Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

8 septembre 2021 3 08 /09 /septembre /2021 11:29
LA JUSTICE

LA JUSTICE

 

LES MARCHÉS PUBLICS ET LA JUSTICE

 

La Cour d’Appel d’Angers vient de confirmer très partiellement le jugement qui condamnait le groupe GDE spécialisée dans le traitement des déchets.

Le délit d’escroquerie perpétré sur une grande échelle est cependant retenu et une forte amende le sanctionne.

Voilà ainsi condamné un Groupe qui a escroqué les collectivités locales donc tous les citoyens en organisant un truandage sur la pesée des déchets traités.

Si la personne morale GDE est jugée responsable, ses dirigeants, personnes physiques  qui auraient organisé voire couvert le truandage massif, eux, ne sont pas inquiétés même s’ils se sont voté et ont ont touché les dividendes pour leur gestion jugée frauduleuse.

 

L’arrêt de la Cour d’Appel nous donc interpelle dans sa mansuétude. Prend-il réellement en considération le préjudice subi par tous les foyers de citoyens victimes et la moralisation de la vie publique ? On en retient que les faits sont avérés puisqu’il y a eu condamnation après une lourde instruction.

Mais cet arrêt nous interroge sur les plans de la justice, de l’équité et de la morale  :

Il y a eu des marchés publics signés et une affaire qui a fait grand bruit. Chacun sait que les élus et les collectivités qui signent des marchés publics ont une compétence limitée...ils peuvent aisément être roulés dans la farine par les entreprises avec lesquelles ils travaillent, ils peuvent même parfois être complices de fraudes sur ces marchés publics.

Ce n’est pas avec une telle décision de justice que seront redressées la moralisation et le respect de la passation et de l’exécution des marchés publics.

Ce n’est pas ainsi que les élus seront incités à plus de vigilance lors de la passation des marchés publics.

 

QUI VOLE UN ŒUF EST CONDAMNÉ, QUI VOLE UN BŒUF EST...

 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2021 4 02 /09 /septembre /2021 21:09
LA DROGUE POISON DE NOTRE SOCIÉTÉ

 

LA DROGUE N’EST PLUS UN PHÉNOMÈNE MARGINAL

 

Remercions le Président de la République d’avoir, aujourd'hui, relancé pour la France le débat sur la drogue et espérons sans trop d'illusions que ce ne soit pas qu’un feu follet.

 

LES CHIFFRES DE L'OBSERVATOIRE FRANÇAIS DES DROGUES ET DES TOXICOMANIES :

 

Marché du trafic : 4 milliards d’euros

Coût social : 8,8 milliards d’euros

Usagers habituels du cannabis : 1,5 million

Usagers problématiques : 350 000

 

Ajoutons ce chiffre du jour : participants au trafic : 250 000 trafiquants !

 

Il n'y a pas de drogues douces, pas de drogues innocentes.

Partout où la drogue s'installe, c'est la société qui recule. La drogue pourrit tout.

Découvrez ce qui vit Marseille !

https://www.youtube.com/watch?v=AYwokUhx6mA

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2021 3 01 /09 /septembre /2021 21:10
L'ÉLYSÉE : LE TEMPLE OÙ DEVRAIT  PROSPÉRER L'AUTORITÉ DE L'ÉTAT

L'ÉLYSÉE : LE TEMPLE OÙ DEVRAIT PROSPÉRER L'AUTORITÉ DE L'ÉTAT

 

RESTAURER L'AUTORITÉ DE L'ÉTAT

 

LES COMPÉTENCES RÉGALIENNES DE L’ÉTAT MALMENÉES

Suite de

https://www.olonnes.com/2021/08/les-causes-de-l-impuissance-de-l-etat-et-de-son-rejet-par-le-peuple.html

 

L’ÉTAT est doté de super pouvoirs pour gérer des secteurs essentiels de la vie de ses citoyens dont celui de la sécurité des citoyens au sens large.

Le chef de l’État, Le Président de la République, « chef de l’État », comme son nom l’indique, est le grand ordonnateur et coordinateur des décisions qui concernent l’État.

Il est, de par la Constitution, le chef de l’exécutif bicéphale composé du Président de la République et du Premier Ministre et de « son » gouvernement. Il a des pouvoirs exorbitants dans ces domaines de compétence essentiels mais restreints en nombre que sont les compétences régaliennes : sécurité intérieure et extérieure du pays, justice, police, armées, diplomatie...et celui des finances avec le privilège de "battre monnaie".

Contrairement à ce qu’on veut nous faire croire : l’éducation, la santé, l’économie...ne sont pas des blocs de compétences régaliennes. Ces compétences sont, en effet, partagées avec le pouvoir législatif, avec les collectivités locales et autres institutions y compris des institutions à caractères privés. Elles sont secondaires...

Le pays vit donc maintenant avec un équilibre complexe et précaire de partage des pouvoirs et de compétences entre l’État et ses « partenaires » : chacun cherchant à élargir ou préserver ses compétences et prérogatives. C’est une forme d’anarchie où gouverner c’est se disperser pour tout faire donc à ne rien réussir.

 

IL Y A UNE CRISE DE L’ÉTAT QUI N’EXERCE MÊME PLUS SES FONCTIONS RÉGALIENNES DE MANIÈRE SATISFAISANTE MAIS IL VEUT S’OCCUPER DE TOUT.

TROP D’ÉTAT A TUÉ L’ÉTAT

Il est devenu banal de constater que la Justice est malade, la Police est au désarroi, les Finances Publiques sont mal gérées, la diplomatie est une nébuleuse déconnectée du pays réel, les armées n’ont plus le moral ni les moyens des missions qui lui sont assignées et s’interroge : où va la France ?...Donc, ce sont les fonctions régaliennes de l’État qui sont abandonnées à leur triste sort. Et c’est l’autorité de l’État qui sombre, s’occupant plus de la gestion de l’accessoire que de l’essentiel que sont ses fonctions régaliennes.

Incapable de gérer ses fonctions régaliennes, l’ÉTAT, formule 2021, et son chef se réfugient dans l’exercice tous azimuts de compétences conjoncturelles. Ils se mêlent de tout. Ils s’éparpillent et les échecs comme ceux de la réforme des retraites, du référendum sur le climat, de la gestion de la crise sanitaire, des secteurs de non-droit...déconsidèrent chaque jour plus l’Autorité de l’État. Qui trop embrasse mal étreint !

Le chef de l’État noyé dans les détails du quotidien voulant tout régenter ne peut tout maîtriser et ses échecs lui font perdre sa crédibilité, son Aura.

Mais ce n’est pas un homme qui perd sa crédibilité qui est grave mais c’est le fait que le pays ait perdu son chef et affaibli voire tué l’autorité de l’État.

Mais l’État c’est nous ! Il faut donc que les citoyens imposent la restauration de l’Autorité de l’État et que le peuple français prenne conscience de cette situation et se réapproprie le pouvoir, qu’il impose le retour aux fondamentaux de la Constitution et rétablisse l’Autorité de l’État.

La France actuelle étant ingouvernable, il faudra donc que le peuple désigne en 2022 celui qui osera imposer la Sagesse d’un État dont l’Autorité sera restaurée et respectée en exerçant son pouvoir régalien sur quasiment les seules compétences régaliennes !

 

CE SERA AUSSI LA GARANTIE QUE LES CITOYENS FRANÇAIS CONSENTENT À ACCEPTER LES RÈGLES COMMUNES DE LA RÉPUBLIQUE QUI REFONDERONT L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT ET LA COHÉSION SOCIALE.

 

 
Partager cet article
Repost0
9 août 2021 1 09 /08 /août /2021 16:32
LES RAISINS DE LA COLÈRE

LES RAISINS DE LA COLÈRE

 

POURQUOI LES "RAISINS DE LA COLÈRE" ?

 

Parce qu'il y a la colère au fond de nous.

Parce qu'il y a dans cette œuvre " les raisins de la colère" beaucoup de personnages qui souffrent, qui savent donner aux autres...beaucoup d'humanité aussi !

Nous dédions ces raisins encore amers à tous ceux qui ont une part de responsabilité dans le drame de trop que nous vivons aujourd'hui après tant d'autres dont celui du père HAMEL, celui des moines de TIBHIRINE...

Nous ne voulons pas entendre des mots de compassion qui sonneront faux et qui n'auront aucune  de signification : trop de laxisme, trop de négligences, trop d'irresponsabilités...c'est trop et cela nous met la rage au cœur. Chez nous, il n'y a pas de place pour une idée de vengeance mais beaucoup de place pour vouloir comprendre comment la France est devenue une terre de lâcheté, d'irresponsabilités, une terre d'abandon de ses vertus, de ses croyances, de ses valeurs.

Ce n'est pas le bras du meurtrier que nous condamnons mais tous ceux qui, d'une manière ou d'une autre, ont pu l'armer dans un contexte où sévit même parmi nos compatriotes le droit de tuer tous les "infidèles" que nous sommes. 

Mais surtout nous accusons nos déviances, nos faiblesses et nos  lâchetés...

Olivier Maire n'aurait pas eu la faiblesse de refuser d'accueillir celui qui devait le tuer.

 

Il faut simplement espérer que le Père Olivier MAIRE ne sera pas mort pour rien : quel exemple d'incarnation de la Charité !

OLIVIER MAIRE, PRÊTRE MONFORTAIN, SAINT LAURENT SUR SÈVRE

OLIVIER MAIRE, PRÊTRE MONFORTAIN, SAINT LAURENT SUR SÈVRE

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2021 2 27 /07 /juillet /2021 18:05
LES SAGES DU PALAIS ROYAL PROTÉGENT LES CITOYENS FACE À UN POUVOIR QUI DÉRAPE

LES SAGES DU PALAIS ROYAL PROTÉGENT LES CITOYENS FACE À UN POUVOIR QUI DÉRAPE

 

À S'ENTÉTER À VOULOIR LÉGIFÉRER N'IMPORTE COMMENT AVEC UN PARLEMENT IRRESPONSABLE, LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ET SON GOUVERNEMENT PERDENT TOUTE CRÉDIBILITÉ

 

Encore une sanction...Conseil d'État, Conseil Constitutionnel avec une fréquence étonnante sanctionnent les lois mal ficelées imposées au Parlement par la chef de l'État et "son" gouvernement : une honte et un affront au régime parlementaire tel qu'il est vu sous ce quinquennat.

 

Par un arrêté daté du 26 juillet 2021, le Conseil d’État a décidé d'annuler partiellement la réglementation supposée encadrer les conditions d'utilisation des pesticides à proximité des habitations.

 

Publiée le 27 décembre 2019 durant la trêve des confiseurs, cette réglementation a été contestée très rapidement par Agir pour l'Environnement qui publie ce communiqué.

 

Le Conseil d'Etat a enjoint le gouvernement à revoir sa copie sous six mois. La réglementation incriminée n'imposait pas l'information préalable des riverains, ne prévoyait pas de distances de sécurité suffisantes pour les produits classés comme suspectés d'être cancérigènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction.

 

Au gré des dérogations permises par le gouvernement, le décret et l'arrêté partiellement annulés par le Conseil d’État permettaient l'épandage de pesticides à 3 mètres à peine des lieux de vie !

 

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2021 3 21 /07 /juillet /2021 21:07
LINKY : UN MAUVAIS COUP QUE NOMBRE DE FRANÇAIS NE DIGÈRENT PAS

LINKY : UN MAUVAIS COUP QUE NOMBRE DE FRANÇAIS NE DIGÈRENT PAS

L’ÉTAT, EDF ET ENEDIS SE SONT-ILS COMPORTÉS COMME DES ESCROCS ?

APPEL À UN GESTE RÉPARATEUR

 

Voir nos articles dont celui de 2018 :

https://www.olonnes.com/2018/10/linky-35-millions-de-compteurs-imposes-aux-fran.html

L’ANNONCE EST FAITE, VOUS TOUS, « Chers » CONSOMMATEURS D’ÉLECTRICITÉ ALLEZ DEVOIR PAYER LE COMPTEUR LINKY QU’ON VOUS A IMPOSÉ

C’est l’archétype de la « vente forcée » ainsi définie par le législateur : c’est le fait de recevoir un bien ou un service sans en avoir émis le souhait qui constitue une vente forcée. Cette pratique commerciale déloyale est interdite : le vendeur qui commet une vente forcée doit être sanctionné...c’est la loi :

https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Consommation/Electricite-gaz-naturel/Pratiques-commerciales-deloyales

Il n’y a que les millions de gogos que nous sommes qui pouvaient croire que le compteur EDF dit LINKY ne serait pas un jour ou l’autre « facturé » au client : Pourtant « Promis ! juré... » même des ministres continuent à vouloir berner les consommateurs.

Ainsi, la ministre déléguée à la Transition Écologique Emmanuelle WARGON a encore osé affirmer que "les consommateurs ne paieront pas plus au titre de Linky [...] Ils ne paieront pas un coût supplémentaire dû à Linky", alors qu'elle était interpellée sur la question à l'Assemblée nationale. En politique, on a donc le droit de mentir même à la Représentation Nationale !

L’obligation d’accepter la dépose du compteur existant et la pose d’un LINKY serait légalement justifiée par une directive européenne. Un mensonge de plus...la commission européenne a dû émettre un démenti.

http://refus.linky.gazpar.free.fr/Linky-Courrier-Commission-Eur.pdf

 

DES CONTRATS ENEDIS PRÉVOYAIENT DÈS 2018 LE CHANGEMENT OBLIGATOIRE DE COMPTEUR ET LE CLIENT ROULÉ DANS LA FARINE

On est en droit de se demander pourquoi il faut envoyer à la casse 38 millions de compteurs en état de  marche?

Il y a une seule raison presque admissible : qu’ÉNÉDIS puisse améliorer sa gestion et obtenir des gains de productivité (plus de relevé par passage chez le client, adaptation du réseau de distribution...).

Deuxième argument : la possibilité pour le particulier client de gérer sa consommation d’énergie. Mais qui sait comment fonctionne LINKY ? Qui sait comment surveiller son compteur et prendre les bonnes décisions...Il n’y a pas de service après-vente...ou si peu ! C'est le défaut de conseil du vendeur lui aussi régulièrement sanctionné pénalement !

 

QUI DOIT PAYER LINKY...PAS LE CLIENT QUI NE SERA JAMAIS PROPRIÉTAIRE D'UN COMPTEUR QU'IL A PAYÉ !

C’est donc bien au « vendeur ENEDIS-EDF » de prendre en charge un compteur dont il est et demeurera le propriétaire !

Là, c’est le summum de l’escroquerie : le vendeur fait payer une marchandise à un client « acheteur » « qui n’a pas consenti à l’achat et qui ne deviendra jamais le propriétaire de l’objet vendu ! »

Les 5,8 milliards d'euros correspondent à 10 ans de facturation du compteur. Nous savons par expérience qu'un compteur d'eau, d’électricité, de gaz a une durée de vie qui va, voire dépasse, les 30 ans. Donc, l'escroquerie pourra se poursuivre et donc dépasser les 5,8 milliards d'euros !

Bravo, seul l’État actionnaire majoritaire et EDF ENEDIS pouvaient agir ainsi en toute impunité. Nous avons montré dans notre précédent article

https://www.olonnes.com/2021/07/l-electricite-encore-un-grand-service-public.html

que les erreurs de gestion d'EDF mette l'institution en péril mais ce n'est pas une raison pour escroquer les clients d'EDF...nous tous !

Dès 2018, nous avons découvert que, dans les contrats des nouveaux abonnés, il était bien prévu de faire payer la « location » de ce compteur et l’obligation pour le « client dit usager » particulier d’accepter le retrait du compteur ancien et son remplacement par un compteur communicant, intelligent ( ?).

D’abord, rappelons que pour un Service Public, le « client » n’est pas un usager ! taillable et corvéable à merci !

Nous avons constaté de nombreuses plaintes pour « vente forcée » avec du chantage du type ...si vous refusez en cas de panne vous ne serez pas garanti d’un dépannage !....c'est une notion très spéciale de la continuité du service public et du droit d’accès à l'électricité.

 

ENEDIS, la filiale d'EDF, affirme fermement et écrit aux clients que, lors du remplacement du compteur existant , « ni le compteur, ni sa pose ne seront facturés au client ».

La Cour des Comptes a expliqué le mécanisme scandaleux du financement de LINKY dans son rapport publié en février 2018...tout y est écrit et cela n’a jamais été mis en cause :

https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/2018-01/07-compteurs-communicants-Linky-Tome-1.pdf

 

L'électricité demeurant de par la loi un service public "délégué" à EDF, comment les français peuvent-ils dans ces conditions admettre le comportement de l'État et d'EDF  ? Ce n'est pas ainsi que l'État regagnera la confiance de ses citoyens. C'est donc un appel que nous lançons à nos dirigeants : expliquez-nous et proposez aux français "prisonniers" de leur Service Public une autre solution pour financer LINKY quoi qu'il en coûte.

Serons-nous entendus ?

 

LE COMPTEUR NOMMÉ LINKY D’EDF ENEDIS, SERA-T-IL UNE DES PLUS BELLES ESCROQUERIES DU SIÈCLE : 5,8 MILLIARDS D’EUROS ?
Partager cet article
Repost0
7 juillet 2021 3 07 /07 /juillet /2021 21:32
INSÉCURITÉ AUX SABLES D’OLONNE

 

 

LE MAIRE VEUT RÉTABLIR L’ORDRE PUBLIC AUX SABLES D’OLONNE

 

Suite de

https://www.olonnes.com/2021/07/conseil-municipal-des-sables-d-olonne-du-lundi-5-juillet-2021-la-securite-une-invitee-qui-fut-presque-une-surprise.html

 

Où est-il donc le bon temps de la liberté de circulation entre les animations sur le remblai aux Sables d’Olonne ? Les jeunes sablais et estivants déambulaient le soir tranquillement sur le remblai et sur la plage sans encourir le risque d’être importunés, détroussés ou priés d’aller voir ailleurs.

 

En ville, petit à petit se sont installées des zones de non-droit où les trafics de drogues ne sont même plus clandestins et à partir de 0 heure il vaut mieux rentrer chez soi et obliger les jeunes à réintégrer le foyer familial : une autre forme de couvre-feu !

 

Le maire Yannick MOREAU a osé au cours du Conseil Municipal de ce lundi faire un état des lieux non seulement lors du débat sur la motion à adresser au Ministre de l’Intérieur pour obtenir avec un certain succès, immédiatement, des renforts de police mais en plus de mettre les points sur les i lors du débat sur la construction d’un Hôtel de Police.

 

CONSTAT DE L’INSÉCURITÉ QUI S’INSTALLE DANS LA VILLE DES SABLES ET PLAN D’ACTIONS

 

Le maire fait ce terrible constat « Dans tous les quartiers de la Ville, la situation se dégrade ». Il reprend les grandes de lignes de l’action municipale : « on agit, on investit ». :

 

  • Création d’un Hôtel de Police,
  • Renforcement des effectifs et des moyens de la Police Municipale,
  • Renforcement du partenariat Police Nationale-Police Municipale
  • Nouvelles caméras de video-protection...

 

« On n’est pas au bout de nos investissements »,..« Il faut endiguer la vague d’insécurité croissante qui s’abat sur la ville des Sables d 'Olonne, sur les Sablaises et sur les Sablais. »

 

« Sans sécurité, il n’y a pas de liberté, pas de commerce, pas de qualité de vie ...la Ville des Sables d’Olonne n’a pas vocation à accueillir tous les trafiquants des banlieues des métropoles de l’Ouest de la France...il faut se donner les moyens de lutter contre ce tourisme narcotique. »

 

« Il faut rétablir l’ordre public. »

 

IL FAUDRA PASSER DES VŒUX À L’ACTION CONCRÈTE ET EFFICACE

 

Ce ne sera pas chose aisée car pour obtenir des résultats, le Maire des Sables d’Olonne se trouve face à des contraintes financières et réglementaires. Il n’est pas le seul maître à bord. Il est sous la dépendance du Préfet. Il doit assumer un héritage où le laisser-aller a lentement et sûrement pourri le terrain.

En effet, dans certaines communes, comme les Sables d'Olonne, la police est étatisée (art. L 2214-1 et suivants du Code Général des Collectivités locales CGCT ) et une partie des compétences du maire est ainsi exercée par le préfet à qui il revient de prévenir les troubles importants à la tranquillité publique. Cela n'empêche pas le maire d'être responsable de la sécurité de ses concitoyens. C’est cela la France décentralisée !

Ce partage de compétences est le début dune des explications du foutoir que les sablais doivent endurer...il faudrait qu'eux aussi se remuent un peu...à quand une marche pour le défense de la sécurité en ville, une remontée des informations aux élus ?...tout en sachant que toute action publique, médiatisée aura une influence néfaste sur l'image de marque des Sables d'Olonne "ville tranquille" !

 

La sécurité pour tous est une priorité. Elle demande une réelle mobilisation citoyenne, une Justice et des Polices nationale et municipale bien dotées, visibles, dissuasives.

 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2021 2 15 /06 /juin /2021 18:17
JUSTICE MALADE, JUSTICE À GUÉRIR : L’AFFAIRE HALIMI

 

LA JUSTICE HUMAINE N’EST PAS UNE SCIENCE EXACTE : LAISSONS AUX JUGES LE DEVOIR ET LA LIBERTÉ DE JUGER

Aucune affaire judiciaire n’est simple, aucune affaire ne ressemble à une autre, aucun jugement ou arrêt même ceux de la Cour suprême dite Cour de Cassation n’est parfait...ainsi va la justice des hommes.

Nous venons de vivre le cauchemar d'une décision de cette Cour de Cassation qui se termine en procès fait à notre Justice.

CE NE SONT NI LES MÉDIAS NI LES HOMMES POLITIQUES NI L’HOMME DE LA RUE QUI JUGENT

Vous pouvez prendre connaissance du jugement que nombre d’incompétents, juges de comptoir, se permettent de critiquer : https://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/chambre_criminelle_578/404_14_46872.html

affaire Sarah HALIMI, dame de confession juive pratiquante orthodoxe, assassinée de manière atroce par son voisin Kobili TRAORÉ, jugé irresponsable de ses actes car sous l'emprise du cannabis et lui-même personnage fragile.

Nous ne rejoindrons pas la meute pour hurler avec les loups. Nous ne nous permettrons pas de condamner verbalement ou par écrit les juges qui ont pris, en leur âme et conscience, cette grave décision fondée indubitablement sur le droit français (parcourez donc le texte ci-dessus référencé), sur des expertises et contre-expertises, sur de longues instructions à charge et à décharge...

RENDRE LA JUSTICE C’EST DIRE LE DROIT, RIEN QUE LE DROIT, PROTECTEUR DE NOS LIBERTÉS

Jusqu’à preuve du contraire un pays dit civilisé dit démocratique comme doit l’être la France a un arsenal de règles établies par la constitution du pays voire aussi par le droit international, par la loi, par des règlements qui font que les décisions des juges sont sur-encadrées.

Cet arsenal protège les juges et les citoyens. Les dérapages comme celui du procès d’OUTREAU sont l’exception regrettable qui prouve que le juge, sous la pression des médias, parfois trop seul, est faillible : il représente la justice humaine.

Rendre la Justice est une responsabilité que la constitution et les lois confient aux 9.000 juges français. Certes, la Justice en France est pauvre, très pauvre. Elle a besoin de plus de sérénité, d'une plus grande indépendance, d’hommes et de femmes respectables, formés et respectés et non donnés en pâture au peuple démagogiquement par des médias imprudents voire incompétents et pire par des élus du peuple.

Les médias, les hommes politiques, l’homme de la rue peuvent, au nom de la liberté d'expression,  sous le coup de l’émotion, émettre des opinions sur la décision prononcée dans l’affaire citée même si ces opinions sont faites d'approximations.

Mais avant de « juger les juges » de notre pays, regardons autour de nous ce qu’on ose appeler la Justice dans le monde : justice aux ordres du pouvoir, justice vénale, justice fantoche...

La Justice en France, comme toute institution, est certes perfectible. Elle a des serviteurs, nos magistrats, le personnel des juridictions et le personnel pénitentiaire, les auxiliaires de justice dont la valeur et le dévouement sont exemplaires...ne cassons pas un modèle perfectible. Il faut tous savoir garder raison y compris au niveau le plus élevé de l’État. L’Exécutif représenté par le Chef de l'État et "son" gouvernement n’ont pas à s’ingérer dans le domaine du Judiciaire : c'est la sacrosainte séparation des pouvoirs, protectrice des libertés.

Partager cet article
Repost0