Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 15:18
CHÂTEAU D'OLONNE : CONSEIL MUNICIPAL DU  LUNDI 25 JANVIER 2016

LE CONSEIL MUNICIPAL de CHÂTEAU D'OLONNE est convoqué en séance publique

le lundi 25 janvier 2016, à 20 heures.

 

Il y aura délibération sur un ordre du jour comportant 13 points avec le point important qu'est le budget 2016

 

1 - Fiscalité directe locale - Fixation du taux des trois taxes pour 2016.

2 - Budget Primitif 2016 Commune et autorisations de programme-crédits de paiement.

3 - Dotation d'Equipement des Territoires Ruraux 2016 (DETR) - Demande de subvention.

4 - Centre Ville 3 - Acquisition des lots n°4 et 9 du bien non délimité, cadastré AA n°97.

5 - Emplacement réservé n°20 du PLU - Acquisition de la parcelle BO n°189.

6 - Alignement rue Alexandre Millerand - Acquisition de la parcelle BS n°379.

7 - Rétrocession de la voie des Frères Michelin dans le domaine public communal.

8 - Projet de lotissement rue de la Croisée - Mise en place d'un projet urbain partenarial (PUP).

9 - Sinistre de la salle des archives municipales - Quittance de règlement - Autorisation de signature.

10 - Marché de travaux « Construction du nouvel Hôtel de Ville » - Lot 2 : terrassement/VRD Avenant de transfert n°1 - Approbation et autorisation de signature.

11 - Décisions Municipales - Délibération de donner acte.

12 - Personnel Municipal - Création de postes - Modification du tableau des affectifs.

13 - Question diverse de Mauricette Maurel. .

 

Il est rappelé que les Réunions du CONSEIL MUNICIPAL sont publiques. (Hôtel de Ville de CHÂTEAU D'OLONNE 53, rue Séraphin Buton)

 

Prochain Conseil Municipal : Lundi 25 janvier 2016 à 20 HEURES.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 22:10
Cette photo, c'était en 2009, Jean-Yves BURNAUD présentait la fusion et annonçait derrière qu'il était contre ! Il faut s'en souvenir...ses adjoints étaient Joël MERCIER et Isabelle DOAT

Cette photo, c'était en 2009, Jean-Yves BURNAUD présentait la fusion et annonçait derrière qu'il était contre ! Il faut s'en souvenir...ses adjoints étaient Joël MERCIER et Isabelle DOAT

LA FUSION Á DEUX, Á TROIS ??? QUI PARLE DE "GÂCHIS" ?

 

DES VOEUX POUR TROMPER LES CASTELOLONNAIS

Les vœux du maire de Château d'Olonne dans le bulletin municipal sont d'une provocation indécente.

Comment oser profiter du bulletin municipal et des traditionnels vœux pour tenter d'abuser de la crédibilité des citoyens castelolonnais?

Comment peut-on clouer au pilori ses collègues maires des deux autres communes dans un bulletin municipal de présentation des voeux?

Il faut vraiment se sentir mal pour en venir à telle extrémité.

Oser parler de "rassembler" quand dans le texte des vœux et en page 15 du dit bulletin municipal, on écrit au sujet des collègues partenaires "pourquoi veulent-ils boucler-bâcler, - à deux dans la précipitation ? pourquoi choisir une option aussi étroite et bancale plutôt qu'une union complète et raisonnée ?"...et les attaques se succédent pour faire porter le chapeau de l'échec possible de la fusion à 3 aux maires des Sables d'Olonne et d'Olonne-sur-Mer.

Ce n'est pas un bulletin municipal des vœux mais un plaidoyer pro domo et contre ses collègues. Cela, nous n'avons pas le droit de le laisser sans réponse.

Nous ouvrirons comme toujours le droit de réponse aux personnes citées, pas de censure sur ce blog. Une tentative de dialogue avec pour témoins les centaines de nos lecteurs assidus (5 000 par mois) qui maintenant toujours plus nombreux nous suivent.

Nous voulons donner notre éclairage sur une situation intolérable, sur un échec évitable. Il faut que les citoyens sachent.

Mais avant nous devons saluer la réserve des deux maires des Sables d'Olonne et d'Olonne-sur- Mer qui, par décence et pour sauvegarder ce qui peut l'être d'une collaboration intercommunale, gardent le silence. Ils n'étalent pas tous les coups bas portés par le Maire de Château d'Olonne à ses collègues et au projet fusion.

 

TENTATIVE D'EXPLICATIONS D'UNE SITUATION : L'HISTOIRE, LES HOMMES ONT CHANGÉ DEPUIS 2014

 

Il y a eu dans les mandatures précédentes de très remarquables, très mauvaises pratiques qui expliquent beaucoup de choses.

Il faut rappeler la méthode employée en 2009 par Jean-Yves BURNAUD qui a permis à celui-ci et à son adjointe Isabelle DOAT de saboter le projet de fusion. La photo ci-dessus dit tout : Jean-Yves BURNAUD a présenté le dossier fusion, chacune des 200 ou 300 personnes présentes dans la salle y croyait.

Puis, il a refusé de consulter les castelolonnais et fait capoter le projet. Il a toujours été contre la fusion et ne s'en cachait pas. Donc pas de risque d'un OUI des castelolonnais à la fusion. On ne consultera pas les castelolonnais et par ricochet les opposants olonnais ainsi soutenus ont répondu NON à la consultation intoxiqués par des arguments dont la bassesse et la démagogie étaient un chef d'oeuvre.

Ces manipulations étaient possibles. Cette duperie, cette tragi-comédie s'inscrivaient dans un contexte différent du contexte actuel.

En effet, les élections municipales de 2014 ont changé la donne.

Auparavant, le stratège Jean-Yves BURNAUD avait réussi l'exploit d'engluer ses collègues Jean-Yves GRELLOT et Louis GUEDON puis plus tard Yannick MOREAU à force de compromis et compromissions comme la Ferme de Villeneuve, le Vendéopôle, le Pôle Santé...tenant ainsi ses collègues par la barbichette, il obtenait tout ce qu'il voulait : mandats, piscine pataugeoire dont le contribuable va payer demain au prix fort l'erreur quand on voit la faiblesse de la fréquentation au démarrage ...une deuxième GARGAMOELLE ? un deuxième TUSCO OLÉANE ?

Jean-Yves BURNAUD menait la danse et ses deux collègues cédaient à tous ses caprices comme l'échec de la fusion en 2009.

Cette époque est résolue et cela, Jean-Yves BURNAUD, en réalité toujours maire, mais "occulte" maintenant, le maire en titre Joël MERCIER et Isabelle DOAT ne l'ont pas compris.

Joël MERCIER en plus est désormais en position de faiblesse : sa gestion de la CCO lui fait du tort. Il était vice-président responsable des Finances de la CCO. Cela l'oblige à plus de modestie : il laisse une CCO ruinée, ruineuse pour le contribuable, emprunts toxiques, surchargée de frais de fonctionnement, avec un service de gestion des finances plombé par un responsable dont il n'a pas décelé les malversations comme il n'avait pas non plus décelé celle de son associé travaillant dans le même bureau que lui et ce pendant plus de 10 ans. Parfois, il est nécessaire d'adopter un profil bas pour espérer rebondir et se refaire une santé.

Oui, la situation a bien changé.

Florence PINEAU, Didier GALLOTet Yannick MOREAU  sont des maires et maire adjoint décidés à tenir leurs promesses. Ils ont engrangé l'expérience cuisante des compromis et autres manoeuvres qui ont détruit la CCO.

La fusion à deux : un "gâchis" dit Joël MERCIER...ce mot ne devrait-il pas être réservé à ce qu'est devenue la CCO lors de la précédente mandature. La faute à qui?

 

Yannick MOREAU va enterrer la CCO en fin 2016 avec sa fusion dans la future communauté d'agglomération.

La donne n'est plus la même en 2016.

 

A SUIVRE...Fusion à 2 à 3 : en 2016, quelle  place à l'espoir d'une solution raisonnable ?

 

 

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 11:28
Crèche Eglise Saint Hilaire de Château d'Olonne

Crèche Eglise Saint Hilaire de Château d'Olonne

UNE CRÈCHE ORIGINALE APPRÉCIÉE Á CHÂTEAU D'OLONNE

CRÈCHE ORIGINALE  "POLAIRE" A CHÂTEAU D'OLONNE

 

Oeuvre originale de bénévoles qui a reçu plus de 500 visites durant les permanences d'ouverture de l'Église les après-midi et fait aussi l'objet de l'admiration des fidèles assistant aux cérémonies.

 

Félicitations et encouragements à ces bénévoles.

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2016 2 05 /01 /janvier /2016 17:17
Un livre bienvenu au Pays des Olonnes, Un auteur bien connu au Pays d'Olonne, Henri GUIBERT
Un livre bienvenu au Pays des Olonnes, Un auteur bien connu au Pays d'Olonne, Henri GUIBERT

Un livre bienvenu au Pays des Olonnes, Un auteur bien connu au Pays d'Olonne, Henri GUIBERT

 

MÉMOIRES PAYSANNES : comprendre, vivre et aimer le Pays d'Olonne

 

Commande sur

http://www.edilivre.com/memoires-paysannes-du-batard-henri-guibert.html#.VovsIv9IiM8

 

Présentation de l'ouvrage par EDILIVRE

 

Faire mémoire de la ruralité signifierait livrer une vision incomplète si l'on se cantonne à évoquer ses techniques et modes de vie tels que nous les connaissons aujourd'hui.

Ce serait oublier un peu vite la ruralité aux coutumes ancestrales vécue jusque dans les années 50/60 par une frange importante de la population.

Avec l'écriture de Mémoires paysannes du Bâtard, en traçant des portraits réalistes de gens ordinaires et des récits ancrés dans le réel, Henri Guibert apporte son témoignage sur son vécu paysan dans les années 50 ; lesquelles marqueront le début de la grande migration paysanne vers la ville.

 

 

Biographie de Henri Guibert

 

Henri Guibert, dernier né d'une fratrie de huit enfants, a vu le jour en 1941 à la ferme du Bâtard. C'est dans cette ferme proche du bourg du Château d'Olonne, qu'il va découvrir et partager concrètement la vie rurale jusqu'à son départ en 1961 au service militaire.

À son retour, il va mener de front un vie professionnelle intense dans les différentes sociétés du Groupe Tesson avec des engagements forts dans des associations sportives, culturelles et citoyennes.

Membre élu pendant 13 ans du conseil municipal du Château d'Olonne et de la communauté de communes des Olonnes (C.C.O.), il se fait militant pour la fusion des trois communes sœurs de l'agglomération sablaise (Les Sables d'Olonne, Olonne-sur-Mer et Le Château d'Olonne).

À la demande de nombreux membres de sa famille et amis, Henri se fait ici « passeur de mémoires » en nous livrant une vision méconnue ou oubliée de la vie rurale d'une autre époque.

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 00:09
Isabelle DOAT Vice-présidente de la CCO, Yannick MOREAU Président de la CCO
Isabelle DOAT Vice-présidente de la CCO, Yannick MOREAU Président de la CCO

Isabelle DOAT Vice-présidente de la CCO, Yannick MOREAU Président de la CCO

UN DÉBAT AUSSI DÉPLACÉ QU'INUTILE

 

Nous avions décidé, ne serait-ce que par la mise en ligne de notre conte de Noël, de ne pas infliger à nos chers lecteurs l'étalage peu reluisant de l'expression de la politique politicienne pendant cette trêve.

Madame Isabelle DOAT nous contraint doncà sortir d'une réserve qui devait convenir à tous.

 

RAPPEL ; UN VOTE SURPRISE

Comme vous avez pu le lire dans notre compte rendu

http://www.olonnes.com/2015/12/communaute-de-communes-des-olonnes-conseil-communautaire-du-jeudi-10-decembre-suite.html

pour l'attribution des 3 postes de représentation de la CCO au fonds de dotation de l'association " Cap vers l'aventure maritime" un vote eut lieu au sein de la CCO pour départager deux candidats de Château d'Olonne :  Isabelle DOAT candidate officielle et Jean-Pierre CHAPALAIN, candidat surprise.

Selon les habitudes, le Président annonça les 3 candidats officiels : Armel PÉCHEUL pour les Sables d'Olonne, Isabelle DOAT pour Château d'Olonne et Yannick MOREAU lui-même pour Olonne-sur-Mer.

En pareil cas, ce type de nomination est une formalité et se fait par un vote à main levée.

Mais comme vous le savez c'est la candidat surprise qui fut élu suite à un vote à bulletin secret avec un score sans appel de 15 voix pour, 12 contre et 7 bulletins blancs.

 

UN RÉSULTAT DU VOTE SUR LEQUEL ISABELLE DOAT REVIENT

Isabelle DOAT, vice-présidente de la Communauté de Communes des Olonnes CCO, adjointe au maire de Château d'Olonne absente lors de ce vote, pour un juste motif, s'est fait interviewer par le Journal des Sables (voir édition du 24 décembre 2014) suite à ce vote et réagit en mettant en cause le fonctionnement de l'institution CCO et son Président entre autres.

Le titre de l'article "Isabelle DOAT "Où est la majorité communautaire ?" annonce la couleur.

 

Citons :

"Pour moi, tout cela a été combiné d'avance et rien n'est innocent dans cette affaire...Où est la majorité communautaire aujourd'hui ? Je demande un minimum de respect et de transparence...je suis dans le même parti politique que Yannick MOREAU mais la droite forte ce n'est pas moi...je pense que depuis le début de ce mandat la confiance et le respect sont des valeurs qui ont subitement disparu (sic)...."

Tout y passe la fusion, la méthode de gouvernance du président de la CCO...

Comme nous étions témoins de ce vote, de son déroulement et que nous avons pu poursuivre nos investigations sur ce fait qui aurait rester anodin et vite oublié s'il n'y avait pas eu cet interview, nous devons avec la liberté qui est la nôttre et espérons le avec objectivité, remettre les choses au point en pensant que le principal intéressé le Président de la CCO se retranchera derrière son devoir de réserve.

 

UN VOTE CLAIR MÊME IMPROVISÉ MAIS INCONTESTABLE ET PLEIN D'ENSEIGNEMENTS

1) La présentation de la candidature d'Isabelle DOAT, en son absence, fut faite par la Président MOREAU comme le furent la sienne et celle d'Armel PÉCHEUL,

2) Le résultat du vote ne laisse place à aucun doute. Quelle méthode aurait permis de faire élire une candidate à un poste contre le gré de la majorité de 15 contre douze ?...et 7 bulletins blancs. Il y a eu un vote clair et incontestable et sur cela il ne faut pas qu'un doute puisse naître dans l'esprit des habitants du Pays d'Olonne.

3) Si on analyse le résultat de ce vote il s'agit d'un vote spontané de défiance dont la gravité sur l'instant ne nous a pas échappée. Ce vote devrait amener les élus castelolonnais à se demander s'ils n'ont pas été trop loin dans leur démarche et méthodes pour faire échouer la fusion à 3. Isabelle DOAT dont on peut rappeler les manoeuvres pour faire échouer toute idée de consultation des castelolonnais en 2009 sur la fusion est aujourd'hui la figure emblématique de l'antifusionnisme tout en disant "nous sommes pour la fusion !"

4) Au lieu de lancer anathèmes et accusations graves sans apporter de preuves ni de précisions convaincantes Madame Isabelle DOAT devrait se poser la question "que me reprochent mes collègues par ce vote de défiance ?"

5) Son concurrent, lors de ce vote, Jean-Pierre CHAPALAIN de la liste castelolonnaise "Ensemble agir pour le changement", a dans son propos avant le vote bien précisé que c'est son attachement familial au monde de la mer qui le motivait ainsi que sa disponibilité.

Cette même disponibilité ne fait-elle pas défaut à Madame Isabelle DOAT puisque ce soir-là elle assumait des fonctions dans un autre organisme comme le président de la CCO le lui avait demandé ?

Madame Isabelle DOAT est candidate à tous les postes de représentation en plus de ses fonctions à la CCO et dans la municipalité de Château d'Olonne. C'est donc justement son indisponibilité ce soir du 10 décembre 2015 qui a occasionné l'expression de ce vote de défiance. Á l'inverse, Jean-Pierre CHAPALAIN a plaidé la disponibilité.

Dans ce même numéro du Journal des Sables, on retrouve Isabelle DOAT qui s'exprime sur le Syndicat du Canton des Olonnes qu'elle préside. Ce syndicat vit ses derniers mois suite au vote de la loi NOTRe qui fait le ménage des "syndicats" dont l'inutilité devient flagrante. Quel citoyen pourrait dire quelle compétence exerce ce Syndicat qui cependant dispose d'un budget confortable pour la promotion du tourisme...un des 7 organismes intervenant dans la compétence tourisme au Pays des Olonnes !

Encore un mandat source de cumul de mandats pour élus et d'indemnités pour élue  et source aussi d'indisponibilité !

 

La mise en cause du déroulement de ce vote parfaitement démocratique,

la mise en cause publique de l'exercice de la gouvernance du Président de la CCO par une vice-présidente,

la mise en cause de l'action publique et de l'exercice de ses fonctions du Président de la CCO et député,

cette mise en cause qui n'a aucun rapport avec ce vote aussi anodin que symbolique,

 

Ces mises en cause ne sont pas... de mise.

Nous espérons que les habitants du Pays d'Olonne pourront passer outre à ces propos disproportionnés et qu'ils pourront vivre en paix pour profiter de la trêve des confiseurs !

Quant à l'auteure de ces mises en cause elle vient de mettre en cause l'exercice même de ses mandats. Va-t-elle abandonner ses mandats ?Cette question n'est pas le moindre paradoxe de cet impair.

 

 

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 16:39
Un coup de propreté sur le devant de la clnique-friche

Un coup de propreté sur le devant de la clnique-friche

Un engin et son pilote depuis ce matin du 21 décembre 2015 défrichent...devant cette friche hideuse, déshonorante pour la Ville de Château d'Olonne

Un engin et son pilote depuis ce matin du 21 décembre 2015 défrichent...devant cette friche hideuse, déshonorante pour la Ville de Château d'Olonne

UNE FRICHE EN COURS DE DÉFRICHAGE

 

Depuis le transfert de la clinique au Pôle Santé sur le site de la VANNERIE les castelolonnais et les visiteurs entrant et sortant du Pays d'Olonne doivent subir la triste vision de cet immeuble squatté, désormais sans fenêtres, ouverte à tous les vents, tagué, utilisé parfois par les pompiers pour des exercices.

Le site fut abandonné sans protection élémentaire malgré le fait que la direction de cet établissement fut assumée jusqu'à son abandon par Jean-Yves BURNAUD (ancien maire toujours présent aux côtés de Joël MERCIER, son successeur). Les propriétaires du stie pourraient au moins  avoir un geste de reconnaissance et tenir le site propre.

 

Ce 21 décembre 2015, il y a un petit miracle.

 

Faut-il croire au Père Noël ?

Un projet ? Ou simplement un petit coup de balai ? Là où il faudrait un coup de bulldozer.

La Ville de Château d'Olonne ou plus exactement ses contribuables qui ont pris de très gros risques financiers pour la création et l'agrandissement de cette clinique mériteraient un meilleur traitement. Ils ont au moins le droit de savoir ce que va devenir ce site ?

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 22:17
Mairie de Château d'Olonne

Mairie de Château d'Olonne

DES ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES ALARMANTES OU ALARMISTES : UNE CONSÉQUENCE DU REFUS DE FUSIONNER AVEC LES COMMUNES SOEURS ET DES CHOIX CONTESTABLES.

 

Ce fut encore une fois cette année une longue et fastidieuse litanie de chiffres et commentaires pas toujours audibles ni compréhensibles pour le public. L'opposition a d'ailleurs réclamé encore une fois une présentation plus dynamique des éléments essentiels comme cela se fait dans la plupart des communes et comme cela est demandé depuis des années.

Les grandes lignes de ces orientations :

- pas de hausse des taux des taxes locales (taxe d'habitation et taxes sur le foncier bâti et non bâti)...qui augmenteront cependant suite à la hausse des bases d'imposition fixées par la loi de finances,

- maintien des investissements à hauteur de 7 millions d'euros par an,

- nouveauté : la programmation du recours aux emprunts faisant passer le poids de la dette de 405 euros par habitant à 759 euros pour la période 2015 à 2019 ...

 

POURQUOI UN RECOURS IMPORTANT A L'EMPRUNT A L'AVENIR ?

L'explication est simple :

 

plus de charges :

- les frais de personnel (56 % des charges de fonctionnement !) croissent de manière significative +3% en 2016 (recrutements et hausses des indices du personnel),

- charges nouvelles avec le coût de la réforme des rythmes scolaires

 

moins de recettes :

- surtout la Dotation Globale de Fonctionnement DGF (-290 000 euros en 2016) que l'Etat réduit (crise oblige drastiquement ) sauf pour les communes qui fusionnent,

- perte de la Dotation de Solidarité Urbaine (-75 000 euros,)

- baisse de la Dotation de solidarité communautaire ( -104 000 euros)

Le problème : ces baisses vont s'accentuer encore après 2016 !

Donc plus de charges et moins de recettes il reste à serrer les boulons dans le fonctionnement et le recours à l'emprunt pour équilibrer le budget en investissement.

 

L'AUTOFINANCEMENT S'ÉCROULE


En effet, l'autofinancement (ce qu'il reste après le payement des frais de fonctionnement) sert à financer les investissements. Cet autofinancement va décroître de manière très inquiétante : il était de 5 555 000 euros en 2013, elle est de 4 462 000 en 2016 et sera seulement de 2 646 000 euros en 2019 !

 

Désormais, comme nous l'avons déjà écrit : CHÂTEAU D'OLONNE N'EST PAS BIEN GÉRÉ

 

UN DÉBAT ?

L'opposition de droite s'est manifestée d'abord pour s'étonner que la commission des finances n'ait pas été invitée à étudier ce dossier.

Ensuite pour critiquer la méthode qui consiste à sous-estimer les recettes et à surestimer les dépenses. Ceci aboutit à un résultat fictif et optimiste. Pour l'opposition des prévisions plus sérieuses permettraient de limiter les prévisions de recours à l'emprunt. Cette demande fut d'ailleurs déjà faite par l'opposition dans le passé... sans succès.

"en 4 ans on avait prévu faire 5,4 millions d'euros d'emprunt ; en réalité on n'a emprunté qu'1,2 million d'euros...on prévoyait d'autofinancer nos investissements à 81% en réalité ils l'ont été pour 95%."

Les explications petite œuvre de pédagogie de la part de l'élue de l'opposition n'a pas de succès ni d'écoute.

.

Par contre, Le débat au fond est escamoté, aucun élu n'a posé les vraies bonnes questions :

- Et si CHÂTEAU D'OLONNE fusionnait avec les autres communes les recettes supplémentaires, la mutualisation des moyens ne permettraient-ils pas d'augmenter l'autofinancement et d'éviter le recours massif à l'emprunt ?

- Quels sont les choix dans les investissements ?

- Dire que le niveau d'investissement sera maintenu à 7 millions d'euros n'a de valeur s'il y a un programme d'investissements pluriannuel ...où est ce programme ?

- Le nouvel Hôtel de ville, le plus gros investissement de la mandature était-il une priorité ?

- Y a-t-il un programme de rénovation de la voirie en plus de la route de Talmont ?

- Il a été question de création de réserve foncière mais où ? On sait qu'à CHÂTEAU D'OLONNE la réserve foncière est abandonnée à quelques particuliers spéculant sur la rareté entretenue des terrains à bâtir.

Que des questions de fond qui risquent de fâcher mais qui sont les vraies questions à débattre pour préparer l'avenir : GÉRER, C'EST PRÉVOIR.

 

La présentation de ces orientations budgétaires est une opération vérité : où va CHÂTEAU D'OLONNE ?...recourir à l'emprunt a des limites vite atteintes et c'est faire supporter aux générations à venir une charge indue et bloquante.

 

Le rapport lié à ce Débat d'Orientations Budgétaires est approuvé par la majorité et l'opposition de droite. Deux élus de gauche s'abstiennent.

Mais où est donc l'opposition à CHÂTEAU D'OLONNE et son pouvoir de proposer des solutions alternatives surtout quand la situation est grave?

 

QUELQUES AUTRES PETITES INFORMATIONS

 

APPROBATION DU PV DU DERNIER CONSEIL MUNICIPAL

Il y a une voix contre : celle de l'élue de l'opposition Sylvie EPAUD qui illégalement a été empêchée de s'exprimer ne serait-ce pour dire que la délibération contenait une erreur manifeste !

Mais pourquoi les autres membres de sa liste ne l'ont-ils pas soutenue ?

Que vaut cette délibération juridiquement ?

 

L'ÉTUDE SUR LA FUSION CABINET SEMAPHORES

Cette étude alibi pour repousser la date de la consultation des castelolonnais sur la fusion semble mise entre parenthèses ...avant son abandon ?

C'est au moins un aveu de la municipalité que cette étude n'était pas nécessaire. A-t-elle vraiment commencé ?

 

PETITE DISCUSSION SUR LES INDEMNITÉS DES ÉLUS

Y a-t-il une erreur dans le calcul de ces indemnités et particulièrement celles du maire? ...affaire à suivre après étude.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 17:23
Salle pleine et attentive

Salle pleine et attentive

La première réunion thématique des « Amis de Yannick Moreau » à Château d’Olonne s’est tenue lundi 14 décembre au café restaurant L’Acacia à la Pironnière, animée par M. Alain Blanchard assisté de maître Benoit Fleury.

 

Le sujet abordé : ‘’ la fusion des communes des Olonnes ’’ est bien au cœur des débats locaux actuellement.

 

Maître Fleury, avocat spécialisé en droit administratif, enseignant à l’Université de POITIERS, a retracé brièvement et utilement l’historique des rapprochements entre les communes depuis la Révolution en passant par la 3ème République pour en terminer avec les dernières réformes de 2010 à 2015.

La troisième République communément surnommée "la République des Maires" est l’archétype des modes de pensée et des freins qui prévalent encore dans l’esprit de beaucoup de nos édiles : crainte de perdre leur pouvoir et leurs prérogatives.

Il ne faut donc pas s’étonner du peu d’enthousiasme dont ils ont fait preuve et qui s’est traduit par la faiblesse des résultats obtenus à ce jour en terme de fusion de communes en France.

 

COMMUNE NOUVELLE OU FUSIONNÉE ET COMMUNAUTÉ D'AGGLOMÉRATION SONT DEUX CHOSES DIFFÉRENTES ET COMPLÉMENTAIRES

 

Le distinguo a été clairement fait entre fusion qui dépend donc du bon vouloir des maires des Sables d’Olonne / Olonne sur Mer / Le Château d’Olonne et la communauté d’agglomération.

La fusion sera effective en janvier 2018 entre les villes des Sables et Olonne sur Mer.

Quid de Château d’Olonne ?

La communauté d’agglomération sera effective le 1er janvier 2017, et ce de par la loi, entre les 7 communes des Sables d’Olonne, de Château d’Olonne, de l’Ile d’Olonne, de Vairé, de St Mathurin et Sainte-Foy.

La parole a été ensuite donnée à une salle particulièrement intéressée afin qu’elle puisse obtenir des éléments de réponse à ses questions sur les aspects budgétaires, fiscaux, décisionnels entre les communes.

La dette des Sables d'Olonne : elle n'est pas ce qu'on veut faire croire aux castelolonnais. La richesse fiscale des Sables d'Olonne  

Il a été déploré la perte de 6 millions d’euros qui aurait pu être évitée si la fusion avait été effective au 1er janvier 2016.

Mais pourquoi donc les élus de Château d'Olonne ne veulent-ils pas de la fusion ?

 

Le « pot de l’amitié » a clôturé dans un esprit convivial cette réunion ouverte et studieuse.

Remerciements aux organisateurs pour cette réunion qui répond bien à réel  besoin d'information des citoyens et remerciements aussi à la direction  du restaurant L'Acacia pour son accueil.

Partager cet article
Repost0