Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

6 juin 2019 4 06 /06 /juin /2019 11:47
JOËL MERCIER, ANCIEN ET DERNIER MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE, JEAN-YVES BURNAUD SON PRÉDÉCESSEUR
JOËL MERCIER, ANCIEN ET DERNIER MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE, JEAN-YVES BURNAUD SON PRÉDÉCESSEUR

JOËL MERCIER, ANCIEN ET DERNIER MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE, JEAN-YVES BURNAUD SON PRÉDÉCESSEUR

 

LES EX-ANCIENS MAIRES DE CHÂTEAU D’OLONNE, ACCUSATEURS PUBLICS, S’ÉRIGENT EN DONNEURS DE LEÇONS : MAIS QUEL EXEMPLE ONT-ILS DONNÉ EN MATIÈRE DE "FAVORITISME" ?

 

 

 

Suite de

http://www.olonnes.com/2019/05/les-citoyens-sablais-ont-le-droit-de-savoir-les-dossiers-castelolonnais-refont-donc-surface.html

 

 

Par voie de presse, l’ancien maire de Château d’Olonne Jean-Yves BURNAUD et son successeur démissionnaire Joël MERCIER et leurs acolytes tentent de détruire le travail réalisé par la nouvelle municipalité dirigée par Yannick MOREAU. Leurs armes : la diffamation et les fausses nouvelles.

 

Attaquer un homme "politique", un homme public sur ses réalisations, ses promesses, c’est la règle de la liberté d’expression qui le permet dans un cadre que la jurisprudence limite en sanctionnant les abus mais ce que viennent d'écrire dans la presse les deux anciens maires, là, c’est une attaque qui vise l’homme. Est-ce supportable ? Est-ce justifié ?

 

Après le budget de la ville des Sables d’Olonne, c’est la vente de la clinique friche du Val d’Olonne qui donne une occasion à Joël MERCIER et Jean-Yves BURNAUD, eux qui furent en 10 ans incapables de résoudre le problème de cette friche honteuse, de porter une accusation d’une extrême gravité bien reprise par la presse locale :

 

« Yannick MOREAU agit-il dans l’intérêt des contribuables sablais ou est-il un facilitateur d’intérêts privés ?» ont-ils écrit.

 

La Ville des Sables d’Olonne, dans cette opération "clinique friche", s’engage à racheter à l'acquéreur du site une petite partie de celui-ci (4500 m²). Cela n’a rien de répréhensible et l’estimation du prix de vente se fera en conformité avec les obligations légales dont les estimations des « Domaines » Service du Ministère de l’Économie rebaptisé DIE et publiquement sous le contrôle des autorités (préfet, Finances, élus...)

 

 

NOTRE RÉPONSE À DES ACCUSATIONS GRAVES

 

Comme l’intéressé Yannick MOREAU, Maire en exercice de la Ville des Sables d’Olonne, n’a certainement ni le temps ni l’envie de répondre à ce type d’accusation, notre mission d’information nous contraint de revenir sur ces propos des anciens maires pour que les citoyens sablais sachent.

 

Ces accusations ne sont ni plus ni moins que de la calomnie puisque la notion de « facilitateur d’intérêts privés » est tout simplement ce que la loi nomme le délit de "favoritisme".

 

Voir ci-dessous l'article 432-14 du code pénal qui définit ainsi ce délit :  .

 

 

« le fait par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public ou investie d'un mandat électif public ou exerçant les fonctions de représentant, administrateur ou agent de l'État, des collectivités territoriales, des établissements publics, des sociétés d'économie mixte d'intérêt national chargées d'une mission de service public et des sociétés d'économie mixte locales ou par toute personne agissant pour le compte de l'une de celles susmentionnées de procurer ou de tenter de procurer à autrui un avantage injustifié par un acte contraire aux dispositions législatives ou réglementaires ayant pour objet de garantir la liberté d'accès et l'égalité des candidats dans les marchés publics et les délégations de service public ».

 

 

JEAN-YVES BURNAUD ET JOËL MERCIER PARLENT D’EXPÉRIENCE : EN EFFET, ILS FURENT "ÉPINGLÉS" PAR LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES JUSTEMENT SUR DES OPÉRATIONS TOMBANT SOUS LE COUP DE LA LOI SUR LA TRANSPARENCE DE LA VIE PUBLIQUE

 

Nous ne reprenons que 3 documents et faits incontestables et significatifs.

Les ancien maires furent « épinglés par la Chambre Régionale des Comptes » pour des faits répréhensibles pénalement qui sont qualifiés de "favoritisme". Ces faits inscrits dans les « observations définitives » de la Chambre Régionale des comptes sont donc  "avérés "  donc aujourd’hui incontestables. Ils figurent dans le document d'"observations" de la Chambre Régionales des Comptes élaborés suite aux deux deniers contrôles de la juridiction (en 2010 et 2015) : documents dont tous les élus castelolonnais de l'époque fuent destinataires.

 

1. Les marchés publics de voirie à CHÂTEAU D’OLONNE

 

Depuis des années, le maire Jean-Yves BURNAUD et son responsable des finances Joël MERCIER ont   favorisé une entreprise à tel point que les deux derniers contrôles de la Chambre Régionale des Comptes ont noté cette « anomalie » dans leurs observations définitives :

 

« L’intégralité des douze marchés de travaux de voirie, passés pendant la période a été attribuée à la même société, pour un montant cumulé de 13,1 millions d’euros. Cependant la commune n’a pas été en mesure de fournir l’offre du candidat retenu, ni toutes les pièces originales de procédure. Les manquements dans le secteur des achats, déjà signalés par la Chambre, perdurent.»

Source ; Document Chambre Régionale des Comptes 27 janvier 2016  Observations définitives

 

Et le contrôle n’a pu s’achever normalement puisque le maire n’a pu fournir les pièces demandées par les magistrats de la Chambre Régionale des Comptes !

 

2 . Il en est de même pour les marchés de relevés de topographies passés avec le même cabinet des années durant !

 

3 . LA VENTE DES TERRAINS DE "LA FERME DE VILLENEUVE ": 7,62 € le m²

 

La Chambre Régionale des Comptes relève que le prix de vente fixé est de 7,62 € et que celui-ci n’a pas été révisé depuis 1996 alors que les terrains limitrophes, lors de la cession, étaient vendus entre 100 et 200 euros le m². La Chambre Régionale constate « une perte de recettes » dont le chiffre a été présenté en Conseil Municipal : une perte minimale de 3 millions d’euros ! Nous citons :

 

 

« Cependant, l’examen particulier de l’opération « la ferme de Villeneuve : les jardins du Château d’Olonne » laisse apparaitre une méconnaissance des obligations environnementales.…Enfin, en ne prévoyant pas de mécanisme de revalorisation d’un prix de vente fixé en 1996, la commune s’est privée de recettes»...donc une faveur faite au promoteur !

Source : Document Chambre Régionale des Comptes 5 octobre 2010 observations définitives.

 

Et maintenant, en 2019, les accusés se transforment en procureurs…à la différence que les dits anciens élus Jean-Yves BURNAUD et Joël MERCIER sont stigmatisés par la Juridiction "Cour des Comptes" pour leurs fautes avérées et incontestables avec récidive alors que les accusations qu’ils osent porter contre Yannick MOREAU, maire des Sables d’Olonne, ne sont fondés que sur des allégations  malveillantes qui, ainsi, deviennent de la diffamation pure et simple.

 

Ces méthodes sont condamnables, elles disqualifient ceux qui les utilisent, elles disqualifient les élus et citoyens qui emboîtent le pas de celui qui ose encore prétendre aux fonctions de maire en 2020...au lieu de prendre du recul.

 

C'est de la provocation, c'est prendre les sablais pour des individus sans mémoire, c'est salir un homme...nous nous devions de rappeler à nos concitoyens au moins ces 3 dossiers...et durant ces 3 dernières décennies, il y a eu, au Pays des Olonnes, tant d'autres dossiers et si peu de citoyens et d'élus pour dénoncer de tels faits.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2019 5 24 /05 /mai /2019 06:17
JEAN-YVES BURNAUD ET JOËL MERCIER LES DEUX DERNIERS MAIRES DE CHÂTEAU D'OLONNE
JEAN-YVES BURNAUD ET JOËL MERCIER LES DEUX DERNIERS MAIRES DE CHÂTEAU D'OLONNE

JEAN-YVES BURNAUD ET JOËL MERCIER LES DEUX DERNIERS MAIRES DE CHÂTEAU D'OLONNE

 

 

LES COMMUNIQUÉS DE PRESSE SUCCESSIFS DES ANCIENS MAIRES DE CHÂTEAU D’OLONNE JOËL MERCIER ET JEAN-YVES BURNAUD RÉVEILLENT LES DÉMONS QUI ONT HANTÉ LA VIE DE CETTE COMMUNE  ET MÊME CELLE  L’AGGLOMÉRATION.

 

LE RÈGNE DE CES  MAIRES NE FUT PAS CELUI DE GESTIONNAIRES ÉCLAIRÉS NI  CELUI DE LA PROBITÉ

 

 

Les anciens maires Jean-Yves BURNAUD et Joël MERCIER de Château d'Olonne s’érigent maintenant en juges et même procureurs et osent faire campagne, par presse interposée, sur des sujets sur lesquels ils sont complétement discrédités depuis des décennies.

 

On pouvait imaginer que les dossiers pourris de la municipalité de Château d’Olonne seraient refermés avec la création de la nouvelle commune des SABLES D'OLONNE, le 1er janvier 2019.

 

Mais la diffusion, par voie de presse, d’informations aussi graves de la part  des anciens maires nous contraint à revenir sur un passé douloureux pour ces anciens élus et à réagir afin que les honnêtes citoyens sachent.

 

D’une part, la presse locale ne peut être au courant des faits et méfaits des deux anciens maires et, par habitude et au nom de la liberté d’expression, elle peut laisser filer des informations trompeuses.

 

D’autre part, le maire actuel de la commune nouvelle Yannick MOREAU ne va certainement pas arrêter son activité pour répondre à d’anciens élus qui ont soit abandonné leur mandat soit se sont retirés car, mis en cause dans des affaires officiellement douteuses (voir rapports Chambre de la Régionale des Comptes et procès), concernant leur gestion de la Ville de Château d’Olonne.

 

Il nous incombe donc en tant qu’association citoyenne de faire un rappel du passé d'où la sérieuse mise au point que nous allons faire. Les citoyens sablais ont le droit de savoir.

 

 

LE 2 JANVIER 2019, LES ÉLUS DES 3 COMMUNES ONT ÉLU UN NOUVEAU MAIRE SELON UNE PROCÉDURE QU’ILS ONT ÉLABORÉE DÉMOCRATIQUEMENT

 

Certes on peut comprendre l'amertume des anciens maires tout puissants d’avoir perdu l’élection du premier maire de la ville nouvelle des Sables d'Olonne.

 

Mais leur colère est mauvaise conseillère comme vous pourrez le lire dans nos prochaines parutions.

 

 

D'abord, lors du vote du 2 janvier 2019, s’il y a eu dans le camp du candidat Joël MERCIER des défections très nombreuses dans les rangs des élus castelolonnais et sablais c’est que, justement, ils étaient très nombreux à ne plus souffrir et à ne pas vouloir en être considérés par la population comme des complices de maires (et particulièrement ceux de Château d’Olonne) qui ont dans leur gestion commis de graves fautes.

 

En effet, nous nous devons de rétablir la vérité en rappelant ce que nous avons écrit sans jamais être contredit depuis 10 ans sur les « dossiers castelolonnais » et la gestion de leurs maires : impôts, marchés publics (voir rapports de la Chambre Régionale des Comptes), terrains de la ferme de Villeneuve, scandale de la défunte Société d’Économie Mixte du Pôle Santé qui a valu à Jean-Yves BURNAUD l’indulgence du juge mais quand même un rappel à la loi (mesure pénale)…

 

 

DES ÉLUS COMPLICES

 

Afin que la triste histoire de ces dernières décennies puisse être oubliée et que cela soit fait en toute clarté, il serait aussi grand temps que les anciens élus colistiers de Jean-Yves BURNAUD et Joël MERCIER qui n’ont pu ignorer totalement les magouilles d’une gestion opaque de la Ville de Château d’Olonne se désolidarisent de leurs anciens maires. Ils doivent faire amende honorable en témoignant et condamnant sans ambiguïté la gestion passée de leur municipalité à laquelle ils ont participé.

 

À défaut, ils resteront les complices des magouilles d‘une gestion à laquelle, bon gré mal gré, peut-être trompés ou trop peu curieux, ils ou elles ont participé.

 

Nos anciens maires étaient déjà malvenus à intervenir par voie de presse sur le budget de la commune nouvelle. Ils récidivent avec le dossier clinique.

 

Nous ferons donc tout afin que les sablais et plus largement tous les citoyens honnêtes sachent.

 

Nous allons donc examiner dans plusieurs parutions combien les anciens maires sont encore mal placés pour communiquer sur le dossier du projet de cession de la clinique friche du Val d’Olonne et sur d’autres points. Il faut empêcher ces anciens élus de tromper la population qui leur avait fait confiance en les élisant.

 

 À SUIVRE : LA SALE AFFAIRE DE LA CLINIQUE DU VAL D’OLONNE ET AUTRES MÉFAITS LORS DE LA REVENTE DE TERRAINS COMMUNAUX À CHÂTEAU D’OLONNE

 

 

CLINIQUE DU VAL d4OLONNE DIRIGÉE PAR JEAN-YVES BURNAUD ANCIEN MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE

CLINIQUE DU VAL d4OLONNE DIRIGÉE PAR JEAN-YVES BURNAUD ANCIEN MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE

Partager cet article
Repost0
19 mai 2019 7 19 /05 /mai /2019 18:46
LES PARTENAIRES : ALAIN FOLTZER PROPRIÉTAIRE DU SITE ET YANNIK MOREAU ET ALAIN BLANCHARD VILLE DES SABLES D'OLONNE ET LE PROMOTEUR taire, Yannick

LES PARTENAIRES : ALAIN FOLTZER PROPRIÉTAIRE DU SITE ET YANNIK MOREAU ET ALAIN BLANCHARD VILLE DES SABLES D'OLONNE ET LE PROMOTEUR taire, Yannick

EXTRAIT DU JOURNAL DES SABLES

EXTRAIT DU JOURNAL DES SABLES

 

CLINIQUE DITE DU VAL D'OLONNE : UNE FRICHE QUI A DÉSHONORÉ LA  STATION BALNÉAIRE

PENDANT 10 ANS, LES MAIRES DE CHÂTEAU D'OLONNE JEAN-YVES BURNAUD ET JOËL MERCIER ONT TROMPÉ, ENCORE UNE FOIS, LES CASTELOLONNAIS

Le propriétaire du site voulait vendre et la Ville de Château d'Olonne, pour de mystérieuses raisons inavouées ou inavouables, n'a jamais utilisé son droit de préemption ni modifié le PLU pour l'imlantationn d'une nouvelle activité. Pourtant, il y a eu des offres sérieuses d'acheteurs investisseurs. De plus, la ville était pauvre en réserve foncière et c'était un site stratégique pour une collectivité.

 

ENCORE UNE HISTOIRE MYSTÉRIEUSE À CHÂTEAU D'OLONNE

 

Donc, depuis 10 ans, les vrais élus des oppositions aux maires successifs, lors des conseils municipaux n'ont cessé de poser des questions à leurs maires sur le devenir de cet immeuble abandonné, friche défigurant l'entrée de ville. Ils n'ont eu que des réponses dilatoires et qu'on sait maintenant être mensongères.

Quand on sait :

- que Jean-Yves BURNAUD maire était à la fois président de la SCI, propriétaire du site, et directeur actionnaire de la Clinique,

- que Joël MERCIER était adjoint au maire chargé des Finances puis fut élu maire,

- que des emprunts pour la création et l'agrandissement de la Clinique ont été  garantis par la municipalité de Château d'Olonne,

on peut conclure qu'en plus du délit de favoritisme, de la prise illégale d'intérêts du passé, il y a eu ces 10 dernières des manœuvres des maires qui ont pourri ce dossier puisque les maires successifs n'ont jamais donné de réponses claires aux questions précises qui leur furent posées par les élus. Pourquoi les acheteurs potentiels investisseurs ont-ils été éconduits ?

 

LE DÉNOUEMENT

On pouvait supposer que le propriétaire avait ses raisons dans les éventuelles négociations. Les maires ne pouvaient les ignorer et voilà que ledit propriétaire dément. 

Ilvoulait vendre et ces 10 années perdues sont dues aux deux maires (voir document ci-dessus). Il fait sans ambigüité porter publiquement le chapeau de ces 10 années de honte aux deux maires concernés Jean-Yves BURNAUD et Joël MERCIER. Qu'ont-ils manigancé ces dernières 10 années ? Qu'est ce que c'est cette histoire de PLU parfois avancée ?

 

TOURNONS LA PAGE

Avec le nouveau maire Yannick MOREAU et son équipe , l'affaire a été incroyablement vite réglée.

Maintenant, il n'y plus qu'à espérer :

- que la verrue Clinique du Val d'Olonne n'a plus effectivement que quelques mois à vivre,

- que les sablais ex castelolonnais pourront tirer un trait sur cette sale affaire et qu'ils n'auront plus à entendre parler des anciens maires et de leurs agissements.

 

LA FRICHE

LA FRICHE

Partager cet article
Repost0
14 mai 2019 2 14 /05 /mai /2019 12:26
2010, LA CLINIQUE EST ABANDONNÉE À SON TRISTE SORT

2010, LA CLINIQUE EST ABANDONNÉE À SON TRISTE SORT

10 ANS D'UN SPECTACLE ET D'UNE SPÉCULATION INDIGNE

 

 

ENFIN UNE SOLUTION EST ENFIN ANNONCÉE PAR YANNICK MOREAU, MAIRE DE LA COMMUNE DES SABLES D'OLONNE, qui a pris le relais en janvier 2019 de l'impuissante municipalité de Château d'Olonne

 

Oui, le maire de l'époque Jean-Yves BURNAUD en 2010 et avant était directeur de cet établissement CLINIQUE DU VAL D'OLONNE et gérant de la SCI propriétaire du site. (voir ci-dessous)

 

voir entre autres

http://www.olonnes.com/2017/07/le-scandale-a-chateau-d-olonne-de-la-clinique-du-val-d-olonne-au-grand-jour.html

 

Extraits documents officiels : 

Societe.com recense 1 établissement et le dernier événement notable de cette entreprise date du 15-01-2010.

Jean BURNAUD, est gérant de la société SCI DU TANCHET. »

Dirigeants mandataires de SCI DU TANCHET :
Mandataires de type : Gérant

Depuis le 23-01-2010

M Alain FOLTZER

En savoir plus


Anciens dirigeants mandataires de SCI DU TANCHET :

Du 19-01-2005
Au 13-01-2009

M Jean BURNAUD

En savoir plus

Du 13-01-2009
Au 23-01-2010

M Alain FOLTZER

 

2017 LA SITUATION DÉGRADÉE SOUR LE RÈGNE DU MAIRE JOËL MERCIER

2017 LA SITUATION DÉGRADÉE SOUR LE RÈGNE DU MAIRE JOËL MERCIER

Partager cet article
Repost0
5 mai 2019 7 05 /05 /mai /2019 22:31
2016 SAINT JEAN D'ORBESTIER EN TRAVAUX...LES ANIMATIONS DURENT S'EXILER

2016 SAINT JEAN D'ORBESTIER EN TRAVAUX...LES ANIMATIONS DURENT S'EXILER

 

 

REJOIGNEZ L’ASSOCIATION « L’ORBESTIER »

 

 

Depuis 30 ans, l’Association L’ORBESTIER œuvre pour la sauvegarde, la restauration et l’animation de l’Abbaye Saint Jean d’Orbestier.

 

 

Ce ne sont pas les élus locaux d’alors qui ont sauvé l’Église Romane Saint Jean d’Orbestier vouée à la démolition dans les années 80. C’est un groupe de bénévoles animé par Joël GUERSENT, alors directeur de l’École incorporée au site, qui a fédéré les énergies et trouvé les mécènes et compétences qui ont permis le sauvetage de ce joyau.

 

On trouvait déjà l’ancien maire de Château d’Olonne Jean-Yves BURNAUD en travers de la route de ces bonnes volontés, un certain Jean-Yves BURNAUD, maire de Château d’Olonne (de 1889 à 2014), dévoyant déjà les projets de restauration toujours reportés et ne respectant même pas les accords passés avec l’Association l’Orbestier !

 

Contre vents et marées, l’Association l’ORBESTIER a survécu et maintenu, dans des conditions difficiles sa mission d’animation de l’Abbaye, avec la création des « Printemps d’Orbestier ».

 

2019 :  UN NOUVEAU DÉPART POUR LES « PRINTEMPS D’ORBESTIER »

 

L’Abbaye, après sa nouvelle restauration décidée bien tardivement, en 2015, par la municipalité de Château d’Olonne, rouvre ses portes.

 

Certes, il reste encore des aménagements à faire pour transformer l’écrin que constitue l’Église de l’Abbaye en un pôle où l’histoire, les arts, les animations... rendront la vie à ce magnifique édifice presque millénaire.

 

Les animations programmées par l’Association L’Orbestier vont donc pouvoir reprendre leur place au sein de l’Abbaye.

 

L’édition 2019, la onzième du nom, est programmée pour ce mois de juin.

 

UN TRAVAIL PASSIONNANT ATTEND LES BÉNÉVOLES : L’ABBAYE DOIT REVIVRE ET LES PROJETS NE MANQUENT PAS

 

C’est donc un APPEL aux bénévoles que fait l’Association L’Orbestier non seulement pour les animations mais aussi pour tous les autres projets à venir (voir courrier de la Président de l’Association ci-dessous).

N'HÉSITEZ PAS À CONTATER l'ASSOCIATION

N'HÉSITEZ PAS À CONTATER l'ASSOCIATION

Partager cet article
Repost0
5 avril 2019 5 05 /04 /avril /2019 21:49
LE PRÉSIDENT JEAN PLISSON AVEC  À SA GAUCHE JEAN-PIERRE CHAPALAIN, ADJOINT AU MAIRE DE LA VILLE NOUVELLE LES SABLES D'OLONNE

LE PRÉSIDENT JEAN PLISSON AVEC À SA GAUCHE JEAN-PIERRE CHAPALAIN, ADJOINT AU MAIRE DE LA VILLE NOUVELLE LES SABLES D'OLONNE

UNE SALLE PLEINE ET ATTENTIVE

UNE SALLE PLEINE ET ATTENTIVE

 

 

VIE CITOYENNE, VIE DE QUARTIER, L'ASSOCIATION "LA PIRONNIÈRE EN LIBERTÉ" POURSUIT SON CHEMIN

Le Président Jean PLISSON et son bureau ont présenté une Association dynamique qui "fêtait" sa dixième Assemblée Générale : 2019 sera un bon cru : animations, le maintenant célèbre vide-grenier qui aura lieu le dimanche 5 mai prochain. Les concours de boules et les rencontres hebdomadaires des boulistes du mardi, jeudi et samedi à 14h30, les voyages...le programme annuel est toujours aussi attractif est au point.

Les formalités d'une Assemblée Générale d'une association en excellente santé effectuées, les adhérents étaient conviés à débattre du fameux dossier LITTORAL 3 et du projet de dévoiement de la route littorale.

 

LE PROJET LITTORAL 3 ET LE DÉVOIEMENT DE LA ROUTE LITTORALE

2018/2018 deux années contrastées.

Il y a un an l'Assemblée Générale fut tendue. L’adjointe au Maire d'alors Isabelle DOAT avait particulièrement crispé la salle quand, dans ses tentatives d'explications de "son" projet sur la route dévoyée, elle n'a pu répondre aux questions Pourquoi et Combien.

Jean-Pierre CHAPALAIN, son successeur dans la nouvelle municipalité,  avait ce soir un rôle plus facile. Une page est presque tournée. Le 23 juin prochain aura lieu la consultation  de la population sablaise sur la question suivante :

"Renaturer le secteur du Puits d'Enfer est un projet d'utilité publique qui sera mené jusqu'à son terme.

En complément de ce projet, êtes-vous favorable à la suppression de la route du littoral RD 32A, entre le Puits d'Enfer et l'Anse aux Moines et à la création d'une nouvelle route d'1,7 kilomètre empruntant les rues du Puits d'enfer, du fief Saint-Jean et débouchant sur l'Abbaye Saint-Jean d'Orbestier?"

La présentation de cette consultation par l'élu et ses réponses aux questions posées ont permis aux adhérents de mieux appréhender le devenir de la démarche de la nouvelle municipalité.

Il leur appartient de prendre leur bâton de pèlerin pour mobiliser les habitants de la Pironnière d'aller voter en nombre le 23 JUIN 2019 pour rendre cette consultation encore plus crédible et pour tourner une page trouble de la vie de la Pironnière.

L'Association et certains de ses adhérents ont intégré les Comités de quartier que la nouvelle Municipalité des Sables d'Olonne met en place. Ils pourront ainsi assurer le lien entre les habitants de la  Pironnière et la Municipalité. De nombreux projets d’amélioration de la vie quotidienne ont été évoqués et pourront être présentés au comité de Quartier SUD.

 

Le Président Jean PLISSON a convié les membres de cette assemblée rassurée à partager le verre de l'amitié face à un magnifique coucher de soleil.

Encore une fois, l'occasion est donnée de remercier et féliciter ces bénévoles qui font vivre nos associations en tissant inlassablement  le lien social dans leur environnement.

 

 

Pour tout renseignement et adhésion :

LA PIRONNIÀRE EN LIBERTÉ : 09 71 23 80 08

10, rue du puits d'Enfer

Château d'Olonne

85180 LES SABLES D'OLONNE

 

LES SABLES D'OLONNE : L'ASSOCIATION "LA PIRONNIÈRE EN LIBERTÉ" TENAIT ASSEMBLÉE
Partager cet article
Repost0
24 mars 2019 7 24 /03 /mars /2019 12:32
LE GRAND DÉBAT AUX SABLES D'OLONNE

LE GRAND DÉBAT AUX SABLES D'OLONNE

UN GRAND DÉBAT CITOYEN QUI ATTEND UNE SUITE CONCRÈTE

La phase citoyenne du grand débat s'achève.

Mais que notre gouvernement et le Président de la République vont-il s faire de cet élan vertueux et potentiellement salvateur de notre démocratie ?

Le bon peuple français ne pourra accepter une mise au placard de son grand débat.

Ainsi, lors du Grand Débat que l'on doit à l'action des "gilets jaunes" un renouveau de l'expression citoyenne a enfin vu le jour. Est-ce une pause dans le malaise français ?

Il faut le souhaiter pour pouvoir voir la France généreuse, inventive, travailleuse...retrouver son rôle dans le monde et son pouvoir de rebondir.

Ci-dessous une analyse fort pertinente à notre goût du Journal La Croix qui reflète bien le Grand Débat qui eut lieu aux Sables d'Olonne.

 
Analyse du Grand Débat
"Des participants pas assez divers

Convaincus par l’exercice, ces participants se montrent également critiques, prompts à vouloir améliorer le dispositif qu’ils ont expérimenté. Ils regrettent sa durée, trop courte pour traiter de thèmes complexes, le manque d’apports théoriques ou encore le peu de diversité parmi les participants, en majorité issus d’une population âgée et aisée. Et pour corriger ces biais, également dénoncés par maints experts, ils ont déjà des idées.

Nicolas insiste sur la nécessité d’une plus vaste communication en amont des débats pour « toucher les gens motivés au-delà du petit cercle de ceux qui sont impliqués dans la vie politique et associative ». Servane propose de s’inspirer des jurés d’assise pour de futures conférences citoyennes. Obligés de répondre présents, les citoyens auditionneraient des experts « de toutes orientations » et « se prononceraient ensuite selon leur intime conviction ».

Renforcé par ces multiples échanges, l’esprit critique prend une autre couleur chez les gilets jaunes, dont les réseaux sont envahis de « fausses nouvelles » et de défiance envers les médias. Administratrice de la page Facebook de son groupe, Émilie avoue davantage « remettre en cause tout ce qui est dit ou écrit » et « rechercher sans cesse l’information juste en croisant toujours plus de sources ».

Considérant que les conditions d’indépendance du débat national n’étaient pas réunies depuis le retrait de la Commission nationale du débat public, des gilets jaunes ont par ailleurs mis en place leur propre plate-forme de consultation, le « vrai débat ». Les remontées sont triées par trois laboratoires de recherches et seront discutées lors de conférences citoyennes délibératives d’avril à juin.

Un « réveil démocratique »

Difficile de cerner l’influence des derniers mois dans la vie future de ces citoyens. Chez ceux qui ont participé ponctuellement à des débats, cette expérience restera sans doute une « simple parenthèse si elle n’est pas rapidement prolongée par d’autres engagements, au sein d’associations ou même d’une liste citoyenne aux prochaines municipales », explique Julien Talpin, chercheur en sciences politiques et membre de l’Observatoire des débats. Côté gilets jaunes, en revanche, la rupture lui semble plus nette, dessinant un avant et un après : « chez eux, le mouvement a mis fin à une forme de résignation quant à la capacité de l’action collective à changer les choses et fait naître une aspiration à la souveraineté populaire. »

Un « réveil démocratique », comme le résume David qui fait partie du collectif en charge du « vrai débat » : « Alors que je n’avais jamais milité, jamais manifesté, j’ai pris conscience que je pouvais intervenir et exprimer des revendications », raconte le trentenaire, bien décidé à « faire entendre sa voix à l’avenir ».

C’est sans doute ce désir de participer et le goût de la délibération collective que partagent désormais ces citoyens, si éloignés par ailleurs. Partout, le débat s’est imposé au centre de la vie démocratique, créant de formidables attentes comme de forts risques de déceptions. « Une fois qu’on a mis un pied dans la démocratie participative, on ne peut plus revenir en arrière, conclut Michèle, tirée au sort pour une conférence citoyenne régionale. Ce n’est plus possible de gouverner sur un îlot tout en convoquant la responsabilité de chacun. »"

Partager cet article
Repost0
6 février 2019 3 06 /02 /février /2019 21:51
CHÂTEAU D'OLONNE  : Un HÔTEL DE VILLE ?

CHÂTEAU D'OLONNE : Un HÔTEL DE VILLE ?

 

 

LES DÉGÂTS COLLATÉRAUX DES DÉMISSIONS DES MAIRES DIDIER GALLOT ET JOËL MERCIER ET DES AUTRES CONSEILLERS MUNICIPAUX : LES MAIRIES ANNEXES DISPARAISSENT !

 

Nous avons constaté que ce soir-là la tenue du conseil municipal était juridiquement possible puisqu’un certain nombre des « suivant de liste » avaient remplacé les démissionnaires.

Le Maire Yannick MOREAU lors de l’appel a bien pris soin de saluer les nouveaux conseillers.

Ce soir, ils étaient donc tout confondu 72 (maire et adjoints compris).

Le conseil municipal devant comprendre au moins 66 élus (les deux tiers des 99) sur l’aspect légal du nombre de conseillers…le compte était bon.

 

LES DEUX MAIRES DÉLÉGUÉS DES SABLES D’OLONNE Et DE CHÂTEAU D’OLONNE ONT DÉMISSIONNÉ, IL FAUT DONC TIRER LES CONCLUSIONS DE CETTE DÉSERTION : SUPPRESSION DES MAIRES DÉLÉGUÉS

 

Après avoir rappelé que le choix du mode de « fusion » en juillet 2018 était la création d’un poste de maire et de trois postes de maires délégués l’adjoint Armel PÉCHEUL a ainsi présenté la situation

 

« Considérant que ces démissions témoignent d’un désintérêt porté à l’existence de communes déléguées et illustrent l’existence de relations conflictuelles qui résultent de la création desdites communes déléguées,

 

Considérant que le conseil municipal de la commune des Sables d’Olonne a décidé de créer cinq comités consultatifs de quartier (voir prochain article) répartis sur le territoire de chacune des trois communes historiques ayant pour but de maintenir le lien entre les citoyens et la commune nouvelle,

 

Considérant que l’intérêt du maintien de communes déléguées au sein de la commune nouvelle des Sables d’Olonne perd son intérêt, »

 

Comme la loi l’autorise, il est proposé au conseil municipal la suppression des communes déléguées.

 

Les mairies annexes conservent cependant le service de l’État civil et l’accueil de proximité.

 

 

UNE DÉCISION LOGIQUE MAIS DOULOUREUSE POUR LES ANCIENS CASTELOLONNAIS QUI SE SONT BATTUS POUR OBTENIR DES MAIRES DE CHÂTEAU D’OLONNE JEAN-YVES BURNAUD ET JOËL MERCIER LE REPORT DE LA CONSTRUCTION D’UNE NOUVELLE MAIRIE !

 

Un débat s'instaura entre le maire Yannick MOREAU et son opposante Nicole LANDRIEAU qui en toute logique réclame des lieux lieux de rencontres pour les citoyens. Elle verrait bien transformer les 3 communes en" 4 communes citoyennes" avec des moyens délégués. Elle s'abstiendra.

 

Quant à la sénatrice Annick BILLON, elle regrette la démission des 34 élus dont celles des deux maires délégués qui privent les habitants d'une mairie annexe alors que les citoyens ont besoin de services de proximité.

Le débat et clos et la quasi unanimité des élus adoptent la délibération.

 

AU-DELÀ DE CETTE DÉCISION, DU  DÉSARROI CITOYEN ...

 

Voilà au moins une décision qui allège les finances de la nouvelle ville mais qui ne satisfera pas tous les citoyens mais au moins assainit le climat. Mais quel gâchis !

 

Il faudra bien un jour que les citoyens, en plus, pour certains d’oser enfiler leurs gilets jaunes ou de soutenir ceux-ci, se « révoltent » eux aussi, se fassent entendre, par exemple, dans les « comités consultatifs de quartier » de la nouvelle ville pour éviter le renouvellement de telles erreurs. Leur passivité ainsi que celle des élus qui ont accepté cela doit être examinée et que des décisions courageuses soient prises.

 

Il faudra ainsi analyser la responsabilité des élus capables d’imposer cette gabegie des fonds publics et celle de leurs complices. Encore une fois, nous redemanderons, en tant qu’ « ASSOCIATION CITOYENNE » dans le GRAND DÉBAT que soit repensé complétement le statut de l’élu. Il faut au Pays des élus moins nombreux mais responsables et surtout à qui on donnera vraiment les moyens d'exercer cette lourde et belle fonction.

FALLAIT-IL CONSTRUIRE UNE NOUVELLE MAIRIE À CHÂTEAU D'OLONNE

FALLAIT-IL CONSTRUIRE UNE NOUVELLE MAIRIE À CHÂTEAU D'OLONNE

Partager cet article
Repost0