Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 15:53

  INSTRUIRE EST UNE RESPONSABILITE et CELA NE S'IMPROVISE PAS...

 

 

Une Université Populaire piégée, une mairie piègée ?

 

La salle de la Gargamoelle à Château d'Olonne accueillait, ce 19 novembre 2010, une conférence organisée par l'Université Populaire du Pays des Olonnes avec le soutien de la Mairie de Château d'Olonne sur le thème :

 

                 "Pourquoi s'endetter avec de l'argent gratuit?"

 

Qu'est-ce qu'une université populaire ?

 

C'est simplement le rassemblement de bénévoles dans une association ouverte à tous dont l'objet est la transmission de savoirs.

 

Il existe au niveau national une Fédération dite Association des Universités Populaires de France qui elle-même est liée à une Association Européenne d'Education des Adultes.

 

Que s'est-il passé à Château d'Olonne ?

 

Vendredi soir, 19 novembre 2010, une centaine d'auditeurs étaient donc venus écouter le conférencier, Mr Alain VIDAL, membre de l'Association "Libérons la Monnaie".

 

Malheureusement, si l'on en croît les témoignages que nous avons reçus et ceux qui sont adressés à la Mairie : ce ne fut pas de l'éducation mais autre chose : mélange d'erreurs, de jugements partiaux  (?), d'infomations retranscrites mal digérées...et après le concert de cet été où la secte Scientologique s'était invitée, la Mairie de Château d'Olonne vient de se faire piéger à nouveau par une pseudo conférence pédagogique. Il doit en être de même pour l'Université Populaire du Pays des Olonnes qui a du aussi être trompée, elle et ses bénévoles, qui, sur le terrain du soutien, mènent une action remarquable.

 

Au nom de la liberté d'expression et d'informer, on n'a pas le droit de tromper le citoyen. Car, effectivement, si l'on écoute les auditeurs de cette conférence  qui possédaient une certaine expertise, il y a eu "tromperie sur la marchandise": enseigner, c'est transmettre objectivement un savoir...il semble que, vendredi dernier, conférencier et animateur  ont mal fait leurs devoirs et méritent un zéro pointé voire pire s'ils ont voulu tromper sciemment. On pourrait caricaturer en écrivant : ENSEIGNER est une chose, ENDOCTRINER en est une autre.

 

On attend donc les réactions de l'Université Populaire du Pays des Olonnes qui devrait s'expliquer sur cette réunion pour garder sa crédibilité et celle de la Mairie de Château d'Olonne. Il serait aussi intéressant que le conférencier réponde à notre correspondant, apporte ses arguments en réponse ...on espère un dialogue fructueux sur votre blog.

 

 

 

Voilà le texte intégral de notre correspondant : 

 

 

Conférence du 19 Novembre 2010 de M.Alain Vidal (Association « Libérons la Monnaie »)

 

sur le thème: Pourquoi s'endetter avec de l'argent gratuit?

 

L'Université Populaire du Pays des Olonnes (UPO) est une Association créée il y a 2 ans qui permet« sans aucune condition , de se former d’apprendre, d'enrichir ses connaissances, ses compétences,sa culture... »

 

Ses grands modèles et son rêve sont les Universités Populaires de Caen et de Mulhouse.

L'UPO qui n'avait jusqu'à présent pas de moyens vient de recevoir l'aide de la municipalité de Château d'Olonne qui a mis à sa disposition les locaux de la Gargamoëlle.

L'UPO apporte son soutien et l'aide de ses « adhérents-tuteurs » (enseignants retraités) à une cinquantaine d'adultes (re)commençant des études, préparant des examens ou une Validation des Acquis Professionnels.

L'Association est assez discrète sur ses références philosophiques et politiques (elle se dit « apolitique », mais voir infra cependant...) ainsi que sur l'identité de ses membres et animateurs locaux désignés par leurs seuls prénoms (Pierre et Martine), ( tradition trotskiste ?).

 

Le conférencier du jour, Alain Vidal, est chaleureusement présenté par l'animateur de l'UPO qui rappelle ses nombreuses facettes et qualités :

-Proche d'Annie Mothès,

-Instituteur en banlieue, retraité depuis 2 ans,

-Chercheur, sociologue, économiste, géographe...

-Militant actif pour le relogement de familles et le Collectif du 10 Mai de Nantes pour la résistance noire à l'esclavage.

 

Pour illustrer la richesse de cet engagement militant, Pierre X a rappelé qu'Alain Vidal avait initié une action pour emmener des jeunes de banlieue en Andalousie « à la recherche de leurs racines Arabo-Andalouses »...

 

Son action n'ayant pas recueilli tout l'appui attendu de l'Education Nationale et/ou des autorités administratives...M.Vidal avait alors engagé une grève de la faim de 9 jours...

 

La Conférence : Pourquoi s'endetter avec de l'argent gratuit?

 

Elle se présente comme un catalogue d'élucubrations teintées de prétentieuses références économiques non définies et mal assimilées...

Dans des a priori pseudo-économiques, le conférencier n'a même pas intégré les analyses de Karl Marx sur les liens entre le Capital, le Travail, la Monnaie, les Richesses..

(Peut être parce que ces analyses et théories sont d'autant plus discutables que l'Histoire n'a pas manqué de les démentir depuis).

Même les références au Prix Nobel d'économie Maurice Allais et à l'économiste Bernard Maris traduisent une lecture mal comprise...

 

 

Quelques exemples de ces élucubrations, et à leur suite les mises au point succinctes qu'un simple bon sens imposaient.

 

 Le conférencier :

 

« La société d'économie est une société de profits, les caisses des banques sont vides d'or et nous allons bientôt le faire constater par huissier pour prouver leur vol…

De 1945 à 1973, pendant les trente glorieuses, l'argent était gratuit pour l'État qui venait emprunter sans intérêt et autant qu'il voulait aux guichets de la Banque de France…

Mais Pompidou de la Banque Rothschild et Giscard d'Estaing (esclaves du capital) ont volontairement mis fin à cette période de cocagne sans dette publique...c'est l'explication de la crise... »

 

Mise au point de notre correspondant :

 

Aucune définition de la Monnaie, du processus de sa création de sa composition, ni de ses rôles fondamentaux comme moyen de mesure, de comparaisons dans l'espace et dans le temps, comme vecteur d'échanges de biens et de services...

 

Rien évidemment sur le coût réel pour l'économie de ces emprunts gratuits de L'État à la Banque de France, assimilables à l'utilisation de la planche à billets sans fondement économique.

Dans ce contexte rappelons que:

-le taux de réescompte des banques auprès de la Banque de France était à environ 10%,

-le taux d'escompte imposé par les banques aux entreprises et aux artisans était à 12% ou 13%,

-les taux d'intérêts imposés aux particuliers pouvaient atteindre 15%,...

...et si la Banque de France était riche (et premier contribuable de l'État), on nourrissait en même temps l'inflation, des hausses de prix continues et l'appauvrissement des populations.

La crise qui a succédé aux « trente glorieuses » n'est donc pas venue de la fermeture du robinet monétaire gratuit et inflationniste mais du premier choc pétrolier de 1973 et des déséquilibres consécutifs sur les marchés et dans les relations financières (excédents monétaires, pétrodollars, déficits US...)

 

Le Conférencier :

 

« L'intérêt est un vol, il ne correspond qu'au loyer du coffre fort dans lequel les

banquiers doivent conserver l'or qui seul, fonde la valeur de la monnaie »...

 

Mise au point de notre correspondant :

 

Non le taux d'intérêt n'est pas ce loyer, mais le prix du temps, de l'attente, le prix du choix différé, pour l'acheteur, le vendeur, le prêteur.

Aucune explication non plus sur les accords de Bretton Woods et sur les motifs qui ont conduit les démocraties à abandonner le système de l'étalon Or (Relations et commerce internationaux).

 

Le Conférencier :

 

 « Le pouvoir d'achat n'est fondé, justifié et ne se crée que par le seul travail humain manufacturier...

Employer veut dire faire plier et tous les employés sont des esclaves... »

 

 

Mise au point de notre correspondant :

 

Certes le travail de l'homme est essentiel et noble mais il faut aussi tenir compte de la création de richesses par la valeur ajoutée, les services et les progrès techniques: ils contribuent aussi à créer des richesses et du pouvoir d'achat.

Quant à « l'esclavage des employés » que peut-on dire devant une assertion aussi stupide sinon que les populations étaient surement bien mieux traitées sous Staline, en RDA, en Corée du Nord ou à Cuba...ce qui explique les libertés individuelles et les flux migratoires...

 

Le Conférencier :

 

« La valeur, de l'or et des biens ne provient que du travail humain nécessaire à leur production et à leur extraction »

 

Mise au point de notre correspondant :

 

  Soit, pour partie, mais la valeur des biens vient aussi de leur rareté (Uranium, terres rares, truffe, caviar et bientôt pétrole obéissent à la loi indiscutable selon laquelle « tout ce qui est rare est cher ».

 

...et la pseudo démonstration économique de se poursuivre :

 

Le Conférencier :

 

 « Il faut supprimer les intérêts, tout le monde doit être égal devant l'emprunt,

Il faut mandater des huissiers dans les banques pour leur faire constater qu'il n'y a plus d'or en caisse et qu'elles font de la fausse monnaie...

 

Les profits génèrent le chômage, car on empêche les gens d'aller travailler dans les Services Publics, il faut donc développer les Services Publics et les Coopératives...

Les brevets déposés sont du vol, des droits négatifs, et les biens immatériels ne s'échangent et ne se vendent pas, ils se transmettent gratuitement...

Si les revenus sont différents, cela entraine des déséquilibres, cela ravage la nature...

Le mot « luxe » est à honnir, il vient de « luxation », de déboitement, c'est donc aussi un déséquilibre contre nature... »

 

 

Mise au point de notre correspondant :

 

 

En conclusion, cette « conférence » est un galimatias d’élucubrations débiles, sans aucune définition ni rigueur, une somme de discours décérébrés et de sentences « altéro-mondialo-marxistes».

Ce qui laisse pantois voire inquiet, c'est de songer que leur auteur a eu la responsabilité pendant des années de former et d'enseigner à des jeunes... (Ce qui explique peut être le niveau actuel de certains...)

Les projections « power point » et les tableaux annexes qui se voulaient explicatifs étaient du même tonneau pseudo économique et doctrinaire.

 

 

 

A la fin de ce brillant exposé, Pierre X a sollicité les lumières compétentes d'Alain Vidal pour nous expliquer la « Guerre des monnaies » qui défraie l'actualité:

 

 « La guerre des monnaies vient de la fin de la 2nde guerre mondiale quand Himmler a décrété et imposé que 1 Deutsche Mark vaudrait :20 Francs Français ,pour étrangler notre économie...

En 1945, de Gaulle a adopté la même politique en décrétant que 1 FF vaudrait 10 F CFA, permettant ainsi d'importer à moindre coût et de spolier les anciennes colonies »....

 

Mise au point de notre correspondant :

 

 

Cette explication est pour le moins originale mais elle ignore superbement quelques évidences :

 

-Les déficits commerciaux structurels des USA, l'importance de l'endettement Américain et la sous évaluation du dollar entretenue par la Federal Reserve pour aider l'économie américaine...

-Les excédents commerciaux chinois et l'importance de leur épargne (premiers créanciers des États Unis)...

-L'incidence des déséquilibres des balances commerciales inter-étatiques et des parités monétaires consécutives...

-Enfin les différences de richesses naturelles qui favorisent certaines économies, parfois émergentes (Brésil, Canada, Chine, Russie, Moyen Orient...) et la dépendance accrue et la fragilité consécutives prévisibles de certains autres (USA, Europe, Japon...).

 

Au demeurant, si cette « conférence » est très originale en 2010, elle dénote une inculture et un total aveuglement sur les leçons de l'Histoire (ce qui est paradoxal dans la pensée marxiste).

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 21:05

 

marianne0002 justice-balance,G-E-590-3

                                                                                                

                                                                                           

 

 

 

Poursuivons notre information sur ce poison de la vie publique qu'est le conflit d'intérêtS

 

Rappelons sa définition donnée par le CONSEIL DE L'EUROPE :

 

"UN CONFLIT D'INTERETS NAÏT D'UNE SITUATION DANS LA QUELLE UN AGENT PUBLIC A UN INTERET PERSONNEL DE NATURE A INFLUER OU PARAITRE INFLUER SUR L'EXERCICE IMPARTIAL ET OBJECTIF DE SES FONCTIONS OFFICIELLES"

 

voir déjà:

 

CONFLIT D'INTERETS suite

CONFLIT D'INTERETS : suite

CONFLIT D'INTERETS

 

On dénonce le mal, mais tentons, avec Martin HIRSCH et son ouvrage  "Pour en finir avec les conflits d'intérêts" paru chez Stock, de proposer des solutions sous forme de recommandations, véritable méthode de prévention des conflits d'intérêts:

 

1 ère recommandation  : déclaration d'intérêts obligatoire systématique  pour les ministres,conseillers régionaux, génaraux, maires, certains fonctionnaires  et l'ensemble des élus ayant des délégations de pouvoir.

Cette déclaration devrait comprendre les revenus et activités de l'intéressé et de ses proches et être rendue publique,

 

2 ème recommandation : enseignement sur ce qu'est le conflit d'intérêts à l'ENA et dans les autres écoles de la fonction publique,

 

3ème recommandation : nomination d'un commissaire aux conflits d'intérêts comme au Canada,

 

4ème recommandation : interdiction de certains cumuls de fonctions pour les parlementaires,...les membres du Parlement ont-ils besoin de revenus supplémentaires compte tenu de leurs indemnités et avantages divers ?

 

5ème recommandation: disposition anti-cadeaux pour les responsables publics,

 

6ème recommandation : circulaire aux responsables publics sur les conflits d'intérêts publiée au Journal Officiel, 

 

7ème recommandation : création d'un Code Ethique des conflits d'intérêts : ce serait un corps de doctrine de la prévention des conflits d'intérêts ,

 

8 ème recommandation : dans le secteur privé, prévention des conflits d'intérêts renforcée par un régime d'incompatibilité entre certaines fonctions sous la responsabilité de  l'Autorité des marchés financiers, l'AMF.

 

A ces recommandations nous en rajouterions une : l'interdiction du cumul des mandats (en nombre et en durée).

 

Le Président de la République vient de  donner un second souffle à la "commission des conflits d''intérêts dans la vie publique". Xavier BERTRAND a emboîté le pas. Qu'il se fassent  entendre et fassent vancer le dossier de la tranparence, d'autant plus que cela suit "l'affaire" WOERTH BETTENCOURT. Le mal existe à tous niveaux il faut le soigner !

 

Ce n'est  une tâche ni coûteuse ni compliquée (il n'y a pas besoin d'une loi !). Et elle permettrait de réconcilier élus, hauts fonctionnaires et les citoyens.

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 22:48

Non ce n'est pas le distributeur de la Prironnière attendu depuis des mois...

 

DSC01698

...mais celui d'une petite station balnéaire de Normandie de 1300 habitants !

 

Il y a des dossiers précis comme celui-là où l'on peut mesurer l'efficacité ou l'inefficacité d'une municipalité. Les habitants de la Pironnière et les touristes apprécient : le distributeur est posé (il a fallu des mois pour ce résultat) mais toujours pas branché malgré la promesse du maire faite en conseil municipal : ce sera fait avant fin octobre !

  DSC01709

 

 

Petite affaire mais symbolique et regrettable.

 

Qu'on ne nous dise pas qu'en mettant en évidence de telles carences (en fait nous ne faisons qu'un constat) nous  attaquons les services et le personnel de la mairie : les seuls qui soient critiquables et à mettre en cause dans une structure ce sont les responsables donc les élus qui ont en charge le dossier dont le premier  : le maire.

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 21:21

 

 

Encore merci à "EVENE" pour ce dicton du jour :

 

 

Ce qui m'intéresse, ce n'est pas le bonheur de tous les hommes, c'est celui de chacun.
[ Boris Vian ]

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 12:30

Les rangs étaient clairsemés et formaient une haie de parapluies. Une bonne pluie froide a du diminuer les ardeurs des courageux qui voulaient honorer la mémoire de ceux et celles qui ont beaucoup donné pour la liberté de leur Pays

 

11 nov 2010DSC01663

 Hommage sous la pluie

11 nov 2010 DSC01674

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 17:50

suite de CONFLIT D'INTERETS : suite

 

 

« POUR EN FINIR avec les conflits d’intérêts »

Martin Hirsch « Stock »

 

Tentative de définition des "conflits d’intérêts " gangrène de la démocratie

 

C’est l’émergence des conflits entre le pouvoir et l’argent. Le domaine du conflit d’intérêts est très large. En effet, tout individu à qui est confiée une parcelle d’autorité se trouve un jour ou l’autre confrontée, à son niveau d’influence, à des conflits d’intérêts : ses amis, ceux qui se disent ses amis, des proches, des groupes de pression lui demandent de les aider, tentent d’influencer ses décisions ou même lui demandent d’user de son influence pour  orienter, infléchir une décision, un texte, une pratique…

 

Le Conseil de l’Europe, cité par Martin HIRSCH, donne cette définition qui nous paraît un peu étroite :

« un conflit d’intérêts naît d’une situation dans laquelle un agent public a un intérêt personnel de nature à influer ou paraître influer sur l’exercice impartial  et objectif de ses fonctions officielles »

 

Ceci dépasse largement le cas où le conflit d’intérêts débouche sur une position ou une action qui a pour but, pour un détenteur de l’autorité, de profiter ou de faire profiter à ses proches de sa position pour se ou leur procurer des avantages matériels : cela c'est l’aspect de la prise illégale d’intérêts ou le favoritisme que la loi sanctionne pénalement et qui doit, en principe, aboutir devant les juridictions pénales à des condamnations quand les faits sont avérés.

 

 Les exemples de conflit d’intérêts que cite Martin HIRSCH sont significatifs des dangers « mortels » que peuvent faire courir des conflits d’intérêts. Il s’attarde particulièrement sur trois cas

  

-         les élus concernés par la tempête XYNTHIA,

-         l’affaire BETTANCOURT-WOERTH

-         et l’affaire du sang contaminé.

 

Il ne faut pas faire d’angélisme : les rapports entre le pouvoir et l’argent ne seront jamais purs et, d’un autre côté, le fait d’accéder à des responsabilités n’a pas pour conséquences l'obligation  de rompre tout lien avec ses amis, son passé, sa famille sous prétexte qu’il peut y avoir des interférences.

 

Le conflit d’intérêts est la maladie, la gangrène qui pourrit toute la vie publique et il faut donc tenter d’établir des règles pour les prévenir à défaut de guérir la société de ce mal.

 

Des remèdes à cette maladie sont proposés et existent  déjà dans certains pays.

 

Citons Martin HIRSCH :

 

« Transparency International est une organisation non gouvernementale qui consacre son action à combattre pour la transparence et l’intégrité dans la vie publique et internationale. »

 

Cette ONG est dirigée par un haut fonctionnaire français qui fut Directeur de la Caisse des Dépôts et Consignations.

 

« Ses propositions émises en juillet 2010 sont au nombre de dix et relativement simples

 

1)      obligation de déclaration des activités ; sanction du non-respect de cette obligation,

2)      engagement sur l’honneur de déclarer tout risque de conflits d’intérêts,

3)      code de conduite sur le passage du public au privé,

4)      non participation aux décisions pouvant être en conflit d’intérêts,

5)      nomination de déontologues indépendants,

6)      rendre annuelle la déclaration de patrimoine de début et fin de mandat,

7)      donner plus de pouvoir  à la commission pour la transparence financière de la vie politique,

8)      engagement de démission dès une condamnation de première instance jusqu’à la décision définitive,

9)      compléter les dispositifs mis en place par le Parlement pour le lobbying,

10)  rendre des comptes publiquement sur la manière dont on surveille les conflits d’intérêts.

 

Le Canada a adopté cette pratique pour ses députés. En Suède, c’est une pratique étendue à tous les élus.

 

Et en France ?

 

 

Quand on entend un avocat qui, en plus d’avoir la robe d’avocat, a la casquette d’élu, et qui, dans un Conseil Municipal, prend part au débat sur des travaux qui concernent son propre environnement : il y a conflit d’intérêts,

 

Quand on voit un élu qui a des intérêts personnels dans une société prendre part à une décision où cette société est engagée, il y a conflit d’intérêts et cela peut même aller jusqu’à la prise illégale d’intérêts ou le délit de favoritisme,

 

Quand on voit un expert travaillant pour une collectivité traiter le dossier et participer en tant qu'élu aux décisions concernant ce dossier  qu’il a eu à expertiser, il y a conflit d’intérêts et même certainement prise illégale d’intérêts.

 

 

Qu’attend-on en France pour adopter des  pratiques telles que celles énoncées ci-dessus ? et qu’attend le Parlement pour voter une loi sur la prévention des conflits d’intérêts ?

 

Ce serait la plus saine façon d’assainir notre vie publique, d’éviter la république des bruits, soupçons et condamnations qui discréditent le monde des élus et donc la démocratie.

 

Le 12 juillet 2010, le Président de la République s’est dit favorable à des propositions sur la prévention des conflits d’intérêts.

 

Dans Ouest France du 27 octobre 2010, Xavier Bertrand s’est prononcé pour que les ministres, les agents publics déclarent leurs revenus et activités et que ces exigences pourraient aussi viser les membres de leur famille et leurs collaborateurs.

 

Décidément va-t-on vers plus de transparence en France et donc vers moins de scandales ?

 

  

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 10:32
 
 
 
La majorité a toujours raison, mais la raison a bien rarement la majorité aux élections.
[ Jean Mistler ]
Extrait de Bon Poids
Partager cet article
Repost0
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 23:49

 

On a déjà abordé le sujet sur la base du livre de Martin HIRSCH : "Pour en finir avec les conflits d'intérêts", (chez Stock) voici un autre extrait qui nous touche

 

 voir : CONFLIT D'INTERETS

 

Concernant XYNTHIA,  Martin HIRSCH écrit :

 

    On se retrouve en situation de conflit d’intérêts institutionnels. Entre la sécurité et le développement, entre la précaution et l’économie. On privilégie le développement de l’économie locale en faisant l’impasse sur les risques. Derrière cette question classique se cache des conflits d’intérêts plus personnels . au moins dans un cas, une éléue en charge de l’urbanisme a délivré des permis de construire dont a bénéficié son fils, promoteur immobilier, pour lui permettre de lotir. Cette élue disposait elle-même de parts dans la société immobilière qui fera fructifier quelques terrains constructibles. Certes, lors de l’une des délibérations du conseil municipal, elle n’a pas pris part au vote. Il lui a été demandé de sortir. Mais enuite c’est elle qui a signé les permis de construire (confer articles de Tonino Sérafini Libération).

          

 Figurent ici tous les faits constitutifs du conflit d’intérêts . Conflit d’intérêt général. Comment un maire peut-il concilier l’aspiration à un développemnt économique et son rôle de régulateur des permis de construire ? Comment peut-il à la fois appuyer sur l’accélérateur et sur le frein ? En vertu de quoi peut-il faire les dosages ? Problèmes qui peuvent conduire à penser que, dans certains cas, au lieu de mettre les élus dans des situations impossibles,  il serait nécessaire qu’une autre autorité se voie conférer la compétence de délivrance des permis de construire.

        

      Il y a  là le problème bien posé et l'esquisse de solutions.

 

Les conflits d'intérêts pourrissent la vie publique nationale et locale et l'image des élus. Quelques brebis galeuses ne doivent pas noircir l'image de la notion d'élu...sinon la démocratie sera menacée...nous le disons et le répétons : "tous élus, tous pourris!" est le plus grave danger qui pèse sur la démocratie et nous lutterons sans relache pour la transparence.

 

Merci à Martin HIRSCH d'avoir osé commettre cet ouvrage dont nous vous servirons encore quelques extraits. C'est de l'information citoyenne.

 

 

 

Partager cet article
Repost0