Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

21 juillet 2018 6 21 /07 /juillet /2018 22:16
LA MUNICIPALITÉ (MAIRE ET ADJOINTS) N'ÉTAIT PAS  À L'AISE LORS DE CE CONSEIL MUNICIPAL  DE CE LUNDI 16 JUILLET 2018

LA MUNICIPALITÉ (MAIRE ET ADJOINTS) N'ÉTAIT PAS À L'AISE LORS DE CE CONSEIL MUNICIPAL DE CE LUNDI 16 JUILLET 2018

 FIN DU DÉBAT ET VOTE TRÈS CONFUS

Suite de

http://www.olonnes.com/2018/07/16-juillet-2018-date-historique-pour-la-ville-et-les-habitants-de-chateau-d-olonne-en-vendee.suite-6.html

 

Avant la réponse du maire aux diverses interventions des élus, deux membres de la majorité ont pris brièvement la parole pour expliquer leurs votes.

Le benjamin des élus Jean-Eudes CASSÈS a d'ailleurs étonné par ses propos contradictoires avec son vote...que c'est donc compliqué de combiner la politique politicienne locale, campagne électorale et relations amicales. Couper le cordon ombilical pour exprimer clairement son opposition à un projet qu'on ne sent pas n'est pas chose aisée pour certains. Le jeune élu s'étonne comme d'autres de cette délibération à quelques mois de la création de la Commune nouvelle. Mais il s'en remet (NDLR "naïvement") à l'enquête publique qui se poursuivra et se conclura sous le règne de la Commune Nouvelle où d'autres options pourront être prises. Il note aussi l’intérêt de la population pour ce projet mais non seulement l'intérêt des castelolonnais mais "toute la population de la grande ville des sables d'Olonne." Donc critique, mais il votera POUR !

 

Catherine MICHENAUD aussi élue de la majorité s'est penchée sur le document fourni aux élus : le rapport du cabinet ARTELIA, résumé de l'étude faite à la demande de la municipalité : "Renaturation des dunes du Puits d'Enfer, dossier de demande d'autorisation environnementale". 

L'élue fait justement remarquer que les "besoins" de la population ont évolué et que ces besoins dépassent largement ceux des seuls castelolonnais. Le touriste des années 50 n'est pas le touriste actuel. Elle se déclare "perplexe" sur le projet dont le dévoiement de la route va engendrer une atteinte à cette zone de verdure et note qu'elle apprécie les villes qui ont la chance d'avoir "des poumons de verdure" comme celui que la route dévoyée va diviser. Elle voudrait un dossier amélioré. De plus, ce projet de répond pas à ce que veut l'intégralité des sablais. Elle s'abstiendra.

 

UNE RÉPONSE DÉCEVANTE DE L'ADJOINTE ISABELLE DOAT

Nous ne parlons pas seulement sur la forme du propos parfois confus et redondant qui fut plutôt commenté au vitriol par le public à la sortie de ce Conseil Municipal "historique".

Après ces points de vue des élus, c'est donc encore une fois l'adjointe au maire Isabelle DOAT qui va tenter de répondre aux interrogations des élus de la majorité et aussi de l'opposition. C'est elle qui monte au feu et qui prend les coups, le maire paraissant très absent pour défendre son projet et sa majorité. Elle le fait comme elle l'exprime "dans une synthèse très synthétique "

Pour l'Adjointe, il faut sauvegarder un projet "global" qu'on ne peut "saucissonner". C'est une hypothèse toute personnelle et on verra bien que ce qui sera peut-être réalisé le sera selon une programmation (projet global avec autorisation d'une programmation pluriannuelle et avec des options).

Elle revient sur le pseudo accord unanime des élus sur le projet en juillet 2013 dont chacun sait, après avoir relu la délibération concernée, que ce n'est pas un accord sur le projet, ni sur le dévoiement qui a été voté ce jour-là ...l'élue s’arque-boute sur ce mensonge qui ne trompe maintenant plus aucune personne qui s'est un peu penchée sur le dossier.

Quand l'élue martèle que "tous les scénario ont été envisagés" elle ne trompe pas son monde. Le choix fut fait par le maire et quelques élus, hommes liges sans analyse objective avantages inconvénients des diverses scenarii et présentation publique du résultat de ces analyses.

Ce qui est confirmé est important :  l'enquête publique débutera en décembre 2018. Elle devra durer 3 mois et ce sera la formule de la pluralité des commissaires enquêteurs qui est retenue par le Maire. Les 33 élus de la commune actuelle de Château d'Olonne initient donc la procédure...et les 99 élus (dont 66 n'ont pas participé à cette phase première) de la COMMUNE NOUVELLE vont décider ce qu'ils en font !

De plus, nous sommes dans des hypothèses car la forme de l'enquête publique est décidée non par le maire mais par le Préfet et le ou les commissaires enquêteurs sont désignés par le Tribunal Administratif.

Enfin, Isabelle DOAT rappelle que "le dossier est consultable par tous"...ce qui est étonnant pour un document administratif qui comporte des documents préparatoires qui, par définition, ne sont pas publics et pas consultables de droit par le public ! Sa conclusion : la Commune Nouvelle LES SABLES D'OLONNE aura le choix de décider de poursuivre ou non cette démarche.

 

CONCLUSION BRÈVE DU MAIRE AVANT DE PASSER AU VOTE

 

Le maire Joël MERCIER dit qu'il comprend les interrogations sur un tel dossier. Il avait cru comprendre que lors de la séance plénière (séance qui réunit les élus hors de la présence du public) un certain consensus semblait se dégager sur le projet. Ce consensus, sous la pression de la population (comme pour le vote du 11 décembre 2016 sur la fusion) s'est-il effrité ?

 

Intervient le vote dont le résultat proclamé par le maire est :

CONTRE : 2 (incontestable)

ABSTENTIONS : 7 (contestable)

POUR : résultat mathématique 33 élus-2 -7 = 24 mais...

Le public a aussi compté les voix, en a discuté "off". Il a entendu les noms cités par le maire et là il y a discordance au niveau du nombre des abstentions pour deux raisons :

- les pouvoirs au moins ceux d'Anthony PITALIER et de Robert DEVOIR,

- des élus s'abstenant n'ont pas tous été cités par le maire...l'écart peut être au maximum de 4 voix...

Cela ne change pas le résultat : la délibération est adoptée avec une confortable majorité.

À SUIVRE : L'ANALYSE DU DÉBAT, DU VOTE ET ESQUISSE DU DEVENIR DU PROJET

 

LE MAIRE JOËL MERCIER EST RESTÉ EN RETRAIT DURANT TOUT LE DÉBAT

LE MAIRE JOËL MERCIER EST RESTÉ EN RETRAIT DURANT TOUT LE DÉBAT

Partager cet article
Repost0

commentaires