Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 15:18
05798-copie-1.jpg
 
 
Suite de
 
Aprés les questions sur "où est passée l'argent" et la personnalité de Monsieur Alain BONNET 
voici le seconde partie de nos interrogations : 
 
COMMENT UN SALARIE D’UNE ENTREPRISE STRUCTUREE PEUT-IL REUSSIR UN TEL « EXPLOIT « ?
  
Monsieur Alain BONNET était-il un électron libre du groupe AXA ?
Cet employeur doit disposer de moyens de contrôles sur ses agents (inspections, descentes dans les dossiers…). AXA se dit victime de Monsieur Alain BONNET. Mais AXA a-t-il mis en place le contrôle qu’il aurait dû instaurer sur ses salariés pour protéger ses clients d’abord ?
Monsieur Alain BONNET a même détourné à son profit des primes IARD versées en liquide…ainsi des clients se croyaient couverts contre un risque éventuel et ne l’étaient plus. Le Président ALMY a évoqué cette hypothèse.
La compagnie AXA n’est-elle pas victime d’un certain laxisme dans le contrôle de délégation qu’elle a donnée à Monsieur Alain BONNET ?...Combien d’employeurs sont poursuivis au titre de l'article 1384 alinéa 5 du code civil : le commettant (l'employeur) est objectivement responsable des faits commis par son préposé (salarié), dans le cadre de l'exercice de ses fonctions. La responsabilité des employeurs est traditionnellement considérée comme une garantie de solvabilité offerte aux victimes, l'entreprise étant généralement plus riche et solvable que le salarié. Cette responsabilité est fondée sur l'existence d'un lien de subordination créé par le contrat de travail. Certes, ici, le salarié a outrepassé sa mission et l’employeur peut être en partie ou totalement exonéré de sa responsabilité…mais réussir pendant plus de 10 ans à tromper la vigilance de son employeur décèle une faille dans les procédures d’AXA.
On aurait aussi voulu savoir comment le statut de salarié de Monsieur Alain BONNET lui permettait de posséder les bureaux professionnels AXA de 92 m² via la SCI qui comprenait deux associés lui-même et Monsieur Joël MERCIER ?
AXA a-t-elle pu penser que la présence du seul collègue de bureau qu’était Monsieur Joël MERCIER était une garantie suffisante comme moyen de contrôle de l’activité de Monsieur Alain BONNET ?...Il n’y a entre eux aucun lien d’ordre hiérarchique. Dans les débats, la relation entre les deux collègues n’a pas été évoquée laissant planer un doute.
Cependant les choses ont été un peu éclaircies lors de ces débats quand Monsieur Joël MERCIER, par la voix de son avocat Maître Claire BRANDET, a fait valoir qu’il était aussi victime des agissements de son collègue. Il a subi un réel préjudice en mettant en avant ce que nous avions écrit sur les interrogations que nous posait l’article d’OUEST France du mardi 4 juin 2013. Elle a fait valoir les cloisons étanches entre les activités des deux collègues. Il eût été préférable de faire cette mise au point dès que l’information sur cette escroquerie avait  circulé en respectant présomption d’innocence et secret de l’instruction (pas aisé).
Mais chacun sait qu’un groupe comme AXA ne peut apprécier la publicité faite sur ce type de fait divers…et qu’il a fallu pour AXA assumer sa responsabilité en signant des compromis avec la majeure partie des victimes et faire en sorte que le scandale soit maîtrisé pour ne pas entacher l’image de marque d’AXA. C’est humain et compréhensible…ne serait-ce que vis-à-vis des clients d’AXA et de son personnel.
Peut-être le train de vie de Monsieur Alain BONNET a-t-il étonné son collègue sachant qu’ils avaient au moins sur le plan professionnel une certaine proximité puisqu’associés dans la SCI ? Peut-être aussi le montage de l’escroquerie était-il si « parfait » que le collègue a pu être trompé pendant plus de 10 ans comme les supérieurs hiérarchiques, peut-être a-t-il été comme Madame BONNET vis-à-vis de son mari trop naïf , trop confiant ?
Comment AXA pourra-t-elle faire croire qu’en tant qu’employeur elle a fait toutes diligences pour éviter cette escroquerie qui s’étale sur plus de 10 ans ?
 
             
C’est une réponse ou au moins un début de réponse à cette question qui aurait été bienvenue pour éclairer les victimes, les clients d’AXA et certainement les magistrats qui auront à livrer leur verdict le 4 juillet.
 
 
  
De même, puisque Monsieur Joël MERCIER a tenu à être présent au procès en se portant partie civile il aurait été opportun, nous semble-t-il, qu’il éclaire les magistrats et les victimes sur les doutes qu’il aurait  pu ou dû avoir sur le travail et le train de vie de son collègue…AXA n’a pas hésité à « enfoncer »Monsieur Alain BONNET.
 Des zones d’ombre, des mystères, le silence qui a entouré voir protégé l’instruction, cette très longue audience exceptionnelle n’ont pas permis aux victimes, aux personnes qui ont assisté à cette audience de lever des doutes sur les responsabilités des époux BONNET, sur celles d’AXA, de démonter les mécanismes de la folie dépensière de Monsieur Alain BONNET…
La Justice a parfois du mal à être rendue en toute clarté. Il faut espérer que le dossier livrera des aides à la prise de décision du tribunal et lèvera les doutes sur le partage de  responsabilités et que les victimes connues seront équitablement indemnisées…cela n’effacera pas certains traumatismes.

Partager cet article

Repost0

commentaires

read more 27/06/2014 13:15

The French employment law is considered as in favor of employees. I think France is one of the countries, which gives maximum protection and safety to its employees. Thanks for sharing more details on this topic. It was very informative.

CACO 17/07/2014 11:46

Le droit français est très protecteur des salariés. trop ? oui parfois et alors les entreprises hésitent à créer des emplois, à venir s'implanter en France. Les dernières lois par exemple sur les stages font que les entreprises prennent moins de stagiaires, idem pour les petits jobs