Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 15:39

 

 

pepiniere-009.jpg

 

Un Conseil Communautaire « extraordinaire » mais dont il faudra peut-être se souvenir lors des prochaines échéances électorales

 

 

 

Un conseil communautaire « extraordinaire »avait, en effet, été convoqué pour ce 20 juillet 2011.

 

Au début de la réunion, les choses s’annonçaient mal : il a fallu attendre les retardataires pour débuter la séance ! et atteindre juste le quorum. Un peu étonnant : les vacances, désintéressement des élus?

 

 

Certes, il n’y avait qu’un seul point important  à l’ordre du jour : l’autorisation du droit de préemption de la CCO pour acquérir un bien sur la ZAD de la VANNERIE.

 

Puisque le sujet était la Vannerie, au nom des délégués d’opposition de Château d’Olonne, Jean-Claude ROSSIGNOL est intervenu, une nouvelle fois, pour rappeler à ses collègues que la situation économique du Pays des Olonnes nécessite d’urgence que cette ZAD soit priorisée dans sa réalisation pour accueillir des emplois nouveaux et durables.

 

La courbe du chômage au Pays des Olonnes est inquiétante (voir ci-dessous les chiffres). Le Pays des Olonnes ne cesse de perdre des emplois industriels

 

Il posait quatre questions :

 

-         le projet d’aménagement, les axes principaux et les objectifs de développement ne sont pas définis ; une étude des filières en cours. Cette étude doit être rendue publique en 2011 où en est-on et à quand le rendu ?

-         les retards s’accumulent. Les premières réalisations étaient prévues pour 2013…on parle maintenant de la fin de la procédure ZAC en 2016…n’y a-t-il pas un renvoi de la réalisation de la ou des ZAC aux calendes grecques,

-         une proposition avait été faite de maintenir des zones de vie au sein de la ZAD : où en est-on ?

-         a-t-on une estimation du service du Domaine pour l’ensemble de la ZAD

 

Jean-Claude ROSSIGNOL demandait donc un nouveau planning de réalisation et des engagements.

 

 

Réponse du Président de la CCO Louis GUEDON

 

Concernant l’emploi au Pays des Olonnes, Monsieur Louis GUEDON a utilisé sa technique bien au point suite à ses années de mandats cumulés. Cette technique, l’emploi de la dérision et du ton polémique voire blessant, allant jusqu’à demander à l’intervenant de « prendre des vacances » et mieux de voir un psy pour son surmenage...nous en passons et des meilleures car l’indignité du propos ne peut que desservir la fonction de Président de la CCO.

 

Pour le Président de la CCO, député -maire, il a paru bon de rappeler aussi à l’intervenant que le chômage sur le secteur côtier vendéen est un mal très ancien, chose que l’intervenant semblerait ignorer.

 

Quant au projet VANNERIE il a aussi rappelé qu’il avait fallu 25 ans pour tel projet, 20 ans pour tel autre…Le projet Vannerie reste « important, prioritaire et complexe »; « il évolue à sa vitesse mais bien… », il faut continuer à « creuser le sillon ».

 

Après un échange sur la dualité VANNERIE ET VENDEOPOLE où le Pays court deux lièvres à la fois, le Maire de Château d’Olonne, lui, a couru dans le sens de la marche du Président de la CCO. Les alliances objectives de demain se dévoilent-elles ? Après la piscine, la VANNERIE et après… ?

 

Le Président a brutalement stoppé le débat ne laissant pas aux intervenants le soin de répondre y compris aux propos blessants et indignes en arguant (rappel au règlement) du fait que ce point n’est pas à l’ordre du jour ; celui-ci se limitant à ce problème de droit de préemption sur la ZAC de la VANNERIE ; le débat a été clos autoritairement par Monsieur Louis GUEDON.

 

Mais, honnêtement, parler d’achat d’immeuble sur la ZAD de la VANNERIE ne signifie-t-il pas que l’on puisse parler de la VANNERIE et du projet ?

 

En fin de compte, quelles réponses ont-elles été apportées aux 4 questions posées par Jean-Claude ROSSIGNOL ? Aucune ?

 

 

Nous ajouterons à ce « débat » que, pour nous, l’emploi reste une priorité et que le chômage n’est pas une fatalité, qu’il ne se traite pas par la dérision, qu’il existe des politiques volontaristes de création d’emplois et que nous aimerions que ce sujet soit débattu par les « politiques » avec les « responsables économiques ».

 

Pourquoi au Pays des Olonnes n’y-t-il pas de « cellule de développeurs économiques », de « Maison de l’Emploi »… ?

 

Paradoxe : il existe des emplois non pourvus attestant de l’inadéquation emplois-formation. Est-ce normal ? C’est un constat : l’économie n’est pas la spécialité préférée de nos grands élus. Nous en avons eu l’illustration ce 20 juillet 2011.

 

Quant à l’historique du chômage au Pays des Olonnes : rappelons que lors de la saison « sardines » il y avait une migration de travailleurs vers les Sables d’Olonne qui manquait de bras et que, plus récemment, pour la saison il était fait appel aux hommes et femmes des départements voisins.

 

Nous ferons tout ce qui est en notre « faible pouvoir » pour relancer le débat sur l’emploi au Pays des Olonnes.

 

 

La proposition de préemption a été adoptée à l’unanimité ! En réalité, après les attaques personnelles indignes du Président nous aurions du quitter la salle…mais alors le quorum n’étant plus atteint la décision devait être reportée ce qui, techniquemen,t était très préjudiciable au projet VANNERIE.

 

 

Extrait de l’intervention

 

« QUELQUES CHIFFRES

 

Comme en cette enceinte on a à notre avis trop tendance à sous-estimer la dure réalité du chômage nous allons vous remémorer quelques chiffres.

 

En chômage total, pour nos trois communes, on avait :

 

en fin 2008 : 1310 inscrits à Pôle Emploi.

 

en fin 2009, le chiffre était de 1759.

 

en juin 2010, ce chiffre ne s’améliorait pas et grimpait à 1785 et une aggravation est prévue pour cette année 2011.

 

Le nombre total des inscrits à Pôle Emploi incluant les demandeurs d’emploi qui ont ou ont eu des emplois à temps partiels est de 2667 !

 

Il y a une population active d’environ 15.000 salariés dans le secteur de la CCO.

 

La situation économique du Pays des Olonnes devient catastrophique particulièrement en matière de disparition des emplois durables surtout industriels et aussi en matière de formation

 

Ce sont les plus mauvais chiffres de la Vendée. »

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A


Emplois précaires, perte d'entreprises et celles qui restent ? ..... A titre d'exemple, un restaurateur du port a proposé à un jeune pour la saison de le payer 30 à  40 € par jour (service
du midi et du soir s'il vous plait) avec un contrat bidon d'employé de salle. A la réaction du jeune par rapport au droit du travail réponse : le Code du travail moi je m'assoie dessus. J'ajoute
il est emballé par les travaux du remblai. Voilà ce que sont "les opérateurs économiques"



Répondre