Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 20:32

 

  DSC04332    

  Suite au conseil municipal de Château d'Olonne du 26 octobre voici le point de vue de l'opposition CAP VRAI :

Nous disons « Oui pour une piscine à Château d'Olonne ! » car "égoïstement" on peut estimer que c'est une bonne affaire pour les castelolonnais. Les charges de fonctionnement et l’investissement incomberont à la Communauté de Communes des Olonnes CCO et non à la ville de Château d'Olonne et les castelolonnais seront les premiers bénéficiaires .

 

Mais alors qu'est-ce que l'opposition CAP VRAI peut reprocher au projet ?

- D’abord qu’il y a tromperie sur la marchandise : on nous « vend » un complexe aquatique intercommunal alors qu’il s’agit d’une piscine scolaire éventuellement avec une partie ludique.Tout a été dit et démontré sur ce blog sur ce sujet.

Voir : UN COMPLEXE AQUATIQUE ...ce n'est pas une piscine ,

 

- Deuxième tromperie : Une Piscine « intercommunale » qui sera en fait « communale » puisque le Président de la CCO nous a expliqué qu’il y avait une piscine aux Sables d’Olonne, une autre à Olonne sur Mer et donc que la troisième serait celle de Château d’Olonne donc effectivement on part d‘un projet de complexe aquatique intercommunal et on termine en piscine pataugeoire municipale… On abandonne un projet structurant cantonal pour un projet municipal à 8 millions d’euros HT !

 

Nous n’inventons rien : voir ci-dessous les documents de la Communuaté de Communes de 2011 :

 

convoc preuves complexe aqua 2011 050001

 

…le projet était bien un complexe aquatique cantonal…on est loin du projet initial…et pourquoi ?

 

 

 

 

 

- Un projet dénaturé qui est devenu sans ambition et qui finira par être trés coûteux

 

Manque d’ambition locale : incapacité de se projeter 10 ans en avance…on fait petit, on copie une piscine de ville de 5 à 7.000 habitants. On recommence les ATLANTES, la salle GARGAMOELLE, le boulevard du Vendée Globe, Salle de Sports Pierre de Coubertin...

 

Tout cela pour satisfaire des combinaisons politiciennes : je te donne une piscine, tu me soutiens aux élections, tu me laisses le siège de la communauté de communes, je ne veux pas d'un investissement qui puisse concurrencer la Piscine du Remblai…

 

- Un mauvais coup à l'instauration d'une nécessaire et inéluctable collaboration cantonale : au départ (en 2011) il y a une projet qui a l'adhésion des deux communautés de communes qui regroupent les 6 communes du canton. Le site choisi sera celui de la Vannerie (accessible aux 6 communes ). Puis virage à 180 °...le Président dee la CCO s'allie avec le Maire de Château d'Olonne et fait décider (vote à bulletin secret ) que le site sera celui de la zone industrielle des Plesses à Château d'Olonne. Cette décision aboutit à la rupture des relations entre les deux communuatés de communes ,

 

- une erreur économique : les collectivités locales perdent une occasion de faire un investissement rentable pour une agglomération de 50.000 habitants .On oublie la rentabilité : un complexe aquatique est un lieu de rencontres, un lieu de détente avec restaurants, boutiques, salles de réunions…ouvert toute l’année avec des possibilités d’extension (bassins, jeux, terrains de sports, « plages abritées »…Hors saison et pendant la saison, un complexe aquatique est ouvert l’été en complément des équipements "classiques" d'une station balnéaire qui permet de pallier les aléas météreologiues (voir juillet 2012) : c'était aussi un lieu qui aurait permis d'installer le complexe équestre qui "retourne " à Sainte Foy...pusqu'on est fâchés. quel gachis !

 

- Un projet qui n’englobe pas la dimension sportive avec : un bassin ou des bassins homologués avec tribunes pour recevoir compétitions et stages : équipement dont ne dispose pas le Pays ds Olonnes.

 

- Un site inapapproprié pour un complexe sportif et détente apte à draîner une clientèle de passage.

 

Cette gestion ne peut qu'être condamnée : nous craignons que ceci explique en partie le vote sanction des élections législatives où l'ex député maire, Président de la CCO a été battu même sur ses terres.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0