Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 21:29

ABSTENTION : divorce entre le citoyen et SES élus ?

 

Oui, plus d’un électeur sur deux ne s’est pas déplacé pour le premier tour des élections régionales de ce dimanche 14 mars 2010.

 

Une Association citoyenne comme la nôtre ne peut laisser passer l’événement sans s’interroger, sans vous interroger. 

 

L’abstention n’est pas un mode d’expression démocratique puisqu’à ce niveau de dimanche dernier c’est la minorité qui décide pour la majorité.

 

 

53,6% d’électeurs abstentionnistes…et d’ailleurs pourquoi les autres 46,4 % d’autres se sont-ils déplacés aux urnes ?

 

Terrible, cet article diffusé sur Internet : « j’irai voter lorsque les élus feront leur devoir »

 

Aujourd’hui pour ce scrutin nous constaterons que toutes les bonnes raisons  se cumulent pour expliquer ce désintérêt des citoyens pour leur droit et leur devoir de voter :

 

1) Les « Régions, collectivités territoriales » sont méconnues des citoyens…60 % des français ne connaissent ni leur Président de Région ni la couleur politique de leur Conseil Régional ; alors un conseiller régional à quoi cela peut- servir ?

 

2) Au niveau du citoyen, il n’y a pas le sentiment d’un enjeu réel dans des élections régionales comme il peut y en avoir pour l’élection des députés et du Président de la République,

 

3) Il y a trop d’élus et candidats  se disputant des sièges qui doivent être rentables puisque les professionnels de la politique se précipitent pour se faire élire et cumuler mandats et honneurs…et quand un Pays en arrive à ce type de raisonnement il y a ce fameux danger de dérive… « élus tous pourris »…et c’est la démocratie qui est en DANGER,

 

4) Régionales, cantonales, européennes, municipales, députés, sénatoriales pour certains, prud’homales, professionnelles…trop d’élections tuent l’élection et à cela il faut ajouter que le bulletin de vote déposé dans l’urne ne sert à rien puisque nombreux sont ceux qui pensent qu'après l’élection rien ne change ! Donc pourquoi voter ?

 

5) Les promesses électorales répétées mais oubliées dès le scrutin passé ont décrédibilisé le pouvoir du bulletin de l’électeur. Est-ce une raison pour celui-ci pour ne pas utiliser son droit de vote et de créer  le  danger de laisser le champ libre à tous les extrémismes ? Ceux-ci peuvent ainsi semer leurs fanatismes sur un terrain fertile.

 

Face à cette situation un citoyen responsable se doit de réagir…

 

(à suivre... pour des projets de solutions )

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M

une solution serait de regarder du coté des pays nordiques, dont les élus sont restés des citoyens ordinaires. leur train de vie est correct mais pas comme celui d'élus français.pour se déplacer
l'élu scandinave prend  le train , pas l'avion, il mange dans une " cantine améliorée" et  n'a pas sa place réservée dans le meilleur restaurant de la ville aux frais du
contribuable..j'ai même vu ds un documentaire que lorsqu'il télèphone à sa famille , la communication doit être faite sur son télèphone personnel..toutes ses dépenses sont contrôlées et doivent
correspondre à son travail d'élu   pour la vit
..ici c'est le contraire
, nos élus participent allègrement à un phénomène de cour et de prise de privillèges  plus importants au fur et à mesure qu'il grimpe dans la hiérarchie ...la cour  et cela dans un
contexte de dépenses pharaonniques  ! crise ou pas !

Le système nordique  a l'avantage d'économiser l'argent des contribaubles  , d'éliminer du champ des candidats les prédateurs, et de probablement  privilégier  ceux qui
s'engagent auprès de leurs  concitoyens... ce serait cela la toute première réforme à faire en ces temps de crise.
et ne venait pas me citer en exemple des élus courageux, honnête et bosseurs ..ils existeraient aussi dans un système moins pollué....


Répondre


Le problème est maintenant de faire marche arrière...les "appareils " politiques sont dotés de fonds dans lesquels les élus piochent ajoutant à cela les avantages financiers liés à leur cumul de
mandats : maires, présidents de syndicats mixtes, de Sociétés d'économies mixtes, conseillers généraux, conseillers régionaux, députés...


Désormais, on a deux catégories d'élus : ceux qui,  non seulement cumulent les mandats et bénéficient d'autres avantages liés à leur fonction d'élus (frais de déplacements, envois
postaux, missions....)et ceux qui rament et en sont de leur poche et n'ont pour récompense que le plaisir de se dire qu'ils sont au service de leurs concitoyens en toute honnêteté et qu'en se
"rasant" le matin ils peuvent se regarder sans honte !


De plus, la clémence coupable des juges fait que les élus "bénéficiaires"  d'avantages parfois illégaux ont aussi pour eux une justice (tribunal administratif qui leur est quasi
systématiquement favorable et tribunaux pénaux ) qui ferme le yeux sur des délits comme la prise illégale d'intérêt, le délit de favoritisme...donc les citoyens et élus honnêtes ne saississent
plus la justice puisque cela ne sert à rien.


Et rajoutons que la décentralisation a aussi favorisé cette situation puisque le préfet, autorité de tutelle, a perdu son pouvoir de contrôle sur les collectivités territoriales...et on aboutit
aux permis délivrés en zones inondables ou protégées comme à La Faute sur Mer, L' Aiguillon, Château d'Olonne, Les Sables d'Olonne...saisi de délibérations notoirement illégales le préfet ne
bouge pas et répond que la décision a été prise en la forme légale..point barre et il s'estime incompétent sur le fond !...sauf qu'il crie au scandale quand arrive la catastrophe de la tempête !
C'est trop facile !


Le drame est que le citoyen sait cela de manière consciente ou diffuse et ne croît plus au pouvoir de son bulletin de vote, à ses droits de citoyens et àç l'honnéteté de la majorité des élus
condamnée au silence (faute de moyens de s'exprimer !)..d'où l'abstentionnisme


 


 


 


s