Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 15:02

Quel avenir pour la CCO ?

 

Des élus communautaires inquiets posent la question

 pepiniere-012.jpg

On en en droit d'être inquiets sur le devenir de la Communauté de Communes des Olonnes CCO qui devrait être le "moteur " du Pays des Olonnes particulièrement en matière d'investissement.

 

Lors du Conseil Communautaire du vendredi 24 septembre 2010 deux questions ont retenu notre attention sur les doutes que nous avons sur la volonté des élus d'assumer leurs respnsabilités en cohésion et sur le fonctionnement même de la CCO.

 

Mais, quelle cohésion peut exister pour l'intéret général ?

 

Pour que fonctionne une Communauté de Communes il faut quelques éléments essentiels  :

 

- que la Communauté ait un projet clair et des objectifs,

- que la structure ait les moyens des ambitions qui lui sont déléguées,

- qu'il y ait adhésion des maires et du Président sur ce projet qui entraîne transfert de compétences des communes vers leur Communauté. Pour nous, au Pays des Olonnes, quand il y a une orientation définie par la CCO chaque maire doit accepter de faire adopter dans sa commune les mesures de mise en oeuvre de cette orientation,

-que les citoyens reconnaissent leur communauté de communes, leur appartenance à un niveau dépassant leur commune.

 

Aujourd'hui, il faut le dire, ce n'est pas le cas au Pays des Olonnes  et ce propos est illustré par les décisions prises par le dernier Conseil Communautaire :

 

1) Programme Local de l'Habitat PLH

Il s'avère qu'il est nécessaire de proroger l'emploi d'un ingénieur coordinateur pour l'élaboration et la mise en place de ce plan et pourquoi ?

Voici notre prise de position :

 

Dans la définition de fonction il est indiqué :

« Faire un inventaire des études ou projets d’habitat sur le territoire, en faire la synthèse, l’analyse aux fins de dégager des stratégies de territoire et de développement ».

  Et plus loin…

« Véritable coordinateur et force de proposition, il aura en charge d’optimiser l’élaboration du PLH  et de veiller à la cohérence générale des politiques de l’habitat sur l’ensemble du territoire »

  En clair, la CCO a bien la compétence « politique de l’Habitat » : la Chambre Régionale des Comptes avait d’ailleurs  rappelé que c’était une compétence obligatoire.

  Mais chaque commune fait ce qu’elle veut,  quand elle veut…alors nous posons la question : « à quoi sert un coordonnateur ? »

   

Nous verrons à l'usage si la protection que constituent le SCOT (schéma de cohérence territoriale) et les PLU de chaque commune permettra l'élaboration d'une politique de l'habitat et surtout son suivi.  S'il y a, comme il est indiqué dans le texte, des politiques (soit une par commune) comment peut agir un coordonateur ?

 

2) Plans de circulation, enquête de déplacement ville moyennne (engagement de 57 000 euros)

 

Il est de la compétence de la CCO de mener ce type d'enquête...mais problème : la Ville de Château d'Olonne vient d'effectuer une étude de trafic routier et une étude de plan de circulation...peut-être Olonne sur Mer a-t-elle aussi des éléments dans le cadre de son étude sur la voirie des éléments ?

 

Télescopage d'études, optiques divergentes où et comment peut aller la CCO d'où notre intervention :

 

"L’enquête de déplacements villes moyennes  nous semble justifiée au niveau de la CCO…mais nous pensons que les communes qui ont déjà fait faire des enquêtes de trafic et plan de circulation devraient demander à la CCO de créer un poste de chargé d’études de coordination des études existantes et à venir.  

  On empile les structures, les études, les commissions aux frais du contribuable. Il ne faut pas continuer sur ce chemin sauf si c’est un moyen de tuer toute efficacité et en fin de compte toute structure intercommunautaire. Dans ce cas qu’on le dise tout de suite cela nous évitera de perdre du temps et de l’argent."

  

 Oui, le mode de fonctionnement actuel de la CCO et  les initiatives communales de certains de ses membres nous révèlent qu'il y a danger pour l'avenir de  la Communauté de Communes des Olonnes. 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A


Je constate que ce sujet fait réagir, mais hélas le mal est fait pour au moins le temps de la mandature actuel. Cependant, je crois que le problème est aussi le vieillissement de la population du
à une politique d'appel d'air vers les retraités. Des commercants du remblai m'ont confié qu'il constatait la dérive démographique vers un vieillissment des citoynes du Pays des Olonnes.
Tous n'ont pas un budgte qui peut dynamiser l'économie. De même nos élus n'aiment pas l'entreprise, ils n'aiment que les associations de jeux de boules, de belote et autres... Il sont très
disponibles pour aller inaugurer toutes ces festivités qui ne prifitent qu'à une infime partie du commerce locale. D'ailleurs, vous ne voyez jamais le député de la circonscription intervenir à
l'Assemblée Nationale pour défendre des positions économiques. La Pêche est morte : mercie l'Union Européenne ! Un chef d'entreprise de Fontenay me confiait dimanche dernier : "on a pas envie d
evneir s'installer aux Sables d'Olonne, c'est trop complique vos élus ne savent pas cer qu'il veulent, ils ont le dynamisme de la tortue". Alorsd que faire, à mons ens rine, nous sommes
condaùmnés à être une petite station balnéaire, un pays de retraités, ert le pardis des médecins et autres professions de santé. Les junes (ceux que je connais) sont ecoeurés. Qiuand
j'entends encore dans les commerce des gens affirmer que si demain il y a des entreprises cela va amener le "communisme et des immigrés" ! On aura tout entendu.  



Répondre
A


Effectivement, pour bien connaître juridiquement et économiquement le système des Communautés de communes en tant juriste et ancien universitaire (voir ma notre de recherches sur la CCO faite en
2000 disponible à la BU de la Faculté de droit de Nantes), la manière dont la CCO s'est faite la "plombait" par avance. Une Communauté de communes regroupant trois communes qui n'en font ou ne
devraient qu'en faire une la condamnait à l'inaction. Il fallait l'étendre à Sainte Foy, Vairé et L'iLe d'olonne (pour le moins). Mais le mal est fait et le refus de la fusion pour aller ensuite
vers une grande CC ou une Communauté de Pays la condamne définitivement;  sauf si une volonté politique des élus se dégagait. Mais là ! C'est une autre histoire vu le dynamise des deux éluus
en fin de règne...... 



Répondre


Sombrons-nous avec la CCO ?


Le pire c'est que déjà il n'y a plus de pilote dans l'avion et pas de capitaine pour diriger une manoeuvre de sauvetage.


Mais c'est vrai que le capitaine a de quoi être écoeuré : qui s'occupe de l'intérêt général du Pays des Olonnes ? Qui fait avancer les dossiers avec ardeur et intelligence...de notre observatoire
on voit les dauphins  et prétendants à la succession du Président de la CCO  croître en nombre...mais on ne les entend jamais porter avec enthousiasme des projets d'avenir. Ce n'est pas
comme cela que le navire ne s'échouera pas ! 



T


Franchement, vue les différences et le manque d'intéret que porte nos élus pour la CCO il faudrait penser à la dissoudre. Aux Olonnes seul la politique du chacun chez soi semble avoir un avenir
pour nos têtes pensantes



Répondre


Votre constat est pireque le nôtre mais peut-être plus réaliste. Venez assiter à un consel communautaire (tous les derniers vendredi du mois et exceptionnellment ce jeudi 7 octobre). C'est
lamentable ! Aucun apport, aucune critique positive...



A


Déjà sur cette simple interroghation : que les citoyens reconnaissent leur communauté de communes, leur appartenance à un niveau
dépassant leur commune. C'est effectivement la bonne question car bon nombre de citoyens des trois communes ne connaissent pas la CCO, son rôle, son utilité (?), ses limites,
etc. Comme aussi ceux qui rejettant la fusion pensent que la fusion serait faite pour que les habitants des deux communes sattelite des Sables d'Olonne payent les impôts et les travaux du remblai
de la dite commune. le seul problème à cette reflexion digne du "Café du commerce" est que ces mêmes habitants seront bien contents d'aller sur le nouveau remblai et profiteront du rayonnement
des Sables. Mais devant les raisonnements au ras des paquerettes in ne peut rien faire. Pour ma part, je me sens sablais un point c'est tout. Tot ou tard, ce système absurde explosera en plein
vol mais avec de gos dégats.....



Répondre