Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

31 mars 2020 2 31 /03 /mars /2020 11:35
L'ELYSÉE, MATIGNON NE PEUVENT TOUT RÉGENTER EN FRANCE

L'ELYSÉE, MATIGNON NE PEUVENT TOUT RÉGENTER EN FRANCE

 

PARTIR DE CE QUI APPARAIT COMME UNE "ÉVIDENCE" POUR BÂTIR UN PROJET, FAUTE D’ANALYSES PRÉALABLES OBJECTIVES ET CONCERTÉES, C'EST COURIR À L’ÉCHEC !

 

En effet, les "évidences" n’en sont souvent que pour ceux qui ne voient pas les problèmes dans tous leurs tenants et aboutissants…ce sont souvent des "évidences" avec avis péremptoires de Comptoir du Café du commerce.

Ces sentences « évidentes » se heurtent à la réalité des faits qui sont têtus, aux exceptions, aux impossibilités de faire…

Cela devient une catastrophe quand ce sont les ministres, les secrétaires d’État voire le Président d la République qui lancent des projets « évidents » qui deviennent des ordres, contre-ordres, anathèmes, réformes, réformettes, abandon de réformes…

 

LA RÉFORME DES RETRAITES : UN DOSSIER MAL PRÉPARÉ ET POURTANT C’ÉTAIT UNE RÉFORME ÉVIDENTE, NÉCESSAIRE ET SOUHAITÉE PAR LES FRANÇAIS

On aurait pu prendre un excellent sujet pour illustrer les « évidences » : celui de la réforme de la retraites…cette réforme était une nécessité reconnue mais il fallait analyser toutes les incidences pour les régimes déficitaires, pour les régimes spéciaux, pour les cotisants qui en signant leur contrat de travail s’ouvraient certains droits dérogatoires aux règles générales, pour les droits des cotisants sur les réserves des régimes complémentaires, à toutes les inégalités évidentes mais peut-être justifiées ou pas…

Le Président voulait sa réforme…il tentera de la faire jusqu’à ce que survienne CORONAVIRUS qui, non seulement, l’a condamné à faire marche arrière et mais, en prime, lui a offert une porte de sortie de crise honorable.

 

LA "RÉFORME TERRITORIALE" DU PRÉSIDENT HOLLANDE : NÉCESSAIRE MAIS IRRÉALISABLE

On pourrait aussi pour illustrer les dossiers fondés sur des « évidences » qui tournent au fiasco et rappeler celui de la réforme territoriale du Président François HOLLANDE.

Elle part d’une " évidence"  : 36 000 communes, 600 000 élus, un mille-feuille ingérable où les compétences des collectivités se télescopent.

Le projet bâclé, critiqué (comme toute réforme en France) s’est réduit comme peau de chagrin.

Il s’est quasiment réduit à la réforme des Régions (diminution de leur nombre) qui, comme l’avaient prévu nombre d’analystes, se révèle comme une catastrophe financière. La grande réforme se trouve à des réformettes annexes (communauté de communes, agglomération, métropoles…).

 

NON DISTRIBUTION DES DIVIDENDES : NOUVEAU PROJET QUI PART D’UNE « ÉVIDENCE ».

AU NOM DE LA SOLIDARITÉ NATIONALE DANS LA PÉRIODE QUE NOUS VIVONS LES ENTREPRISES SOUTENUS PAR DES FONDS PUBLICS DEVRAIENT ABANDONNER LA DISTRIBUTION DES DIVIDENDES. EST-CE AUSSI SIMPLE QUE CELA ?

Sous le titre : « Dividendes : une raison d'être solidaire », Les Échos font dans leur éditorial du 29 mars 2020 une analyse de ce projet peut-être à vocation sociale et solidaire mais aussi un peu démagogique voire heurtant et injuste ! Est-ce vraiment à l’État de gérer les dividendes générés et distribués par les entreprises ? Faut-il traiter les grandes groupes comme les entreprises à capitaux familiaux ?...

Voici le texte des Échos (nos commentaires en NDLR)

« La France n'a jamais vraiment aimé les actionnaires.

Il n'est donc pas très surprenant que les pouvoirs publics aient choisi de conditionner l'accès au dispositif de soutien pour les entreprises au non-versement de dividendes . L'affaire semble si évidente que, pour une fois, le gouvernement, une grande partie du patronat et les syndicats sont alignés.

Certains grands groupes, pourtant, trouvent la solution un peu simple, quand ils n'y sont pas franchement hostiles.

Les dividendes ont pour origine l’exercice 2019 avant le CORONAVIRUS …et 2020 risque d’être morose. (NDLR)

Après tout, les dividendes versés cette année devaient l'être au titre de l'année 2019, un millésime exceptionnel. Ce sont les dividendes payés l'an prochain qui, en toute logique, devraient porter les stigmates de la crise sanitaire. Le krach boursier s'est en outre déjà chargé de faire payer les actionnaires, alors même que contrairement à la dernière crise, il n'est question cette fois d'aucune dérive de l'industrie financière.

Les entreprises en difficultés en 2020 auront besoin de soutiens de leurs actionnaires qui, s’ils sont mis à la portion congrue en 2020 , se feront tirer l’oreille à l’avenir.(NDLR)

Dans les mois qui viennent, certaines entreprises fragilisées auront par ailleurs besoin de la bienveillance de leurs actionnaires si elles doivent lever des fonds pour améliorer leur structure financière. De fait, toutes n'abordent pas la crise dans les mêmes conditions. Certaines ont des actionnaires qui se sont endettés, pour soutenir leur titre ou de façon défensive , et ont absolument besoin de dividendes pour se maintenir à flot. D'autres, comme les banques, valaient déjà la moitié de leur actif net en Bourse avant la crise, et ne peuvent pas se permettre de maltraiter leurs actionnaires.

Ces arguments, légitimes, seront toutefois difficilement audibles dans le contexte actuel, qui n'a rien d'ordinaire. Car les entreprises ne sont pas les seules à supporter l'effort de guerre. Les pouvoirs publics, les contribuables, les employés, les ménages confinés ne sont pas plus responsables que ces dernières de l'épidémie. Leurs actionnaires ont en outre été bien servis ces dernières années - les entreprises du CAC 40 leur ont versé près de 50 milliards d'euros au titre de 2018, auxquels s'ajoutent 11 milliards de rachats d'actions. Ceux-ci ont été les premiers bénéficiaires des records boursiers enregistrés ces dernières années, eux-mêmes largement portés par une politique monétaire ultra-accommodante n'ayant pas grand-chose à voir avec la performance intrinsèque des groupes cotés.

Les grands groupes qui pourraient être tentés de donner la priorité à leurs actionnaires alors que l'économie se prépare à une récession dont l'ampleur ne fait guère de doute, étaient il y a encore quelques mois les premiers à défendre l'existence d'une raison d'être, censée dépasser le simple capitalisme actionnarial. Difficile de ne pas s'en souvenir.

 

CONCLUSIONS

 

Doit-on laisser ainsi à l’État la gouvernance des entreprises ? L’État et surtout ceux qui nous gouvernent peuvent-ils tout régenter ? Quand on voit la gestion des Hôpitaux et de la Santé et celle des EPHAD avec les promesses concernant les personnes dépendantes, on peut douter fortement de cette capacité de l’État.

 

Les entreprises et leurs dirigeants ne savent-ils pas mieux que les ministres et les hauts fonctionnaires ce qui est bon et bien pour la solidarité nationale, pour l'économie et pour leurs entreprises ?

 

On ne gère pas un pays avec de prétendues et présumées bonnes idées de quelques-uns et sans concertations préalables et études sérieuses et surtout sans a priori.

 

Nos dirigeants n'ont pas compris "les gilets jaunes" et le Grand Débat...pourtant celui-ci s'était déroulé il y a seulement 14 mois !

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2019 4 17 /10 /octobre /2019 10:42
MAISON DE RETRAITE EHPAD (image d'archives)

MAISON DE RETRAITE EHPAD (image d'archives)

 

UN ÉDITORIAL ÉCLAIRANT, FULGURANT DES "ÉCHOS" SUR LE PROJET DE RÉFORME : RETRAITE DE RUSSIE, LA BÉRÉZINA D’UN PRÉSIDENT ?

 

On disait que les échecs de tentatives de réformes du chef de l’État seraient compensés par son obligation de réussite sur un sujet essentiel pour l'avenir du système social français donc par sa réussite pour la réforme des retraites…puis survint une nouvelle fis les tâtonnements, les marche arrière…c’est effectivement la hollandisation de la macronie (excusez ce langage !) dont nous allons tous pâtir. Un Président qui a tous les pouvoirs et qui finit par ne pouvoir en exercer aucun. Comment la France peut-elle ainsi réformée ?

 

LA RÉFORME DES RETRAITES : L’ANALYSE DANS UN ÉDITO DES ÉCHOS (Jean-Francis PÉCRESSE)

Il est l'heure de sonner la retraite sur la réforme des retraites.

Sinon, la grande bataille d'Emmanuel Macron risque de tourner à la Bérézina.

C'est la sagesse plutôt que la faiblesse qui guide certains, au sein de l'exécutif, lorsqu'ils envisagent d'appliquer le futur régime en points (et non plus en annuités) aux seules nouvelles générations entrant dans la vie active.

Ce « plan B » a pour défaut de repousser de quelques décennies l'horizon d'une transition complète vers un régime universel, mais il présente l'immense avantage d'être plus réaliste.

Après les mobilisations de professions ayant nulle envie de changer de régime, l'appel lancé ce mercredi à une grève interprofessionnelle le 5 décembre invite à ne pas renouveler l'erreur d'appréciation du plan Juppé, dont les stigmates demeurent vifs.

De surcroît, dans cette époque où le corps social est plus inflammable, l'épisode des « gilets jaunes » invite à ne pas négliger des signaux forts de radicalisation.

Le constat est déplorable sans doute mais, à mi-mandat, les conditions politiques ne permettent pas de mener comme prévu la grande transformation du système des retraites.

Si nous en sommes là, c'est parce que les conditions économiques ne sont pas réunies.

Longtemps, Emmanuel Macron a refusé de voir en face une implacable réalité : pour garantir qu'il n'y aurait pas de perdant, il aurait fallu mettre des milliards d'euros sur la table.

Aux grandes réformes, les grands moyens.

Faute d'avoir su trouver l'argent par des économies dans la dépense publique (NDLR : en gras ), l'exécutif n'a pas pu rassurer les Français sur l'innocuité de sa réforme.

Nombre d'entre eux ont vite compris que le principe d'équité - un même droit pour un même euro - n'empêcherait pas le niveau de leur future pension de baisser.

L'impossibilité du pouvoir est le fruit de son impuissance.

Cependant, s'il est sage de renoncer à l'inutile - la chimère d'un régime universel -, il serait imprudent d'abdiquer sur l'essentiel.

Quel est-il ?

C'est d'abord de considérer que l'existence de régimes spéciaux de retraite n'est pas un mal en soi. Ne font du tort à la collectivité que ceux qui vivent au crochet de la solidarité nationale.

Mais en quoi la caisse bien gérée des avocats (NDLR …et celles d’autres caisses des professions libérales !)est-elle un problème pour l'ensemble du système ?

C'est sur les régimes non financés qu'il convient de concentrer la réforme.

L'essentiel est aussi de ne pas confondre équité et universalité.

Durées et taux de cotisation ont convergé entre public et privé, sans qu'il y ait eu besoin de fusionner les régimes.

Et le profond malaise de catégories actives comme les policiers ou les aides-soignants devrait dissuader un pouvoir avisé de toucher à ce maigre avantage qu'est leur départ anticipé à la retraite.

L'essentiel, enfin, est de ne jamais oublier que, en annuités ou en points, professionnel ou universel, le régime de retraites le plus rassurant est toujours celui dont le financement est le mieux assuré.

Ce devrait être cela, le plan A.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2018 7 07 /10 /octobre /2018 17:46
CONNAITRE LE MONDE MARITIME : UNE INFORMATION EN DIRECTION DES JEUNES ET GRAND PUBLIC

CONNAISSANCE DU MONDE MARITIME : UNE DATE À RETENIR, LE 18 OCTOBRE 2018

 

Dans le cadre des activités à sensibiliser le grand public et les jeunes au monde maritime,  Meravenir organise une rencontre, « Transport Maritime et Globalisation » qui aura lieu

 

le 18 octobre 2018 à 19 h,

Centre de Formation aux Métiers de la Mer, Allée du Frère Maximin,

85100 Les Sables-d'Olonne.

 

Cette rencontre sera animée par M. Gabriel Yamba, officier marine marchande et qui a passé une grande partie de sa carrière à la CMA-CGM.

 

Intervention de M. Bernard Lefebvre du Seamen’S Club Nantes pour l’accueil des Gens de Mer dans les ports.

 

  • Le transport maritime européen, bien que d'un poids relatif dans le produit intérieur brut européen (145 milliards d'euros soit 1 %), représente plus de 640 000 emplois directs et 40 % du tonnage brut mondial.
  • En outre, il revêt une importance stratégique dans la mesure où 90 % des marchandises sont transportées par voie maritime dans le monde, dont 70 % dans les eaux européennes…
  • Le transport maritime est le moyen le moins polluant et sa performance en la matière ne cesse de progresser.
  • De nos jours, 1 000 Airbus A 380 cargo ou 6 000 gros camions équivalent au chargement d’un seul porte-conteneurs.
  • Nous porterons à la connaissance du grand public et des jeunes les points suivants :
    • Dates clés du transport maritime.
    • Cartographie du transport maritime.
    • D’où viennent les articles de consommation ?
      • Nous développerons un produit type : ingénierie, approvisionnent et fabrication d’un téléphone portable.
    • Qui sont les gens de mer ?
    • Accueil des gens de mer dans les ports : intervention du Seamen’s Club Nantes.
    • Questions / réponses avec le public.
    • Verre de l’amitié.
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2018 7 23 /09 /septembre /2018 17:44
CONNAITRE LE MONDE MARITIME : UNE INFORMATION EN DIRECTION DES JEUNES ET GRAND PUBLIC

CONNAISSANCE DU MONDE MARITIME : UNE DATE À RETENIR, LE 18 OCTOBRE 2018

 

Dans le cadre des activités à sensibiliser le grand public et les jeunes au monde maritime,  Meravenir organise une rencontre, « Transport Maritime et Globalisation » qui aura lieu

 

le 18 octobre 2018 à 19 h,

Centre de Formation aux Métiers de la Mer, Allée du Frère Maximin,

85100 Les Sables-d'Olonne.

 

Cette rencontre sera animée par M. Gabriel Yamba, officier marine marchande et qui a passé une grande partie de sa carrière à la CMA-CGM.

 

Intervention de M. Bernard Lefebvre du Seamen’S Club Nantes pour l’accueil des Gens de Mer dans les ports.

 

  • Le transport maritime européen, bien que d'un poids relatif dans le produit intérieur brut européen (145 milliards d'euros soit 1 %), représente plus de 640 000 emplois directs et 40 % du tonnage brut mondial.
  • En outre, il revêt une importance stratégique dans la mesure où 90 % des marchandises sont transportées par voie maritime dans le monde, dont 70 % dans les eaux européennes…
  • Le transport maritime est le moyen le moins polluant et sa performance en la matière ne cesse de progresser.
  • De nos jours, 1 000 Airbus A 380 cargo ou 6 000 gros camions équivalent au chargement d’un seul porte-conteneurs.
  • Nous porterons à la connaissance du grand public et des jeunes les points suivants :
    • Dates clés du transport maritime.
    • Cartographie du transport maritime.
    • D’où viennent les articles de consommation ?
      • Nous développerons un produit type : ingénierie, approvisionnent et fabrication d’un téléphone portable.
    • Qui sont les gens de mer ?
    • Accueil des gens de mer dans les ports : intervention du Seamen’s Club Nantes.
    • Questions / réponses avec le public.
    • Verre de l’amitié.

 

 

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2018 7 15 /07 /juillet /2018 15:41
LES MIGRATIONS, PHÉNOMÈNE NATUREL SOUVENT CRUEL

LES MIGRATIONS, PHÉNOMÈNE NATUREL SOUVENT CRUEL

UN ACCORD EUROPÉEN : DE FAÇADE, CAR RIEN N'EST RÉGLÉ MAIS L'EUROPE ÉVITE UNE CRISE

 

Angela Merkel a convenu qu'il y avait encore "beaucoup à faire pour rapprocher les différents points de vue" sur le dossier migratoire. Si la crise a été évitée, les problèmes sont encore devant.

L'Europe a humainement un devoir et un pouvoir d'accueil et l'Europe a besoin de migrants et tout cela est organisable.

 

RÉFLEXIONS À L'ADRESSE DE CEUX QUI NOUS DIRIGENT ET DE CEUX QUI ONT DU CŒUR

 

CE SONT DES HOMMES ET NON DES MARCHANDISES, DES INDIVIDUS MAIS PAS DES STATISTIQUES

On parle de crise des migrants comme s'il s'agissait  de la crise de la production et de la commercialisation des pommes de terre, du porc...

On parle de centres de tris comme si on parlait de colis en cours d'expédition

On parle des flux migratoires comme des flux financiers

On parle des migrants comme s'il s'agissait d'un troupeau perdu

Les migrants ne sont-ils donc pas des hommes ?

 

QUI A DIT ?

" Combien c'est beau, combien c'est grand, combien c'est généreux, la France "?

de Gaulle 4 juin 1958

 

QUI A ÉCRIT ?

 "Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous merci. "

François VILLON

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2018 1 23 /04 /avril /2018 11:19
LES RETRAITÉS DISENT NON À L'INJUSTICE ET VONT MANIFESTER LEUR MÉCONTENTEMENT

S'IL Y A UN EFFORT NATIONAL À FAIRE POUR REDRESSER LE PAYS : LES RETRAITÉS DISENT OUI À CONDITIONS

1) que l'effort soit national : solidarité nationale OUI, taper sur les seuls retraités NON,

2) qu'il y soit une réelle baisse (promise) des dépenses de l'État et des collectivités territoriales...ce qui n'est pas le cas pour 2018 et certainement pas aussi pour 2019,

3) que soit  respectées les économies faites par les retraités avec des assurances vies et autres placements immobiliers et mobiliers qui permettent aux retraités prévoyant de s'assurer des pensions décentes.

 

APPEL À MANIFESTER LE 14 JUIN 2018

Neuf syndicats et associations de retraités appellent à "une nouvelle journée nationale de manifestations" le jeudi 14 juin contre la hausse de la CSG entrée en vigueur en janvier.

Malgré les remerciements et les explications d’Emmanuel MACRON
, les syndicats et associations de retraités ne décollèrent pas. Neuf d'entre eux (CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR, LSR et UNRPA) "ont décidé d'accentuer la pression sur le gouvernement et sur les parlementaires", indiquent-elles dans un communiqué publié le samedi 21 avril.

Une troisième journée de mobilisation est ainsi programmée le 14 juin, après celles du 28 septembre et du 15 mars.

Par ailleurs, les mêmes organisations ont lancé une pétition réclamant

"une loi de finances rectificative qui annule la hausse de la CSG pour tous, mette fin au gel des pensions (et) décide de leur revalorisation".

"Les retraités ne lui disent pas merci"
,

Partager cet article
Repost0
19 février 2018 1 19 /02 /février /2018 11:16
PERTE D'AUTONOMIE, UN  GESTE DE SOLIDARITE RECONNU PAR LA LOI :  LE DON DE JOURS DE REPOS

SOLIDARITÉ ENTRE SALARIÉS  : DON DE JOURS DE REPOS À UN COLLÈGUE AIDANT

 

UN BEAU GESTE DE SOLIDARITÉ ENTRE COLLÈGUES : DONNER DES JOURS DE CONGÉS AU COLLÈGUE AIDANT UN PROCHE

Dans la continuité des informations que nous donnons et du combat que nous menons pour plus de solidarité et sur la perte d'autonomie et l'aide des proches un pas vers une solution raisonnable est enfin franchi : la reconnaissance du don de jours de repos.

La loi permettant le don de jours de repos non pris aux proches aidants de personnes en perte d’autonomie ou présentant un handicap a été promulguée.

Le texte inclus dans le code du travail, permet à un salarié de « renoncer anonymement et sans contrepartie à tout ou partie de ses jours de repos non pris, qu’ils aient été ou non affectés sur un compte épargne-temps, au bénéfice d’un autre salarié de l’entreprise qui vient en aide à une personne atteinte d’une perte d’autonomie d’une particulière gravité ou présentant un handicap lorsque cette personne est, pour cet autre salarié, l’une de celles mentionnées aux 1° à 9° de l’article L. 3142-16 ».

Il s’agit du conjoint, du concubin, du partenaire lié par un pacte civil de solidarité, d’un ascendant ou descendant, d’un enfant dont il assume la charge, d’un ascendant, descendant ou collatéral jusqu'au quatrième degré de son conjoint, concubin ou partenaire lié par un pacte civil de solidarité, ou d’une personne âgée ou handicapée avec laquelle il réside ou avec laquelle il entretient des liens étroits et stables, à qui il vient en aide de manière régulière et fréquente, à titre non professionnel, pour accomplir tout ou partie des actes ou des activités de la vie quotidienne.

MAINTIEN DU SALAIRE DE L'AIDANT

Le salarié bénéficiant de jours cédés a droit au maintien de sa rémunération pendant sa période d’absence qui est assimilée à une période de travail effectif pour la détermination des droits que le salarié tient de son ancienneté, avec maintien de tous les avantages acquis avant le début de la période d’absence (al. 3). Dans le cas de don de jours du congé annuel, il ne peut toutefois s’agir que des jours excédant 24 jours ouvrables (al. 2).

UNE AUTRE ÉTAPE ATTENDUE : LA RECONNAISSANCE DE LA SITUATION DES AIDANTS FAMILIAUX

Vers mi-février 2019, le gouvernement remettra un rapport au parlement sur la situation des aidants familiaux.

Il est grand temps pour le gouvernement de s'occuper de ce très grave problème sociétal qui touche 2 millions de famille. Cette loi est un plus en faveur du développement de la solution la plus humaine : le  maintien à domicile des personnes en perte d'autonomie.

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2018 4 25 /01 /janvier /2018 11:37
LES RETRAITÉS VONT-ILS SE METTRE EN GRÈVE POUR CAUSE DE DISCRIMINATION ET MALTRAITANCE?

LES RETRAITÉS VONT-ILS SE METTRE EN GRÈVE POUR CAUSE DE DISCRIMINATION ET MALTRAITANCE?

LE RETRAITÉ EST TAILLABLE ET CORVÉABLE : RETRAITÉS, CRIONS À L'INJUSTICE...

Le rôle des retraités dans  le domaine social auprès de leurs enfants, petits enfants et arrière petit enfants voire de leurs parents est irremplaçable. Leur fonction de bénévoles en milieu social est aussi irremplaçable.

Alors pourquoi les maltraiter ?

 

LA PROVOCATION DU PREMIER MINISTRE ET DES MINISTRES DES FINANCES

Le communiqué du Gouvernement à l'issue du dernier conseil des  ministres nous pousse à donne un second coup de gueule.

"Le ministre de l’économie et des finances et le ministre de l’action et des comptes publics ont présenté une communication relative au pouvoir d’achat."

Suit une litanie d'avantages concédés aux salariés et aux indépendants

et le communiqué du gouvernement  le 24 janvier 2018 s'achève ainsi :

"Cette politique en faveur du pouvoir d’achat permet de mieux rémunérer le travail, de protéger les plus fragiles et de libérer la croissance et l’emploi. La majorité des Français en bénéficiera, tout particulièrement les plus modestes : le niveau de vie des 10 % de ménages les moins aisés augmentera de 0,9 % en moyenne, et celui des ménages du décile suivant de 0,6 %."

(sic : décile, ce mot barbare est-il fait pour cacher la vérité, comprendra qui voudra? Définition du décile :  le premier décile (noté généralement D1) est le salaire au-dessous duquel se situent 10 % des salaires ; le neuvième décile (noté généralement D9) est le salaire au-dessous duquel se situent 90 % des salaires) .

 

LES RETRAITÉS : LEUR POUVOIR D'ACHAT DIMINUE SANS CESSE ET POUR NOMBRE D'ENTRE EUX LES MOYENS MINIMAUX POUR SURVIVRE SONT MENACÉS

Les retraités ont vu sur leurs comptes en janvier 2018 ? Le prélèvement CSG sur leurs retraites de près de 2%...fait mal.

Un retraité ou un couple de retraités qui a des retraites inférieures à 2 000 euros sont-ils des nantis ?

Cette mesure spéciale retraités suit la kyrielle des mesures qui ont ces drnières années diminué leur pouvoir d'achats : blocage depuis 3ans alors que l'inflation redémarre, CSG... ils voient tout augmenter ...sauf leurs retraites.

voir notre précédent article du jeudi 11 janvier 2018.

 

L'ÉTAT NE DONNE PAS L'EXEMPLE

Pendant ce temps, l'ÉTAT, malgré les promesses présidentielles ne diminue pas son  train de vie. La Cour des Comptes vient de  dénoncer cela publiquement dans le discours de son Président face au Président de la République.

https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/2018-01/20180122-DM-Audience-solennelle.pdf

"Je continue bien, M. le Président de la République, de parler de sous -estimation des dépenses de l’État. Le fait qu’une accélération forte de la croissance au deuxième semestre en ait compensé les conséquences sur les soldes publics n’altère en rien en effet la pertinence du diagnostic posé alors sur les risques de dérapage des dépenses. Je ne doute pas que tout commentateur – du moins s’il est de bonne foi –ne pourra qu’en convenir.

Permettez-moi donc d’insister devant vous sur l’impératif de sincérité des prévisions de finances publiques et des documents budgétaires.

En revanche, il lui revient de rappeler que sans maîtrise des dépenses publiques, il n’est pas de réduction d’impôt qui soit durable."

 

LES RETRAITÉS SONT PRÊTS À FAIRE UN EFFORT POUR REDRESSER LE PAYS...MAIS L'EFFORT DOIT ÊTRE PARTAGÉ AVEC ÉQUITÉ ENTRE TOUS LES FRANÇAIS

SINON OÙ EST LA SOLIDARITÉ NATIONALE ?

POURQUOI L'ÉTAT, LES DÉPUTÉS, LES SÉNATEURS, LES HAUTS FONCTIONNAIRES, ...NE SONT-ILS PAS APPELÉS À FAIRE AUSSI UN EFFORT ?

ET POURQUOI SEULS LES SALARIÉS VOIENT-ILS  LEUR POUVOIR D'ACHAT AUGMENTER ?

Il y a bien inégalité de traitement entre les français d'où la question : les retraités sont-ils encore français sous le règne d'Emmanuel MACRON. Pourquoi sont-ils exclus de "la majorité des français"?

En 2018, les retraités sont-ils encore français ?

 

Partager cet article
Repost0