoral.

Il faut savoir qu’aujourd’hui seulement 30% des eaux sont « en bon état» .L’objectif est de porter ce pourcentage à 61 % en 2021.

 

Cet effort et cette mobilisation ne peuvent laisser indifférents tous ceux et celles qui se sentent concernés par "quel monde va-ton léguer aux futures générations ?" et "comment préserver l'eau chez nous ?"

Un document, un questionnaire sont  à votre disposition.

 

www.prenons-soin-de-leau.fr

 

Dans ce contexte, il faut se demander si la VENDEE est un modèle...Le département de la VENDEE ne prend pas toujours le bon chemin. Il en est malheureusement ainsi avec les pluies de cet automne  où le niveau des nitrates dans les eaux est reparti à la hausse  et avec des mesures comme l'autorisation préfectorale de la construction d'un porcherie industrielle au POIROUX qui polluera les eaux du littoral.

Une raison supplémentaire de se prononcer sur le projet  de SDAGE (voir ci-dessus le lien)

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 10:10

DE L'EAU POTABLE OUI IL Y EN A EN QUANTITE SUFFISANTE EN VENDEE ...DE L'EAU POLLUEE AUSSI  : mise en garde

 

Les rituels  graphiques que nous publions ont pour objet de faire le point sur l'évolution de la réserve vendéenne d'eau potable...

- si les barrages ne se remplissent pas en hiver les vendéens seront soumis à des restrictions de consommations dés le printemps 2015,

- rappelons aussi que la VENDEE est le seul département français qui dépend à plus de 95 % du remplissage de ses barrages,

- enfin rappelons aussi que le modèle agricole vendéen qui fait appel trés (trop ?) largement à l'irrigation sans contrôle suffisant et vide les nappes phréatiques et que, de plus, la pollution de ces nappes est un grave souci. Dans ces conditions, les barrages et les usines de traitement des eaux sont le seul recours pour que la VENDEE soit autosuffisante en eau...sauf si celle-ci est polluée.

 

POLLUTION MENACANTE ET LA FRANCE ...et spécifiquement la VENDEE ont déjà été condamnées

 

En VENDEE nous venons de subir avec ces pluies de début d'automne une grave pollution des eaux de surface. Il est écrit que cela est dû aux pluies.

Là, on se moque des vendéens ...les pesticides et nitrates qui ont été draînés par les eaux de pluies ruisselantes ne sont pas venus du ciel mais bien des pesticides, nitrates...répandus dans nos champs, jardins...cherchez les pollueurs!

La France a été condamnée en 2008 par la Cour de justice Européenne pour la non application des règles européennes en matière de lutte contre la pollution de l’eau aux nitrates : la Vendée, les Deux-Sèvres, la Charente-Maritime, et la Bretagne sont concernés. Concernant la Bretagne, la France avait déjà été condamnée en juin 2007 à une amende de plus de 28 millions d’euros, avec une astreinte de près de 118 000 euros par jour.

 

La VENDEE a déjà été mise en garde par l'Europe...les efforts demandés aux agriculteurs pour "sauver leurs terres et l'eau" n'ont pas beaucoup d'effets et, disons-le, le laxisme électoraliste du Ministre de l'Agriculture Monsieur Le FOLL, en accord avec le principal syndicat agricole, n'arrange rien : voir la porcherie de POIROUX.

 

En Vendée, l’eau potable consommée chaque année représente un volume d’environ 39 millions de m3 d’eau, dont 12 millions pour les collectivités, l’industrie et l’agriculture et 27 millions pour les abonnés domestiques. C’est à dire qu’un vendéen consomme en moyenne 52 m3/an ou encore 140 l/jour. La moyenne nationale est de 150 l d’eau par jour et par personne. ("source" : observatoire départemental de la VENDEE) 

On est en dessous des niveaux de 2012 et 2013 : septembre et octobre ont été trop beaux !...pour le niveau d'eau

On est en dessous des niveaux de 2012 et 2013 : septembre et octobre ont été trop beaux !...pour le niveau d'eau

Une pluviométrie au-dessus de la moyenne ces 12 derniers mois...sauf septembre et octobre !

Une pluviométrie au-dessus de la moyenne ces 12 derniers mois...sauf septembre et octobre !

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 12:19
EAU : des mesures et projets gouvernementaux contradictoires

EAU : des ministres se contredisent gravement

 

 

En effet,

 

D’un côté, Ségolène ROYAL, Ministre de  l'Ecologie, pour faire baisser le prix de l’eau propose un plan de mesures contre le gaspillage, contre la pollution et autres mesures techniques qui permettront moins de pertes dans les réseaux (fuites pouvant atteindre une déperdition de 25% de l’eau potable produite par une collectivité pour la desserte des abonnés)…

 

De l’autre, Monsieur Stéphane LE FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l'Agroalimentaire... 

- favorise l’extension et la création des porcheries et autres élevages industriels, cause, par déjections interposées, des plus grosses pollutions des sols, de la mise en cause par l'Europe des méthodes de production agricole polluantes,

(voir prolifération des algues vertes en Bretagne et maintenant en VENDEE)

- laisse se développer une irrigation et la création de réserves (bassines) pour l’irrigation sans contrôle allant à l’encontre d’une agriculture raisonnée,

- laisse faire l’épandage de compost dont on sait qu’à terme il charge les sols et donc les eaux de métaux lourds, pesticides…qu’il faudra ensuite  éliminer pour rendre l’eau potable !

Les deux ministres ont des objectifs différents et en l'espèce contradictoires.

 

Donc, d'un côté, un Ministre qui essaie de s'attaquer aux conséquences de la pollution et de l'autre, un Ministre qui  ne prend pas les mesures qui permettraient d'attaquer les causes des pollutions de l'eau. Il vaut mieux traiter les causes que de payer les conséquences et aggraver les causes. 

 

Pour éviter ces graves contradictions et l'aggravation d'une situation inquiétante en matière de sauvegarde de nos terres agricoles et de santé publique, il faudra que les ministres concernés se concertent d'urgence.

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 21:37
Pluviométrie 2013/2014 situation au 13 juillet 2014

Pluviométrie 2013/2014 situation au 13 juillet 2014

Une pluviométrie depuis septembre 2013  un peu supérieure à la moyenne "vendéenne" . Ceci maintient un niveau de remplissage des barrages satisfaisant.

Il est à noter que la pluviométrie est cependant inférieure à celle de l'année 2012 2013.

 

niveau de remplissage des barrages

niveau de remplissage des barrages

En VENDEE, les barrages remplis à 90% laissent espérer un été sans restrictions (au moins au niveau des particuliers).

Il ne faut pas oublier que la VENDEE pour l'alimentation en eau potable est le seul département de France a être dépendant quasiment à 100% des réserves accumulées dans les barrages.

Les autres sources, particulièrement les ressources souterraines, ne sont un apport que de quelques %.

 

L'eau : une denrée rare à sauvegarder et donc à bien utiliser.

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 18:15
EAU : la facture fait couler beaucoup ...d'encre

ENQUÊTE : ÊTES-VOUS BIEN INFORMÉ SUR LA GESTION DE L’EAU ? 

UN SONDAGE QUI PEUT SURPRENDRE PARTICULIEREMENT NOMBRE D’HABITANTS DU PAYS D’OLONNE ET DU TALMONDAIS…qui ont tenté de comprendre leur facture.

 

En mai 2014, 1001 personnes ont été sondées (65 % de propriétaires et 35 % de locataires) afin de connaître leur sentiment sur la gestion de l’eau, leur niveau d’information et leurs attentes.

Bien que les Français interrogés soient en général satisfaits de la gestion de l’eau potable par les pouvoirs publics, trois enseignements intéressants de ce sondage fait en lien avec MV2 sont à retenir :

Préservation de l’eau : une remise en question des pouvoirs publics après les problèmes de factures d’eau de fin 2013

 

Extrait de directgestion.com

 

Sans trop de surprise, plus de la moitié des répondants (55%) ont désigné une fois encore les substances issues des activités agricoles comme étant l’origine principale de la dégradation des milieux aquatiques, et 80 % estiment qu’il faut renforcer la lutte contre les pollutions dues à ces substances.

En outre, 61 % des interrogés pensent que les pouvoirs publics ne mettent pas tout en œuvre pour préserver la biodiversité des milieux aquatiques et permettre une gestion économe de la ressource.

La qualité de l’eau distribuée pour la consommation humaine et sa disponibilité sont considérées comme les deux enjeux prioritaires dans le domaine de l’eau.

 

 

Niveau d’information général des interrogés : lacunaire

 

C’est loin d’être satisfaisant, ils ne sont que 33 % à déclarer connaître le prix du m3 d’eau qu’ils consomment et parmi eux, un quart seulement donne la bonne tranche de prix. Dans 90 % des cas, les personnes ne savent pas ce qu’est un règlement de service (le contrat qui lie l'abonné au prestataire NDLR) et parmi ceux qui connaissent ce document, très peu en ont eu communication (56 %).

 

L’étude révèle une vraie attente des consommateurs, notamment sur la justification des coûts du service (83 %), sa performance (75 %) et son organisation (70 %) ; ils jugent le prix de l’eau élevé (51 %) voire trop élevé (36 %).

 

Facture d’eau : une clarté à améliorer

 

Une personne sur deux se déclare satisfaite de la présentation de sa facture d’eau (étonnant quand on voit sa complexité NDLR!). Les participants considèrent à 52 % que leur facture est claire et à 53 % que les informations fournies sont suffisantes.

Ils préconisent tout de même à 67 % l’affichage clair des tarifs qui parfois peuvent varier par tranche de consommation.

Enfin, le dispositif de protection de la loi Warsmann qui a vocation à encadrer le montant des factures d’eau en cas de fuite est reste méconnu, tout comme le médiateur de l’eau (88 %).

Peu de personnes interrogées disent avoir eu un litige avec leur distributeur (10 %), mais dans la majorité des cas (63 %), il a été résolu.

Source : Résultats d'un sondage effectué auprès de 1000 personnes en mai 2014 par MV2 Conseil pour la CLCV

 

L’Association de défense des consommateurs CLCV qui a co commandité le sondage a une version un peu différente des résultats de ce sondage de même pour « la vie immobilière »

Un Français sur quatre connaît le prix de sa consommation d'eau

Les français et l'eau potable: questionnement (©LaVieImmo)

Les Français ont globalement le sentiment d’une bonne gestion de l’eau potable par les pouvoirs publics. Mais des efforts doivent être faits sur le niveau d’information, et notamment sur la facture.

La gestion de l’eau ? Bien mais peut mieux faire Tel est le sentiment global des Français, selon un sondage réalisé pour la CLCV et l’Observatoire nationale de l’eau et des milieux aquatiques (Onema). Le bât blesse au niveau d’information général, jugé « lacunaire » par de nombreux ménages : seules 33 % des personnes interrogées déclarent ainsi connaître le prix au mètre cube d’eau qu’ils consomment, « et parmi eux, un quart seulement donne la bonne tranche de prix », indique l’association de consommateurs.

Les attentes des Français en la matière, « la justification des coûts du service (83 %), sa performance (75 %) et son organisation (70 %) ».

Et ce dans la mesure où 51 % des sondés jugent le prix de l’eau élevé voire trop élevé (36 %).

 

Affichage plus clair des tarifs

Une facture trop élevée et peu lisible. Si plus d’un Français sur deux (52 %) déclare comprendre sa facture, 67 % préconisent un « affichage clair des tarifs qui peuvent varier par tranche de consommation ».

Enfin, le dispositif de protection de la loi Warsmann, qui a vocation à encadrer le montant des factures d’eau en cas de fuite, « reste méconnu, tout comme le médiateur de l’eau (88 %)», selon la CLCV.

Ce dernier est pourtant utile : Peu de personnes interrogées disent avoir eu un litige avec leur distributeur (10 %), mais dans la majorité des cas (63 %), il a été résolu, conclut l’association.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 18:56
Une assemblée studieuse

Une assemblée studieuse

Ils étaient courageux les dirigeants et adhérents de l'association départementale "la facture d'eau est imbuvable" lors de cette réunion d'Assemblée Générale, ce samedi 14 juin 2014, aux Sables d'Olonne baignés par un soleil quasi estival.

 

Rappelons que cette association "la facture d'eau..." qui fête ses 25 ans  a pour objet de représenter et défendre les usagers du service public de l'eau et par voie de conséquence de suivre aussi les problèmes liés aux déchets et à leur traitement.

 

Plus d'une centaine d'adhérents à jour de leurs cotisations étaient représentés par une bonne vingtaine de membres actifs.

En plus des rituelles interventions : bilan financier, rapport d'activités et projets, étaient à l'ordre du jour deux points forts.

1) le traitement des déchets ...le bout de cette  la chaîne de la vie qui part de l'eau et de nos sources d'approvisionnement et va jusqu'au traitement des eaux usées, des boues des stations d'épuration et des risques de pollution découlant de l'abandon de déchets n'importe où . A cela s'ajoute le nouveau sujet qui fâche et pose question : celui de l'épandage du compost issu des usines de traitement mécano  biologique TMB (comme celle de Château d'Olonne). Chargé de métaux lourds et de divers polluants et matières imputrescibles ce compost issu du TMB  même s'il est "normé" est certainement un danger pour la santé publique. Si  nombre de pays ont abandonné cette filière de traitement des déchets c'est que cela n'est pas inoffensif. En France, un mouvement important se fait pour dire stop au TMB et à son compost épandu sur nos terres agricoles.

Les solutions alternatives ne manquent pas : voir la marche vers "zéro déchets" à MILAN, au nord de L'ESPAGNE, en CALIFORNIE, en ALSACE ...et pourquoi pas en VENDEE ? Au syndicat départemental TRIVALIS et à son nouveau Président de répondre.

 

2) la facturation de l'eau

Le président de l'Association Amand REBOUX aurait bien aimé annoncé à son Assemblée qu'après toutes les démarches accomplies  tous les dossiers avaient été traités par VENDEE EAU et VEOLIA  à la grande satisfaction des citoyens abonnés nommés "usagers".

Ce n'est malheureusement pas le cas 6 mois aprés l'émission de ces factures qui a défrayé la chronique du Pays des Olonnes et du Talmondais.

Nous aurions tant aimé voir ce dossier classé !

Le bilan a été dressé :

- des milliers de factures contestables dans leur présentation dont nombre dans leur montant inexplicable,

- 700 réclamations officiellement avec encore quelques dizaines en souffrance.

Le sujet a rebondi avec l'envoi de la facture semestrielle de juin 2014.

Le service public de l'eau en VENDEE a pris un mauvais coup pour son image de marque.

Dans la salle de cette Assemblée Générale le sujet du retour à la Régie est fortement évoqué. La délégation du Service Public à de grosses sociétés comme VEOLIA commence à passer de plus en plus mal.

Cela se voit bien au niveau des élus des communes lors des discussions sur le renouvellement des contrats de Délégation du Service Public.

 Cette histoire de facture et la façon dont elle a été traitée n'améliorent  pas l'image de marque du Service Public délégué à des sociétés privées. L'Assemblée a donné pouvoir au Président pour examiner avec des juristes les modalités d'une intervention judiciaire...le dossier n'est pas clos à moins que VENDEE EAU d'urgence règle les problèmes pendants.

 

Après ces échanges très concrets l'Assemblée a trouvé un bon quota d'adhérents volontaires qui viendront renforcer Conseil d'Administration et Bureau de l'Association "la facture d'eau est imbuvable"...ils auront du pain et de l'eau sur la planche !

 

La Facture d'eau est imbuvable

55 rue Georges Durand

85000 La Roche sur Yon

02 51 05 43 17

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0