Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 15:53

DSC09143

 

 

La qualité écologique des eaux des rivières et plans d'eau de Vendée laisse encore à désirer aux yeux de Bruxelles. L'objectif est de passer de 10 % à 49 % en parfaite conformité en 2015.

Cet extrait d'un article d'OUEST FRANCE est le rappel de'un avertissement sans frais...après les sanctions seront dures à avaler si on n'y prend garde : laisser se développer des techniques polluantes pour ne pas déplaire à une certaine clientèle électorale est immoral...puisqu 'on parle de moralisation !

 Ramener la qualité de l'eau des ruisseaux, étangs, lacs et rivières vendéens au niveau souhaité par l'Union européenne n'est pas un long fleuve tranquille.

On ne parle pas de l'eau potable, traitée dans les stations d'épuration. Là, selon le préfet, Bernard Schmeltz, « la situation est satisfaisante ».

 Par contre, l'élève Vendée doit mieux faire pour ses eaux de surface. Actuellement, 10 % seulement du réseau fluvial vendéen est en conformité parfaite avec la directive-cadre européenne de l'eau. Bruxelles donne quatre ans aux autorités pour arriver au seuil de 49 % d'eaux courantes en bon et très bon état écologique en 2015 : « A ce niveau-là, la situation n'est pas satisfaisante », reconnaît le préfet de Vendée.

Du coup, un certain nombre d'actions sont programmées en 2013 pour améliorer la situation d'ensemble. Le défi n'est pas mince. Il suffit qu'il manque un seul paramètre écologique pour « retomber » au niveau médiocre ou moyen. Malgré le handicap d'être un département d'aval aux débits faibles, la Vendée a encore des marges d'amélioration.

Sa stratégie est de frapper dans les secteurs où un éventail de progrès bien appliqués peut faire remonter de manière spectaculaire le classement. C'est, en premier lieu, l'étude en cours sur le bassin amont de la Vie : « Une fois les résultats observés, on définira d'autres secteurs où les situations sont redressables », cadre Fany Molin, en charge du dossier à la préfecture.

User de pédagogie

L'autre axe du programme, c'est de mettre l'accent sur le niveau de rejets dans les zones industrielles, les déchetteries, les élevages agricoles et d'y « gratter » des bons points. Il est également prévu des contrôles du respect des prescriptions des périmètres de protection autour des captages d'eau potable près des barrages d'Apremont, Pierre-Brune, Vouvant et la Vérie, à Challans.

Si la Vendée est encore loin du niveau européen, le préfet n'a pas envie de mettre le feu au lac. Il est vrai que, sur les 2 400 contrôles effectués en 2012, des procès-verbaux n'ont été dressés que dans 1,5 % des cas : « Il est essentiel de préserver la bonne qualité des relations entre les services de contrôle et ceux qui en font l'objet, insiste Bernard Schmeltz, partisan de la pédagogie plutôt que de la répression. Pas non plus question de stigmatiser tel ou tel acteur : « La profession agricole n'est pas la seule concernée. C'est collectivement qu'il faut faire des efforts, particuliers, entreprises, collectivités territoriales. »

Extrait d'Ouest-France 

On peut ne pas stigmatiser et dire cependant la vérité même si elle fait mal  à une ou des catégories socio-professionnelles.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Alain Rivier 16/04/2013 14:07


La qualité laisse à désirer et Vendée Eau, une immense machine à fric que personne ne contrôle puisque les élus s'en désintéressent totalement. Vendée Eau est une organisatiuon aoutocratique. Il
faut voir et entendre ce qui se passe dans les AG ; une chambre d'enregistrement ou les siègant reoivent le dossier le jour de l'AG. Quand au rôle des Commissions consultatives des usagers, c'est
une immense mascarade.   

CACO 24/04/2013 11:31



Cela profite à certains cependant...qui a parlé de coup de balai ? Faudra-t-il donner la parole à la rue ,