Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 13:08

Définition

  

 

Nous vous informons sans cesse, quitte à être  peut-être lassants, sur des situations financières "dangereuses", sur des pratiques que les textes législatifs et réglementaires répriment, sur un certain laxisme.

 

Dans ce contexte, l'existence des  "chevaliers blancs" st nesauvegarde. Ils  rappellent à nos responsables qu'ils sont au service de tous les citoyens, de l'intérêt général et non au service d'intêrêts particuliers ou pire au service de leurs intérêts personnels ou encore pire au service d'intérêts particuliers et au service de leurs intérêts personnels.

 

Dans ce cadre, nous ne pouvons que vous recommander ce petit ouvrage qui propose des remèdes à la gangrène qui attaque nombre d' élus et responsables à des degrés très divers (heureusement !) et qui pollue l'action politique, la démocratie et l'image même des élus et autres serviteurs de l'Etat que l'on met trop vite tous "dans le même sac".

 

Conflits d'interets HIRSCH0001

 

Nous vous délivrerons dans les prochains jours quelques extraits de cette étude, de cette réflexion et des conclusions de Martin HIRSCH : comme il l'écrit à plusieurs reprises. avec regret..les conflits d'intérêts, on n'apprend pas cela à l'ENA !

 

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 16:40

Pauvre France !  Régressions : il faut savoir et avoir toujours en tête cela ...

 

   

La France est, parmi les grands pays, celui qui a le plus régressé sur le plan industriel : depuis la fin des années 1990, la production a reculé de 10%, l’emploi de 20%.

Sa part dans le commerce mondial est passée de 6,5% à 3,7% . Le nombre d’entreprises exportatrices de 110.000 à 91.000 (contre 245.000 en Allemagne et 200 .000 en Italie (Le Monde 13 octobre 2010, repris par Ouest France).

 

 Il est bon de prendre conscience de la réalité qui nous entoure pour se permettre de juger des situations : des égoîsmes additionnés ne conduisent qu'à la perte d'un pays...telle est la conclusion à tirer face à une défense sans négociation voire sans concession du passé nommée "défense des droits acquis". Il faut collectivement évoluer.

 

Ajoutons à cela comme conséquence de cette régression qui devrait nous culpabilser : le taux de pauvreté croît . La solidarité nationale c'est pour les autres ?

  pauvreté0001

La prise de conscience de cette situation de fait est le première étape, la seconde est celle de la réaction : "travailler "pour rétablir notre économie en rétablissant les valeurs qui ont fait la FRANCE : la culture du loisir ne doit-elle pas céder à nouveau  le pas à la culture du travail ?

 MAIS CELA NE PEUT SE FAIRE QU'AVEC JUSTICE ET AUX DECIDEURS ELUS ET AUTRES, UN DEVOIR : L'EXEMPLARITE !

 

Se redresser ne se fera pas sans sacrifices..à nos politiques, le courage, dont celui de faire en sorte que le sacrifice et la remise en cause qui seront nécessaires soient JUSTEMENT répartis et donc à eux avant tout de donner l'exemple (allusion aux salaires, indemnités, avantages divers accordés maladroitement à nombre d'élus et auxquels ils doivent, encore  au nom de l'exemplarité, renoncer en partie voire totalement immédiatement).

 

Examinez le mal fait à l'image de nos élus et donc à la démocratie par la publication sur internet  de leurs avantages hors normes...vous avez dit EXEMPLARITE ?

 

Examinez aussi l'impact sur la conscience de nos jeunes face à cette "injustice"...rien que cela peut suffire à condamner notre "modèle " de démocratie en envoyant aux enfers : les élus, le pouvoir du bulletin de vote...et à la fin la liberté que la démocratie protège !

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 09:54

Celui-ci d'EVENE tombe à pic

 

Si vous devez cent dollars à la banque, c'est votre problème. Si vous devez cent millions de dollars à la banque, c'est le problème de la banque.

Souhaitons : 

- que Jérome KERVIEL ne soit pas le lampiste :

- que ce jugement fasse jurisprudence : alors les chefs d'entreprises coupables de fautes professionnelles lourdes, les élus responsables d'erreurs graves par néglignece, par prise illégale d'intérêt ou pour tout autre motif condamnable  seront "justement sanctionnés",

- que l'on ne voit plus à la télévision Bernard TAPIE se pavanner, triompher alors qu'il  a réduit au chômage des centaines de travailleurs...

que le citoyen redonne sa confiance alors en la justice de son pays .

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 16:15

EDITO de RENTREE

  garnds parents

 

 

Le point de vue de Jacques Le GOFF dans Ouest France intitulé « Bien vieillir et pour les autres » ne peut laisser insensibles les habitants du Pays des Olonnes.

 

Cet éditorial évoque à partir d’exemples d’Amérique du Nord les villages privés réservés aux plus de 60 ans et dont les habitants ont en moyenne 75 ans.

 

En France et, bien sûr, au Pays des Olonnes, les résidences de ce type réservées aux retraités où ils vivent « dans une oasis de béatitude sereine »,  heureux de se retrouver entre eux « sans enfants ni école » se multiplient.

 

Nous posons la question depuis des années : le Pays des Olonnes est-il condamné à être un pays « gérontologique »  (la gérontologie est une spécialité s’intéressant aux maladies des personnes âgées et à leurs conditions de vie) ?

 

En 2005, 2006, lors de l’élaboration du schéma « Olonnes 2020 » la question avait été posée aux  élus, aux forces vives, aux représentants du monde associatif du Pays des Olonnes  « le Pays des Olonnes doit-il être réservé aux 3ème et 4ième âge ?».

 

La réponse unanime a été : NON !

 

Or, que voit-on aujourd’hui dans les faits :

 

- des classes, dans les écoles primaires, ferment,

- des emplois durables disparaissent et rien de sérieux, n’est fait pour développer l’emploi, nos jeunes doivent quitter le Pays,

- l’avenir économique et démographique du Pays n’est pas abordé comme un investissement urgent, nécessaire,

- les jeunes n’intéressent pas nombre d’élus,

- l’impossibilité pour les jeunes d’accéder au logement,

- le manque de formations sur place…

 

Si l’on ne veut pas s’enfermer, il faut créer les réponses adaptées au titre de l’éditorial « Bien vieillir avec et pour les autres ».

 

Les retraités sont une "mine d’or" pour la société encore faut-il créer les moyens d’exploiter cette mine d’or : combien ont-ils été durant ces vacances à prendre en charge petits enfants, amis des petits enfants et que de découvertes ont-ils pu faire faire à ces jeunes ?

 

Il appartient à la collectivité de favoriser cette TRANSMISSION du savoir faire des aînés et non seulement du savoir faire mais aussi du savoir vivre.

 

Quels progrès nos petits enfants ont-ils pu faire durant leurs vacances dans tous les domaines : vie collective, savoirs, maîtrise de soi, découverte des autres, de la nature, du silence, des arts…?

 

Voilà bien un axe de développement qu’il incombe à la société de promouvoir : favoriser le rôle social « éducateur » des aînés et en retour ceux-ci resteront tolérants et ouverts aux difficultés des jeunes.

 

Conscients de leur rôle et plus avisés des difficultés des jeunes, les aînés auront à cœur de faire du Pays des Olonnes autre chose qu’une agglomération de personnes âgées.

 

Ils auront pris conscience  qu’il faut redynamiser le Pays, attirer les investisseurs, développer de nouvelles filières économiques et de formation, s’unir…investir même si cela est au prix de petits sacrifices et d’une petite perte de sa tranquillité qui finit par être un peu égoïsme !

 

Unissons les générations pour aller de l’avant au Pays des Olonnes.

 

 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 14:48

  

Voilà ce que nous recevons et livrons à votre méditation : "dura lex, sed lex" et nous laissons à son auteur tous les droits sauf celui d'excéder au volant effectivement les vitesses limitées :

   

                                         B14 50

   

"Plus que jamais, l'achat d'un GPS est indispensable, devant un état voyou qui a réinventé la gabelle et l'octroi. Le Tom-Tom est le meilleur, il coute deux prunes, moins les points. Et il donne en plus de nombreuses autres satisfactions que de signaler les radars.

 

J'en suis à 5 excès de vitesse pour un total de 12 km/h!  : 5+3+1+1+1. (sans GPS).

On pourrait en conclure que je respecte les limitations, puisqu'on n'a jamais pu me choper à plus de 5 km/h de dépassement.

Mais non: on taxe: 450 euros (675 avant rabais)  pour 5 forfaits qui ne valaient à eux 5 guère plus qu'une prune : absurdité! Les compteurs sont gradués de 10 en 10, et on taxe pour 1 km/h. On nous demande de mesurer une bactérie avec un mètre pliant ! On nous demande, après deux heures de conduite, de faire à chaque instant ce qu'aucun appareil, aucun cruise-control (ou contrôleur de vitesse) n'est capable de faire. Aucun physiologiste ne vous dira que cette performance est compatible avec la physiologie humaine. C'est tout simplement hors de portée de nos capacités physiques.

Nous sommes 20 millions de Français à rouler le nez sur nos compteurs, négligeant l'attention que nous devons à la route au profit d'incessants regards sur l'aiguille, ce qui va à l'encontre du soi-disant but de la manoeuvre. Cette attitude est dangereuse, de plus elle nous occasionne un stress permanent, qui est lui aussi accidentogène, en plus de nous pourrir la vie.

    1 km/h, il faut savoir que c'est 28cm à chaque seconde. C'est rien, trois fois moins que rien. Mais ça coûte 135 euros et un point.

   Imaginez qu'il vous reste 1 point sur votre permis.

Vous vous faites piquer à 51 km/h: tout d'abord, 51 km/h est une approximation, comprise entre 50.500 à 51.499 km/h. Ainsi, vous pouvez avoir parcouru 14cm de trop dans la seconde ou vous avez été mesuré. Donc, on va pouvoir vous dire: Monsieur (ou Madame), vous avez effectué 14cm de trop le 9/9/2010 dans la seconde comprise entre 16h, 35 minutes et 43 secondes et 16h, 35 minutes et 44 secondes. Aussi vous allez payer 135 euros, nous rendre votre permis, le repasser à grands frais, et avant cela,  faire un test psychotechnique à 120 euros, (pour vérifier que vous n'êtes pas complètement taré psychiquement, pour avoir mis en danger la vie de vos concitoyens en parcourant 14 cm de trop à chaque seconde qui passe) ainsi qu'une visite médicale à 24.40 euros.

Il faut se rappeler que 135 euros, c'est environ deux jours et demi de smig, soit une demie-semaine, et un mois d'économies pour un smicard qui bouffe des patates à chaque repas. C'est donc condamner ce pauvre bougre à un mois de travaux forcés s'il dépasse de 14cm la distance qu'on l'autorise à parcourir à chaque seconde. Et si on ajoute les 500 euros que ça va lui coûter de repasser son permis, ça porte la sanction à trois mois de travaux forcés.

Et qu'on ne me parle pas des 10% de tolérance: c'est confondre une tolérance judiciaire avec une tolérance d'instrument de mesure: personne ne peut garantir une vitesse à moins de 10% près, tant cela dépend du positionnement du radar plus ou moins rigoureux et de différents facteurs, climatiques entre autres. Il n'y a donc aucune tolérance judiciaire. Prétendre le contraire est simplement un mensonge.

 

La question est de savoir si nous voulons d'un état intolérant.

 

Le comble de l'injustice est que si vous roulez à 51 km/h ou à 69, la sanction est la même. Ainsi, je n'aurais pas été plus lourdement sanctionné si j'avais cumulé 95 km/h de dépassement plutôt que mes pauvres 12 km/h en 5 fois.

Pourtant la distance d'arrêt (sur route sèche) passe alors d'environ 26 m à plus ou moins 50m. Ce qui est carrément le double!! Et sur route mouillée de 40 à près de 80 m.

De plus, une vitesse à 51 km/h témoigne d'une volonté réelle de respecter la vitesse autorisée, alors qu'une vitesse de 69 km/h témoigne, sauf étourderie ou fatigue, d'une réelle volonté de s'en foutre.

 

Je pense qu'il faut créer une association de mécontents, pour payer un cabiner d'avocats de haut vol qui mettra Sarko et ses suceurs de pognon le nez dedans.

Je n'oublierai jamais que c'est à Sarko qu'on doit le terrorisme routier qui sévit depuis qu'il était ministre de l'intérieur. Surtout pas en 2012. Les anglais adorent leurs bobbies, et nous haïssons nos flics : beau résultat !!! Et je sais qu'ils en souffrent, eux aussi, eux surtout.

Rappelons-nous aussi que grâce à des accords immoraux avec le privé (toujours lui), une énorme partie des taxes prélevées vont directement dans la poche d'actionnaires avisés, : ils ne sont pas près d'arrêter d'investir dans les machines à sous. C'est encore un scandale dans le scandale.

 

Aux armes, Citoyens!  Les aristocrates au pilori!  Et les radars au pilon!"

 

Nous ne savons pas si l'actuel Président de la République est comptable de nos excès de vitesse, de nos écarts et de leurs sanctions en la matière mais il est certain que l'auteur de ces lignes a le droit d'exprimer sa rancoeur face à l'acharnement des radars à le poursuivre pour 1 kimomètre heure de trop et nous sommes aussi persuadés qu'après cette expérience il roulera désormais plutôt à 49 km/h qu'à 51 km/h quand la limitation sera à 50 km/h . Mais dans ses réflexions il y a du bon .

 
 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 21:22

 

Nous remercions tous les gens qui se sont manifesté pour nous signifier leur soutien et leur amitié suite à la parution de cet article...c'est faire trop d'honneur à son auteur d'en reparler.

Dossier clos

 

 

 

malhonnêteté 2010 09 17

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 21:11

Voilà ce que les promeneurs de ce dimanche 19 septembre pouvaient admirer au Puits d'Enfer à Château d'Olonne :

 

nokia 089

 

 

 

Vandalisme, incivilité, pertes des repères et des valeurs, imbécillité...à vous de juger et de réagir : il n'y a que l'éducation et l'exemplarité qui pourront "canaliser" certains instincts.

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 14:46

Monsieur Jean-Yves BURNAUD

Maire de Château d'Olonne

 

 

Burnaud 

Monsieur le maire de CHATEAU D’OLONNE,  Jean-Yves BURNAUD, a écrit dans le Journal des Sables du 9 septembre dernier pour se plaindre de la parution, en date du 26 août, dans le même journal, d’interviews  de responsables d’associations qui avaient osé émettre des critiques sur l’état de la voirie et sur les projets en cours à CHATEAU d’OLONNE.

 

Pour notre part, visés nommément, nous sommes très honorés que l’on prenne ainsi en compte les doléances d’élus de l’opposition et de responsables d’associations qui ne font que transmettre  à la Municipalité les plaintes et les propositions des citoyens qu’ils côtoient.

 

Par contre, nous retenons avec étonnement le ton de cet écrit du maire :

 

 « que des responsables associatifs, de surcroît anciens élus, fassent croire à la population que l’on peut tout, partout, tout de suite, relève de la manipulation voire de la malhonnêteté intellectuelle ».

 

La pratique de l’injure et de la calomnie attestent du manque d’arguments de Monsieur le Maire pour justifier l’état dégradé et inadapté de la voirie à Château d’Olonne.

 

En effet, ce n’est ni en injectant un budget de 3.5 millions d’euros par an dans des travaux de voirie au coup par coup ni en pratiquant l’injure que l’on résoudra le problème.

 

L’honnêteté intellectuelle,  pour Monsieur le Maire, aurait été d’écrire qu’il est élu à Château d’Olonne depuis 1977 et qu’il est maire depuis 1989 et qu’il est donc le seul responsable de l’état lamentable de la voirie lié à une urbanisation anarchique et qu’au cours de ce dernier mandat, pressé par les demandes des castelolonnais relayées par une opposition proposante et constructive, il essaie de rattraper le temps perdu et les erreurs commises.

 

L’opposition au Conseil Municipal , fidèle à son programme, ne cesse de réclamer un audit technique et financier des 120 kilomètres de voirie pour enfin bâtir un plan chiffré et programmé de la remise à niveau de la voirie.

 

Monsieur le Maire a-t-il peur du résultat de cet audit qui effectivement risque de ne pas être à l’honneur de ces 20 dernières années de gestion de la commune ?

 

Mais qu’importe le passé ! Il faudra l’assumer et mettre en place les vrais moyens de rendre à Château d’Olonne et au Pys des Olonnes une voirie digne d’une station de 14 000 habitants et il faudra repenser l’urbanisation. Ce n’est pas par l’invective, l’injure et la diffamation à l’égard de responsables d’associations élus ou pas de l’opposition que cela  se fera mais il faudra que la Municipalité, Maire en tête, agissent en gestionnaires responsables et honnêtes.

  

 

 

 

malhonnêteté 2010 09 17 

 

  DSC01111 2010 09 olonneDSC01115 2010 09 la bruyère

 

DSC01121DSC01124 2010 09 grandes prises

 

DSC01123

Partager cet article
Repost0