Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 15:18

 

dsc06267.jpg

 cet été poursuivons nos réflexions...eau, économie, solidarité, santé, crise...

UNE REFLEXION QUI DATE DE 2010 mais encore et toujours d’actualité : développer et pérenniser le tourisme en lui donnant buts et intérêts.

"LE CHEMIN DES MOINES" :

Un trésor du passé à mieux découvrir pour nous ouvrir un autre avenir

Dans la chronique "Point de Vue" sous le titre "Tourisme, Nature et Culture", le quotidien Ouest France du 22 juillet 2010 nous donnait un aperçu de la réflexion de Jean-Pierre Rioux historien et auteur de "La France perd la mémoire".

A partir de quelques vérités évoquées par l'auteur et un invitation pour nos responsables à réfléchir comment tirer profit de nos immenses richesses culturelles, le Président de l'Orbestier que je suis, ne pouvait pas rester insensible à de tels propos et se laisser aller, même modestement, à établir un parallèle avec cette réflexion et ce que  nous connaissons, ou plutôt avec ce que nous devrions connaître au Pays des Olonnes.

OUI ! Nous sommes en accord avec l'auteur lorsqu'il affirme :

- que depuis le Front populaire, l'activité touristique a été livrée au marché et à l'initiative locale,

- que cette activité est surtout appréciée pour ses rentrées fiscales, sans pour autant savoir accroître la productivité du secteur,

- que la conséquence de cette politique ou d'absence de politique pour ce secteur est que la France reste la 1ère destination touristique de la planète avec 80 millions environ de visiteurs étrangers chaque année, mais que ses recettes touristiques ne sont qu'au 3ème rang mondial et ne représentent que 7 % du PIB,

- que si l'on veut faire du tourisme une ressource majeure pour les années futures qui s'annoncent de vaches maigres, il est indispensable de connecter le touristique et le culturel, deux secteurs qui s'ignorent totalement dans notre pays,

- que la France a pourtant fait preuve d'une certaine hardiesse au plan de l'aménagement du territoire et le développement économique en instituant en 1960 les parcs nationaux (aux USA ils datent de 1870) avec tous les effets bénéfiques que l'on connait. Pour autant, elle reste très en retrait au niveau de la dynamisation de zones périphériques des villes moyennes notamment du littoral où l'activité touristique ne demande pourtant qu'à se développer.

La transposition de cette réflexion à la Vendée et au Pays des Olonnes nous plonge sans transition sur la réussite exceptionnelle du Puy du Fou. En basant ses activités de départ sur le culturel, l'association du Puy du Fou a pleinement réussi son pari de mobiliser des bénévoles autour de ce concept et attirer un nombreux public friand d'histoire. Mais son plus grand mérite fut sans doute de mettre à profit ce succès pour s'impliquer directement dans l'économique afin de pérenniser l'activité de départ et dynamiser un secteur pourtant à l'écart géographiquement des grandes zones touristiques. Il est vraisemblable que si cette association s'en était tenue à sa cinéscénie bien que de très grande qualité, elle serait très loin aujourd'hui de l'impact qu'elle représente et qui fait d'elle une des premières entreprises vendéennes en terme de retombées économiques et sociales.

Pour nous, au Pays des Olonnes, les choses restent très compliquées. Le constat établi d'une façon générale par Monsieur Rioux, des méfaits du divorce entre le tourisme activité économique et le tourisme loisir culturel s'applique pleinement à notre espace économique. Nous avons en effet à  composer avec un tourisme de masse  (effets directs et indirects de l'influence des plages notamment de la plage sablaise ainsi que du Vendée Globe) et des animations culturelles,  insuffisamment audacieuses en programmation selon certains : programmation structurée aux Sables d'Olonne autour d'un service professionnel municipal et en ordre souvent confus à Olonne sur Mer et au Château d'Olonne. Le visiteur se trouve confronté à l'amère constatation que "trop d'offres tue l'offre". Beaucoup de compétences, beaucoup d'idées innovantes se font jour sur les mêmes secteurs d'activité et aux mêmes dates. L'impression d'un désordre chronique est accentuée par des prestations gratuites pour les uns, payantes pour les autres, assurées presque exclusivement par les municipalités ici et par les associations ailleurs. Seule, la Communauté de Communes Auzance et Vertonne, arrive à composer avec ses partenaires associatifs, une programmation communautaire cohérente et non concurrentielle sur son territoire.

Pour autant, même en étant conscients du problème, les remèdes connus risquent bien de s'avérer inefficaces. Il faut bien se rendre à l'évidence que, malgré leurs efforts, les collectivités locales et environnantes auront bien du mal à s'entendre sur un projet commun assurant une  cohérence de l'offre touristique ce qui, de toute évidence, est la condition première pour évoluer. Si ce n'est le cas, comment pourront-elles tirer profit des richesses culturelles et environnementales que nous avons la chance de disposer en les liant d'une façon cohérente au tourisme de masse lié aux effets induits de la plage sablaise et à la renommée du Vendée Globe ? De la même façon, des associations à caractère culturel et patrimonial comme L'Orbestier, ne peuvent prétendre à elles seules, par des initiatives isolées, combler tout ou partie de ce déficit.

Réfléchir ? OUI, mais pas trop et pas trop longtemps car le temps presse pour notre Pays des Olonnes en panne de projets d'importance. Initié par la CCO il y a quelques années, Olonnes 2020 fut un véritable laboratoire d'études et de réflexions qui avait suscité bien des espoirs. Hélas, des grandes orientations débattues, il n'en reste rien ou presque aujourd'hui et la motivation qui avait cours chez les représentants de la société civile qui avaient participé à ces débats s'en trouve aujourd'hui bien ébréchée. Le temps est venu de l'action concertée.

Avec le projet du "Chemin des Moines" dont les grandes lignes ont été présentées lors de l'A.G. d'avril 2010, notre association, répond à l'essentiel des exigences formulées et peut prétendre à faire de sa réalisation, avec ses partenaires publics et privés, un produit marchand d'envergure et une des premières structures locales en terme d'impact économique et social. Nous osons espérer que, chacun à notre place et tous ensemble, nous serons capables de dépasser les inévitables turbulences politiques politiciennes pour considérer que l'heure n'est plus à la réflexion sur le quoi mais sur le comment. Dès lors, si c'est le cas, l'œuvre entreprise devenant communautaire et sur le long terme, personne ne pourra s'attribuer les mérites de sa réussite.

Favoriser le développement touristique en lien avec nos richesses culturelles pour en faire une ressource majeure du Pays des Olonnes, voilà les vrais enjeux et la chance de disposer d'une réponse appropriée avec  le "Chemin des Moines" pour y parvenir. C'est aussi, ne l'oublions-pas, la meilleure façon de sauvegarder et d'enrichir nos espaces naturels divers et variés d'une qualité environnementale exceptionnelle ce qui constitue un devoir vis-à-vis des générations futures.

Mais, gardons bien présents à l'esprit que nous sommes en 2010 et que rien ne sera possible sans l'apport des médias à commencer par les supports locaux, départementaux et régionaux. Dans les temps difficiles que nous connaissons, leurs moyens et leur volonté d'investigation nous sont indispensables. Au profit d'un intérêt  forcément commun, nous espérons vivement pouvoir compter sur leur collaboration pleine et entière.

Osons la fin des clivages de toutes natures !!! Osons l'action dans la concertation et le partenariat !!!  Osons ce qui a de mieux pour notre agglomération !!!Osons enfin, "faire du lien pour donner du sens" ce qui constitue la devise de notre association.

Partager cet article

Repost0

commentaires