Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

19 novembre 2021 5 19 /11 /novembre /2021 21:37
IMPÔTS LOCAUX, LES SABLES D'OLONNE COMME LES AUTRES COLLECTIVITÉS SE POSENT LA QUESTION : TROP D'IMPÔTS ?

 

BUDGETS, SOYONS TOUS RAISONNABLES !

 

LES ÉLUS DES COLLECTIVITÉS LOCALES VOTENT LES IMPÔTS LOCAUX QUI FINANCERONT LE FONCTIONNEMENT DES SERVICES PUBLICS LOCAUX ET LES INVESTISSEMENTS DÉCIDÉS

 

Quand, sur la Grande Plage, on admire les vagues s'étalant au soleil d'automne langoureusement  on ne peut s'imaginer les colères ravageuses dont l'Océan est capable.

Quand on subit l'apathie des élus de tous bords et celle des citoyens face aux impôts locaux on ne peut s'imaginer ni leurs incohérences ni  leurs violences verbales quand ils doivent voter et subir le poids des impôts qu'ils ont la chance de payer !

Aux Sables d'Olonne, nous venons de passer une semaine où furent  présentés une photo de la santé financière de ces collectivités et leurs projets lors des débats d'orientations budgétaires. Furent ainsi passés en revue en conseils communautaire et municipal  ce que seront demain la ville et de l'Agglomération : les projets, leur financement, les impôts locaux, l'évolution de la dette et celle des frais de fonctionnement...

 

QUAND ON PARLE IMPÔTS LOCAUX, MALGRÉ L'ENCADREMENT JURIDIQUE DES FINANCES LOCALES, LE DÉBAT, S'IL A LIEU, PART DANS TOUS LES SENS ET POURTANT LE BUDGET DES COLLECTIVITÉS LOCALES EST TRÈS ENCADRÉ

L'argent nécessaire pour financer les dépenses d’investissement et de fonctionnement d'une collectivité ce n'est pas comme l'argent que dépense l'État. Ce ne peut être du "quoi qu'il en coûte".

Les collectivités locales n'ont pas le droit de créer du déficit à tout va comme notre "cher" État, le recours à l'emprunt donc à la dette est encadré, pesé, jugé, ciblé...

En effet, les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique, d'un ensemble de travaux relatifs à cet équipement ou encore d'acquisitions de biens durables considérés comme des immobilisations.

Le contrôle des emprunts des collectivités locales s’exerce à travers le principe d’équilibre budgétaire prévu à l’article L.1612-4 du Code Général des Collectivités territoriales. En aucun cas l'emprunt ne doit combler un déficit de la section de fonctionnement ou une insuffisance des ressources propres pour assurer l'amortissement de la dette ! L'État impose aux collectivités ce qu'il est incapable de faire depuis plus d 30 ans.

Si la collectivité laisse filer ses dépenses de fonctionnement surtout avec la part importante de frais de personnel non maîtrisés...il ne restera plus rien dans la caisse pour financer l'essentiel pour l'avenir : les investissements.

 

QUE DEMANDE LE PEUPLE ? TOUJOURS PLUS ? MAIS À QUEL PRIX, CE PLUS ?

Le citoyen demande à son maire des équipements municipaux corrects ; voirie, équipements socio-culturels collectifs adaptés et des services publics qui fonctionnent bien.

Aujourd'hui, aux Sables d'Olonne comme ailleurs, il y a  des besoins urgents en matière de sécurité, de santé, de logement, de transports et il y a aussi besoin de préparer l'avenir car gouverner c'est prévoir : l'évolution du tourisme, les risques de submersion, un système de santé décent, un parc de logement suffisant...

Tout cela a un coût global que finance en priorité l'impôt.

Pour répondre à ces besoins indiscutables et financer les priorités annoncées  il y a  une enveloppe définie dans les budgets avec une ligne rouge à ne pas franchir : pas de dépassements, pas de déficit dans les budgets.

Quand l'État impose de nouvelles compétences aux collectivités sans leur donner les moyens comme il est entrain de le faire régulièrement il détruit ou au mieux retarde un projet local même essentiel car il ne pourra plus être financé !

Quand un élu local qu'il soit de la majorité ou de l'opposition fait une proposition qui va déséquilibrer le fragile équilibre  entre les  dépenses et les recettes recettes du budget, il trompe son monde sachant pertinemment qu'il ne pourra être donné une suite favorable à sa demande qu'au prix de l'abandon d'un autre projet ou pire que sa demande devra être financée par une augmentation impossible des impôts.

 

LE SUMMUM DE LA CONTRADICTION CITOYENNE : TOUJOURS PLUS DE SERVICES ET TOUJOURS TROP D'IMPÔTS

C'est le refrain de la critique systématique dite de comptoir, celle des irresponsables : prôner  une augmentation des prestations publiques, sociales en quantité et en qualité et hurler aux loups quand les impôts locaux augmentent !

Nous allons avoir à affronter l'inflation avec, en primes, particulièrement des hausses fortes de charges : (carburants et autres énergies, matières premières...). Les collectivités devraient pouvoir ou devoir  répercuter ces suppléments de charges sur les tarifs de leurs services : est-ce anormal  ? Pour certains, c'est injuste..alors, les élus devront-ils sacrifier un bout de leurs programmes, découvrir sous la table une cagnotte ou alors décider un petit coup d'impôts supplémentaires ?

 

Il faudrait qu'avant de répandre des jugements hâtifs du genre "trop d'impôts !", "pas assez de services et autres ! " et si  la raison l'emportait...il faudrait :

- que les citoyens soient bien informés et acceptent de s'informer sur la vie de leur collectivité,

- que tous les élus fassent œuvre de pédagogie et d'une honnête  retenue dans leurs propositions et critiques.

Ne devrait-on pas décider d'être tous raisonnables ?

 

 

LES IMPÔTS LOCAUX, AUX SABLES D'OLONNE VILLE ET AGGLOMÉRATION

 

Vous avez ci-dessous un tableau présenté aux élus lors des derniers Conseils...pour montrer la sagesse d'une gestion qui met le frein sur les hausses d'impôts (taux bloqués)

 

Certes comme cela fut dit et répété :  comparaison n'est pas raison ! mais quand même les contribuables des Sables d'Olonne sont dans une honorable moyenne;

 

MÉDITATIONS DES ÉLUS SABLAIS SUR LES IMPÔTS LOCAUX ET DES COMPARAISONS QUI NE VALENT PAS RAISON !

MÉDITATIONS DES ÉLUS SABLAIS SUR LES IMPÔTS LOCAUX ET DES COMPARAISONS QUI NE VALENT PAS RAISON !

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2021 3 10 /11 /novembre /2021 17:21
LES SABLES D'OLONNE AGGLOMÉRATION, CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU VENDREDI  12 NOVEMBRE 2021

CONSEIL COMMUNAUTAIRE 

DES "SABLES D'OLONNE AGGLOMÉRATION"

 

LE CONSEIL COMMUNAUTAIRE SE RÉUNIRA

 

LE VENDREDI 12 NOVEMBRE 2021

À 19  HEURES

MAIRIE ANNEXE DE LA JARRIE

QUARTIER OLONNE SUR MER 

 

 

RETRANSMISSION EN DIRECT DE LA SÉANCE

 

 

Attention : les mesures de sécurité sanitaire font que le public n'a plus accès à la salle du Conseil.

Par contre, vous pourrez tous suivre en direct les débats sur le site de l'Agglomération LES SABLES D'OLONNE

lien direct sur la chaine You Tube de l'Agglomération

http://www.lsoagglo.fr/vivreauxolonnes/

 

 

L'ordre du jour est particulièrement important puisqu'il débute par le débat d'orientation budgétaire DOB 2022 de l'Agglomération qui permet d'avoir une vue prospective non seulement financière mais aussi une projection sur ce mandat et les projets de cette mandature.

Il comportera aussi un exposé sur le risque de submersion marine et l'impact du plan forêt.

 

 

 

Ordre du jour complet

LES SABLES D'OLONNE AGGLOMÉRATION, CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU VENDREDI  12 NOVEMBRE 2021
LES SABLES D'OLONNE AGGLOMÉRATION, CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU VENDREDI  12 NOVEMBRE 2021
LES SABLES D'OLONNE AGGLOMÉRATION, CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU VENDREDI  12 NOVEMBRE 2021
Partager cet article
Repost0
9 novembre 2021 2 09 /11 /novembre /2021 18:29
UN PARLEMENT CROUPION, UN PLAN QUI BOULEVERSE LE BUDGET 2022 À PEINE VOTÉ...OÙ VA LA DÉMOCRATIE MACRONIENNE ?

PARODIE DE RÉGIME PARLEMENTAIRE

 

LE PLAN France 2030 soit 34 milliards d’euros conçu on ne sait ni par qui (Bercy ? le Gouvernement ? , le Président MACRON ?), ni au bénéfice de qui (on se doute bien que ce n’est pas pour revaloriser les retraites et pensions), ni comment, vient d’être voté clandestinement par une cinquantaine de députés sur 577 (48 voix POUR !).

Le budget de l’État (530 milliards d’euros) est voté avec un déficit évalué entre 124 et 145 milliards d’euros. Ce budget s’élève à 530 milliards d’euros défini dans des formes incompréhensibles et de plus en plus technocratiques donc opaques.

Le premier projet de budget 2022 (loi de finances N° 1) était ainsi présenté par le gouvernement et il fut voté et adopté par le Parlement dans l’indifférence des français et par un Parlement assoupi et résigné comme tous les français.

En novembre 2021, ce budget est déjà périmé.

A quoi sert le débat budgétaire et son vote si, à peine voté par le Parlement, le budget du Pays est charcuté?

Le vote de l’Assemblée Nationale de ce nouveau plan de 34 milliards par la représentation nationale intervient alors qu’elle ne représente plus la Nation et qu’on est amené à se poser la question : à quoi servent donc les 925 députés et sénateurs ?

 

QUI VEUT DES MILLIARDS ?

Ce n’est pas admissible : ce vote de l’Assemblée est une injure du Président MACRON faite à la représentation nationale et donc au peuple français qui n’a même plus la force et le courage de réagir. Mais un jour ce bon peuple se réveillera !...Les gilets jaunes ne craignent pas les mites.

Ces 34 milliards d’euros, c’est encore une mascarade pré-électorale qui fait perdre toute crédibilité au système parlementaire et aux politiques.

C’est même pire car ce vote dans la présentation de sa motivation annonce que cette manne sera distribuée aux grandes entreprises proches du Président et à des entreprises nationales tellement mal gérées qu'elles ont besoin de fonds publics pour survivre...Certains iront jusqu’à dire que les futurs bénéficiaires de cette manne passeront à la caisse et en retour ils vont participer au financement de la campagne présidentielle comme les 100 euros de la prime inflation MACRON.

Qui payera l’addition que laisse en dettes, sur le comptoir, le président MACRON « quoi qu’il en coûte »?

 

Vous, Nous...

 

Peut-être que ce soir, 9 novembre 2021, dans un sursaut de souci de transparence ou dans une crise de remords tardifs, le Président MACRON nous répondra, nous expliquera.

 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2021 7 07 /11 /novembre /2021 17:52
LE PRÉSIDENT MACRON EN A-T-IL DÉJÀ TROP FAIT AVEC CETTE DAME PÉTRONIN ?

LE PRÉSIDENT MACRON EN A-T-IL DÉJÀ TROP FAIT AVEC CETTE DAME PÉTRONIN ?

 

 ELLE TENTE DE RETOURNER « CLANDESTINEMENT » AU MALI

 

Une analyse de CONTREPOINTS nous sidère mais l’impossible est parfois possible et sidérant

https://www.contrepoints.org/2021/11/05/410918-quand-petronin-nous-met-dans-le-petrin?utm_source=Newsletter+Contrepoints&utm_campaign=4fd0882929-Newsletter_auto_Mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_865f2d37b0-4fd0882929-113907549&mc_cid=4fd0882929&mc_eid=b609cba8bb

 

Cette française qui vit en Suisse sous la bannière et protection des ONG veut encore nous faire payer ses frasques et offrir une séance de médiatisation pour gogos à celui qui se présentera comme son sauveteur : le Président MACRON qui, par cet exemple, met en jeu la vie de nos militaires, les contribuables français...

Rappelons en effet que Sophie PÉTRONIN avait été « libérée » de sa « détention » au Mali en échange de la libération de plus de 200 djihadistes du cru et autres concessions françaises en espèces.

C’est tellement choquant que le chef de la gendarmerie malienne demande à ses troupes de tout mettre en œuvre pour se saisir de la candidaté au poste d’otage.

Or, on apprend récemment que l’ex-otage ne veut surtout pas rester en Suisse, où elle s’est installée (et où la prise en otage par un horloger radicalisé reste éminemment improbable) : ne s’avouant pas vaincue par un refus, pourtant logique, de visa pour le Mali, elle a donc décidé de se rendre avec son fils – complice donc – à Dakar d’où elle pourra rallier le Mali par différents moyens terrestres plus ou moins discrets acide…

… Qu’elle mérite amplement tant on sent déjà d’ici que cette incartade pourrait être une nouvelle occasion à l’un ou l’autre de nos polichinelles au pouvoir de se faire mousser encore une fois. La fois précédente, on sait que Macron et son équipe avaient été les dindons d’une farce dont la facture – particulièrement salée voire sanglante – a été envoyée aux Français (contribuables, citoyens et militaires) : refusant d’écouter les services de renseignements qui, ayant mis le fils sur écoute, savaient pertinemment que la septuagénaire ne voulait surtout pas quitter le Mali et que toute opération menée serait probablement une ruine à court terme et un échec à long terme, l’actuel président s’était obstiné à vouloir la faire « libérer » d’un joug dont tout montrait (et montre encore) qu’elle s’accordait fort bien.

Le résultat politique fut, comme on pouvait s’y attendre, catastrophique : non seulement cette libération n’aura apporté aucun prestige à Macron qui est passé pour un coq têtu, mais en plus la libération concomitante de plus de 200 djihadistes a constitué un échec tactique et diplomatique lamentable, ces derniers revenant bien vite à leurs exactions qui ont, depuis, coûté directement et indirectement des vies humaines, dont françaises.

 

C’est insupportable.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2021 5 29 /10 /octobre /2021 13:16
L'UNIVERSITÉ DE BOURGOGNE FRANCHE COMTÉ À BESANÇON LA FACULTÉ DE LETTRES

L'UNIVERSITÉ DE BOURGOGNE FRANCHE COMTÉ À BESANÇON LA FACULTÉ DE LETTRES

 

 

L’UNIVERSITÉ SUPPRIME UNE FORMATION EN COURS D’ANNÉE !

 

APPEL IMPORTANT ET URGENT À SIGNER UNE PÉTITION

 

Nous cautionnons cette pétition et faisons appel à vous tous pour que L’Université de Bourgogne FRANCHE-COMTÉ revienne sur sa décision incompréhensible et dont les conséquences sont très graves pour les jeunes concernés et leurs familles.

Juste après la rentrée universitaire de ce mois de septembre 2021 les étudiants concernés ont été avisés que leur formation délivrée au sein de l’Université de Bourgogne Franche Comté (Besançon) serait abandonnée à la fin de cette année universitaire 2021/2022

Les étudiants de 1ère année prévenus par Parcoursup de leur admission à cette formation INFOCOM seront donc abandonnés à la rue courant 2022 !

 

PREMIÈRES CONSÉQUENCES DE CETTE DÉCISION :

 

  • Les étudiants ont dû investir lourdement donc emprunter pour s’installer à Besançon...pour rien,
  • Démotivation d’une partie de l’équipe enseignante alors que cette formation débouche sur un Master et un diplôme d’ingénieur donc sur un emploi,
  • Des diplômes appréciés et des emplois assurés abandonnés et des étudiants désemparés

 

VENEZ AIDER CES JEUNES ÉTUDIANTS...SIGNEZ

 

lien pour signer cette pétition : cliquez SVP

https://chng.it/vztrdD9HmZ

MERCI POUR EUX

 

À DIFFUSER SANS MODÉRATION

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2021 2 26 /10 /octobre /2021 21:20
LE SECRET DE L'INSTRUCTION : UNE OBLIGATION MALMENÉE PAR LA JUSTICE ET LES MÉDIAS

LE SECRET DE L'INSTRUCTION : UNE OBLIGATION MALMENÉE PAR LA JUSTICE ET LES MÉDIAS

 

UN RAPPEL, UN RÉQUISITOIRE ET DES PROPOSITIONS : PRÉSOMPTION D'INNOCENCE ET SECRET DE L'INSTRUCTION

 

L’ancienne ministre de la Justice Élisabeth GUIGOU vient de déposer au Parlement son rapport sur la présomption d’innocence :

https://www.vie-publique.fr/en-bref/282016-presomption-dinnocence-les-propositions-du-rapport-guigou

http://www.presse.justice.gouv.fr/art_pix/Rapport%20pr%E9somption%20innocence%2020211015.pdf

Dans la constitution, il est écrit « Tout homme étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable […] »

 

IL N’Y A PAS DE CONFLIT INVOCABLE ENTRE DROIT À L’INFORMATION ET PRÉSOMPTION D’INNOCENCE ET SECRET DE L’INSTRUCTION

Nous nous élevons régulièrement contre l’irresponsabilité et la légèreté dont font preuve les magistrats et autres acteurs directs et indirects de la Justice quand ils bafouent ces droits fondamentaux.

Surtout que l’on ne vienne pas nous parler du conflit entre les deux notions de droit à l’information et secret de l’instruction pour justifier ces parades médiatiques indécentes des magistrats tenus au secret de l'instruction pour les affaires qui leur sont confiées. C’est indécent voire criminel.

Malheureusement nous constatons que les premiers à participer à ce viol de la loi sont des magistrats dont certains sont d’ailleurs parfois remerciés de leur méfait par des promotions, à l’initiative des grands élus !

 

UN PRÉJUDICE INCOMMENSURABLE ET IRRÉPARABLE

L’accusé présumé coupable puis innocenté est par le viol du secret de l’instruction livré à la vindicte populaire, à la haine populaire, à la diffamation.

Il faut l’avoir vécu pour en parler.

Pour ceux et celles qui n’ont pas vécu ce drame du lynchage juridico-médiatique il est impossible d’imaginer l’étendue des dégâts moraux, familiaux, professionnels que peut faire le non-respect de la présomption d’innocence et du secret de l'instruction sur les victimes innocentées et leurs proches.

C’est un préjudice irréparable même si l’accusé innocenté victime reçoit quelques sous de réparation du préjudice subi (voir affaires OUTREAU et autres honteusement oubliées par la Justice).

 

UN DROIT ET UN DEVOIR PRESCRITS PAR LA CONSTITUTION ET PAR LE CODE PÉNAL ET LE CODE CIVIL

Le principe est affirmé par l'article 9 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789 (auquel fait référence le préambule de la Constitution actuelle :

« tout homme étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable... » ..

Le principe est ainsi transcrit dans le Code de Procédure Pénale « Toute personne suspectée ou poursuivie est présumée innocente tant que sa culpabilité n'a pas été établie. Les atteintes à sa présomption d'innocence sont prévenues, réparées et réprimées dans les conditions prévues par la loi. »

Cette obligation est aussi reprise et étendue dans le Code Civil :

« Chacun a droit au respect de la présomption d'innocence.»

« Lorsqu'une personne est, avant toute condamnation, présentée publiquement comme étant coupable de faits faisant l'objet d'une enquête ou d'une instruction judiciaire, le juge peut, même en référé, ordonner l'insertion d'une rectification ou la diffusion d'un communiqué aux fins de faire cesser l'atteinte à la présomption d'innocence, sans préjudice d'une action en réparation des dommages subis et des autres mesures qui peuvent être prescrites en application du nouveau code de procédure pénale et ce, aux frais de la personne physique ou morale, responsable de l'atteinte à la présomption d'innocence. »

Tout acteur, (y compris ceux qui diffusent des informations sur des faits couverts par le secret de l’instruction), tout participant à un acte de non-respect de la présomption d’innocence et au secret de l’instruction devrait être condamné comme auteur ou complice d’un délit.

Nous espérons que le Parlement se saisisse de ce rapport GUIGOU et prépare dans la sérénité les mesures qui feront que force reste à la constitution et aux lois : il y va de l'intérêt de l'État et des citoyens qui sont tous des justiciables.

 

IL FAUT REVENIR D’URGENCE AU RESPECT STRICT DE LA LOI EN MATIÈRE DE PRÉSOMPTION D’INNOCENCE ET DE RESPECT DU SECRET DE L’INSTRUCTION.

 

 

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2021 1 18 /10 /octobre /2021 18:19
QUELLE HONTE POUR LA FRANCE !

QUELLE HONTE POUR LA FRANCE !

 

DU GRAND DÉBAT (2018) AUX ÉTATS GÉNÉRAUX DE LA JUSTICE (2021/2022)

 

L'EXEMPLE DU GRAND DÉBAT : DEUX MILLIONS DE CONTRIBUTIONS CITOYENNES POUR RIEN

On a commencé l’an 1 de ce septennat par les Gilets Jaunes dont le mouvement s'est dissous dans  le  Grand Débat (fin 2018, début 2019) puisqu’il n’a abouti à rien du tout ajoutant ainsi aux griefs étalés par les citoyens et aux suggestions des participants la désespérance des citoyens trompés !

Rappelons les grands chiffres de ce mouvement national qui a produit lors du  Grand Débat environ deux millions de contributions citoyennes et 17 000 réunions locales... cela s’acheva par « la grande désillusion citoyenne ».

 

2021/2022 : UN "GRAND DÉBAT " SUR LE GRAND MALADE QU’EST LA JUSTICE EN FRANCE S’ACHÈVERA PAR UN RAPPORT SANS SUITES

On finit ce quinquennat par l’abandon d’un référendum sur le Climat puis par le projet lancé ce 18 octobre 2021 : les États Généraux de la Justice qui devront s’achever 5 mois plus tard.

Le constat est unanime : les français ne font plus confiance en leur Justice. C’est pourtant, parmi les Services Publics, le plus noble car il protège le lien social. Il est cependant toujours le plus mal traité par les Gouvernements successifs depuis au moins 3 décennies.

Alors, quand on voit que, parmi les personnes qualifiées pour superviser cette grande consultation macronienne figure le fameux Juge François MOLINS qui est contesté et pris dans la tourmente du dossier DUPOND-MORETTI, le pire est à crainte. Ces 5 mois de consultation annoncés vont aboutir...à un rapport qui sera remis au Président de la République et à son Garde des Sceaux en grandes pompes à la veille de l’élection présidentielle puis enterré.

 

QUE VALENT UN RAPPORT ET DES PROPOSITIONS QUI SERONT RENDUES PUBLIQUES À QUELQUES SEMAINES DES ÉLECTIONS NATIONALES ?

Aucune proposition importante pour redresser la situation ne pourra être adoptée par un Parlement dont les membres députés seront en campagne électorale comme le Président de la République lui-même.

De plus, le thème de la Justice ne sera pas à l’ordre du jour car malgré son importance pour le pays ce ne sera pas un sujet qui passionnera les politiques, les médias et donc la France.

Enfin, quand on voit ce qu’est devenue la dernière grande consultation « Convention Citoyenne sur le Climat » la Justice malade et les justiciables n’ont rien de positif et de concret à attendre de ce type d'initiative tardive du Chef de l’État.

La Justice ainsi ne sera pas soignée comme elle doit l’être de manière sérieuse et urgente.

La montagne de réunions et concertations de ces États Généraux n’aboutira qu’à accoucher d’un rapport qui sombrera dans les oubliettes.

Magistrats, greffiers et autres fonctionnaires de la Justice, personnels pénitentiaires, et auxiliaires de Justice et surtout, nous tous les justiciables, constateront en 2022 que leur, notre  JUSTICE, est toujours aussi pauvre et aussi malade.

Il faut vraiment que les français prennent conscience de l’inutilité de ces procédures voire de leur caractère nocif, contreproductives pour la démocratie et pour le pays.

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2021 3 13 /10 /octobre /2021 07:24
UN BEAU PROGRAMME : DES BELLES PROMESSES EN 2017...MAIS QUELLES RÉALISATIONS EN 2021 ?

UN BEAU PROGRAMME : DES BELLES PROMESSES EN 2017...MAIS QUELLES RÉALISATIONS EN 2021 ?

 

"FRANCE 2030" : DES MILLIARDS D'EUROS, IL EN PLEUT A SAUT MAIS C'EST ENCORE UNE ANNONCE PRÉSIDENTIELLE TROMPEUSE ET FAITE TOTALEMENT HORS DE LA COMPÉTENCE DU CHEF DE L'ÉTAT

 

L'ÉLYSÉE ( un milliers de salariés plus ou moins fonctionnaires) déborde de têtes pensantes qui doivent pondre des projets pour le Président tout en occultant les fondamentaux  comme le respect de notre Constitution de 1958, comme aussi les finances publiques du pays plombées par une dette colossale, risquée  et insupportable... 

Le Chef de l'État, en fin de mandat, remplit les écrans, vide les caisses de la France où soit-disant il n'y avait plus de fonds pour l'essentiel c'est-à-dire pour redresser les services publics à la dérive : la sécurité, la santé, la justice, la défense, l'éducation, transports, recherche...comme il est de son devoir.

Des milliards d'euros dans un plan "FRANCE 2030" sont promis : effet d'annonce qui ne signifie rien si ce n'est que le Chef actuel de l'État est en campagne électorale pour se faire réélire.

 

AINSI, UNE NOUVELLE FOIS, LA MISSION DU CHEF DE L'ÉTAT FIXÉE DANS LE MARBRE DE LA CONSTITUTION DE 1958 EST DÉVOYÉE

En effet, l'Article 5 de notre Constitution est ainsi libellé et on ne peut plus clair :

"Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'État.

Il est le garant de l'indépendance nationale, de l'intégrité du territoire et du respect des traités."

Il n'est pas chef d'un parti, il n'est pas entrepreneur, il n'est pas le Premier Ministre, ni Ministre  des Finances ni à lui tout seul le Parlement. Il ne peut et ne doit pas descendre dans l'arène dans l-infime détail de l'intendance,  comme, par exemple, en se prononçant sur le choix des médicaments en 2030 avec des promesses fallacieuses et qui ne seront pas tenues. Il est le Président de la France et pas un simple intendant.

Emmanuel  MACRON dévalue outrageusement la fonction Présidentielle encore une fois. Veut-il ainsi camoufler l'échec de son du programme de 2017, un bilan peu glorieux...? Cela le concerne personnellement mais ne concerne ni la France ni les français.

À vous, citoyens responsables, de juger avant d'élire son Chef après une campagne électorale dont la teneur se devra d'être exemplaire pour l'avenir du Pays.

Partager cet article
Repost0