Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

23 août 2019 5 23 /08 /août /2019 21:43
REJETS SAUVAGES ...MAIS IL Y A EU BIEN PIRE CET ÉTÉ !

REJETS SAUVAGES ...MAIS IL Y A EU BIEN PIRE CET ÉTÉ !

ÉDUCATION ET MESURES RÉPRESSIVES S'IMPOSENT

Il y a des pays voisins qui forcent notre admiration par la propreté et le civisme dont font preuve leurs habitants : villes et villages propres, fleuris, respect des règles de circulation, courtoisie...

Certaines communes françaises ont adopté des mesures répressives et dissuasives pour lutter contre l'incivilité sous forme de contraventions dont le montant est parfois fort élevé ( Décret n° 2015-337 du 25 mars 2015 relatif à l'abandon d'ordures et autres objets...)

 

Ce que nous vivons aux Sables d'Olonne comme aussi dans d'autres sites que nous visitons est devenu vraiment insupportable.

 

LE CAS DES SABLES D'OLONNE : DES ACTES INDIGNES

La Commune investit pour rendre accessible, agréable, ludique un espace comme le petit bois entre le lac de Tanchet, le Zoo, le Tennis-Club et le Casino des Pins.

Des itinéraires ont été balisés pour footing, promenades, pique-nique...

Des poubelles ont été ajoutées et sont vidées régulièrement ...

Par exemple, aujourd'hui ce que nous trouvons dès l'entrée du bois est innommable ! mais il y a bien pire : un monument en mémoire de...a été endommagé...nous n'en dirons pas si ce n'est que dans le climat actuel on constate que ce qui ne fut qu'un presque banal "accident" devient vite une nouvelle manifestation d'incivilité grave. (fausse nouvelle heureusement!).

 

LA MUNICIPALITÉ EST RESPONSABLE. ELLE PEUT ET DOIT PRENDRE DES MESURES DEVANT LA CARENCE DE L'ÉTAT

Pour ce qui est de l'ordre public local, l'État est incapable d'assumer ses fonctions de "sécurité" Il s'est désengagé disant aux communes "débrouillez-vous !"  Les renforts d'été en force de sécurité ont été diminués voire supprimés.

L'Éducation Civique qui était aussi un devoir de l'État est laissée à l'abandon et le Président Macron nous promet un service civique obligatoire, actuellement expérimental et si l’expérience est positive il n'y aura pas les fonds pour financer ce nouveau service universel !

Celui-ci ne sera, de toutes façons, qu'un palliatif, c'est le constat de l'échec de la formation civique qui devrait être développé dès le plus jeune âge en milieu scolaire.

Donc, les collectivités ont une charge supplémentaire qui est de la compétence de l'État et qui est de fait transmise aux collectivités...sans financement.

Après on peut discuter des heures sur le rôle de la police municipale dont les effectifs vont croissants faute de mieux. C'est l'aspect répressif. Mais le mal est à la racine : défaut d'éducation, défaut de sanctions.

La première mesure est celle de la concertation au niveau local après constations de l'état des lieux. Puis il faut que les municipalités utilisent tous moyens de communication et d'éducation adaptés à la situation.

La deuxième mesure est encore un mode de communication : une signalétique non équivoque qui rappelle devoirs et sanctions.

L'arsenal juridique français actuel donne les moyens (code pénal et code général des collectivités locales ) aux maires de faire respecter la propreté et la salubrité dans nos cités et campagnes...mais les actions à mener ont un coût élevé pour la collectivité. C'est entre autres pour cette raison que les sanctions d'auteurs d'actes d'incivisme doivent être sévèrement réprimés. Il faut que police, magistrats et municipalité prennent bien conscience de leurs devoirs respectifs et que les citoyens, au lieu de critiquer ce qui se met en place, incitent aussi les autorités à agir et sévir plus. Là aussi il faut des citoyens participatifs.

 

Aujourd'hui au stade où on en est arrivé, les élus ne peuvent plus se permettre d'éluder le problème. C'est vrai qu'il faut aujourd'hui assumer le passif laissé par les anciennes municipalités par exemple celles du Pays des Olonnes incapables de s’unir pour faire front. Ainsi l'ancienne municipalité castelolonnaise, en 10 ans, n'a pu, par exemple,  trouver les moyens d'entamer  le processus de disparition de la friche, dépôts d'ordures diverses et trafics...  que constituait la Clinique du Pas du Bois !

 

Quand on voit, au lever du jour, l'effort déployé inlassablement par les employés de la ville des Sables d'Olonne pour effacer les traces de la nuit et de la veille, on ne peut que regretter les méfaits d'une incivilité génératrice de désordres en tous genres, gêne publique, insalubrité...

Les pollueurs et autres sans-gênes manquent totalement de respect à leurs concitoyens et aussi au  personnel qui, inlassablement, doit collecter les immondices et autres déchets abandonnés sur les lieux publics.

Il y aura un bilan de la saison 2019 mais il y aura aussi une campagne électorale où il faudra que les citoyens s'expriment, critiquent, proposent, agissent...puis veillent à ce que les promesses électorales qui ne manqueront pas d être faites soient tenues.

 

 

ET OUI...IL Y A EU UN FEU AU CENTRE DE CE BOIS !

ET OUI...IL Y A EU UN FEU AU CENTRE DE CE BOIS !

À L'ENTRÉE DU BOIS...À QUELQUES MÈTRES D'UNE POUBELLE PRÈS DU TENNISCLUB !

À L'ENTRÉE DU BOIS...À QUELQUES MÈTRES D'UNE POUBELLE PRÈS DU TENNISCLUB !

QUELQUES MÈTRES PLUS LOIN

QUELQUES MÈTRES PLUS LOIN

Partager cet article
Repost0
20 août 2019 2 20 /08 /août /2019 14:03
UNE MAIRIE DONT LA CONSTRUCTION (4,5 millions d'euros) N'EST PAS JUSTIFIÉE

UNE MAIRIE DONT LA CONSTRUCTION (4,5 millions d'euros) N'EST PAS JUSTIFIÉE

UN SONDAGE TROMPEUR : 83 % DES FRANÇAIS ONT UNE "BONNE OPINION" DE LEURS MAIRES

Ce sondage et les réactions qu'il a engendrées nous donnent l'occasion de nous préparer à l'échéance de mars 2020 : les prochaines élections municipales.

 

QUE PEUT VALOIR CE SONDAGE ?  CERTAINEMENT PAS GRAND CHOSE

Sur le site de l'IFOP ce sondage porte ce commentaire :

"Parmi les critiques formulées à l’encontre des élus en général figurent aux premiers rangs la longueur des carrières politiques (70%), la rémunération excessive (66%) ainsi que la concentration des pouvoirs dans leurs mains (55%). Autre illustration de la défiance à laquelle sont confrontés les élus, seuls 30% des Français les jugent compétents, 26% proches des préoccupations des citoyens et 20% honnêtes."

La communication faite sur ce sondage (sondage IFOP, pour le journal du dimanche) nous surprend donc fortement.

En effet, nous notons que, dans le même sondage, les français ne sont que 38 % à avoir une bonne opinion des élus en général...donc 62 % des "sondés" ont une opinion défavorable des élus ou n'ont pas ou plus d'opinions sur leurs élus !

Alors comment peuvent-ils être 83 % à dire qu'ils ont une opinion favorable de leurs maires !...qui sont pourtant bien des élus ! (voir ci-dessous)

À moins que les français "sondés" pensent que leurs maires ne sont pas des élus ?...c'est grave à quelques mois des élections municipales (mars 2020).

 

INCOMPÉTENTS, CARRIÉRISTES, PIRE MALHONNÊTES ?

Pire : les français dans les autres questions de ce sondage sont donc très sévères avec leurs élus puisque :

- ils estiment à 70% que les "carrières" des élus sont trop longues,

- qu'ils ne sont que 30% à estimer leurs élus compétents,

- et que seulement 26 % des élus sont honnêtes,

- que les élus sont trop payés.

Ces pourcentages s'appliquent donc à tous les  élus, les maires y compris...comment peut-on alors avoir une bonne opinion de quelqu'un qu'on estime incompétent, pas honnête, carriériste et ayant trop de pouvoirs ?

Ce sondage et sa présentation sont comme l’aurait dit le général de Gaulle : "une foutaise".

De plus, quand on parle "des maires", peut-on porter un jugement aussi bien sur un maire d'une commune de moins de 100 habitants et que sur ceux des grandes villes et des villes moyennes.

Il faut savoir que dans notre cher pays 53% de ses communes ont moins de 500 habitants et que ces communes ne représentent que 6,4% de la population.

Ce sondage est donc trompeur !

 

À SUIVRE : LES MAIRES D'AUJOURD'HUI ET DE DEMAIN...

 

 

LE MAIRE DE CETTE PETITE COMMUNE TRAITÉ ET JUGÉ COMME LE MAIRE DE PARIS ?

LE MAIRE DE CETTE PETITE COMMUNE TRAITÉ ET JUGÉ COMME LE MAIRE DE PARIS ?

Partager cet article
Repost0
6 avril 2019 6 06 /04 /avril /2019 22:36
UN SITE CONVOITÉ : L'ANCIEN LYCÉE TABARLY

UN SITE CONVOITÉ : L'ANCIEN LYCÉE TABARLY

 

LE PROBLÈME DE CETTE FRICHE VA-T-Il  ÊTRE RÉSOLU PAR L'ÉLABORATION D'UN PROJET CONSENSUEL ?

Dans une ville où la possibilité de construire des logements est problématique un espace comme celui qu'occupe, dans le quartier de la Chaume, l'ancien Lycée TABARLY, propriété de la Région, représente un site stratégique et d'intérêt majeur pour y développer un projet d’habitat favorisant notamment l'accueil des primo-arrivants.

De plus, le parc locatif social de la ville ne représente que 6% des résidences principales bien en-deça des normes légales.

La ville nouvelle qui a repris la main s'est tourné vers l’Établissement Public Foncier EPF de la Vendée pour la réalisation d'un projet de rénovation urbaine.

La commune en matière d’habitat souhaite rééquilibrer sa démographie et accueillir les jeunes ménages et le familles en assurant une mixité sociale et inter-générationnelle, tout en prenant en compte la gestion des accès et du stationnement.

Des objectifs de densification seront fixés en tenant compte du caractère spécifique de l’habitat du quartier.

La commune va donc confier à l'EPF une mission d'acquisition foncière et de portage foncier sur le secteur défini qui déborde un peu le site de l'ancien Lycée.

 

UNE PAGE EST TOURNÉE

Le projet privé controversé prévu par la précédente municipalité du Maire Didier GALLOT a vécu. Le groupe immobilier RÉALITÉS qui devait réaliser le projet initial s’est retiré. On tourne le dos à la crise qui a secoué la Chaume et la municipalité des Sables d'Olonne en novembre 2017.

De nouvelles bases sont établies et devraient rassurer les Chaumois. Le dialogue sera renoué et le comité de quartier devra prendre ses responsabilités.

Finies les réunions tendues en présence d'huissier.

Un nouveau projet devra être établi pour la fin de l'année. Un nouveau dialogue doit s'engager et le calme doit revenir.

Décidément, la nouvelle municipalité de la Ville Nouvelle LES SABLES D'OLONNE est face à des défis de multiples règlements de situations délicates : le dévoiement de la route littorale, la relance très hypothétique du pôle équestre vendéen de Sainte-Foy, le défunt VENDÉOPÔLE, l'Aérodrome, la friche de l'ancienne clinique à Château d'Olonne, le Village d'Entreprises ...

Les héritages comportent bien souvent des passifs plus ou moins cachés. Celui qu'a reçu la Ville Nouvelle a bien son lot de difficultés mais les élus qui ont accepté ont au moins un avantage : ils ne pouvaient ignorer ces dossiers même s'ils ignoraient en partie l'étendue des risques.

En prenant les rennes de la ville Nouvelle, le 2 janvier 2019, ils s’engageaient vis-à-vis des citoyens à soulager la collectivité des gros risques qu'elle encourait sur des dossiers peu ou prou empoisonnés.

Les citoyens ont tous intérêt à ce que l'équipe de Yannick MOREAU réussisse, dans le temps de cette transition janvier 2019 mars 2020, à clore les dossiers pourris dans le sens de la sauvegarde de l'intérêt général. Un enjeu de taille !

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2018 3 26 /12 /décembre /2018 17:47
ILS NOUS ONT FAIT ESPÉRER...C'ÉTAIT EN 2014

ILS NOUS ONT FAIT ESPÉRER...C'ÉTAIT EN 2014

L'INTELLIGENCE DOIT TRIOMPHER POUR QUE LA FÊTE SOIT BELLE LE 2 janvier 2019 ! Il N'EST JAMAIS TROP TARD : J-6 !

C'est effectivement la période des vœux.

Ajoutons aux rituels vœux l'espoir que nous avons eu en 2015 : les 3 maires des Sables d'Olonne, d'Olonne-sur- Mer et de Château d'Olonne (voir photo ci-dessus) chantaient à l'unisson la gloire de la fusion avec un large sourire aux lèvres.

...4 ans ont passé et au 1er janvier 2019, les maires d'Olonne-sur-Mer et des Sables d'Olonne ont passé l'éponge sur le tableau des invectives et autres maladresses de leur collègue castelolonnais maladresses et ainsi, le 1er Janvier 2019, la fusion sera effective.

Faisons une nouvelle fois table rase des "ego" et autres arrière-pensée malsaines et disons aux 3 maires : il vous reste quelques jours pour vous choisir un leader que vous soutiendrez au nom de l'intérêt général.

Nous disons à Joël MERCIER, maire de Château d'Olonne,  qu'il est encore temps de se retirer d'une combat aussi inutile que fratricide, un combat que la population rejette.

 

UN ACTE SYMBOLIQUE ATTENDU

Le retrait de Joël MERCIER, ce serait un beau Symbole pour ouvrir la première page de l'histoire de la Grande Ville des Sables d'Olonne et d'éviter un spectacle affligeant, le 2 mercredi 2 janvier 2019, d'un vainqueur élu par ses pairs au sourire triomphant et cependant  modeste et la grimace du vaincu humilié.

Reprenons la phrase de Didier GALLOT, maire des Sables d'Olonne, (bulletin municipal de mai juin 2015) :

"La fusion de nos communes est absolument nécessaire afin de placer en face des habitants un élu décisionnaire et responsable...Arrêtons de gonfler les baudruches, fusionnons et vite !"

La charge et la responsabilité de ce premier maire sera énorme : réussir la transition sans arrêter la machine.

 

Joël MERCIER a refusé de présenter un programme aux citoyens pour cette période de transition 2019 et début 2020. C'est le signe clair de son souhait d'immobilisme, d'éventuel retrait.

S'il veut sortir de la Salle des Atlantes, transformée en salle de conseil municipal, la tête haute, le  mercredi 2 janvier 2019, et avoir la reconnaissance qu'il attend de la population : qu'il se retire et les divisions dans les 3 conseils municipaux deviendront des additions pour construire ensemble. C'est facile à comprendre il suffit que l'intelligence et le réalisme l'emportent.

Les castelolonnais et les sablais oublieront vite les incartades du maire castelolonnais, ses faux-fuyants qui ont retardé la fusion, ses erreurs de gestion gravées dans le marbre et mises en exergue par la Chambre Régionale des Comptes. Il deviendra ainsi celui qui a mis la dernière touche à la fusion.

Et nous tous, citoyens sablais et largement, plus largement, citoyens du Pays des Olonnes, on aura un beau souvenir du  mercredi 2 janvier 2019.

VIVE LA FUSION DES COMMUNES, VIVE "LES SABLES D'OLONNE" VILLE SOLIDAIRE ET RAYONNANTE.

 

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2018 7 23 /12 /décembre /2018 12:12
DES ÉLUS ET UN PUBLIC FIDÈLE
DES ÉLUS ET UN PUBLIC FIDÈLE

DES ÉLUS ET UN PUBLIC FIDÈLE

LE PRÉSIDENT YANNICK MOREAU N’A PAS ESQUIVÉ LE DÉBAT MÊME SI SON ACCUSATEUR ÉTAIT ENCORE LÂCHEMENT ABSENT

Suite de

AU PAYS DES OLONNES, AUJOURD’HUI, LES BORNES SONT DÉPASSÉES

https://admin.over-blog.com/934384/write/9773747

 

Après lecture de la lettre d'Anthony PITALIER élu socialiste inscrit sur la liste des abonnés absents aux conseils municipaux et communautaires , dans une ambiance glaciale, Yannick MOREAU a fait un large et documenté exposé qui répond point par point aux allégations d’Anthony PITALIER dont le siège était encore et toujours vide. Chose que le Président Yannick MOREAU regrette en s’exprimant ainsi :

« Qu’il est facile de s’opposer et d’insinuer à distance lorsque l’on n’assume pas réellement le mandat pour lequel on a été élu »

Au moins, ce discours du Président a eu l’avantage d’apporter un éclairage positif sur cette course et ses retombées pour le Pays des Olonnes toujours en recherche d’animations sur le thème de la Mer pour faire connaître LES SABLES D'OLONNE  et pour faire en sorte que la Ville ne connaisse pas le grand creux de la fin de la saison et le vide qui suit en matière d'animations, commerces...

Il met aussi en évidence l’acharnement qu’il faut pour transformer un essai, la GGR édition 2018/2019 en opération pérenne dans le cadre des SABLES D’OLONNE dont la « spécialité » mondiale que pourrait être la course au large.

Retenons suite aux informations données par Yannick MOREAU que les nuitées hôtelières ont augmenté de 28 % entre 2018 et 2017, 13 nationalités différentes au niveau des skippers, des articles dans plus de 60 journaux internationaux dont the Times, the daily Miror, el Pais,la Stampa...et des reportages sur plus de 30 chaînes de télévision dont CNN.

Souvenons-nous aussi de l'aventure du Vendée Globe : le chemin n'a pas été facile. On verra lors des arrivées de la GGR courant de ce début 2019 le bilan de cette opération.

Ce qui est apparu c'est qu'il existe un suivi minutieux des retombées tourisme, presse, financières...

Soyons certains que les résultats seront attendus et étudiés démocratiquement et en toute transparence...pour juger de l'opportunité d'une deuxième édition GGR ou pas avec départs et arrivées depuis les SABLES D'OLONNE.

 

Il ressort de ce dernier point de l'ordre du jour de ce conseil communautaire que :

- d'une part,  la GGR, grâce à ce point de l'ordre du jour est ainsi mieux connu des élus,

- d'autre part, l'exercice de la démocratie locale tant vantée en cette période mérite mieux que cette intervention d'Anthony PITALIER qui a déshonoré en la rabaissant la fonction d'élu local.

 

 

UNE VIELLE NOUVELLE EN MAYENNE : Château Gontier sur Mayenne

Une information qui nous fait rêver.

Le conseil municipal d’installation de la commune nouvelle Château-Gontier-sur-Mayenne a eu lieu ce mardi 18 décembre 2018 au soir.

Les communes de Château-GontierBazouges, Azé, Sait Fort ont décidé de se regrouper pour créer une commune nouvelle : Château-Gontier-sur-Mayenne. Ce mardi 18 décembre, Philippe Henry a été élu maire de la commune nouvelle par 67 voix sur 68.

On aurait tant aimé cela au Pays des Olonnes !...cela aurait permis de débuter l'année 2019 par une belle fête.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2018 7 16 /12 /décembre /2018 19:06

PANORAMA DE l'AGGLOMÉRATION DES SABLES D'OLONNE EN FIN 2018 À LA VEILLE DE LA FUSION DES 3 COMMUNES : LES SABLES D'OLONNE, OLONNE SUR MER ET CHÂTEAU D'OLONNE

DEMAIN, LES SABLES D'OLONNE, VILLE NOUVELLE, MOTEUR DU PAYS DES OLONNES

 

 

CE QU'IL FAUT BIEN SAVOIR AVANT DE JUGER

LA VIE DE CHÂTEAU N°13
LA VIE DE CHÂTEAU N°13

L'AFFAIRE DE LA FERMETURE DE LA ROUTE LITTORALE À CHÂTEAU D'OLONNE

 

 

L'IMPOSSIBLE ET INADMISSIBLE PROJET DU MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE ; FERMER LA ROUTE LITTORALE

L'IMPOSSIBLE ET INADMISSIBLE PROJET DU MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE ; FERMER LA ROUTE LITTORALE

LA VIE DE CHÂTEAU N°13

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2018 1 10 /12 /décembre /2018 18:56
JOËL MERCIER, MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE, CANDIDAT AU POSTE DE MAIRE DE LA VILLE NOUVELLE "LES SABLES D'OLONNE"

JOËL MERCIER, MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE, CANDIDAT AU POSTE DE MAIRE DE LA VILLE NOUVELLE "LES SABLES D'OLONNE"

 

LA GESTION CATASTROPHIQUE DE JOËL MERCIER À LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DES OLONNES ET À LA VILLE DE CHÂTEAU D’OLONNE COMME NOUS L’AVONS PROUVÉ, DIT ET ÉCRIT ET LE RÉPÉTONS SANS ÊTRE DÉMENTI  : UN HANDICAP INSURMONTABLE POUR CETTE CANDIDATURE

 

 

AFIN QUE LES ÉLUS ET LA POPULATION SABLAISE QUI VOUDRAIENT LE SOUTENIR, SACHENT.

 

Il est nécessaire de rappeler à Joël MERCIER aux élus et aux citoyens sablais le fondement de l'inaptitude à gérer une collectivité territoriale :

  • des années durant en tant qu’adjoint aux  finances de la Communauté de Communes des Olonnes CCO Joël MERCIER a mené celle-ci au quasi dépôt de bilan puisqu’il a fallu une super augmentation des impôts et une autre gestion pour que la CCO sorte la tête de l’eau juste avant la création de l’Agglomération en 2017,
  • qu’en tant qu’adjoint aux finances puis maire de Château d’Olonne Joël MERCIER a porté la lourde responsabilité :

-d’une gestion désastreuse en faisant voter des impôts sur la base de projets dont soit la réalisation fut reportée d’année en année soit abandonnée soit ne répondaient nullement à des besoins et souhaits exprimés par la population comme la nouvelle mairie, la Salle Gargamoelle, le Centre-Ville, des études…

-  il persiste dans cette voie avec son projet de fermeture de la route littorale rejetée par la population qu’il refuse d’écouter : un entêtement qui a fait imploser sa majorité, c’est dire !

- de la passation irrégulière des marchés publics de voirie (pour plus de 13 millions d’euros pour les seules années 2010 à 2015. Ceci figurant dans les observations définitives de la chambre régionale de comptes. Même, cette juridiction écrit qu’il y a eu des impôts augmentés sans raison.

- du retard de la fusion qui fut jugé sévèrement par les castelolonnais qui ont découvert, lors du vote enfin réalisé sur la fusion, le 11 décembre 2016, combien Joël MERCIER était contre la fusion.

 

Nous devons aussi rappeler qu’en 2014 Monsieur Joël MERCIER a été un maire mal élu, fortement minoritaire avec seulement 21 % des voix par rapport aux inscrits et avec 48% des votants contre 52 % aux deux listes opposées !

Certes, il a le droit démocratiquement de se présenter le 2 janvier 2019 au poste de premier maire de la ville nouvelle « LES SABLES D’OLONNE » mais, avant ce vote important réservé aux 99 élus des 3 communes fusionnées, il faut que tous sachent qu’il a fait la preuve qu’il n’est absolument pas l’homme de la situation.

 

VOIR CI-DESSOUS LES DÉTAILS D'UNE GESTION FORT CRITIQUABLE

 

 

VILLE NOUVELLE "LES SABLES D'OLONNE" : POURQUOI MONSIEUR JOËL MERCIER NE POURRA ASSUMER LES FONCTONS DE MAIRE DE CETTE  IMPORTANTE VILLE NOUVELLE «LES SABLES D’OLONNE » EN VENDÉE
VILLE NOUVELLE "LES SABLES D'OLONNE" : POURQUOI MONSIEUR JOËL MERCIER NE POURRA ASSUMER LES FONCTONS DE MAIRE DE CETTE  IMPORTANTE VILLE NOUVELLE «LES SABLES D’OLONNE » EN VENDÉE
Partager cet article
Repost0
27 novembre 2018 2 27 /11 /novembre /2018 22:16
UNE BIEN BELLE MAIRIE, SYMPATHIQUE MAIS EFFICACE ?

UNE BIEN BELLE MAIRIE, SYMPATHIQUE MAIS EFFICACE ?

LES COLLECTIVITÉS LOCALES PATAUGENT ET SONT INGÉRABLES CAR
L'ÉTAT N'A JAMAIS SU ET PU "IMPOSER" LA DIMINUTION DU NOMBRE DE COMMUNES ET DES STRATES ADMINISTRATIVES
 
Tous les Présidents de la Républiques qui viennent  de se succéder ont échoué (là aussi, !) dans leur projet de réformer le millefeuille en le réduisant ...pire le résultat : il grossit !
 

35400 COMMUNES EN FRANCE

Avec ses 35 400 communes et ses 550 000 élus, la France est le mauvais élève européen . Pour toute l'Union Européenne il y a 75 000 communes dont près de la moitié est donc française !
 

UNE PÉRIODE TROUBLE

Le site officiel "vie publique" fait état du fait que les démissions de maires et de conseillers municipaux se multiplient. La période pré-électorale est souvent dans les communes et au sein des conseils municipaux une période de frictions entre élus, entre EGO qui débouchent sur des mises en minorité de maires et à leur démission...rien d'extraordinaire : regardez au Pays des Olonnes !

La mission sénatoriale qui décrypte les forces et faiblesses des communes, explique le rôle qu’elles doivent jouer dans l'intercommunalité après la loi NOTRe, et met en avant le succès (relatif) des "communes nouvelles".

 

MAIS LA COMMUNE FRANÇAISE SE PORTE MAL

Même si l'on dit que le maire reste l'élu aimé de ses concitoyens, même si la commune a une compétence générale, un budget autonome, les contraintes techniques de plus en plus lourdes grandes rendent la gestion  des petites communes quasiment impossible. Or, la moitié des communes en France ont moins de 500 habitants.

Ces difficultés, ajoutées au risque pénal et à la lourdeur administrative qui pèsent sur les élus, découragent les vocations.

 

LES COMMUNES NOUVELLES, UNE VOIE ÉTROITE ET PEU FRÉQUENTÉE

Les "communes nouvelles" constituent un axe de modernisation qui rencontre un certain succès. Au 1er janvier 2018, on en compte 560, qui rassemblent 1 910 communes et 1,9 million d’habitants. Elles peuvent préserver en partie l’identité des anciennes communes fusionnées, qui sont érigées en "communes déléguées" et gardent de petites compétences comme celle de l'état-civil.

Toutefois, la réussite de création de "communes nouvelles" ne doit occulter, ni "la complexité du paysage intercommunal", "ni les regroupements forcés de communes" dans de vastes établissements publics de coopération intercommunale EPCI à fiscalité propre. Mais au sein de cette intercommunalité obligatoire, les anciens maires des petites communes regroupées ont souvent l'impression de ne pas peser lourd.

 

UNE COMMISSION SÉNATORIALE SE PENCHE SUR LES COMMUNES

Les résultats et propositions de la commission ne sont pas à la hauteur des espérances des maires qui désespèrent ! Le malaise est structurel : la petite commune n'a plus sa place dans le millefeuille français. C'est la disparition nécessaire des roitelets locaux et des bons maires dévoués qui est ou doit être programmée de manière intelligente et sur une durée permettant la transition et les rapprochements inter-communaux sans douleur.

Mais cela peut-il être compris à PARIS ?

Partager cet article
Repost0