Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 14:02

03437.jpg

 

 

 

ESTIMATION DU SERVICE DU DOMAINE ET LES JARDINS DE VILLENEUVE : le maire et ses adjoints pris dans leurs contradictions.

 

Chasser le sujet, mettez-le à la porte il reviendra par la fenêtre : un rappel nécessaire

 

Le conseil municipal avait à décider, ce mardi 24 septembre 2013, de la cession d’un terrain propriété de la Ville de Château d’Olonne à la Communauté de Communes.

Pour toute opération de ce type la commune a l’obligation de « CONSULTER » le service du Domaine pour estimer la valeur du terrain. CONSULTER cela veut dire donner un avis et donc un avis…cela peut être suivi ou pas.

Simplement la loi a précisé que si la collectivité ne suit pas un avis du service du domaine elle est obligée de motiver sa décision et, in fine, de prendre une délibération décidant de passer outre l’avis du service du Domaine.

En l’espèce, la commune cède pour l'euro symbolique un terrain estimé à 278 360 euro.

Le maire Jean-Yves BURNAUD base sa décision sur deux faits : l’achat du dit terrain pour l’euro symbolique et l’objet d’affectation du terrain qui est d'intérêt général : y installer un bassin d’orage pour lutter contre les inondations chroniques sur ce secteur.

L’opposition CAP VRAI comprend bien cette motivation mais relève les contradictions du maire et de ses adjoints.

Pour le fameux dossier de la FERME DE VILLENEUVE, dans ses mémoires adressés au Tribunal administratif et à la Cour Administrative d’Appel la municipalité a argué du fait qu’il n’y avait pas lieu de consulter le service du Domaine et c’est pourtant sur la base de  cette non consultation que le Tribunal puis la Cour d’Appel ont condamné la Municipalité annulant ainsi la vente du terrain.

C’est cette politique à géométrie variable que l’opposition a critiqué. Si, en 2008,  la  Municipalité avait écouté l’opposition, accepté un débat, consulté et suivi l’avis du service du Domaine…on n’en serait pas arrivé à une procédure qui dure depuis trop longtemps.

L’opposition tenait à cette occasion à rappeler au maire et à son équipe ce dossier par lequel ils ont cédé ce terrain au promoteur à vile prix (7.62€ le m2 ) et que les avis du service du Domaine ne sont que des avis. Les collectivités peuvent passer outre à cet avis…et le service du Domaine peut aussi se tromper.

 

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 22:26

 

03437.jpg

 

Peu de débats, tout au plus des échanges. Toutes les délibérations (sauf une : 2 abstentions de la gauche)ont été adoptées à l’unanimité…un conseil municipal consensuel voire un peu ennuyeux  suite à un ordre du jour qui n’était pas fait pour créer de l’enthousiasme ou des débats passionnés.

« LE CONTRAT ENVIRONNEMEN LITTORAL »

Un point positif mais qui ne peut satisfaire totalement l’opposition CAP VRAI

Retenons ce point qui engage quand même l’avenir  « le contrat environnement littoral »

Ce contrat lie le Conseil Général et la commune de Château d’Olonne. Son objet est de « conjuguer la protection de l’environnement littoral et sa mise en valeur ».Objet ambitieux mais  projets limités.

Le contrat formalise les actions et engagements mutuels du Département et de la commune.

Les objectifs poursuivis s’organisent autour de 4 volets principaux :

Gérer les espaces naturels dans une double perspective d’accueil du public et de préservation des milieux,

La mise en valeur du bâti et le paysagement de le commune par exemple en renforçant le traitement végétal des espaces publics et en aménageant les fronts de mer,

L’intégration des équipements touristiques dans l’environnement et en particulier les pistes cyclables...

La maîtrise des ressources en eau et en énergies et la valorisation des énergies renouvelables.

 

 Concrètement le contrat porte sur quatre projets  estimés à 1 million d’euro

L’étude sur l’aménagement du littoral entre el Puits d’enfer et Cayola, (100.000 euro)

L'Etude (suite) et travaux pour l’aménagement du secteur du Puits d’enfer et de le corniche,(100 .000 euro)

L’aménagement de la piste cyclable route du Petit Paris jusqu’à Cayola,( 300.000 euro)

L'aménagement du Perré de la plage de TANCHET (500.000 euro)

Le Conseil Général prend à sa charge pour les 4 actions 300.0000 euro soit 30% de ce « plan ».

Notons la prise en compte dans la partie" étude" du déplacement d’une portion de la RD 32 notamment à cause de sa partie inondable dans l’anse de la Parée, de l’accessibilité maîtrisée au public de tous les milieux et une « renaturation » qualitative du circuit automobile du Puits d’Enfer.

L’opposition CAP VRAI si elle ne peut qu’approuver le contrat  relativise sa portée.

En effet, ce contrat ne porte effectivement sur 4 actions (études et réalisations) mais comme il est annoncé dans le contrat celui-ci n’englobe pas un réel plan de mise en valeur de cette partie du littoral. C’est un "plan parcellaire" a dit Daniel TESSIER pour l’opposition CAP VRAI. Ce n’est pas avec les 4 projets annoncés qui ne répondent que partiellement à l’ensemble des travaux  et projets à envisager que l'on peut dire qu'il s'agit d'un plan d'aménagement total de cette vaste et complexe zone

Ce n’est pas avec 4 pièces d’un puzzle de 500 pièces  qu’on fait le puzzle !

Puisqu’il est prévu de « permettre une accessibilité maîtrisée au public de tous les milieux » pourquoi ne pas prévoir dans les études la continuité du chemin douanier ?

Cette question remet le doigt sur la plaie toujours à vif de ce littoral suite à "l’erreur" du maire.

Son adjointe ne peut avancer pour ne plus rien faire un principe du droit français « l’autorité de la chose jugée » qui n'a rien à voir aujourd'hui . Raisonnement difficile à comprendre.

Rappelons que, dans cette affaire, le Préfet de l’époque n’a pas fait appel d’une décision qui bloque maintenant la possibilité d’avoir un chemin douanier continu au niveau Anse aux Moines-Cayola.

voir CHEMIN DOUANIER     

Nous dirions au maire et à son adjointe :nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude… Vous avez pour des raisons qui vous sont propres commis cette faute et les générations futures vont la supporter.

Donc, un petit débat qui met les points sur les i mais qui n’empêche pas l’opposition CAP VRAI de voter cette délibération.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 15:42

03437.jpg

 

Le Conseil Municipal de Château d'Olonne est convoqué en séance publique le mardi 24 septembre 2013 à 20 heures.

 

Il y aura délibération sur un ordre du jour qui comporte 16 points dont nous retiendrons particulièrement les points suivants :  

- Diverses mesures concernant le domaine communal,

- Contrat Environnement Littoral : protection de l'environnement du littoral et sa mise en valeur, participation du Conseil Général,

- Plage de Tanchet : sous-concession,

- Mesures fiscales applicables pour 2014 : reconduction des mesures prises pour 2013,

- subvention exceptionnelle au Moto-Club,

- ouverture d'une classe supplémentaire à l'école maternelle René MILLET,

- diverses mesures concernant la gestion du personnel municipal,

- Décisions municipales, délibération de donner acte.

 

Il est rappelé que les Réunions du Conseil Municipal sont publiques (Hôtel de Ville de Château d'Olonne, 53, rue Séraphin Buton)

    Prochain CONSEIL MUNICIPAL mardi 24 septembre 2013 à 20 heures.      

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 12:59

 

DSC07958 Porche entrée abbaye

 

 

 

 Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de programme municipal des journées du patrimoine que le vide sidéral s'installe dans ce domaine.

L'Abbaye Saint Jean d'Orbestier sera ouverte cet après-midi de 14h30 à 18h30 et demain dimanche 15 septembre de 10 h à 12 h et de 14h30 à 18h30 avec des visites organisées du logis de l'Abbé. 

À  l'intérieur de l'Abbaye, l'exposition Jacques VILLEGLE "Des mots en liberté"

 

Orbestier-2013-Jacques-VILLEGLE-expo-2013.jpg

Partager cet article
Repost0
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 20:08

 

 

RAPPEL

Le seul candidat déclaré à ce jour à l'élection municipale de 2014 pour la commune de Château d'Olonne est Monsieur Jean-Pierre Chapalain. Nous vous communiquons les éléments d'information dont nous disposons sur la réunion publique qu'il organise le 2 septembre. Voir video ELECTIONS MUNICIPALES : Château d'Olonne ouverture de la précampagne 2 septembre 2013     

 

 

réunion publoique 2 09 2013

Partager cet article
Repost0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 11:09

 

 

 

DSC06983

 

 

C’est avec plaisir que nous accueillons le droit de réponse du maire de Château d’Olonne concernant l’article suivant. CENTRE VILLE CHATEAU D'OLONNE: la montée vers l'Eglise et l'aménagement du parvis auraient pu et dû faire l'objet d'une réalisation de bien meilleure facture     

Nous prenons en compte ce point de vue du maire et ses justifications et pour donner un éclairage complet à nos lecteurs nous joignons ci-dessous le communiqué tranmis par les élus de l’opposition CAP VRAI.

Droit de Réponse de Jean-Yves BURNAUD …

    "Droit de réponse de Jean-Yves Burnaud, maire du Château d’Olonne

 

L’article publié le 21 août et intitulé CENTRE VILLE CHATEAU D'OLONNE: la montée vers l'Eglise et l'aménagement du parvis auraient pu et dû faire l'objet d'une réalisation de bien meilleure facture est ponctué de contrevérités. Cet article méconnaît le dossier en question. Il ignore aussi les dispositions générales en vigueur quant à l’exercice du droit de préemption d’une commune.

Tout d’abord, pour le dossier en question, chacun peut comparer avec la situation antérieure. Pour peu qu’on soit de bonne foi, on constatera que les travaux de réfection de voirie et d’aménagement urbain de ce secteur historique du centre-ville ont apporté un embellissement du cadre de vie des riverains, une circulation plus fluide, un accès des parents et des enfants plus facile à l’école, un accès plus facile aussi des fidèles à l’église, une valorisation de ce patrimoine religieux et du quartier, etc.

Ces travaux réalisés courant 2011 et 2012 au cœur de notre centre-ville, et rue de l’Église en particulier, ont été précédés ou accompagnés, de diverses acquisitions foncières, il est vrai, parfois difficiles et longues à conclure dans le cadre de successions familiales. Ainsi, au mois de juin 2012, la Ville a acquis une emprise d’à peine 30 m2. Tous les membres du Conseil municipal présents le jour du vote se sont prononcés pour... sauf les cinq représentants d’opposition Cap Vrai dont pourtant l’article vante la clairvoyance.

Seconds errements de l’article, il ne suffit pas de brandir à l’écran un panneau « A vendre » pour déclencher le droit de préemption de la commune. Rectifions une première chose : à l’époque le propriétaire de cette parcelle n’était pas vendeur. Comment donc la commune aurait-elle pu exercer un quelconque droit de préemption, et acheter un bien qui n’était pas sur le marché ? C’est méconnaître le BAba du droit de la propriété que de laisser croire que la commune aurait pu acheter cette parcelle à l’époque ! Non, la commune ne pouvait pas acquérir ce bien dans le cadre des aménagements prévus... et heureusement réalisés !

 

 

Jean-Yves BURNAUD"

 

 

Communiqué des élus d’opposition CAP VRAI

Sur ce dossier de l’aménagement du Centre-Ville 2 et particulièrement les travaux de la montée à l’Église, les élus de l’opposition CAP VAI cités dans le droit de réponse demandé par le maire, rappellent qu’ils ont appuyé leur position contre la réalisation de ces travaux sur des arguments maintes fois repris :

   1) refaire la montée à l’Église sans prendre en considération les études passées pour revivifier le centre ville et sans tenir compte de l’étude en cours sur la requalification du centre-ville est un non-sens économique et urbanistique,

   2) il ne faudrait pas faire croire que les élus d’opposition ont négligé l’aménagement du centre ville. Ce fut au contraire une de leurs préoccupations principale figurant dans leur programme de 2008 reprise à chaque occasion en commission et en conseil municipal. Par contre, Ils s’élevaient contre des réalisations coûteuses et faites par petits bouts sans cohérence qui ne permettent pas de faire un vrai centre ville vivant et accueillant.

    3) ces travaux n’avaient pas un caractère d’urgence ils pouvaient donc attendre les résultats de l’étude qui a été abandonnée en cours de réalisation : autre non-sens économique qui coûte cher. La mise en vente des terrains maintenant donne raison aux élus de l’opposition que nous représentons.

    4)  attendre effectivement aurait permis l’acquisition des terrains de la « succession Château » qui auraient permis au niveau du parvis de l’Église un aménagement plus conformes aux exigences de stationnement et de circulation. Ce parvis et son accès auraient pu être adaptés aux événements tels que mariage, sépultures et manifestation cultuelles et autres…que de doléances entend-on de la part de nos visiteurs à ce sujet !

    5) Dans ce périmètre rue du Bois (descente de l'Eglise vers le Centre Bourg) l'utilisation du droit de préemption n'a pas posé de problème et cette acquisition n'avait pas le caractère d'opération d'intérêt général qu'avait le terrain des consorts Château objet du débat. Pourtant le maire a utilisé ce droit,  décision ratifiée par le Conseil Municipal. Il aurait donc bien pu le faire pour l'aménagement de la rue de l'Eglise et du Parvis.

Les élus de l'opposition de Château d'Olonne CAP VRAI

Partager cet article
Repost0
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 18:01

La question mérite d’être posée.

En effet, vous pouvez lire sur sa pierre tombale (en L’Église Saint Hilaire de Château d’Olonne)

" GILLE(S?) MAN…

AGE DE 610 ANS

DECEDE LE 22 AOUST 1763... "

Si vous avez une idée pour expliquer cette longévité n’hésitez pas à nous contacter pour que nous diffusions cette information.

Merci d’avance

 

 

 

DSC09996.JPG

 

 

 

610-ans.jpg

 

Partager cet article
Repost0
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 16:50

 

03437.jpgChâteau d'Olonne Hôtel de Ville actuel

 

    DSC09991.JPG

 

 DSC09985.JPG

Une ruine malsaine entourée d'un terrain en friches : c'est la "zone" en entrée de ville de Château d'Olonne face à la zone commerciale des Océanes. Cet été riverains, touristes...ont pu admirer la route de Talmont qui se fait une jeunesse à petite vitesse et cette friche : saisissant contraste qui va se prolonger encore combien de temps ?

 

Aussi nombreuses ont été les réactions :

Que faire de ce site ?

Quitte à avoir une nouvelle mairie, pourquoi pas à la place de cette clinique ruine ?

 ...

et une très bonne suggestion : aux Sables d'Olonne, pour l'affectation du site de la sous-préfecture à la Chaume qui va être abandonné, une consultation a été organisée auprès de tous les sablais. Cette initiative a eu un gros succès. Pourquoi pas une consultation à Château d'Olonne? 

 

C'est effectivement une suggestion à retenir pour l'affectation du site de la Clinique du Val d'Olonne.

Une consultation des castelolonnais serait d'autant plus aisée à réaliser que Monsieur Jean-Yves BURNAUD, maire de Château d'Olonne, a été le directeur général, administrateur du site de la clinique et du groupe propriétaire de la clinique et Président de la Société Immobilière propriétaire du site. 

Notons aussi que les gestionnaires de cette clinique ont eu droit à la garantie financière de la Commune pour un montant trés important. En effet, les emprunts concernant l'investissement de la clinique,  sous l'impulsion du maire, ont bénéficié de la caution de la commune de Château d'Olonne qui a donc assumé  un risque important et permis au groupe financier propriétaire et exploitant de la clinique de bénéficier de prêts avantageux.

Cette consultation comme la cession de terrains à titre gracieux pour l'aménagement de ce fameux carrefour des Plesses seraient un juste retour d'ascenseur. 

 

Ce serait de la bonne gestion et nous espérons un commentaire de la municipalité sur ce sujet...notre blog comme toujours lui est ouvert : démocratie oblige. 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0