Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

13 décembre 2018 4 13 /12 /décembre /2018 12:34
L'UNION SACRÉE ET MASSACRÉE : SOUVENEZ-VOUS, C'ÉTAIT EN OCTOBRE 2014, 3 MAIRES SATISFAITS  PUIS CE FUT LA RUPTURE ET LA MENACE D'UNE FUSION À DEUX, OLONNE SUR MER LES SABLES D'OLONNE, LE MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE RENDANT LE DIALOGUE IMPOSSIBLE

L'UNION SACRÉE ET MASSACRÉE : SOUVENEZ-VOUS, C'ÉTAIT EN OCTOBRE 2014, 3 MAIRES SATISFAITS PUIS CE FUT LA RUPTURE ET LA MENACE D'UNE FUSION À DEUX, OLONNE SUR MER LES SABLES D'OLONNE, LE MAIRE DE CHÂTEAU D'OLONNE RENDANT LE DIALOGUE IMPOSSIBLE

LE  2 JANVIER 2019 : 99 VOTANTS POUR ÉLIRE LE PREMIER MAIRE DE LA VILLE NOUVELLE "LES SABLES D'OLONNE"

 

APRÈS LE BILAN PATHÉTIQUE DE 30 ANS DE GESTION DE LA VILLE DE CHÂTEAU D’OLONNE PAR JOËL MERCIER ET JEAN-YVES BURNAUD :

http://www.olonnes.com/preview/74359faf477f401ac6483e9978a88ba15535658f

 

une autre interrogation :

PEUT-ON ÊTRE ANTI-FUSIONNISTE ET POSTULER AU POSTE ET FONCTION DE MAIRE D'UNE COMMUNE NOUVELLE ISSUE DE LA FUSION DES 3 COMMUNES DONT LA SIENNE ?

Rappelons que le nouveau maire sera élu ce jour-là, 2 janvier 2019 par le collège des 99 élus des 3 communes (3 fois 33 élus). Tous les 99 élus peuvent se présenter à cette élection d'un type particulier.

Nous apprenons que les élus socialistes du Pays des Olonnes vont apporter leur soutien à Joël MERCIER, maire de Château d'Olonne, candidat au poste de maire de la nouvelle ville "LES SABLES D'OLONNE"..

Or, ces élus socialistes n’ont eu de cesse depuis des années que de critiquer la fusion et même le proncipe des fusions de communes. Ils viennent donc renforcer le caractère anti-fusionniste du candidat MERCIER qui, maintenant, voudrait être mis à la tête de la VILLE NOUVELLE DES SABLES D’OLONNE DONT IL NE VOULAIT PAS ? C'est un soutien gênant et probant, un beau paradoxe incompréhensible pour le commun des mortels et ce n'est pas le seul soutien gênant que reçoit Joêl MERCIER.

Certes, Joël MERCIER a eu aussi le soutien de Didier GALLOT, excellent maire des Sables d’Olonne, lui, fusionniste convaincu, qui a fait bouger sa ville et qui a dû vilipender sans ménagement Joël MERCIER qui bloquait la fusion en 2014, 2015 et 2016.

Tentons une explication entre ces soutiens fusionnistes et anti-fusionnites, des je t'aime et des je ne t'aime plus, mélangés pour élire un maire qui va gérer une fusion dont il ne voulait pas.

 

PANIER DE CRABES

Secouons le panier de crabes, il en tombera bien des pattes cassées, de mauvaises odeurs, des egos à vif mais que ne ferait-on pas pour trouver moyen de s’unir, disons-le, contre celui qui a l’ambition de la réussite pour son Pays et qui, dans la tourmente des critiques, démontre son savoir-faire et donc qui peut déranger l'ordre local établi : le maire d'Olonne sur Mer, Yannick MOREAU ?

C’est un feu d’artifice(s) tiré pour salir et entraver la bonne marche de la la fusion, voire salir le maire d’Olonne sur Mer qui a propulsé sa ville en tête, une salve d’artillerie pour détruire quoi, qui ? N’est-ce pas simplement oublier que désormais nous sommes "tous sablais ! "

Certes, on peut reprocher à Yannick MOREAU d’avoir dynamisé sa commune, d’avoir été un temps un député actif, d’avoir réussi le lancement de l’Agglomération et de vouloir faire fructifier ses talents et défauts pour la collectivité et aussi pour sa satisfaction personnelle. Mais celle-ci n'est-elle pas légitime : avoir de l'ambition dans la vie est légitime pour soi mais aussi pour la collectivité si tout se passe dans l'ordre établi par la loi…

 

TRAVAILLER ENSEMBLE DANS UN PANIER DE CRABES : VIVRE ENSEMBLE, C'EST ÊTRE INTELLIGENT

Donc, que d’ignominies inutiles que le bon peuple n’aime pas ! Que de bassesses inutiles encore une fois par presse interposée et consentante ( c'est l'actualité locale !).

Il faudra bien que les 3 maires travaillent de concert durant les 15 mois pour finaliser la commune unique . 15 mois qui nous séparent des élections municipales nouvelles de 2020. 15 mois de travail intense, de mobilisation du personnel communal qui s’est montré exemplaire, de poursuites de projets à réussir, de projets éventuellement à mettre en route...tâche gigantesque qu'affrontent tous ceux qui investissent pour l'avenir dans des fusions que ce soit de collectivités locales, d'entreprises, d’associations.

MAIS ALORS, JOËL MERCIER, CANDIDAT À LA MAIRIE DES SABLES D’OLONNE : EST-CE POUR COULER LE BEAU NAVIRE DES SABLES D’OLONNE, VILLE NOUVELLE RÉUNIFIÉE ?

 

CE SERAIT UN COMBLE MAIS AUSSI UNE SURPRISE DE VOIR UN ÉLU CONTRE LA FUSION DES COMMUNES, ANTI FUSIONNISTE, DEVENIR LE PREMIER MAIRE D'UNE COMMUNE NOUVELLE ISSUE D'UNE FUSION !

 

FAISONS PLACE À L'INTELLIGENCE ET AU SENS DE L'INTÉRÉT GÉNÉRAL DES 99 ÉLUS CASTELOLONNAIS, OLONNAIS ET SABLAIS POUR RELANCER LE "TRAVAILLONS ENSEMBLE" POUR L'AVENIR SABLAIS.

 

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2018 3 05 /12 /décembre /2018 17:20
QUE LE BROUILLARD SE LÈVE VITE

QUE LE BROUILLARD SE LÈVE VITE

IL FAUT QUE LES  ÉLUS COMPRENNENT QU'IL LEUR FAUT UN GRAND SENS DE L'INTÉRÊT GÉNÉRAL POUR QUE LE BROUILLARD QUI RÈGNE AU-DESSUS DE L'AGGLOMÉRATION SABLAISE  SE LÈVE VITE POUR QUE LE 2  JANVIER 2019 LA FÊTE NE SOIT PAS GÂCHÉE.

 

IL FAUT QUE LEUR INTELLIGENCE ET LEUR CŒUR LEUR PERMETTENT DE DÉPASSER LES RAVAGES INUTILES QUE FONT DES EGO QUI LEUR SONT PARTICULIÈREMENT PRÉJUDICIABLES.

 

 

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2018 2 13 /11 /novembre /2018 21:52
JOËL MERCIER, CANDIDAT AU POSTE DE MAIRE DE LA NOUVELLE COMMUNE LES SABLES D'OLONNE APRÈS HÉSITATIONS

JOËL MERCIER, CANDIDAT AU POSTE DE MAIRE DE LA NOUVELLE COMMUNE LES SABLES D'OLONNE APRÈS HÉSITATIONS

NICOLE LANDRIEAU : CANDIDATE, ÉLUE, OPPOSITION FRONT DE GAUCHE, À OLONNE SUR MER

NICOLE LANDRIEAU : CANDIDATE, ÉLUE, OPPOSITION FRONT DE GAUCHE, À OLONNE SUR MER

APRÈS LA CANDIDATURE DE YANNICK MOREAU, MAIRE D'OLONNE-SUR-MER, PRÉSIDENT DE LA COMMUNAUTÉ D'AGGLOMÉRATION "LES SABLES D'OLONNE" LES NOUVELLES CANDIDATURES SE RÉVÈLENT

 

UNE ÉLECTION SANS CAMPAGNE APPARENTE

C'est une élection très particulière puisqu'il n'y aura que les 99 élus des communes d'OLONNE-SUR_MER, DES SABLES D'OLONNE ET DE CHÂTEAU D'OLONNE qui voteront, ce 2 janvier 2019, pour élire le maire de la commune nouvelle unique LES SABLES D'OLONNE.

LES 99 élus, électeurs de ce scrutin peuvent tous être candidat au poste de maire.

 

LE 2 JANVIER 2019, LES 99 ÉLUS VOTERONT POUR ÉLIRE LE PREMIER MAIRE DE LA VILLE NOUVELLE

Le 2 janvier 2019, au matin, les 99 élus siègeront aux SABLES D'OLONNE, dans la grande salle des Atlantes, certainement en présence d'une foule importante, de la presse...

Les candidatures à ce poste de maire d'une commune de 45 000 habitants se présenteront officiellement ce matin du 2 janvier 2019.

Le maire élue présentera au vote ses futurs adjoints "son équipe".

S'il y avait eu entente cordiale entre les 3 maires cela aurait pu être une formalité. Mais la valse-hésitation de Didier GALLOT, maire actuel des SABLES D'OLONNE, a troublé un peu plus les jeux et occis l'entente cordiale et ouvert la possibilité d'une candidature du maire de CHÂTEAU D'OLONNE, Joël MERCIER, qui vient de se déclarer.

 

JOËL MERCIER, UN CANDIDAT À LA FONCTION DE MAIRE DE LA COMMUNE FUSIONNÉE QUI FUT UN FAROUCHE OPPOSANT À LA FUSION

C'est donc bien sur une ambiguïté que se fonde cette candidature.

On aboutit à cette situation ubuesque et peu propice à l'union de toutes forces pour "fonder" cette commune nouvelle unique.

Rappelons qu'il a fallu une action citoyenne castelolonnaise persévérante pour aboutir à la consultation du 11 décembre 2016 qui a contraint le maire de CHÂTEAU D'OLONNE à accepter de revenir retrouver ses deux collègues maires pour une vraie fusion à 3. Que de temps et d'argent perdus !

Mais ce qui compte c'est l'essentiel que la population a accueilli avec joie : les décisions des 3 communes en juillet 2018 de fusionner et l'arrêté préfectoral d'août 2018 qui consacre juridiquement cette fusion de communes tant espérée.

Nous reviendrons sur cette situation et sur cette élection sans campagne électorale, sans panneaux, sans bureaux de vote...mais les citoyens avaient dans les 3 commune voté massivement pour la fusion dans leurs choix électoraux et lors de la consultation de décembre 2016 à CHÂTEAU D'OLONNE.

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2018 6 10 /11 /novembre /2018 17:21
LE 11 NOVEMBRE NE MOBILISAIT PLUS À CHÂTEAU D'OLONNE

LE 11 NOVEMBRE NE MOBILISAIT PLUS À CHÂTEAU D'OLONNE

COMME L'ALLEMAGNE ET LA FRANCE DANS LEUR HISTOIRE : LES DEUX ENNEMIS, LES MAIRES DES SABLES D'OLONNE ET CELUI DE CHÂTEAU D'OLONNE, S'ALLIENT (LÀ, AUSSI) POUR FAIRE UNE CÉRÉMONIE UNITAIRE ET OLONNE SUR MER RESTE AU BORD DE LA ROUTE (POUR UNE CÉRÉMONIE QUI NE SERA DONC PAS UNITAIRE)

voir :

http://www.olonnes.com/2018/11/ceremonies-du-11-novembre-au-pays-des-olonnes.html

 

C'est vrai que la cérémonie du 11 novembre à Château d'Olonne devenait chaque année de plus en plus squelettique. En 2018, elle sera réduite à sa plus simple expression (exit la messe, le défilé, l'harmonie...). En effet, le maire de Château d'Olonne  rejoindra, après un reliquat de cérémonie à Château d'Olonne(une demi-heure au Monument aux Morts du nouveau cimetière) celui des Sables d'Olonne.

 

LA GUERRE DES CHEFS LOCAUX POUR L'ANNIVERSAIRE DU CENTENAIRE DE L'ARMISTICE ?

À l'occasion de ces cérémonies du 11 novembre Joël MERCIER, maire de Château d'Olonne, tente à nouveau la relance de la discorde après l'entente cordiale qui a permis la fusion en 2018.

Un front MERCIER GALLOT : une mésalliance, erreur profonde qui ne conduit que nulle part.

Rappelons, en effet, le passé : cette année 2015 où Joël MERCIER, maire de Château d'Olonne, faisait capoter le projet de fusion. À cette époque, pas si lointaine, Didier GALLOT n'avait pas de mots et d'écrits assez durs pour qualifier l’attitude et la personne du maire Joël MERCIER :  "Il est permis de s’interroger sur la volonté réelle de Château d'Olonne. Reports de rendez-vous, absence de vision d'ensemble, culte de l'infiniment petit se succèdent , se croisent en une valse hésitation qui provoque le tournis"..."tout ceci donne l'impression d'une pratique du double langage où l'arrière cour n'a rien à voir avec la vitrine."

Didier GALLOT à JOËL MERCIER :

pour la piscine "Le premier objectif de cette ambition aquatique était en réalité de trouver à tout prix un « grand projet » sur la commune castelolonnaise."

pour la fusion : "Arrêtons de gonfler les baudruches, fusionnons et vite ! Oui à l’addition des forces de nos villes, non à la multiplication des niveaux de décision, non aux pertes de temps et d’énergie. Nous n’en n’avons plus les moyens, il est urgent d’agir et d’agir vite."

 

Ceci avait abouti en juin 2015 au projet de fusion à deux Olonne-sur-Mer et les Sables d'Olonne unies pour sanctionner les foucades, prétentions, incorrections et exigences insupportables du maire de Château d'Olonne.

Heureusement que Yannick MOREAU sauvait la fusion en tendant la main, l'année suivante, à Joël MERCIER et le vote des castelolonnais de décembre 2016 faisait définitivement plier Joël MERCIER et scellait à nouveau et pour de vrai l'union à 3.

Et voilà que maintenant Joël MERCIER, comme savait le faire Jean-Yves BURNAUD, remet la discorde à l'ordre du jour en profitant d'un moment de faiblesse du maire des Sables d'Olonne qui avait pourtant fait un bon début de parcours dans sa ville.

 

RÔLE DES CITOYENS : AGIR AUPRÈS DE LEURS MAIRES

Maintenant il faut que tous les citoyens disent à leurs maires : Soyez dignes, porteurs d'avenir, intelligents signez l'armistice que tous les sablais du grand LES SABLES D'OLONNE attendent.

Pour la mémoire commune de nos anciens, pour tous les citoyens prendre la cérémonie du 11 novembre en otage est proprement honteux.

Nous ne comprenons pas que le maire des Sables d'Olonne qui a une haute idée de notion d'honneur, de la patrie et de son histoire se soit laissé embarquer dans une historiette cloche-merdique aussi mesquine que cette division politique qui gâche une cérémonie qui appartient à tous.

 

11 NOVEMBRE 2018,  L'ARMISTICE ENTRE LES 3 MAIRES ? Un souhait de tous

 

 

NBOUS PRÉFÉRONS TOUS CELA POUR L'AVENIR

NBOUS PRÉFÉRONS TOUS CELA POUR L'AVENIR

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2018 3 07 /11 /novembre /2018 22:17
RAPPEL DU PROJET DU MAIRE JOËL MERCIER : LA FUTURE ROUTE (EN ROUGE) TRAVERSERA LA ZONE NATURELLE FORESTIÈRE POUR ABOUTIR AU PIED DE L'ABBAYE ROMANE SAIN JEAN D'ORBESTIER

RAPPEL DU PROJET DU MAIRE JOËL MERCIER : LA FUTURE ROUTE (EN ROUGE) TRAVERSERA LA ZONE NATURELLE FORESTIÈRE POUR ABOUTIR AU PIED DE L'ABBAYE ROMANE SAIN JEAN D'ORBESTIER

LITTORAL 3, ROUTE LITTORALE FERMÉE : UN LONG ET BON DÉBAT,  UNE PROCÉDURE "ANODINE" PROPOSÉE  PAR LE MAIRE, SAUF QU'ELLE SIGNIFIE L'ACCEPTATION PURE ET SIMPLE DU PROJET AVANT L'ENQUÊTE PUBLIQUE ET CELA À QUELQUES JOURS DE LA CRÉATION DE LA VILLE NOUVELLE UNIQUE "LES SABLES D'OLONNE" À QUI SERA REFILÉ LE BÉBÉ.

Suite de

  http://www.olonnes.com/2018/11/chateau-d-olonne-conseil-municipal-du-5-novembre-2018.html

 

Débat tendu mais intéressant dans la mesure où tous les arguments POUR ou CONTRE le projet du maire dit "projet LITTORAL 3" (voir schéma ci-dessus), et qui comprend selon le maire Joël MERCIER et son adjointe Isabelle DOAT la fermeture de la route littorale (en jaune) à hauteur du puits d'enfer pour envoyer la circulation sur une route nouvelle (en rouge) qui couperait la zone forestière en deux.

Pour réaliser son projet le maire doit faire "passer la route départementale" (route littorale) dans le domaine public communal.

Ceci peut s'analyser comme un simple transfert de "propriété" de la route du département à la commune. La route sera donc déclassée devenant ainsi vicinale.

Sauf que cette opération est l'arbre qui cache la forêt toute proche : il concrétise un projet que la population et nombre d'élus rejette. De plus, il y a aussi la piste cyclable "départementale" que le maire veut aussi déclasser et déplacer.

 

UN BEAU PROJET MAIS DE MAUVAISES MANIÈRES...L'OPPOSITION DE DROITE DEMANDE L'ANNULATION DE LA DÉLIBÉRATION

La tradition d'une procédure où le maire règne en maître absolu même s'il se trompe, il a raison et ce défaut de concertation ne conduit, en général, qu'à des échecs.

Le résultat de de cette tradition quasi dictatoriale est que, depuis des décennies, la municipalité castelolonnaise accumule les erreurs stratégiques et de gestion. Elle a gâché les possibilités énormes de cette ville. L'urbanisme et donc la voirie et les réseaux : c'est l'anarchie, les bâtiments publics c'est minable comme les pistes cyclables non raccordées entre elles, la rue Clémenceau, cette nouvelle mairie, la salle Gargamoelle, la salle des sports, l'office de tourisme, le Centre Ville...tout est fait en dépit du bon sens et à prix d'or et même de manière illégale comme la résidence dite de tourisme des jardins "hollandais"( jardins dits du Château d'Olonne) ... le maire impose ses décisions, les élus renâclent un peu mais finissent par dire OUI donc pourquoi ne pas continuer avec cette histoire de route littorale qui cristallise les mécontentements, les rejets, les colères. C'est l'ère Jean-Yves BURNAUD, ancien maire, qui se poursuit...sauf que là, avec le vote castelolonnais pour la fusion des 3 communes, le 11 décembre 2016, les conditions ne sont plus les mêmes. 

Le maire Joël MERCIER et son Adjointe Isabelle DOAT, avec la complicité d'élus dits verts et de gauche, veulent  encore une fois passer en force. Ils viennent de réussir leur coup mais l'illégalité des procédures est soulevée devant le Préfet de la VENDÉE et le Tribunal Administratif de NANTES (voir le communiqué ci-dessous).

Qu'importe les arguments de droit comme ceux qui concernent la procédure illégale du déclassement, l'enquête publique nécessaire... le maire, quelques adjoints n'en n'ont cure.

Forte du soutien de la population (comme cela fut le cas pour le vote de décembre 2016), l'opposition interne à la majorité du maire qui avait cependant courbé l'échine pour passer sous les fourches caudines de leur maire, en juillet dernier, n'en peut plus. Elle se rebelle et 10 des membres de cette majorité ont dit NON. La sénatrice Annick BILLON a dit "non à cette méthodologie"..."c'est insidieux".

 

VICTOIRE À LA PYRRHUS : UNE DÉCISION INUTILE ARRACHÉE À 50 JOURS DE LA FUSION CRÉATION DE LA COMMUNE NOUVELLE AVEC UN PROJET DONT LE BUDGET EST À GÉOMÉTRIE VARIABLE

Il est vrai que faire prendre cette décision à moins de 50 jours de la création de la commune nouvelle qui va hériter du bébé sans que les 99 élus des 3 communes ne soient consultés ni même l'Agglomération est une nouvelle tentative de sabotage du démarrage de la nouvelle commune. "Il est trop tôt pour se déclarer" dira avec justesse l'élue de la majorité Claire BRANDET. Sur ce dossier, le maire ainsi ne défend pas les intérêts de ses citoyens ni l'intérêt général en mettant sa ville en porte à faux par rapport à la future municipalité de la ville nouvelle "LES SABLES D'OLONNE".

Faire "approuver " le projet littoral 3 et dévoiement de la route par le biais du petit problème du "déclassement de la route" ce n'est pas respecter les bonnes manières, c'est truquer la prise de décision car le "prétexte déclassement "est accessoire mais cet accessoire, les élus savent, qu'il servira au maire pour dire que le projet est accepté, figé, voté...même si c'est avant l'enquête publique qui sera "truquée"...on connaît !

Enfin, l'élue de la majorité Catherine MICHENAUD pose avec vigueur le problème du coût du projet. Bonne question et mauvaise réponse du maire un peu plus de 4 millions d'euros...Pour nous  qui suivons le projet avec attention c'est encore un chiffre balancé comme cela qui contredit les chiffres déjà donnés précédemment 3 millions, 5 millions ...ce projet a un budget à géométrie variable...chaque fois qu'un chiffrage du projet par le maire et son adjointe est donné il contredit en plus ou en moins les précédents : c'est affligeant ! Engager ainsi des millions d'euros : l'élue s'enrage, à juste titre, et la réponse qui lui fut faite par Isabelle DOAT, maire adjointe, manquait même de courtoisie. L'élue de la majorité Catherine MICHENAUD fait aussi remarquer l'inutilité de cette délibération puisque la future équipe de la ville nouvelle unique va revoir le dossier.

Laurent AKRICHE élu "VERT" membre de l'opposition vole au secours du maire et de son adjointe en constatant qu'il faut avancer sur le dossier qu'importe la création dans quelques jours de la ville nouvelle et il invoque le risque, avec l'érosion, de voir la piste cyclable s'effondrer provoquant ainsi l'hilarité d'élus et du public. Navrant de constater qu'un élu écologiste connaisse si mal les caractéristiques géologiques du littoral castelolonnais et les études figurant au dossier.

C'est dans la confusion totale et l'illégalité de la procédure de vote que le résultat du vote (voir notre précédent article) proclamé négatif devient  ensuite positif : 17 POUR et 15 CONTRE. Comme le confie l’adjointe Isabelle DOAT à Ouest France ce jour...c'est la Justice qui , en toute indépendance, jugera de la légalité de cette délibération pour le moins surprenante. La population a déjà tranché. 7 000 citoyens ont déjà dit NON  au projet et ces 7 000 citoyens sentent bien le mépris avec lequel ils sont traités. Que la population ose s'exprimer est un crime de lèse majesté et pourtant le précédent de l'exercice de la démocratie directe comme elle a pu s'exprimer pour le droit à être consulté pour la fusion en décembre 2016 aurait dû servir de leçon au maire de Château d'Olonne et à son adjointe. Le vote de ce soir lundi 5 novembre ne peut être qu'une victoire à la Pyrrhus mais que de temps et d'énergie perdues.

DE LA PAROLE AUX ACTES : RECOURS DE JEAN-PIERRE CHAPALAIN DEVANT LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES EN VUE DE FAIRE ANNULER LA DÉLIBÉRATION SUR LE DÉCLASSEMENT DE LA ROUTE LITTORALE EN VUE DE SA FERMETURE DÉVOIEMENT

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

"Par délibération du 05/11/2018, le Conseil Municipal du Château d’Olonne a accepté le déclassement de la route départementale RD32 A, promenade Edouard Herriot et de la piste cyclable du littoral et son classement dans la voie communale.

Comme je l’ai évoqué au cours de la séance, je vous informe déposer aujourd’hui un recours auprès du Tribunal Administratif pour demander l’annulation de cette délibération.

En effet, conformément à l’article L131-4 du code de la voie routière, modifié par la Loi n°2004-1343 du 9 décembre 2004, le déclassement d’une route départementale  relève d’une délibération du Conseil Départemental.

Nous n’avons pas eu connaissance d’une telle délibération.

Par ailleurs, toute délibération du Conseil Départemental concernant le déclassement d’une route ayant des fonctions de desserte ou de circulation doit préalablement faire l’objet d’une enquête publique.

Or aucune enquête publique préalable à la décision de déclassement n’a été réalisée.

Pour l’ensemble de ces raisons, en notre qualité de conseiller municipal, nous exerçons notre droit de recours et demandons par conséquent l’annulation de la délibération auprès de Monsieur le Président du Tribunal Administratif de Nantes, et informons la Préfecture de notre action."

 

                                                                       Jean-Pierre CHAPALAIN

JEAN-PIERRE CHAPALAIN TÊTE DE LA LISTE D'OPPOSITION  "ENSEMBLE AGIR POUR LE CHANGEMENT"

JEAN-PIERRE CHAPALAIN TÊTE DE LA LISTE D'OPPOSITION "ENSEMBLE AGIR POUR LE CHANGEMENT"

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2016 6 09 /07 /juillet /2016 20:38
3 clochers mais hélas avec des cloches discordantes

3 clochers mais hélas avec des cloches discordantes

PRÉSENTATION D'UNE SYNTHÈSE SUR LE PROJET D'UNE FUSION DES COMMUNES AU PAYS DES OLONNES FAITE PAR UNE "MÉMOIRE" DE CE PAYS

Pour comprendre les jeux politiques et les enjeux de la FUSION DES 3 COMMUNES AU PAYS D'OLONNE

suite de

http://www.olonnes.com/2016/07/memoire-sur-la-fusion-au-pays-d-olonne-suite-3.html

 

 

3 ème acte du « Vivre-Ensemble » : Ça passe…..

ou ça casse

…. !!! ...

 

Dernier acte (connu) du feuilleton « fusion-passion »

 

Sous la houlette de Yannick Moreau, le duo sablo-olonnais se met en mesure de proposer aux castelolonnais un schéma avec un calendrier pour une fusion à court terme.

Ce schéma qui sera suivi de quelques autres bouscule manifestement les plans castelolonnais peu pressés de rendre leurs écharpes.

A cette tension vont s'ajouter les choix politiques communs des partis de droite et du centre en vue des sénatoriales en novembre 2014 et des départementales en mars 2015.

Alors que Annick Billon, membre de l'U.D.I. et adjointe au Château d'Olonne est choisie pour accompagner Bruno Retailleau au Sénat, contre toute attente, le choix se porte pour les départementales sur Florence Pineau, adjointe d'Olonne sur Mer, pour accompagner Gérard Faugeron, conseiller général sortant.

Ce choix a un goût amer pour Isabelle Doat, adjointe au Château d'Olonne et que tout désignait pour cette candidature.

Ce sera le début d'une grande animosité entre Isabelle Doat soutenue par son maire et une partie de ses collègues et Yannick Moreau ; animosité transcendée par le Journal des Sables tout heureux de l'aubaine constituée par les prises de position d'Isabelle Doat et les réponses « cinglantes » bien que courtoises de Yannick Moreau.

Cette animosité ira jusqu'au retrait de délégations attribuées à Isabelle Doat à la CCO par le président Yannick Moreau.

Bien évidemment, ces conflits de personnes rendent encore plus difficile le climat relationnel entre les castelolonnais et le duo sablo-olonnais.

Devant le rejet systématique par les castelolonnais des propositions sablo-olonnaises, le duo décide fermement, tout en laissant la porte ouverte à leur voisin, de fusionner à deux au 1er janvier 2018 jugeant cette date comme limite à leurs engagements respectifs.

La réponse des castelolonnais va se faire en mai/juin 2016 avec l'annonce d'une consultation des castelolonnais en décembre 2016 pour une fusion au 1er janvier 2019 assortie de conditions liées à la représentation des élus castelolonnais dans la future assemblée de la nouvelle commune.

De l'avis d'experts, la question posée pour cette consultation risque de poser davantage de questions que de réponses aux questions que certains se posent.

 

UNE CONSULTATION AMBIGÛE À CHÂTEAU D'OLONNE EN DÉCEMBRE 2016. LA CONSTRUCTION D'UNE NOUVELLE MAIRIE : AUTRE AMBIGUITÉ

"En effet, outre le risque d'une mobilisation insuffisante des électeurs, la question posée contient en fait 3 questions d'égale importance à savoir :

1 – Oui ou Non, êtes-vous favorable à la fusion ?

2 – Si Oui, êtes-vous en accord avec la date proposée du 1er janvier 2019 ? (soit au moment où démarre la campagne électorale de 2020)

3 -  Et, êtes-vous d'accord avec les conditions posées pour la répartition de la future assemblée à 99 élus de la future commune ?

Que l'on soit favorable ou pas à la fusion, ce choix de consultation manque cruellement de bon sens à moins que, à défaut de panache, la volonté soit d'ajouter à la confusion.

Nous découvrons là le projet annoncé en 2014 de Joël Mercier comme préalable à la fusion qui s'affiche clairement comme un projet politique essentiellement défenseur des intérêts particuliers.

Au moment où les difficultés s'amoncellent pour nos concitoyens et que le pire s'annonce, il eut été plus judicieux de tout faire pour que l'avenir du Pays d'Olonne puisse être autre chose qu'un rapport de forces visant au maintien de quelques privilèges.

La consultation castelolonnaise, faut-il le rappeler, refusée aux castelolonnais en 2009 et que certains annoncent prétendument comme un exemple de démocratie aurait mérité plus de réflexions et de concertation avec les associations et autres acteurs économiques et sociaux du Château d'Olonne.

Éventuellement, tous les élus étant d'accord pour fusionner, une consultation portant non pas sur la réforme institutionnelle elle-même aux règles essentiellement légales, mais sur un plan élaboré en commun sur tous les aspects administratifs, juridiques et socio-économiques aurait pu avoir cette signification démocratique recherchée.

Encore une fois, une consultation du type référendum ne peut être mise à toutes les sauces au risque de « flops » retentissants. Les exemples ne manquent pas !

Par contre, et c'est un paradoxe à Château d'Olonne, le recours à une consultation pour ou contre la construction d'une mairie en pleine négociation de fusion des communes eut été sans aucun doute le bienvenu.

Autre blocage : comment peut-on envisager une fusion en 2019 alors que nous serons pratiquement en campagne électorale, que, dans l'hypothèse d'une fusion au 1er janvier 2018 pour les sablo-olonnais, toutes les procédures juridiques administratives, techniques, sociales, prises de fonction des élus etc. seront en place depuis un an et qu'il faudra tout recommencer pour accueillir les castelolonnais ?

Plus grave, il faudrait revoir le budget de A à Z avec des nouvelles orientations fiscales.

Tout simplement irréalisable même en supposant un accord peu probable du côté de la préfecture."

 

À SUIVRE...FUSION À TROIS EN 2019, UNE IMPASSE,

FUSION À DEUX EN 2018, UN BOULEVARD...

2016... ÇA PASSE OU ÇA CASSE

 

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 19:52
Un maire tendu décidé à ne rien céder...pourtant il ne représente que 48 % des électeurs et les oppositions 52%

Un maire tendu décidé à ne rien céder...pourtant il ne représente que 48 % des électeurs et les oppositions 52%

FUSION : UN CONSEIL MUNICIPAL EXTRORDINAIRE, EXTRAORDINAIREMENT DÉCEVANT

Suite de

http://www.olonnes.com/2016/05/chateau-d-olonne-conseil-municipal-sur-la-fusion-au-pays-des-olonnes.html

 

L’importance de ce Conseil Municipal pour l’avenir du Pays des Olonnes nous conduit à nous focaliser sur le premier point de l’ordre du jour et à affiner l’analyse des échanges et des documents pour rétablir une vérité qui ne sera peut-être pas gaie mais opération nécessaire pour que les citoyens particulièrement ceux de Château d’Olonne sachent comment ils sont dirigés vers une fusion toujours espérée mais douteuse.

 

Salle du Conseil Municipal comble pour un Conseil Municipal qui ne pouvait qu’être exceptionnel…le dernier dans la mairie actuelle avant le prochain en Juin dans la Nouvelle Mairie. Exceptionnel aussi par l’absence remarquée de l’ancien maire Jean-Yves BURNAUD et de la tête de la liste de gauche « Construire l’avenir ensemble », Anthony PITALIER et exceptionnel aussi par la présence d’un élu de la majorité qui avait certainement perdu l’habitude de venir.

 

Après les formalités habituelles, le maire, Joël MERCIER a abordé le premier point de l’ordre du jour « Création de la Commune Nouvelle, organisation de la consultation des citoyens castelolonnais ».

Le maire a lu dans une ambiance un peu électrique, avec des élus contractés et un public attentif qui aurait, encore une fois et pour la dernière (espérons-le), espéré tout entendre des débats mais la sono et la voie du maire passaient mal !

 

DE GROS MENSONGES POUR DÉBUTER

 

Le maire tendu a lu un texte de présentation qui reprend l’historique en revisitant l’histoire et imputant l’échec de la fusion aux deux autres maires

« Un premier cycle d’échanges a échoppé fin 2015 sur la méthodologie et le rythme du rapprochement des 3 communes. Dès lors les communes d’Olonne sur Mer et des Sables d’Olonne ont commandé des études techniques sur l’hypothèse d’une fusion à deux, démarche qui a stoppé l’élaboration d’un projet cohérent de territoire à soumettre à la population du Pays des Olonnes de ce fait privée d’expression quant à ses perspectives d’avenir

Cette phrase aurait pu paraître anodine pour un observateur extérieur. C'est vrai que la municipalité avec notre expérience et nos archives vit maintenant sous le contrôle expert d'une équipe qui suit les affaires castelolonnaises avec ses petits moyens, avec attention, objectivité et esprit critique quand il le faut...mais le tout avec un soutien fiort de la population castelolonnaise.

L'attitude indécente du maire quant aux questions posées par les élus de l'opposition et le silence des élus de la majorité  nous permettent cette fois de pousser la critique par le constat qui suit.

 

MENSONGES ÉHONTÉS ET ERREURS VOLONTAIRES  : IL NE FAUT PAS RÉÉCRIRE L'HISTOIRE POUR TROMPER LE CITOYEN

 

1) Le cycle d’échanges n’a pas « échoppé en fin 2015 »

Les maires ont été élus en mars 2014. La concertation sur la fusion a débuté rapidement mais l’été 2014 a été catastrophique pour les relations entre les 3 équipes maires et adjoints des 3 communes.

C’était le temps des rendez-vous manqués et la découverte par les élus olonnais et sablais de la mauvaise volonté des castelolonnais.

Précisons que ce blocage date bien de l’été 2014.

Yannick MOREAU a tenté de poursuivre le dialogue et cela abouti à la motion sur « l’union des communes sœurs des Olonnes » adopté par les 3 conseils municipaux le lundi 13 octobre 2014.

Sauvée par cette unanimité faite de compromis, la fusion était repartie.

Mais le train de la fusion n’a pas été bien loin.

Les difficultés relationnelles lors des réunions techniques empiraient. Le train n’avançait plus. Château d’Olonne prenait des décisions contraires aux orientations décidées : office de tourisme, informatique…Les mesures dilatoires employées par les élus et le maire de Château d’Olonne devenaient insupportables pour nombre d’élus olonnais et sablais.

Le maire de Château d’Olonne n’avait toujours pas donné sa date pour la consultation des castelolonnais : préalable qu'il  imposait. Les élus des deux autres communes prenaient conscience que le maire de Château d'Olonne jouait la montre...pour renvoyer la fusion aux calendes grecques (comme il l'a dit).

Comme il fallait avancer pour tenir leurs engagements électoraux de fusion, en juin 2015, à Olonne sur Mer et en juillet aux Sables d’Olonne, les conseils municipaux de ces deux villes ont décidé sur la base d’un texte projet et planning de fusionner à deux au 1er janvier 2018.

Il est donc est faux et mensonger d’écrire que l’échec date de fin 2015.

L'échec a son origine en 2014 et le constat d’échec est de juin 2015.

En écrivant fin 2015 le maire de Château d’Olonne tente abusivement de vouloir  faire croire ce qui suit sur les causes de l’échec.

 

2)Les études pour une fusion à deux une : " démarche qui a stoppé l’élaboration d’un projet cohérent de territoire à soumettre à la population du Pays des Olonnes"

Il est faux d’écrire et de dire cela en Conseil Municipal face au public.

Le projet présenté par les Sables d’Olonne et Olonne sur Mer pour une commune unique le 11 juin 2015 a été approuvé par leurs conseils municipaux et soumis par les deux autres communes au maire de Château d’Olonne.

La porte restait ouverte pour une fusion à deux ou à trois.

Cela fut écrit, dit et redit par les maires d’Olonne sur Mer et des Sables d’Olonne.

En juin 2016, ils attendent toujours une réponse de Château d’Olonne…

C’est donc Château d’Olonne qui a bloqué le processus et non les contrats d’études sur une fusion à deux.

Les décisions concernant les études sur la fusion à deux sont de décembre 2015 donc après des mois d’attente de signes positifs de Château d’Olonne.

 

3)« Population du Pays des Olonnes…privée d’expression quant à ses perspectives d’avenir. »

Comment des projets d’études peuvent-ils priver la population de son droit d’expression sur son avenir ? Argument fumeux qui n'abuse personne sauf ceux qui ont envie d'être abusés.

L’avenir : les électeurs du Pays des Olonnes en ont décidé en votant pour des listes qui se disaient favorables à la "fusion inéluctable".

Il appartenait donc aux élus sablais, olonnais et castelolonnais DÈS AVRIL 2014 de mettre en œuvre cette perspective. Le temps perdu est à mettre au passif de Château d'Olonne.

Mais qu’a donc fait Château d’Olonne depuis 2014 pour faire avancer la fusion promise ?

C’est cette question qui aurait dû être posée.

La réponse  : RIEN  DE POSITIF !

Et ce n’est pas avec la question posée ce soir au conseil municipal que l’on avancera dans la clarté.

 

Mais comment se fait-il qu'aucun élu n'ait relevé ces inexactitudes faites pour tromper mais tromper qui ? Ce qui est écrit ci-dessus est incontestable.

C'est ce procédé que nous devons dénoncer : un élu peut-il mentir au peuple pour justifier sa position et gouverner sa majorité ?

Certains élus ont-ils le droit de se laisser abuser ? Pour sauvegarder quoi ? 

Cette position du maire de Château d'Olonne est-elle aussi inconfortable qu'il soit contraint d'utiliser le mensonge pour convaincre.

 

A SUIVRE...

Partager cet article
Repost0
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 20:48
Ensemble, vers la fusion des trois communes...

Ensemble, vers la fusion des trois communes...

LES CASTELOLONNAIS SERONT CONSULTÉS SUR LA FUSION DES TROIS COMMUNES  FIN 2016

 

Nous sommes en mesure de vous annoncer que le maire de Château d'Olonne et sa majorité ont arrêté la décision de principe de consulter les castelolonnais, en décembre prochain, sur la fusion des 3 communes : Château d'Olonne, Olonne sur Mer et les Sables d'Olonne.

Des précisions devraient être données lors du prochain conseil municipal.

Le principe de la consultation est acquis, il restera à en examiner les modalités pratiques quand le maire les annoncera.

 

REMERCIEMENTS

 

L'association CACO, support de ce blog, avait lancé une pétition avec pour objet la demande au maire de Château d'Olonne de consulter les castelolonnais en 2016.

Ses adhérents ont donc été à la rencontre des castelolonnais et l'objectif du recueil d'au moins 2 000 signatures devait être atteint voire dépassé en juin prochain.

Ces rencontres, les réunions publiques, l'information distribuée par CACO ont été le déclencheur d'un mouvement d'opinion que l'équipe du maire a fini par entendre.

Nos remerciements vont d'abord à tous ceux qui ont adhéré à notre démarche, à tous ceux qui ont signé, accepté le dialogue, à toutes ces personnes qui ont eu des paroles sympathiques d'encouragement à l'égard de nos adhérents de l'Association CACO lors du recueil des signatures à tous ceux qui ont transmis le message que nombre d'élus castelolonnais ont entendu.

Cette mobilisation des adhérents de CACO et des sympathisants a permis de faire ce grand pas vers la consultation attendue.

Encore merci à eux tous pour la réussite de cette première étape. 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0