Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 21:11

 

pepiniere-010.jpg

 

 

La CCO se meurt-elle ?

 

Nous vous donnons mensuellement un petit compte rendu des délibérations des Conseils Communautaires de la CCO.

Ce mois-ci, il n'y en aura pas. En effet, au  Conseil du 26 novembre 2010 expédié en 40 minutes,  il n'y a eu aucun sujet important abordé mis à l'ordre du jour !

 

Petit rappel  (voir : http://www.cc-olonnes.fr ) :

 

- la CCO est "dirigé" par un Président  qui est actuellement   Monsieur Louis GUEDON, député maire des Sables d'Olonne,

 

- l'organe délibérant est le Conseil Communautaire ( l'équivalent du Conseil Municipal pour une commune) qui est composé de délégués élus de chaque commune. Le Conseil Communautaire se réunit en principe une fois par mois.

 

Les compétences de la CCO sont très larges particulièrement en matière économique : c'est le promoteur des projets économiques du Pays des Olonnes.

 

Or, actuellemnt le moteur est un peu grippé...il a des ratées, le moulin va-il tourner à vide ?

 

La presse et nous-mêmes  ont fait état de cette situation :  

COMMUNAUTE DE COMMUNES DES OLONNES CCO : où va-t-on ?

 

 

Le résultat : la séance du Conseil Communautaire du 26 novembre a été à l'image de cette situation : rien, rien sur les projets...on exécute les affaires courantes, que de petites décisions administratives, certes nécessaires, mais  rien sur les projets !

 

La bonne vingtaine d'élus présents ont écouté et voté à l'unanimité sans discussion des décisions sans aucune portée.

 

"Heureusement que malheureusement" il y a eu un incident de séance désagréable entre Régis Bernard, élu d'Olonne, et le Président Louis GUEDON !

 

Mais où va donc la CCO ?

 

Que font les élus qui avaient fait croire aux habitants du Pays des Olonnes que l'avenir était non pas dans la fusion des trois communes mais dans l'accroissement des compétences de la CCO : ce langage n'était donc qu'un leurre de plus pour tromper les citoyens du Pays des Olonnes.

 

Ils s'en souviendront.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires