Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 22:13

  puzzle

 

 suite de UNE OPPOSITION CONSTRUCTIVE ET REALISTE AU PAYS DES OLONNES

 

Surtout l’opposition a été force de propositions. Elle n’a jamais joué les opposants systématiques : elle a voté environ 80% des délibérations et a toujours présenté des alternatives aux propositions de la majorité. Citons par exemple :

Concernant la voirie et les équipements à Château d’Olonne : elle a maintes fois proposé un audit professionnel de toute la voirie et un plan pluriannuel sérieux et chiffré de remise à niveau ; des circuits « liaisons douces », deux roues et non des bouts non raccordés les uns aux autres, un vrai Centre-ville vivant et attractif ;

Concernant le logement à Château d’Olonne : le choix de sites proches pour des lotissements nouveaux : les Bourrelières, le Centre Ville, la zone Pierre Corneille et la réalisation de projets qui restent à l'état de projets et promesses ne sortent jamais de terre…

Concernant le secteur économique : relancer la dynamique de la Communauté de Communes des Olonnes avec un projet ambitieux et digne du Pays et des moyens humains pour accompagner ce développement qui ne viendra pas tout seul ;

Concernant le tourisme et les animations culturelles : une coordination des 3 communes avec la Communauté de Communes avec la fusion des offices de tourisme et la création d’un Espace capable d’accueillir des manifestations importantes ;et serait un atout pour le développment du tourisme particulièrement hors saison ;

Pour ces propositions dégager des moyens financiers en mutualisant les actions et les moyens des 3 communes et de la CCO. Cela entraîne un changement de mentalité, l’abandon de l’esprit de clocher et la culture de la priorité à l’intérêt général. Ainsi, l’opposition a dit OUI à une vrai complexe aquatique au niveau du Canton situé à la VANNERIE et NON à une pataugeoire dans la Zone Industrielle des Plesses.

Surtout l’opposition CAP VRAI a toujours mis l’accent sur la relance de la coopération voire la fusion des 3 communes.

Pour avoir parlé avec son cœur, interrogé la majorité, l’opposition CAP VRAI a certes été « maltraitée » mais ne s’est pas laissée museler : elle a servi, par sa présence active, à défendre le droit d’expression de la démocratie locale et la cause des intérêts de tous les habitants du Pays des Olonnes. Elle a préparé l'avenir.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 21:52

 

puzzle

  Ordures ménagères et autres déchets, ventes de terrains de la commune, conduite de chantiers, frais de fonctionnement des collectivités, emploi... 

 

LA VRAIE OPPOSITION A CHÂTEAU D’OLONNE ET A LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DES OLONNES A EFFECTIVEMENT MENE LA BONNE POLITIQUE D’OPPOSANT CONSTRUCTIF ET A EU RAISON DANS LES DOSSIERS IMPORTANTS DU PAYS DES OLONNES

Au sein du conseil municipal de Château d’Olonne comme au sein de la communauté de communes des Olonnes CCO, l’opposition n’est que faiblement représentée même si, aux dernières élections à Château d’Olonne, elle a obtenu 48 % des votes au deuxième tour ! Le mandat s’achève, les candidats potentiels se dévoilent…le moment de faire un bilan .

Un mauvais point pour cette opposition : elle n’a pas su rester unie. Les élus venus de la liste de gauche ont abandonné leurs engagements d’opposants, démissionné, voté avec la majorité et même rejoint celle-ci par un bel acte de trahison dont l’électorat se souviendra. L'opposition a été alors représentée par les élus de l’équipe CAP VRAI fidèle à ses engagements pour une autre gestion à Château d’Olonne, pour une Communauté de Communes active capable de mobiliser pour faire face aux graves problèmes du Pays des Olonnes : le chômage, le logement, la gaspillage qui résulte notamment de la non mise en commun des moyens des 3 communes et de la CCO…

Mais le travail de l’opposition CAP VRAI a fini par payer : quand on examine les positions et événements on constate que la ténacité des élus CAP VRAI soutenus par l’équipe de fidèles et par ceux qui l’ont rejoint a été payante pour la collectivité :

D’une manière générale, la présence de l’opposition sur les dossiers sensibles a obligé l’ensemble des élus à prendre conscience que la routine, l’augmentation permanente des impôts et des charges de fonctionnement n’étaient plus de mise. Combien d’élus ont pu dire en privé « vous, opposition, avez osé dire cela ; vous aviez raison, mais, nous, on ne pouvait pas !». Lâcheté, solidarité de façade, peur de représailles ??? II faut s’interroger pour tenter de savoir pourquoi les élus de la majorité n’ont pas le droit d’exprimer en public des avis divergents de ceux de leurs collègues, voire de ne pas suivre la majoré quand ils estiment que celle-ci commet une erreur. Cette situation est dommageable à la démocratie locale. Dans les assemblées on le voit bien : il n'y a pas de débat !

 

Fausse route : quand les élus de Château d’Olonne, de la Communauté de Communes des Olonnes ont accepté la construction de l’usine TMB de Château d’Olonne…maintenant tout le monde et particulièrement les riverains reconnaissent les erreurs et mensonges sur cette usine. Pas de bruit, pas d’odeurs, production d’un super compost : qui va oser encore le dire maintenant ? L’opposition menait bien un juste combat. Cet article est écrit le 20 mars au moment où est officialisée pour la VENDEE l’annonce officielle de l’abandon de la troisième usine TMB prévue à CORPE. Aurions-nous eu raison…mais que faire des deux usines actuelles dont celle de Château d’Olonne ?...faire au mieux ou si c’est impossible faire comme les suisses ont fait : fermer les deux usines de Château d’Olonne et Saint Christophe du Ligneron.

 

00264.jpg

 

Fausse route : quand, après ceux de la Communauté de Communes des Olonnes qui s'est débarrassée du dossier en 2008, les élus majoritaires de Château d’Olonne ont refusé d’examiner avec sérieux le dossier de la Ferme de Villeneuve. Ces derniers  n’ont même pas accordé un délai de réflexion à l’opposition pour prendre connaissance de cet « énorme dossier », et la preuve vient d'être apportée par la Justice que l’opposition défendait par la procédure qu'elle a menée les intérêts des citoyens castelolonnais.

 

Fausse route quand on examine le résultat catastrophique de la politique du développement  économique  qui se meut à la vitesse d’une tortue, sans volontarisme, sans grand projet porté avec une réelle mobilisation. avec pour conséquence une situation de l’emploi au Pays des Olonnes des plus dégradées.

 

Fausse route : quand on voit les sommes considérables englouties pour la création d’un Centre-Ville à Château d’Olonne : le Centre Ville n’existe toujours pas. L’opposition a un tout autre projet basé sur des études déjà réalisées, financées  et mises au placard.

A SUIVRE : rappel d'autres propositions faites par l'opposition

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 09:38

 

Nous voyons au Pays des Olonnes des projets traîner en longueur : tout est cause de retards . Il y a des modifications en cours de projets (projets mal conçus), des retards dans l'exécution(conduites de chantiers mal gérées, contrats mal ficelés), d'autres lenteurs...et on vous dit : c'est toujours la faute des autres...faisons notre autocritique : n'y a-t-il pas de l'incompétence  et une mobilisation insuffisante des élus ?  Un élu ne sait pas tout faire...il lui faut qu'il sache  se mobiliser et mobiliser ses collègues, s'entourer d'une équipe et de Conseils fiables et solides.

 

Voilà ci-dessous  une réalisation rondement menée. :  le projet de la communauté de communes de l'AUZANCE et de la VERTONNE...projet présenté en 2012 avec quelques réticences et incompréhensions au départ...et en juillet 2013 une part importante du projet sera opérationnelle !

 

Alors qu'on arrête de nous dire qu'il faut 20 ans pour réaliser cela, 10 ans pour réaliser ceci...QUAND ON VEUT, ON PEUT ! La preuve...et il ne s'agit pas d'un petit projet.

 

dossier-centre-equestre-copie-1.jpg 

 projet composition oct 2012

 OF 2013 03 18

 

 

 

 

 

jhkj

Partager cet article
Repost0
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 22:22

canton des olonnes

 

LE CANTON des SABLES D’OLONNE

 À QUOI SERT LE CANTON ?

Cette structure CANTON est une structure intermédiaire méconnue …les citoyens y pensent une fois tous les 3 ans (ou plus exactement une fois tous les 6 ans les conseillers étant renouvelables pour moitié tous les 3 ans ) lors des élections des conseillers généraux.

Le statut de conseiller général a été remis en cause par la réforme de 2010 qui a créé les  conseillers territoriaux qui devaient siéger à la fois au niveau régional et au niveau départemental. Mais cette réforme est elle-même remise en cause !.. ;on attend la suite…

Au niveau du Pays des Olonnes existe donc le Canton des Sables d’Olonne qui regroupe les communes de Château d’Olonne, Olonne sur mer, les Sables d’Olonne (elles-mêmes regroupées au sein de la Communauté de Communes des Olonnes) et L’Ile   d’Olonne, Sainte Foy et Vairé (regroupées  au sien de la Communauté de Communes de l’Auzance et de la Vertonne).

QUELLES COMPETENCES SONT DEVOLUES AU CANTON ?

D’une manière générale,

En théorie, un canton a toutes les compétences d’une commune à condition que celles-ci les lui délègue. Mais le Canton n’est pas une collectivité territoriale comme la commune, le département, la Région

En réalité, le Canton ne dispose pas de compétences propres ; c’est plutôt le conseiller général qui comme membre du Conseil Général exerce certaines fonctions de représentation de son canton au niveau du département. Il exerce donc essentiellement des compétences départementales.

.-          Enparticulier, le canton des Sables d’Olonne exerce quelques délégations de compétences. Il en est ou a été ainsi :

            Pour la mise en œuvre du SCOT : Schéma de Cohérence Territorial dans lequel doivent s’inscrire les Plans Locaux d’Urbanisme

            Il gère le SIG système d'information géographique qui est un système d'information permettant de créer, d'organiser et de présenter des données alphanumériques spatialement référencées, autrement dit géoréférencées, ainsi que de produire des plans et des cartes,

            La délégation principale de compétence des communes au canton des Sables d’Olonnes est la promotion du Tourisme.

Il n’a pratiquement pas de recettes propres et reçoit pour son fonctionnement et ses actions  des dotations des deux communautés de communes qui le composent.

En résumé : pas d’autonomie financière, pas de pouvoirs et compétences propres. Il est donc difficile de déterminer la place et le rôle du Canton dans le schéma territorial que nous connaissons. Il s'agit essentiellement d'une division électorale.

 

LE BUDGET

 Ce lundi 18 février 2013, le Comité Syndical du Canton des Sables d’Olonne tenait séance avec un point important à l’ordre du jour le Débat d’Orientation Budgétair.

Fonctionnement dépenses : 673 720.86 €

Investissement dépenses : 94 621.68 €

En dépenses, le chiffre marquant est la charge de 371 000 € pour le pôle touristique (promotion du tourisme; plaquettes, salons…). Si on enlève le tourisme on voit donc clairement que les actions du Canton sont limitées.

Nous avons demandé que, dans un souci de clarté et d’efficacité, soient recensés à ce niveau du canton, les efforts financiers fait par l’ensemble des participants publics à la promotion du tourisme (communes, canton, communautés de communes et des offices de tourisme…actions non coordonnées).Le Président Jean-Yves BURNAUD a accédé à cette demande.

 

Au vu de ce qui est dit ci-dessus et en période de crise, on est obligé de se poser des questions sur le rôle dévolu au canton et sur la justification de son existence même (en dehors d’une circonscription électorale) puisqu’il n’exerce pas de compétences propres et qu’il n’a pas d’autonomie financière. De plus, la généralisation des communautés de communes a encore diminué sa raison d’être comme collectivité active. La question a été posée pour des cantons voisins.

 

 

Partager cet article
Repost0
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 18:26

DSC09511.JPG

 

 

RAPPEL

Ces dernières années, l’Institution Département a été chahutée par une réforme territoriale (loi du 16 décembre 2010) par laquelle la Région et le Département se rapprochaient (ce n’était pas une fusion) avec l’élection des conseillers territoriaux. Puis la réforme a été et sera encore plus « détricotée » depuis les élections de2012 : fin des conseillers territoriaux, redéfinition des compétences REGION/DEPARTEMENT…

      

LA POLITIQUE BUDGETAIRE DU CONSEIL GENERAL

Cette situation est rendue encore plus complexe et incertaine pour les capacités d’actions avec le transfert de compétences de l’État vers le Département dans le domaine social : handicapés, TVA sur les transports,  RSA… « le département est victime d’un étranglement budgétaire » entre des dépenses nouvelles croissantes mises à sa charges par l’État et des recettes rognées par les effets de la crise et la baisse programmée des  dotations de l’État.

Entre l’abandon et la résignation, le Conseil Général  a choisi la détermination. Il ne baissera pas les bras sur sa compétence économique.

Cela se traduit par un budget qui prévoit 150 millions d’euro d’investissement et une réduction des dépenses de fonctionnement.

Cette réduction des dépenses de fonctionnement permettra de dégager de l’autofinancement pour favoriser l’investissement.

Face à l’adversité, il faut prendre le chemin de l’imagination et de l’innovation. Ce sera le cas pour le traitement social et économique du chômage :

-          avec le contrat VENDEE INSERTION. « La meilleure solidarité c’est l’insertion »,

-          Le SERVICE CIVIL « incitation à s’engager au service des autres »,

-          Les plates formes d'initiative locale du département avec les conventions de prêt d'honneur pour le premier recrutement.

LE CONSEIL GENERAL ET LES TECHNOLOGIES NOUVELLES : deux  bonnes nouvelles confirmées pour le Pays des Olonnes

Sur le plan économique le Département vent prendre le virage de l’accueil des Technologies Nouvelles avec, par exemple, un soutien au Pôle Numérique de la Vannerie : facilitation et accompagnement pour la mise en place du DATA CENTER (voir Oceanet Technology qui a décidé son implantation http://www.oceanet-technology.com        Communauté de Communes des Olonnes : conseil communautaire du vendredi 25 janvier 2013  ) et  création d’une pépinière d’entreprises adjacente et d’une formation d’ingénieurs niveau MASTER 2.

Autres pistes privilégiées : les énergies nouvelles et surtout l’éolien off shore, le pôle équestre de Sainte Foy (soutien annoncé du Conseil Général de 500.000 euro) qui s’ajoute aux autres soutiens État, Région, Filière Cheval…).

On aurait aimé plus de précisions notamment sur le planning et les montants engagés pour les opérations aidées au Pays des Olonnes par le Conseil Général .

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 22:54

 CREATION D'UNE ZONE D'AMENAGEMENT DIFFERE

Depuis 2005, les élus du Pays des Olonnes tentent de créer un espace apte à recevoir des activités nouvelles.

Le choix a été fait seulement dans les années 2009 sur le type de projet présenté ci-dessous, et ce pour de nombreuses raisons. Nous allons tenter d'expliquer ce long cheminement en divers articles.

A l'arrivée de la 4 voies venant de la ROCHE SUR YON, à l'entrée d'agglomération, un espace de prés de 150 hectares : déjà 3 raisons qui militaient pour cet emplacement.

Le Pôle Santé pouvait y trouver sa place rapidement. Il a été réalisé sur des terrains devenus propriété de la Communauté de Communes des Olonnes.

 

VANNERIE-2.jpg

 Un espace Pôle Service est maintenant disponible au nord du Pôle SANTE.

 Les rachats de terrains et maisons par la Communauté de Communes des Olonnes CCO se poursuivent dans des négociations à l'amiable. Il reste encore plus de 50% des terrains à racheter.

 Les négociations se poursuivront donc "un ceratin temps". Il est à souhaiter que celles-ci s'achèvent rapidement et amiablement même si nombre de propriétaires ne sont pas disposés à une cession correspondant aux propositions actuelles de la CCO et veulent faire valoir leurs droits. Rappelons leur mécontentemant exprimé en juillet 2010. 

  pancartes manif 2010 07 006

  pancartes manif 2010 07 003

A suivre...

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 23:10

 

 

  CHÂTEAU D'OLONNE OLONNE SUR MER LES SABLES D'OLONNE
1962 3838 3877 18401
1990 10976 8546 15830
2008 13242 13025 15027
2009 13221 13279 14572
2010 13353 13618 14603

 

Olonne-sur-Mer a une population toujours croissante alors que pour les Sables d'Olonne la diminution de la population est stoppée et que Château d'Olonne stagne.

Résultat : trois villes qui constituent l'essentiel de l'agglomération ont une population qui va de 14603 habitants pour les Sables d'Olonne à 13353 pour Château d'Olonne. Olonne sur Mer garde une forte croissance et passe devant Château d'Olonne...mais ce n'est pas une compétition ! mais un simple constat qui mérite analyse .

D'abord la croissance annoncée à Château d'Olonne n'est pas confirmée. Le manque de logements ne doit pas être étranger à cette situation. Il était prévu la construction de 200 logements par an . On en est bien loinLes jeunes ménages et primo accédants ne peuvent s'installer ua Pays des olones LOGEMENTS : espaces constructibles, il existe des dents creuses même sur le secteur des Sables d'Olonne .

Le chômage est aussi une deuxième cause dans le secteur du canton des Sables d'Olonne de la stagnation d'une croissance démographique qui avait été estimée plus forte les années passées. Pas d'emploi, pas de population active jeune. Les derniers chiffres connus sont pour les Sables d’Olonne un taux de chômage de 18%, pour Château d’Olonne et Olonne sur Mer 12%.

Cette situation démographique est "camouflée" par l'afflux des retraités et donc une pyramide des âges qui fait apparaître une population vieillissante : 46% de + de 60 ans aux Sables d'Olonne, 37% à Château d’Olonne et 28% à Olonne sur Mer.

Comment bâtir un avenir au Pays des Olonnes avec ces déséquilibres ?

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 22:13

 

canton des olonnes

 

 

Poursuivons l’analyse de l’article du Journal des Sables de ce jeudi 3 janvier 2013 FUSION NDES COMMUNUAUTES DE COMMUNES OU CREATION D’UNE COMMUNAUTE D’AGGLOMERATION …le débat est lancé mais cela s’annonce compliqué

VOIR… Communauté de communes, communauté d'agglomération dans le canton des Sables d'Olonne : fusion et confusion

Essayons de comprendre les positions des trois interviewés.

Face à des électeurs qui se posent des questions sur le devenir du Pays des Olonnes après l’échec, en 2009, de la consultation sur la fusion des 3 communes (Château d’Olonne, Olonne-sur-Mer et Les Sables d’Olonne),

Face à l’arrivée des échéances électorales (municipales de mars 2014),

Face aux interrogations sur le fonctionnement de la CCO et sur la guerre des chefs qui la paralyse,

Face à l’échec du rapprochement des deux Communautés de Communes qui constituent le canton,

...

Les élus responsables de cette situation se trouvent dans l’obligation de justifier une situation difficilement justifiable.

Monsieur Louis GUEDON maire des Sables d’Olonne et président de la communauté de communes des Olonnes CCO

Ne propose pas d’orientation, et a une attitude négative,

Ainsi il prend soin (à juste titre) de mettre en avant les obstacles réglementaires à la création d’une communauté d’agglomération pour écarter cette solution ; mais il y a d’autres solutions.

Il prend soin aussi de bloquer toute tentative d’accélération pour trouver justement une autre solution en utilisant, encore une fois, ses formules « laissons le temps au temps », « Paris ne s’est pas fait en un  jour » et « il a fallu 25 ans pour faire le Boulevard du Vendée Globe ». Il est malheureux qu’il en rajoute en attaquant ainsi « l’euphorie de la jeunesse de certains élus est naturellement tempérée par le travail considérable qu’il reste à faire »…Tout cela nous désole de la part de celui qui devrait impulser un élan vital pour le Pays des Olonnes et une dynamique pour développer la coopération intercommunale dans une structure de rapprochement des 6 communes à mettre en place. Cela présage mal d’un avenir « en commun ».

Monsieur Jean-Yves BURNAUD, maire de Château d’Olonne

Lui, il propose la création d’une communauté unique regroupant des 6 communes du canton

Il propose même que ce soit réalisé avant les élections de mars 2014…déjà en contradiction avec son homologue des Sables d’Olonne.

Par contre, cette proposition n’est accompagnée d’aucun projet de transferts de compétences et on voit mal comment cela pourra se réaliser

Monsieur Jean-Yves BURNAUD qui, en 2009, a dynamité le projet de fusion et proposé à la place de renforcer les compétences de la CCO et de lancer une communauté d’agglomération est obligé, en 2013, d’avouer son échec total…aucun renfort de la compétence de la CCO qui, pire, est en crise et rien au niveau du rapprochement des 6 communes du canton.

Au contraire, l’expérience du premier projet de coopération a été, en 2011, celui de la création d’un Centre intercommunautaire (cantonal) ludo-aquatique à la VANNERIE. Monsieur Jean-Yves BURNAUD, allié avec Monsieur Louis GUEDON, a fait capoter le projet. Les deux Communautés de Communes en sont sorties fâchées.

Les deux orientations proposées par Monsieur Jean-Yves BURNAUD pour éviter la fusion des 3 communes du Pays des Olonnes en 2009 sont tombées dans les oubliettes. Ce n’était peut-être que des alibis pour interdire aux castelolonnais de se prononcer sur la fusion. Mais le résultat est là : aucune avancée n’a été concrétisée pour la coopération intercommunale depuis 2009 et pire, il reste les traces d’un échec.

Monsieur Jean-Paul DUBREUIL, maire de Saint Foy, président de la Communauté de Communes de l’Auzance et de la Vertonne CCAV

Il est en position de force…sans la CCAV, rien ne se fera.

Il est pragmatique : il n’y a pas de projet pour dynamiser l’économie locale ; une nouvelle structure ne servira à rien sans un vrai projet.

Il est fort des réalisations menées dans sa commune et au niveau de la CCAV. Donc, à la limite, si une super communauté regroupant les 6 communes n’apporte pas une véritable dynamique locale sur la base de projets communs…chacun  restera chez soi.

C’est aussi une interprétation de la phrase mystérieuse de Jean-Yves BURNAUD que nous citions « Ce syndicats mixte (cantonal) a prouvé qu’en restant chacun chez soi on pouvait travailler ensemble »…mais travailler sur quoi donc ?

Conclusions

1)      La fusion des 3 communes aurait été une base solide si les maires concernés avaient joué le jeu pour l’intérêt général ; et fort de cette expérience, le socle étant solide, la fusion se serait élargie d’elle-même,

2)      Aujourd’hui sous la pression des électeurs il y a une tentative de recoller les morceaux mais ce ne sera pas aisé comme nous l’avons vu ci-dessus

3)      Attendons que les maires qui n’ont pas eu la parole s’expriment et particulièrement le député maire d’Olonne-sur-Mer

…à défaut d’union sacrée dans les mois qui viennent ce seront les électeurs qui, en mars 2014, trancheront. Le débat est loin d’être clos et les électeurs auront le dernier mot.

Partager cet article
Repost0