Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 18:04

 

03437.jpgMairie Olonne DSC03299

05302.jpgLes-Sables-Chateau-olonne-vues05829.jpg

Trois mairies, un octroi pour passer d'une ville à l'autre : c'est le Pays des Olonnes !

 

On nous adresse ce petit et utile rappel...et la fusion, où en êtes-vous ?

 

En réponse le hasard faisant bien les choses, voilà un écho d'un de nos amis :

"La gueule de bois"

 

 

<<Bien sûr que, comme beaucoup d'Olonnais, nous sommes fusionnistes, mais nous n'avons pas envie de voir Monsieur De Villiers assurer la main mise sur le Pays des Olonnes>> -

 

Voilà la réaction entendue récemment de la bouche d'amis olonnais pour lesquels, la victoire, fêtée comme il se doit au soir du scrutin de consultation sur la fusion des communes, prend aujourd'hui un goût amer.

 

L'argumentaire, orchestré savamment par la politique politicienne et qui les a conduits à faire majoritairement le choix du vote négatif,  les renvoie aujourd'hui au déficit de motivation des élus face aux besoins impérieux de mise en commun des moyens nécessaires pour un développement économique et social à la hauteur des enjeux. La vraie politique au profit de l'intérêt commun et notamment des quartiers attendra encore longtemps.

 

Parmi le flot de questions que l'on a envie de leur poser, celle qui s'impose en priorité est de savoir ce qu'est venue faire dans ce scrutin l'ombre du Président du Conseil Général alors que la seule question qui intervenait était dans quelle structure territoriale, nous les citoyens, nous voulions vivre ensemble demain ?

 

 Pourquoi, pour nous, citoyens du Pays des Olonnes, toujours ce retranchement autour de nos convictions et cette peur de voir tout changement profiter au camp adverse ?

 

OUI ! Cette victoire du négatif olonnais a un goût amer y compris pour eux-mêmes.  Le résultat s'impose à tous. A la place de leur association égalitaire, le nom des communes d'Olonne sur Mer et de Château d'Olonne continueront à figurer en petites lettres à l'ombre de celui des Sables d'Olonne.

 

Le développement de l'agglomération continuera à s'effectuer au bon gré de la municipalité sablaise, qui assure l'essentiel de l'intégration fiscale et dont le maire sera toujours le Président de la structure intercommunale quelle qu'elle soit.

 

Difficile d'oser imaginer les conséquences d'un changement brutal de la municipalité sablaise et d'un durcissement à l'égard des autres communes. Le plus "croustillant" est que, dans cet après consultation, le grand et seul vainqueur qui se fait jour est la municipalité castelolonnaise qui a figé ses administrés dans un rôle de spectateurs.

 

 Qui ne tente rien n'a rien dit-on ! OUI, mais l'application à la lettre de ce dicton populaire n'a certainement pas les mêmes conséquences selon que l'on soit élus ou administrés. Nous connaissions déjà la langue de bois largement répandue au Pays des Olonnes. Pour certains, il faudra peut-être bien faire avec en plus la "gueule de bois". 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

RIVIER Alain 01/05/2010 22:56



Plus stupide encore, j'ai entendu d'un habitant d'Olonne Sur Mer que la fusion était destinée à payer les travaux des Sables d'Olonne : remblai, rues etc...Voilà quelque'un qui ne connait rien à
la mutualisation des ressources et des energies. Quelqu'un qui n'a sans dout pas d'enfants ou des proches au chômage. Deux cityoens deu Pays des Olonnes sont partis travailler en Bretagne,
pourquoi ? Parce que il n'a rien à faire aux Pays des Olonnes à par chanter : Plus la mer est belle...vendre des glaces et des beuignets au black ... et inaufgurer les chrysanthèmes. Quelle
tristesse d'être dirigé par des hommes et des femmes qui n'ont aucune vision d'avenir que leur 4 x 4, leur piscine et qui se donnent bonne consciences en allant .... Là je am'arrête car je vais
être désagrébale...



CACO 02/05/2010 16:37



Malheureusement la démocratie fait qu'on a les élus qu'on s'est donné...si en mars 2008 les citoyens castelolonnais avaient su que leur futur maire était si peu démocrate qu'il ne les
consulterait pas sur la fusion les choses auraient été autres et poursuivrait son chemin d'autocrate sans souci de l'intérêt général


Mais on ne réécrit pas l'histoire