Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

19 juin 2019 3 19 /06 /juin /2019 11:47

UN QUATRE PAGES EXPLICITE DU COLLECTIF "SOS ROUTE LITTORALE"

 

DIMANCHE 23 JUIN VOTEZ NON AU MASSACRE DU LITTORAL CASTELOLONNAIS

 

PLUS DE 7 000 citoyens ont signé  la pétition qui dit NON à la fermeture et destruction de la route littorale, à la route accidentogène qui va la "remplacer"en massacrant forêt, espèces protégées... qui va défigurer le site de l'Abbaye Saint Jean d'Orbestier....

 

RENATURER OUI

MASSACRER NON

 

DOCUMENT À DIFFUSER SANS MODÉRATION

LES SABLES D'OLONNE : LITTORAL DÉVOIEMENT DE LA ROUTE, SUPPRESSION DU PARKING DU PUITS D'ENFER...POURQUOI VOTER NON ?
LES SABLES D'OLONNE : LITTORAL DÉVOIEMENT DE LA ROUTE, SUPPRESSION DU PARKING DU PUITS D'ENFER...POURQUOI VOTER NON ?
LES SABLES D'OLONNE : LITTORAL DÉVOIEMENT DE LA ROUTE, SUPPRESSION DU PARKING DU PUITS D'ENFER...POURQUOI VOTER NON ?
LES SABLES D'OLONNE : LITTORAL DÉVOIEMENT DE LA ROUTE, SUPPRESSION DU PARKING DU PUITS D'ENFER...POURQUOI VOTER NON ?
Partager cet article
Repost0
18 juin 2019 2 18 /06 /juin /2019 19:29
ILS SONT PLUS DE 7000 À AVOIR DIT NON AU DÉVOIEMENT DE LA ROUTE LITTORALE

ILS SONT PLUS DE 7000 À AVOIR DIT NON AU DÉVOIEMENT DE LA ROUTE LITTORALE

7 063 NOMS

POUR

UN NON

AU PROJET DE L'ANCIEN MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE POUR LA ROUTE LITTORALE

 

LES MEMBRES DU COLLECTIF SOS ROUTE LITTORALE SONT ALLÉS À LA RENCONTRE DES CITOYENS POUR EXPLIQUER LE PROJET ET RECUEILLIR LES SIGNATURES DES PARTISANS DU NON AU PROJET DE L'ANCIENNE MUNICIPALITÉ DE CHÂTEAU D'OLONNE

C'est pour cela que cette pétition revêt une grande valeur sur le plan de la pratique de la démocratie locale puisque les signataires, des citoyens, ont eu l'occasion de se faire expliquer par d'autres citoyens le projet, de se faire une opinion (voir photo ci-dessous) et ce dimanche 23 JUIN 2019 ils VOTERONT  en toutes connaissances de cause.

 

 

DES CITOYENS À LA RENCONTRE DE LEURS CONCITOYENS ICI SUR LE REMBLAI DES SABLES D'OLONNE EN NOVEMBRE 2018 : DÉMOCRATIE LOCALE

DES CITOYENS À LA RENCONTRE DE LEURS CONCITOYENS ICI SUR LE REMBLAI DES SABLES D'OLONNE EN NOVEMBRE 2018 : DÉMOCRATIE LOCALE

CE 18 JUIN 2019, DÉPÔT EN MAIRIE DES SABLES D'OLONNE, SUR LE SITE DE L'ANCIENNE NOUVELLE MAIRIE DE CHÂTEAU D'OLONNE LES 7 063 PÉTITIONS QUI DISENT NON

CE 18 JUIN 2019, DÉPÔT EN MAIRIE DES SABLES D'OLONNE, SUR LE SITE DE L'ANCIENNE NOUVELLE MAIRIE DE CHÂTEAU D'OLONNE LES 7 063 PÉTITIONS QUI DISENT NON

2016...2019 LE CHANGEMENT DÉMOCRATIQUE AUX SABLES D'OLONNE

 

2019

C'est Yannick MOREAU, maire des Sables d'Olonne,  qui a accepté de réceptionner les  7 063 pétitions qui disent NON au dévoiement de la route littorale.

Cette cérémonie symbolique et sans protocole (neutralité des élus sur la consultation de dimanche oblige) a eu lieu en mairie des Sables dans les locaux de l’ancienne nouvelle maire de Château d'Olonne Sables d'Olonne dans le hall d'accueil ! (voir photo ci-dessus)

2016

Mais rappelons-nous : en 2016, Monsieur Joël MERCIER, alors maire de Château d'Olonne, avait dédaigné, boycotté  les pétitionnaires en faveur de la consultation sur la fusion.

Certains des présents de ce matin 18 juin 2019, à la mairie site Château d'Olonne, avaient, en effet, en mémoire, ce jour triste du 22 juillet 2016 où les pétitions pour la consultation des castelolonnais sur la fusion promise étaient déposées en Sous-Préfecture puis en Mairie de Château d'Olonne. Mais là, en mairie : AUCUN ÉLU, NI MAIRE, NI ADJOINT, NI CONSEILLERS MUNICIPAUX n'était présent pour recevoir les pétitions...le coup du dédain aux 1300 signataires de cette pétition! (voir photo ci-dessous)

 

Les temps et les hommes ont heureusement changé, la démocratie locale se porte mieux. Mais il ne faudra pas oublier !

UNE DÉLÉGATION DE CACO, LE 22 JUILLET 2016, REÇUE EN SOUS-PRÉFECTURE POUR REMETTRE LES PÉTITIONS AU SOUS-PRÉFET

UNE DÉLÉGATION DE CACO, LE 22 JUILLET 2016, REÇUE EN SOUS-PRÉFECTURE POUR REMETTRE LES PÉTITIONS AU SOUS-PRÉFET

LES RESPONSABLES DE CACO, LE MÊME JOUR, ONT ÉTÉ DÉDAIGNÉS PAR LE MAIRE D'ALORS DE CHÂTEAU D'OLONNE JOËL MERCIER.

LES RESPONSABLES DE CACO, LE MÊME JOUR, ONT ÉTÉ DÉDAIGNÉS PAR LE MAIRE D'ALORS DE CHÂTEAU D'OLONNE JOËL MERCIER.

Partager cet article
Repost0
18 juin 2019 2 18 /06 /juin /2019 09:10
EXAMINER LE PROJET RAVAGEUR : EN ROUGE LA ROUTE PROJETÉE

EXAMINER LE PROJET RAVAGEUR : EN ROUGE LA ROUTE PROJETÉE

SABLAIS, LE 23 JUIN 2019, VOTEZ : CE SONT LES CITOYENS SABLAIS QUI DÉCIDERONT

AUX SABLES D'OLONNE, LE 23 JUIN 2019, VOUS VOTEREZ POUR OU CONTRE LE  PROJET DE L'ANCIENNE MUNICIPALITÉ DE CHÂTEAU D'OLONNE : RENATURATION DE LA ZONE LITTORALE 3, FERMETURE DU PARKING DU PUITS D'ENFER, DÉVOIEMENT DE LA ROUTE LITTORALE... suite
Partager cet article
Repost0
17 juin 2019 1 17 /06 /juin /2019 10:04
LE PROJET DE DÉVOIEMENT DE LA ROUTE LITTORALE

LE PROJET DE DÉVOIEMENT DE LA ROUTE LITTORALE

SABLAIS, LE DIMANCHE 23 JUIN 2019, C'EST À VOUS DE DÉCIDER S'IL FAUT POURSUIVRE CE PROJET DE L'ANCIENNE MUNICIPALITÉ DE CHÂTEAU D'OLONNE

Ce jour, dernière réunion publique

Salle Calixte-Aimé PLISSONNEAU

(entre ancienne mais nouvelle ex  mairie de Château d'Olonne et la Poste)

18h30

AUX SABLES D'OLONNE, LE 23 JUIN 2019, VOUS VOTEREZ POUR OU CONTRE LE  PROJET DE L'ANCIENNE MUNICIPALITÉ DE CHÂTEAU D'OLONNE : RENATURATION DE LA ZONE LITTORALE 3, FERMETURE DU PARKING DU PUITS D'ENFER, DÉVOIEMENT DE LA ROUTE LITTORALE... suite
Partager cet article
Repost0
14 juin 2019 5 14 /06 /juin /2019 18:14
SALLE AUDUBON PLEINE: L'INTÉRÊT DE LA POPULATION SABLAISE NE SE DÉMENT PAS

SALLE AUDUBON PLEINE: L'INTÉRÊT DE LA POPULATION SABLAISE NE SE DÉMENT PAS

 

 

UN SUCCÈS INCONTESTABLE : LA SALLE AUDUBON PLEINE ET UNE TRENTAINE DE QUESTIONS ET AUTRES PRISES DE PAROLES

 

 

Les réunions d’informations sur le projet monté par l’ancienne municipalité de Château d’Olonne seraient-elles comme le bon vin ? …Il faut constater que Oui, car elles s’améliorent au fil du temps.

 

Le rituel mis au point par l’équipe d’élus sablais Armel PÉCHEUL et Jean-Pierre CHAPALAIN s’affine même si, avec l’assistance du personnel de la ville nouvelle des Sables d’Olonne et d’une journaliste, tout n’est pas encore parfait. L’art et la réussite, en la matière, sont effectivement toujours perfectibles.

 

Comme l’a dit, dans son introduction, le premier Adjoint Armel PÉCHEUL pour définir le débat ; « ce sera chaud et je demande que ce ne soit pas brulant » en exhortant une nouvelle fois les intervenants à la courtoisie. Ce fut parfois un peu chaud mais il n’y a pas eu le feu.

 

La présentation de Jean-Pierre CHAPALAIN fut suivie avec attention par les 500 personnes présentes.

 

LE DÉBAT : COMMENT PEUT-ON SE DIRE ÉCOLOGISTES ET DÉFENDRE UN PROJET DESTRUCTEUR DE L’ENVIRONNEMENT FONDÉ SUR DES HYPOTHÈSES QUI ELLES NE RÉSISTENT PAS AUX OBSERVATIONS FAITES SUR LE TERRAIN ?

 

Lors du débat il y a eu plus de questions pratiques et concrètes…les sempiternels preneurs et accapareurs de la parole, porte-paroles de mouvements comme les gilets jaunes, l’APNO, la France Nature Environnement ont été un tantinet plus raisonnables et ils n’ont fait que répéter leurs proclamations de foi souvent teintée d’un écologisme dogmatique incompréhensible par la majorité des présents. Sur leur« dada » qu’est l’érosion de la côte (érosion marine) leur pseudo-scientifisme se heurte à la réalité : ces cent dernières années la roche du Puits d’Enfer n’a pas subi d’érosion. Pourquoi ne résisterait-elle pas encore cent ans ou même des millénaires ?

 

Il faut bien constater que le rapport du BRGM a fait l’objet d’interprétations lors du montage du dossier puisqu’il annonce une érosion de 22 centimètres par an. LE BRGM peut se tromper et là il se trompe et il trompe. Certes, il reste sur cette partie de la côte quelques points faibles comme les Moulières et l’Anse de la Parée. Ils seront traités par la nouvelle municipalité.

 

MAIS ALORS POURQUOI, POUR "RENATURER" LA ZONE, FAUT-IL OBLIGATOIREMENT DÉVOYER LA ROUTE, DÉTRUIRE, MASSACRER ?

 

Le public ose désormais supposer que cette nouvelle route pourra permettre à certains acheteurs de terrains de faire sur le site des opérations immobilières ?

 

Cette hypothèse, jusqu’à ce soir chuchotée, cette fois fut exprimée clairement.

 

Il faut reconnaitre que certaines intervenantes dont l’ancienne élue de gauche et de Château d’Olonne Sophie METAIREAU et le docteur Soizic DARY-CHABOT sont maladroites car elles se trouvent personnellement en position délicate puisque leurs domiciles bénéficieraient du dévoiement.

 

Leurs interventions ouvrent donc la porte à de nombreuses supputations…on est plus en défense de l’environnement on est dans le domaine de l’immobilier et de la spéculation.

 

Le Conservatoire du Littoral dans cette histoire aussi s’est avancé imprudemment et son responsable local ne sait pas faire marche arrière. Le projet qu’il a promu peut effectivement être beau. C’est facile de dire qu’un projet est beau.

 

C’est un projet « Pharaonique » sur le plan financier et sur le plan des désastres écologiques, comme l’a bien exprimé une intervenante. Mais s’il n’est pas nécessaire…pourquoi le réaliser ?

 

Après toutes ces questions et ces constats vient la question dure pour les tenants du OUI au dévoiement. Une bonne question qui a dû leur faire du mal : comment les associations comme l’APNO, France Nature Environnement qui se disent défenseurs de l’Environnement peuvent-elles défendre un projet qui condamne non seulement des espèces et de la faune protégées mais aussi une zone forestière et qui, en plus, va créer une voie qui sera accidentogène ? Les réponses à cette question sont des banalités qui ne collent pas au projet  : réchauffement de la terre, montée des eaux…catastrophisme qui fait dire à la majorité des assistants dans la salle que, quand cela arrivera, la belle ville des SABLES D’OLONNE sera engloutie …et que le projet pharaonique de l’ancienne municipalité de Château d’Olonne n’aura servi à rien.

 

 

 

UN GAGNANT DANS LE DÉBAT : L’APPRENTISSAGE DE LA DÉMOCRATIE LOCALE

 

Il y a de la part de la municipalité un effort méritoire d'informer.

Ce soir-là les intervenants ont pu s’exprimer, questionner, accuser…

Ce n’était pas évident après la première réunion à LA CHAUME.

Un pas a été franchi : les POUR et les CONTRE LE PROJET ont pu dialoguer.

 

DERNIÈRE RÉUNION

 

LUNDI 17 JUIN

18h30

SALLE CALIXTE-AIMÉ PLISSONNEAU (entre la mairie ancienne et  nouvelle et la poste )

CHÂTEAU D’OLONNE

LES SABLES D'OLONNE

Partager cet article
Repost0
6 juin 2019 4 06 /06 /juin /2019 11:47
JOËL MERCIER, ANCIEN ET DERNIER MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE, JEAN-YVES BURNAUD SON PRÉDÉCESSEUR
JOËL MERCIER, ANCIEN ET DERNIER MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE, JEAN-YVES BURNAUD SON PRÉDÉCESSEUR

JOËL MERCIER, ANCIEN ET DERNIER MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE, JEAN-YVES BURNAUD SON PRÉDÉCESSEUR

 

LES EX-ANCIENS MAIRES DE CHÂTEAU D’OLONNE, ACCUSATEURS PUBLICS, S’ÉRIGENT EN DONNEURS DE LEÇONS : MAIS QUEL EXEMPLE ONT-ILS DONNÉ EN MATIÈRE DE "FAVORITISME" ?

 

 

 

Suite de

http://www.olonnes.com/2019/05/les-citoyens-sablais-ont-le-droit-de-savoir-les-dossiers-castelolonnais-refont-donc-surface.html

 

 

Par voie de presse, l’ancien maire de Château d’Olonne Jean-Yves BURNAUD et son successeur démissionnaire Joël MERCIER et leurs acolytes tentent de détruire le travail réalisé par la nouvelle municipalité dirigée par Yannick MOREAU. Leurs armes : la diffamation et les fausses nouvelles.

 

Attaquer un homme "politique", un homme public sur ses réalisations, ses promesses, c’est la règle de la liberté d’expression qui le permet dans un cadre que la jurisprudence limite en sanctionnant les abus mais ce que viennent d'écrire dans la presse les deux anciens maires, là, c’est une attaque qui vise l’homme. Est-ce supportable ? Est-ce justifié ?

 

Après le budget de la ville des Sables d’Olonne, c’est la vente de la clinique friche du Val d’Olonne qui donne une occasion à Joël MERCIER et Jean-Yves BURNAUD, eux qui furent en 10 ans incapables de résoudre le problème de cette friche honteuse, de porter une accusation d’une extrême gravité bien reprise par la presse locale :

 

« Yannick MOREAU agit-il dans l’intérêt des contribuables sablais ou est-il un facilitateur d’intérêts privés ?» ont-ils écrit.

 

La Ville des Sables d’Olonne, dans cette opération "clinique friche", s’engage à racheter à l'acquéreur du site une petite partie de celui-ci (4500 m²). Cela n’a rien de répréhensible et l’estimation du prix de vente se fera en conformité avec les obligations légales dont les estimations des « Domaines » Service du Ministère de l’Économie rebaptisé DIE et publiquement sous le contrôle des autorités (préfet, Finances, élus...)

 

 

NOTRE RÉPONSE À DES ACCUSATIONS GRAVES

 

Comme l’intéressé Yannick MOREAU, Maire en exercice de la Ville des Sables d’Olonne, n’a certainement ni le temps ni l’envie de répondre à ce type d’accusation, notre mission d’information nous contraint de revenir sur ces propos des anciens maires pour que les citoyens sablais sachent.

 

Ces accusations ne sont ni plus ni moins que de la calomnie puisque la notion de « facilitateur d’intérêts privés » est tout simplement ce que la loi nomme le délit de "favoritisme".

 

Voir ci-dessous l'article 432-14 du code pénal qui définit ainsi ce délit :  .

 

 

« le fait par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public ou investie d'un mandat électif public ou exerçant les fonctions de représentant, administrateur ou agent de l'État, des collectivités territoriales, des établissements publics, des sociétés d'économie mixte d'intérêt national chargées d'une mission de service public et des sociétés d'économie mixte locales ou par toute personne agissant pour le compte de l'une de celles susmentionnées de procurer ou de tenter de procurer à autrui un avantage injustifié par un acte contraire aux dispositions législatives ou réglementaires ayant pour objet de garantir la liberté d'accès et l'égalité des candidats dans les marchés publics et les délégations de service public ».

 

 

JEAN-YVES BURNAUD ET JOËL MERCIER PARLENT D’EXPÉRIENCE : EN EFFET, ILS FURENT "ÉPINGLÉS" PAR LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES JUSTEMENT SUR DES OPÉRATIONS TOMBANT SOUS LE COUP DE LA LOI SUR LA TRANSPARENCE DE LA VIE PUBLIQUE

 

Nous ne reprenons que 3 documents et faits incontestables et significatifs.

Les ancien maires furent « épinglés par la Chambre Régionale des Comptes » pour des faits répréhensibles pénalement qui sont qualifiés de "favoritisme". Ces faits inscrits dans les « observations définitives » de la Chambre Régionale des comptes sont donc  "avérés "  donc aujourd’hui incontestables. Ils figurent dans le document d'"observations" de la Chambre Régionales des Comptes élaborés suite aux deux deniers contrôles de la juridiction (en 2010 et 2015) : documents dont tous les élus castelolonnais de l'époque fuent destinataires.

 

1. Les marchés publics de voirie à CHÂTEAU D’OLONNE

 

Depuis des années, le maire Jean-Yves BURNAUD et son responsable des finances Joël MERCIER ont   favorisé une entreprise à tel point que les deux derniers contrôles de la Chambre Régionale des Comptes ont noté cette « anomalie » dans leurs observations définitives :

 

« L’intégralité des douze marchés de travaux de voirie, passés pendant la période a été attribuée à la même société, pour un montant cumulé de 13,1 millions d’euros. Cependant la commune n’a pas été en mesure de fournir l’offre du candidat retenu, ni toutes les pièces originales de procédure. Les manquements dans le secteur des achats, déjà signalés par la Chambre, perdurent.»

Source ; Document Chambre Régionale des Comptes 27 janvier 2016  Observations définitives

 

Et le contrôle n’a pu s’achever normalement puisque le maire n’a pu fournir les pièces demandées par les magistrats de la Chambre Régionale des Comptes !

 

2 . Il en est de même pour les marchés de relevés de topographies passés avec le même cabinet des années durant !

 

3 . LA VENTE DES TERRAINS DE "LA FERME DE VILLENEUVE ": 7,62 € le m²

 

La Chambre Régionale des Comptes relève que le prix de vente fixé est de 7,62 € et que celui-ci n’a pas été révisé depuis 1996 alors que les terrains limitrophes, lors de la cession, étaient vendus entre 100 et 200 euros le m². La Chambre Régionale constate « une perte de recettes » dont le chiffre a été présenté en Conseil Municipal : une perte minimale de 3 millions d’euros ! Nous citons :

 

 

« Cependant, l’examen particulier de l’opération « la ferme de Villeneuve : les jardins du Château d’Olonne » laisse apparaitre une méconnaissance des obligations environnementales.…Enfin, en ne prévoyant pas de mécanisme de revalorisation d’un prix de vente fixé en 1996, la commune s’est privée de recettes»...donc une faveur faite au promoteur !

Source : Document Chambre Régionale des Comptes 5 octobre 2010 observations définitives.

 

Et maintenant, en 2019, les accusés se transforment en procureurs…à la différence que les dits anciens élus Jean-Yves BURNAUD et Joël MERCIER sont stigmatisés par la Juridiction "Cour des Comptes" pour leurs fautes avérées et incontestables avec récidive alors que les accusations qu’ils osent porter contre Yannick MOREAU, maire des Sables d’Olonne, ne sont fondés que sur des allégations  malveillantes qui, ainsi, deviennent de la diffamation pure et simple.

 

Ces méthodes sont condamnables, elles disqualifient ceux qui les utilisent, elles disqualifient les élus et citoyens qui emboîtent le pas de celui qui ose encore prétendre aux fonctions de maire en 2020...au lieu de prendre du recul.

 

C'est de la provocation, c'est prendre les sablais pour des individus sans mémoire, c'est salir un homme...nous nous devions de rappeler à nos concitoyens au moins ces 3 dossiers...et durant ces 3 dernières décennies, il y a eu, au Pays des Olonnes, tant d'autres dossiers et si peu de citoyens et d'élus pour dénoncer de tels faits.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2019 5 24 /05 /mai /2019 06:17
JEAN-YVES BURNAUD ET JOËL MERCIER LES DEUX DERNIERS MAIRES DE CHÂTEAU D'OLONNE
JEAN-YVES BURNAUD ET JOËL MERCIER LES DEUX DERNIERS MAIRES DE CHÂTEAU D'OLONNE

JEAN-YVES BURNAUD ET JOËL MERCIER LES DEUX DERNIERS MAIRES DE CHÂTEAU D'OLONNE

 

 

LES COMMUNIQUÉS DE PRESSE SUCCESSIFS DES ANCIENS MAIRES DE CHÂTEAU D’OLONNE JOËL MERCIER ET JEAN-YVES BURNAUD RÉVEILLENT LES DÉMONS QUI ONT HANTÉ LA VIE DE CETTE COMMUNE  ET MÊME CELLE  L’AGGLOMÉRATION.

 

LE RÈGNE DE CES  MAIRES NE FUT PAS CELUI DE GESTIONNAIRES ÉCLAIRÉS NI  CELUI DE LA PROBITÉ

 

 

Les anciens maires Jean-Yves BURNAUD et Joël MERCIER de Château d'Olonne s’érigent maintenant en juges et même procureurs et osent faire campagne, par presse interposée, sur des sujets sur lesquels ils sont complétement discrédités depuis des décennies.

 

On pouvait imaginer que les dossiers pourris de la municipalité de Château d’Olonne seraient refermés avec la création de la nouvelle commune des SABLES D'OLONNE, le 1er janvier 2019.

 

Mais la diffusion, par voie de presse, d’informations aussi graves de la part  des anciens maires nous contraint à revenir sur un passé douloureux pour ces anciens élus et à réagir afin que les honnêtes citoyens sachent.

 

D’une part, la presse locale ne peut être au courant des faits et méfaits des deux anciens maires et, par habitude et au nom de la liberté d’expression, elle peut laisser filer des informations trompeuses.

 

D’autre part, le maire actuel de la commune nouvelle Yannick MOREAU ne va certainement pas arrêter son activité pour répondre à d’anciens élus qui ont soit abandonné leur mandat soit se sont retirés car, mis en cause dans des affaires officiellement douteuses (voir rapports Chambre de la Régionale des Comptes et procès), concernant leur gestion de la Ville de Château d’Olonne.

 

Il nous incombe donc en tant qu’association citoyenne de faire un rappel du passé d'où la sérieuse mise au point que nous allons faire. Les citoyens sablais ont le droit de savoir.

 

 

LE 2 JANVIER 2019, LES ÉLUS DES 3 COMMUNES ONT ÉLU UN NOUVEAU MAIRE SELON UNE PROCÉDURE QU’ILS ONT ÉLABORÉE DÉMOCRATIQUEMENT

 

Certes on peut comprendre l'amertume des anciens maires tout puissants d’avoir perdu l’élection du premier maire de la ville nouvelle des Sables d'Olonne.

 

Mais leur colère est mauvaise conseillère comme vous pourrez le lire dans nos prochaines parutions.

 

 

D'abord, lors du vote du 2 janvier 2019, s’il y a eu dans le camp du candidat Joël MERCIER des défections très nombreuses dans les rangs des élus castelolonnais et sablais c’est que, justement, ils étaient très nombreux à ne plus souffrir et à ne pas vouloir en être considérés par la population comme des complices de maires (et particulièrement ceux de Château d’Olonne) qui ont dans leur gestion commis de graves fautes.

 

En effet, nous nous devons de rétablir la vérité en rappelant ce que nous avons écrit sans jamais être contredit depuis 10 ans sur les « dossiers castelolonnais » et la gestion de leurs maires : impôts, marchés publics (voir rapports de la Chambre Régionale des Comptes), terrains de la ferme de Villeneuve, scandale de la défunte Société d’Économie Mixte du Pôle Santé qui a valu à Jean-Yves BURNAUD l’indulgence du juge mais quand même un rappel à la loi (mesure pénale)…

 

 

DES ÉLUS COMPLICES

 

Afin que la triste histoire de ces dernières décennies puisse être oubliée et que cela soit fait en toute clarté, il serait aussi grand temps que les anciens élus colistiers de Jean-Yves BURNAUD et Joël MERCIER qui n’ont pu ignorer totalement les magouilles d’une gestion opaque de la Ville de Château d’Olonne se désolidarisent de leurs anciens maires. Ils doivent faire amende honorable en témoignant et condamnant sans ambiguïté la gestion passée de leur municipalité à laquelle ils ont participé.

 

À défaut, ils resteront les complices des magouilles d‘une gestion à laquelle, bon gré mal gré, peut-être trompés ou trop peu curieux, ils ou elles ont participé.

 

Nos anciens maires étaient déjà malvenus à intervenir par voie de presse sur le budget de la commune nouvelle. Ils récidivent avec le dossier clinique.

 

Nous ferons donc tout afin que les sablais et plus largement tous les citoyens honnêtes sachent.

 

Nous allons donc examiner dans plusieurs parutions combien les anciens maires sont encore mal placés pour communiquer sur le dossier du projet de cession de la clinique friche du Val d’Olonne et sur d’autres points. Il faut empêcher ces anciens élus de tromper la population qui leur avait fait confiance en les élisant.

 

 À SUIVRE : LA SALE AFFAIRE DE LA CLINIQUE DU VAL D’OLONNE ET AUTRES MÉFAITS LORS DE LA REVENTE DE TERRAINS COMMUNAUX À CHÂTEAU D’OLONNE

 

 

CLINIQUE DU VAL d4OLONNE DIRIGÉE PAR JEAN-YVES BURNAUD ANCIEN MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE

CLINIQUE DU VAL d4OLONNE DIRIGÉE PAR JEAN-YVES BURNAUD ANCIEN MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE

Partager cet article
Repost0
19 mai 2019 7 19 /05 /mai /2019 18:46
LES PARTENAIRES : ALAIN FOLTZER PROPRIÉTAIRE DU SITE ET YANNIK MOREAU ET ALAIN BLANCHARD VILLE DES SABLES D'OLONNE ET LE PROMOTEUR taire, Yannick

LES PARTENAIRES : ALAIN FOLTZER PROPRIÉTAIRE DU SITE ET YANNIK MOREAU ET ALAIN BLANCHARD VILLE DES SABLES D'OLONNE ET LE PROMOTEUR taire, Yannick

EXTRAIT DU JOURNAL DES SABLES

EXTRAIT DU JOURNAL DES SABLES

 

CLINIQUE DITE DU VAL D'OLONNE : UNE FRICHE QUI A DÉSHONORÉ LA  STATION BALNÉAIRE

PENDANT 10 ANS, LES MAIRES DE CHÂTEAU D'OLONNE JEAN-YVES BURNAUD ET JOËL MERCIER ONT TROMPÉ, ENCORE UNE FOIS, LES CASTELOLONNAIS

Le propriétaire du site voulait vendre et la Ville de Château d'Olonne, pour de mystérieuses raisons inavouées ou inavouables, n'a jamais utilisé son droit de préemption ni modifié le PLU pour l'imlantationn d'une nouvelle activité. Pourtant, il y a eu des offres sérieuses d'acheteurs investisseurs. De plus, la ville était pauvre en réserve foncière et c'était un site stratégique pour une collectivité.

 

ENCORE UNE HISTOIRE MYSTÉRIEUSE À CHÂTEAU D'OLONNE

 

Donc, depuis 10 ans, les vrais élus des oppositions aux maires successifs, lors des conseils municipaux n'ont cessé de poser des questions à leurs maires sur le devenir de cet immeuble abandonné, friche défigurant l'entrée de ville. Ils n'ont eu que des réponses dilatoires et qu'on sait maintenant être mensongères.

Quand on sait :

- que Jean-Yves BURNAUD maire était à la fois président de la SCI, propriétaire du site, et directeur actionnaire de la Clinique,

- que Joël MERCIER était adjoint au maire chargé des Finances puis fut élu maire,

- que des emprunts pour la création et l'agrandissement de la Clinique ont été  garantis par la municipalité de Château d'Olonne,

on peut conclure qu'en plus du délit de favoritisme, de la prise illégale d'intérêts du passé, il y a eu ces 10 dernières des manœuvres des maires qui ont pourri ce dossier puisque les maires successifs n'ont jamais donné de réponses claires aux questions précises qui leur furent posées par les élus. Pourquoi les acheteurs potentiels investisseurs ont-ils été éconduits ?

 

LE DÉNOUEMENT

On pouvait supposer que le propriétaire avait ses raisons dans les éventuelles négociations. Les maires ne pouvaient les ignorer et voilà que ledit propriétaire dément. 

Ilvoulait vendre et ces 10 années perdues sont dues aux deux maires (voir document ci-dessus). Il fait sans ambigüité porter publiquement le chapeau de ces 10 années de honte aux deux maires concernés Jean-Yves BURNAUD et Joël MERCIER. Qu'ont-ils manigancé ces dernières 10 années ? Qu'est ce que c'est cette histoire de PLU parfois avancée ?

 

TOURNONS LA PAGE

Avec le nouveau maire Yannick MOREAU et son équipe , l'affaire a été incroyablement vite réglée.

Maintenant, il n'y plus qu'à espérer :

- que la verrue Clinique du Val d'Olonne n'a plus effectivement que quelques mois à vivre,

- que les sablais ex castelolonnais pourront tirer un trait sur cette sale affaire et qu'ils n'auront plus à entendre parler des anciens maires et de leurs agissements.

 

LA FRICHE

LA FRICHE

Partager cet article
Repost0