Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

28 février 2018 3 28 /02 /février /2018 19:15
L'URNE EST DE SERVICE...

L'URNE EST DE SERVICE...

VOTE SURPRISE, VOTE SURPRENANT

Suite de

http://www.olonnes.com/2018/02/chateau-d-olonne-conseil-municipal-du-lundi-26-fevrier-2017.html

 

ÉLECTION D’UN NOUVEAU CONSEILLER COMMUNAUTAIRE

Suite au décès de Raymond GAZULL il fallait pourvoir à son remplacement comme conseiller communautaire.

Son remplacement au sein du conseil municipal de Château d’Olonne avait été fait en la personne de Michel FERRAND.

Pour ce poste à la Communauté d’Agglomération le maire propose au vote l’adjointe Françoise REZEAU.

 

QUESTION PRÉALABLE MAIS IMPORTANTE DE PROCÉDURE

L’élu d’opposition Jean-Pierre CHAPALAIN fait une remarque pertinente sur un conflit de textes sur la procédure.

 Le Code Général des Collectivités Territoriales CGCT prévoirait que, pour remplacer un élu dans les Conseils Communautaires, c’est le conseil municipal qui est compétent et il doit y avoir un vote de celui-ci pour élire le nouveau représentant délégué communautaire.

Par contre le Code Électoral prévoit que, puisque lors des élections municipales il y a une liste des candidats au poste de délégué communautaire, il faut prendre le suivant sur cette liste de même sexe que celui qui est remplacé.

Article L273-10 Code Électoral

Lorsque le siège d'un conseiller communautaire devient vacant, pour quelque cause que ce soit, il est pourvu par le candidat de même sexe élu conseiller municipal ou conseiller d'arrondissement suivant sur la liste des candidats aux sièges de conseiller communautaire sur laquelle le conseiller à remplacer a été élu

Donc, devant ce doute sur la procédure, Jean-Pierre CHAPALAIN demande le report de cette délibération.

Le maire Joël MERCIER, hésitant et peu convaincant dans sa réponse, dit que le problème a été étudié et qu’il a pris contact  avec la Communauté d’Agglomération et que c’est la procédure du vote du conseil municipal qui s’impose.

Nous demeurons sceptiques sur la légalité de cette délibération et les services juridiques de la Préfecture, lors du contrôle de légalité, devront étudier cela.

En effet, il nous semble que le CGCT ne peut privilégier un texte qui irait (nous utilisons volontairement le conditionnel) à l’encontre d’une décision prévue par un texte (Code électoral) qui a abouti à un vote populaire ...celui des élections municipales de mars 2014.

La seule chose gênante est que le vote, lors des municipales de 2014 qui élisait aussi les conseillers communautaires ...n’élisait pas les délégués à l'Agglomération qui ne fut fondée qu'en janvier 2017 mais ceux de la Communauté de Communes des Olonnes CCO !

Chinoiseries du juridisme français ! revues à la sauce locale...le maire ne voyait certainement d'un bon œil nommé un jeune élu sympathique si on suivait la règle prévue au Code Électoral !

Le Maire refuse le report et il faut passer au vote...L'élu d'opposition de droite Gérard MAINGUENEAU suite au désistement malheureux de Jean-Eudes CASSES présente sa candidature.

 

UN VOTE AUX RÉSULTATS SURPRENANTS : UN MAIRE SANS MAJORITÉ ?

Depuis le début du règne de Jean-Yves BURNAUD, il y a un droit spécifique castelolonnais qui consiste à faire n'importe quoi et son contraire sans tenir compte des lois et règlements et bon sens ...et comme presque personne ne dit rien : cela passe (voir dossier SEM Pôle Santé, Ferme de Villeneuve, passation des marchés publics, gestion du personnel municipal, lotissements, nouvelle mairie...).

On passe au cérémonial du vote à bulletin secret.

33 votants

Madame Françoise REZEAU est élue avec 17 voix

Monsieur Gérard MAINGUENEAU a obtenu 7 voix

Votes blancs :  9

Il faut savoir que l’élu dit d’opposition dite socialiste Anthony PITALIER qui brille par son absence aux réunions avait donné pouvoir non à ses collègues de l’opposition mais à un membre de la majorité (Bernard CODET), toute honte bue. Ses absences répétées peut-être compréhensibles devraient d'ailleurs le contraindre selon la loi (charte de l'élu) à démissionner. Son comportement peu civique doit le contraindre à ne plus donner de leçons à ses collègues dans les assemblées.

Là aussi, il y a une tradition castelolonnaise : les élus socialistes se font élire comme opposants et rejoignent petit à petit la majorité de droite du maire trompant ostensiblement leurs électeurs. Le jeune Anthony PITALIER reste dans cette tradition socialiste castelolonnaise du bras d'honneur à ses électeurs ? Persistera-il dans cette voie absconse lors des prochains votes décisifs ?

 

QUELQUES CONCLUSIONS

Madame Françoise REZEAU, si la délibération n’est pas annulée, restera une mal élue. Élue respectable et respectée, cette circonstance ne lui est pas favorable dans l’opinion publique.  

Le Maire est encore plus fragilisé : mathématiquement il n’a plus la majorité dans son conseil municipal. Ce vote confirme le vote du budget. Continuant sa politique sectaire il conduit ce qui reste de son camp à la débâcle.

Il va falloir que les frondeurs de la majorité se dévoilent car les castelolonnais ont beaucoup de mal à comprendre leurs votes. Sont-ils vraiment dans une opposition au maire ou dans de petits calculs politiciens que n’aiment pas les français ?

 

À SUIVRE... QUELQUES AUTRES IMPRESSIONS ET DÉCISIONS...

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2018 2 27 /02 /février /2018 20:15
PLUS DE PUBLIC QUE D'ÉLUS

PLUS DE PUBLIC QUE D'ÉLUS

UN CONSEIL MUNICIPAL TRÈS SUIVI : ON Y A DÉBATTU DU  DÉVOIEMENT FERMETURE DE LA ROUTE LITTORALE MAIS AUSSI IL Y A EU UN VOTE SURPRISE  À BULLETIN SECRET

On mesure l’importance que prend dans la population castelolonnaise  le projet du Maire et de l'adjointe Isabelle DOAT concernant la fermeture dévoiement de la route littorale au public nombreux qui vient assister au conseil municipal.

Si l'ordre du jour comporte un point sur ce sujet la salle est plus que pleine avec des personnes debout !

DEMANDE DE SUSPENSION DU PROJET

À l'ordre du jour deux points concernant la route littorale :

- Projet de Renaturation du Littoral Communal Convention de partenariat avec l'Université Bretagne Occidentale pour une étude,

- La question posée par de Jean-Pierre Chapalain et Mauricette MAUREL pour la liste "Ensemble Agir pour le Changement". Projet d'aménagement du littoral à différer et confier à la Ville Nouvelle.

L'exposé de la question est clair :

- projet de plus de 5 millions d'euros mais projet clivant,

- projet éligible à des subventions de l'Europe qui dépasse  donc le cadre de Château d'Olonne,

- les élus des communes voisines et tous ceux de l'Agglomération n'ont pas été consultés,

- projet contesté suscitant interrogations et manifestation d'hostilités qui ne permet pas d'obtenir une large adhésion de la population,

Conclusions :" La vision de l’aménagement de cette part remarquable du littoral doit être entièrement portée par la Ville Nouvelle, dès 2019.

Nous demandons instamment que toutes les opérations prévues liées à l’Aménagement du littoral soient suspendues et différées pour être confiées à la Ville Nouvelle."

 

UNE RÉPONSE DU MAIRE ET DE L'ADJOINTE ISABELLE DOAT

Le Maire Joël MERCIER s'appuie sur l'engagement initial des 3 maires qui ont fondé les bases de la commune nouvelle ...les projets en cours au jour de la fusion soit le 1er janvier 2019 seront pris en charge par la commune nouvelle. Pas question de différer ou de suspendre le projet.

L'adjointe Isabelle DOAT a rappelé que ce projet figurait au SCOT, qu'il est soutenu par la Région, a aussi le soutien du Département et du Conservatoire du Littoral, il figure au Contrat Régional...."il y aura enquête publique, il serait irresponsable de mettre ce projet en sommeil."

Elle accuse Jean-Pierre CHAPALAIN de ne pas "mesurer les conséquences d'un report en terme de financement..;nous perdrons 2 millions de subvention:" "Freiner ce projet serait inconséquent"

"Il y a déjà 1 million d'euros d'engagé".

 

ISABELLE DOAT SE PREND LES PIEDS DANS LE TAPIS : CE N'EST PLUS LE DÉVOIEMENT DE LA ROUTE DU LITTORAL MAIS LE DÉVOIEMENT D'UN TEXTE

En citant la profession de foi du candidat Jean-Pierre CHAPALAIN mais malheureusement en la détournant Isabelle DOAT se fait piéger en flagrant délit de dévoiement de texte

Sur la profession de foi de l'élu il est écrit :

"Réalisons vite un vaste espace naturel sur le secteur du Puits d'Enfer "...il n'est nullement question de dévoiement et de fermeture de la route littorale mais simplement un souhait qui rejoint un sentiment des castelolonnais lassés de voir le site de l'ancien circuit automobile transformé en terrain vague : une friche ignoble.

Pour que toutes les personnes présentes aient bien conscience du faux en lecture d'Isabelle DOAT, Jean-Pierre CHAPALAIN a contraint celle-ci à relire les termes exacts de la profession de foi qui ne comportait effectivement aucun engagement sur un projet du type de celui monté par le Maire.

Ce fut aussi une occasion pour Jean-Pierre CHAPALAIN de mettre les points sur les i : il n'y a jamais eu le moindre accord du conseil municipal sur un projet qui n'a jamais été présenté en conseil municipal !

Allant plus loin dans les annonces Isabelle DOAT a balance des millions de perte de subventions Europe, Région qui sont des chiffres qui d'une part varient d'une déclaration à l'autre mais dont on ignore les bases.

Les cerises sur le gâteau : l’annonce logique de l'étude d'impact dans les normes du nouveau dossier d'Autorisation Environnementale Unique...nous sommes en mars ...serait-prête pour juin ? On a attendu la réponse. Il fut simplement question d'un conseil municipal en juin ...

Juste colère d'un calme, Gérard MAINGUENEAU, qui constate que quasiment aucun élu ne connait rien du dossier, qu'ils sont "à côté de la plaque" et de condamner une nouvelle fois les méthodes du maire et de son adjointe.

Confirmation que les élus des autres collectivités voisines concernées ne sont pas consultées ...Isabelle DOAT dit que cette concertation aura lieu ultérieurement, le moment venu...mais nous sommes à 10 mois de la fusion !

Ce fut une fin de débat chaotique mais instructive pour un auditeur un peu au courant des dessous du dossier sur le dévoiement d'un dossier et d'une route.

L'opposition va saisir le maire pour demander l'inscription à l'ordre du jour de cette question du Projet LITTORAL 3 avec son dévoiement ...et le maire répond qu'il attend cette saisine et se hâte de clore le débat à 21 heures 58 !

Une chose est sûre ce n'est pas parce qu'il y a des promesses de subventions qu'il faut réaliser un projet pharaonesque inutile c'est simplment parce qu'il y a un besoin réel, mesuré qu'un projet doit être réalisé.

 

A SUIVRE : UN VOTE SURPRISE...

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 février 2018 5 23 /02 /février /2018 22:01

SOS ROUTE LITTORALE

VOUS INVITE

AU CONSEIL MUNICIPAL DE CHÂTEAU D'OLONNE

LUNDI PROCHAIN  26 février 2018

à 20 heures

Hôtel de ville de Château d'Olonne

CHÂTEAU D'OLONNE CONSEIL MUNICIPAL DU LUNDI 26 FÉVRIER 2018 : ON Y PARLERA DU LITTORAL CASTELOLONNAIS ET DE LA FERMETURE DE LA ROUTE DÉVOYÉE
Partager cet article
Repost0
23 février 2018 5 23 /02 /février /2018 18:42
PHOTO PANORAMA DU NOUVEL HÔTEL DE VILLE (photo site municipal)

PHOTO PANORAMA DU NOUVEL HÔTEL DE VILLE (photo site municipal)

LE CONSEIL MUNICIPAL DE CHÂTEAU D'OLONNE est convoqué en séance publique

ce lundi 26 février  2018

à 20 heures...

dans le "nouvel Hôtel de Ville"

 

Pour le citoyen sensible à la chose publique assister au Conseil municipal est une occasion d'observer le fonctionnement de la démocratie locale particulièrement au Pays des Olonnes après le vote populaire castelolonnais du 11 décembre 2016 favorable à l'institution d'une Commune Nouvelle Unique.

Ce conseil municipal comporte un ordre du jour assez copieux avec 22 points à son ordre du jour dont certains intéressent particulièrement les castelolonnais : le projet de fermeture et dévoiement de la route littorale, les travaux route de Talmont et Centre Ville...

 

 

Ordre du jour complet

  1. ZAC Centre Ville 3 - Acquisition de la parcelle section AA n°54
  2. Aménagement de la seconde tranche de la route de Talmont - Acquisition des parcelles AN 273p et AN 352p.
  3. Cession d'une emprise d'une propriété communale zone des Plesses, parcelles AP 127 et 31 - Modification de la délibération du 27 novembre 2017.
  4. Création d'une chambre funéraire 32, rue Le Corbusier - Zone d'activités des Plesses - Avis du Conseil Municipal.
  5. Extension du Camping Le Paradis 300, rue de la Source à Talmont St Hilaire - Avis du Conseil Municipal.
  6. Bilan de la Politique foncière 2017.
  7. Étude de la qualité des eaux du Littoral et étude du bassin versant de Tanchet - Approbation de la convention avec le Syndicat Auzance Vertonne et la ville des Sables d'Olonne - Demande de subvention auprès de l'Agence de l'Eau.
  8. Littoral 3 - Projet de renaturation du Littoral communal - Convention de partenariat bipartite Approbation et autorisation de signature.
  9. Aménagement du Centre Ville et de la place Millet - Demande de subvention - Autorisation de lancement et de signature du marché de travaux.
  10. Renouvellement de l'aide financière attribuée dans le cadre d'un Passeport pour l'accession 2018.
  11. Mise en place du nouveau dispositif Habiter Mieux au 1er janvier 2018.
  12. Eco Pass 2018 - Reconduction de l'aide financière pour l'acquisition d'un logement dans l'ancien.
  13. Attribution de subventions de fonctionnement aux associations et organismes divers en 2018.
  14. Co-organisation du projet Jeunes au Parc Astérix avec les communes de L'Ile d'Olonne, de Vairé et l'association Vair'Ados - Approbation et autorisation de signature.
  15. Exposition de Denis Pondruel à l'Anse aux Moines - Demande d'autorisation d'occupation temporaire du Domaine Public Maritime de l'état sans objet commercial.
  16. Locaux à destination de l'Outil en Main - Ferme des Plesses - Avenant n°1 à la convention - Approbation et autorisation de signature.
  17. Élection d'un nouveau conseiller communautaire suite à une vacance de poste.
  18. Renouvellement de la composition des commissions municipales suite à une vacance de siège.
  19. Modalités de mise à disposition de salles municipales en cas de travaux.
  20. Adhésion de la Commune à diverses associations.
  21. Décisions Municipales - Délibération de donner acte.
  22. Question diverse de Jean-Pierre Chapalain et Mauricette Maurel pour la liste « Ensemble, Agir pour le changement » - Projet d'aménagement du Littoral à différer et confier à la Ville Nouvelle.

 

Il est rappelé que les séances du CONSEIL MUNICIPAL sont publiques.

 

(Nouvel Hôtel de Ville de CHÂTEAU D'OLONNE,

53, rue Séraphin Buton) .

Prochain Conseil Municipal :

Lundi 26 février 2018

à 20 HEURES.

 

 

Partager cet article
Repost0
18 février 2018 7 18 /02 /février /2018 22:03
L'EAU UN BIENFAIT NÉCESSAIRE À LA VIE

L'EAU UN BIENFAIT NÉCESSAIRE À LA VIE

EAU ...MERCI ? ...IL EN TOMBE MAIS IL EN FAUT ENCORE UN PEU PLUS

Que de doléances peut-on entendre avec ces journées où le soleil oublie de se lever pour laisser la place à la pluie bienfaisante !

 

Mais ces pluies sont une bénédiction...du ciel !

 

RAPPELONS QUE LA VENDÉE POUR SON APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE DÉPEND À 90 % de ses barrages, retenues artificielles qui remplies permettent de franchir le cap de l'éte ...le cap de la saison où la VENDÉE qui accueille en juillet et août 60 % des 5 millions de touristes qui choisissent la VENDÉE pour leurs vacances.

 

RAPPELONS AUSSI QUE LE PRÉFET DE LA VENDÉE RÉGULIÈREMENT PREND DES ARRÊTÉS DE RESTRICTIONS

En juin, juillet ..;le préfet prend des arrêtés de restrictions des consommations pour sauvegarder les besoins légitimes pour l'accueil des touristes mais la VENDÉE est toujours, en été et en automne , à la limite de la rupture de l’approvisionnent en eau potable. Des mesures efficaces ont été prises pour assumer l'interconnexion des réseaux et barrages et mutualiser la ressource...mais la consommation par habitant ne baisse pas et un bon et gros coup de sécheresse...et ce sera la pénurie.

 

L’AGRICULTURE INTENSIVE ET INDUSTRIELLE DÉTRUIT LA RESSOURCE EN EAU EN TOUTE IMPUNITÉ...PIRE AVEC DES SUBVENTIONS QUI SONT FINANCÉES  PAR LES PARTICULIERS

...en effet, l’agriculture non raisonnée (irrigation abusive) bénéficie d'une tolérance qu''il faudra bien un jour mettre en cause...mais cela est une autre histoire...il est plus facile de couper l'eau aux braves citoyens que d'empêcher des lobbies agricoles d'abuser d'un droit qui finit par assécher le gosier des habitants pour produire des denrées dont la qualité est contestée.

 

SITUATION AU 11 FÉVRIER 2018

Les responsables respirent...les barrages se remplissent et la grande peur de décembre 2017 s'estompe...mais la guerre n'est pas gagnée.(voir graphiques ci-dessous).

C'est donc bien qu'en ce mois de février le ciel pleure toutes les pluies qu'il peut pour remplir nos barrages vendéens.

Mais n'oublions pas que l'eau est une denrée aussi indispensable que rare ; APPRENONS À NE PAS LA GASPILLER

 

OUF...ON REVIENT DE LOIN !

OUF...ON REVIENT DE LOIN !

REMPLISSAGE À  67;4 % ...C'EST ENCORE MOYEN

REMPLISSAGE À 67;4 % ...C'EST ENCORE MOYEN

Partager cet article
Repost0
17 février 2018 6 17 /02 /février /2018 21:34
QUE RESTE-T-Il DE LA DÉMOCRATIE LOCALE ?

QUE RESTE-T-Il DE LA DÉMOCRATIE LOCALE ?

REDONNER DU SENS À LA DÉMOCRATIE LOCALE ET PARTICIPATIVE

L'Association CACO qui gère ce blog depuis plus de 10 ans est une "association citoyenne"  et comme l'article 2 de ses statuts l'indique :

L'Association a pour buts :

- de participer à la mise en valeur et à la sauvegarde du patrimoine du Pays des Olonnes non seulement sur le plan architectural et culturel mais aussi sur le plan environnemental naturel par la maîtrise de l’urbanisation, la prévention des risques, la défense des richesses locales naturelles,

- de former et informer par tous moyens légaux les citoyens sans distinction sur l’exercice de leurs droits et de leurs devoirs sur tout ce qui a trait à la vie citoyenne,

- de participer au développement d’une politique locale culturelle par la promotion d’opérations  pérennes en partenariat avec les pouvoirs publics et les associations culturelles,

- d’inciter, par tous moyens légaux, les citoyens à participer à la vie de la Cité, de les assister dans leurs démarches et de défendre leurs intérêts dans le cadre de la mission citoyenne de CACO,

- de constituer un relais entre les citoyens et les décideurs (élus, administrations…)

- de faire connaître à l'ensemble de la population ses actions, ses réflexions, prises de position et points de vue par tous moyens de communication à sa disposition.

Donc, une association indépendante, au service de tous, intermédiaire entre le citoyen et l'élu.

 

SANS UNE INFORMATION FIABLE IL N'Y A PLUS DE DÉMOCRATIE

 

L'INFORMATION DU CITOYEN NE PEUT PLUS ÊTRE CRÉDIBLE IL FAUT DONC INFORMER AUTREMENT POUR FAIRE COMPRENDRE

Il parait que c'est au sein de la commune que la démocratie se vit le mieux.

Pourtant cette vie démocratique  locale n'est pas simple et parfois pas claire.

Au niveau de la commune et de l'intercommunalité des hommes et des femmes se font élire par leurs concitoyens qui, en déposant tous les 6 ans leurs bulletins de vote, se choisissent leurs élus. Les électeurs signent en déposant leur bulletin de vote un contrat de confiance ou plus exactement donnent mandat à ceux qu'ils ont élus pour qu'ils gèrent leur collectivité...puis la rupture entre élus et électeurs citoyens se consomme. L'information objective ne circule plus et devient même parfois intoxication.

 

BULLETINS MUNICIPAUX, COMMUNAUTAIRES ...PLAIDOYER PRO DOMO DES ÉLUS

 Les nombreux bulletins municipaux, d'agglomération, du département de la Régions, les sites internet des collectivités et de leurs grands élus  ne deviennent et trop souvent ne peuvent être qu'à la gloire des élus et de leur action. C'est logique et humain mais déformant par rapport à la vérité qui est due à l'électeur citoyen.

 

LA PRESSE LOCALE : BIEN ET  OBJECTIVEMENT INFORMER, MISSION IMPOSSIBLE

Nous sommes aussi obligés de constater que la presse locale est aussi prisonnière des grands élus locaux  même si parfois elle a des velléités d'indépendance.

De plus, les journalistes n'étant pas omniscients, pour les sujets techniques qui peuvent être de très gros engagements ils ne peuvent que reproduire l’information qui leur est donnée sans avoir le temps d’investiguer.

Journaliste de la presse locale : mission quasi impossible et pourtant il y a du talent !

Les informations des oppositions qui devraient faire contre poids à celles du pouvoir local sont aussi faibles. L'élu d'opposition marginalisé, très minoritaire (en nombre d'élus) et sans moyens  ne peut faire passer régulièrement les messages de qualité d'une autre conception de la vie et des décisions municipales.

 

QUE RESTE-T-Il POUR INFORMER OBJECTIVEMENT LE CITOYEN SUR LA VIE LOCALE ? RIEN ?

La réponse est malheureusement : rien ou presque

Il reste  au citoyen :

- la possibilité d'assister aux Conseils municipaux, communautaires départementaux...trop souvent, tout est fait pour que la dite présence des citoyens soit inefficace...pas de dossier, pas de débat, une sonorisation défaillante...

- les réseaux sociaux, à conditions d'y avoir accès aisément et que les auteurs de compte-rendus, études... aient les moyens d’accès aux dossiers source : mission quasi impossible.  Là, il fait cependant louer le sens démocratique de certains maires, présidents qui osent fournir la matière première qui permettent de produire une information sérieuse.

 

BILAN : PAS D'INFORMATION FIABLE, UNE DÉMOCRATIE EN PANNE

Depuis plus de 10 ans, notre Association après avoir constaté ce vide sidéral d'information sur la vie citoyenne locale s'efforce de diffuser autre chose que la bouillie pour chat ou l’auto encensement perpétuel d'élus : informer en se documentant, en vérifiant ses sources.

Mais si ce que nous produisons est une information aussi impartiale, indépendante  que possible (l'objectivité n'est pas de ce monde)  elle n'est que partielle pour donner un éclairage sur l'ensemble de la gestion de nos collectivités.

APPEL

Nous avons donc besoin de sang neuf, de renforts, de bénévoles  afin d'être plus connus et reconnus...

A SUIVRE...

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 février 2018 4 15 /02 /février /2018 18:08
...LINKY, PARLONS EN. LE CITOYEN CLIENT DOIT-IL TOUT ACCEPTER ?

...LINKY, PARLONS EN. LE CITOYEN CLIENT DOIT-IL TOUT ACCEPTER ?

LINKY : UN COMPTEUR ÉLECTRICITÉ DONT LA POSE S'IMPOSE ?

UN DIKTAT INTOLÉRABLE

Le citoyen est taillable et corvéable à merci. Il n'a pas le droit de dire OUI ou NON par exemple au changement de son compteur d'électricité.

EDF a décidé de changer vos compteurs. Donc, même si cela vous importune, vous devez accepter ce changement et les conditions dans lesquelles il est fait.

Excusez, il ne faut pas dire EDF mais ENEDIS ex ERDF démembrement d' EDF dont l'image est ternie...et aussi histoire d'embrouiller l'ex usager (ne pas écrire "usagé", même pour les personnes âgées) qui aurait dû devenir et mériter le qualificatif de "client".

 

LA LIBERTÉ DE DIRE NON N'EXISTE PAS AVEC EDF ENEDIS

Pour différentes raisons, nombre de clients, de collectivités ne veulent pas d’installation du nouveau compteur baptisé LINKY. Il y a donc bien un problème.

 

Les motifs de refus sont principalement :

- les problèmes de santé : des personnes peuvent être allergiques aux ondes électromagnétiques qui, pour des hypersensibles, peuvent engendrer malaises, maux de tête...

- pour des problèmes de sécurité : des incendies furent ou auraient été provoqués par ces compteurs,

- problème de confidentialité et de sécurité ce compteur communiquant enregistre et transmet les informations sur votre consommation en suivi permanent même si elles ne sont transmises qu'une fois par jour (sûr ?). Cela est donc un espion installé en permanence chez vous. Qui garantira que les informations collectées resteront confidentielles et pas exploitées à des fins autres que la consommation et facturation d'électricité ?

- problème économique : qui a intérêt à cette dépense fabuleuse ? EDF et sa filiale ENEDIS.

EDF et sa filiale vont gagner de l'argent avec le nouveau compteur pourquoi ne pas faire bénéficier le client d'une baisse sur sa facture ?

La Cour des Comptes est formelle :  "un investissement de près de 5,7 Md€ courants, soit environ 130 € par compteur installé. Il est, in fine, payé par le consommateur. " La Cour des Comptes suggère des solutions pour amortir le coup et coût pour le consommateur...conseil mais pas consigne.

 

Donc le client usager est condamné : 

- à changer son compteur et supporter les risques du nouveau compteur,

- à payer un surcoût,

- à se taire.

 

OBLIGATION  "CE CHANGEMENT DE COMPTEUR EST-IL OBLIGATOIRE?"

La question est ainsi posée sur le courrier adressé aux clients

Réponse (en gras) "OUI" 

"Ce matériel imposé est mis à votre disposition et ne vous appartient pas. L’accès à chaque compteur est inscrit dans les conditions générales de vente du contrat d'électricité et le projet est encadré par la loi."...au moins c'est clair : paye et tais-toi, c'est la devise d'EDF ?

 

Donc :

1)C'est la "loi", mais d'ailleurs laquelle ? Le silence sur cette loi est éloquent. Le fait de ne pas citer le texte est cause de soupçon. Serait-ce un simple décret et non une loi ?

2)Le consommateur va payer un compteur qui ne lui appartiendra jamais.

3)Le consommateur est payeur mais a le seul droit de se taire.

3)La pose du compteur peut se faire en l'absence du client qui aurait dû être prévenu...mais ne l'est pas toujours...qui plus est EDF peut violer son domicile.

 

CONCLUSIONS

Une opération peut-être nécessaire...mais alors pourquoi certains pays refusent LINKY ?

Une obligation mais en cas de refus...la sanction pourrait-être la rupture du contrat de fourniture d'électricité...voilà le beau chantage  que propose le Service Public !

Pourquoi le client subit-il une obligation nouvelle et un SERVICE PUBLIC peut-il imposer au lieu d'utiliser le volontariat ? D'autant plus que ce volontariat couplé avec une baisse des tarifs pourrait bien marcher.

Décidément l'élève EDF mérite un zéro pointé et la révolte de ses clients. EDF pourrait ainsi apprendre à ses dépens qu'un service public est au service du public et qu'à force de se moquer des clients il risque le pire : une réaction de rejet.

Nous ajouterions que les clients n'ont pas à payer la gestion désastreuse d'EDF et de ses filiales et ne veulent pas payer les erreurs d'AREVA, des FLAMANVILLE et autres EPR, de la dette EDF...

 

Une bonne information sur

http://www.lemonde.fr/economie/video/2017/12/03/linky-pourquoi-ce-nouveau-compteur-electrique-pose-question_5223886_3234.html

 

VOUS,, CLIENTS EDF, RENSEIGNEZ-VOUS...N'ACCEPTEZ PAS TOUT ...il existe des associations de consommateurs, interrogez-les.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2018 6 10 /02 /février /2018 21:37

ROUTE LITTORALE, FERMETURE, DÉVOIEMENT

QUI PEUT ENCORE CROIRE QUE LE CONSEIL MUNICIPAL DE CHÂTEAU D'OLONNE A DONNÉ SON ACCORD EN 2014 POUR UN PROJET QUI N'EXISTAIT PAS EN 2014 ?

 

EN 2014 ; IL Y EUT UN ACCORD POUR LANCER DES ÉTUDES.

MAIS DES ÉTUDES CE N'EST PAS , PAR DÉFINITION, UN ACCORD SUR UN PROJET ...QUI ATTEND LES RÉSULTATS DES DITES ÉTUDES POUR, ULTÉRIEUREMENT, ÊTRE PRÉSENTÉ VOIRE INCORPORÉS DANS UN PROJET AU CONSEIL MUNICIPAL.

 

STOP AUX FAUSSES INFORMATIONS MISES SUR LE BULLETIN MUNICIPAL ET LE SITE DE LA MAIRIE

 

NOUVELLE MISE AU POINT DU COLLECTIF SOS ROUTE LITTORALE

sos.route.littorale@gmail.com

Pétition à votre disposition ci-dessous

 

LES SABLES D'OLONNE, CHÂTEAU D'OLONNE FERMETURE DE LA ROUTE LITTORALE

PÉTITION À VOTRE DISPOSITION

LES SABLES D'OLONNE, CHÂTEAU D'OLONNE FERMETURE DE LA ROUTE LITTORALE
LES SABLES D'OLONNE, CHÂTEAU D'OLONNE FERMETURE DE LA ROUTE LITTORALE
Partager cet article
Repost0