Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

5 novembre 2016 6 05 /11 /novembre /2016 23:48
La pépinière d'entreprises accueille le Conseil Communautaire...la salle du Conseil contruite au siège, au centre ville, est trop exigûe et inserviable

La pépinière d'entreprises accueille le Conseil Communautaire...la salle du Conseil contruite au siège, au centre ville, est trop exigûe et inserviable

ÉLU : MISSION IMPOSSIBLE ?

DÉLÉGUÉ (E) COMMUNAUTAIRE : UNE FONCTION IMPOSSIBLE À REMPLIR ?

Deux interventions; lors de ce conseil communautaire; ont particulièrement attiré notre attention sur le fonctionnement de la démocratie locale.

Les deux interventions sont celle de Monsieur Gérard MERCIER, élu socialiste des Sables d'Olonne, qui s'en prend à ses collègues qui cumulent les mandats et sont donc conduits à briller par leur absence par exemple en commission. Il a cité une commission importante réduite seulement à deux élus.

La deuxième intervention fut celle Madame Nicole LANDRIEAU (encore !) qui constate cet état de fait et accuse ses collègues de laxisme : moi, j'ai lu tout le dossier, dit-elle,  et vous messieurs, mesdames mes chers collègues, en avez-vous fait autant ?

Enfin, nous avons noté  que, pour ce "petit" conseil communautaire (16 questions seulement !),  le dossier comportait pas moins de deux cents pages : quels sont les élus autour de la table de ce conseil communuataire, ne parlons pas des absents, qui ont vraiment étudié tous les dossiers de cette soirée?

Pourtant des décisions sont parfois très importantes : comme celles des délégations de services publics où la collectivité concède une activité au secteur privé pour 8  voire 12 ans  avec des engagements financiers sur ces périodes qui peuvent correspondre à des millions d'euros et un contrat béton qui peut mettre la collectivité en difficulté financière.

Ce soir, il y avait deux délégations de Service Public :

- la Délégation du Service Public d'Assainissement des eaux usées des communes des Sables d'Olonne, de Château d'Olonne et d'Olonne-sur-Mer attribuée à la SAUR,

- la Délégation du service Public d'Assainissement de traitement des boues issues de la station d'épuration des Olonnes attribuée aussi à la SAUR.

Notre équipe lit chaque année des milliers de pages des rapports des délégataires. Parfois il faut crier casse-cou : les élus mesurent parfois mal les dangers de ces contrats de délégation;

Donc, de notre poste d'observateur parfois acteur, nous sommes informés sur la non maîtrise de ces délégations de service public par les élus. Nous  constatons, dans d'autres collectivités, des situations ubuesques où l'on voit des élus obligés de camoufler leur incompétence passée ...ils ont signé des contrats engageant leur collectivité avec des clauses qui s'avèrent hyper dangereuses en matière de sécurité et/ou financièrement.

Mais ces situations touchent de nombreux dossiers que les élus ont à gérer.

L'EXEMPLE D'ERREURS LOURDES DE CONSÉQUENCES COMMISES PAR LES ÉLUS : LES EMPRUNTS TOXIQUES

Rappelons les fameux "emprunts toxiques" qui ont ruiné certaines collectivités, des hôpitaux...et qui vont coûter aux français in fine entre 10 à 15 milliards d'euros  ...tous les ans une cagnotte au budget de l'État reçoit 30 millions d'euros afin d'atténuer le coût de la "sécurisation des emprunts toxiques". Il a été souscrit par les collectivités plus de 15 milliards d'euros d'emprunts toxiques.

Or, pour racheter son prêt une collectivité devra payer la prime de rachat qui peut égaler le montant du capital restant dû ! ...s'il lui reste 5 millions d'euros de capital à rembourser sur un emprunt toxique la  collectivité pour "sécuriser son emprunt"  (passer à un taux fixe) devra donc débourser 5 millions d'euros supplémentaires pour racheter son emprunt auxquels s'ajoutent donc les  5 millions d'euros de capital restant dû. Ceci est, en principe, négociable.

Par pudeur, nous ne reviendrons pas sur les erreurs qui ont conduit le maire de La Faute-sur-Mer et son adjointe devant les tribunaux suite au drame de XYNTHIA. Mais n'oublions pas cet exemple tragique : une chaîne d'incompétence, d'appât du gain au détriment de la sécurité des citoyens a mené à ce triste bilan dont on ne pourra jamais mesurer l'étendue des dégâts humains..

Ce ne sont pas des propos alarmistes mais simplement une invitation à une réflexion pour faire bouger les choses vers plus de compétence, plus d'investissement personnel des élus, plus de sécurité sur tous les plans.

Cette réflexion c'est l'invitation improvisée qui est faite aux élus lors de ce conseil communautaire de réfléchir quelle gouvernance il faudra mettre en place pour la future Communauté d'Agglomération.

 

LES GARDE-FOU À METTRE EN PLACE  : DU PERSONNEL AGENTS TERRITORIAUX   AU TOP ET DES ÉLUS DISPONIBLES

Les élus ne peuvent être omniscients, il leur faut donc des collaborateurs et des conseils extérieurs au TOP !

C'est la chance que va offrir au personnel de la CCO et de la commune nouvelle fusionnée : de donner des moyens humains et financiers à ces collectivités à hauteur des exigences de dossiers hyper techniques.

S'il y a délégation de Service Public (mandat confié au secteur privé pour remplir une mission de service public) il faut des élus et des personnels, agents territoriaux, d'un nouveau de formation leur permettant de négocier avec des cadres chevronnés de société comme SUEZ, VEOLIA, SAUR...et de suivre l'exécution du contrat.

Ce personnel territorial doit se sentir en phase avec ses élus qui doivent donc être disponibles, capables de s'investir dans leur mission donc disponible.

C'est là où le débat d'hier soir aurait pu devenir intéressant. Madame Nicole LANDRIEAU est partie en guerre contre le statut du président et les petits avantages que prévoient les statuts type de la Société Publique Locale SPL "DESTINATION LES SABLES D'OLONNE" qui aura en charge le tourisme.

Si l'on veut des élus disponibles qui ne soient pas que des retraités ou des figurants il faudra bien un jour, comme en Allemagne, leur donner un statut loin des petits arrangements qui aboutissent à des cumuls d'indemnités pour des élus qui éventuellement n'assument pas ou ne peuvent assumer leurs responsabilités.

L'autre écueil à éviter est celui qui consiste pour l'élu débordé ou incompétent de déléguer aux services leurs pouvoirs et de laisser se créer une technocratie "locale" non maîtrisée par les élus...et là aussi le pire peut arriver.

Une gestion légère de ces gros dossiers de délégation de services publics peut conduire comme cela s'est fait souvent ces dernières années au retour à la Régie : la commune, la collectivité fait tout et l'expérience passée nous a montré à quelles catastrophes cela a pu conduire les collectivités. Si l'on ne veut pas donner à Madame Nicole LANDRIEAU qui est régie 100% il faudra que la Communauté d'Agglomération se dote d'une politique et de moyens pour gérer parfaitement ses délégations de services publics.

La future Communauté d'Agglomération aura à régler ce problème...on a entendu hier soir en conseil communautaire des choses intéressantes esquissées. Il faudra avoir un grand premier Président pour cette Communauté d'Agglomération afin qu'elle démarre d'un bon pas sur des bases saines. Le changement pourra faire du bien.

 En attendant aussi que les élus de la Communauté d'Agglomération soient des élus à part entière donc élus au suffrage direct plus clairement que lors des dernières élections.

 

 

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 23:49
Communauté de Communes : le siège au Centre Ville des Sables d'Olonne

Communauté de Communes : le siège au Centre Ville des Sables d'Olonne

AVANT DERNIER CONSEIL COMMUNAUTAIRE : 1994-2016...le 31 décembre, la communauté de communes CCO passera le flambeau à la Communauté d'Agglomération "Les Sables d'Olonne".

La tête des élus était plus sur les pontons du VENDÉE GLOBE que dans la salle de réunion de la Pépinière d'Entreprises où l'air du Grand Large ne soufflait pas.

De temps à autre soufflait un petit vent frais sous forme d'humour de la part du Président Yannick MOREAU et du délégué socialiste des Sables d'Olonne Gérard MERCIER. Le rituel était respecté avec  les tirades de Madame Nicole LANDRIEAU, déléguée  front de gauche d'Olonne-sur-Mer, qui trouve encore et toujours des occasions parfois hasardeuses de régler des comptes avec Yannick MOREAU visant la fonction, l'ancien maire d'Olonne-sur-Mer et qui paraît se satisfaire de son rôle d'animatrice.

Une page de l'histoire politique du Pays des Olonnes se tourne sans douleur et sans gloire aussi.

 

L'ADIEU AUX ARMES AVANT L'HEURE DE GÉRARD MERCIER ET DES MISES EN GARDE POUR ÉVITER LE DÉSENCHANTEMENT

En effet, c'est Gérard MERCIER qui veut avant la fin des débats et hors sujet par rapport à l'ordre du jour, avant la fin de la séance, enterrer la CCO en prononçant déjà l'éloge funéraire de feue la CCO.

Éloge un peu émouvant fondé, avance-t-il,  au nom de sa "dernière intervention" devant cette Assemblée qui débute sur le constat d'échec de la gouvernance de la CCO avec la fuite des emplois du Pays des Olonnes.

La CCO n'a pas eu l'importance qu'elle aurait dû avoir. "Les communes s'en sont servies cela a nui à notre besoin." L'audit fait au début de ce mandat n'a pas été assez loin.

Gérard MERCIER cite comme exemples deux axes où le développement espéré a été décevant : la zone industrielle de la VANNERIE et le VENDÉE GLOBE. "On a le départ" mais on a pas su développer les retombées comme peut le faire en BRETAGNE, PORT LA FORET,  port de plaisance du Finistère qui "développe" les bateaux qui vont partir (classe IMOCA), un pôle plaisance...

Ainsi Gérard MERCIER délivre deux messages : un message d'insatisfaction et un message d'espoir.

Le message d'espoir sous forme de "voeux" comme l'indique le Président Yannick MOREAU ; que la Communauté d'Agglomération ne retombe pas dans les errements de la CCO : c'est un souhait et d'appeler les élus à faire en sorte que les institutions qui se mettent en place au sein de la Communauté d'Agglomération comme la SPL en charge du tourisme "Destination les Sables d'Olonne " (point 1 de l'ordre du jour ) donnent des "résultats tangibles".

L'échange qui a eu lieu avec le Président Yannick MOREAU met en évidence le malaise passé où la CCO n'a plus été le moteur et où la dualité communes et communauté de communes a fait sombrer l'émergence du rôle qu'aurait pu et dû jouer la CCO. C'est un constat d'échec qui appartient à un temps révolu. Il vaut mieux tourner la page et s'organiser pour obtenir une gouvernance pertinente et efficace de la Communauté d'agglomération de demain. Les communes vont perdre de nombreuses compétences transférées à la Communauté d'Agglomération mais il n'en reste pas moins vrai que l'articulation entre les communes et la Communauté d'Agglomération ne sera pas si simple.

Ce débat improvisé, hors ordre du jour, partiel laisse le citoyen auditeur sur sa faim. C'est un brouillon et improvisé, ce ne pouvait être une feuille de route qu'il appartiendra aux élus de la Communauté d'Agglomération de remplir.

Cette esquisse, sous forme de vœux, ne peut que nous conforter dans l'idée qu'il faudra pour conduire la Communauté d'Agglomération au succès un leader et une équipe qui ne pourra se bâtir qu'avec du sang neuf et des talents. Il n'y aura plus de place pour le bricolage, pour les petites combines qui ont conduit la CCO à la faillite.

Il appartiendra aussi au citoyen d'être vigilant en s'appropriant la structure Communauté d'Agglomération qui ne doit pas être "la chose" de quelques élus mais l'outil au service du développement harmonieux d'une agglomération avec une participation citoyenne.

Aujourd'hui, on ne voit pas clairement les bases qui garantiront dans la pratique l'équilibre entre élus, citoyens, démocratie, technocratie, forces vives...c'est pour cela que la charte fondatrice de la Communuaté d'Agglomération

voir :

http://www.olonnes.com/agglomeration-la-charte-document-fondateur-de-l-union-des-7-communes.html

doit faire l'objet d'une large diffusion, être commentée, présentée aux citoyens de toute la communauté d'agglomération. En effet, quand on assiste à des conseils municipaux où la charte est adoptée sans débat on peut craindre le pire sur son adoption par les citoyens qui en ignorent jusqu'à l'existence.

Nous reviendrons sur ce sujet...après le départ du VENDÉE GLOBE qui sifflera la fin de la belle récré au Pays DES SABLES D'OLONNE.

 

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 19:49

Le vendredi 4 novembre 2016

à 17 heures (exceptionnellement)

se tiendra le prochain Conseil Communautaire

à la Pépinière d'Entreprises (près du Boulevard du VENDÉE GLOBE)

2, allée Titouan LAMAZOU à Olonne-sur-Mer

 

ORDRE DU JOUR COMPLET CI-DESSOUS

 

Nous vivons les derniers conseils communautaires avant de passer au 1er janvier 2017 à la Communauté d'Agglomération

RAPPELONS QUE LA PRÉSENCE "CITOYENNE" NE PEUT QU'ÊTRE UN PLUS POUR LA DÉMOCRATIE, que les séances du Conseil Communautaire sont publiques et qu'il est intéressant pour le citoyen de voir comment peut fonctionner une collectivité territoriale pourvue de larges compétences.

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DES OLONNES : conseil communautaire du vendredi 4 novembre 2016
Partager cet article
Repost0
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 14:03
Une carte qu'il faudra apprendre au grand Sables d'Olonne

Une carte qu'il faudra apprendre au grand Sables d'Olonne

2017 : LA GRANDE MUTATION AU PAYS DES OLONNES

UN CONSEIL COMMUNAUTAIRE MARQUÉ PAR LA DÉMARCHE VERS LA COMMUNAUTÉ D'AGGLOMÉRATION

 

Les regards sont fixés sur le 1er janvier 2017, date de la fin de vie de la CCO et de la naissance de la Communauté d'Agglomération "Les Sables d'Olonne"

Il faut bien réaliser que le Pays des Olonnes va subir une mutation profonde que nous espérons salutaire. Mais cela ne se fera pas d'un coup de baguette magique : il y aura pour les élus, pour les personnels des collectivités et pour les citoyens des efforts à faire, de l'information a absorber, de la patience et peut-être toujours plus de la mobilisation.

 

UNE CHARTE POUR L'AGGLOMÉRATION

"Le fruit d'un travail mené collégialement depuis plus d'un an."

La Charte n'a pas valeur légale de se substituer aux futurs statuts de la Communauté d'Agglomération ni à remplacer les communes.

Elle a vocation à rappeler :

- le principe de la clause générale de compétence des communes qui continueront à jouer leur rôle,

- les principes politiques sur lesquels les élus des 7 communes se sont entendus pour une gouvernance équilibrée de la Communauté d'Agglomération,

- les objectifs stratégiques de la future Communauté d'Agglomération,

- l'explicitation des compétences

En clair

- à la Communauté d'Agglomération, les compétences qui lui sont déléguées par les communes,

- aux communes, toutes les compétences...mais toutes les compétences sauf celles qu'elles vont déléguer à la Communauté d'Agglomération.

 

UNE GOUVERNANCE ÉQUILIBRÉE ENTRE LES COMMUNES

 

Ceci a abouti au choix d'un conseil composé de 48 délégués

et un bureaux composé de

- de 3 vice-présidents par commune de la CCO

- d'un vice -président pour la CCAV

- d'un vice-président pour Saint-Mathurin

et il est donné une possibilité aux délégués des communes retro littorales de participer aux commissions.

 

DES OBJECTIFS OÙ TRANPARAIT UNE AMBITION PARTAGÉEDE

Deux objectifs généraux :

- Améliorer la qualité de vie des habitants des 7 communes,

- devenir un territoire d'excellence rivalisant avec les autres grandes agglomérations des Pays de la Loire.

 

Mais la Charte ne reste pas au niveau des principes.

Elle définit en 9 pages les compétences envisagées pour la communauté  d'agglomération et entre même dans le détail des moyens financiers.

Le groupe de travail  ad hoc a permis d'établir les enveloppes réservées à chacune des 7 collectivités membres de la communauté d'agglomération pour la période 2017/2020.

...et, in fine, on trouve ceci

" Enfin, il est entendu qu'en cas de fusion de communes, les dotations de la commune nouvellement créée seront équivalentes à la somme des dotations des communes fusionnées."

Cela va-t-il concerné deux ou trois communes du Pays des Olonnes ?

 

La délibération présentant cette charte est  adoptée pratiquement sans débat puisque les élus ont participé en nombre à son élaboration et que la Communauté d'Agglomération est un souhait partagé.

Madame Nicole LANDRIEAU (front de gauche, élus d'Olonne) manifeste encore son scepticisme sur la gouvernance future de la communauté d'agglomération, sur le mépris pour ceux qui ont été élus et ne siègeront pas à la communauté d'agglomération.

Le président Yannick MOREAU s'interroge sur ces dires "je croyais que vous étiez d'accord pour la création de la communauté d'agglomération...les scénarii catastrophe ne se produisent peut-être pas...Ce sera un travail collectif à 48...tout reste à écrire...cette charte a veillé à ce que chacun trouve une place dans la gouvernance de la communauté d'agglomération...pourquoi agiter des peurs ? "

L'élue du front de gauche a exprimé ses doutes, ses craintes, ses accusations ..elle a eu une réponse...ainsi va la démocratie locale.

 

OUI, LA COMMUNAUTÉ D'AGGLOMÉRATION EST SUR DES RAILS...compte tenu de l'échéance du 1er janvizer 2017...sur ces rails il faudra faire rouler un TGV ! et avoir un bon conducteur voire un équipage solide.

 

.

 

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 20:06
La Communauté d'agglomération se prépare à le Communuaté de Communes des Olonnes

La Communauté d'agglomération se prépare à le Communuaté de Communes des Olonnes

LA CCO VEUT ALLER DE L'AVANT SUR L'ÉCONOMIE LOCALE

 

Ce fut un Conseil Communautaire très dense ...comme on peut les aimer : au moins il se passe vraiment quelque chose au Pays des Olonnes.

 

LA ZONE DE LA VANNERIE : ZAC VANNERIE 1

Les acquisitions de terrains à l'amiable par la CCO se poursuivent.

C'est le développement économique du Pays qui est l'enjeu du développement de cette zone. C'est la poursuite de ce qui est né avec le Pôle Santé et l'implantation de NUMERIMER et du Data Center.

La CCO lance la ZAC "VANNERIE1"

C'est la phase première de la création de cette ZAC sur 23 hectares en continuité du pôle santé qui est présentée. La partie concertation est achevée et c'est le bilan de cette concertation positif que le président Yannick MOREAU présente : "aucune opposition individuelle ou associative ne s'est exprimée" même si les propriétaires des terrains eussent préféré une zone à usage d'habitation pour valoriser leurs biens.

Madame Nicole LANDRIEAU (front de gauche Olonne sur Mer) n'a jamais aimé le développement de cette zone. Elle remet encore en cause le prix du terrain et attend les emplois promis par exemple sur NUMERIMER faisant certainement allusion au seul Data Center et à ses 5 emplois..

Alain Blanchard et Annick BILLON se liguent pour lui donner une petite leçon d'économie sur la création d'emplois et les ouvertures sur des implantations nouvelles proches. Cela n'arrive pas à entamer la ferme résolution de l'opposante qui s'abstient.

Cela n'empêchera pas la ZAC de monter en puissance...surtout si les moyens de commercialisation de la zone sont libérés...voir ci-dessous  la création d'une SEM.

Le dossier ZAC remis aux élus atteste de la lourdeur et de la lenteur de cette gestation de la ZAC portée sur les fonts baptismaux en 2007...et nous sommes en 2017 : manque de volonté politique des élus de la précédente mandature combinée aux lourdeurs administratives...encore un exemple concret d'une FRANCE difficile à gérer pour qui l'économie n'est pas une priorité ! 

 

ENFIN UNE SOCIÉTÉ D'ÉCONOMIE MIXTE POUR S'OCCUPER DE L'ÉCONOMIE LOCALE

La CCO avait pour vocation première le développement économique du Pays des Olonnes : réalisation et gestion de zones d'activités économiques, construction et gestion de bâtiments à vocation économique, promotion et conseil à l'installation des entreprises, promotion touristique...

Elle s'est acquittée tant bien que mal de cette mission mais les élus n'ont jamais voulu vraiment mettre les moyens pour atteindre un objectif ambitieux. Il n'y a pas eu de souffle porteur.

Avec l'arrivée de la Communauté d'Agglomération, de sang neuf , on a senti un vent nouveau souffler.

Cela s'exprime aujourd'hui concréèement par la création d'une Société d'Économie Mixte Locale regroupant dans un premier temps la CCO, la CCAV et Entreprises des Olonnes EDO ( l'association dynamique locale des chefs d'entreprises).

L'article 3 développe largement l'objet social de cette SEM créée "dans l'intérêt général du bassin économique de l'Agglomération des Sables d'Olonne"

Par souci d'efficacité la CCO décide donc d'externaliser sa compétence "développement économique au profit de cette société d'économie mixte.."

 Le débat fut bref car on sentait un consensus certain. Didier GALLOT se félicitait de cette création et tirait la couverture du côté sablais en demandant déjà que la future SEM se saisisse de la créativité commerciale et de l'équilibre entre les activités commerciales du Centre-Ville et celui de la périphérie

"Il na faudrait pas mieux habiller Leclerc, pour finir par déshabiller la rue de Halles " (le coeur de ville sablais).

Les différentes délibérations qui découlent de cette décision sont approuvées à l'unanimité.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 14:04
Communauté de Communes des Olonnes : le siège aux Sables d'Olonne

Communauté de Communes des Olonnes : le siège aux Sables d'Olonne

Le vendredi 30 septembre 2016

à 18 heures 30

se tiendra le prochain Conseil Communautaire

à la Pépinière d'Entreprises

(près du Boulevard du VENDÉE GLOBE)

2, allée Titouan LAMAZOU à Olonne-sur-Mer.

 

Un ordre du jour imoortant marqueé par la création de la Communauté d'Agglomération au 1er janvier 2017.

 

ORDRE DU JOUR COMPLET : CI DESSOUS

 

 

 

RAPPELONS QUE LA PRÉSENCE "CITOYENNE" NE PEUT QU'ÊTRE UN PLUS POUR LA DÉMOCRATIE, que les séances du Conseil Communautaire sont publiques et qu'il est intéressant pour le citoyen de voir comment peut fonctionner une collectivité territoriale en évolution et pourvue de larges compétences.

 

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DES OLONNES : conseil communautaire du 30 septembre 2016
Partager cet article
Repost0
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 22:28
Des bus qui doivent transporter plus que leurs chauffeurs et le siège de la CCO qui gère les transports Des bus qui doivent transporter plus que leurs chauffeurs et le siège de la CCO qui gère les transports

Des bus qui doivent transporter plus que leurs chauffeurs et le siège de la CCO qui gère les transports

L'ACTIVITÉ DE LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DES OLONNES NE PEUT FAIBLIR MÊME SI ELLE VIT SES 6 DERNIERS MOIS

 

DES BUS QUI DEVRAIENT TRANSPORTER PLUS DE PASSAGERS ET UN COUP D'OEIL DANS LE RETRO POUR LE BILAN 2015

OLÉANE fait partie de l'héritage de la précédente mandature.

Les transports publics ont enregistré en 2015  512 000 voyages, ce qui représente une augmentation de 7 % par rapport à 2014 et de 77 % depuis 2012.

Mais on est loin des espoirs mis sur OLÉANE en 2013 et cela prouve que les habitants du Pays d'Olonne ne se sont pas encore appropriés "leurs" transports publics.

La charge financière qui pèse sur la CCO a été allégée mais elle demeure trés lourde 2 200 000 euros par an alors que les recettes commerciales (usagers)  ne s'élèvent qu'au niveau de 350 000 euros et sont  inférieures aux prévisions.

Les charges du service sont au total de 2 600 000 euros avec un très gros poste de frais de personnel (environ 40 salariés) et une charge de 1 250 000 euros.

 

Il est bien dommage que les élus se soient désintéressés de ce dossier. Ils avaient l'occasion avec l'analyse du rapport annuel d'activité du délégataire de faire le point et des propositions concrètes.

En septembre 2015, la CCO et son délégataire la Compagnie de Transports des Olonnes ont procédé à un certain nombre d'ajustements sur le réseau Oléane.

L'offre de service a été revue à la baisse.

Des mesures sont annoncées pour mieux faire connaître OLEANE et améliorer le service.

Il faut un effort collectif pour faire aimer OLEANE et donner envie de prendre le bus.

Le problème transports publics sera désormais en 2017 porté et supporté par la Communauté d'Agglomération : une occasion d'une réflexion en vue de l'amélioration d'OLEANE ? Une agglomération de plus de 50 000 habitants a besoin de transports publics adaptés, attractifs et aimés des habitants. Cela aussi aura un coût qui devra être bien géré. L'expérience malheureuse du TUSCO puis celle du lancement d'OLÉANE doivent servir de leçon.

 

LES PISCINES : des tarifs stables mais... 

C'est le type d'équipement qui a un coût pour la collectivité.

À l'occasion de l'adoption des tarifs, il eut été intéressant d'avoir un point sur la fréquentation de la piscine AQUALONNE située à l'entrée de la zone des Plesses et qui parait boudée par le public : coût d'entrée trop élevé pour une famille, mode de fonctionnement et surtout horaires qui découragent les clients potentiels que sont les moins jeunes, le choix du site n'arrange rien...

On attendra l'an prochain avec une année et demie de fonctionnement pour porter un jugement sur la pertinence de cet investissement.

Pour l'instant, cette piscine est bien ce que l'on disait non un "Centre aquatique" où il fait bon de passer un moment de détente mais une piscine scolaire et un tout petit peu sportive.

Est-ce une erreur de casting, de gestion, politique...on espère une réponse dans quelques mois ?

 

UNE MOTION EN FAVEUR DE L'EMPLOI LOCAL ET LIMITATIVE DES DÉRIVES LIÉES AU TRAVAIL DÉTACHÉ ET SES CONSÉQUECES SUR LA SÉCURITÉ DES CHANTIERS

Cette motion fait partie de la campagne du Député Président de la CCO.

Elle révèle une faille du système européen qui permet à une entreprise française d'utiliser des travailleurs européens détachés d'entreprises. Cette technique permet à l'entreprise qui fait appel à cette main d'oeuvre de payer des charges sociales moins élevées puisque ce sont celles du pays d'origine du salarié.

Le Président de la CCO propose d'intégrer des mesures dans le cahier des charges des marchés publics que passera la CCO.

Le sujet a plus intéressé les élus que les thèmes précédents !

Le Président de la CCO fait prendre une mesure symbolique mais "juste" au niveau de la concurrence et des risques  sur les chantiers.

 

NOUVELLE DE LA CCO : le responsable, directeur des services de la CCO, Marc SCHOENGEN a fait ses adieux...il a été "le permanent" de l'nstitution depuis sa création en 1994 (et même avant celui de l'ex SIVOM ) Il a essuyé les tempêtes, profiter des temps calmes pour une navigation paisible et génératrice de beaux projets. Il faut le remercier et lui souhaiter de pouvoir profiter du temps nouveau qui l'attend. Décidément, en 2016, la CCO tourne les pages. 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 22:02
Le siège de la Communauté de Communes des Olonnes CCO

Le siège de la Communauté de Communes des Olonnes CCO

LA CONFUSION S'INSTALLE

 

Suite de :

http://www.olonnes.com/2016/06/communaute-de-communes-des-olonnes-conseil-communautaire-du-vendredi-24-juin-2016.html

 

ENCORE PLUS GRAVE...

Nous avons tenté d'expliquer la complexification des procédures et prises de décision dans cette période charnière (création de la communauté d'agglomération, fusion à deux, fusion à trois, consultation à Château d'Olonne...) et avec des élus dont les relations sont empreintes de défiance suite aux tergiversations de la majorité de Château d'Olonne au sujet de la fusion...et cette sombre histoire est loin d'être finie quand on analyse les propos publics langue de bois, de Joël MERCIER (voir conseil municipal du mardi 28 juin 2016).

 

FUTURE IDENTITÉ VISUELLE DE LA COMMUNAUTÉ D'AGGLOMÉRATION DES OLONNES, DE LA COMMUNE NOUVELLE...

Au 1er janvier 2017, la Communauté de Communes des Olonnes et la Communauté de Communes de l'Auzance et de la Vertonne fusionneront (suite à la loi NOTRe qui impose cette date limite pour une fusion "obligatoire")...dans la Communauté d'Agglomération.

il lui faudra nouveau logo, nouveau papier à en-tête...

Au 1er janvier 2018 les communes d'Olonne sur Mer et des Sables d'Olonne fusionneront avec ou sans Château d'Olonne dans une commune nouvelle.

Il lui faudra nouveau logo, nouveau papier à en-tête,..

 

ACCROCHEZ-VOUS ! TOUT DEVIENT COMPLIQUÉ

L'idée est donc de travailler intelligemment en recherchant pour ces deux collectivités une identité commune qui pourrait se décliner.

Donc, il est décidé de créer un groupement de commandes comprenant la communauté de communes des Olonnes et les villes des Sables d'Olonne et d'Olonne sur Mer..

Créer ce Groupement de commandes en juin 2016 quand la Communauté d'agglomération n'est pas encore créée : ce n'est pas évident !

Attendre le 1er Janvier 2017 : cela signifie que la Communauté d'agglomération démarrerait sans son "identité visuelle".

Démarrer avant le 1er janvier 2017 : cela signifie que la Communauté d'Agglomération ne sera pas parfaitement représentée (elle pourra être représentée par ses futurs élus) et sera sans moyens financiers propres jusqu'au 31 décembre 2016 !

 

ENCORE PLUS FORT POUR COMPLIQUER

Château d'Olonne qui traîne les pieds pour la fusion des 3 communes du Pays d'Olonne vient de fixer sa phase Numéro 1 de sa démarche Fusion : la consultation sur la fusion au 11 décembre 2016...donc pour l'instant la Ville de Château d'Olonne se met "OUT"...En effet, participer à un groupement de commandes pour définir l'identité de la commune nouvelle avant que le peuple castelolonnais n'ait donné son avis : c'est bancal . En effet, cela revient à faire dès aujourd'hui comme si les castelolonnais avaient dit OUI à la consultation. C'est anticipé la décision populaire et donc peu démocratique.

 

CHÂTEAU D'OLONNE SUR LA TOUCHE

Donc la ville de Château d'Olonne s'est trouvée de facto exclue du dispositif "groupement de commandes" ; les financeurs sont d'un part, la CCO à 50 % et d'autre part, OLONNE SUR MER et LES SABLES D'OLONNE à 25 % chacune.

Comme, en général, c'est celui qui paye qui décide on voit une nouvelle fois Château d'Olonne mise sur la touche. Pas totalement puisque les élus de Château d'Olonne siégeant à la CCO pourront participer par ce biais.

Ainsi on retrouve dans la commissions marché sur 5 membres titulaires deux sont de Château d'Olonne (Annick BILLON et Joël MERCIER) et deux suppléants aussi (Isabelle DOAT et Annick TRAMEÇON).

Par contre, les signataires de la convention créant le groupement de commandes ne portera les signatures que de Françoise PINEAU, Maire d'Olonne sur Mer, Yannick MOREAU, Président de la Communauté de Communes des Olonnes et Didier GALLOT Maire des Sables d'Olonne.

 

UN LONG DÉBAT CONFUS

Ce débat fut un peu la copie de celui qui a eu lieu au Conseil Municipal des Sables d'Olonne. La gauche qui monte au créneau pour soutenir le Maire de Château d'Olonne, C'est une façon édifiante et instructive de voir comment navigue la majorité Centre droit de la Ville de Château d'Olonne. Elle s'appuie sur la gauche sablaise et castelolonnaise anti fusionniste et même sur le front de gauche olonnais.

Ce soutien ne semble pas gêner outre mesure  les élus de la majorité castelolonnaise habituée à cette manoeuvre au niveau du conseil municipal de Château d'Olonne.

Mais cela ne peut qu'entraîner de la confusion.

Et ce d'autant plus que dans ce débat le maire Joël MERCIER se tait sauf pour acquiescer au fait que la Communauté d'Agglomération aura besoin de son "identité graphique" au 1er janvier 2017...pour le reste il s'abrite maladroitement derrière la nécessité d'une délibération de son conseil municipal pour s'engager.

Le projet de délibération est porté par Armel PECHEUL, adjoint aux Sables d'Olonne. L'exclusion de Château d'Olonne après les interventions des élus  gauche ne peut que gêner un juriste comme lui...tout est bancal dans ce dossier comme on le dit ci-dessus.

Il est vrai que ce ne sont pas les élus locaux qui sont responsables du calendrier imposé par la loi NOTRe : au 1er janvier 2017 la Communauté d'Agglomération sera créée et la CCO aura disparu.

Il propose donc de laisser la porte ouverte à Château d'Olonne qui par avenant au contrat pourrait après le 11 décembre 2016 selon le résultat de la consultation rejoindre les autres partenaires.

Brigitte TESSON, première adjointe au maire des Sables d'Olonne, appuie cette proposition d'ouverture.

Mauricette MAUREL pour l'opposition de droite castelolonnaise tente aussi de présenter une petite proposition d'ouverture pour la participation financière de Château d'Olonne.

Mais le Président Yannick MOREAU ne veut pas perdre de temps pour lancer ce travail.

Le vote ne peut que lui être favorable.

Les élus de gauche votent CONTRE, Brigitte TESSON, Nicole LANDRIEAU (front de gauche Olonne sur Mer ) et Isabelle DOAT s'abstiennent. (résultat du vote à confirmer car lui aussi fut confus au moins pour le public présent).

C'est donc le projet présenté qui est adopté sans modification confirmant une certaine exclusion de Château d'Olonne. Le maire Joël MERCIER a voté cette délibération et accepte donc une punition pour la Ville qu'il représente ?

Il est victime de sa politique et s'estimera pourtant victimisé par les autres élus.  Il entretient la confusion dont sa propre majorité souffre voyant les dégâts que cela peut causer au détriment des castelolonnais.

 

A SUIVRE...

 

Partager cet article
Repost0