Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

7 novembre 2022 1 07 /11 /novembre /2022 19:25
NOUS NE POUVONS LAISSER BAILLONNER LA LIBERTÉDE D'EXPRESSION DE QUICONQUE

NOUS NE POUVONS LAISSER BAILLONNER LA LIBERTÉDE D'EXPRESSION DE QUICONQUE

 

 

UNE INTOLÉRABLE ATTEINTE À LA LIBERTÉ D’EXPRESSION

 

Pour protéger la neutralité de notre Association, nous ne faisons pas suivre de pétition.

Nous faisons donc, par la présente publication , une exception à la règle car, en l’espèce, nous avons jugé que cette condamnation qui frappe et censure un sénateur citoyen médecin est une atteinte intolérable à la liberté d’expression.

Pour lever toute ambiguïté sur notre motivation de porter à votre connaissance cette pétition nous précisons que chacun garde la liberté totale de signer ou de ne pas signer. Nous informons mais ne voulons pas influencer.

Lien avec la pétition,

sélectionner le lien ci-dessous

clic droit

et "ouvrir le lien"

https://www.mesopinions.com/petition/politique/soutenons-senateur-alain-houpert-face-suspension/191571

 

 

 

TEXTE INTÉGRAL DE LA PÉTITION

 

Auteur : Association BonSens.org

Soutenons le sénateur Alain Houpert, privé d'exercice de la médecine temporairement avec sursis en étant "Coupable de courage".  Alain Houpert aurait d'ores et déjà décidé de faire appel. 

Soutenons la parole continente et sage de cet homme courageux, qui, dans l'exercice de son mandat de Sénateur, a apporté une critique étayée de la politique sanitaire menée par le gouvernement devant les élus de la Nation. Au-delà de la lourdeur sans pareille de cette décision, c'est la voix d'un représentant de la Nation que l'on essaie de contrôler ou de faire taire. 

La situation

Suite à trois plaintes déposées contre lui pour ses critiques de la politique sanitaire du gouvernement, la CDOM (chambre disciplinaire de l'ordre des médecins) de Bourgogne-Franche-Comté a sanctionné vendredi 4 novembre Alain Houpert, sénateur de Côte-d'Or (LR) et radiologue, d’une interdiction temporaire d'exercer la médecine. 

La première plainte a été déposée par le syndicat de l’Union française pour une médecine libre (présidé par le sulfureux médecin généraliste Jérôme Marty), la seconde par le Conseil départemental de Côte-d’Or de l’Ordre des médecins et quatre médecins, la troisième par le Conseil national de l’Ordre des médecins.

Dans chaque cas, la chambre disciplinaire a donné raison aux plaignants, lors d’une audience qui s’est déroulée le 10 octobre 2022. Le jugement vient d’être rendu public.

Celle-ci a justifié sa décision en dénonçant l'"attitude quasi irresponsable" du radiologue, dont les prises de positions médiatiques n’ont pu "que rajouter à la confusion médiatique de l'époque" et "décrédibiliser fortement les actions entreprises par les autorités sanitaires dans le cadre de la lutte contre une pandémie planétaire", estime la chambre disciplinaire.

Motifs des plaintes

Alain Houpert, Sénateur, dispose donc à ce titre d'un mandat de représentation du peuple, le conseil départemental de Côte-d'Or de l'ordre des médecins et le syndicat de l'Union française pour une médecine libre (UFML) lui reprochent de "diffuser par voie de presse et par publication sur les réseaux sociaux des informations erronées et non éprouvées scientifiquement. Alors que ce dernier dispose de la spécialité de médecin radiologue, il revendique un droit à la prescription d'un protocole de traitement dit précoce pour la Covid, qui ne repose sur aucune donnée acquise de la science médicale et n'émet aucune réserve sur cette initiative prétendument non éprouvée. Le Dr Houpert se livre par ailleurs à une critique systématique des tests dits PCR (Polymerase Chain reaction) qui ne permettraient pas d'estimer effectivement le nombre de « cas positifs » et sur le résultat desquels seraient néanmoins prises des « mesures liberticides » par le gouvernement français ; - dans le même temps, le Dr Houpert mène une campagne stigmatisant l'inutilité et l'inefficacité des vaccins mis à la disposition du public, et protégeant de la propagation du Covid."

- Quant au Conseil national de l’Ordre des médecins, celui-ci attaque “l’intervention du Dr Houpert dans la vidéo intitulée Hold-up [au cours de laquelle il] remet en cause la gestion de la crise sanitaire par les pouvoirs publics et incite les professionnels de santé à ne pas suivre les recommandations relatives à la prise en charge des patients.“

 

De nombreux soutiens affluent

 

Au sein du monde politique, le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale, Olivier Marleix, a apporté sur Twitter son "soutien amical" à Alain Houpert :

https://twitter.com/oliviermarleix/status/1588838117976449024?s=20&t=HcmzXfe31WkAuyvY8r8uOw

"Où est encore la liberté de pensée dans notre pays ?", s'est indigné pour sa part Gilles Platret, vice-président des Républicains : 

De son côté, la sénatrice LR Laurence Muller-Bronn a dénoncé une "société où le doute n'est plus permis" : "Il n’est absolument plus possible d’avoir une pensée raisonnée, de poser des arguments et des contre-arguments, de les étayer, de peser sa réflexion pour en définir une intime conviction. Non, il faut forcément suivre une ligne, une doxa, un évangile politique", a-t-elle fustigé. 

Même posture pour la sénatrice LR Sylviane Noël : "Drôle de démocratie qu'est devenue la France où il n'est plus possible d'exprimer autre chose que la doxa officielle...", a-t-elle déploré. "Tous les médecins parlementaires ont exprimé leurs positions concernant le Covid et il est le seul sanctionné. Pourquoi ?", s'est interrogé la sénatrice LR Sylvie Goy-Chavent, après avoir exprimé sa "solidarité totale". "Notre collègue et ami A. Houpert est probablement coupable d’avoir raison trop tôt et d’avoir eu le courage de le dire !", lui a répondu la sénatrice LR Christine Bonfanti-Dossat.

Des marques de solidarité répercutées par Florian Philippot, président des patriotes, Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, Gilbert Collard, eurodéputé Reconquête !, anciennement membre du Rassemblement national, ou encore Stéphane Ravier, sénateur Reconquête, également ancien cadre du RN.

Nous appelons donc les Français à se mobiliser en signant cette pétition en soutien au Sénateur Houpert et nous les invitons par ailleurs à la faire circuler auprès du plus grand nombre.

 
Pétition basée sur l'article publié dans FranceSoir.fr

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2022 5 21 /10 /octobre /2022 09:18
SUR LES MURS D'UNE MAIRIE !

SUR LES MURS D'UNE MAIRIE !

 

 

 

" LA LIBERTÉ  ET LES LIBERTÉS"

 

La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité »

Trois mots forts qui sont la colonne vertébrale de nos institutions et pourtant le paradoxe est que dès qu’il est question d’une liberté c’est pour l’encadrer : l’encadrer pour la sauver ?

Ce n’est pourtant pas le hasard si c’est le mot « liberté » qui est mis en premier dans cette trilogie fleurit sur nos murs et est gravé dans la Constitution de 1958 dans son article 2. 

La déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen approuvée le 26 août 1789 a dans son article 1 installé dans notre société la notion de liberté « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune ».

 Nos constituants ont pris soin dans l’article 2 de la définir : « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression. » en même tenter de la définir : « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui ».

 

À PARTIR DE CES PRINCIPES, LES APPAREILS LÉGISLATIFS, RÉGLEMENTAIRES, JUDICIAIRES TENTENT D’ENCADRER LA ET LES LIBERTÉS POUR SAUVER LA LIBERTÉ

De cette notion de « liberté » découle donc des droits et des devoirs. Il ne faut pas qu’au nom d’une liberté des citoyens étouffent des libertés fondamentales. Il faut un équilibre qui est complexe entre l’exercice des libertés ...qui ne peuvent qu’il soit « nui gravement à autrui » comme il est écrit dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Ainsi, le droit de grève fut inscrit dans le préambule de la Constitution de 1946 mais fut vite encadré par des lois ? Cette pratique était et elle demeure impérative.

Le droit de grève est donc, par nécessité, encadré : l’ordre public, la sécurité, le bon fonctionnement et la continuité des services publics sont des limites naturelles au droit de grève.

Ainsi sont justifiées les réquisitions ...les grévistes quelques soient leurs motivations ne peuvent mettre en danger la vie d’autrui. Ils ne peuvent que de manière "proportionnée" restreindre la liberté de circuler. Ils ne peuvent porter atteinte au bon fonctionnement des outils vitaux dont ils sont responsables ?

On le voit donc clairement l’exercice du droit de grève se heurte à l’exercice d’autres libertés et droits reconnus : se déplacer, s’exprimer, être soignés...

On pourrait ainsi indéfiniment fixer des règles qui légalement restreindraient le droit de grève. En effet, l’abus du droit de grève pourrait, si l’on y prête garde, aboutir à un encadrement du droit de grève tel qu’il serait réduit quasiment à ce que la grève ne soit plus possible !

La liberté de cesser le travail, de faire grève et de ne pas faire grève n’est donc pas un droit indépendant et  sans limite. Le doit de grève n’est pas au sens strict constitutionnel et donc il ne pourra subsister que si son utilisation reste compatible avec l’exercice pour tous des autres libertés fondamentales.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2022 6 15 /10 /octobre /2022 22:24
UNE STATUE, UN MAIRE, DES DRAPEAUX, DU MONDE, BEAUCOUP DE MONDE, DES ANONYMES CHOQUÉS...

UNE STATUE, UN MAIRE, DES DRAPEAUX, DU MONDE, BEAUCOUP DE MONDE, DES ANONYMES CHOQUÉS...

 

DÉBOULONNER L'ARCHANGE, CHEZ LUI, DANS SON QUARTIER EST-CE POSSIBLE, EST-CE SOUHAITABLE ?

 

Ce matin, le rassemblement, à l'initiative des anciens et moins anciens parachutistes, va forcer tout un chacun à la réflexion sur la notion de valeur de l'identité d'une Nation et sur les limites de la notion de liberté.

Un individu citoyen militant ne représentant que lui-même peut-il en France encore s'attaquer à un symbole très vivace dans sa Région, dans son Pays ?

Si, au niveau de la Libre Pensée, il y avait eu un tant soit peu de réflexion, de dialogue, de fraternité, de compréhension  de la part de cette institution aucun agitateur partisan d'une liberté de pensée n'aurait osé blesser ses concitoyens au nom d'une liberté acquise depuis des décennies. Aimer et défendre la Liberté interdit le droit d'atteinte à la liberté des autres.

Certes beaucoup se félicitent aujourd'hui de l'aubaine que leur offre ce représentant de la "Libre Pensée" qui s'arroge, par décision de Justice d'exception et par une interprétation douteuse de la loi de 1905, le droit de blesser ses congénères.

Aujourd'hui, installer une statue sur le domaine public, la déboulonner en exécution d'une décision de Justice dite d'exception ( une juridiction spécialisée)  est soit un geste anodin nécessaire pour de banales causes soit il est un geste volontairement symbolique provocateur à portée politique pour tenter de faire revivre une guerre éteinte depuis plus d'un siècle.

S'il y avait eu dès l'installation de la statue restaurée un tant soit peu de réflexion et de dialogue au nom de la "Libre Pensée" la statue inoffensive aurait pu poursuivre son histoire sur sa place dans son quartier à l'ombre de son Église, à quelques encablures de son école.  

Cela nous fait penser au contraste qu'il y a entre cette méprisable affaire et l'immense mouvement national et international qui a suivi l'incendie de Notre-Dame de Paris. C'est le monde entier qui a reconnu dans ce bâtiment l'âme d'un pays et une partie d'eux-mêmes.

Si l'Archange est dans l'incapacité aujourd'hui d'intervenir lui-même auprès de celui qui veut son déboulonnage,  il faudrait demander qu'au niveau supérieur, à celui du Saint-Esprit, que celui-ci intervienne auprès du fauteur de troubles, pourfendeur donquichottesque pour qu'il abandonne avec dignité son combat d'arrière-garde sur le champ.

En effet, le Conseil d'État, saisi maintenant du dossier, avec la sagesse qui honore cette noble institution ne peut prendre une décision de déboulonnage de la statue qui signifierait que la guerre entre français qui a abouti à la loi de 1905 puisse reprendre.

 

ELLE EST QUAND MÊME BELLE ET SI BIEN À SA PLACE NOTRE STATUE

ELLE EST QUAND MÊME BELLE ET SI BIEN À SA PLACE NOTRE STATUE

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2022 7 09 /10 /octobre /2022 20:00
NOUVELLES DES SABLES D’OLONNE : STATUE SAINT MICHEL ET PROCHAINE CONSULTATION POPULAIRE DES SABLAIS

 

 

 

 

STATUE SAINT- MICHEL

 

Lors du dernier Conseil Municipal des Sables d’Olonne, comme d’habitude, il a été question d’achats ou de rétrocessions de terrains.

Cela a donné l’idée malicieuse à Jacques BARRETEAU (élu d’opposition) de rappeler au maire Yannick MOREAU sa proposition faite en janvier 2022 : « vendre le parvis de l’église à une association cultuelle, culturelle ou autre. »

Ainsi, la statue ne serait plus sur le domaine public et la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État ne pourrait plus s’appliquer.

Pour le Maire, qui, bien sûr, a fait étudier cette hypothèse, c’est malheureusement « une fausse bonne idée ».

Pour l’instant, l’arrêt de la Cour d’Appel de Nantes de septembre 2022 confirmant la décision du Tribunal Administratif de Nantes du "déboulonnage" de la statue fait l’objet d’un recours en cassation devant le Conseil d’État. Pour le maire Yannick MOREAU, défenseur du patrimoine de la ville, il lui appartient de « convaincre » le juge que la place de la statue emblème de l’école Saint Michel est bien sur la place devant l’Église Saint Michel dans le quartier Saint Michel près de la résidence Saint Michel ! « Elle est là et vraiment bien là 

Rappelons que c’est une initiative d’un responsable Monsieur Jean REGOURD, de la Fédération de Vendée de la « Libre Pensée » que cette procédure a été lancée. Le Conseil Municipal des Sables d’Olonne opposition comprise n’apprécie, comme la majorité des sablais cette initiative d’un autre âge. « La Libre Pensée » au moins son dirigeant, en manque de reconnaissance, fait vraiment une application très particulière de l’adjectif « libre » étant lui-même prisonnier d’une idéologie d’un autre temps et tentant à l’imposer à une population favorable au maintien de la statue à sa place actuelle. Nous ne voyons pas en quoi cette œuvre d’art sur une place publique peut heurter la liberté de culte et celle de conscience et avons du mal à comprendre les décisions de Justice quand on lit l’article 1 de la loi  de 1905 encore en vigueur:

« La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public. »

Quelle perte de liberté de conscience aux Sables d’Olonne cette statue inoffensive peut-elle engendrer à sa place actuelle ?

Quel trouble à l’ordre public peut-elle engendrer ?

Une minorité (la libre pensée) infime peut-elle dicter sa loi à la majorité de citoyens sablais ?

Espérons que les sages du Conseil d’État sauront, comme ils le font si souvent, redonner à la loi de 1905 sa juste place et interprétation.

Ce qui est sûr c’est que cette liberté de la pensée invoquée fait gaspiller à la collectivité une énergie qui pourrait être consacrée à des choses plus graves.

Pour prendre connaissance de la décision du 16 septembre 2022 de le Cour Administrative d’appel de Nantes :  

http://nantes.cour-administrative-appel.fr/Actualites-de-la-Cour/Communiques/Statue-de-l-archange-Saint-Michel-aux-Sables-d-Olonne-Vendee

 

 

 

 

 

 

LA LISTE YANNICK MOREAU (2020)

LA LISTE YANNICK MOREAU (2020)

CONSULTATION DES SABLAIS : PROMESSE DE YANNICK MOREAU, CONSULTER LES SABLAIS SUR LES PROJETS MUNICIPAUX

 

Sur sa profession de foi, lors de la dernière élection municipale de 2020, Yannick MOREAU, candidat, avait écrit :

« Les consultations populaires sont utiles et efficaces.

 Entre deux élections municipales les habitants seront consultés en 2022 et 2024 sur les grands projets de la ville.

Cet engagement conduira les Sablais d’Olonne, du Château, de la Chaume et des Sables d’Olonne à se prononcer tous les deux ans sur les affaires municipales

Anthony BOURGET, responsable de l’opposition (liste Aimer les Sables), lors du dernier conseil municipal, a rappelé au maire sa promesse.

Ce point n’était pas à l’ordre du jour du Conseil Municipal mais le maire Yannick MOREAU a cependant répondu à l’élu et a annoncé qu’en novembre une consultation aurait bien lieu « sur plusieurs projets ».

Pour une saine et vivante démocratie locale et pour éviter le fossé qui se creuse, entre deux élections, souvent entre élus et citoyens, cette nouvelle ne peut que nous réjouir.

Maintenant, attendons le texte sur quel la population aura à se prononcer et attendons aussi de voir si cette expérience de démocratie directe déjà faite sur le projet Littoral et sur la fusion (à Château d’Olonne) sera mobilisatrice.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2022 2 27 /09 /septembre /2022 10:56
UN SOURIRE QUI NE FAIT PLUS PLAISIR CAR IL EST TUEUR

UN SOURIRE QUI NE FAIT PLUS PLAISIR CAR IL EST TUEUR

 

 

 

 

CARTON ROUGE AUX ÉCOLOGISTES EN France, LA DÉPUTÉE SANDRINE ROUSSEAU DÉMONTRE, UNE NOUVELLE FOIS, LEUR NOCIVITÉ ET LEUR INCAPACITÉ À PARTICIPER AU GOUVERNEMENT DU PAYS

 

Après 1793...2022, LA TERREUR REVIENT EN France : SANDRINE ROUSSEAU, EUROPE ÉCOLOGIE LES VERTS, DEMANDE À LA TÉLÉVISION LA TÊTE DE SON COLLÈGUE JULIEN BAYOU

Les dirigeants écologistes voulaient et devaient se montrer exemplaires. Avec ce dossier leurs dirigeants réussissent à se révéler pires que ceux qu’ils critiquent. Il faut toujours se méfier des faux prophètes.

Nous avions déjà, dans les affaires locales, entendu en réunion publique des écologistes traiter leurs contradicteurs « d’assassins » pour ne pas être de leur avis ! Cette mise à mort politique par Sandrine ROUSSEAU d’un collègue fondée sur des confidences relevant du domaine privé d’un individu est une honte. C'est d'une irresponsabilité déconcertante !

 Cette personne abuse de sa position sociale, de ses fonctions d’universitaire de rang élevé et de députée. Nous tombons dans le droit à diffamer donc dans l’abus de la liberté d’expression.

 

DES QUESTIONS SUR LE DOSSIER SANDRINE ROUSSEAU : UN PROCÈS SANS JUGE, SANS DROIT NI MOYEN DE DÉFENSE

Simples questions que nous devons nous poser avant de juger :

  • pourquoi l’épouse ou compagne de Julien BAYOU Adrien n’a-t-elle pas  porté plainte ou simplement déposé une main courante contre son ex ? Pourquoi la Justice n’est pas saisie ?
  • Sur quels faits ou documents les accusations portées par l’ex de Julien BAYOU  sont-elles fondées et comment ont-elles pu convaincre Sandrine ROUSSEAU d’aller aussi loin ?...étrange, indigne ...
  •  

La réponse de « l’accusé » est claire dans son communiqué :

 "Vous le savez peut-être, je suis accusé de faits qui ne me sont pas présentés, dont mes accusateurs-ices disent qu’ils ne sont pas pénalement répréhensibles, et dont je ne peux pour autant pas me défendre puisqu’on refuse de m’entendre."
Juger vous-mêmes de la conception du droit, de la Justice au niveau de gens qui prétendent gouverner le pays. L'accusation publique repose sur des fait baptisés improprement "violences faites aux femmes" juridiquement et pénalement non recevables : violences verbales, harcèlement qui n'en n'aurait pas été...

L’opprobre jeté sur un dirigeant de parti et néanmoins député et Président d'un groupe parlementaire est donc fondé sur du vent  ? Ce n'est pas avec une pratique de ce type que l'on rapprochera élus et citoyens. Encore un mauvais coup porté à la démocratie. Que peut bien penser de cela le citoyen militant EELV ?

 

LA VIE EN SOCIÉTÉ NÉCESSITE DES RÈGLES POUR SAUVEGARDER LES LIBERTÉS

Il faut rappeler à Sandrine ROUSSEAU que nous vivons dans une société où pour pouvoir vivre en paix et passer au-dessus des ambitions légitimes et des divisions nées des origines, des hiérarchies sociales il y a des règles. Pour assumer la cohésion entre des citoyens la loi suprême, la règle du jeu est inscrite dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 :

Art. 7. Nul homme ne peut être accusé, arrêté ni détenu que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu'elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ; mais tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi doit obéir à l'instant : il se rend coupable par la résistance. 

Art. 8. La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu'en vertu d'une Loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.  

Art. 9. Tout homme étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable, s'il est jugé indispensable de l'arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s'assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.

Voilà donc une universitaire ayant assumé des hautes fonctions dans cette noble institution, députée, défenderesse de la suprématie féministe qui fait fi publiquement du respect des principes fondamentaux du droit français alors qu’elle est députée et donc conduite à légiférer.

Une personne cultivée de 50 ans comme Sandrine ROUSSEAU sait que la politique, les ambitions légitimes des citoyens ne justifient pas tous les coups tordus...et la diffamation donc le lynchage médiatique.

Nous ne prenons pas la défense de Julien BAYOU mais la défense du citoyen face à des dirigeant(e)s de parti, député(e)s qui bafouent les principes mêmes sur lesquels notre société est fondée et qu'ils sont chargés de mettre en valeur et de faire respecter.

 

UN COUP DE PLUS CONTRE LE MILITANTISME ÉCOLOGIQUE TROMPÉ PAR LES DIRIGEANTS D'ÉCOLOGIE LES VERTS

Ce que vient de commettre la dirigeante des VERTS, Sandrine ROUSSEAU,  contribue à faire perdre toute crédibilité a un parti qui n’avait pas besoin de cela. 

Voilà donc les fameux écologistes moralistes du dimanche qui se disent républicains, défenseurs des libertés, sauveteurs de la planète qui, pour assouvir on ne sait quelle rancune, quelle ambition personnelle, s'assoient sur les principes qu'ils énoncent. Faites ce que je dis mais surtout ne faites pas ce que je fais !

Ces dirigeants osent même parler d'une enquête interne au parti. Leur Justice expéditive à eux ! C'est vraiment désolant.

Sandrine ROUSSEAU et les autres responsables qui l'ont suivie ont abusé de la LIBERTÉ D’EXPRESSION. Ils foulent aux pieds la présomption d’innocence d’un ami.

Tous les français qui ont cru et suivi le parti, EELV,  « les Verts », dans le nécessaire, difficile  et  juste combat pour la survie de la planète doivent bien savoir maintenant qu’ils sont trompés par des arrivistes écologistes comme Jean-Vincent PLACÉ, Nicolas HULOT, Sandrine ROUSSEAU ...qui abusent à des fins purement personnelles du mandat ou des mandats qu’ils ont reçus et que donc le citoyen ne peut leur faire confiance.

 

Au nom d’un juste combat qu’il essaie à tort de s’approprier, le parti EELV trompe son monde et abuse ses militants et sympathisants. Il dévalorise la saine et nécessaire mobilisation en faveur d'une écologie citoyenne.

 

 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2022 6 03 /09 /septembre /2022 17:20
FORUM DES ASSOCIATIONS EN FRANCE : BEL EXEMPLE AUX SABLES D'OLONNE

FORUM DES ASSOCIATIONS EN FRANCE : BEL EXEMPLE AUX SABLES D'OLONNE

 

 

 

IL FAUT BOOSTER LE BÉNÉVOLAT !

 

Dans de nombreuses communes de France ces week-ends de rentrée sont ceux des Forums des Associations et ce sont, par milliers, que parents et enfants vont faire leur marché aux activités pour la saison 2022/2023.

En réalité, c'est une énorme machine qui, sans bruit, se mobilise : élus, bénévoles, salariés d'associations, dirigeants...se rencontrent, découvrent ce qui permettra aux jeunes et aux moins jeunes d'occuper les "temps libres", en toute liberté, pour faire autre chose. 

C'est un mouvement de millions de français de tous les âges qui va se mettre ou se remettre en route pour la rentrée et ce sont aussi des millions de français qui vont s'engager pour une année à donner un peu de leur temps et de leur savoir pour encadrer et conseiller des débutants ou des praticiens qui renouvellent leurs adhésions.

 

L'IMPORTANCE ET LA FORCE COLLECTIVE ET INDIVIDUELLE DU BÉNÉVOLAT

Le monde associatif s'adapte, se diversifie. Que ce soit en sports, en culturel, en action sociale notre société a un besoin vital de bénévoles pour faire vivre et prospérer la monde associatif...

En effet, les anciens partent et ils ont grand mal pour trouver des plus jeunes pour leur succéder : l'individualisme voire l'égocentrisme fait des ravages.

La fonction sociale du bénévolat n'est plus à démontrer, les besoins sont immenses ; donner quelques heures au sein d'une structure associative peut paraitre anodin et pourtant c'est ainsi en additionnant ces dons de temps et de talents que le bénévolat est capable de soulever des montagnes.

Le bénévolat est le piler de la solidarité. Il est  un des plus puissants générateurs de lien social. 

En ces temps où la maladie la plus répandue en France est LA SOLITUDE...un français sur 8 souffre de la solitude, le bénévolat peut, par exemple, faire reculer ce fléau.

 

SERVIR ET S'ENRICHIR D'AUTRES CHOSES : CE SONT LES RECOMPENSES DONNÉES AUX BÉNÉVOLES

Aujourd'hui, le bénévolat manque de bras et de considération.

Pourtant, le bénévolat, c'est la liberté de choisir de faire un petit autre chose, de se découvrir généreux, créatif, meneur, soutien...

Il est donc victime d'une incompréhension sociétale inter-générationnelle qui tarit sournoisement la source des vocations du bénévolat qui reste discret et efficace.

Le bénévolat apporte autant à celui qui en bénéficie qu'à celui qui donne son temps pour animer, former, accompagner...

Le bénévole s'enrichit en donnant : c'est un beau challenge que tout un chacun peut relever.

 

Il appartient donc à l'État de reconnaitre plus et mieux le bénévolat et surtout aux collectivités de soutenir par tous moyens les bénévoles : pas seulement en finançant les associations mais aussi en assumant la promotion et la reconnaisance du bénévolat. Il fait booster la fonction sociale du bénévolat.

 

S'INVESTIR DANS LE BÉNÉVOLAT, c'est venir grossir les bataillons de volontaires qui attendent des renforts pour faire toujours plus et mieux et qui peuvent donner encore plus de sens au mot SOLIDARITÉ.

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2022 4 05 /05 /mai /2022 17:03
CHRISTELLE MORANÇAIS PRÉSIDENTE DE LA RÉGION PAYS DE LA LOIRE

CHRISTELLE MORANÇAIS PRÉSIDENTE DE LA RÉGION PAYS DE LA LOIRE

 

 

LA PRÉSIDENTE DE LA RÉGION DES PAYS DE LA LOIRE DONT IL EST QUESTION

 

Les  Sablais, les vendéens ont la chance d'avoir une presse locale bien vivante. Ainsi nous pouvons jouir de la diversité des sources d'information et occasionnellement vous en faire part.

Nous suivons avec attention la vie du "REPORTER SABLAIS" que nous nous devons de vous signaler afin que vous puissiez suivre cette forme d'information numérique originale tout en étant très sérieuse

https://www.lereportersablais.com

 

Dans une parution de ce jour il diffuse la lettre ouverte de notre Présidente de Région dont la lecture fut, pour nous, dans ce monde difficile de la politique, une bouffée d'oxygène et que nous voudrions que vous preniez connaissance. C'est une forme de la politique autrement !

Une occasion de remercier le reporter sablais Philippe BROSSARD LOTZ pour le travail qu'il accomplit.

 

Christelle Morançais met les choses au clair….

 

« Mon nom circule actuellement. On me prête des stratégies, des ambitions. On me prête même des visites secrètes à l’Elysée. Des « proches, des conseillers » parlent de moi – en OFF. On brosse mon portrait – le portrait d’une femme que je ne connais pas… Et puis on parle des uns, des autres. On parle de listes, de circonscriptions, d’accords d’appareil. Tout ça me met mal à l’aise, profondément mal à l’aise.

Peut-être parce que je me trouve embarquée dans cette histoire sans le vouloir. Peut-être parce que ce petit manège est tout ce que je déteste en politique. Mais, surtout, parce qu’à aucun moment, dans toute cette agitation, il n’est question des Français : ils ont disparu, évanouis, évaporés !

Puisque j’ai le droit de cité dans la catégorie des « potentiels ministrables » (mais pourquoi abandonnerais-je le plus beau mandat qui soit, cette responsabilité qui m’incombe, un territoire et des gens que j’aime, une équipe et des collaborateurs qui font chaque jour ma fierté ?), je vais en profiter pour vous dire ce que j’ai sur le cœur, ce que je ressens vraiment.

J’éprouve un sentiment d’urgence, le sentiment que la partie touche à sa fin, qu’il faut que l’on se ressaisisse vite, qu’il faut que l’on écoute sérieusement les Français, que l’on mette rapidement un terme à tout ce cirque qui, de la gauche à la droite, en passant par le « en même temps », montre le visage le plus navrant de la politique.

Chez LR, on fait 4,7% et c’est comme si rien ne s’était passé – surtout, on ne change rien ! Au PS, on liquide en 4 jours un héritage vieux de cent ans pour une poignée de circonscriptions. Au milieu, on chasse à gauche, on chasse à droite, et on ne sait surtout plus où aller…

J’ai dit que je soutiendrai Emmanuel Macron sur l’essentiel, sur ce que je considère comme étant le plus important : la réforme des retraites (pas pour le plaisir de faire travailler les Français 3 ans de plus, mais pour sauver ce formidable système de solidarité entre les générations et empêcher qu’il ne se retourne par notre faute contre nos propres enfants), l’avenir de notre jeunesse (qui ne vote plus, qui méprise la classe politique – a-t-on seulement pris la mesure de ce désastre civique et de ce qu’il implique pour l’avenir ?), les transitions écologiques et numériques (qui peuvent tout à la fois être notre plus grande chance ou notre plus grand malheur, selon l’énergie que l’on mettra à les réaliser).

Mon camp, ou ce qu’il en reste, me traite de vendue. Le camp du président me considère comme ralliée. Mais je ne suis pas plus vendue que ralliée, j’aime mon pays, profondément, je veux qu’il avance, je veux qu’il s’en sorte. Je serai toujours du côté du courage, du côté de la volonté, du côté de la raison. Et si Emmanuel Macron est du côté du courage, de la volonté et de la raison, alors je le soutiendrai, sans état d’âme ! Et si le président veut le plein emploi, s’il veut remettre la jeunesse au cœur du projet de société, s’il veut faire de la France une très grande nation écologique et numérique, s’il veut pour mon pays ce que je veux au plus profond de moi pour ma région, alors je le soutiendrai, avec toute ma force, avec toutes mes convictions. Et je n’ai besoin pour cela d’aucune place, d’aucun poste, d’aucun titre.

J’ai déjà tout ce qu’il me faut, et plus encore : mon mandat de présidente de région, un mandat que j’aime et qui me permet d’agir et de faire, à la place qui est la mienne, du mieux que je peux pour changer les choses.

Je suis libre »

Christelle Morançais

Présidente de la Région des Pays de la Loire

 

.

Partager cet article
Repost0
11 mars 2022 5 11 /03 /mars /2022 12:22
LA STATUE EST TOUJOURS LÀ

LA STATUE EST TOUJOURS LÀ

 

 

CONSULTATION POPULAIRE : LES SABLAIS ONT RÉPONDU OUI

Suite de

https://www.olonnes.com/2022/02/les-sables-d-olonne-allons-voter.html

Les sablais se sont manifestés sans équivoque pour le maintien de la statue sur le parvis de l’Église Saint MICHEL dans le quartier Saint Michel.

 

MALGRÉ DES CONDITIONS DE VOTE SPARTIATES, 4 500 SABLAIS ONT DONNÉ LEUR RÉPONSE PAR UN OUI MASSIF À LA QUESTION POSÉE :

« Souhaitez-vous que la statue Saint Michel reste devant l’église Saint Michel ? » 

 

SCORE SANS APPEL

95 % de OUI

Certes, il y aurait pu y avoir plus de votants.

Il faut admettre que les conditions mises pour voter ont un peu ou peut-être beaucoup rebuté les citoyens :

  • Le vote sur internet n’était pas particulièrement convivial et accessible. D’ailleurs, on nous a fait remarquer que le « retour » d’acceptation du vote attendu et promis sur le site pour les votants n’est pas parvenu aux intéressés. Compte tenu du fait que les votants donnaient leurs adresses mail l’envoi d’un récépissé de leur vote ne devait pas être difficile à gérer. Il faudra qu’on puisse expliquer pourquoi cela n’a pas été réalisé.
  •  La fourniture des justificatifs de domicile et identité et leur mise en ligne ne s’avéraient pas aisé et en a rebuté plus d’un. Ceci se voit particulièrement bien sur les résultats : seulement 2 641 votes sur internet pour une ouverture du site du 25 février au 5 mars et 1952 votants sur internet !
  • Par contre, les 5 bureaux de vote n’ont été ouverts que le samedi matin de 9h à 14 h.et, là, il y a eu la queue avec 1952 votants !
  • de plus si l’on sait qu’il y a eu 447 votes rejetés suite aux contrôles des votes sur internet...la formule est à revoir en matière de prestation et communication.
  •  Même pour le vote du 5 mars dans les bureaux de vote, il y a eu des problèmes de votants qui n’ont pu justifier leur domicile et qui n’ont pu voter.

 

ENCORE UNE FOIS LES PERDANTS SONT DE MAUVAIS JOUEURS

Les pourfendeurs de la statue ont eu ainsi la partie facile de railler le nombre de votants et ils en oublient que les NON furent en nombre plus que ridicule. Libre pensée et mauvaise foi ?

C’est pour cela qu’à travers leurs critiques que l’on retrouve dans la presse on ressent l’aigreur d’une défaite totale très mal digérée...mauvais joueurs!

Personne n’est pour le déboulonnage. C’est un combat d’arrière-garde qui n’aurait jamais dû avoir lieu. Nous le répétons avec ce constat partagé : quelle perte de temps, quel gâchis d’argent et d’énergie…merci aux quelques libres penseurs qui se sont commis dans cette mauvaise action.

Ceci nous permet de redire qu’on assiste encore une fois à l’action d’une ultra minorité qui tente d’imposer à la majorité ses prétentions de casse et qui tente aussi de se montrer à moindre frais qu’elle existe.

Imaginons un peu ce qu’aurait pu être le nombre de votants avec des bureaux de vote physiques en plus grand nombre et ouverts au moins toute une journée complète. La libre pensée aurait sombré dans la honte et l’oubli.

Pour un vote fait dans des conditions « normales » il y a 33 bureaux de vote ouverts de 9 h à 18 heures ! En l’espèce, il n’y avait que 5 bureaux de vote avec une ouverture limitée à 5 heures un samedi matin de 9 à 14 heures.!

Compte tenu des modalités pratiques de la consultation, 4 595 votants, est donc un excellent score voire un score inespéré, le résultat est sans appel...sauf devant la Cour Administrative du même nom.

 

TIRER LES CONCLUSIONS DE CETTE CONSULTATION

Maintenant que la pratique de la consultation populaire est amenée à s’installer dans le mode démocratie locale aux Sables d’Olonne, l faut que cette saine pratique de la démocratie locale soit rendue attractive.

Il y a certainement une sérieuse révision de la procédure à faire. La démocratie locale mérite mieux.

Il y a aussi et surtout à faire en sorte que la vox populi se fasse entendre face à une loi dont l’interprétation par la jurisprudence porte à caution.

Partager cet article
Repost0