Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

7 mai 2021 5 07 /05 /mai /2021 17:33
NON AU PROJET DE RÉFORME DE LA CONSTITUTION ET AU RÉFÉRENDUM
LE PRÉSIDENT MACRON, L'ASSEMBLÉE NATIONALE, LE SÉNAT ET LE GOUVERNEMENT : LES   ACTEURS D'UNE TRISTE PIÈCE ILLISIBLE LE PRÉSIDENT MACRON, L'ASSEMBLÉE NATIONALE, LE SÉNAT ET LE GOUVERNEMENT : LES   ACTEURS D'UNE TRISTE PIÈCE ILLISIBLE

LE PRÉSIDENT MACRON, L'ASSEMBLÉE NATIONALE, LE SÉNAT ET LE GOUVERNEMENT : LES ACTEURS D'UNE TRISTE PIÈCE ILLISIBLE

IL EST INTERDIT À CEUX À QUI LES FRANÇAIS ONT DONNÉ POUVOIR DE GOUVERNER LE PAYS DE JOUER AVEC LEUR CONSTITUTION

 

Nous avons clairement expliqué pourquoi ce projet de référendum est inutile.

https://www.olonnes.com/2020/12/projet-de-referendum-demagogie-et-realisme.html

L'objet du référendum est simplement d'ajouter cette phrase à l'article 1 de "notre" Constitution de 1958 :

« La France garantit la préservation de l’environnement et de la diversité biologique et lutte contre le dérèglement climatique ».

Or,  ceci existe déjà dans cette même constitution qui inclut dans sa rédaction la "charte de l'environnement".

De plus, ce référendum devrait avoir lieu en pleine période préélectorale (fin 2001) certainement pour faire passer son auteur, le Président de la République, pour un sauveur de la planète.

La ficelle politicienne est trop grosse !

 

UN PROJET INUTILE, COÛTEUX, INCOMPRÉHENSIBLE...

Ce projet adopté par l'Assemblée Nationale le 16 mars 2021 avance en catimini. Il n'intéresse quasiment personne.

Par contre, il  tombe dans une période où les "responsables" que sont le Président de la République, le Gouvernement, les députés et les sénateurs ont indubitablement d'autres décisions plus importantes à prendre : crise sanitaire, économie, réforme de la Justice, sécurité (terrorisme, banlieues?...), relance, chômage, retraites, dépendance, extrême pauvreté...

 

UNE MANŒUVRE D'ÉVITEMENT DU SÉNAT

Le Sénat a donc dû manœuvrer pour éviter l'affrontement et aussi éviter aux sénateurs de se faire traiter d'affreux anti "écologistes irresponsables de base ."

Il vient donc de voter un texte différent de celui qui a été adopté par l'Assemblée Nationale...donc juridiquement...le référendum ne peut avoir lieu. 

En effet, il faut que le texte soumis au référendum soit adopté par l’Assemblée Nationale et le Sénat dans les mêmes termes.

Ce qui à ce jour n'est donc plus le cas suite au vote par les sénateurs du texte suivant :

La France préserve l’environnement ainsi que la diversité biologique et agit contre le dérèglement climatique, dans les conditions prévues par la Charte de l’environnement de 2004. (en bleu, les différences entre les deux textes).

La procédure se poursuit donc et le Président de la République doit négocier avec le Sénat...puis avec les députés pour trouver un texte très hypothètique de compromis.

Répétons-le : un référendum est inutile ! La Constitution, texte de fondement de nos institutions, ne doit pas servir à des fins de basse politique politicienne. Ce n'est pas un hasard si le Conseil d'État, dans son avis obligatoire, a proposé une modification du texte et a attiré poliment l'attention du gouvernement sur les dangers graves de ce projet de référendum.

https://www.conseil-etat.fr/ressources/avis-aux-pouvoirs-publics/derniers-avis-publies/avis-sur-un-projet-de-loi-constitutionnelle-completant-l-article-1er-de-la-constitution-et-relatif-a-la-preservation-de-l-environnement

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2021 3 07 /04 /avril /2021 20:39
AMÉLIORER LE TRI : TRIER C'EST GAGNER

AMÉLIORER LE TRI : TRIER C'EST GAGNER

 

LA TAXE D'ENLÈVEMENT DES ORDURES MÉNAGÈRES : LA BAISSER EN PRODUISANT MOINS DE DÉCHETS ET EN TRIANT MIEUX ET PLUS

Suite de

https://www.olonnes.com/2021/04/la-vie-d-une-collectivite-locale-a-travers-son-budget.html

 

Après avoir adopté les taux de taxes locales avec, en particulier, l’augmentation de la taxe foncière de 3,1 % et la réduction du taux de cotisation foncière des entreprises (CFE) de 3,1% le Conseil Communautaire abordait la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères TEOM.

 

10 MILLIONS D’EUROS !

Les déchets, la collecte des ordures ménagères...c’est une compétence importante de l’Agglomération. Elle est financée par cette taxe qui passe souvent inaperçue, un peu camouflée. Le traitement des déchets est donné à gérer au Syndicat départemental TRIVALIS qui refacture à l’Agglomération ses prestations pour 4,1 millions d’euros.

Le taux de cette taxe au niveau de l’Agglomération est inchangé depuis 2010. Mais cette taxe représente quand même 10 millions d’euros ! Cela mériterait débat.

En réalité, les élus, avec ce syndicat départemental, ont « éloigné » le débat. Le rapport annuel de TRIVALIS ne fait l’objet d’aucun débat...on est dans le déni.

Pourtant, nous sommes à l’époque où l’on parle beaucoup de pollution, déchets...il faudrait que citoyens et élus se posent les vraies questions et y répondent par des décisions.

  • Pourquoi en VENDÉE le slogan « PLUS TU TRIES, PLUS TU GAGNES OU MOINS TU PAYES » ne fonctionne-t-il pas ?
  • Pourquoi au lieu de la taxe figée, la dynamique de la redevance incitative (une partie fixe et une partie variable fonction du poids d’ordures ménagères collectées) ne se développe pas plus en Vendée et particulièrement aux Sables d’Olonne ?

Pourtant il s’agit d’une pratique qui devrait toucher 25 millions de français en 2025 et qui a prouvé son efficacité pour faire diminuer la quantité de déchets ménagers par foyer dans de très fortes proportions (voir la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte de 2015).

C’est la politique du Syndicat départemental TRIVALIS qu’il va falloir revoir pour faire de la Vendée un vrai modèle.

Caroline POTTIER, pour l’opposition, d’ailleurs trouve cette taxe « trop élevée » et fait remarquer ce paradoxe qui n’est pas à l’avantage de la Vendée où « PLUS TU TRIES, PLUS TU PAYES ».

Il faut espérer qu’au cours de cette mandature le problème sera vraiment traité sérieusement et dans l'intérêt général...comme celui de l’EAU aussi.

La réponse du Président Yannick MOREAU sur cette taxe « trop élevée » n’est pas réconfortante avec le constat que fait le Président : le coût du traitement des déchets augmente de façon exponentielle et ainsi la facture de TRIVALIS ira en croissant voire en forte croissance.

Mais cela est une réponse sur le coût du traitement et les taxes mises sur certains traitements mais le problème n’est pas là.

 

DIMINUER LA PRODUCTION DE DÉCHETS

Le problème est celui qu’il faut prendre à la base : il faut tout faire pour diminuer la quantité de déchets « produits » par ménage...c’est le traitement à la source qui s’impose. Nombre de collectivités en France mais aussi en Europe ont adopté cette voie. Des agglomérations ont divisé par 3 la quantité de déchets « produits » par foyer...le « ZÉRO DÉCHET » existe concrètement.

Il y a, au niveau de l’Agglomération, des économies à réaliser sur ce chapitre : certes on  ne pourra pas attaquer sérieusement la production de déchets à la source (emballages, par exemple)  mais il y a des angles d’attaque comme d’abord l’éducation, le compostage collectif, le broyage...

Une bonne nouvelle : 2021 verra le développement de la filière Hydrogène vert vendéen avec l’acquisition de la première benne à Ordures Ménagères BOM fonctionnant à l’hydrogène vert. Une expérience qu’il faudra suivre...ce n’est pas de l’écologie, en théorie, mais de la pratique de terrain...on en reparlera.

 

À SUIVRE : LES PRINCIPAUX CHIFFRES DU BUDGET PRINCIPAL 2021 DE L’AGGLOMÉRATION LES SABLES D’OLONNE

Partager cet article
Repost0
31 mars 2021 3 31 /03 /mars /2021 21:04
CHACUN A LA POSSIBILITÉ CONCRÈTE DE PARTICIPER AU SAUVETAGE DE NOTRE PLANÈTE SANS CETTE LOI

CHACUN A LA POSSIBILITÉ CONCRÈTE DE PARTICIPER AU SAUVETAGE DE NOTRE PLANÈTE SANS CETTE LOI

LA LUTTE CONTRE LE DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE DE LA PLANÈTE SE GAGNERA PAR LA MOBILISATION DE TOUS ET L'ÉDUCATION ET PAS PAR UNE LOI DÉSTABILISANT ÉQUILIBRE SOCIAL, ÉCONOMIQUE ET INSTITUANT UNE NOUVELLE FORME DE DICTATURE

 

Extraits de la présentation du projet de "loi climat" :

https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3875_projet-loi#

 

"Ce projet de loi participe à changer le modèle français et à accélérer l’évolution des mentalités. Il va agir sur la façon dont nous vivons en France, dont nous consommons et nous nourrissons, dont nous produisons à la fois les biens manufacturés et les produits agricoles, dont les biens et personnes se déplacent.

Ce projet de loi prévoit, en six titres, cette transformation sans précédent dans l’histoire de notre pays : consommation, production et travail, déplacements, logement, alimentation, évolution du droit.

Cette loi va ainsi agir pour transformer les modes de consommation (titre Ier). Nos habitudes de consommation, voire de surconsommation, ont en effet un impact important sur l’environnement."

 

IL FAUT ÊTRE CONSCIENT DE L'AMBITION DICTATORIALE DE CE PROJET DE LOI

Les citoyens et nos parlementaires seront bien prévenus des dégâts que cette loi va générer. L'intention de la Ministre de la Transition Écologique, l'irresponsable Barbara POMPILI, est d'asservir la population au nom de l'idéologie dite écologique. Ce n'est pas une ambition cachée, sournoise. La ministre annonce la couleur : ce n'est pas une évolution mais comme elle l'écrit une révolution.

Il faut parcourir le texte de présentation de cette loi dont nous donnons ci-dessus des extraits. C'est clair, les français sont prévenus.

Toute notre activité quotidienne et tout projet seront encadrés par des textes de lois et règlements  assortis de menaces de sanctions pénales. On oserait écrire que ce texte de la révolution écologique est semblable à ceux de la TERREUR en France en 1793. D'ailleurs, les mêmes avaient prévu l'échafaud et la procédure pour y arriver. Aujourd'hui, les promoteurs du texte avaient proposé et réclament encore haut et fort la création du crime contre l'écologie "l'écocide".

Avec cette loi "Climat" les libertés citoyennes subiront la déstabilisation programmée du corps social, la réglementation à tout-va de la vie de tous les actes de la vie courante des français sous la contrainte : c'est la dictature écologique.

Ce sera pire que ce que nous vivons pour tenter de nous sortir de la crise sanitaire.

Ce qu'il y a de terrible c'est que c'est ceux qui refusent les mesures sanitaires les jugeant liberticides sont les mêmes qui veulent aujourd'hui instaurer la dictature écologique.

Du petit déjeuner au coucher du soleil, il faudra affronter des contraintes nouvelles dites écologiques.

Nos déplacements, nos logements, notre nourriture, nos achats de toutes sortes, notre culture, l'éducation, les conditions de travail et de produire...  seront contrôlés, sanctionnés et gérés par l'État.

Tout cela pour "confiner" 66 millions de français qui sont responsables de moins de 1% de la pollution mondiale.

Le Président de la République et le Gouvernement et nous les citoyens qui laissons ces jours-ci le Parlement décider ainsi de notre sort nous sommes tous des lâches endormis par Covid-19.

En écrivant ces lignes nous avons conscience des mots chocs utilisés et répétés mais ils traduisent des heures de réflexions fondées sur les textes que nous reproduiront pour une prise de conscience. Les parlementaires n'ont pas le droit de voter ce texte volontairement révolutionnaire, jusqu’au-boutiste et irresponsable.

C'est de la folie pure. C'est mettre la France à genoux.

Ce qui est aussi terrible c'est que même l'héritage maigre positif de la Présidence MACRON sera détruit : sa tentative pour relever l'économie sera anéantie.

Mais ce qui est pire c'est d'abord que ce texte arrive devant le Parlement de notre Pays comme une loi "ordinaire" en profitant du désarroi qui a envahi la population avec la pandémie.

Les français peuvent adhérer à une politique écologique raisonnable donc consentie. Par contre, ils rejetteront des mesures dictatoriales imposées par la contrainte étatique aveugle que contient cette loi.

Il vaut mieux pour protéger notre planète 66 millions de français adhérant à une politique sage, fondée et écologique que 66 millions de français écrasés par des textes contraignants qu'ils rejetteront.

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2021 1 29 /03 /mars /2021 21:16
LES DÉPUTÉS AURONT-ILS LE COURAGE DE DIRE NON AUX DANGERS DE CETTE LOI ?

LES DÉPUTÉS AURONT-ILS LE COURAGE DE DIRE NON AUX DANGERS DE CETTE LOI ?

 

UNE LOI LIBERTICIDE

Nous avons examiné ce projet de loi en discussion depuis ce jour à l’Assemblée Nationale

https://www.legifrance.gouv.fr/dossierlegislatif/JORFDOLE000043113774/

Au compteur déjà 5392 amendements déposés par les députés.

Pour nous, il ne s’agit pas de modifier un texte mais de tout reprendre ne serait-ce que pour mettre en conformité le projet de loi avec l’avis du Conseil d’État.

 

LE RENIEMENT DE LA MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT

Ce projet de loi, cette « novation juridique » comme l’appelée la Ministre de l’Environnement Barbara POMPILI, c’est encore une marque de mépris de l’exécutif vis-à-vis du législatif et des citoyens . La procédure de vote d’urgence est d'ailleurs mise en route.

La Ministre de l’Environnement Barbara POMPILI, Europe Écologie Les Verts EELV, doit d’ailleurs être dans l’embarras : défendre un projet dont son parti ne veut pas ! Que ne fait pas faire la politique et l’ambition qui fait perdre à tout homme sa dignité.

C’est d’ailleurs ce type de comportement qui écœure le citoyen et l’écarte de la vie publique.

 

L’ARSENAL DES LOIS ET RÈGLEMENTS FRANÇAIS ET EUROPÉEN POUR DE NOMBREUX PARLEMENTAIRES EST TOUJOURS INSUFFISANT POUR SATISFAIRE LEUR BOULIMIE DE TEXTES LIMITATEURS DE NOS LIBERTÉS

Cette fois nous avons, avec ce texte de 69 articles, une vraie révolution en marche qui fera peser une menace sur tous les comportements, sur toutes les initiatives, sur tous les actes de la vie courante.

Le décideur ne sera pas celui qui a un projet mais ceux qui seront grands maîtres de l’application de ce texte qui sera suivi d’une multitude de règles pris par ordonnances, décrets, règlements .... Ce texte ouvre la dictature des ayatollahs de l’écologie tant sur la vie privée des citoyens que sur l’activité économique.

C’est une copie agrandie de ce que nous vivons en matière de règles concernant la crise sanitaire.

Le projet de loi remet en cause notre mode de vie de manière très contraignante et sous tous ses aspects.

 

LISEZ BIEN LE TEXTE DE PRÉSENTATION DE LA LOI

Ce projet de loi s’il est adopté ...

«  permettra de faire pénétrer l’écologie au cœur du modèle français et d’irriguer concrètement la société dans ce qu’elle a de plus fondamental :

 l’école,

 les services publics,

 la justice,

 mais aussi le logement et l’urbanisme,

 la publicité,

 la mobilité du quotidien.

  • Ce projet de loi n’agira pas seulement sur les structures de l’économie pour en accélérer la décarbonation,

 il innervera la culture du pays, en favorisant l’éducation à l’environnement,

 une publicité responsable,

 ou encore une consommation plus sobre. »

FERMEZ LE BANC !

L’appareil étatique qui ne cesse de montrer sa suffisance et son incapacité à gérer le pays va pouvoir multiplier ses tentacules, étouffer le citoyen, le conditionner.

Le citoyen se rend-il compte du danger ? Ce n'est pas ainsi que l'on inculquera aux citoyens le sens de la responsabilité face aux phénomènes climatiques.

Ce n'est pas cette loi folle qui va aller dans le sens de la sauvegarde de notre terre à laquelle nous adhérons tous.

En bloquant le dynamisme d'un pays qui ne représente que 1% de la pollution du monde cette loi va à l'encontre de son objet : sauver la planète.

 

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2021 7 28 /03 /mars /2021 21:33
L'ENVIRONNEMENT : COPIE NULLE DU GOUVERNEMENT AVEC SON PROJET DE LOI CLIMAT ET RÉSILIENCE

L'ENVIRONNEMENT : COPIE NULLE DU GOUVERNEMENT AVEC SON PROJET DE LOI CLIMAT ET RÉSILIENCE

 

LA LOI FOURRE-TOUT CLIMAT ET RÉSILIENCE

La loi fourre-tout « climat et résilience », honorée ce jour par des manifestations de l’écologisme ayatollah et irresponsable, reprend le concept de crime écologique dit écocide.

Quand ils prendront connaissance de cette loi les français raisonnables et profondément écologistes pragmatiques comprendront les dérapages incontrôlés du Gouvernement et du Parlement s'ils adoptent ce dispositif, mais, encore une fois, ce sera trop tard.

De plus, cette loi est déjà tardive. La France suivait les Gilets Jaunes en novembre 2018. Le Président de la République a participé à des rassemblements pour écouter les français. Le Conseil d’État et le Conseil Constitutionnel ont déjà rappelé au gouvernement ses engagements non tenus en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

Au lieu de s’occuper du sexe des anges et de jouer de complaisance avec des minorités nombrilistes, le Président de la République aurait dû faire prendre les mesures prévues par les Accords de Paris sur le climat de 2015 signés en 2016.

Nous sommes en 2021...la France avait déjà pris du retard par rapport à ses engagements internationaux et c’est seulement en 2021 que le Gouvernement présente un projet !

Demain, lundi 29 mars 2021,  l’Assemblée Nationale qui ne représente plus réellement le pays à 1 an de l’élection Présidentielle et pendant la crise sanitaire commencera l’examen de cette mauvaise loi imposée par le chef de l’État.

 

L’ÉCOCIDE EST LA PARTIE PÉNALE DE LA LOI CLIMAT ET RÉSILIENCE

L’écocide sanctionne une grave atteinte portée à l’environnement, entraînant des dommages majeurs à un ou plusieurs écosystèmes, et pouvant aboutir à leur destruction.

L’écocide était une demande des membres de la Convention Citoyenne pour le Climat CCC, espèce d’assemblée de 150 citoyens tirés au sort (après avoir été triés !) truc antidémocratique et anti parlementaire inventé par le Président de la République englué depuis  2018 dans sa grande peur des gilets jaunes.

Dans le rapport final de la CCC (décembre 2021) l’écocide devait viser à réprimer les atteintes graves à l'environnement. Cette atteinte grave était sanctionnée au titre de crime, pas un délit mais bien un CRIME ! pour un fait ou des faits dont la définition précise échappe au texte.

Cette demande imposée par la CCC est une véritable aberration juridique qui n’a pas résisté à l’analyse. Elle a été déjà amodiée par le Président de la République et le Gouvernement qui ont décriminalisé le texte mais accepté le principe pénal du délit. Voir l'avis du Conseil d'État en fin de cette publication.

Cette modification apportée aux souhaits de la CCC ’est d’ailleurs un grief soulevé contre le projet de loi et un des fondements des manifestations de ce jour.

Ce n’est pas ce qui était espérer pour une loi-cadre visant à attaquer les causes supposées du réchauffement climatique en application des Accords de Paris.

« Les délits d’écocide s’appliquent aux atteintes les plus graves à l’environnement au niveau national ». Les peines peuvent aller jusqu’à 10 ans de prison et 4,5millions d’euros d’amende. D’autres sanctions sont prévues pour la pollution des eaux, de l’air t des sols si les faits sont qualifiés d'"intentionnels"...bravo pour l’ambiguïté de la rédaction!

 

Projet de loi lien :

https://www.legifrance.gouv.fr/dossierlegislatif/JORFDOLE000043113774/

À ce long texte s’ajoute l’avis du Conseil d’État, très long texte aussi de 40 pages...ce qui n’est pas la norme de cette noble juridiction.

Sur la partie pénale que nous venons de présenter sommairement nous reprenons la fin de l’avis du Conseil d’État :

 

« Le projet de loi réprime ainsi de manière sensiblement différente et incohérente des comportements intentionnels causant des atteintes graves et durables à l’environnement.

Le Conseil d’État ne peut retenir ces dispositions telles que rédigées par la troisième saisine rectificative reçue le 3 février 2021.

NOR: TREX2100379L/Verte-140/40

Il attire par conséquent l’attention du Gouvernement sur la nécessité de rechercher, pour atteindre les objectifs poursuivis, d’autres choix de politique pénale s’inscrivant dans le respect des principes constitutionnels qui viennent d’être rappelés.

Les options devront veiller, d’une part, à ce que le champ d’application des infractions ou des causes aggravantes de peine soit cohérent avec l’objectif de renforcement de la protection judiciaire de l’environnement, d’autre part, à ce que le quantum des peines soit gradué et proportionné aux infractions ou aux causes d’aggravation qu’elles sanctionnent. »

 

En clair, c’est la condamnation de la partie pénale de cette loi élaborée dans la précipitation ; « une copie à revoir complétement » aurait pu dire un maître à son mauvais élève.

Mais demain on n'est pas à l'école mais au Parlement de la France.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 21:39
EN MATIÈRE D’ÉNERGIE, LE NUCLÉAIRE RÉAPPARAIT : QUE DE TEMPS, D’ÉNERGIE ET D’ARGENT PERDUS !

 

LA POLITIQUE A VOULU DÉTRUIRE L’INDISPENSABLE NUCLÉAIRE

 

La politique démago-écologique a voulu tordre le cou au nucléaire comme source d’énergie mais, en 2021, la réal-politique après s’être abandonnée reprend le dessus et réhabilite le nucléaire : nécessité fait loi mais pas seulement.

Le nucléaire demeure la première source de production d’électricité en France. La France est le pays plus nucléarisé du monde, en proportion de sa population, avec 58 réacteurs répartis sur 19 sites. L’énergie nucléaire représente 72% de l’électricité produite en France.

Pourtant, en novembre 2018, le Président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé le démantèlement de 14 des 58 réacteurs nucléaires du parc français d'ici à 2035.

Puis, en 2020, le Président de la République subitement réhabilite avec fermeté le nucléaire qui serait « notre avenir environnemental, écologique », « Moi, j’ai besoin du nucléaire ! », « Je suis pour qu’on soit parmi les champions de la lutte contre le changement climatique. Si on veut réussir, on doit réussir à être meilleurs encore sur le nucléaire », « Renoncer au nucléaire, totalement ou trop rapidement, ce serait ouvrir, comme d’autres pays l’ont fait, des centrales à charbon ou à gaz, ou importer de l’énergie carbonée ».

François Bayrou, nouveau « commissaire au plan », suit son Président de la République « Est-il possible d’obtenir, au terme de quinze ou trente ans, une production suffisante d’énergie électrique (…) tout en supprimant tout ou partie de notre parc de production nucléaire ? La réponse est assurément non ».

Les salariés et les syndicats de Fessenheim doivent être contents et tristes d’avoir eu raison de défendre « leur vieillie centrale ».

 

LES DEUX PRINCIPALES CRITIQUES CONTRE LE NUCLÉAIRE : LES DÉCHETS ET LE RISQUE

Tchernobyl, Fukushima, des incidents très graves  dans les centrales...sont les fondements du « NON au Nucléaire »... qui génèrent la peur ? Ce ne sont malheureusement pas des chimères...il y a un réel danger comme pour toute filière nouvelle surtout si elle est mal maîtrisée et confiée à des apprentis-sorciers.

Cela est certain et malheureusement vérifié par des faits irréfutables ...le nuage de Tchernobyl ne fut pas bloqué par les frontières !

 

Les Déchets : bientôt ce ne sera plus vraiment un problème

Aujourd’hui, il n’y a pas au niveau mondial de traitement miracle pour ces déchets mais de sérieux progrès pour leur tri, pour leur stockage dans des sites qui garantissent jusqu’à 150 000 ans de sécurité.

Il faut se souvenir que la manière initiale de stocker ces déchets après la guerre fut de les envoyer dans les fosses de nos océans où ils finiront leur longue vie. Cette pratique a heureusement cessé en 1993 suite à la signature de la Convention de Londres sur la prévention de la pollution des mers.

Depuis, les moyens et méthodes de stockage ont été améliorés et c’est le pollueur qui est le payeur.

Mais ce qui est plus intéressant c’est l’amélioration du traitement du combustible nucléaire usé...on atteint un taux de réutilisation de 96 % du combustible usé et la filière espère améliorer ce score avec la nouvelle génération de réacteurs et aller plus loin (100% ?).

 

Les risques inhérents au nucléaire : toujours plus de sécurité

L’expérience montre malheureusement qu’on ne joue pas impunément avec l’atome. La conscience du danger au niveau mondial ne cesse de s’accroître.

Les organismes internationaux et nationaux veillent. En France, nous avons tiré les conclusions de Tchernobyl (1986) puis celles de Fukushima (2011).

Ainsi, en 2006; fut créée l’Autorité pour la Sécurité Nucléaire ASN ( https://www.asn.fr/L-ASN/Presentation-de-l-ASN ), institution indépendante aux compétences et pouvoirs très larges y compris pour ce qui est de la transparence des informations sur les incidents et autres alertes et sur tous les usages du nucléaire et pas seulement sur le seul usage aux fins de la fourniture d’électricité.

L’ASN veille particulièrement sur nos centrales vieillissantes. Elle impose des conditions draconiennes pour que soit assurée leur survie ou la prolongation nécessaire de leur durée de vie en toute sécurité.

L’examen des préconisations prises en matière de sécurité par l’ASN laissent espérer pour les citoyens bénéficieront une certaine sécurité et non une impossible sécurité certaine.

On s’aperçoit ainsi des larges possibilités qu’offre encore nos centrales nucléaires certainement trop hâtivement condamnées.

Cependant la sagesse commande de ne pas mettre en matière d’énergie comme pour bien d’autres choses tous ses œufs dans le même panier...plus nos sources d’énergies seront diversifiées, plus la France sera indépendante...

Le nucléaire, en France, a encore de l’avenir et pas seulement en matière militaire.

 

 

Partager cet article
Repost0
10 mars 2021 3 10 /03 /mars /2021 23:07
FACTURE EDF : SALÉE ET EN PLUS IL FAUDRA PAYER LES ERREURS D'UNE GESTION MALSAINE

FACTURE EDF : SALÉE ET EN PLUS IL FAUDRA PAYER LES ERREURS D'UNE GESTION MALSAINE

 

EDF : L’ÉTAT APPORTE SES PREUVES DE SON INCAPACITÉ DE GÉRER UN GRAND SERVICE PUBLIC : L’EXEMPLE EDF

 

L’État et les « institutionnels » détiennent 95% du capital d’EDF...c’est donc bien une entreprise nationale et nationalisée dont l’État supporte toute la responsabilité de la gestion.

Sa prééminence au capital fait donc que le PDG est nommé par l’État et ces nominations aboutissent à la paralysie d’EDF dont le PDG est aux ordres d’un État laxiste. Le PDG n’est qu’un arbitre impuissant pris dans un étau dont les mâchoires le paralysent. Il est coincé entre la politique du gouvernement, les syndicats, la mission de service public, un statut du personnel (dont retraite, avantages sociaux)...

 

UNE GESTION CATASTROPHIQUE

Souvenons-nous des grèves et coupures d’électricité qui paralysaient le pays, mettant en danger des vies humaines (hôpitaux, services de secours...), l’équilibre financier d’EDF, sa réputation.

Souvenons-nous des scandales du comité d’entreprise financé par les « clients dits usagers » du quasi monopole EDF.

Souvenons-nous des plans concernant la fermeture des centrales nucléaires programmée et qui se révèle catastrophique : la France ne sera plus autonome pour la fourniture d’électricité des français...elle devra acheter de l’énergie à ses voisins ! La France a rallumé ses centrales au charbon : bravo pour la pollution !

Souvenons-nous de l’autre effet « écologie » non maîtrisée pour sortir du nucléaire : l’achat obligatoire par EDF de l’électricité d’origine éolienne et solaire coûte une fortune à EDF...l’État devait compenser ce surcoût mais il ne paye pas ses dettes à EDF.

Souvenons-nous des scandales AREVA-EDF et de la catastrophe qui se poursuit pour les derniers projets type Flamanville et autres centrales à l’étranger,

Souvenons-nous que les tarifs sont fixés parfois par l’État. C’est en effet le Ministère de l'Énergie qui, sur avis de la Commission de Régulation de l'Energie (CRE), fixe le prix du kilowatt. Celui-ci est donc fixé non par rapport à son coût réel mais par rapport aux directives de l’État ...par exemple en fonction de la proximité d'élections !

Souvenons-nous que l’État a transformé EDF en pompe à finances et qu’ainsi EDF est devenue un super collecteur d’impôts et taxes...il suffit d’examiner sa  facture: une vraie feuille d’impôts et taxes prélevées sur le client qui, lui, ne voit que le coût total de ce qui apparaît sur ses factures.

Souvenons-nous que le personnel d’EDF, c’est 150 000 salariés et des retraites au régime spécial et que les PDG successifs ont acheté la paix sociale en lâchant inconsidérément des avantages sociaux qui plombent les comptes EDF maintenant et pour longtemps en vertu du principe des « avantages acquis ».

Souvenons-nous aussi que le démantèlement des centrales nucléaires est estimé à 75 milliards d’euros dont seulement 25 ont été provisionnés dans les comptes. On camoufle ses pertes comme on peut !

 

CONCLUSION UNE ENTREPRISE EN PÉRIL, DIFFICILE À SAUVER : HERCULE POURRA-T-IL SAUVER EDF ?

D’une entreprise modèle, l’État a fait un canard boiteux (sans allusion à l’ancien PDG d’EDF GDF Marcel BOITEUX devenu président d’honneur d’EDF). Son audition en 2014 devant une commission de l’Assemblée Nationale est édifiante comme celle d’Henri PROGLIO de sinistre mémoire.

L’écologie irresponsable sauce HOLLANDE et MACRON finit de mettre  à genoux EDF.

EDF ne peut plus faire face aux nécessaires investissements pour renouveler et remplacer l’énergie nucléaire et la société est surendettée.

 

LE PLAN HERCULE

C'est un: projet de démantèlement d’EDF en 3 sociétés. Ce sera une façon de camoufler la misère de cette gestion de l’État. Ce projet a déjà l’avantage pour l’instant de ne pas avoir l’aval de l’Europe et d’avoir les syndicats et des politiques contre lui. Par contre, cela permettait le recours à la Bourse pour améliorer sa situation financière ...à condition de prouver que la gestion laxiste de ces dernières décennies soit radicalement modifiée.

Partager cet article
Repost0
9 mars 2021 2 09 /03 /mars /2021 23:03
L'ASSEMBLÉE NATIONALE S'EST MISE AU TRAVAIL

L'ASSEMBLÉE NATIONALE S'EST MISE AU TRAVAIL

 

LA LOI CLIMAT ET LE PROJET DE REFERENDUM NE PEUVENT PAS PASSER COMME CELA

 

Suite de

https://www.olonnes.com/2021/03/loi-climat-et-resilience-developpement-durable-rechauffement-climatique.html

 

Ce 9 mars 2021, avalanche d'articles dans la presse sur le projet de loi climat. Elle  découvre ces projets sur lesquels nous avons attiré l'attention de nos lecteurs depuis des mois.

Ce qu'il y a de terrible dans ce constat c'est que le citoyen va gober, se voir imposer une révolution comme cela est clairement annoncé dans l'exposé des motifs de la loi :

"Ce projet de loi participe à changer le modèle français et à accélérer l’évolution des mentalités. Il va agir sur la façon dont nous vivons en France, dont nous consommons et nous nourrissons, dont nous produisons à la fois les biens manufacturés et les produits agricoles, dont les biens et personnes se déplacent.

Alors que la planète est déjà confrontée aux impacts du dérèglement climatique, et ainsi que les États s’y sont engagés lors de l’accord de Paris, il est de notre responsabilité morale, politique, humaine et historique d’agir pour transformer en profondeur notre modèle économique et préparer la France au monde de demain."

Mais qui a demandé à ce que soit changé le "modèle français" ?

C'est clair et c'est très dangereux, nous le répétons.

 

Maintenant si le bon peuple français et le Parlement acceptent cela, grand bien leur fasse...mais parions que lorsque les mesures d’application viendront il y aura des cris et des lamentations tardives et certainement des gilets jaunes dehors...trop tard !

 

 

Partager cet article
Repost0