Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 19:01

 

03437.jpg

 

La liste devenue d'opposition castelolonnaise  en 2008 a été nommée CAP VRAI...avec cette appellation elle ne pouvait abandonner le navire même si elle a dû traverser des périodes tumultueuses. Elle a du maintenir le cap et ne jamais céder à la facilité. Les vigies ont toujours été présentes et la hune n'a pas connu d'abandon de poste.

C'est pour cela qu'elle a apprécié à sa juste valeur l'interview du maire Jean-Yves BURNAUD et est intervenue par la voix de son porte parole Jean-Claude ROSSIGNOL  auprès du journal OUEST FRANCE pour faire une mise au point que vous trouverez ci-dessous en son intégralité.  Une  version soft a été publiée dans le journal OUEST FRANCE des 18/19 janvier 2014.

Il n'est pas bon parfois de revenir sur le passé, ce n'est ni très postif, la vérité s'en trouve souvent travestie et souvent personne ne s'y trouve gagnant.

Ci-dessous la version originale transmise à OUEST FRANCE :

 

Nous ne pouvons admettre qu’il soit dit que nous voulions « démolir le maire plutôt que de construire ».

D’une part, sur pour tous projets que CAP VRAI critiquait, CAP VRAI proposait un contreprojet ou des améliorations aux projets…qui ont toujours été rejetées par le maire et sa majorité.

S’il y a eu recours judiciaire dans le dossier de la Ferme de Villeneuve en juin 2008 la responsabilité en incombe au maire et à la majorité qui ont refusé le report de l’examen du dossier au Conseil Municipal suivant. Il n’y avait aucune urgence, le dossier était incomplet, très volumineux et complexe. Il était impossible aux nouveaux élus de l’étudier dans les délais. Le maire a refusé de reporter le débat ne laissant à l’opposition que la voie judicaire. Vendre un terrain municipal de 20.000 m2 situé à 1000 mètres du bord de mer au prix de7,62 euro le m2, cela pouvait paraître scandaleux. Le juge a donné raison à l’opposition CAP VRAI qui a ainsi donné à la commune des moyens de récupérer une recette complémentaire.

D’autre part, si l’opposition CAP VRAI avait voulu « démolir le maire » elle en avait effectivement les moyens. Elle s’y est refusée. En effet, le maire omet de dire que, sur la base d’un signalement, il a été condamné à un rappel à la loi pour prise illégale d’intérêts, délit de favoritisme dans l’affaire du pôle santé. Les faits reprochés étaient donc avérés. Pour ne pas affaiblir l’exécutif et la fonction de maire, les élus de CAP VRAI  n’ont jamais fait état publiquement de cette condamnation et nous n’avons pas poursuivi.

Par contre, le maire a saisi en 2009 la justice pour empêcher CAP VRAI de s’exprimer sur internet et, encore une fois, la justice a donné raison à l’opposition CAP VRAI.

L’opposition CAP VRAI a toujours travaillé sur tous les dossiers pour défendre les intérêts des castelolonnais dans des conditions très difficiles. Il est bien dommage qu’en matière de logement, d’économies d’échelle, d’aménagement, de voirie…elle n’ait jamais été écoutée.

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 23:09

DSC00439

Des maisons, au loin rue Pierre Curie à Château d'Olonne, mais qui peut voir en premirer plan des logements  sur ce site des Prés de la Clais Sud ?...le maire de Château d'Olonne ?

 

 

C’est lassant mais peut-on laisser passer des contrevérités sans réagir et sans rétablir ce qu’on est persuadé d’être la vérité ? Nous sommes condamnés à nous acharner contre la diffusion d’informations trompeuses. Nous préférerions parler programmes, projets en cours de réalisation. L’actualité nous impose d’écrire pour faire vivre la vérité, informer sur ce qui est et non sur des erreurs, contrevérités que la presse est obligée de colporter en toute innocence ne pouvant imaginer qu’un maire puisse tromper son monde.

Dans « Ouest France » de ce jour 13 janvier 2014 le couvert des contrevérités est remis dans l’article intitulé :

Á Château d’Olonne,

« Le maire, ému, présente ses derniers vœux »... « au personnel municipal  et aux élus » aurait-il fallu ajouter.

Jean-Yves BURNAUD a fait un rapide et sobre bilan de 25 années de présence aux commandes de la ville en tant que maire.

Nous avons déjà souligné que la réalité avait été écornée concernant la restauration de l’Abbaye Saint Jean d’Orbestier.

En effet, dans Ouest France le journaliste qui reprend les éléments qui lui ont été donnés énumère parmi les « réalisations du maire » : «  le sauvetage de l’abbaye Saint Jean d’Orbestier «  la seule cité historique pour laquelle il reste beaucoup à faire ».

Un castelolonnais avisé pourra se demander ce qu’est cette « cité » ; Mais il y a pire : il nous faut nous répéter et rappeler que le sauvetage de l’Abbaye n’est pas une initiative du maire mais celle de l’association l’Orbestier ». Voir : DES VOEUX ENTACHES : il faut rendre à César

On espère ne pas avoir à revenir sur cela mais…il nous faut aussi souligner ce qui nous choque le plus c’est que dans cette énumération des réalisations du maire figure : « la création de plus de 400 logements dans les opérations du Prés de la Clais nord et sud incluant 250 logements à prix accessibles »

Vraiment, c’est trop : vouloir ainsi tromper les gens, c’est trop. Parlons de projet et non de création dans une énumération de réalisations.

En effet, seule l’opération Prés de la Clais Nord a été achevée en 2008, rien sur les Prés de la Clais Sud où se murit le projet effectivement de 300 logements …la première pierre n’est pas posée.

Il faudra par honnêteté rectifier cela. Pourquoi inventer des logements réalisés, créés mais fantômes ? Est-ce qu’un élu a le droit de tenter de tromper son monde comme cela ?

 

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 16:39

03437.jpgBurnaudorbestier dsc01601.jpg

 

Nous revenons sur cette cérémonie des vœux d'hier à Château d’Olonne. Pour laisser toute son émotion à cette cérémonie nous avons volontairement passé sous silence une erreur de langage dans le discours du maire  Jean-Yves BURNAUD.

Dans son bilan des mandats de maire de Château d'Olonne la première réalisation citée par Jean-Yves BURNAUD a été la restauration de l'Abbaye Saint Jean d'Orbestier.

Il s'agit d'une information erronnée qui a pu choquer des personnes qui ont beaucoup donné et à qui est volée la paternité de leur énorme travail, réalisation, réussite : sauver l'Abbaye romane vouée à la démolition des derniers vestiges debout après l’effondrement du toit.

En effet, nombre de personnes dont l'ancien député maire Louis GUEDON et le conseiller Général Gérard FAUGERON pourront attester que cette restauration a été initiée par l'Association l'ORBESTIER et particulièrement par son Président fondateur Joël GUERSENT et son équipe qui ont permis le sauvetage et le classement du site à l'inventaire.

L’Association a su aussi rassembler des sponsors, fédérer d’autres collectivités, intéresser des personnalités et ainsi a  permis cette restauration.  Après le travail réalisé par l'Association Jean-Yves BURNAUD n’a eu le mérite que de compléter les financements déjà assurés et, ainsi, rendre la commune propriétaire de l’Abbaye.

Jean-Yves BURNAUD et sa majorité n’ont, par la suite, rien fait pour la poursuite de cette restauration. Année après  année, les budgets d'études consacrés à cette restauration ont été annulés. Les problèmes d'humidité, des vitraux, de mise aux normes d'accessibilité…sont restés sans solution : une Gargamoelle inutilisable a été construite, mais  poursuivre la restauration de l’abbaye romane pour en faire un site touristique attractif et un centre culturel non !

Jean-Yves BURNAUD aurait donc pu s'éviter dans ses vœux cette erreur.

Voilà la vérité qu'il fallait rétablir et on aurait aimé devoir se passer de cette mise au point mais il faut toujours rendre à César ce qui appartient à César.

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 22:47

DSC01048-copie-1DSC01054Séquence émotion Jean-Yves BURNAUD et son épouse derniers échanges de voeux avec le personnel et les élus, ce 9 janvier 2014 

Pour le traditionnel échange de vœux du personnel de la mairie de Château d’Olonne avec le maire et le Conseil Municipal l'ambiance a été très particulière, pas celle de voeux ordinaires.

En effet, le maire Jean-Yves BURNAUD assistait à cette cérémonie pour la dernière fois en tant que maire après 25 ans dans la fonction et 37 ans comme élu à Château d’Olonne."25 ans d'aventures" a-t-il dit.

Après les vœux présentés par le conseil des jeunes, ce fut au tour de Frédéric BELLOT, directeur général des services de la commune de Château d’Olonne. Avant de présenter ses vœux et après un bref résumé des actions 2013 réalisées, il a souhaité « une longue et heureuse retraite au maire ». Le ton était donné.

En réponse, pour le maire l’heure était au bilan présenté aussi sommairement : 25 ans pour un « développement harmonieux et durable » de la ville. Jean-Yves BURNAUD adopta un profil bas et modeste pour évoquer son bilan, invoquant le droit à l’erreur, sa déception sur le mauvais fonctionnement depuis 2008 de la Communauté de Communes des Olonnes souhaitant à celle-ci « d’évoluer dans sa compétence et sa gouvernance » rappelant aussi que « l’intercommunalité n’a pas vocation à se substituer aux communes » c’est donc un statu quo qui est sous-entendu : il n’est point question de commune unique. Comme il n’a pas été question de la nouvelle mairie : étonnant quand il s’agit de vœux au personnel.

Sur son échec en matière de logements, Jean-Yves BURNAUD a encore évoqué l’espoir de 400 logements (Prés de la Clais SUD, Centre Ville, Puits Rochais). Des projets oui, mais la cruelle vérité est là : pas une réalisation de lotissement municipal depuis 2007 où le lotissement des Prés de la Clais Nord a vu le jour ! Cette situation, comme celle concernant d'autres secteurs,  pouvait effectivement inciter le maire sortant à adopter ce ton modeste.

« L’heure est venue de passer le flambeau, il faut savoir s’arrêter…décision sage, ce mandat était le dernier…j’ai fait de mon mieux, j’ai pu commettre des erreurs,…la roue tourne ».

Une soirée des vœux sous forme d’adieux


Partager cet article
Repost0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 22:58

DSC00754

Voilà ci-dessus ce qui a été réalisé et ci-dessous le projet présenté au Conseil Municipal de Château d'Olonnre en novembre 2012

impasse de la brise projet CM nov 2012

 

 

Impasse de la Brise ou tempête juridique ?

Lors de ce conseil municipal du 17 décembre 2013 cette question des travaux impasse de la Brise (derrière le zoo) revenait à l'ordre du jour pour la présentation d'une convention de mise à disposition de ce site au Zoo des Sables d'Olonne.

 

L'opposition CAP VRAI a laissé éclater sa stupéfaction.

Ces terrains servent entre autres pour les entrées et  sorties des bennes de déchets du zoo voire pour leur entrepôt. Ils  sont du domaine privé de la ville des Sables d'Olone et du domaine public de Château d'Olonne. Certainement les riverains n'étaient pas satisfaits de dépôts qui, en été particulièrement, n'étaient pas agréables à sentir et pas mieux au point de vue hygiène.

En 2012 : décision de "réhabiliter" le site. La décision est prise sur la base du plan figurant ci-dessus.

Qui dit réhabilitation dit donc nouvelle convention de mise à disposition;

Mais, le maire et son adjointe ont menti, entre autres, par omission en présentant le projet :

- ils ont oublié de dire que la décision de novembre 2012 est attaquée par les riverains devant le Tribunal Administratif,

- que malgré cela les travaux ont été faits,

- que les travaux réalisés ne correspondent pas du tout au projet présenté aux élus en 2012,

- qu'il ne s'agit pas d'un simple renouvellement de la convention comme cela est présenté mais d'une convention nouvelle.

 

La réponse de Madame Isabelle DOAT, adjointe à l'environnement, est d'un juridisme approximatif : la décision du Tribunal administratif peut être frappée d'appel...elle n'est pas "suspensive"...donc si le Tribunal annule la décision attaquée...la commune devra détruire ce qui a été fait...aux frais du contribuable.

Autre réponse étonnante de l'Adjointe : le plan présenté n'était qu'une "esquisse" !...il y a pourtant bien marqué "plan "sur le document présenté au Conseil Municipal. Cela ne fait rien : on répond n'importe quoi à l'opposition, on trompe ses collègues de la majorité : qu'importe !

Quel manque de considération pour les élus. : on leur présente un projet, ils l'adoptent, on réalise autre chose et personne ne dit rien. On leur ment.

Cela n'a pas empêché la majorité du maire de voter cette délibération qui va rejoindre ses collègues au Tribunal Administratif et ce, aux frais des contribuables castelolonnais. L"opposition" de gauche a emboîté le pas au maire pour ce vote aussi.

Ainsi va la vie publique à Château d'Olonne!

Il faudra que les électeurs le sachent et s'en souviennent...à condition qu'on le leur dise...et cela c'est une autre histoire !

 

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 15:40

ZAC Prés clais sud earth    03437.jpg

 

Le lotissement des Près de la Clais Sud en gestation depuis au moins 10 ans verra-t-il le jour bientôt ?

Ce lotissement est située  près du centre ville et devrait permettre la construction d''environ 300 logements dont la construction s'échelonnera de 2014 à 2019.

20% de logements sociaux, 30% de logements en accession "abordable" et 50 % de logements en accession privée : c'est la norme en matière de mixité sociale mais cela ne permet pas de rattraper le retard, le déficit en logements sociaux au Pays d'Olonne.   

 Après l'adoption, ce soir 17 décembre 2013,  des deux délibérations concernant cette opération , on peut espérer désormais que le projet soit sur les rails de la réalisation concrète.

Pour l'opposition CAP VRAI il restait des zones d'ombres dans les rapports entre la commune et le concessionnaire formé du groupe SIPO PHILAM associé à ATARAXIA.

La solidité financière du groupe est d'après l'opposition CAP VRAI sujette à caution et mériterait étude...quand on s'engage avec un partenaire commercial on prend des précautions, des garanties. Le maire finit par avouer d'abord qu'il était au courant que cet attelage SIPO PHILAM /ATARAXIA avait des problèmes financiers que mais que le contrat étant signé il n'y avait rien à faire !

Autrement dit quand on a commis une erreur, pris un risque et qu'on vous dit "attention" il faut persévérer dans l'erreur !

Tout au long de ce débat on a eu l'impression que d'une part, l'opposition avait des doutes sur le concessionnaire mais que celui-ci était défendu bec et ongles par le maire et ses adjoints !

L'opposition croyait qu'elle défendait les intérêts des castelolonnais, les élus de la majorité défendaient leur rédaction du contrat et les intérêts privés du concessionnaire...le dialogue ne pouvait exister entre opposition et majorité.

Il aurait suffi, par exemple, que le Maire acceptât d'enlever une phrase au projet de contrat pour satisfaire l'opposition, offrir plus de garanties à la commune sur la gestion du dossier pour que majorité et opposition puissent avancer de conserve. Cet entêtement caractéristique du Maire et de ses adjoints laisse planer un doute sur la volonté de la majorité de prendre des précautions élémentaires en matière de contrat pour une opération d'environ 15 millions d'euro !

 

Mais comme majorité et opposition ne pouvaient s'opposer à un projet qui permettra enfin de ce créer 285 logements, l'unanimité s'est faite pour adopter ces délibérations. Il y a 400 foyers qui attendent un logment ! C'est une priorité.

Le contrat que l'opposition estime léonin et que le maire s'apprête à signer laisse un goût amer et des incertitudes juridiques et financières.

 

Le maire et ses adjoints n'ont pas compris qu'ils pouvaient améliorer le contrat de concession.

Le seul bénéficiaire de la soirée était absent : c'était justement le concessionnaire qui possède déjà 55% des terrains. Il sera le constructeur et commercialisera les logements entre 2014 et 2019...sauf s'il allonge les délais pour éviter de mettre trop (????) de logements sur le marché ou pour tout autre raison, pas de planning contractuel, pas de clause de pénalités de retard...le maire et son adjointe à l'urbanisme Annick BILLON estime que ce n'est pas l'intérêt du concessionnaire de retarder la livraison des logements;

Il n'y a plus qu'à espérer que tout se passe bien !

 

A SUIVRE...

 

 

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 21:12

03437.jpg

 

 

    Le Conseil Municipal de Château d'Olonne est convoqué en séance publique le mardi 17 décembre 2013 à 20 heures.

 

Il y aura délibération sur un ordre du jour qui comporte 18 points dont nous retiendrons particulièrement les points suivants :  

     

  • ZAC des Prés de la Clais Sud - Approbation du dossier de réalisation,

  •  

  • ZAC des Prés de la Clais Sud – Signature d’un avenant au traité de concession,

  •  

  • Acquisition et cession d’emprises,

  •  

  • Débat d’orientation budgétaire,

  •  

  • Budget Principal – Fixation des tarifs des Services Publics  pour 2014,

  •  

  • Attribution de crédits pour les dotations scolaires pédagogiques et sociales pour 2014,

  •  

  • Avances sur subventions,

  •  

  • Renouvellement de la convention de mise à disposition d’une parcelle du domaine public au profit du zoo des Sables d’Olonne,

  •  

  • Garantie d’emprunt,

  •  

  • Donation d’une œuvre de Francine GUIET,

  •  

  • Personnel municipal : création de postes,

  •  

  • Décisions municipales, délibération de donner acte.

Il est rappelé que les Réunions du Conseil Municipal sont publiques (Hôtel de Ville de Château d'Olonne, 53, rue Séraphin Buton)

    Prochain CONSEIL MUNICIPAL mardi 17 décembre 2013 à 20 heures.        

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 20:51

03437.jpg

Ouest France de ce mardi 3 décembre publie un bon résumé de la mise au point que fait l'opposition CAP VRAI sur ce dossier de la non information des élus castelolonnais sur le dossier de l'Ehpad. Voir CHÂTEAU D'OLONNE : conseil municipal du 26 novembre 2013

Ce dossier complexe mêlant diverses structures de la commune, pour une bonne information, nous vous donnons ci-dessous la teneur de l'intégralité de la mise au point.

 

"Le conseil municipal de Château d’Olonne avait été informé par la presse d’un important programme de travaux dans l’Ehpad des Vallées. Avant ce communiqué de presse, le Conseil Municipal n’avait reçu aucune information sur cet investissement de 6 millions d’euro. L’opposition CAP VRAI par la voie de Jean-Claude ROSSIGNOL avait posé la question écrite suivante au maire, pour le Conseil Municipal du mardi 26 novembre 2013 :

« Nous vous demandons donc :

  • de nous dire pour quelles raisons le Conseil Municipal n’a jamais été saisi de ce projet ?

  • de présenter le projet d’abord aux commissions concernées puis au Conseil Municipal. »

     

    Pour justifier sa demande l’élu de l’opposition se basait sur les éléments  suivants :

  • Le centre communal d’action sociale (CCAS) du Château-d'Olonne est un établissement public administratif, géré par un conseil d’administration et  présidé de plein droit par le maire de la commune. Des élus désignés par le Conseil Municipal siègent au conseil d’administration du CCAS,

 

  • le CCAS gère plusieurs secteurs en relation avec l’aide aux personnes, et notamment : l’Ehpad des Vallées. Il est actuellement hébergé dans les locaux de l’Hôtel de Ville et son transfert est prévu dans les locaux de l’Ehpad rénové,

     

  • le CCAS est naturellement largement financés et soutenu par le budget de la commune (190.500 euro au budget 2013) L'ensemble des investissements de l’Ehpad a été financé par emprunt et par des subventions du Conseil général de la Vendée et de la Ville du Château d'Olonne,

     

  • Il est naturel que l’opposition castelolonnaise demande au maire que le Conseil Municipal de Château d’Olonne soit au moins informé sur ce  projet d’investissement. Cela est prévu à l’Article L2121-34  du Code Général des Collectivités Territoriales qui stipule que « les délibérations des centres communaux d'action sociale CCAS qui concernent un emprunt sont exécutoires, sur avis conforme du conseil municipal »

     

    Cet avis est nécessaire même sans garantie formelle de l’emprunt par la commune. Ce qui est logique car, en cas de défaillance du CCAS, c’est la commune qui devra rembourser puisque le CCAS est l’émanation de la commune.

    La loi a même prévu que dans certaines situations l’autorisation du Préfet est nécessaire…

     

    L’avis du conseil municipal n’a jamais été demandé alors qu’il y a emprunt. Ainsi l’opposition dans le conseil municipal est privée des moyens légaux d’exercer son droit de contrôler la légalité des actes du maire. Dans sa réponse le maire n’a pas répondu à notre préoccupation. Il a préféré l’invective à l’encontre de l’opposition, développer des arguments dilatoires revenant sur le projet d’Hôtel de Ville d’où les erreurs de compréhension du journaliste présent qui ont entraîné un juste rectificatif ce 29 novembre 2013.

 

En effet le CCAS de Château d’Olonne a pu emprunter sous la responsabilité du maire-président du CCAS sans saisir préalablement le Conseil Municipal : est-ce cette  découverte de l’opposition Cap Vrai qui a conduit le maire à faire diversion et à ne pas répondre à la question qui lui était posée ?

 

Il est étonnant que l’opposition de gauche n’ait pas réagi et ainsi se laisse entraîner par la majorité du maire Jean Yves BURNAUD qu’ils ont encore ainsi ralliée. Si la liste d’opposition de gauche se finalise dans une commune où la gauche a un électorat certain, dans ces conditions, comment pourra-t-elle se démarquer de la majorité du maire sortant ?


L’opposition réaffirme la pertinence de sa question sur ce sujet et tient à avoir une réponse claire à sa demande, au besoin par voie juridictionnelle."

 

 

Partager cet article
Repost0