Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

21 décembre 2018 5 21 /12 /décembre /2018 10:48
COPIE DE LA PROJECTION FAITE LORS DU CONSEIL MUNICIPAL DE CE LUNDI 17 DÉCEMBRE 2018

COPIE DE LA PROJECTION FAITE LORS DU CONSEIL MUNICIPAL DE CE LUNDI 17 DÉCEMBRE 2018

LA TRÈS MAUVAISE GESTION DE LA MUNICIPALITÉ CASTELOLONNAISE

 

Tous les ans, depuis plus de 10 ans, des élus ont fait valoir lors des approbations des budgets et lors de l'approbation des comptes, le manque de réalisation des projets annoncés dans les budgets : projets budgétés et toujours reportés voire abandonnés.

C'est une faute grave car s'il y a projet budgété il y a les recettes correspondantes qui sont votées c'est-à-dire des impôts que le contribuable va payer.

Il en a été des années pour l'Abbaye Saint Jean d'Orbestier, les lotissements Centre Ville, Puits Rochais , Bourrelières, des opérations de voirie...

 

LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES A RELEVÉ CETTE ERREUR GRAVE DE GESTION

Comme l'écrivait la Chambre Régionale des Comptes dans son dernier rapport sur la gestion de la commune : compte tenu des dépenses réalisables il n'est pas nécessaire de prélever de l'impôt et le rapport cite deux années budgétaires étudiées par elle

"Cette bonne santé financière n'appelait pas d'augmentation des taux d'imposition en 2011 ni en 2012"

En réalité cette "observation" de la Chambre Régionale des Comptes peut s'appliquer à tous les budgets que nous avons étudiés durant cette décennie.

Les maires agissaient ainsi pour faire valoir la bonne santé "financière" de la commune, son faible endettement...c'était simplement le résultat de cette très mauvaise gestion dénoncée maintes fois et ce jusqu'au dernier conseil municipal de la commune !

En effet, lors de ce dernier et ultime Conseil Municipal l'élue Mauricette MAUREL, une nouvelle fois, a souligné sur la base de l'exemple projeté durant le Conseil (document ci-dessus) : l'Axe Vert de TANCHET...depuis 2008 des crédits sont votés en début d'année pour des projets qui, comme celui-ci, ne se réalisent pas l'année suivante.

Cela signifie que des impôts sont demandés aux contribuables pour des projets qui ne se réaliseront pas.

Ceci signifie aussi que les élus peu au fait de ces problèmes ont voté des années durant des budgets sciemment mensongers.

Ceci signifie aussi que des projets importants comme ceux qui concernaient une maison médicale, l'immobilier n'ont pu être réalisés faute de crédits et que les réserves foncières nécessaires à une commune en expansion comme Château d'Olonne n'ont jamais été réalisés facilitant une spéculation honteuse qui a privé les jeunes ménages et les personnes à revenus modestes et moyens de la possibilité de se loger à Château d'Olonne !

Et, en prime, pour cette gestion désastreuse : une dépense de 4.5 millions d'euros pour une mairie inadaptée et inadaptable à l'inévitable commune unique" ' comme le disait Joêl MERCIER.

4,5 millions d'euros pour une mairie annexe! Voir ci-dessous

Quand on nous écrit que Monsieur Joël MERCIER était pour la fusion qu'on nous explique pourquoi il a fait à la hâte bâtir une mairie pour une commune qui, dans 10 jours, n'existera plus.

Les élus qui acceptent cela devront le 2 janvier 2019 apprécier avec leur bulletin de vote à qui ils remettent les clefs du portefeuille et aller bien au-delà de basses considérations personnelles.

 

Voilà la gestion BURNAUD-MERCIER

 

Texte un peu ardu pour ceux qui ne sont pas familiers de la comptabilité publique... n'hésitez pas à nous interroger.

 

 

À QUOI VA SERVIR CETTE SALLE DE CONSEIL MUNICIPAL...À LA CÉLÉBRATION DES MARIAGES ?

À QUOI VA SERVIR CETTE SALLE DE CONSEIL MUNICIPAL...À LA CÉLÉBRATION DES MARIAGES ?

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2018 4 20 /12 /décembre /2018 11:37
LE MAIRE ET SON ÉQUIPE D'ADJOINTS

LE MAIRE ET SON ÉQUIPE D'ADJOINTS

UN DERNIER CONSEIL MUNICIPAL QUI NE RESTERA PAS DANS LES MÉMOIRES

ENCORE "LE LITTORAL" INVITÉ : DÉLIVRANCE PAR LE PRÉFET D'UN PERMIS DE DÉTRUIRE DES ESPÈCES PROTÉGÉES...

 

POUR PROTÉGER LA NATURE, IL FAUT DÉTRUIRE : AUX HABITANTS DE RESTER MOBILISÉS POUR ÉVITER LE MASSACRE DE LA NATURE ET LE GOUFFRE FINANCIER

 

Heureusement qu'il y a eu le première question de l'ordre du jour qui traitait de l'acquisition d'une parcelle dans une zone où il y a multiplication de mini parcelles reliquat du passé viticole de Saint Jean d'Orbestier.

C'était ouvrir la petite porte pour parler à haute voix encore une fois de ce secteur et du projet du maire de voir disparaitre la "route littorale".

C'est donc le responsable de l'opposition de la liste "Ensemble, agir pour le changement" qui met les points sur les i.

L'émoi dans les chaumières vient de ceci : permis de détruire par arrêté préfectoral

Pour les citoyens responsables et curieux voilà le lien ...un pavé

http://www.vendee.gouv.fr/projet-d-arrete-prefectoral-derogation-especes-a3054.html?fbclid=IwAR2Vvw5HKw5_RTKzkN0ZGLyQpm0kg0IWdVfrHDuKXZA6E9WkwtkFeSqlmkk

 

Le Maire de Château d'Olonne n'écoute que sa conseillère...on se croirait à l'Élysée ! Sauf que la proportion de gilets jaunes est plus forte à Château d'Olonne et au Pays des Olonnes qu'en France : 7 000 signatures et une population mobilisée ferme et non-violente !

Mais retenons que la voix du peuple : les 7 000 signataires de la pétition locale,  cela ne compte pas pour le maire de Château d'Olonne.

Il faut espérer que monsieur le Préfet de la Vendée, lui, saura écouter les protestations avant que celles-ci soient dans l’obligation de s'exprimer plus fort et de prendre plus de muscles.

Jean-Pierre CHAPALAIN intervient donc en donnant lecture de la lettre qu'il va adresser au Préfet de la VENDÉE :

"Nous venons de prendre connaissance sur le site internet de la commune du Château d’Olonne, de la demande de dérogation à la destruction d’espèces protégées, relative au projet de renaturation des dunes du Puits d’Enfer. Cette demande de dérogation a été présentée par Monsieur Joël Mercier, maire de Château d’Olonne et reçue à la préfecture de Vendée le 10 juillet 2018.

En ma qualité de conseiller municipal de ladite commune, je suis très surpris de constater l’existence de cette demande, sans que le conseil municipal en ait été préalablement informé.

Surpris également de constater que ce projet important, dont l’objectif est la protection de la nature commence par la destruction d’espèces de faune et de flore sauvage protégées."

C'est effectivement un permis de détruire que ce projet d'arrêté préfecture institue. Il suffit d'en lire attentivement l'intitulé

"PRÉFET DE LA VENDÉE
Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement
Arrêté préfectoral n°xx/DREAL-SRPN-DB


Portant octroi d’une autorisation de perturbation d’espèces protégées d’oiseaux et de reptiles, et de destruction d’espèces protégées de reptiles et de plantes dans le cadre de la renaturation des dunes du Puits d’Enfer"

Certes, c'est la procédure...mais avant de la mettre en ligne la correction et le respect des élus voulaient que ce dossier fût présenté publiquement.

Nous en reparlerons et ferons la publicité nécessaire pour qu'élus et citoyens sachent ce qui les attend et qu'ils puissent dire : NON PAS COMME CELA !

Certes, comme on n'était pas tout à fait dans l'ordre du jour du conseil municipal donc pas de vote sur cette procédure et le rituel "DONT ACTE" du maire clôt le débat.

On a entendu très fort le silence de l'élu Laurent AKRICHE représentant Europe Écologie Les VERTS EELV. Il doit être fier de participer à ce massacre...c'est sa conception de l'écologie mais pas la nôtre ni celle de la population castelolonnaise. Mais que ne faut-il pas avaler comme couleuvre pour avoir les bonnes grâces de son complice le maire de Château d'Olonne ?

C'est ainsi malheureusement que la structure EELV sombre localement comme au niveau national avec ses élus et ce sont les citoyens aux GILETS VERTS qui reprendront les rênes.

 

À SUIVRE : LA TRÈS MAUVAISE GESTION DE LA MUNICIPALITÉ CASTELOLONNAISE

 

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2018 6 15 /12 /décembre /2018 21:12

6,8 MILLIONS D'EUROS... QUI DIT MIEUX ? QUI DIT MOINS ? QUI VA DONNER ENFIN UN CHIFFRAGE FIABLE ET QUAND ?

Effectivement il s'agit d'un projet à coût variable  : Est-ce une gestion responsable ? Ce n'est pas sérieux.

"L’avancement des études permettra d’affiner ce coût au fur et à mesure et servira de base pour établir le financement du projet."

Extrait du dossier présenté à la Préfecture pour le projet d'arrêté préfectoral "portant octroi d’une autorisation de perturbation d’espèces protégées d’oiseaux et de reptiles, et de destruction d’espèces protégées de reptiles et de plantes dans le cadre de la renaturation des dunes du Puits d’Enfer."

Au moins c'est clair, ce projet d'arrêté préfectoral annonce la couleur. Il va détruire un espace naturel. C'est d'ailleurs pour cela que socialistes et écologistes le défendent. Projet inutile et destructeur.

On rêve. En effet, depuis des années ce dossier est étudié et présenté à toutes les échelons (sauf l'échelon local ! qui attendra l'ouverture potentielle de l’enquête publique) : Département, Région, Europe et les chiffres varient 3 , 4.5 millions d'euros, 5 ,6..., 6,8  ...millions d'euros et on attendra encore pour une  nouveau chiffrage !

 

FERMETURE DE LA ROUTE LITTORALE À CHÂTEAU D'OLONNE : NOUVEAU CHIFFRAGE QUI INTERROGE UNE NOUVELLE FOIS
LE PROJET DE JOËL MERCIER ET ISABELLE DOAT POUR L'AMÉNAGEMENT DU LITTORAL DE CHÂTEAU D'OLONNE

LE PROJET DE JOËL MERCIER ET ISABELLE DOAT POUR L'AMÉNAGEMENT DU LITTORAL DE CHÂTEAU D'OLONNE

SI VOUS N’ÊTES PAS D'ACCORD SUR CE PROJET VOUS POUVEZ VOUS EXPRIMER EN SIGNANT LA PÉTITION CI-DESSOUS. 

DÉFENDEZ VOTRE PATRIMOINE ET LE BON SENS : SIGNEZ ET FAITES SIGNER LA PÉTITION

À ADRESSER À :

Collectif SOS Route Littorale

17, chemin des Boussais

85180 CHÂTEAU D'OLONNE

FERMETURE DE LA ROUTE LITTORALE À CHÂTEAU D'OLONNE : NOUVEAU CHIFFRAGE QUI INTERROGE UNE NOUVELLE FOIS
Partager cet article
Repost0
10 décembre 2018 1 10 /12 /décembre /2018 18:56
JOËL MERCIER, MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE, CANDIDAT AU POSTE DE MAIRE DE LA VILLE NOUVELLE "LES SABLES D'OLONNE"

JOËL MERCIER, MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE, CANDIDAT AU POSTE DE MAIRE DE LA VILLE NOUVELLE "LES SABLES D'OLONNE"

 

LA GESTION CATASTROPHIQUE DE JOËL MERCIER À LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DES OLONNES ET À LA VILLE DE CHÂTEAU D’OLONNE COMME NOUS L’AVONS PROUVÉ, DIT ET ÉCRIT ET LE RÉPÉTONS SANS ÊTRE DÉMENTI  : UN HANDICAP INSURMONTABLE POUR CETTE CANDIDATURE

 

 

AFIN QUE LES ÉLUS ET LA POPULATION SABLAISE QUI VOUDRAIENT LE SOUTENIR, SACHENT.

 

Il est nécessaire de rappeler à Joël MERCIER aux élus et aux citoyens sablais le fondement de l'inaptitude à gérer une collectivité territoriale :

  • des années durant en tant qu’adjoint aux  finances de la Communauté de Communes des Olonnes CCO Joël MERCIER a mené celle-ci au quasi dépôt de bilan puisqu’il a fallu une super augmentation des impôts et une autre gestion pour que la CCO sorte la tête de l’eau juste avant la création de l’Agglomération en 2017,
  • qu’en tant qu’adjoint aux finances puis maire de Château d’Olonne Joël MERCIER a porté la lourde responsabilité :

-d’une gestion désastreuse en faisant voter des impôts sur la base de projets dont soit la réalisation fut reportée d’année en année soit abandonnée soit ne répondaient nullement à des besoins et souhaits exprimés par la population comme la nouvelle mairie, la Salle Gargamoelle, le Centre-Ville, des études…

-  il persiste dans cette voie avec son projet de fermeture de la route littorale rejetée par la population qu’il refuse d’écouter : un entêtement qui a fait imploser sa majorité, c’est dire !

- de la passation irrégulière des marchés publics de voirie (pour plus de 13 millions d’euros pour les seules années 2010 à 2015. Ceci figurant dans les observations définitives de la chambre régionale de comptes. Même, cette juridiction écrit qu’il y a eu des impôts augmentés sans raison.

- du retard de la fusion qui fut jugé sévèrement par les castelolonnais qui ont découvert, lors du vote enfin réalisé sur la fusion, le 11 décembre 2016, combien Joël MERCIER était contre la fusion.

 

Nous devons aussi rappeler qu’en 2014 Monsieur Joël MERCIER a été un maire mal élu, fortement minoritaire avec seulement 21 % des voix par rapport aux inscrits et avec 48% des votants contre 52 % aux deux listes opposées !

Certes, il a le droit démocratiquement de se présenter le 2 janvier 2019 au poste de premier maire de la ville nouvelle « LES SABLES D’OLONNE » mais, avant ce vote important réservé aux 99 élus des 3 communes fusionnées, il faut que tous sachent qu’il a fait la preuve qu’il n’est absolument pas l’homme de la situation.

 

VOIR CI-DESSOUS LES DÉTAILS D'UNE GESTION FORT CRITIQUABLE

 

 

VILLE NOUVELLE "LES SABLES D'OLONNE" : POURQUOI MONSIEUR JOËL MERCIER NE POURRA ASSUMER LES FONCTONS DE MAIRE DE CETTE  IMPORTANTE VILLE NOUVELLE «LES SABLES D’OLONNE » EN VENDÉE
VILLE NOUVELLE "LES SABLES D'OLONNE" : POURQUOI MONSIEUR JOËL MERCIER NE POURRA ASSUMER LES FONCTONS DE MAIRE DE CETTE  IMPORTANTE VILLE NOUVELLE «LES SABLES D’OLONNE » EN VENDÉE
Partager cet article
Repost0
7 novembre 2018 3 07 /11 /novembre /2018 22:17
RAPPEL DU PROJET DU MAIRE JOËL MERCIER : LA FUTURE ROUTE (EN ROUGE) TRAVERSERA LA ZONE NATURELLE FORESTIÈRE POUR ABOUTIR AU PIED DE L'ABBAYE ROMANE SAIN JEAN D'ORBESTIER

RAPPEL DU PROJET DU MAIRE JOËL MERCIER : LA FUTURE ROUTE (EN ROUGE) TRAVERSERA LA ZONE NATURELLE FORESTIÈRE POUR ABOUTIR AU PIED DE L'ABBAYE ROMANE SAIN JEAN D'ORBESTIER

LITTORAL 3, ROUTE LITTORALE FERMÉE : UN LONG ET BON DÉBAT,  UNE PROCÉDURE "ANODINE" PROPOSÉE  PAR LE MAIRE, SAUF QU'ELLE SIGNIFIE L'ACCEPTATION PURE ET SIMPLE DU PROJET AVANT L'ENQUÊTE PUBLIQUE ET CELA À QUELQUES JOURS DE LA CRÉATION DE LA VILLE NOUVELLE UNIQUE "LES SABLES D'OLONNE" À QUI SERA REFILÉ LE BÉBÉ.

Suite de

  http://www.olonnes.com/2018/11/chateau-d-olonne-conseil-municipal-du-5-novembre-2018.html

 

Débat tendu mais intéressant dans la mesure où tous les arguments POUR ou CONTRE le projet du maire dit "projet LITTORAL 3" (voir schéma ci-dessus), et qui comprend selon le maire Joël MERCIER et son adjointe Isabelle DOAT la fermeture de la route littorale (en jaune) à hauteur du puits d'enfer pour envoyer la circulation sur une route nouvelle (en rouge) qui couperait la zone forestière en deux.

Pour réaliser son projet le maire doit faire "passer la route départementale" (route littorale) dans le domaine public communal.

Ceci peut s'analyser comme un simple transfert de "propriété" de la route du département à la commune. La route sera donc déclassée devenant ainsi vicinale.

Sauf que cette opération est l'arbre qui cache la forêt toute proche : il concrétise un projet que la population et nombre d'élus rejette. De plus, il y a aussi la piste cyclable "départementale" que le maire veut aussi déclasser et déplacer.

 

UN BEAU PROJET MAIS DE MAUVAISES MANIÈRES...L'OPPOSITION DE DROITE DEMANDE L'ANNULATION DE LA DÉLIBÉRATION

La tradition d'une procédure où le maire règne en maître absolu même s'il se trompe, il a raison et ce défaut de concertation ne conduit, en général, qu'à des échecs.

Le résultat de de cette tradition quasi dictatoriale est que, depuis des décennies, la municipalité castelolonnaise accumule les erreurs stratégiques et de gestion. Elle a gâché les possibilités énormes de cette ville. L'urbanisme et donc la voirie et les réseaux : c'est l'anarchie, les bâtiments publics c'est minable comme les pistes cyclables non raccordées entre elles, la rue Clémenceau, cette nouvelle mairie, la salle Gargamoelle, la salle des sports, l'office de tourisme, le Centre Ville...tout est fait en dépit du bon sens et à prix d'or et même de manière illégale comme la résidence dite de tourisme des jardins "hollandais"( jardins dits du Château d'Olonne) ... le maire impose ses décisions, les élus renâclent un peu mais finissent par dire OUI donc pourquoi ne pas continuer avec cette histoire de route littorale qui cristallise les mécontentements, les rejets, les colères. C'est l'ère Jean-Yves BURNAUD, ancien maire, qui se poursuit...sauf que là, avec le vote castelolonnais pour la fusion des 3 communes, le 11 décembre 2016, les conditions ne sont plus les mêmes. 

Le maire Joël MERCIER et son Adjointe Isabelle DOAT, avec la complicité d'élus dits verts et de gauche, veulent  encore une fois passer en force. Ils viennent de réussir leur coup mais l'illégalité des procédures est soulevée devant le Préfet de la VENDÉE et le Tribunal Administratif de NANTES (voir le communiqué ci-dessous).

Qu'importe les arguments de droit comme ceux qui concernent la procédure illégale du déclassement, l'enquête publique nécessaire... le maire, quelques adjoints n'en n'ont cure.

Forte du soutien de la population (comme cela fut le cas pour le vote de décembre 2016), l'opposition interne à la majorité du maire qui avait cependant courbé l'échine pour passer sous les fourches caudines de leur maire, en juillet dernier, n'en peut plus. Elle se rebelle et 10 des membres de cette majorité ont dit NON. La sénatrice Annick BILLON a dit "non à cette méthodologie"..."c'est insidieux".

 

VICTOIRE À LA PYRRHUS : UNE DÉCISION INUTILE ARRACHÉE À 50 JOURS DE LA FUSION CRÉATION DE LA COMMUNE NOUVELLE AVEC UN PROJET DONT LE BUDGET EST À GÉOMÉTRIE VARIABLE

Il est vrai que faire prendre cette décision à moins de 50 jours de la création de la commune nouvelle qui va hériter du bébé sans que les 99 élus des 3 communes ne soient consultés ni même l'Agglomération est une nouvelle tentative de sabotage du démarrage de la nouvelle commune. "Il est trop tôt pour se déclarer" dira avec justesse l'élue de la majorité Claire BRANDET. Sur ce dossier, le maire ainsi ne défend pas les intérêts de ses citoyens ni l'intérêt général en mettant sa ville en porte à faux par rapport à la future municipalité de la ville nouvelle "LES SABLES D'OLONNE".

Faire "approuver " le projet littoral 3 et dévoiement de la route par le biais du petit problème du "déclassement de la route" ce n'est pas respecter les bonnes manières, c'est truquer la prise de décision car le "prétexte déclassement "est accessoire mais cet accessoire, les élus savent, qu'il servira au maire pour dire que le projet est accepté, figé, voté...même si c'est avant l'enquête publique qui sera "truquée"...on connaît !

Enfin, l'élue de la majorité Catherine MICHENAUD pose avec vigueur le problème du coût du projet. Bonne question et mauvaise réponse du maire un peu plus de 4 millions d'euros...Pour nous  qui suivons le projet avec attention c'est encore un chiffre balancé comme cela qui contredit les chiffres déjà donnés précédemment 3 millions, 5 millions ...ce projet a un budget à géométrie variable...chaque fois qu'un chiffrage du projet par le maire et son adjointe est donné il contredit en plus ou en moins les précédents : c'est affligeant ! Engager ainsi des millions d'euros : l'élue s'enrage, à juste titre, et la réponse qui lui fut faite par Isabelle DOAT, maire adjointe, manquait même de courtoisie. L'élue de la majorité Catherine MICHENAUD fait aussi remarquer l'inutilité de cette délibération puisque la future équipe de la ville nouvelle unique va revoir le dossier.

Laurent AKRICHE élu "VERT" membre de l'opposition vole au secours du maire et de son adjointe en constatant qu'il faut avancer sur le dossier qu'importe la création dans quelques jours de la ville nouvelle et il invoque le risque, avec l'érosion, de voir la piste cyclable s'effondrer provoquant ainsi l'hilarité d'élus et du public. Navrant de constater qu'un élu écologiste connaisse si mal les caractéristiques géologiques du littoral castelolonnais et les études figurant au dossier.

C'est dans la confusion totale et l'illégalité de la procédure de vote que le résultat du vote (voir notre précédent article) proclamé négatif devient  ensuite positif : 17 POUR et 15 CONTRE. Comme le confie l’adjointe Isabelle DOAT à Ouest France ce jour...c'est la Justice qui , en toute indépendance, jugera de la légalité de cette délibération pour le moins surprenante. La population a déjà tranché. 7 000 citoyens ont déjà dit NON  au projet et ces 7 000 citoyens sentent bien le mépris avec lequel ils sont traités. Que la population ose s'exprimer est un crime de lèse majesté et pourtant le précédent de l'exercice de la démocratie directe comme elle a pu s'exprimer pour le droit à être consulté pour la fusion en décembre 2016 aurait dû servir de leçon au maire de Château d'Olonne et à son adjointe. Le vote de ce soir lundi 5 novembre ne peut être qu'une victoire à la Pyrrhus mais que de temps et d'énergie perdues.

DE LA PAROLE AUX ACTES : RECOURS DE JEAN-PIERRE CHAPALAIN DEVANT LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES EN VUE DE FAIRE ANNULER LA DÉLIBÉRATION SUR LE DÉCLASSEMENT DE LA ROUTE LITTORALE EN VUE DE SA FERMETURE DÉVOIEMENT

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

"Par délibération du 05/11/2018, le Conseil Municipal du Château d’Olonne a accepté le déclassement de la route départementale RD32 A, promenade Edouard Herriot et de la piste cyclable du littoral et son classement dans la voie communale.

Comme je l’ai évoqué au cours de la séance, je vous informe déposer aujourd’hui un recours auprès du Tribunal Administratif pour demander l’annulation de cette délibération.

En effet, conformément à l’article L131-4 du code de la voie routière, modifié par la Loi n°2004-1343 du 9 décembre 2004, le déclassement d’une route départementale  relève d’une délibération du Conseil Départemental.

Nous n’avons pas eu connaissance d’une telle délibération.

Par ailleurs, toute délibération du Conseil Départemental concernant le déclassement d’une route ayant des fonctions de desserte ou de circulation doit préalablement faire l’objet d’une enquête publique.

Or aucune enquête publique préalable à la décision de déclassement n’a été réalisée.

Pour l’ensemble de ces raisons, en notre qualité de conseiller municipal, nous exerçons notre droit de recours et demandons par conséquent l’annulation de la délibération auprès de Monsieur le Président du Tribunal Administratif de Nantes, et informons la Préfecture de notre action."

 

                                                                       Jean-Pierre CHAPALAIN

JEAN-PIERRE CHAPALAIN TÊTE DE LA LISTE D'OPPOSITION  "ENSEMBLE AGIR POUR LE CHANGEMENT"

JEAN-PIERRE CHAPALAIN TÊTE DE LA LISTE D'OPPOSITION "ENSEMBLE AGIR POUR LE CHANGEMENT"

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2018 2 06 /11 /novembre /2018 16:20
LE VOTE ÉTRANGE

LE VOTE ÉTRANGE

FERMETURE DE LA ROUTE LITTORALE : LE PROJET DU MAIRE SAUVÉ PAR LES VOIX DES DEUX ÉLUS DE GAUCHE : UN COMBLE

Le conseil municipal de ce lundi 5 novembre 2018 avait à se prononcer sur "le Déclassement de la Route Départementale 32 A promenade Édouard HERRIOT et de la piste cyclable du littoral sur la même section, en vue de leur classement dans la voirie communale."

Résultat  du vote

Nombre d'Élus :33

Nombre de votants : 32

POUR la délibération : 17

CONTRE la délibération : 15

Explication du vote : le vote a débuté par le vote "CONTRE" . Comme on peut le voir sur la photo ci-dessus il y a bien eu le vote contre des 5 élus de l'opposition de droite et le vote d'élus dits de la majorité du maire 10 (5 élus présents qui avaient chacun un pouvoir d'un collègue...d'où les 2 bras levés !).

 

ENCORE UN DÉCOMPTE DES VOIX INCONTRÔLABLE

En effet, vint le cafouillage habituel quand ce n'est pas un vote à bulletin secret. Le décompte des voix est effectivement souvent cafouilleux : POUR : 11...est annoncé auxquelles furent donc ajoutées 6 voix provenant des pouvoirs donnés à des élus de la majorité. Mais le public présent et certainement nombre d'élus n'ont pu vérifier l'exactitude du nombre de voix de ces absents ayant donné pouvoir ET dont le bénéficiaire du pouvoir a dû (?) voter POUR !

 

ANALYSE DU VOTE

Les 15 voix CONTRE sont incontestables : les 5 voix de l'opposition "Ensemble, Agir pour le changement" et les 10 voix (5 présents et 5 pouvoirs) de membres de la majorité du maire qui ne suivent plus celui-ci, dissidents ou frondeurs.

LES 17 voix POUR comprennent donc les deux voix de "l'opposition"de la liste "construire l'avenir ensemble" comprenant 3 élus Socialiste et Europe Écologie Les Verts dont l'"ex" leader Anthony Pitalier est aux abonnés absents et qui ne donne pas de pouvoir à ses "ex" collègues).

 

CONCLUSION : C'est bien l'apport des voix de l'opposition de Laurent AKRICHE (EELV) et Sophie MÉTAIREAU qui a permis au maire Joël MERCIER de poursuivre sa procédure sur son projet LITTORAL 3...c'est une alliance dont il faudra se souvenir qui est pour le moins curieuse puisque que l'écologie vole au secours d'un projet aussi anti-écologique

 

A noter que le vote de Madame Sophie MÉTAIREAU serait contestable dans la mesure où la situation du domicile de l'élue fait qu'elle est directement concernée par le projet de dévoiement.

Effectivement "étrange  vote", étrange alliance du maire et de la "gauche" dont les citoyens devront se souvenir ; un écologiste favorable à la suppression d'un espace forestier, de zones humides...

 

A SUIVRE...

 

 

 

 

ESPACE VOUÉ À SA DESTRUCTION DANS LE PROJET DU MAIRE JOËL MERCIER

ESPACE VOUÉ À SA DESTRUCTION DANS LE PROJET DU MAIRE JOËL MERCIER

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2018 7 04 /11 /novembre /2018 20:06
LA POPULATION NE VEUT PAS DE CE PROJET ! IL Y A AUTRE CHOSE À FAIRE SUR CE SITE EXCEPTIONNEL. EN ROUGE, LE PROJET DE NOUVELLE ROUTE, EN JAUNE, LA PARTIE DE ROUTE QUI VA DISPARAÎTRE

LA POPULATION NE VEUT PAS DE CE PROJET ! IL Y A AUTRE CHOSE À FAIRE SUR CE SITE EXCEPTIONNEL. EN ROUGE, LE PROJET DE NOUVELLE ROUTE, EN JAUNE, LA PARTIE DE ROUTE QUI VA DISPARAÎTRE

 

LES ÉLUS CASTELOLONNAIS FACE À LEURS RESPONSABILITÉS

 

LA POPULATION INDIGNÉE DIT NON

REFERENDUM : Encore UN NON À UN REFERENDUM...la population confirme, sans ambiguïté, son opposition au projet du maire. Au cours de ce week-end de la Tousaint , la campagne de SOS ROUTE LITTORALE contre le projet du maire a permis de recevoir des centaines de signatures qui sont venues s'ajouter aux 6 000 signatures déjà reçues.

Pour en savoir plus :

https://www.facebook.com/SOSroutelittorale/

https://www.facebook.com/SOSroutelittorale/videos/306069763311675/

 

CONSEIL MUNICIPAL DU LUNDI 5 NOVEMBRE 2018 À 20 HEURES, LES ÉLUS SE PRONONCENT SUR LE DÉCLASSEMENT DE LA ROUTE LITTORALE POUR EN  FAIRE UNE ROUTE VICINALE (communale) ET AINSI LA FAIRE DISPARAÎTRE

La route est actuellement classée départementale...c'est donc la propriété du département de la VENDÉE sur laquelle aujourd'hui la ville de Château d'Olonne ne possède aucun droit pour la modifier.

Le maire de Château d'Olonne, Joël MERCIER, ne veut donc pas tenir compte de l'avis de ses administrés qui sont très majoritairement CONTRE son projet aussi coûteux qu'inutile voire carrément nuisible à l'équilibre écologique du secteur.

Le maire met donc en porte à faux les propres élus de sa majorité qui doutent de l'opportunité du dit projet sous sa forme actuelle et qui pensent à haute voix qu'à 50 jours de la fusion la délibération proposée est malvenue. S'ils doutent sur le projet, ils devront "lâcher" leur maire sur cette délibération alors qu'il s'est proclamé à moitié candidat à la tête de la mairie de la grande ville nouvelle LES SABLE D'OLONNE.

Les élus devront donc se prononcer sur cette procédure et assumer leur choix :

- ou ils votent la délibération proposée et en assumeront la responsabilité face à toute la  population de la ville nouvelle LES SABLES D'OLONNE,

- ou ils rejettent la délibération et utilisent ainsi leur droit de bloquer la procédure que la ville nouvelle LES SABLES D'OLONNE reprendra à son compte sereinement.

Pour les 33 élus castelolonnais, ce lundi 5 novembre, il n'y aura  pas de place pour l'abstention : c'est "OUI" ou "NON".

Il faut espérer que, si les élus le veulent, ils pourront, par respect de la démocratie, demander un vote à bulletin secret.

Il faut rappeler aussi que, ce lundi, sera à 50 jours de la fusion des 3 communes. Ce sera la Commune Nouvelle qui devra donc reprendre le dossier et en assumer les conséquences.

 

DES QUESTIONS SANS RÉPONSES

Pourquoi donc le maire s'entête-t-il de la sorte ? Que cache-t-il ? Pourquoi une telle précipitation ? Quel est le coût total de l'opération ? Le maire et son adjointe n'ont jamais répondu clairement à ces questions.

CE LUNDI 5 NOVEMBRE 2018

 

PÉTITION À RETOURNER À

Madame ARLETTE THELLIER

Collectif SOS Route Littorale

2, impasse Frédéric Mistral

85180 CHÂTEAU D'OLONNE

LA PÉTITION

LA PÉTITION

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2018 3 31 /10 /octobre /2018 22:34
PHOTOS DE 2016  À GAUCHE et 1961 À  DROITE  :  50 ans ...PAS DE RECUL DE CÔTE

PHOTOS DE 2016 À GAUCHE et 1961 À DROITE : 50 ans ...PAS DE RECUL DE CÔTE

POUR STOPPER LES INFORMATIONS MENSONGÈRES QUI SERVENT À JUSTIFIER UN PROJET INJUSTIFIABLE...EN 50 ANS, PAS DE RECUL DE LA CÔTE

 

Les fondements officiels du projet pharaonique du maire de Château d'Olonne et particulièrement le dévoiement de la route littorale sont le risque de submersion, le changement climatique et l'érosion du littoral.

 

Ce fondement, cette justification ne tiennent pas debout. Ils n'ont aucune consistance comme l'attestent les deux photos ci-dessus.

 

Pour le secteur déterminé du Puits d'Enfer à la baie de Cayola, rien n'atteste d'un risque réel et sérieux. Seule, l'anse de la Parée mérite un aménagement raisonnable avec des solutions techniques qui ont fait leurs preuves.

 

LE CONSERVATOIRE DU LITTORAL EMBARQUÉ DANS UN PROJET OÙ JURIDIQUEMENT IL A UN RÔLE LIMITÉ PAR SON OBJET SOCIAL

 

Il est pour le moins étonnant qu'un organisme public comme le Conservatoire du Littoral  (Le Conservatoire du littoral est un établissement public administratif de l’État dépendant du Ministère de la Transition écologique et solidaire) se laisse entraîner dans cette aventure. Pire : il a été annoncé que, pour satisfaire aux demandes découlant du projet du maire de Château d'Olonne, le Conservatoire du littoral était prêt à céder à un particulier une partie des terrains de l'ancien Circuit Automobile devenu sa propriété. Or :

 

«Les biens acquis par le Conservatoire du littoral sont du domaine public, dès lors qu'ils sont classés dans son domaine propre. Ils sont donc imprescriptibles et quasi-inaliénables. Cette procédure n'a jamais été utilisée à ce jour. "

 

Article L322-3 du Code l'environnement stipule que :

"Pour la réalisation des objectifs définis à l'article L. 322-1, le Conservatoire de l'espace littoral et des rivages lacustres peut procéder à toutes opérations foncières. Toutefois les aliénations d'immeubles de son domaine propre ne peuvent être consenties qu'après autorisation donnée par décret en Conseil d'Etat, pris sur proposition du conseil d'administration statuant à la majorité des trois quarts des membres présents ou représentés."

 

Puisque, sur ce thème du projet Littoral 3 et dévoiement de la route littorale, il y a une réunion d'élus du Pays des Olonnes prévue le 9 novembre 2018, avec la présence de représentants du Conservatoire du littoral, il serait bon que soient clarifiées publiquement : 

 

- la question de la légalité de cession de terrains lui appartenant par le Conservatoire du littoral étant donné que statutairement cela parait impossible (voir ci-dessus)  : 

 

- la participation du Conservatoire à l'opération globale "littoral 3"qui sera dévastatrice de l'environnement alors que le rôle du Conservatoire est de : 

"Mener une politique foncière, en partenariat avec les collectivités territoriales, de sauvegarde de l'espace littoral et de maintien des sites naturels et de l'équilibre écologique, par l'acquisition de sites fragiles et menacés, en vue de leur protection définitive "...que vient donc faire le Conservatoire du littoral qui cautionne par sa présence le dévoiement de la route littorale et ses conséquences comme cela a été affirmé et répété publiquement par le maire de Château d'Olonne,  Joël MERCIER, et par son adjointe Isabelle DOAT ?

 

 

IL FAUT UN PROJET GLOBAL D'AMÉNAGEMENT ET DE MISE EN VALEUR DE CE SECTEUR DU LITTORAL PARTICULIÈREMENT ATTRACTIF

 

Le dossier ne doit pas être abandonné mais repris par la Ville Nouvelle" LES SABLES D'OLONNE" avec une participation citoyenne, en toute transparence. Tous les aspects de la mise en valeur de ce secteur doivent être pris en considération : aspects économiques, écologiques, culturels (Saint Jean d'Orbestier)...

 

Le 1er janvier 2019, il faudra que le nouveau maire tire un trait sur un passé qu'il faudra vite oublier et rouvre le dossier avec sérénité et compétence.

 

 

 

 

VOUS POUVEZ JUGER DES DÉGATS QUI SERONT OCCASIONNÉS SUR LE DOMAINE FORESTIER RTRO LITTORAL PAR LA CRÉATION D'UNE ROUTE QUI LA PARTAGERA EN DEUX AVEC UN TRAFIC DE PLUS DE  6 000 VÉHICULES JOUR

VOUS POUVEZ JUGER DES DÉGATS QUI SERONT OCCASIONNÉS SUR LE DOMAINE FORESTIER RTRO LITTORAL PAR LA CRÉATION D'UNE ROUTE QUI LA PARTAGERA EN DEUX AVEC UN TRAFIC DE PLUS DE 6 000 VÉHICULES JOUR

UNE FRICHE ? NON, UNE FORÊT, POUMON VERT DU SECTEUR

UNE FRICHE ? NON, UNE FORÊT, POUMON VERT DU SECTEUR

Partager cet article
Repost0