Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 22:19

 

DSC04461

 

La loi BESSON concernant les gens du voyage a fixé les règles du jeu : elles sont claires mais restent souvent lettre mortes.

Pour s’en rendre compte il suffit de reprendre les propos de Jean-Yves BURNAUD maire de Château d’Olonne et de son adjoint (qui ne semblaient pas bien connaître la loi) :

« La loi ne donne pas aux communes les moyens nécessaires pour faire assumer aux gens du voyage contrevenants les charges liées à ces occupations illégales »

« Il est facile d’écrire sur le sujet mais beaucoup moins d’aller se frotter à ces personnes et tenter de s’interposer à ce qu’ils ont décidé de faire. Arrêtez de faire croire que des solutions toutes faites existent »…si, les solutions existent : ELLES SONT DANS LA LOI ! et si celle-ci est imparfaite aux élus de l'améliorer..sans attendre l'an prochain et son nouveau cortège de difficultés.

Voilà un exemple de l’abdication d’un maire…quant au représentant du Préfet…il a simplement répondu « vous n’allez pas imaginer que le préfet va envoyer les CRS ! »…deuxième abdication face à un trouble réel à l’ordre public et pourtant la loi existe et force doit rester à la loi !

Dommage : la situation pourrit, les gens du voyage deviennent une minorité honnie qui fait peur, la situation est exploitée politiquement alors qu’il s’agit d’un problème humain, les gens du voyage qui respectent les règles sont eux-mêmes marginalisés. Résultat catastrophique.

D’où les polémiques actuelles ESTROSI, VALLS, le député maire de GUERANDE démissionnaire, SAINT HERBLAIN, QUIMPER…CHÂTEAU d’OLONNE

Au maire des communes de plus de 5.000 habitants l’obligation de prévoir une ou des aires d’accueil permanente et celle d’organiser les grands rassemblements.

Au Préfet de gérer ces grands rassemblements et assumer le schéma départemental  et la coordination tout en assurant le respect de la loi y compris par l’usage de la force,

Aux gens du voyage l’obligation d’aviser les départements de leur venue pour les grands rassemblements, de faire viser leur livret spécial de circulation tous les 3 mois, l’interdiction de stationner hors des aires prévues à cet effet, la signature d’une convention qui prévoit les modalités et coûts à payer par famille pour le stationnement (eau, électricité, nettoyage, enlèvement des déchets de toutes sortes…)

Or que constate-t-on. ?

Nombre de maires n’ont pas rempli leurs obligations légales (ce qui n’est plus le cas depuis juin dernier à Château d’Olonne sauf pour ce qui concerne la qualité de l’aire d’accueil des grands rassemblements),

Les Préfets ne font pas respecter la loi parfois en se basant sur le fait que le maire n’a pas respecté lui-même la loi,

Les gens du voyage ou au moins certains d’entre eux ne respectent pas leurs obligations sûrs d’une certaine impunité. En effet, ils connaissent les faiblesses de la loi, les hésitations préfectorales, les lenteurs d’exécution des décisions d’expulsion…et ils partent souvent sans acquitter leurs engagements concernant le nettoyage des lieux et leurs droits de stationnement et autres frais.

Il ne faut pas oublier qu’un maire arguant du trouble à l'ordre public que crée un rassemblement peut enjoindre au Préfet de faire expulser justement les fauteurs de troubles.

LISEZ ATTENTIVEMENT

En vertu de l’article 9 de la loi du 5 juillet 2000, dès lors qu’une commune remplit les obligations qui lui incombent, son maire peut, par arrêté, interdire en dehors des aires d’accueil aménagées le stationnement sur le territoire de la commune des résidences mobiles mentionnées à l’article 1er de la loi.

Le II de l’article 9 prévoit qu’en cas de stationnement effectué en violation de l’arrêté prévu au I, le maire, le propriétaire ou le titulaire du droit d’usage du terrain occupé peut demander au préfet de mettre en demeure les occupants de quitter les lieux.

La mise en demeure ne peut intervenir que si le stationnement est de nature à porter atteinte à la salubrité, la sécurité ou la tranquillité publiques.

Elle est assortie d’un délai d’exécution qui ne peut être inférieur à 24 heures.

Lorsque la mise en demeure de quitter les lieux n’a pas été suivie d’effets dans le délai fixé et n’a pas fait l’objet d’un recours, le préfet peut procéder à l’évacuation forcée des résidences mobiles, sauf opposition du propriétaire ou du titulaire du droit d’usage du terrain dans le délai fixé pour l'exécution de la mise en demeure.

Un maire en règle avec la loi, un Préfet saisi dès l’arrivée des gens du voyage sur un site interdit imposent au dit Préfet de recourir à la force pour faire cesser le trouble réel à l’ordre public.

Face à la défaillance du Maire, à l’inertie du Préfet les habitants subiront le trouble à l’ordre et à la salubrité de 8 à 10 jours et payeront à la fin le coût des dégradations, des factures d’électricité et eau, l’enlèvement des ordures ménagères…

La suite en images

 

 

 Branchement électricité...mais qui payera la facture ?...des "bénéficiaires" ne l'ont pas réglée 

 

cimetière 2011 DSC04462

 

 

 

 Chemin de randonnée trés fréquenté : Que cachent ces papiers...l'odeur vous en dira plus !

031

 

La benne déborde...

 

DSC09562

 

 

 

 Nouveau rassemblement 15 juillet 2013...sur un terrain privé ! à 150 mètres du terrain prévu à cet effet...à leur arrivée...pas de police nationale ni municipale

DSC09563

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 15:16

  Unis, mais jamais assez nombreux...cette fois, pour les absents non excusés, il n'y avait pas effectivement l'excuse des caprices météorologiques qui ont assombri les précédentes manifestations du 14 juillet des années passées. Quel ciel bleu et quel soleil généreux  !...envoyez les couleurs...le bleu bien sûr, le blanc et le rouge aussi...in memoriam.

 

DSC09530

 

  Puissent ces colombes annoncer la paix dans le monde au moins  un répit dans ces conflits qui sont le fruit de la folie humaine, de l'incompréhension entre les hommes et de la soif du pouvoir personnel. 

 DSC09534

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 14:53

03437.jpg

 

POURQUOI LE PROJET EST UNE ERREUR IMPARDONNABLE?

 

L’OPPOSITION CAP VRAI N’A JAMAIS VOTÉ EN FAVEUR DE CE PROJET. Il N’Y A DONC JAMAIS EU D’UNANIMITE DES ELUS SUR CE DOSSIER

D’abord remettons les choses à leur place : le bulletin municipal CASTEL INFO étant devenu un bulletin de propagande il permet au Maire, pour défendre ses projets, d’énoncer de graves contre-vérités.

Ainsi, dans le bulletin municipal de juillet 2013 : « un projet d’unanimité » : Ce titre qui ferait croire que tous les élus sont d’accord est une tromperie.

L’opposition CAP VRAI refuse de s’associer à toute décision sur ce projet dès sa présentation pour les raisons suivantes :

Le projet a été monté par un groupe de travail où l’opposition CAP VRAI n’était pas représentée. En réplique, l’opposition n’a pas eu d’autre choix que de décider de refuser toute participation,

L’absence répétée des représentants du personnel municipal à la présentation des projets n’a fait que conforter cette décision.

À CELA S’AJOUTENT TOUS LES ARGUMENTS FORTS QUI VONT A L’ENCONTRE DU PROJET

Les études en cours(encore des études !) commandées par la municipalité sur la requalification du Centre-Ville n’intègrent pas ce projet…Pourquoi ? il est certain que les professionnels qui ont travaillé à la REQUALIFICATION du CENTRE VILLE et aux études précédentes auraient intégré le projet de construction d’une nouvelle mairie. S’ils ne l’ont pas fait, c’est qu’on ne leur a pas dit. L’office de tourisme réfugié dans un coin introuvable pour les touristes, aurait aussi mérité une place dans la requalification du centre-ville  ; comme la salle PLISSONNEAU rénové à prix d’or aurait pu être une maison polyvalente attractive, lieu convivial ouvert à tous. Oui, cela aurait permis d’avancer vers la construction d’un vrai centre-ville

2014 : date limite pour répondre à l’obligation pour les communes appartenant à une communauté de communes d’établir un plan de mutualisation de leurs  moyens…comme aujourd'hui on ne sait pas ce qui sera mutualisé, comment peut-on évaluer les besoins d’une nouvelle mairie, comment peut-on arrêter un plan et des travaux qui ne correspondront pas aux nouveaux besoins de la Mairie?

Des transferts de compétences des communes vers les groupements de communes sont annoncés par le Gouvernement, en matière d’urbanisme notamment. Ces transferts de compétences comme l’évolution des méthodes de travail, devraient logiquement s’accompagner de redéploiements des espaces de travail administratifs qui peuvent être mis à profit pour améliorer les conditions de travail des agents.

Comme on le constate déjà dans d’autres communes, des démarches administratives peuvent être effectuées par internet sans nécessiter le déplacement des citoyens.

Les prévisions démographiques remettent en cause la répartition de bâtiments communaux, comme les écoles.

Le projet de construction n’intègre pas ces évolutions. Pire: un bâtiment de 1.500 m² sera construit en remplacement de l’ancien qui fait 1.200 m².

Autrement dit, la municipalité engage une dépense de 4.6 millions d’euro, pour gagner 300 m² de bureaux- qui ne seront sans doute plus nécessaires au même endroit.

  

On est dans l’irrationnel le plus total et ce durant une période de crise. La même municipalité refuse une subvention décente à des associations méritantes et engloutit ainsi 4.6 millions d’euros…c’est vrai qu’avec cette méthode de gestion elle peut se targuer d’avoir « DEPENSE » 50 millions durant cette mandature ! Mais dépenser comment ? On nage dans l’incohérence et le gaspillage.

2014 : élections municipales : il aurait été opportun de remettre le dossier dans les mains de la nouvelle équipe et non d’imposer à cette nouvelle équipe un projet mal ficelé.

  

La population n’aura pas été consultée sur cet investissement…comme elle n’a pas été consultée sur la fusion ; ce sont les limites criantes de la démocratie locale avec la municipalité actuelle de Château d’Olonne qui refuse d’anticiper l’évolution des besoins, d’avoir une réflexion globale sur les projets comme celui-ci dit du Centre-Ville

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 11:00

 

Nous avons une réponse indirecte à notre article : CHATEAU D'OLONNE encore et toujours la voirie

dans OUEST France de ce jour 11 juillet 2013 : « AVENUE DE TALMONT , le calendrier est respecté »…le problème que nous soulevions n’est pas là.

L’article d'OUEST FRANCE ne peut donc qu’abuser le lecteur  mais ne trompe pas les commerçants, les deux-roues, les professionnels…la gêne se poursuit et aurait pu être limitée. L’information communiquée à la presse n’abuse que les journalistes qui n’ont pu vérifier sur place !

 

DSC09168OUI les travaux sont programmés de septembre 2012 à juin 2014 !

 

 

 004  Devant GEANT CASINO où passent les cyclistes et les  piétons ?

 

 

Le reproche, l’erreur de conception  : 19 mois de travaux….19 mois pendant lesquels, durant des semaines, le chantier a été abandonné au lieu d’avancer pour être quasiment achevé en juin 2014 et limiter la gêne et les dangers d'accident durant la saison 2014.

Quel est l’auteur de cette programmation de 19 mois ridicule comme le furent celle du Centre-Ville, celle de la rue Georges Clemenceau ?...et comme l’est aussi celle du Petit Paris : le Maire et ses adjoints sont les responsables et ils  persistent, malgré les doléances des castelolonnais, à programmer des travaux sur une durée totalement anormale.

Le Maire et son adjoint  mettent en cause l’opposition CAP VRAI qui ne fait que rapporter les doléances des castelolonnais mais ne se remet pas en cause : c’est dommage et dommageable aux riverains, commerçants, utilisateurs…et aux fnances locales. L'opposition n'est pas responsable des erreurs répétées de la majorité qu'elle dénonce.

 

 

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 22:45

 

 011

 

 

                                  RENDEZ-VOUS CULTUREL RATE A CHATEAU D'OLONNE

Les contours des compétences culturelles avec en face les moyens techniques, financiers et humains mis en place sont difficiles à cerner notamment dans notre commune de Château d' Olonne.

Ceux qui, par un heureux hasard, ce dimanche 7 juillet 2013, sont passés Place des Acacias à la Pironnière ont pu assister à une belle animation donnée dans le cadre du jumelage du Pays des Olonnes par les jeunes de Worthing.

Tous ces jeunes ont donné le meilleur d'eux-mêmes pour essayer de faire passer les messages qu'une telle manifestation peut nous apporter. Le but est de créer des liens, d'amitié, d'échange, de partage avec les habitants.

J'imagine leur déception devant un auditoire aussi clairsemé. Pourtant la manifestation était bien programmée. http://www.jumelagepaysdesolonnes-worthing.fr/

 

Que s'est-il passé à Château d' Olonne?

Le rendez-vous fut raté, car aucune communication n'a été faite par la Mairie. Pourtant la mairie était au courant, car les services techniques et de sécurité ont apporté leur concours.

Le seul élu de la majorité présent étant l'adjoint à la culture.

Peut-être pourra-t-il nous apporter une explication sur son isolement et sur le dysfonctionnement de son service?

Daniel TESSIER

Conseiller Municipal de Château d’Olonne

 

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 09:43

 

 

03437.jpg

 

Suite du Conseil Municpal du 25 juin 2013

 

ETONNEMENTS DANS LA REPARTITION NOUVELLE DES RESPONSABILITES AU SEIN DU CONSEIL MUNICIPAL : des adjoints au maire privés du droit de s’exprimer même dans leur domaine où ils ont délégation du maire!

 

Premier étonnement : lors d’un précédent Conseil Municipal alors qu’il était question de culture, de Saint Jean d’Orbestier …Monsieur Joë FESSEAU adjoint chargé de la culture n’a pas pris la parole alors qu’il a présidé la commission qui avait préparé le dossier…étonnement des élus... 

 

Deuxième étonnement : lors de la présentation du dossier "appel à projets des clubs sportifs" concernant les affaires sportives lors du Conseil Municipal du 25 juin 2013 c’est le premier adjoint Monsieur Joël MERCIER qui a présenté le dossier et non le responsable de la "Commission des affaires sportives et associations. "

Ces deux élus sont donc de facto  privés  de leur délégation...ce dont il n'a jamais été question officiellement. 

  L'opposition CAP VRAI a relevé lors du Conseil Municipal cette anomalie...réponse du maire..."c'est normal qu'il en soit ainsi puisqu'il s'agit d'une question qui concerne les  finances !"dont le responsable est Joël MERCIER premier adjoint .

 

L'opposition CAP VRAI est habituée à ce type de réponses du Maire qui ainsi ne répond pas aux questions. Si toutes les questions qui touchent les finances communales sont de la compétence de l'adjoint aux Finances, désormais il suffit de limiter le nombre d'adjoints à un : celui des Finances . Ce serait une source d'économies non négligeable.

 

Plus sérieusement :  suite à cette réponse on peut affirmer :

 

- que le Maire a eu vent des velléités des deux adjoints Joë FESSEAU et Christian MAIRAND de se présenter aux futures municipales sur une liste qui serait opposée à celle de Joël MERCIER candidat "officiel" patronné par le  maire sortant. Pour ceux qui douteraient de la candidature de Joël MERCIER nous recommandons de voir le nombre de photos et pages consacrées au dit Joêl MERCIER par la bulletin Municipal CASTEL INFO et les informations sur Joël MERCIER sur INTERNET "candidat aux élections municipales du Château d'Olonne

- si ces deux adjoints sont en dissidence leur devoir pour clarifier la situation est de démissionner de leur poste d'adjoint : la situation actuelle faite de faux semblants n'est pas tolérable et augure mal pour l'exercice potentiel de responsabilités au niveau municipal à venir. Ce n'est pas à leur avantage.

- si ces deux adjoints restent en place "officiellement" c'est qu'il y a eu arrangement avec leur maire...ce n'est pas  non plus à l'honneur des intéressés : maire et adjoints. Des adjoints qui perçoivent leurs indemnités sans avoir à exercer leurs responsabilités ! Un Maire qui a décidé de cette situation qui perdure gaspille l'argent public : encore une fois ce n'est pas de la bonne gestion !

- la méthode qui consiste à garder deux adjoints en otage après  leur éviction de fait mais non officialisée exprime bien le caractère peu démocratique, peu transparent, voire autocratique de la gestion du Maire sortant.

 

 

Une bonne leçon, un bel exemple  à porter à la connaissance des électeurs de Château d'Olonne.Les ambitions personnelles et combines passent avant l'intérêt général...si ces deux adjoints estimaient que la politique et la gestion de leur maire n'étaient  pas bonnes, ils se devaient de démissionner en explicitant  leurs motivations. La situation eût été claire pour eux et pour leurs électeurs et ils étaient libres pour briguer un autre mandat avec un autre programme qui aurait été le leur.

 

A défaut, ils acceptent donc d'assumer toutes les erreurs de la gestion du maire...ils n'ont jamais émis un vote "contre" et ils ne peuvent donc exprimer leur différence.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 18:08

 

DSC00344.JPG

 

 

 

Les chantiers de voirie  à Château d’Olonne : une mauvaise conduite 

 

La presse quotidienne ne s’étalera pas sur le « débat » qui a eu lieu sur la conduite des chantiers à Château d’Olonne lors du dernier conseil muniicpal (juin 2013), 

Voici les petites remarques faites pour l’opposition par Daniel TESSIER et Jean-Claude ROSSIGNOL :

Concernant la requalification de l’Avenue de Talmont :« Le reclassement de cette route fait que le département ne prend à sa charge que 30 000 € sur un montant total affiché de 2.900.000€ soit seulement 1.03% .Nous ne comprenons toujours pas cette trop faible participation du département et des autres collectivités pour cette voie départementale ».

 

Concernant les chantiers : « De plus, la gestion de ce chantier est catastrophique comme celle du Petit Paris : il faudra comptabiliser les gaspillages et la gêne inutile subie par les riverains, les usagers et les commerces. »

Pour ce qui concerne le chantier des Océanes c’est vrai qu’il est anormal que la commune de Château d’Olonne supporte financièrement seul cette remise en état prévu depuis 20 ans !

Monsieur le Maire fait valoir une aide inscrite par la région au titre du Contrat Territorial Unique (250.000 euros pour les pistes cyclables qui seront certainement absorbés par la piste du Petit Paris). Dans ce cas on ne peut parler d’aide pour cette sortie d’agglomération qui coûte plus d’une demie année de dépenses de voirie pour la commune !

 

Pour ce qui concerne le chantier du Petit Paris, le Maire reconnaît que ce chantier pose problème, que les délais ne seront pas tenus. Dont acte

Ce qui est grave sur ce chantier c’est que les riverains ne savent plus où l’on va ;, où l’on en est par rapport au projet initial.. ; l’improvisation demeure sur les places de stationnement, la piste cyclable, la poursuite du chantier durant la saison…et surtout l’interférence entre le chantier du lotissement des Grands Terrages et le chantier de la rue du Petit Paris (là trop, c’est trop !)…c’est un manque total de respect vis-à-vis des riverains.

Quant à la conduite des chantiers quelle ne fut pas la surprise d’entendre de la part de Monsieur Jean-Pierre HEUZE, adjoint au maire,  expliquer aux élus et aux citoyens  présents que tout est pour le mieux.

Des semaines sans un engin sur un chantier qui gêne circulation, commerces, riverains.. ; cela ne choque pas l’Adjoint, des pistes à moitié faites cela ne le gêne pas non plus…il est plus gêné par les photos diffusés sur ce blog que par la situation du Chantier qu’il dit superviser.  Pour lui, c’est normal que l’entreprise qui a cette responsabilité des chantiers de la ville fasse passer  matériel et personnel d’un chantier à l’autre…pendant ces temps morts dans les chantiers les citoyens ont le droit de patienter en souffrant, résignés !...mais pas tous !

Ce sont les règles de fonctionnement interne d’une entreprise qui dictent leur loi aux donneurs d’ordre, aux payeurs ! Le monde à l’envers ! et cela n’interroge pas les élus de la majorité du maire Jean-Yves BURNAUD ?

D’accord, mais le chantier OCEANES  (voir CHATEAU D'OLONNE : la sortie de Ville Avenue de TALMONT est toujours en chantier sauf dans la lettre N° 9 de la Mairie …) c’est un voyage au long « cours »…19 mois lors de la programmation et comme, par hasard, des semaines sans activité sur le chantier…mais alors qui a fait cette programmation ? Cela rappelle le chantier de la rue Georges Clemenceau et celui du Centre Ville 2 (montée vers l’Église).  

De mauvaises, très mauvaises habitudes sont prises dans la passation des marchés et leurs exécutions au détriment de l’économie, des riverains et usagers …il y a aura, c’est sûr, de sérieuses discussions sur ce sujet lors de cette campagne préélectorale qui se profile !

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 17:30

DSC07125

 

LOGEMENT et RESERVES FONCIERES A CHÂTEAU D’OLONNE

LA MECANIQUE ET LA LOGIQUE ECONOMIQUE DE LA CONSTRUCTION ET DU LOGEMENT

Pour construire il faut des terrains dits « constructibles » vérité de La Palice, constructibles vis-à vis de la législatioin, constructibles sur le paln financier !

Au Pays des Olonnes depuis des décennies on sait que l’attraction du Pays va conduire à multiplier les constructions comme on sait aussi que les terrains constructibles et accessibles financièrement se feront rares,

Si la demande en terrains se fait forte le prix du m² flambe et les prix des logements s’envolent,

Donc impossibilité de construire des logements sociaux ou aidés et de proposer des logements accessibles aux jeunes.

Ce n’est pas une fatalité…

La parade pour les collectivités : se constituer des réserves foncières, les collectivités en ont les moyens financiers et juridiques au nom de l’intérêt général.

QUE S’EST-IL PASSÉ A CHÂTEAU D’OLONNE

Monsieur Jean-Yves BURNAUD qui détient les rênes de la Ville de Château d’Olonne depuis près de 25 ans a concédé la création de réserves foncières aux particuliers.

Ceux-ci par exemple détiennent les terrains de la zone d’activités Pierre Corneille, une grande part de la zone des Prés de la Clais, une grande part de la zone des Bourrelières, la zone sur laquelle s’édifient les Grands Terrages (Petit Paris)…

On voit ainsi que la zone d’activités Pierre Corneille aurait fait un beau site pour des infrastructures d’intérêt général, (on en a parlé pour le Centre Aquatique !),  pour des logements…sur cette zone il est créée une zone d’activités : les propriétaires des terrains détiennent aussi l'aménagement, la promotion, la construction. Ils ont bien saisi l’opportunité. Ce qui n'a rien d'anormal, le maire et son équipe restant passifs...la nature a horreur du vide !

Pour les Prés de la Clais : la construction est concédée à un des propriétaires qui est le même qui construit les Grands Terrages et qui gèle la construction sur les Bourrelières…c’est bien ce groupe qui régule le marché, ce n’est pas la collectivité qui, elle, a abdiqué.

C’est à la collectivité qu’il appartient de maîtriser l’urbanisation, de réguler le marché du logement et de pourvoir aux exigences légales et réglementaires par exemple en matière de logements sociaux ou de logements ou terrains pour les primo-accédants.

A Château d’Olonne, il est pour le moins étonnant qu’au cours d’un Conseil Municipal (juin 2013) le Maire et son Adjoint à l’urbanisme Madame BILLION nous disent pour justifier la lenteur des projets municipaux : le marché est étroit et on ne va pas mettre sur le marché 400 logements ! (Près de la Clais et Centre-Ville) alors que le groupe cité ci-dessus construit les GRANDS TERRAGES à marche forcée pour son compte et avec le soutien du maire  !

 Pour les « particuliers investisseurs » : c’est de la bonne gestion : il vaut mieux gérer, organiser la pénurie…voire la provoquer…pour éviter un risque de baisse du prix du logement et pendant ce temps les prix des terrains gelés, en attente d’une promotion, ne cessent d’augmenter.

Pour une collectivité locale comme la commune de Château d’Olonne : sa passivité c’est de la mauvaise gestion.

 

Partager cet article
Repost0