Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 12:16
Les deux maires : le précédent Jean-Yves BURNAUD, l'actuel Joël MERCIER. Leur gestion des marchés publics mise en causeLes deux maires : le précédent Jean-Yves BURNAUD, l'actuel Joël MERCIER. Leur gestion des marchés publics mise en cause

Les deux maires : le précédent Jean-Yves BURNAUD, l'actuel Joël MERCIER. Leur gestion des marchés publics mise en cause

DES OBSERVATIONS DE LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES DONT ON EXAMINERA LA GRAVITÉ.

Y A-T-Il EU ET Y A-T-IL ENCORE UN PROBLÈME GRAVE DE GESTION DES MARCHÉS PUBLICS À CHÂTEAU D'OLONNE DEPUIS DES ANNÉES ?

 

C'est la question que les élus auraient dû poser publiquement, hier soir, au Conseil Municipal. Les montants en jeu le méritaient.

 

LES PROCÉDURES DE PASSATION DES MARCHÉS PUBLICS GRAVEMENT MIS EN CAUSE

 

Citation des observations définitives document du 27 janvier 2016 portant sur la période débutant en 2010,  signification du contrôle le 9 avril 2015.

 

"L'intégralité des douze marchés de travaux de voirie, passés pendant la période (contrôlée NDRL) a été attribuée à la même société, pour un montant de 13,1 millions d'euros.

Cependant la commune n'a pas été en mesure de fournir l'offre du candidat retenu, ni toutes les pièces originales de procédure.

Les manquements dans le secteur des achats, déjà signalés par la chambre, perdurent."

 

Malgré ce langage administratif très soft voire édulcoré, l'observation (détaillée dans le corps du rapport) est d'une importance grave. En effet, elle met en cause les élus de la majorité municipale et même la structure administrative .

L'opposition entre 2008 et 2014 avait d'ailleurs attiré l'attention des élus de la majorité sur ce problème des marchés.

 

"La situation financière de Château d'Olonne est restée saine" dit le rapport.

Mais il y a d'autres observations graves qui feront l'objet d'analyses après consultation de spécialistes.

Un dossier à suivre...

Partager cet article

Repost 0

commentaires