Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 23:49

 

On a déjà abordé le sujet sur la base du livre de Martin HIRSCH : "Pour en finir avec les conflits d'intérêts", (chez Stock) voici un autre extrait qui nous touche

 

 voir : CONFLIT D'INTERETS

 

Concernant XYNTHIA,  Martin HIRSCH écrit :

 

    On se retrouve en situation de conflit d’intérêts institutionnels. Entre la sécurité et le développement, entre la précaution et l’économie. On privilégie le développement de l’économie locale en faisant l’impasse sur les risques. Derrière cette question classique se cache des conflits d’intérêts plus personnels . au moins dans un cas, une éléue en charge de l’urbanisme a délivré des permis de construire dont a bénéficié son fils, promoteur immobilier, pour lui permettre de lotir. Cette élue disposait elle-même de parts dans la société immobilière qui fera fructifier quelques terrains constructibles. Certes, lors de l’une des délibérations du conseil municipal, elle n’a pas pris part au vote. Il lui a été demandé de sortir. Mais enuite c’est elle qui a signé les permis de construire (confer articles de Tonino Sérafini Libération).

          

 Figurent ici tous les faits constitutifs du conflit d’intérêts . Conflit d’intérêt général. Comment un maire peut-il concilier l’aspiration à un développemnt économique et son rôle de régulateur des permis de construire ? Comment peut-il à la fois appuyer sur l’accélérateur et sur le frein ? En vertu de quoi peut-il faire les dosages ? Problèmes qui peuvent conduire à penser que, dans certains cas, au lieu de mettre les élus dans des situations impossibles,  il serait nécessaire qu’une autre autorité se voie conférer la compétence de délivrance des permis de construire.

        

      Il y a  là le problème bien posé et l'esquisse de solutions.

 

Les conflits d'intérêts pourrissent la vie publique nationale et locale et l'image des élus. Quelques brebis galeuses ne doivent pas noircir l'image de la notion d'élu...sinon la démocratie sera menacée...nous le disons et le répétons : "tous élus, tous pourris!" est le plus grave danger qui pèse sur la démocratie et nous lutterons sans relache pour la transparence.

 

Merci à Martin HIRSCH d'avoir osé commettre cet ouvrage dont nous vous servirons encore quelques extraits. C'est de l'information citoyenne.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A


Je suis complètement en phase avec Martin Hirsch. D'ailleurs, s'il ne disait pas la vérité, son livre n'aurait pas déchaîne un tel flot de réprobation
et quasiment de haine. Certains (peut-être) ne savent pas que trois députés, pas des moindres et au nom chargé d'Histoire pour deux d'entre eux : Louis Giscard d'Estaing, Bernard Debré
et Jean François Copé ont déposé un amendement sur la loi de finances 2011 pour supprimer l'indemnité liée aux nouvelles fonctions de Martin Hirsch. ceci s'appelle
un règlement de compte.  Nous avons là, un exemple très clair qu'il ne fait pas bon en Notre république usée jusqu'à la corde de dénoncer les dérives de nos notables. le constat de
Hirsch vaut très largement à nos barons locaux accrochés à leur pouvoir et plus grave persuadés qu'ils ont raison contre tout le monde. En effet, notre démocratie locale et nationale
est frappée par un mal lancinant qui est l'abstention et les habitudes. Si j'ais élu local ou national, je ne serais pas fier d'être majoritaire avec des taux d'abstention records
jamais égalés sous la V e République de plus de 50 % dans certaines élections, voire 60 % .... Alors, cessez donc de nous seriner que vous êtes majoritaire et que cette arithmétique vous donne
forcément raison pour tout et surtout plus grave de vous octroyer le droit de faire n'importe quoi. Ici aux Pays des Olonnes comment avez- pus laisser à l’abandon l'économie
locale. Vous avez transformé ce bassin d'emploi en "bassin de chômage" sans aucun repentir. Quand je traverse La Mothe Achard, ou Saint Mathurin et que je vois toutes ces entreprises
qui initialement étaient aux Sables d'Olonne se sont délocalisées, parce que nous n'avons pas su avoir de l'ambition et que nous replions sur un quant à soi intolérable. J'étais au Pôle Emploi
vendredi matin, cela faisait pitié à voir et j'avais un peu honte de voir tous ces jeunes qui cherchent désespérément un emploi par votre impéritie....  Alors , il nous faut
encore beaucoup de Martin Hirsch pour nous dire haut et fort de ne plus supporter l'insupportable et à ne plus tolérer l'intolérable. 



Répondre


C'est un constat et c'est vrai aussi qu'il ne faut pas baisser les bras. Nous avons le résultat des élus que l'on s'est donné et qui ont été réélus...pour ceux-ci l'économie n'était pas leur
souci primordial et créer une zone d'accueil pour des entreprises c'est plus une source de perte d'électorat qu'une gratification. Alors on a laissé filer et l'on a même cette chose
extraordinaire qu'une entreprise s'en va à la Motte Achard et demande à la Communauté de Commune un local vitrine !


Certes deux maires en place ont annoncé qu'ils ne se représenteraient pas (à voir?) il faudra alors se choisir un "élu moteur" du Pays des Olonnes et non un gestionnaire des retraités et
électeurs qund même  dont nous faisons partie !