Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

17 juillet 2018 2 17 /07 /juillet /2018 23:38
LES CITOYENS EN NOMBRE SONT RESTÉS DEBOUT DEUX HEURES DURANT
LES CITOYENS EN NOMBRE SONT RESTÉS DEBOUT DEUX HEURES DURANT

LES CITOYENS EN NOMBRE SONT RESTÉS DEBOUT DEUX HEURES DURANT

OUI À LA FUSION, OUI AU PROJET DE DÉVOIEMENT DE LA ROUTE LITTORALE

 

Nous n'avions jamais vu une aussi importante assistance à un Conseil Municipal dans ce nouvel Hôtel de ville de la commune de Château d'Olonne. (voir photos ci-dessus )

Comme nous le verrons dans nos articles qui vont suivre, cette assistance fut extrêmement déçue par la médiocrité du niveau du débat sur des sujets aussi forts, aussi graves. Les propos d'après-conseil municipal furent très sévères.

Que ce soit sur la fusion des 3 communes ou sur le dévoiement de la route littorale ce furent, de la part des élus, des interventions trop souvent décevantes dans la forme et sur le fond. Aucune flamme, aucun lyrisme, on restait au ras des pâquerettes, peur des mots, peur de prendre une position qui était loin de leurs intimes convictions pour les "anti fusionnistes" convertis de la dernière heure à l'espérance que peut procurer la fusion. Peur pour les "anti dévoiement" de la route littorale d'oser dire ce qu'ils pensent d'une route nouvelle qui va massacrer un environnement exceptionnel que nous envient les centaines de milliers de visiteurs et qui va coûter une fortune aux contribuables et dont personne ne voit ni l'utilité ni l'urgence.

 

LE DÉBAT SUR LA FUSION

Prenons l'ordre du jour de ce conseil municipal par la fin. Dans les deux autres communes le premier point de l'ordre du jour fut cette motion sur la fusion.  À Château d'Olonne, ce fut l'avant-dernier point de l'ordre du jour. Laissons à chacun le droit d'interpréter cette différence de traitement entre les 3 communes. Ce qu'il y a de sûr c'est que cela a choqué.

Autant nous avions entendu sur la fusion des propos forts dans les communes des Sables d'Olonne et dans celle d'Olonne sur Mer autant à deux ou trois exceptions près à Château d'Olonne nous n'avons entendu que des banalités, des clichés bancals d'anti-fusionnistes convertis "à l'insu de leur plein gré" à la fusion suite au vote du 11 décembre 2016 de la population castelolonnaise. À 67%, elle a répondu OUI à la fusion.

En guise d'introduction le maire, Joël MERCIER, a lu le texte de la motion que les présents ont pu suivre sur les écrans (voir ci-dessous). Ce texte intitulé "Création de la Commune Nouvelle au 1er janvier 2019"est la copie conforme du texte adopté par les conseils municipaux des deux autres communes à 1 mot et quelques virgules près. On était déjà loin de la présentation, de la solennité donnée à l'événement par la lecture du texte par le Maire des Sables d'Olonne, Didier GALLOT, debout.

Le maire de Château d'Olonne a remercié "les services pour le travail d'arrache-pied mis pour la création de la Ville Nouvelle". C'est mis en relief dans le texte c'est mieux si cela est redit ainsi. En effet, la fusion d'entités demande non seulement une adhésion du personnel mais aussi une mise en musique des harmonisations de pratiques différentes. Puis le maire passe la parole aux élus...en commençant par la sénatrice Annick BILLON qui s'associe aux remerciements au personnel et donne dans la sobriété.

"Ce chemin a été long". Elle se déclare "heureuse" et reprend son propos sur la future gouvernance de la commune nouvelle en ouvrant l'éventail des candidatures non seulement aux maires mais aussi aux oppositions invitées à présenter des candidats. Elle invite ses collègues à voter pour la création de cette ville nouvelle "Les Sables d'Olonne au service de notre territoire et de l'intérêt général".

Pour l’opposition de droite, Jean-Pierre CHAPALAIN tient à marquer le "moment historique" que constitue cette délibération et remercie ceux qui, des années durant, ont milité pour cet aboutissement "c'était loin d'être gagné". "Cette réussite repose sur des actions collectives" et en fin de compte "c'est la population qui a décidé".

Puis, vint le moment surprenant de la lecture de la déclaration de l'élu socialiste Anthony PITALIER qui n'honore plus de sa présence son mandat au conseil municipal "retenu par ses obligations professionnelles". C'est à l'élu de la majorité Bernard CODET  qui a accepté l'honneur (?) de lire un texte de ralliement socialiste à la fusion précisant que cette création n'a de sens que s'il y a accompagnement par un projet ambitieux fait en bonne intelligente entre les 3 partenaires. Introduction qui permet à l'élu de cracher son venin contre le maire d'Olonne sur Mer, Yannick MOREAU, dont il fustige le comportement démagogique et l'autoritarisme. Facile quand on trouve un pauvre complice pour porte-parole dégradant. Nous ne comprenons pas d'abord que l'élu Bernard GODET ait accepté cette mission qui comporte une virulente attaque personnelle contre un élu qui n'est pas là pour se défendre et d'autre part, que le maire ait laissé passer cette attaque sans user de son devoir d’élever le débat et de son pouvoir de police qui inclut le respect de son collègue et partenaire. Le maire ainsi est complice de cette mascarade et ce n'est donc pas à son honneur. Le public ne comprend pas.

Ce laxisme, cette vilenie, ce mélange des genres n'a pas échappé au public. Monsieur Anthony PITALIER, donneur de leçons au Conseil Communautaire de l'Agglomération (du moins quand il y assistait), a manqué une occasion d'écraser sa plume trempée dans le vinaigre. Même si, in fine, il parle de "belle aventure" qu'il sache que la centaine de personnes présentes n'a pas gouté son propos et que celui qui a osé le lire n'a pas gagné en estime. On est tombé à ce moment très bas et on va continuer à s'enfoncer.

C'est Laurent AKRICHE, EELV, les Verts, qui en rajoute une couche dans un propos peu compréhensible où il affiche le maintien de son opposition à la fusion. Puisqu'il y a eu création de l'Agglomération pourquoi faire la fusion ? L'élu oublie que l'Agglomération est une machine lourde imposée d'ailleurs par la loi et qu'avec une locomotive puissante comme le sera la ville nouvelle le train de l'Agglomération a pu démarrer et prendra encore plus aisément  sa vitesse de croisière tiré par sa puissante locomotive. Pour compliquer ajoutons que Laurent AKRICHE a clos son intervention en disant qu' "à titre personnel j'ai toujours été favorable à la fusion" donc il vote CONTRE ! Pauvre débat !

Il revenait au maire de conclure en remerciant les élus et reprenant les combats qu'il a menés pour retarder la fusion, en imposant ses dates, en conduisant au lancement d'une fusion à deux (Les Sables d'Olonne et Olonne sur Mer) ,en imposant 99 élus...mais ne pouvant faire autrement, il s'incline devant le vote de la population et il votera OUI à la fusion.

Donc 32 élus sur 33 votent POUR la FUSION et une voix CONTRE, celle de Laurent AKRICHE.

LA FUSION SERA POUR CE 1er JANVIER 2019 et les élus ont applaudi.

 

À SUIVRE...LE DÉVOIEMENT DE LA ROUTE LITTORALE

 

 

LA MOTION QUI ACTE ENFIN LA FUSION

LA MOTION QUI ACTE ENFIN LA FUSION

Partager cet article
Repost0

commentaires