Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 20:40

   

Nous vous livrons ci-dessous l'avis d'un citoyen avisé de Château d'Olonne 

 

suite deCOMMUNAUTE DE COMMUNES DES OLONNES : Conseil Communautaire exceptionnel du 7 octobre 2010

 

 

"Point de vue sur l'implantation commerciale en bordure du boulevard du Vendée-Globe "

 

 

A propos du Plan Local d’Urbanisme de la commune d’Olonne,  L'implantation commerciale en bordure du boulevard du Vendée-Globe fait débat au sein des cinq collectivités locales en charge de la gestion de l'agglomération.

 

 

 

De quoi s’agit-il ?

 

D’un conflit dans le partage entre les 3 communes des Olonnes, du potentiel de développement économique du territoire. Des élus des Sables et du Château, cherchent à renforcer les barrières contre l’implantation d’entreprises de la distribution et du commerce. Une fois de plus, nous devons déplorer l’organisation administrative actuelle, obstacle principal au développement du Pays des Olonnes

 

Ce qui est surprenant, c’est de voir un parlementaire proche du Président de la République mener ce combat d’un autre temps. Rappelons à cet égard que la Commission pour la Libération de la Croissance Française a souligné dans son rapport la nécessité de lever les barrières dans la distribution et le commerce.

 

http://www.liberationdelacroissance.fr/files/rapports/rapportCLCF.pdf

 

 

Que dit ce rapport ?

Page 139 et suivantes

 

Il faut lever les barrières dans la distribution et le commerce :

 

 les réglementations actuelles réduisent considérablement le potentiel de ce secteur en termes de pouvoir d’achat, de croissance et d’emploi. Plus précisément, elles empêchent ou rendent plus coûteuse l’implantation de nouvelles entreprises de distribution et ont considérablement réduit la concurrence entre les enseignes existantes.

 

Elles ont ainsi contribué au maintien de prix élevés, qui ont freiné le niveau de l’activité économique, réduisant les perspectives de croissance et les embauches.

 

Une intensification de la concurrence dans ce secteur permettrait une baisse des prix et une progression des embauches, les deux phénomènes se conjuguant pour accroître le pouvoir d’achat des ménages et la croissance de l’économie

 

La loi relative au développement et à la promotion du commerce et de l’artisanat, dite loi Raffarin, renforce la loi Royer de 1973 en abaissant le seuil de surface de vente au-dessus duquel une autorisation d’implantation doit être demandée. Elle soumet tout projet d’implantation et d’extension d’un commerce de plus de 300 m² à une autorisation des Commissions Départementales d’Equipement Commercial (CDEC). Cette réglementation a particulièrement

entravé le développement des grandes surfaces . Elle a également facilité la constitution de positions dominantes locales.

 

Des comparaisons avec nos partenaires européens montrent que les marges dans la distribution française sont plus importantes que dans la plupart des autres pays de l’Union européenne.

 

Ces réglementations ont réduit la concurrence sur ce secteur, entraînant une hausse des prix et une baisse du pouvoir d’achat des consommateurs.

 

Comme si cette réglementation nationale ne leur paraissait pas suffisamment restrictive, des élus des collectivités locales des Olonnes tentent, par une interprétation de textes qu’ils ont écrit (volontairement ambigus?) de renforcer les restrictions à la concurrence par le biais de la réglementation locale d’urbanisme.

 

Le débat du pays des Olonnes révèle enfin l’opposition de certains élus à élargir l’offre de terrains à bâtir en zone commerciale.

 

Qui est protégé par ces restrictions de l’offre de terrains à bâtir des locaux commerciaux ?

 

  • Certainement pas le commerce de proximité du centre ville des Sables  où les difficultés du stationnement constituent déjà une barrière à la fréquentation commerciale, pour l’habitant venant d’Olonne comme du Château ;
  • Certainement pas non plus le commerce du centre ville du Château d’Olonne déjà écarté des axes de circulation mis en place par ces mêmes élus autour des centres commerciaux des Océanes et de la Boussole.

 

Il est évident en tout cas que ces restrictions :

 

  • consolident des positions dominantes dans le commerce local alors que la progression attendue de la population de l’agglomération est de 15 000 habitants à moyen terme
  •  préservent aussi le potentiel de plus values sur les importantes réserves foncières des professionnels privés constituées auparavant aux prix des années 90.

 

Les restrictions de l’offre de terrains à bâtir entretiennent au Pays des Olonnes comme ailleurs, la rareté artificielle, facteur de hausse des prix, infligeant une baisse du pouvoir d’achat, un frein à la croissance et donc à l’emploi.

 

Il est à craindre que ces manœuvres ne profitent pas au Pays des Olonnes. Elles sont du même ordre que celles qui freinent le développement de l’industrie éolienne sur le littoral vendéen.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

S


Quoi????? Pas assez de grandes surfaces sur les 3 communes???? Les gens n'ont pas assez de choix, pas assez de lieux, galeries et autres grands espaces pour ACHETER? Et faut-il vraiment continuer
à consommer et consommer encore pour mieux vivre et mieux être??? Quel manque d'imagination de ne savoir qu'offrir des lieux de grande consommation!!! Revenons à des besoins autrement plus
humains que sont les espaces VERTS, les JEUX, les lieux de PROMENADE et de DÉTENTE, les lieux de SPECTACLES et de RENCONTRES. Arrêtez ce massacre et ces bulldozers qui défoncent nos terres,
détruisent et enlaidissent les abords de nos villes pour y placer de véritables boîtes à chaussures toutes plus horribles les unes que les autres.Quand comprendrons-nous qu'il faut savoir arrêter
cette course insensée d'envahissement du béton et des tôles et des constructions métalliques à tous les coins de rues?



Répondre


La communauté de communes des Olonnes CCO a fait faire une étude : plus de garandes surfaces alimentaires nouvelles..;il manque quelques commerces spécialisés comme DECATHLON (comme par hasard
!)...alors pourquoi ce pugilat inter communal ? Bien fort est celui qui pourra me l'expliquer. Un débat inutile pour nous.


Comme vous pouvez le lire dans nos analyses nos maires discutent de ces "zones économiques"commerciales ou pas de manière désolante. Il y a mieux à faire dans ce Pays ds olonnes qui ne cesse de
perdre des emplois durables, qui attend des moyens nouveaux de formation promis depuis des lustres...



M


et si on commençait à réfléchir sur l'extension sans fin justement de ces sites dits de "commercialisation"


pour vendre quoi et surtout à qui?


je sais bien que nous sommes sur un territoire de gens riches selon l'enquête menée par Ouest france


Mais c'est oublier les classes dites moyennes qui sont prises de plein fouet par la crise et commencent à rogner sur tous les postes et donc forcément celui
de la consommation d'objets , certes qui consolent mais font surtout la richese du pays  où ils sont produits, comme  la Chine


c'est oublier aussi les classes les plus déshéritées qui quittent ce pays   devenant  peu à peu  une "réserve" 


c'est difficile d'accepter que la consommation soit devenue la nouvelle religion incontournable 


consommer et vous existerez ! le nouveau crédo et si on avait tout faux à exploiter les resssources ? les piller même ?


des voix commencent à se faire entendre sur le" consommer juste", pour ce qu'il est nécessaire sans plus ...pour préserver notre environnement pour préserver
l'avenir des enfants qui n'ont pas envie de vivre dans une poubelle d'objets  achetés dans des centres commerciaux et jetés , vite car sans utilisation réélle sauf d'un plaisir immédiat
...est ce bien utile cet énième ventre  


pour une fois que des élus ne versent pas dans le giron des banques ....je dis à suivre


martine.



Répondre