Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 10:32

 

algues vertes-2-e590a

 

ALGUES VERTES : danger persistant, l'Etat est condamné pour sa mauvaise volonté à combattre le risque.

Il faut rappeler que la VENDEE figure dans les zones à risques et que l'on trouve ceci sur le site officiel du gouvernement:

"Les Nitrates

Très solubles dans l’eau, les nitrates constituent une cause majeure de pollution qui contribue à modifier l’équilibre biologique des milieux aquatiques. L'essentiel de cette pollution est dû à la différence entre les apports en nitrates sous forme d’engrais et ce qui est réellement consommé par les plantes. L’eau chargée en nitrates ruisselle depuis les champs, rejoint les rivières puis la mer, constitue une cause majeure de pollution."

 

Les Associations EAU et RIVIERES de BRETAGNE et BRETAGNE VIVANTE avaient attaqué les arrêtés préfets des 4 préfets bretons qui avaient ouvert largement les possibilités d’épandage non seulement en quantité mais en plus en durée.  

Il faut rappeler que les côtes bretonnes touchées par ce fléau bénéficient de deux « protections » influentes le ministre actuel de l’Agriculture Monsieur LE FOLL et le puissant syndicat FNSEA qui, au nom de la défense des intérêts immédiats du monde paysan local, bravent le bon sens et les directives européennes.

Le tribunal administratif a enjoint les préfets de renforcer leur programme d’action contre les algues vertes dans un délai de 3 mois.

L'État a été condamné le 29 mars 2013 par le tribunal administratif de Rennes à verser quelque 7 millions d'euros au département des Côtes-d'Armor pour l’indemniser des sommes engagées jusqu'en 2009 dans la lutte contre les algues vertes.

Le retard de l'État dans la transposition en droit français de directives européennes sur la qualité de l'eau, ainsi que "sa carence" dans l'application aux élevages de la réglementation sur les installations classées constituent, selon le tribunal administratif, "une faute".

Ces manquements ont entraîné "des apports excessifs de nitrates d'origine agricole dans les cours d'eau", à l'origine du phénomène des algues vertes.

Les juges administratifs pointent "un lien direct et certain de cause à effet entre ces carences fautives de l'État et le dommage que constitue la pollution par les masses d'algues vertes" sur le littoral armoricain.(extrait du Monde) 

Partager cet article
Repost0

commentaires