Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

28 août 2022 7 28 /08 /août /2022 17:23
2017 : UN PROGRAMME AFFICHÉ ET OUBLIÉ

2017 : UN PROGRAMME AFFICHÉ ET OUBLIÉ

 

 

 

2017/2022, 5 ANS SANS AMBITION, SANS VIE PUBLIQUE

 

Nous avons reproché au Président François HOLLANDE son absence de gestion de la France, son abandon du pouvoir présidentiel face à un Parlement où sa coalition majoritaire socialiste, écologiste et radical s’effritait rapidement. Il s’est auto-proclamé Président privé de son pouvoir. La France s’enfonçait dans une décadence qui rendait son peuple d’un pessimisme toujours croissant : endettement, services publics, désindustrialisation, chômage, perte de compétitivité...un pays riche replié sur lui-même et insatisfait.

En 2017, la France s’est choisie un Président de la République porteur d’espoir, porteur d’un programme « En Marche ! », « Retrouver notre esprit de conquête pour bâtir une France Nouvelle »...paroles, paroles...

En 2022, lors de la campagne électorale pour élire un nouveau Président il n’y a pas eu de bilan contradictoire de fin de ce quinquennat, pas de débat, pas de campagne électorale comme si pendant le quinquennat qui s’achevait il ne s’était rien passé, comme si les gilets jaunes et la crise sanitaire Covid avaient rayé 5 ans du calendrier politique de la France et envoyé le programme MACRON aux abonnés absents.

La France vivait sous un régime quasiment présidentiel avec un Président omniprésent et omnipotent mais qui, traumatisé par les Gilets Jaunes et la crise sanitaire a enfoui les promesses du jeune Président au fond des tiroirs des bureaux de l’Élysée... ses promesses, ses réformes furent du domaine du rêve. Il a choisi de s’occuper des sujets sans risques comme celui du sexe des anges et des ultra-minorités marginales influentes à Paris déstructurant socialement mais pas des vrais problèmes du Pays.

Les grands problèmes qui gangrénaient la France : dette, santé, sécurité, éducation, immigration...furent mis entre-parenthèses. Mais ils sont toujours là.

En 2022, la Macronie 1 a été reniée par ses anciens adeptes...qui sont devenus minoritaires. C’est le pessimisme et son corollaire l’abstentionnisme qui l’emportaient aux dernières élections législatives.

 

2022/2027 : LE RÉVEIL  EN TROMPE L’ŒIL ?

C’est l’ère de la Macronie 2 qui s’ouvre.

Mais une Macronie dans une nébuleuse.

Que sert au nouveau guide un pouvoir présidentiel exorbitant s’il n’a pas de programme ?

Le Guide de la France n’a pas de boussole. La France vit au gré des vents et des marées sans pilote.

Cela tous les français et les chroniqueurs le savent, le vivent, l'écrivent.

De sa retraite estivale du Château fort de BRÉGANÇON et de sa commune de Bormes les Mimosas où le Président se reposait en famille il a sorti les trompettes du réveil des français.

La musique une nouvelle fois est belliqueuse. Le Président reproche aux français leur « insouciance ». Il les invite aux « efforts », aux « sacrifices ». Mais que font l’État et son Président pour donner l’élan et le bon exemple ?

Mais cette « insouciance » n’est-elle pas à l’image du Président ? Le Président, chef de l’État, n’-a-t-il pas une part de responsabilité : l’argent facile, les dérèglements sociétaux, les scandales, une justice qui prend l’eau comme la piscine présidentielle, des ministres incités à être sérieux... ?

On mélange tout.

Août 2022, les propos présidentiels en période estivale : c’est un réveil Présidentiel qui peut être douloureux mais c’est tout sauf un électrochoc qui mobilisera un peuple. Ce n’est pas l’annonce d’une « fin de l’abondance » qui peut être la base d’un programme consensuel et mobilisateur.

C’est peut-être le réveil espéré du Président pour cette rentrée mais l’heure où le réveil a sonné, la sonnerie elle-même n’a pas été audibls à ce jour pour un peuple qui attend un vrai sursaut national enthousiasmant alors que le bruit des canons, des missiles s’entend si près de la France.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2022 1 18 /07 /juillet /2022 09:52
GÉRALD DARMALIN MINISTRE DE L'INTÉRIEUR ET DES OUTRE MER

GÉRALD DARMALIN MINISTRE DE L'INTÉRIEUR ET DES OUTRE MER

 

 

 

L’AFFAIRE DARMANIN DITE AFFAIRE DU STADE DE France EST UNE FAUTE  DRAMATIQUE AU NIVEAU DE L’ÉTAT, LES CITOYENS S’EN SOUVIENDRONT

 

Nous devons intervenir non pas sur le plan politique qui ne nous concerne pas directement mais sur le plan citoyen de gestion de notre pays. Réagissons, ne laissons pas les crises s'accumuler: crise économique, crise institutionnelle, crise d'autorité crise sanitaire...Notre réflexion ne vise bien sûr pas un homme mais le fonctionnement même des institutions...il y a eu faute grave qui a des impacts  sur l'autorité de l'État. Ces fautes sont reconnues, clairement identifiées et donc avérées.
Ce n’est parce que le peuple n’est pas descendu dans la rue pour demander la tête de Gérald DARMANIN que l’on peut dire que les français ont déjà oublié les multiples fautes du Ministre de l’Intérieur.
Il a humilié la France devant des milliards de téléspectateurs (confer les médias) lors de la finale de la ligue des champions de football LIVERPOOL REAL DE MADRID le 28 mai 2022.
Désormais ...chaque fois qu’il y aura un événement au Stade de France, les citoyens français et ceux des pays étrangers se remémoreront la honte subie par la France ce 28 mai 2022 et les jours qui suivirent.

Voir;

https://www.olonnes.com/2022/07/darmanin-gerald-ministre-et-meme-promu-au-sein-du-gouvernement-une-faute-une-provocation.html

 

Au nom des citoyens nous, association citoyenne, ne pouvons pas nous taire. Ce dossier est emblématique du mal français et le constat de la décomposition de l’État.

Ajoutons à l’incompétence du Ministre, ses mensonges, l’accusation à tort des supporters, l’invention d’une histoire de billetterie infondée, le pillage organisé autour du Stade par des bandes de voyous délinquants, le truandage des preuves avec la disparition miraculeuse des preuves...

 

À SUIVRE...

À QUAND LA DÉMISSION DE GÉRALD DARMANIN ? NUMÉRO 2 DU GOUVERNEMENT

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2022 7 10 /07 /juillet /2022 21:34
LES SYMBOLES DES DEUX POUVOIRS : L'ÉLYSÉE ET L'ASSEMBLÉE NATIONALE LES SYMBOLES DES DEUX POUVOIRS : L'ÉLYSÉE ET L'ASSEMBLÉE NATIONALE

LES SYMBOLES DES DEUX POUVOIRS : L'ÉLYSÉE ET L'ASSEMBLÉE NATIONALE

 

L'ESPOIR D'UN FONCTIONNEMENT CONSTITUTIONNEL DE NOTRE DÉMOCRATIE

Association citoyenne, nous cherchons sans cesse à sensibiliser et à rassurer nos concitoyens sur la gestion de notre pays avec toujours une pointe d’optimisme : l’espoir d’un sursaut populaire au nom des libertés si difficilement conquises et au nom de la citoyenneté.

Le Parlement (Assemblée Nationale et Sénat réunis sous ce vocable de Parlement ) constitue la représentation nationale...Il est titulaire du pouvoir législatif.

Le peuple envoie au Parlement des hommes et des femmes pour le représenter et légiférer.

 

Constitution 1958

La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ».

Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

ARTICLE 3.

La souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum.

ARTICLE 5.

Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'État.

 

L’ÉQUILIBRE ET LA COMPLÉMENTARITÉ DES POUVOIRS LÉGISLATIF ET EXÉCUTIF

Comme indiqué ci-dessus : c’est bien construit, c’est simple et logique.

Le peuple est souverain mais comme la démocratie directe est impossible, il est obligé de déléguer son pouvoir donc, pour une durée limitée à la législature, et provisoirement au Parlement, à ses représentants pour légiférer et contrôler en son nom l’exercice du pouvoir. C’est le pouvoir législatif.

 Le Président de la République assume donc le bon fonctionnement des services publics et le respect de la Constitution. C’est le chef du pouvoir exécutif qui n’a pas à donner d’ordre au pouvoir législatif. La Constitution lui interdit même d’intervenir dans les débats législatifs à l’Assemblée et au Sénat.

ARTICLE 18.

« Le Président de la République communique avec les deux assemblées du Parlement par des messages qu'il fait lire et qui ne donnent lieu à aucun débat.

Il peut prendre la parole devant le Parlement réuni à cet effet en Congrès. Sa déclaration peut donner lieu, hors sa présence, à un débat qui ne fait l'objet d'aucun vote.

Hors session, les assemblées parlementaires sont réunies spécialement à cet effet. »

Il y a entre les deux pouvoirs législatif et exécutif un intermédiaire nommé le « gouvernement » dont le chef est le « 1er Ministre ».

Celui-ci et les autres ministres sont nommés par le Président de la République.

Le gouvernement est donc rattaché au pouvoir exécutif puisque c’est le Président de la République qui les nomme et préside le Conseil des Ministres. C’est le point le plus notablement ambigu de la Constitution.

 

LA RÉALITÉ EST AUTRE QUE CE BEL ORDONNANCEMENT IMPOSÉ PAR LA CONSTITUTION

En effet, la réalité est devenue très différente : la France vit mal sous un régime semi-présidentiel.

La représentation nationale (Le Parlement)  est devenue au fil des ans et, particulièrement sous le quinquennat MACRON 1, un pouvoir législatif qui tendait à l’inexistence ou comme l’a dit à tort le Président MACRON pour l’OTAN en état de mort cérébrale. (7 novembre 2019).

L’initiative en matière législative est volée au Parlement par le Président de la République et par  « son gouvernement ».

La fonction essentielle du Président de la République d’arbitrage est donc aussi devenue en état de « mort cérébrale »

Tous les pouvoirs (législatif et exécutif) sont concentrés dans les mains d’un homme élu, Président de la République aujourd’hui par défaut, et qui ne supporte pas les contre-pouvoirs.

Le suffrage universel boudé par le peuple nous a cependant bien donné un Président mal élu mais légitime.

Le même suffrage universel, lors de ces dernières législatives, a aussi dit NON au pouvoir absolu du Président de la République en envoyant à l’Assemblée Nationale une diversité d’élus députés assez représentative de la population française qui pourra peut-être mieux se faire entendre.

Le Parlement doit ainsi reprendre en main son pouvoir d’initier et de voter la loi et rééquilibrer les pouvoirs législatif et exécutif. Ce sera un exercice de démocratie parlementaire auquel nous, le peuple souverain,  ne sommes plus habitués.

Le peuple devrait ainsi retrouver les joies de la démocratie parlementaire et l’âpreté des débats qui en découle.

 

À SUIVRE :  

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ARBITRE ET JOUEUR : FONCTIONS INCOMPATIBLES

 

 

Partager cet article
Repost0
28 juin 2022 2 28 /06 /juin /2022 13:50
L'ÉLYSÉE : CHÂTEAU LOCATION AVEC BAIL PRÉCAIRE ?

L'ÉLYSÉE : CHÂTEAU LOCATION AVEC BAIL PRÉCAIRE ?

 

 

IL N'Y AURA PAS DE MACRON 2 DIFFÉRENT DE MACRON 1 ET POURTANT ...

Il y a peu d'espoir de voir MACRON 2 devenir un "autre" Président que celui qui vient d'achever son mandat.

Il avait sous son premier quinquennat  allumé le feu qui a abouti après l'espoir d'un renouveau au rejet de la population qui vient de s'exprimer clairement lors de ces dernières législatives.

Dans sa rectitude Jupitérienne de l'exercice de ses fonctions, le Président de la République, dès les premiers jours de son second mandat, n'a pas écouté les conseils de la Sagesse dont ceux de l'écoute et de l'empathie.

Il annonce la création d'un CNR : Conseil National de la Refondation dont le sigle rappelle étrangement voire abusivement à celui qui fut créé en 1943 le Conseil National de la Résistance !

C'est encore un "machin" comme aurait pu l'appeler le Général de Gaulle. Ce nouveau CNR aurait été un organisme bidon éphémère censé doubler le Parlement et servant de pseudo lieu de concertation avec des membres agrées par le Pouvoir... comme ce fut le cas avec le CCC Convention Citoyenne pour le Climat (octobre 2019). On souhaite qu'au plus vite ce CNR tombe dans mes oubliettes.

Par cette annonce, le Président sortant réélu en ce mois de juin 2022 compte tenu de son tempérament et particulièrement de son ego, de sa formation affiche bien qu'il lui est quasiment impossible de se transformer d'incendiaire en pompier.

Pour se faire réélire, il a favorisé le Front National au détriment des mouvements du centre droit. Mais après avoir obtenu et gagné son duel facile avec le FN et après son échec aux élections législatives, il se voit maintenant contraint à avouer qu'il veut bien discuter avec les nouveaux députés ...sauf ceux du FN et de la NUPES.

Il  se trouve en position de faiblesse face à ces deux oppositions.

Gouverner le Pays ne sera pas facile. Après avoir jeté l'anathème sur ceux dont il aura besoin pour gouverner le pays, le Président ose, sous forme d'ultimatum, leur demander  de venir chercher des compromis. Il demande donc à ses vainqueurs de se rallier à son programme...après avoir méprisé les électeurs en tuant les campagnes électorales successives. C'est oublier que les électeurs se sont révoltés et ont transformé ce deuxième tour des législatives en référendum anti MACRON.

 

LA COHABITATION ET OU LA DISSOLUTION POUR SORTIR D'UNE CRISE POLITIQUE

Cet ultimatum ...sous 48 heures, puis sous 4 jours en lâchant ainsi du lest. C'est cette expression de l'égo présidentiel qui augure donc très mal là aussi de ce qui est une nouvelle forme de fonctionnement de nos institutions : la cohabitation entre le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif, un régime parlementaire.

C'est bien une forme normale de fonctionnement de nos institutions voulue par les auteurs de la Constitution de 1958. Ce n'est donc pas une crise institutionnelle mais tout, au plus, une crise politique qui peut déboucher sur une dissolution de l'Assemblée nouvellement élue !

Les absences successives du Président, l'attente pour former un gouvernement, le maintien au sein du Gouvernement de ministres qui devaient démissionner, l'éventualité que la Première Ministre escamote le débat et le vote de l'Assemblée lors de la présentation de son programme face à des oppositions  musclées et disparates ...tout cela augure bien mal d'une cohabitation soft et efficace.

N'oublions pas que ce désordre s'installe dans un moment historiquement crucial avec la guerre aux portes de la France.

Il faudra que le Président de la République assumant la situation qu'il a créée effectue une mue totale comportementale et surtout qu'il accepte que Gouvernement et Parlement rejouent leurs rôles constitutionnels.

 

Le Président de la République est le garant du bon fonctionnement de l’État :

ARTICLE 5 DE LA CONSTITUTION

Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'État.

 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2022 4 23 /06 /juin /2022 21:39
LE POURQUOI ET LE COMMENT DE CE SOIT-DISANT SURPRENANT RÉSULTAT AUX ÉLECTIONS LÉGISLATIVES DE JUIN 2022

 

 

 

LÉGISLATIVES : UN RÉSULTAT PRÉVISIBLE

Suite de

https://www.olonnes.com/2022/06/du-stade-de-france-aux-elections-legislatives-2022-on-ne-vous-dit-pas-tout.html

Nous avons attiré l’attention de vous tous sur le manque de fiabilité des informations dont les médias tentent de vous inonder.

Les français ont cru en 2017 en élisant Emmanuel MACRON, élire l’homme qui changerait le système. Aujourd’hui ils ne lui accordent plus leur confiance.

Après l’épreuve des échecs de la gestion des gilets jaunes puis celle de la pandémie Covid 19 ils ne croyaient plus au miracle. De plus, ils ont vu un Président qui prenait toutes les décisions et un gouvernement et un Parlement inexistants.

C’est ainsi qu’en 2021,  52  % DES FRANÇAIS SE DÉCLARAIENT MÉCONTENTS DU QUINQUENNAT DU PRÉSIDENT MACRON

Jupiter dominait ciel et terre sur le mont Olympe et il ne voyait plus le peuple qui s’était détourné de lui et des membres de son entourage dont certains par incompétence ou par vilénies n’étaient pas dignes de leurs fonctions.

Jupiter prenait toutes les décisions. il n’y avait donc, aux yeux de français, dans les échecs que ce soit ceux  des réformes, de la crise Covid, de l’Hôpital... qu’un seul responsable qui, en plus, ne pouvait s’appuyer sur aucune force politique, le parti En Marche n’arrivant pas à exister.

Les observateurs ont omis peut-être volontairement ou pas de nous informer de cette situation de rejet qui s’était installé dans le pays, de la montée en puissance des extrêmes, du fossé déjà profond qui devenait un abyme entre le peuple et le Président.

La victoire légitime mais non représentative d’Emmanuel MACRON à l’élection Présidentielle sans qu’il ait à faire campagne, sans qu’il ait présenté le bilan de son septennat a occulté la vérité qui pourtant était claire dés le 1er tour des élections Présidentielles.

 

Rappelons qu’il y avait 48 752 339 inscrits et qu’Emmanuel MACRON n’a obtenu que 9 783 058 voix soit 19,98 %...même pas 1 français sur 5 a voté MACRON !

 

Ce verdict populaire fut médiatiquement bien occulté par la pseudo-victoire du deuxième tour de cette présidentielle. Cette victoire fut en réalité un signe intangible, chiffres à l'appui de l’échec de la Macronie.

Désormais qu’on ne dise plus aux français qu’il y aura un MACRON 2, MACRON 1 ayant compris et avoué ses échecs ...on voit bien déjà que le mode de gouvernance irréaliste, inconstitutionnelle ne change pas sauf que Jupiter n’est plus sur l’Olympe et qu’il ne maîtrise plus la situation.

Voir la nomination tardive d’un gouvernement qui ne pouvait gouverner et qui perd des membres en chemin et la démission logique de la Première Ministre,

Voir une main tendue vers les députés mais aussi retirée dans sa brève, inopinée et inconvenante intervention d’hier soir,

 Voir la création d’un Conseil National de la Refondation...dont l’anagramme CNR est volé au Général de Gaulle qu’il aurait traité de foutaise !

Voir le refus d’admettre le résultat des législatives de dimanche ...mais sur quel fondement juridique le Président MACRON peut-il bien se baser pour exiger du peuple qu’il vote pour qu’il puisse avoir une majorité absolue à l’Assemblée Nationale. Ce n’est pas crédible, c’est même ridicule !

 

SAUVÉS PAR LA CONSTITUTION

Constatons que l’échec du quinquennat est patent et conduit non pas comme il est dit imprudemment à une crise politique. On est purement et simplement dans la logique de la constitution 1958 !

En effet, il est absolument normal que l’Assemblée Nationale soit la représentation du peuple : une droite, une gauche et un ventre mou nommé Centre souvent majoritaire.

Il y a aussi des émergences représentatives de mouvements qualifiés d’extrémistes. C’est une réponse populaire à Jupiter qui n’écoutait les interrogations du Pays. Nous reverrons cela en analysant l’abstentionnisme, gangrène de la démocratie.

Cette situation est le résultat de la tactique élaborée du Président sortant pour qu’il puisse refaire le coup du faux duel MACRON LE PEN.

Sur ce point, il a gagné : nous avons un Président légitime mais sa légitimité devient impuissance à gouverner tel qu’il l’entend, à la Jupiter et il faudra qu’il accepte le retour au régime parlementaire ! ou alors qu’il parte. Il lui reste un atout : jouer sur la peur d’une dissolution logique de l’Assemblée nouvellement élue. Mais c’est une voie étroite !

À SUIVRE: 

L’ABSTENTIONNISME PEUT MENER AU PIRE OU AU MEILLEUR

Partager cet article
Repost0
22 juin 2022 3 22 /06 /juin /2022 15:24
MARIANNE BAILLONNÉE : UN SYMBOLE

MARIANNE BAILLONNÉE : UN SYMBOLE

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2022 : RÉSULTAT SURPRENANT...C’ÉTAIT POURTANT PRÉVISIBLE...ENCORE DE L’INTOXICATION, DE LA DÉSINFORMATION

 

LE RÔLE ET LA QUALITÉ DE L’INFORMATION

Nous n’avons pas à commenter les résultats de ce dernier vote d'une élection à deux tours voire à quatre tours si l’on inclut les Présidentielles d’avril dernier mais notre mission sociale de défense de la « citoyenneté » nous autorise et incite  à faire les réflexions sur le résultat global et sur nos devoirs de citoyens.

Au lieu d’aborder des thèmes comme la pluie, le beau temps, la pseudo canicule... nos chroniqueurs seraient bien inspirés à revenir à leur rôle gratifiant de diffuseur d'information sur des thèmes crédibles et audibles qui doivent toucher vraiment la population et répondre aux questions qu’elle se pose.

Les médias doivent se ressaisir en fournissant un travail sérieux et indépendant et concernant la vraie actualité : la maladie de notre système santé, le malaise profond entre citoyens et élus, le Président MACRON bien adoré un jour et très mal aimé le lendemain, l’Ukraine et une vraie fausse guerre atroce, la pauvreté à nos portes, l’insécurité, la maladie de la Justice ...il y a tant de sujets brulants et qui font souvent mal et qui sont mystérieusement occultés ou maltraités.

Certes la presse, la télévision vivant grâce aux perfusions d’argent public ont accepté par ce système de financement la perte de leur indépendance. Il ne reste au public que le triste recours à multiplier les sources d’informations pour se forger une opinion un peu plus fiable face aux problématiques de ce monde.

Nous plaignons les milliers de journalistes obligés de se plier à la dictature de la fausse information, de la médiocrité pour ne pas déplaire à ceux qui, au pouvoir, leur dicte ce qu’ils doivent diffuser. Que reste-t-il de leur liberté d’informer ?

Les deux campagnes électorales que nous venons de vivre en France illustrent bien la capacité nuisible donnée aux médias de formater l’électeur.

Il lui reste un petit espace nommé le pluralisme des sources d’information et les réseaux sociaux en leur enlevant leurs excès et approximations parfois très dangereuses.

Mais qui peut avoir le courage de se contraindre et de s’imposer le luxe de se ménager du temps pour justement s’affranchir de la dépendance vis-à vis de la médiocrité de la qualité de l’information que les médias nous infligent ? Qui peut profiter du pluralisme et trier dans les réseaux sociaux, c’est encore possible mais pas à la portée de tous les citoyens ?

De plus, ce qui leur est donné en pâtures n’est parfois même plus de l’information, c’est de l’intoxication, de la désinformation avec un habillage trompeur...c’est tout un art au service du mal-informer!

 

Du pain bénit pour ceux qui peuvent user et abuser des médias pour tromper l’électeur, pour le conditionner, le formater.

 

L’AFFAIRE DU STADE DE FRANCE

Nous venons de vivre cruellement un épisode de cette dégradation de l’honnêteté de l’information diffusée avec la tragique soirée de la finale de football LIVERPOOL REAL DE MADRID du samedi 28 mai 2022.

On peut retrouver dans ce dossier tous les ingrédients de la désinformation : des Ministres et Préfets qui mentent, des commentaires des médias qui rapportent des faits et des chiffres faux, des jugements abruptes sans fondements, des images cachées, volées, perdues comme par hasard...

La vérité a cependant en partie éclaté avec l’enquête des commissions du Sénat...mais qui a pu regarder ces vidéos encore en ligne où les témoins, les acteurs et les victimes, lors de leurs auditions, ont donné une autre version des faits maintenant reconnus et avérés ?

Nous découvrirons les résultats de cette enquête mais qui se souciera alors d’avoir enfin un bout de vérité ?

 Quasiment personne...les menteurs et les tricheurs ne seront pas châtiés...le bon peuple résigné qui paye sa redevance télé a subi l’infamie de la tromperie organisée : le français finance chèrement sa télévision pour recevoir une information mensongère !

Le mensonge en communication a deux formes : d’abord, celle qui consiste à donner pour vrai ce qui s’avère faux, la deuxième est plus pernicieuse : elle consiste sournoisement à ne traiter que ce qui ne peut déplaire aux donneurs d’information et occulter les vrais problèmes.

Nous allons donc partir de ce triste constat pour analyser dans nos prochains articles pourquoi la crise politique que nous abordons était programmée et simplement la conséquence de comportement des gouvernants qui ont failli à leur mission.

 

 À SUIVRE :

LE POURQUOI ET LE COMMENT DE CE SOI-DISANT SURPRENANT RÉSULTAT AUX ÉLECTIONS LÉGISLATIVES DE JUIN 2022

 

Partager cet article
Repost0
13 juin 2022 1 13 /06 /juin /2022 20:46
LÉGISLATIVES : RÉFLEXIONS CITOYENNES DÉSABUSÉES SUR CE VOTE, PREMIER TOUR DES LÉGISLATIVES 2022

 

 

DEUXIÈME TOUR : SE RESSAISIR

 

Dans de nombreux pays, des citoyens sont honorés voire adulés alors qu’ils déshonorent leur pays et méprisent leurs concitoyens. Pourquoi en serait-il autrement en France ?

Plus de 50 % d’abstention, c’est une réalité, une crise sociétale, c’est une dérive collective...comme un naufrage provoqué par l’incompétence du Commandant et de son équipage et le poids d’un passé qui est un lourd passif. Les français n'aiment plus leur histoire, leurs institutions, leur mode de vie...

Le Président de la République a le pouvoir de dissoudre l’Assemblé Nationale...en cas de crise y compris de crise dite institutionnelle comme c’est le cas quand le Président et la majorité parlementaire ne sont pas en phase. Situation nommée « cohabitation » !

Dans la phase actuelle, entre les deux tours, il n’y a pas lieu de faire de la politique fiction.

Simplement, la situation devrait inciter les 53 % d’abstentionnistes du premier tour à se souvenir qu'ils ont  un devoir à exécuter : VOTER et une image à sauvegarder, celle d’un pays où la démocratie (gouvernement du peuple par le peuple souverain et pour le peuple) est encore inscrite dans ses textes constitutionnels, dans ses mœurs citoyennes et dans sa pratique du liberté, égalité, fraternité !

 

VOTER, C’EST CONSACRER LA DÉMOCRATIE ET LA SOUVERAINETÉ POPULAIRE : VOTER, C’EST PLUS UN DEVOIR QU’UN DROIT

53 % d’abstentions dans un pays cité comme exemple pour ne pas dire modèle de démocratie, c’est un échec collectif. C’est un caprice d’enfant gâté géré par une oligarchie qui ne conduit pas le pays à la gloire mais le mène lentement et sûrement à la décadence...au déclassement !

Sur cette terre, des gens meurent pour conquérir des espacés de liberté. Plus de la moitié des citoyens français nantis, démocratiquement parlant, et écœurés par des décennies de pratiques démocratiques dévoyées, trompée, méprisée tourne le dos à leur privilège de vivre dans un pays de libertés et démocratique.

Hier, nombreuses étaient les réflexions sur le droit de vote et le vote obligatoire. Une obligation de trop : obliger le bon peuple à exercer un privilège. O liberté, que de crimes commet-on en ton nom ! Obliger le peuple français à exercer ses droits : le forcer à profiter de ses libertés !

La France est un pays détraqué par ses divisions, malade de son bien-être et qui vit sur un petit nuage en pensant qu’on peut rester éternellement sur un nuage : plus le temps passe ainsi plus dure sera la chute.

 

Le dimanche 19 juin 2022, allons en chœur voter même si, pour nombre d’entre nous, citoyens responsables,  il faudra choisir entre la peste et le choléra, entre le devoir et l’espoir ou simplement choisir d’être citoyen non pas d’un jour mais de tous les jours en "veillant" pour sauvegarder la démocratie.

Partager cet article
Repost0
10 juin 2022 5 10 /06 /juin /2022 14:41
L'ASSEMBLÉE NATIONALE : 577 DÉPUTÉS POUR FAIRE LA LOI

L'ASSEMBLÉE NATIONALE : 577 DÉPUTÉS POUR FAIRE LA LOI

 

 

 

ÉLIRE UN DÉPUTÉ, C’EST PARTICIPER AU POUVOIR

 

Dans sa chronique dans les échos notre penseur-conseilleur Jacques ATTALI qui a souvent raison ne donne pas dans la nuance « Les élections législatives n'ont donné lieu à aucun véritable débat sur les questions fondamentales qui vont orienter notre avenir. Au lieu de cela, les invectives se multiplient sur fond de programmes totalement irréalistes ».

Il pose cette grave question : « Les français savent-ils que c’est le Parlement qui décide ?».

Lors de cette campagne électorale, à la lecture des programmes nous pourrions ajouter que les candidats à la députation eux-mêmes dans leurs professons occultent leur rôle fondamental de législateur : celui qui fait ou vote la loi est celui qui gouverne. Cette ignorance peut coûter cher au Pays.

Nous avons eu dans le passé d’une part, des députés bénis oui-oui et d’autre part, des députés négligents, aux abonnés absents et parfois des députés qui cumulent les deux...alors le citoyen se demande à quoi peut bien servir donc un député ? et pire à quoi sert « mon » député ? Ceci constitue aussi la double faute...il n’y a pas de « mon député » mais un élu de toute la Nation et un député sert à faire la loi règle commune qui s’imposera à tous les citoyens.

Se poser la question, c’est malheureusement le constat du mauvais fonctionnement de nos institutions. Douter du rôle primordial des députés et donc du Parlement, c’est déjà préjuger de l'affaiblissement du  pouvoir du vote et préjuger aussi de l’inutilité de l’Institution et même du fondement institutionnel  de la démocratie.

 

DIMINUER L’IMPORTANCE DE CETTE ÉLECTION EST UN ABANDON PAR LE PEUPLE DE SON POUVOIR SOUVERAIN

À qui profite le crime ? On doit se poser la question.

Pourquoi une campagne atone ?

C’est simplement parce que cette attitude politique du mépris pour le Parlement, du mépris pour cette campagne électorale aboutira inéluctablement à renforcer le pouvoir présidentiel. C’est donc accentuer la concentration de tous les pouvoirs dans les mains d’une seule personne.

Critiquer ou ignorer la fonction même du Parlement, c’est s’autocritiquer. En effet, le peuple a les élus qu’il s’est donné par son vote. Si après une campagne atone, la France se donne une Assemblée Nationale faite de députés irresponsables voire inexistants qui ne représente pas le peuple français, ce sera le reflet d’une France prête à accepter l’aventure.

Ce sera ainsi créer une situation favorable aux  risques de graves atteintes aux valeurs fondamentales si chèrement acquises.

 

RÉFLÉCHISSONS ET DIMANCHE, VOTONS !

Partager cet article
Repost0