Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 16:15

     OPERATION VERITE

    trivalis-2009-fev-034.jpg

 

Pour la VENDEE, lors de l'élaboration du Plan Départemental d'Elimination des Déchets il avait été prévu la création d'au moins 7 usines TMB, chiffre ramené à 5, puis à 3 maintenant (dont celle de Saint Christophe du  Ligneron et celle de Château d'Olonne aujourd'hui en phase d'essais).

 

 

  Au départ, dans les années 2000, il y a eu une erreur grave d’appréciation au niveau du Conseil Général et des élus concernés (à travers le Syndicat Départemental chargé de traitement et de la valorisation des déchets  ménagers TRIVALIS). Mais il y avait une nécessité : prévoir l'élimination et le traitement des déchets vendéens en VENDEE...la poursuite de l'exporttaion des déchets vendéen vers d'autres départements devenant impossible.

 

Les élus  doivent maintenant reconnaître que le choix du tout TMB n'était pas le bon afin d'éviter de donner l’impression de TROMPER LES VENDEENS.

  

 

C'est pour cela que nous sommes outrés de la récente propagande faite par voie de presse et télévision (FR3) pour justifier la mise en service des deux usines de Saint Christophe du Ligneron et de Château d’Olonne.

 DSC04254

 

 

RAPPEL DES CHIFFRES

 

 

 

2006 : prévision 5 usines en VENDEE  : 59 millions d’euros

 

2007 : usine de Château d’Olonne prévision : 14 millions d’euros

 

2011 : prévision révisée pour la seule usine de Château d’Olonne : 26 millions d’euros !

 

 

 

RAPPEL TECHNIQUE

 

Ces usines à compost seront inutiles ; la norme européenne permettant l’épandage sera durcie et déjà les Pays européens refusent ce droit d’épandage.

 

Au niveau de la VENDEE, les représentants des exploitants agricoles précisent qu’ils n’épandront pas de compost contenant des métaux lourds…or, la technique TMB n’élimine pas ces métaux ! cela signifie plus d’épandage de « compost ».

 

 

 

Alors…ces usines inutiles, coûteuses vont produire du compost…qu’on enfouira si possible en payant pour cela !

 

QUE FAIRE ?

 

1)      Ne pas persister dans l’erreur et donc ne pas lancer la 3ème usine TMB…et  revoir très profondément le plan départemental d’élimination des déchets,

 

2)      Faire faire un audit de la situation actuelle par un Cabinet TOTALEMENT INDEPENDANT avec examen du devenir des 2 usines actuelles TMB et poser les bases du nouveau plan départemental d’élimination des déchets (il y a tant de solutions alternatives au TMB !) (voir nos articles sur le sujet). Il faudra savoir qui a ainsi trompé les élus sur la pseudo nécessité de ces usines TMB.

 

Certes, pour le Conseil Général et son syndicat TRIVALIS, ce sera  dur d’avouer qu’on a fait une erreur même si elle est collective… mais les élus du Conseil Général ne pourront que  sortir grandis de cette démarche "transparence".

A défaut, il leur faudra, a posteriori, s'expliquer sur l'envol des "taxes sur les ordures ménagères", surtaxes, coûts d'exploitation d'usines inutiles et autres incidences sur la fiscalité locale...

 

 

 

   

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Alain RIVIER 09/11/2011 20:33



Dans quelques semaines je ne serais plus concerné, car ou je vais un autre choix de tri a été fait  par cet horreur sanitaire du TBM, mais ce que j'ai entendu dans une soirée (je suis
contraint de taire les noms) c'est le propos suivant : "Le choix du TBM fait par le Pays des Olonnes s'averera économiquement catastrophique et sanitairement une horreur car c eque nous trouvons
dans les poubelles est un abomination. Le coompost né de ce tri sera néfaste pour la santé"  



Pierre GOUESIN 09/11/2011 18:44



TMB mon DESAMOUR !!!


Unique objet de mon ressentiment quand je repense que j'ai acheté, l'année dernière, aux services municipaux...1 tonne de compost en provenance de l'usine TMB et que j'ai "brûlé" ma pelouse
à cause de ce maudit compost: oui, j'enrage!


Le système n'est vraiment pas au point car rien ne pousse sur ce pseudo-compost de m...(sauf à l'employer comme désherbant radical).


Cerise sur le gâteau, on trouve, malgré les tris effectués en amont, des morceaux de matière plastique, des bouts d'épingles (pauvres animaux qui vont avaler çà après l'épandage dans les
champs!), des OTNI (objets triés non identifiés); bref je ne laisse plus mes petits-enfants se promener pieds-nus sur la pelouse par crainte qu'ils ne se blessent.


Voilà le (désolant) constat de mon modeste témoignage.


 Je me tiens, bien sûr, à la disposition des personnes responsables ou simplement intéressées pour leur founir tout complément d'information.


Cordialement,


Pierre GOUESIN (02.51.21.20.93)