Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 19:48

 

 

018 (2)

En VENDEE, à la frontière entre la Commune de Château d'Olonne et celle de Talmont Saint Hilaire,  ce vendredi 14 février 2014, la route du littoral a été emportée  par la crue du cours d'eau le Puits Rochais. L'eau a été  "bloquée" par le barrage naturel  qui occupe la baie de CAYOLA : la pression de l'eau a été la plus forte entraînant la route et  la butte de galets vers la large.

Le 13 février nous vous montrions l'état des lieux : le lac artificiel né suite à l'orage important de la nuit du 12 au 13 février.

Voir ci-dessous la photo prise le 13  février (le lac en arrière plan : une création de l'orage qui a suivi une période pluvieuse); 

 

 

013 cayola

 Vous noterez sur cette photo l'excavation au pied de la passerelle...résultat de la tempête de janvier !

  Revenons en début 2010 

La passerelle cyclo pédestre est inaugurée : plus de 500 000 euros . Cofinancement Région, Département, Communuaté de Communes des Olonnes.

 

DSC02317

 

 Ci-dessous la passerelle qui longe la route dans le sesn talmo,nt saint Hilaire Les sables d'Olonne a route en regardant vesr les Sables d'Olonne : les galets sont "protégés"...où sont-ils passés ce vendredi 14 février ? 

 

DSC02332

  Effectivement on peut se poser la question...plus de route, plus de montagne de galets, la passerelle vrillée...impressionnants dégats...évitables. On ne touche pas impunément à dame nature.

 

 

002-Cayola aprés

 

Imprévisible ?

Non

En effet, les services concernés du Département étaient avisés de ce danger. Ils étaient sur place comme ils l’étaient après la tempête de janvier. Nous les avions vu enquêter le 10 janvier. La buse qui passait sous la route et qui permettait l'écoulement de l'eau du "ruisseau" vers la mer se bouche quand la masse de galets poussée par les tempêtes vient la boucher.

Il suffisait de dégager la sortie comme on peut le distinguer (voir sur la  photo de 2010 ci-dessus photo « baie de Cayola »).

Mais qui devait donner l'ordre, assurer l'entretien...sur ce site sont responsables l'État, la Région accessoirement pour financer, le Département (la route), les communes de Château d'Olonne et de Talmont Saint Hilaire...le mille-feuille des collectivités dans tous ses états ! Le maire de Château d'Olonne a-t-il bougé ? A-t-il fait le nécessaire pour qu'une pelleteuse vienne faire la brèche qui aurait permis à l'eau de s'écouler. Certes, il ne pouvait prévoir puisqu'il a décrété qu'il n'y pas de zones inondables sur sa commune. Les services de l'Équipement de la VENDEE qui savaient ont certainement averti la mairie de Château d'Olonne. Rien n’a été fait.

Imprévisible ?

Non

Tous les élus attentifs aux décisions discutées en Conseil Municipal de Château d’Olonne connaissent les dangers des crues suite à des orages qui occasionnent des crues décennales, centennales et tout doit être fait pour limiter les conséquences de ces phénomènes naturels.

Cela a été clairement identifié, expliqué par l’opposition lors des nombreuses étapes qui ont jalonné le dossier de la FERME DE VILLENEUVE. Qu’adviendra-t-il des locataires des mobil homes du camping des Pirons s’ils sont surpris de nuit par un orage qui s’abattra sur Château d’Olonne avec des précipitations brutales de 50 à 70 millimètres.

Suite aux études le Préfet avait été saisi…rien de sérieux n’a été fait pour éviter un danger aussi potentiel que réel.

Donc le maire de Château d’Olonne et ses adjoints auraient dû être sensibilisés à cette question et prendre ou faire prendre les mesures d’urgence que la situation imposait.

Imprévisible ?

Non

L’attention du maire et des adjoints de Château d’Olonne a été attirée aussi sur le mauvais entretien des cours d’eau : Tanchet, Puits Rochais, Combe.

Un bon entretien des cours d’eau et des fossés, une surveillance des berges des cours d’eau,  une limitation des mesures qui imperméabilisent les sols auraient permis un écoulement naturel des eaux.

Donc une conjonction de négligences, de règles administratives inadaptées, peut-être de l’incompétences de responsables ont abouti à l’incident de Cayola qui aurait pu avoir des conséquences plus graves.

Partager cet article
Repost0

commentaires

L

aie! desolation maintenant trop pour se poser les question 


a bientôt


lyly
Répondre
A

C''est hélas encore une absence de prévention des risques. C'était plus urgent de régler ces problèmes d'hydraulique que de faire la salle Gargamoelle ! 
Répondre