Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

31 octobre 2020 6 31 /10 /octobre /2020 22:55
L'HONORABLE JURIDICTION SERT À QUOI AU NIVEAU DES COLLECTIVITÉS LOCALES

L'HONORABLE JURIDICTION SERT À QUOI AU NIVEAU DES COLLECTIVITÉS LOCALES

 

VILLENEUVE-SUR-LOT : UNE VILLE ET SON AGGLOMÉRATION DANS LA TOURMENTE FINANCIÈRE : TIRONS TOUTES LES CONCLUSIONS POUR ÉVITER LE RENOUVELLEMENT DE TELS FAITS

suite de : http://www.olonnes.com/2020/10/une-alerte-financiere-sur-villeneuve-sur-lot-ville-et-agglomeration-plombees-par-leur-syndicat-d-assainissement.html

 

Il faut oser tirer toutes les conclusions de cette histoire exemplaire. La connaissance de tels faits donnée aux citoyens doit permettre de remédier à des situations qui compromettent la démocratie locale.

 

LE CUMUL DE MANDATS N’EST PLUS TOLÉRABLE

 

Voilà un brillant chirurgien opportuniste Jérôme CAHUZAC, élu socialiste, qui a cumulé les postes de maire, député, conseiller général et ministre ! avant de sombrer pour un mensonge de trop, victime expiatoire d’un système qu’il faut réformer. Sous son règne il y a eu vraiment des erreurs ou pire ! Comment pouvait-il donner des leçons de citoyenneté en matière fiscale ?

Il nous rappelle le cursus, encore inachevé malheureusement pour les contribuables, de Ségolène ROYAL qui a ruiné sa région, son département, ses collaborateurs et qui a atterri provisoirement dans un fauteuil glacé d’ambassadrice des pôles grassement payée à faire quoi ?

http://www.olonnes.com/2017/03/segolene-royal-ose-donner-une-lecon-de-morale-politique.html

Nos élus ne peuvent être au-dessus des lois indéfiniment. Ils ne doivent plus cumuler les emplois dans le temps et en nombre.

 

LE STATUT D’ÉLU LOCAL N’EST PLUS ADAPTÉ ET CELA MET LA DÉMOCRATIE LOCALE EN GRAND DANGER

 

Il est anormal dans cette histoire de VILLENEUVE SUR LOT que des élus ne s’aperçoivent pas que leur collectivité est surendettée…qu’il faille 4 ans et le hasard pour que les nouveaux élus découvrent, 4 ans après sa parution, le rapport de la Chambre Régionale des Comptes qui tirait la sonnette d’alarme pour des faits vieux de plus de 10 ans. Ce rapport est en ligne depuis 4 ans !

Comment l’information a-t-elle pu être ainsi occultée ?

La loi sur la transparence prise justement après l’affaire CAHUZAC doit être mise à niveau pour protéger les élus contre les tentations malsaines et protéger aussi les contribuables.

 

LE SYSTÈME ÉLECTORAL DOIT ÊTRE REVU

 

Le système électoral qui marginalise le rôle de l’opposition sous-représentée et privée d’informations n’est plus viable dans les communes moyennes et importantes.

Quant aux petites communes, il faut faciliter leur regroupement volontaire tout en maintenant une délégation locale dans toutes les communes.

Aucun élu des petites communes représentées au Syndicat intercommunal d’assainissement de Villeneuve-sur-Lot puis du « grand villeneuvois » n’a pas pu donner l’alerte ! Ils n’étaient au courant de rien : c’est grave !...À quoi servaient-ils alors ?

Il y a eu dans cette affaire et comme dans d’autres portées à notre connaissance un silence coupable des oppositions mais aussi des membres des majorités qui deviennent ainsi d’éventuels complices de fautes voire de fraudes.

Il faut que les oppositions aient légalement aussi les moyens de jouer leur rôle.

 

L’INTERVENTION DE LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES EST SANS EFFET DONC INUTILE…

 

Des centaines de postes de fonctionnaires sont donc à supprimer à défaut de réforme. Il faut de vrais magistrats contrôleurs de gestion et que le pouvoir des procureurs placés auprès de ces juridictions leur permette de contrôler, conseiller et sanctionner non les comptes comme actuellement mais les mauvais gestionnaires.

C’est aussi là où le bât blesse…à quoi servent ces actuels contrôles ?

Il faut oser le dire, par expérience, notre jugement est : les contrôles de la Chambre Régionale ne servent à rien et les élus locaux « filous » le savent et dès le contrôle achevé ils reprennent leurs mauvaises habitudes et magouilles !

Il faut aussi savoir que si les élus locaux ne sont pas clairs, le personnel fonctionnaire territorial n’est pas dupe et pire s’il est tenté parfois lui aussi de mettre les mains dans le sac communal ; il peut succomber sans risques. En effet, d’une part, il est protégé par son statut et d’autre part, il tient les élus par la barbichette !...à la limite, il est muté !

 

LE STATUT DU PERSONNEL TERRITORIAL EST AUSSI À REVOIR

 

Là, à Villeneuve-sur-Lot, comme dans tant d’autres communes (on pourrait citer celle de la Faute sur Mer dossier Xynthia avec ses 29 morts ! suite à des fautes ayant mis en danger la vie d’autrui ), le personnel communal comme celui de la Préfecture n’a pas été à la hauteur. Il ne peut ignorer les normes comptables des collectivités et était-il réduit au silence ?

Il faut protéger les fonctionnaires territoriaux mais aussi il faut augmenter leurs qualifications et leur « indépendance ».

Les collectivités locales ne jouent plus avec des budgets de quelques milliers d’euros mais avec des budgets de millions d’euros et les dossiers sont de plus en plus complexes.

Là aussi, nous dénonçons la gravité de cette situation que le citoyen n’ignore pas et qui le dégoutte d’exercer son pouvoir de citoyen électeur : toutes les élections sont maintenant gagnées par les abstentionnistes ! La démocratie locale est menacée de disparition s’il n’y a pas enfin les réformes simplement évoquées ci-dessus.

 

Nous avons ainsi étalé le fruit de nos réflexions à partir d’un cas concret en espérant qu’à force d’informer…les réactions saines du pouvoir finissent par s’imposer. Nous sommes tous des citoyens concernés et notre devoir est d’agir, d’être des citoyens présents et réactifs.

Il faut ainsi protéger ces élus honnêtes, dévoués, désintéressés qui sont légion et souvent mal formés et mal informés et ne peuvent exercer sereinement leur noble fonction.

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2020 3 21 /10 /octobre /2020 22:04
IL NE FAUT PAS QUE LA FLAMME QUI A BRULÉ DANS LE COEUR DES FRANÇAIS APRÈS L'ATTENTAT DE CONFLANS-SAINTE-HONORINE S'ÉTEIGNE COMME CE FUT LE CAS APRÈS CELUI DE CHALIE HEBDO

IL NE FAUT PAS QUE LA FLAMME QUI A BRULÉ DANS LE COEUR DES FRANÇAIS APRÈS L'ATTENTAT DE CONFLANS-SAINTE-HONORINE S'ÉTEIGNE COMME CE FUT LE CAS APRÈS CELUI DE CHALIE HEBDO

 

 

LA DÉFENSE DE LA LIBERTÉ NE SUPPORTE PLUS LE LAXISME DES DERNIÈRES DÉCENNIES

LA LOI, RIEN QUE LA LOI, TOUTE LA LOI

Suite de

http://www.olonnes.com/2020/10/liberte-cherie.html

Nous voulons rappeler deux maximes latines à mettre en exergue dans nos propos démocratiques

"lex nihil aliud nisi lex" et "dura lex sed lex"

La prise de position du nouveau Ministre de la Justice Éric DUPOND MORETTI illustre bien la conception de la liberté dans un pays démocrate comme nous l'exprimions hier.

« Il faut trouver le juste équilibre  entre renforcement de la répression et protection de la liberté d'expression », dit  Eric DUPOND MORETTI, qui rappelle que le Conseil constitutionnel a « censur[é] en partie la proposition de loi Avia sur la haine en ligne ». Donc, pour protéger une liberté fondamentale il faut que la loi et les juges soient sans sans état d’âme pour réprimer ceux qui abusent de cette liberté.

La levée de l'anonymat sur les réseaux sociaux fait, elle, partie des pistes à explorer pour sanctionner les abus de cette liberté d'expression. Pour le Ministre de la Justice « Il ne s'agit pas d'aller vers quelque chose qui ressemblerait à une censure ». Il partage avec le ministre de l'intérieur Gérald Darmanin la nécessité de renforcer la plate-forme de signalement Pharos. On pourrait ajouter que l'arsenal juridique actuel avec la loi de 1881 et la jurisprudence devraient suffire pour calmer ceux qui sont tentés d'abuser de la liberté d'expression...à condition que les juges fassent diligence et qu'on leur donne d’urgence les moyens d'agir !

Après le drame de Conflans-Sainte-Honorine le monde politique et particulièrement l'exécutif s'excitent pour tenter de faire oublier leur laxisme de ces dernières décennies et aussi pour ceux qui nous gouvernent, leurs promesses non tenues et leurs erreurs.

 

LAXISME : DERNIERS EXEMPLES ET CONTRE EXEMPLE

 

Avec les déclarations du Ministre de la Justice DUPOND MORETTI, nous avons une réponse aux indignes  ex Ministres de l'Intérieur Christophe CASTANER et de la Justice Nicole BELLOUBET qui se sont par exemple illustrés par des erreurs de cibles.

 

Le premier, Christophe CASTANER par sa gestion catastrophique du maintien de l'ordre lors des manifestations des gilets jaunes ainsi que par ses prises de position qui ont abouti à ces mots des responsables syndicaux de la police "Écœurement», "sentiment d'abandon", "fébrilité au sommet de l'Etat", "stigmatisation systématique de la police"...a grandement participé à aggraver le pouvoir de nuisance des extrémistes islamistes.

 

La seconde, Nicole BELLOUBET porte la responsabilité de la loi AVIA, loi liberticide que le Conseil Constitutionnel a heureusement sanctionné sévèrement. En effet, elle ouvrait la voie à l'abus de la censure et n'apportait pas au système juridique existant le complément de moyens pour lutter contre les abus des extrémistes islamistes. Elle a donc tenté d'abuser de son pouvoir  à des fins politiciennes de censure au lieu de s'attaquer au mal qui se développait sur les réseaux sociaux.

 

À l'inverse, signalons le courage d'Élisabeth BADINTER qui lutte depuis 1989 justement contre ce laxisme. Elle se dit en colère. Elle met en cause ce  qu'elle nomme le "politiquement correct ...qui a affaibli la république laïque" au nom de la tolérance...c'est cela le laxisme qui tue. Elle ose même affirmer publiquement qu'elle est en guerre idéologique contre l'islamisme radical et espère que la réaction populaire ne faiblira pas comme dans l'après l'attentat de Charlie Hebdo.

 

On ne peut que s'associer à la colère et à ce vœu de l'écrivain philosophe Elisabeth BADINTER.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2020 1 19 /10 /octobre /2020 10:22
PROFESSION DE FOI D'EMMANUEL MACRON

PROFESSION DE FOI D'EMMANUEL MACRON

CONFLANS-SAINT-HONORINE : C’EST TROP FACILE AUJOURD’HUI DE PROMETTRE DES MESURES, DE RENDRE UN HOMMAGE À UN HOMME DE CONVICTION…MAIS HIER, MONSIEUR LE PRÉSIDENT, QU’AVEZ-VOUS FAIT POUR PRÉVENIR CE TYPE D’ATTAQUE DÉMENTE ET PROGRAMMÉE ?

 

Nous sommes tristes et nous avons peur.

Il y a des milliers de jeunes français perdus et immigrés dans les banlieues et dans la drogue et le petit banditisme qui approuvent le meurtre atroce du professeur Samuel  PATY

Il y a des maires qui acceptent l’ouverture de mosquées où le prêche incontrôlable incite des jeunes et des moins jeunes à la haine qu’ils confondent avec la Justice.

Il n’y a malheureusement pas deux Islam car l’Islam dur l’emporte et étouffe le pur.

Il y a une Police et une Justice qui attendent des moyens promis par le Président MACRON : 10 000 policiers en plus, 15 000 places dans les prisons en plus, (voir les photos des promesses présidentielles).

Il y a une Police et une Justice dénigrées par des intellos et bobos irresponsables mais bien en cour et il y a donc une Police et une Justice désabusées.

Nous avons suggéré à diverses reprises l’urgente nécessité d’une révision complète de la politique de l’État vis-à-vis de ses compétences régaliennes : la sécurité dont la défense, la justice, la santé, l’éducation…

Tous les indicateurs comparatifs concernant les « résultats » de ces secteurs au sein de l’Europe sont au rouge.

L’analyse du drame de CONFLANS-SAINT-HONORINE et celle de la gestion de la crise sanitaire illustrent malheureusement l’urgence de la réforme de l’appareil étatique.

 

L’ÉTAT A LES MOYENS ET LE DEVOIR D’AMÉLIORER LA QUALITÉ DE SON ACTION DANS LES SECTEURS FONDAMENTAUX DONT IL DOIT ASSUMER LA CHARGE

Avec COVID-19, l’argent que l’État n’avait pas coule cependant à flot…plan de relance économique mais aussi coups de pouce au niveau social : chômage partiel, primes aux salariés, aides aux foyers modestes, compléments pour les personnes handicapées, primes exceptionnelles pour les agents publics…

Les lois de finances récapitulatives se succèdent.

C’est pour la bonne cause. Face à une situation exceptionnelle il faut mettre des moyens et procédures exceptionnelles.

Même si cela va peser à l’avenir lourdement avec des déficits budgétaires qu’on n’a jamais connus…donc le montant de la dette par rapport au PIB va s’envoler.

Mais au moins cela prouve que quand l’État veut se donner des moyens financiers, il peut le faire. La France a les moyens : il ne lui manque que la volonté politique et l’action.

Donc, l’État a les moyens d’exercer ses fonctions aujourd’hui abandonnées à leur triste sort LA SÉCURITÉ D’ABORD !

 

LA RÉFORME DE L’ÉTAT SERA SOURCE D’ÉCONOMIES…C’ÉTAIT LA PROMESSE DU PRÉSIDENT MACRON

 

UN ÉTAT QUI DOIT REPRENDRE EN MAIN SES FONCTIONS FONDAMENTALES

 

Cette réforme promise, faute de courage et d’une ligne de conduite précise, n’a même pas vu le début de son commencement : l’éducation à la dérive, l’hôpital n’en parlons pas, la police et la justice sont gravement malades…

Il est plus facile de légiférer et communiquer sur le sexe des anges que de s’attaquer aux vrais problèmes :  réformer l’État et pour le Président tenir ses promesses.

C’est un bilan que nous faisons et refaisons et qui nous fait mal et peur pour le lendemain.

Nous n’avons pas d’outils de mesures de l’échec mais toutes les études et enquêtes faites tant au Sénat qu’à l’Assemblée Nationale concordent.

Des exemples d’économies et de sources d’économies réalisables prévues piochées dans les documents officiels mais jamais réalisées

  • Diminuer le train de vie du Parlement (nombre de députés et de sénateurs ; patrimoine inutile et coûteux, salaires hors normes…tout cela est écrit dans les rapports internes et dans celui de la Cour des Comptes)
  • Écrêter les salaires hors normes de certains hauts fonctionnaires (voir les annexes au budget 2021 : des dizaines de hauts fonctionnaires ont des salaires largement supérieurs à ceux de leur Ministre soit plus de 200 000 euros annuels !)
  • Diminuer le nombre d’agents administratifs dans les services de santé et le nombre d’Agences et Comités (ils sont deux fois plus nombreux que ceux de nos voisins allemands !) : on a besoin de soignants plus que d’administratifs !
  • Libérer de tâches administratives les services de police.

L’autre source d’économies est la modernisation des services d’État : cela signifie gagner en productivité. Pour faire cela, il faut missionner des cadres gestionnaires des réformes et du numérique et s’arrêter de bricoler. Quand on voit le gâchis dénoncé par la Cour des Comptes pour l’informatisation des payes des militaires, celle des services hospitaliers…il y a de quoi financer des formations, emplois et matériels pour la Police, par exemple.

Et, d’une manière générale, stopper aussi toutes velléités de l’État de s’accaparer sans cesse des compétences nouvelles qu’il est incapable de bien gérer. Et même alléger le mammouth !

L’État doit revenir à ses fondamentaux : les services publics régaliens et le Président de la République doit simplement tenir ses promesses et cesser de n’agir qu’en fonction de son espoir de réélection.

À quand un gouvernement de salut public ?

 

PROFESSION DE FOI D'EMMANUEL MACRON

PROFESSION DE FOI D'EMMANUEL MACRON

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2020 6 17 /10 /octobre /2020 22:24
3 NOMS COMMUNS À NOUS TOUS ET QU'IL FAUT DÉFENDRE

3 NOMS COMMUNS À NOUS TOUS ET QU'IL FAUT DÉFENDRE

 

DANS LE PAYS DES DROITS DE L’HOMME, C’EST POURTANT ARRIVÉ !

 

La "Déclaration des droits de l’homme" incorporée dans notre constitution française est claire et tout homme désirant séjourner, vivre en France, terre d’accueil, doit se soumettre à la loi fondamentale dont nous rappelons les 5 premiers articles

 

Article 1er

Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.

Article 2

Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression.

Article 3

Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.

Article 4

La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.

 

CONFLANS-SAINTE-HONORINE : SUR QUEL TERRAIN SE CULTIVE L’HORREUR ?

Avec l’horrible (l’adjectif n’est même pas assez fort) assassinat d’un enseignant, nous vivons un drame qui est un avertissement pour la France.

Conflans-Sainte-Honorine, c’est une ville bien connue pour les vieux parisiens. C’est la capitale de la batellerie avec ses traditions, ses deux fleuves qui confluent dans la commune.

Mais citons les maires célèbres de ces dernières décennies : Michel ROCARD, (1977/1994), Jean-Paul HUCHON (1994/2001) et Philippe ESNOL (2001/2014). Ce qu’on peut déjà dire c’est que vu le nombre de leurs mandats cumulés exercés par ces politiques, ils n’ont pas dû pouvoir assumer eux-mêmes leur rôle de 1er magistrat d’une ville d’aujourd’hui 38 000 habitants. Ils ont laissé filer le pourrissement de leur ville.

En effet, ce que nous pouvons rapporter, c’est que déjà dans les années 80  la réputation de la capitale de la batellerie est plutôt mauvaise…par exemple aller à CONFLANS pour conduire des équipes sportives devant évoluer tôt le matin et tard en fin de journée était considéré par certains parents comme une prise de risque.

Rappelons ce fait rapporté dans Wikipedia : la démission du maire Eugène BERRURIER. Il a démissionné une première fois en 1963 (après la fin de la guerre d’Algérie) pour protester contre la décision du gouvernement d'implanter cent vingt familles musulmanes sur le territoire de la commune. « Le maire de Conflans-Sainte-Honorine proteste contre l'installation en groupe de cent vingt familles musulmanes ». Le maire explique que « c'est une "solution bâclée" du problème nord-africain que l'on tente de lui imposer, alors que depuis longtemps Conflans-Sainte-Honorine s'est occupée de l'hébergement et de la prise en charge des musulmans ».

Ajoutons la démographie galopante : la croissance exponentielle de la population multipliée par 3 entre 1954 et 2020, donc en 65 ans, le niveau d’enseignement est très bas…

Ajoutons aussi que, dans ce secteur, une poignée de policiers basés au commissariat de CONFLANS-SAINTE-HONORINE ne permet certainement pas d’endiguer la vague d’insécurité qui règne dans ce type de commune de la couronne parisienne.

CONFLANS-SAINTE-HONORINE est cité, ville suburbaine, plongée dans un climat insupportable.

Ce n’est pas un cas isolé : nous nous retrouvons dans un contexte bien connu dans certaines villes des Yvelines, de Seine-Saint-Denis, d’une partie du Val de Marne…et dans celui de nombreuses agglomérations.

 

QUE FAIRE ? LE VIVRE ENSEMBLE EST-IL IMPOSSIBLE ? LA LIBERTÉ À LA FRANÇAISE EST-ELLE INCOMPATIBLE AVEC LA PRATIQUE DE LA RELIGION MUSULMANE ?

 

Toutes les tentatives pour rétablir un climat de sécurité dans les villes qui sombrent dans la peur ont quasiment échoué : les plans ville, les efforts de la collectivité à l’initiative de Jean-Louis BORLOO…il n’y a pas une politique d’intégration visant le long terme et s’adaptant aux changements comme celui qui découle des vagues migratoires…

Le port du voile dans les lieux publics, les piscines réservées aux femmes de religion musulmane, les vestiaires dans les clubs sportifs, les drames dans les centres de soins où la collectivité est confrontée aux exigences d’une religion…tout cela surprend, insupporte, choque.

 

NOS DIRIGEANTS NE SONT PAS À LA HAUTEUR…ET LES CITOYENS OUBLIENT LEURS DEVOIRS

 

Le temps du règne des bobos parisiens devrait être définitivement terminé après ce meurtre…que nos penseurs bien-pensants avouent leur erreur : on peut vivre ensemble, accueillir les migrants et toute la misère du monde seulement si tous les composants de la société française sont soumis aux mêmes règles qu’ils acceptent et que les gouvernants font respecter. Ce n'est pas la cas !

Si chaque migrant veut la fraternité et l’égalité avec ce que cela comporte pour l’accueil, le soutien et le respect il doit accepter les règles qui régissent la liberté dans son pays d’accueil.

L’intégration des migrants, cela se gère. Ce n’est pas chose aisée mais cela se gère ! Notre pays a déjà fait cela et c’est tout à son honneur. Mais il y a une condition : que les dirigeants que le peuple s’est donné soient actifs, réalistes et honnêtes. Aujourd’hui, ils montrent leur incapacité à gérer le pays :  santé, sécurité, éducation, justice…s’en vont à vau l’eau !

Quant à taper sur les policiers, les enseignants, les juges…c’est improductif. C’est destructeur car diviseur. Il appartient à nos dirigeants de se donner les moyens pour que les droits des français inscrits (voir ci-dessus) dans leur constitution soient respectés.

Les zones de non droits n’existent pas dans notre législation mais elles existent dans les faits. C’est vraiment la faute grave de nos dirigeants.

S’il faut faire intervenir la force, qu’on donne les moyens à ceux qui ont cette lourde et complexe tâche …ces moyens existent. La France reste riche et a les moyens de renforcer les services publics massacrés par des décennies d’incurie des dirigeants. Les français savent applaudir policiers, gendarmes…qui agissent professionnellement dans les moments cruciaux que vit le pays.

 

L’ÉLITE FRANÇAISE A MALHEUREUSEMENT DÉMISSIONNÉ

 

Car le problème de responsabilité est là. Les français se choisissent leurs dirigeants. Il est de leur devoir de veiller à la bonne exécution du mandat qu’ils donnent en votant à ceux qui seront leurs élus.

Il y a des milliers de français aptes à participer à la gestion du pays au plus haut niveau…mais leur abstention face à l’engagement public pénalise le pays. Ils laissent la place à des professionnels du pouvoir plus ambitieux mais souvent infiniment moins capables.

Depuis des décennies, les citoyens français négligent leurs devoirs de citoyens :

  • Voter,
  • S’engager et faire respecter la voix du peuple : c’est l’engagement citoyen.

Le « je-m’en-foutisme» actuel du citoyen, fruit de l’individualisme forcené, n’est plus de mise...il conduit au drame de CONFLANS-SAINTE-HONORINE.

Cela signifie que, pour comprendre ce drame, il faut considérer d’une part, les faiblesses de la gestion de nos gouvernants depuis des décennies et d’autre part, la démission du citoyen qui oublie son rôle et son devoir d’acteur de la vie publique.

 

GOUVERNANTS ET CITOYENS SONT DONC CORESPONSABLES DU DRAME DE CONFLANS-SAINTE-HONORINE.

Ce soir, nos pensées vont à la famille de cet enseignant Samuel PATY

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2020 7 27 /09 /septembre /2020 16:39
LA JUSTICE, COMME D'AUTRES INSTITUTIONS, EST MALADE

 

LE POURQUOI DE LA FAILLITE DE LA JUSTICE EN FRANCE ET LES REMÈDES POSSIBLES

Suite de : 

http://www.olonnes.com/2020/09/comprendre-la-crise-de-la-justice-d-aujourd-hui.il-faut-informer-pour-faire-participer-a-son-sauvetage-dans-l-esprit-des-francais.ht

 

LES AUTRES MALADIES DE LA JUSTICE EN FRANCE

Ces dernières années, au sein de la Justice, la colère gronde, les grèves et les manifestations des personnels y compris celles des avocats se succèdent. Le malaise est évident.

À cela il y a diverses causes. Citons-en quelques-unes :

  • Le législateur qui, par sa logorrhée de textes complique non seulement tout le système judiciaire mais aussi paralyse l’État et ses administrations. Un exemple frappant au niveau de la Justice : le suivi de l’exécution des peines prononcées est aujourd’hui « un vrai foutoir ! »
  • Il y a le manque de moyens : 8 600 magistrats. La France est au niveau de l’Europe classée au 24 ième rang sur 28. Pour le budget, la France est classée 14ième sur 28. Pour le nombre d’avocats : 24 ième sur 28 !
  • Les Ministres de la Justice Gardes des Sceaux éphémères et incompétents : à part quelques exceptions comme Robert BADINTER, Albin CHALLANDON… ce furent ces dernières décennies des ministres nuls pondeurs de réformes bâclées et préparées par des magistrats de la Chancellerie dont les objectifs, l’objectivité et le dogmatisme sont très troubles.
  • La formation des magistrats : l’École Nationale de la Magistrature est mise en cause comme sa collègue l'ENA
  • Un statut qui n’est plus adapté...
  •  

CETTE SITUATION CATASTROPHIQUE POUR TOUS LES FRANÇAIS NE PEUT PERDURER

Il faut que le citoyen ait confiance en la Justice de son pays. À défaut, un pays, dont les citoyens n’ont plus confiance en leur Justice, bascule dans l’anarchie, la violence, les règlements de comptes sordides et ravageurs.

Cela fait des années que nous côtoyons le monde assez secret de la Justice. Certes, la vraie Justice est et doit être pudique. Ce n'est pas un spectacle télévisé mais une institution qui a particulièrement besoin de sérénité.

Justement, dans l’institution Justice, nous y avons même mis un petit doigt dedans depuis longtemps et même, à ce jour ,nous ne l’avons point quittée. Nous l’aimons et c’est pour cela qu’aujourd’hui nous nous arrogeons avec modestie le droit de la critiquer pour son bien.

Nous nous souvenons des cours du soir de ce haut magistrat de notre famille. Plus passionné par le droit que par sa carrière, à notre question naïve sur pourquoi des magistrats qui accèdent à de hautes fonctions ont-ils accepté de perdre leur indépendance ? Sa réponse fut claire…en fin de carrière, il ne connaissait toujours pas de magistrats qui refusaient les honneurs d’une promotion même si celle-ci compromettait leur indépendance. C’était il y a plusieurs décennies et depuis les choses n’ont fait qu’empirer.

À cette époque, nous étions nous-même en train de vivre cette situation dans un autre corps de l'État au Ministère des Finances ! Que peut faire faire l’ambition quand elle tue l’honnêteté.

L’interview de l’ex et célèbre Procureur Éric de Montgolfier parue dans Marianne en est renversante. Mais où va donc notre Justice ?

https://www.marianne.net/societe/dupond-moretti-franchit-toutes-les-limites-eric-de-montgolfier-appelle-les-magistrats

Quand un gouvernement crée un morceau de juridiction d’exception comme le Parquet National Financier PNF, il fait une injure aux magistrats et à la Justice et les magistrats carriéristes qui acceptent des fonctions de magistrats dans ces juridictions ne méritent plus aucune considération pour ceux qui aiment une vraie Justice…un Parquet national…rattaché à un tribunal local (Paris) rien que cela disqualifie l’institution.

On peut donc comprendre nos magistrats qui adorent leur métier, qui ont la vocation et s’y donnent à fond. Ils sont insultés par les dérives que donne l’ambition des professionnels de la Justice rongés par l’ambition personnelle et par les politiques qui interfèrent dans le fonctionnement de la Justice et osent ainsi dévoyer la noble mission des magistrats et ce, jusqu’aux Présidents de la République !

 

 

SAUVONS LA JUSTICE :

Maintenant vous comprenez pourquoi il faut toujours défendre la séparation des pouvoirs comme le prônent nos grands penseurs : le législatif, l’exécutif et le judiciaire sont 3 pouvoirs qui doivent être indépendants…quand la Justice est aux ordres de l'exécutif et ou du législatif, le Pays et surtout ses citoyens vont à leur perte.

Il faut oser proposer quelques pistes :

  • Revoir l’ensemble du système judiciaire et particulièrement la multiplicité des juridictions
  • Donner les moyens humains et matériels à ce pouvoir régalien de l’État qu’est la Justice
  • Redonner au juge un statut qui garantisse son indépendance et son corollaire ses pleines responsabilités et son éventuelle mise en cause s’il est « jugé » fautif
  • Repenser la formation et le statut (voir ci-dessus) des magistrats
  •  Mais aussi oser se poser deux questions liées : ne faut-il pas des juges élus ? Peut-on sérieusement être un bon Juge à vie ?

 

La question est aussi  : comment sortir de la complexification du système judiciaire français ? Une réflexion fut entamée sur ce thème et au seul niveau du droit du travail avec la commission BADINTER sur les fondements du droit …encore une solide réflexion et un rapport de qualité tombés dans l’oubli.

 

Chers amis citoyens encore mobilisés par la chose publique si, par exemple,vous saviez ce qui s'est  passé au sein de L’École de la Magistrature vous comprendriez le mal qui ronge la Justice. Des magistrats enseignants n’hésitèrent pas nt à faire passer leurs opinions personnelles et politiques avant le droit. Ceci a été parfaitement illustrer lors de la diffusion des formations en droit du travail à l’attention des futurs conseillers prud’homaux !

 

URGENCE : Notre Justice est malade, quand aura-t-on à sa tête un docteur miracle ?

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2020 4 24 /09 /septembre /2020 15:32
ASSEMBLÉE NATIONALE ET SÉNAT : 925 ÉLUS QUI COMPOSENT LE PARLEMENTASSEMBLÉE NATIONALE ET SÉNAT : 925 ÉLUS QUI COMPOSENT LE PARLEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE ET SÉNAT : 925 ÉLUS QUI COMPOSENT LE PARLEMENT

 

DÉFENDONS NOTRE RÉGIME PARLEMENTAIRE

 

Poursuivons notre mission citoyenne en nous penchant sur le fonctionnement de nos institutions. C’est notre rôle et une de nos fonctions sociales d’association citoyenne.

 

RAPPEL SOUS FORME DE PETIT BILAN

Nombre de députés : 577

Nombre de sénateurs : 348

Coût budgété de l’Assemblée nationale : 520 millions d’euros

Ces 12 derniers mois, il n’y a eu que 182 propositions de lois (donc d’origine parlementaire) …tout le reste de ce qui est débattu par nos parlementaires, ce sont des projets du gouvernement. Le député, le sénateur ne font pas la loi ils subissent et votent les textes proposés par le gouvernement !

 

COMMENT LE PARLEMENT FONCTIONNE-T-IL AUJOURD'HUI ?

C’est avec tristesse que nous subissons la vision des hémicycles de l’Assemblée Nationale et du Sénat quasiment vides y compris lors de débats très importants comme celui de la loi bioéthique, le texte sur la relocalisation de la fabrication des médicaments, la loi de finances rectificative, la loi relative à la dette sociale et à l’autonomie…pour ne citer que les derniers.

On a même des lois votées qui ne sont pas mises en application ! D’autres ne sont débattues et votées que par quelques dizaines de parlementaires

Tout cela constitue une injure au régime parlementaire, aux électeurs qui ont voté pour des absents aux débats et à tous ceux qui croient en la démocratie parlementaire qui est encore considérée le moins mauvais régime.

Ainsi, on comprend la velléité et le cynisme du Président de la République qui voulait réduire le nombre de Parlementaires.

Ce n’est pas le constat d’une nouveauté mais cela empire d’après les observateurs des décomptes des présents dans les hémicycles.

Alors, il ne faut pas s’étonner que, lors d’élections, le grand vainqueur soit systématiquement les abstentionnistes. On vient de revivre cela lors des élections partielles de ce dernier week-end de septembre 2020.

 

AUX CITOYENS DE SE PRENDRE EN MAIN

Les électeurs déçus du macronisme peuvent s’adresser à leurs élus accrochés à leurs fauteuils de députés ou sénateurs de la République En Marche LREM et à leurs alliés. Ils peuvent s’adresser à leurs députés qui ne se rebellent pas contre leurs chefs qui ont oublié leurs promesses.

Celles-ci figurent figurant dans les proclamations de foi du Président de la République. (Si vous en voulez un exemplaire nous nous ferons un plaisir de vous l’adresser !)

Si ces élus sont en désaccord avec ce qu’ils vivent, ils ont encore toute liberté de démissionner. Ce serait pour une fois une démission tout à leur honneur.

En parodiant La Fontaine, à ces élus qui acceptent tout, y compris le reniement de leurs promesses et profession de foi et les charges de leurs fonctions, pour rester à leur poste près de leurs mentors, nous dirons :

"Vil flatteur, vous vivez aux dépens de ceux qui ne vous écoutent plus et que vous n’entendez plus"

Les citoyens doivent relever la tête. Ils vont être dans les deux ans qui viennent sollicités pour diverses élections. Ils doivent s’informer, participer à la vie citoyenne et voter pour avoir le droit de proposer et de critiquer, d’obtenir un vrai changement avec le rétablissement de la vraie démocratie parlementaire où :

Le parlement fait la loi (pouvoir législatif) et élit éventuellement le gouvernement (pouvoir exécutif) dans une nation représentée par le Chef de l’État.

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2020 3 23 /09 /septembre /2020 22:00
UN PARI, SAUVONS NOS ABEILLES OU L'ÉCOLOGIE APPLIQUÉE

UN PARI, SAUVONS NOS ABEILLES OU L'ÉCOLOGIE APPLIQUÉE

 

LES ÉCOLOGISTES NE PEUVENT SAUVER LA TERRE.

 

LA TRISTE ET DANGEREUSE COMÉDIE DE NOS ÉLUS ÉCOLOGISTES

Un duel au sommet du parti Europe Écologie Les verts EELV entre Yannick JADOT et Eric PIOLLE est en train d'émerger. C’est une mauvaise habitude chez les écologistes dont les leaders politiques voguent sur la vague du mouvement populaire écologique pour la sauvegarde de la planète pour tenter d’arriver sur la plage de sable fin de leurs ambitions personnelles.

Encore une fois, nous regrettons l’image torride que nous renvoie l’appareil écologiste qu’est le parti Europe Écologie Les Verts EELV. Quelle triste comédie que cette lutte pour le pouvoir des dirigeants pour être nommés le représentant de l’Écologie en France, lors des prochaines élections présidentielles !

Ils ne servent pas la cause écologique dont ils parlent beaucoup…paroles, paroles. Par contre, ils la desservent par leurs exigences irréalistes, leurs surenchères, par l’utilisation de menaces hypothétiques, par la culture des peurs et par ce qui est maintenant nommé la « dictature verte ». Ils sont dangereux.

 

L’ÉCOLOGIE, C’EST L’AFFAIRE DE DE NOUS TOUS ET LA DÉFENSE DE NOTRE PLANÈTE EST AUSSI L’AFFAIRE DE NOUS TOUS

Répétons-le l’Écologie n’appartient pas à un parti qui s’est déjà dans le passé déshonoré avec ses combats de personnes et ses excès nommés aujourd'hui "dictature écologique". L’Écologie n’entre pas dans le moule politique car elle n’appartient pas à un clan mais à tous les citoyens. Elle est donc incapable de se structurer et de construire un programme réaliste.

Le Président MACRON a cru que l’écologie était une planche de salut pour lui en perte de vitesse dans les sondages. Il a voulu aller dans le sens du vent et a facilité la Convention Citoyenne sur le Climat…CCC réalisée sous son impulsion.

Aujourd’hui ? Après la présentation des propositions de la CCC, covid-19, les difficultés économiques …la CCC va faire un énorme plouf comme il en a été du Grand Débat dont il n’est rien ressorti hormis quelques promesses vite oubliées !

MAIS ALORS, POURQUOI L’ÉCOLOGIE NE PASSE PAS EN POLITIQUE ?

Nous sommes tous d’accord, notre Terre est malade du traitement que les hommes lui font subir depuis des décennies.

Le Journal « Libération » pose très bien en 2019 le problème : il pose les bonnes questions et donne ses réponses

Les deux questions :

« Peut-on amener les citoyens à abandonner d’eux-mêmes un mode de vie suicidaire ?

La réponse est NON !

« Ou faut-il les y obliger pour la survie de tous ? »

La réponse est NON !

En effet, imposer brutalement la suppression du nucléaire, de l’agriculture chimique, de la voiture, la limitation des naissances, le TGV, l’avion, la récession économique, le chômage…c’est impossible !...même le chouchou des français, symbole écologique, Nicolas Hulot ne peut se passer de son hélicoptère, de son puissant bateau, de voyages en avion…

L’Écologie c’est le long terme. Par des diktats, on ne peut effacer des siècles de progrès même si ceux-ci sont synonymes de dangers pour notre terre nourricière.

Ensuite, les écologistes au pouvoir seront impuissants. En paraphrasant Clémenceau, le père La Victoire, qui a dit au sujet de la guerre « la guerre, c’est une chose trop grave pour la confier à des militaires »…nous disons : l’Écologie est une chose trop grave pour la confier aux écologistes.

Comme l’écrit aussi Libération « l’urgence écologique peine à trouver un écho dans un système politique gouverné par le court terme ». Or, sauver la planète, c’est du long terme.

Alors, faut-il dés maintenant, imposer des règles drastiques au nom de l’Écologie ? C’est impossible : les français ne supporteront pas ce qui serait une dictature verte que nous promettent les politiques écologistes. Toutes décisions réalistes importantes passent par un consensus de nombreux pays, un consensus international.

 

 

Il ne faut donc pas perdre de temps avec les élus écologistes, il faut et il suffit que la France, l’Europe prennent des décisions qui engagent la sauvegarde de la planète dans le long terme et de manière supportable : évolution vaut mieux que révolution. Et il faudra de l’éducation, beaucoup d’éducation pour faire évoluer nos mœurs. L’Écologie reste l’affaire de nous tous, pas celle d’un clan !

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2020 6 19 /09 /septembre /2020 21:56
L'APPENDICE AU BÂTIMENT ADMINTRATIF: SALLE DU CONSEIL ET DES MARIAGES

L'APPENDICE AU BÂTIMENT ADMINTRATIF: SALLE DU CONSEIL ET DES MARIAGES

L'APPENDICE, SALLE DU CONSEIL MUNICIPAL, NOUVEL HÔTEL DE VILLE DE CHÂTEAU D'OLONNE EN FIN DE TRAVAUX (archives 2016)

L'APPENDICE, SALLE DU CONSEIL MUNICIPAL, NOUVEL HÔTEL DE VILLE DE CHÂTEAU D'OLONNE EN FIN DE TRAVAUX (archives 2016)

 

QUE PENSEZ-VOUS DE CE GÂCHIS ? UNE MAIRIE NOUVELLE POUR 4,6 MILLIONS D'EUROS DEVENUE INUTILE ET DIFFICILEMENT AMÉNAGEABLE APRÈS 27 MOIS D'UTILISATION.

 

Aux Sables d'Olonne, nous avons un crève-cœur : la nouvelle mairie de Château d'Olonne qui comporte un appendice présenté sur la photo ci-dessus qui était la salle du conseil municipal et des mariages et qui était une folie de l'ancienne municipalité de l'équipe Jean-Yves BURNAUD, Joël MERCIER, Isabelle DOAT et leurs colistiers élus co-responsables de ce gâchis.

Ce bâtiment a été inauguré quasi clandestinement le 30 septembre 2016.

Rappelons que cette mairie a eu l'honneur de la presse nationale dans la revue "Capital" lors d'une enquête sur 500 gâchis (revue d'octobre 2016) avec la photo du maire de l'époque Joël MERCIER.

La fusion des 3 communes les Sables d'Olonne, Olonne sur Mer et Château d'Olonne a été effective le 1er janvier 2019.

 

RENVERSANT : UN BÂTIMENT POUR 27 MOIS ET 4,7 MILLIONS D'EUROS POUR SA CONSTRUCTION !

 Donc, 27 mois après son inauguration, la nouvelle mairie de Château d'Olonne n'avait plus de raison d'être et sa reconversion malaisée en mairie annexe a été décidée.

Il reste que pour la Salle du Conseil Municipal et ses équipements il était évident qu'elle ne servirait plus à rien après la fusion des 3 communes.

Cette fusion était hautement prévisible alors pourquoi les élus de l'époque ont-ils pris cette folle décision?

Le sort s'est acharné sur cette salle, le Préfet de la Vendée s'est alliée au Procureur de la République du Tribunal des Sables d'Olonne pour interdire cette salle à la célébration des mariages.

 

SOUCIEUX DE LA BONNE UTILISATION DES DENIERS PUBLICS

Nous lançons un appel à tous les sablais...qui aura l'idée de génie pour trouver des moyens d'utiliser cette salle ?

Mais, si nous revenons sur cette douloureuse erreur de gestion, c'est pour attirer l'attention des citoyens sur leur rôle... il était patent que cette réalisation était la folie de quelques élus...certains ont osé le dire, l'écrire mais ils ne furent pas entendus.

Combien d'élus et de citoyens ont osé manifester leur craintes, leurs doutes sur l'opportunité d'une telle dépense ?

C'est le consensus silencieux, lâche, fataliste, c'est la crainte de représailles que pourrait exercer le maire. Toutes ces raisons qui n'en sont pas ont permis cette folie. Il ne faut pas oublier.

 

C'est ainsi que nous jugeons  qu'il est de notre devoir de revenir sur ce sujet : plus jamais cela au Pays des Olonnes ...et m^me dans toutes les collectivités ! Place à une vraie démocratie locale, place aux élus responsables et responsabilisés. Place à un statut de l'élu et surtout celui du maire et des adjoints qui en fasse des hommes et des femmes responsables et responsabilisés (répétons-le) devant répondre de leurs fautes et même de leurs erreurs.

 

VOILÀ LA BELLE SALLE DU CONSEIL MUNICIPAL DE CHÂTEAU D'OLONNE ÉQUIPÉE ET MAINTENANT DÉSAFFECTÉE

VOILÀ LA BELLE SALLE DU CONSEIL MUNICIPAL DE CHÂTEAU D'OLONNE ÉQUIPÉE ET MAINTENANT DÉSAFFECTÉE

Partager cet article
Repost0