Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 22:55

 

Nous avons extrait dans un article précédent  les commentaires sur la  partie du discours du Président de la Cour des Comptes Didier MIGAUD qui concernait les collectivités locales voir : COUR DES COMPTES : rappel à l'ordre des collectivités locales 

 

MIGAUD Didier MIGAUD Président de la Cour des Comptes

 

Lors de son discours de rentrée solennelle de la Cour des Comptes le Président de cette institution Monsieur Didier MIGAUD  que l'on ne peut taxer de parti pris (député socialiste de 1998 à 2010) appelle l'Etat à la raison.

«La France va devoir, dans les années qui viennent, consentir à un freinage sans précédent de la dépense publique»,

 

 Voici un résumé de son intervention sur ce thème

               

Les dirigeants politiques français doivent rompre avec leur habitude d'alourdir sans cesse la charge portée par le contribuable et enfin s'attaquer à la réduction des dépenses publiques. Un message qui a d'autant plus de portée qu'il a été présenté devant Jean-Marc Ayrault et plusieurs membres du gouvernement, dont Pierre Moscovici, ministre de l'Économie, et Jérôme Cahuzac, ministre délégué au Budget.

 

Didier Migaud l'a concédé, «l'effort de maîtrise des dépenses impose à notre pays un changement culturel important». Mais inévitable. Car pour redresser ses comptes publics, objectif que la Cour juge indispensable, la France ne peut plus jouer sur le levier fiscal. Pourquoi? Parce que les prélèvements sont déjà élevés, parce que la concurrence fiscale est vive en Europe, parce que la France souffre d'un déficit de compétitivité, estime le premier président, ancien élu PS. En augmentant massivement les impôts - de 65 milliards entre 2011 et 2013! -, les gouvernements Fillon puis Ayrault ont grillé les dernières cartouches.

«La France va devoir, dans les années qui viennent, consentir à un freinage sans précédent de la dépense publique», en conclut Didier Migaud. Qui fait des préconisations précises: les dépenses ne devront plus progresser plus vite que l'inflation (quasi-stabilité en volume).

Problème: le gouvernement a une feuille de route moins sévère, calée sur une hausse moyenne des dépenses à 0,4 % par an sur le quinquennat. Et le défi est immense. Il y a quelques années encore, la dépense publique progressait de 2 % en moyenne par an en France. La politique menée par Nicolas Sarkozy - non-remplacement d'un départ à la retraite sur deux de fonctionnaires, fermetures de tribunaux, de sites militaires, etc. - n'a permis que de ramener la progression à 0,9 % en 2011. Aller plus loin suppose de prendre des décisions plus impopulaires… ce que s'est gardé de faire le gouvernement Ayrault jusqu'à présent.

La Cour des comptes pourra lui donner des idées. Dans le prochain rapport annuel publié en février, les magistrats de la Rue Cambon développeront des pistes d'économies, a annoncé Didier Migaud. Qui en a profité pour en dévoiler les lignes directrices. Les mesures devront porter sur les «grandes politiques d'intervention de l'État très souvent partagées avec la Sécurité sociale et les collectivités locales: par exemple en matière de logement, de santé, de famille, de formation professionnelle ou d'aides aux entreprises».

Sur ce point, la Cour et le gouvernement sont en accord: l'exécutif a justement choisi d'évaluer ces politiques. Reste à savoir si la majorité PS aura le courage de tailler dans le vif. Si certaines idées préconisées de longue date par la Cour - limiter la générosité de certaines aides familiales pour les ménages les plus aisés - peuvent séduire à gauche, d'autres - le ciblage des allocations logement - sont moins «PS compatible». Le gouvernement devrait sortir du bois au mieux au printemps, lorsque les audits seront achevés et que Bercy devra s'atteler à la préparation des budgets de 2014. D'ici là, les Français seront dans le flou.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Alain RIVIER 21/01/2013 09:52


C'est sans doute une dérive pervers de la décentratlisation que d'avoir laissé la bride sur le coup à certains élus locaux. Dans une commune comme le Chateau d'Olonne ou les dépenses sont
inconséidérées pour flatter l'ego d'un Maire, auquel on ajoute une absence de clairvoyance sur l'avenir (fusion, regroupement des services, projet incoséquent [nouvelle mairie], embauches tout
azimut etc.) On a des communes au bord du gouffre. Sait-on réellment létat des finances du Chateau d'Olonne ? 

CACO 31/01/2013 20:55



On connaît effectivement l'état des finances et un endettement faible. Pour les autres analyses vous pourrez suivre nos commentaires à partir des documents budgétaires et déjà à partir du Débat
d'Orientation Budgétaire .


Les fiinances seront obérées par des frais de personnel trés élevés pour le fonctinonnement et pour les investissemnt par la noivelle mairie et surtout la voirie (130 kilomètres dont une
bonne partie en mauvaiis état)


bonne leture et merci de votre attention : à bientôt