Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 15:53

  INSTRUIRE EST UNE RESPONSABILITE et CELA NE S'IMPROVISE PAS...

 

 

Une Université Populaire piégée, une mairie piègée ?

 

La salle de la Gargamoelle à Château d'Olonne accueillait, ce 19 novembre 2010, une conférence organisée par l'Université Populaire du Pays des Olonnes avec le soutien de la Mairie de Château d'Olonne sur le thème :

 

                 "Pourquoi s'endetter avec de l'argent gratuit?"

 

Qu'est-ce qu'une université populaire ?

 

C'est simplement le rassemblement de bénévoles dans une association ouverte à tous dont l'objet est la transmission de savoirs.

 

Il existe au niveau national une Fédération dite Association des Universités Populaires de France qui elle-même est liée à une Association Européenne d'Education des Adultes.

 

Que s'est-il passé à Château d'Olonne ?

 

Vendredi soir, 19 novembre 2010, une centaine d'auditeurs étaient donc venus écouter le conférencier, Mr Alain VIDAL, membre de l'Association "Libérons la Monnaie".

 

Malheureusement, si l'on en croît les témoignages que nous avons reçus et ceux qui sont adressés à la Mairie : ce ne fut pas de l'éducation mais autre chose : mélange d'erreurs, de jugements partiaux  (?), d'infomations retranscrites mal digérées...et après le concert de cet été où la secte Scientologique s'était invitée, la Mairie de Château d'Olonne vient de se faire piéger à nouveau par une pseudo conférence pédagogique. Il doit en être de même pour l'Université Populaire du Pays des Olonnes qui a du aussi être trompée, elle et ses bénévoles, qui, sur le terrain du soutien, mènent une action remarquable.

 

Au nom de la liberté d'expression et d'informer, on n'a pas le droit de tromper le citoyen. Car, effectivement, si l'on écoute les auditeurs de cette conférence  qui possédaient une certaine expertise, il y a eu "tromperie sur la marchandise": enseigner, c'est transmettre objectivement un savoir...il semble que, vendredi dernier, conférencier et animateur  ont mal fait leurs devoirs et méritent un zéro pointé voire pire s'ils ont voulu tromper sciemment. On pourrait caricaturer en écrivant : ENSEIGNER est une chose, ENDOCTRINER en est une autre.

 

On attend donc les réactions de l'Université Populaire du Pays des Olonnes qui devrait s'expliquer sur cette réunion pour garder sa crédibilité et celle de la Mairie de Château d'Olonne. Il serait aussi intéressant que le conférencier réponde à notre correspondant, apporte ses arguments en réponse ...on espère un dialogue fructueux sur votre blog.

 

 

 

Voilà le texte intégral de notre correspondant : 

 

 

Conférence du 19 Novembre 2010 de M.Alain Vidal (Association « Libérons la Monnaie »)

 

sur le thème: Pourquoi s'endetter avec de l'argent gratuit?

 

L'Université Populaire du Pays des Olonnes (UPO) est une Association créée il y a 2 ans qui permet« sans aucune condition , de se former d’apprendre, d'enrichir ses connaissances, ses compétences,sa culture... »

 

Ses grands modèles et son rêve sont les Universités Populaires de Caen et de Mulhouse.

L'UPO qui n'avait jusqu'à présent pas de moyens vient de recevoir l'aide de la municipalité de Château d'Olonne qui a mis à sa disposition les locaux de la Gargamoëlle.

L'UPO apporte son soutien et l'aide de ses « adhérents-tuteurs » (enseignants retraités) à une cinquantaine d'adultes (re)commençant des études, préparant des examens ou une Validation des Acquis Professionnels.

L'Association est assez discrète sur ses références philosophiques et politiques (elle se dit « apolitique », mais voir infra cependant...) ainsi que sur l'identité de ses membres et animateurs locaux désignés par leurs seuls prénoms (Pierre et Martine), ( tradition trotskiste ?).

 

Le conférencier du jour, Alain Vidal, est chaleureusement présenté par l'animateur de l'UPO qui rappelle ses nombreuses facettes et qualités :

-Proche d'Annie Mothès,

-Instituteur en banlieue, retraité depuis 2 ans,

-Chercheur, sociologue, économiste, géographe...

-Militant actif pour le relogement de familles et le Collectif du 10 Mai de Nantes pour la résistance noire à l'esclavage.

 

Pour illustrer la richesse de cet engagement militant, Pierre X a rappelé qu'Alain Vidal avait initié une action pour emmener des jeunes de banlieue en Andalousie « à la recherche de leurs racines Arabo-Andalouses »...

 

Son action n'ayant pas recueilli tout l'appui attendu de l'Education Nationale et/ou des autorités administratives...M.Vidal avait alors engagé une grève de la faim de 9 jours...

 

La Conférence : Pourquoi s'endetter avec de l'argent gratuit?

 

Elle se présente comme un catalogue d'élucubrations teintées de prétentieuses références économiques non définies et mal assimilées...

Dans des a priori pseudo-économiques, le conférencier n'a même pas intégré les analyses de Karl Marx sur les liens entre le Capital, le Travail, la Monnaie, les Richesses..

(Peut être parce que ces analyses et théories sont d'autant plus discutables que l'Histoire n'a pas manqué de les démentir depuis).

Même les références au Prix Nobel d'économie Maurice Allais et à l'économiste Bernard Maris traduisent une lecture mal comprise...

 

 

Quelques exemples de ces élucubrations, et à leur suite les mises au point succinctes qu'un simple bon sens imposaient.

 

 Le conférencier :

 

« La société d'économie est une société de profits, les caisses des banques sont vides d'or et nous allons bientôt le faire constater par huissier pour prouver leur vol…

De 1945 à 1973, pendant les trente glorieuses, l'argent était gratuit pour l'État qui venait emprunter sans intérêt et autant qu'il voulait aux guichets de la Banque de France…

Mais Pompidou de la Banque Rothschild et Giscard d'Estaing (esclaves du capital) ont volontairement mis fin à cette période de cocagne sans dette publique...c'est l'explication de la crise... »

 

Mise au point de notre correspondant :

 

Aucune définition de la Monnaie, du processus de sa création de sa composition, ni de ses rôles fondamentaux comme moyen de mesure, de comparaisons dans l'espace et dans le temps, comme vecteur d'échanges de biens et de services...

 

Rien évidemment sur le coût réel pour l'économie de ces emprunts gratuits de L'État à la Banque de France, assimilables à l'utilisation de la planche à billets sans fondement économique.

Dans ce contexte rappelons que:

-le taux de réescompte des banques auprès de la Banque de France était à environ 10%,

-le taux d'escompte imposé par les banques aux entreprises et aux artisans était à 12% ou 13%,

-les taux d'intérêts imposés aux particuliers pouvaient atteindre 15%,...

...et si la Banque de France était riche (et premier contribuable de l'État), on nourrissait en même temps l'inflation, des hausses de prix continues et l'appauvrissement des populations.

La crise qui a succédé aux « trente glorieuses » n'est donc pas venue de la fermeture du robinet monétaire gratuit et inflationniste mais du premier choc pétrolier de 1973 et des déséquilibres consécutifs sur les marchés et dans les relations financières (excédents monétaires, pétrodollars, déficits US...)

 

Le Conférencier :

 

« L'intérêt est un vol, il ne correspond qu'au loyer du coffre fort dans lequel les

banquiers doivent conserver l'or qui seul, fonde la valeur de la monnaie »...

 

Mise au point de notre correspondant :

 

Non le taux d'intérêt n'est pas ce loyer, mais le prix du temps, de l'attente, le prix du choix différé, pour l'acheteur, le vendeur, le prêteur.

Aucune explication non plus sur les accords de Bretton Woods et sur les motifs qui ont conduit les démocraties à abandonner le système de l'étalon Or (Relations et commerce internationaux).

 

Le Conférencier :

 

 « Le pouvoir d'achat n'est fondé, justifié et ne se crée que par le seul travail humain manufacturier...

Employer veut dire faire plier et tous les employés sont des esclaves... »

 

 

Mise au point de notre correspondant :

 

Certes le travail de l'homme est essentiel et noble mais il faut aussi tenir compte de la création de richesses par la valeur ajoutée, les services et les progrès techniques: ils contribuent aussi à créer des richesses et du pouvoir d'achat.

Quant à « l'esclavage des employés » que peut-on dire devant une assertion aussi stupide sinon que les populations étaient surement bien mieux traitées sous Staline, en RDA, en Corée du Nord ou à Cuba...ce qui explique les libertés individuelles et les flux migratoires...

 

Le Conférencier :

 

« La valeur, de l'or et des biens ne provient que du travail humain nécessaire à leur production et à leur extraction »

 

Mise au point de notre correspondant :

 

  Soit, pour partie, mais la valeur des biens vient aussi de leur rareté (Uranium, terres rares, truffe, caviar et bientôt pétrole obéissent à la loi indiscutable selon laquelle « tout ce qui est rare est cher ».

 

...et la pseudo démonstration économique de se poursuivre :

 

Le Conférencier :

 

 « Il faut supprimer les intérêts, tout le monde doit être égal devant l'emprunt,

Il faut mandater des huissiers dans les banques pour leur faire constater qu'il n'y a plus d'or en caisse et qu'elles font de la fausse monnaie...

 

Les profits génèrent le chômage, car on empêche les gens d'aller travailler dans les Services Publics, il faut donc développer les Services Publics et les Coopératives...

Les brevets déposés sont du vol, des droits négatifs, et les biens immatériels ne s'échangent et ne se vendent pas, ils se transmettent gratuitement...

Si les revenus sont différents, cela entraine des déséquilibres, cela ravage la nature...

Le mot « luxe » est à honnir, il vient de « luxation », de déboitement, c'est donc aussi un déséquilibre contre nature... »

 

 

Mise au point de notre correspondant :

 

 

En conclusion, cette « conférence » est un galimatias d’élucubrations débiles, sans aucune définition ni rigueur, une somme de discours décérébrés et de sentences « altéro-mondialo-marxistes».

Ce qui laisse pantois voire inquiet, c'est de songer que leur auteur a eu la responsabilité pendant des années de former et d'enseigner à des jeunes... (Ce qui explique peut être le niveau actuel de certains...)

Les projections « power point » et les tableaux annexes qui se voulaient explicatifs étaient du même tonneau pseudo économique et doctrinaire.

 

 

 

A la fin de ce brillant exposé, Pierre X a sollicité les lumières compétentes d'Alain Vidal pour nous expliquer la « Guerre des monnaies » qui défraie l'actualité:

 

 « La guerre des monnaies vient de la fin de la 2nde guerre mondiale quand Himmler a décrété et imposé que 1 Deutsche Mark vaudrait :20 Francs Français ,pour étrangler notre économie...

En 1945, de Gaulle a adopté la même politique en décrétant que 1 FF vaudrait 10 F CFA, permettant ainsi d'importer à moindre coût et de spolier les anciennes colonies »....

 

Mise au point de notre correspondant :

 

 

Cette explication est pour le moins originale mais elle ignore superbement quelques évidences :

 

-Les déficits commerciaux structurels des USA, l'importance de l'endettement Américain et la sous évaluation du dollar entretenue par la Federal Reserve pour aider l'économie américaine...

-Les excédents commerciaux chinois et l'importance de leur épargne (premiers créanciers des États Unis)...

-L'incidence des déséquilibres des balances commerciales inter-étatiques et des parités monétaires consécutives...

-Enfin les différences de richesses naturelles qui favorisent certaines économies, parfois émergentes (Brésil, Canada, Chine, Russie, Moyen Orient...) et la dépendance accrue et la fragilité consécutives prévisibles de certains autres (USA, Europe, Japon...).

 

Au demeurant, si cette « conférence » est très originale en 2010, elle dénote une inculture et un total aveuglement sur les leçons de l'Histoire (ce qui est paradoxal dans la pensée marxiste).

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Roudoudou 85 03/12/2010 17:44



Pas de réponse, dommage. Cela commençait à me plaire.



Roudoudou 30/11/2010 09:15



Qui peut bien se cacher derrière CACO ? CACO nous prend vraiment pour des "pompes à vélo".


 



radada 29/11/2010 18:54



ainsi va notre monde deux blocs en afrontement   en attendant,  nous on banque !



Roudoudou QUATREVINGTCINQ 29/11/2010 18:38



Il est vrai qu'à la lecture des différents articles les rédacteurs semblent être


"pour tout ce qui est contre et contre tout ce qui est pour"






radada91 29/11/2010 17:28



bien vu la haine , mais ce blog est bien le vecteur d'une opposition à tout ce qui se fait  au Château donc forcément un peu partial


le site du conférencier  est intéressant : liberonslamonnaie.com, car il permet de mieux comprendre son exposé et le sens de ce dernier ..un peu anar !..



CACO 29/11/2010 18:45



Un peu anar... oui peut-être mais toutes tendances ont le droit de s'exprimer.


D'ailleurs cela vous permet d'écrire "La haine" or celle-ci n'est pas dans notre camp; de même à Château d'Olonne, l'opposition n'est pas contre tout ce qui se fait...relisez
ce que nous écrivons avant de porter des jugements hâtifs qui en général décridibilisent leurs auteurs.


Le conférencier est interrogé sur des points obcurs de ses propos et à défaut de réponses claires, il met lui-même le doute sur sa culture économique et perd tout droit à s'instituer pédagogue
dasn une matière qu'il ne maîtrise pas.


Attendons sa réponse!


 


 


 


 



Roudoudou QUATREVINGTCINQ 29/11/2010 16:54



Pourquoi tant de haine et d'agressivité dans cet article ? Notre expert semble tout savoir !!!!!! Cela me rappelle l'affiche qui était jadis dans mon bureau à savoir que :  


LA THEORIE, c'est quand on sait tout mais que rien ne fonctionne,

LA PRATIQUE, c'est quand tout fonctionne mais que personne ne sait pourquoi,

ICI, la théorie et la pratique sont réunies, RIEN NE FONCTIONNE et PERSONNE NE SAIT POURQUOI.




GUYOT martine 26/11/2010 19:28



 j'ai retrouvé dans les critiques de cet article  tout ce qu'avait dit un retraité de la Banque de France qui avait monopolisé  la parole lors du débat ..parole de banquier
?


Pourtant j'avais cru comprendre que c'était clair...au bout du bout mon argent virtuel , géré virtuellement par ma banque ...me coute bonbon!  même si c'est moi qui fait maintenant
mes opérations  sur internet .


la monnaie  n'étant plus  garantie par l'étalon or...la spéculation financière bat son plein et met bien certains Etats européens ( Grèce, Irlande, Portugal etc) en
faillite...


sur  le prêt de 90 milliards d'euros accordé à l'Irlande , 50 iront aux banques !!!!


après chacun pense ce qu'il veut de la conférence mais ..les personnes avec lesquelles j'ai discuté à son issue,  semblaient d'accord avec ce triste constat.


martine


P.S que cet expert donne donc ses références


 






CACO 27/11/2010 10:34



Au moins un débat ! Celui-ci a d'ailleurs été porté au niveau municipal par une personne qui a été aussi étonnée du contenu de la conférence et a saisi le maire. Que l'on condamne l'action
du mileiu bancaire de certaines pratiques, cela me semble du domaine public. Que l'in condamne le système : c'est possible mais il faudra trouver une solution de remplacement pour ne pas revenir
au troc qui atteint vite ses limites.


Il y avait dans ce sujet de conférence matière à information et formation "populaire" et nous attendons avec impatience que le conférencier s'explique par rapport à ce que certains auditeurs
peut-être plsu professionnels considèrent comme des approximations par rapport à l'histoire, à la philosophie et à l'économie...



Alain Rivier 25/11/2010 22:29



Rien d'étonnant à ce que notre commune ne se fasse honteusement piégé ! Mais, il me semblait que nous avons un "ministre de la culture" au Château d'Olonne ? Bon, cela s'appelle un
adjoint à la culture. Un commune est une collectivité locale de droit public avec à sa tête un maire qui dispose selon la loi d'un pouvoir de police judiciaire. Il a donc la
possibilité de saisir les services de l'Etat pour faire vérifier , via le Ministère de la Culture, le vrai, le national, entre autres, du sérieux de telle ou telle personne.
Il dispose aussi des services de l'association des maires de France pour vérifier si d'autres de ses collègues ne connaissent pas le conférencier et ne se sont pas faits déjà avoir...
Bref, à vouloir croire que l'on est une grande commune et que l'on sait tout finalement on ne sait rien. La programmes de la Gargamoelle sont des gamelles !